Sunteți pe pagina 1din 5

TD

 n°3  -­‐  Généralités  réseaux  

Exercice  1  -­  Transmission  en  bande  de  base  et  en  large  bande  
Représentez  le  signal  binaire  01000010100001  selon  les  codages    
• NRZ,    
• Manchester,    
• Manchester  Différentiel,    
• Miller    
• Bipolaire  simple.
 
Solution  :  
La  suite  représente  ci-­‐dessous  est  0100001010000100001  il  suffit  de  ne  pas  considérer  
les  5  derniers  bits.  
 
On  prendra  comme  convention  pour  le  codage  Manchester:    
La  transition  est  croissante  pour  l'état  bas  '0'et  décroissant  pour  l'état  haut  '1'    
 
Pour  le  codage  Miller,  il  faut  partir  de  Manchester  simple.  
 

 
 
Exercice  2  -­  Codage  et  transmission  de  l'information  

Deux  terminaux  informatiques  reliés  par  un  support,  dont  la  bande  passante  est  de  800  
à  3  200  Hz,  s'échangent  des  messages  de  longueur  moyenne  égale  à  2  000  caractères.  
 
Les  caractères,  clairement  identifiés  (A,  F,  O,  R,  U,  W),  apparaissent  avec  les  probabilités  
respectives  suivantes  :  
0,23  -­‐  0,09  -­‐  0,30  -­‐  0,19  -­‐  0,14  -­‐  0,05  
 
1)  Construire  l'arbre  de  Huffman,  puis  donner  le  code  correspondant  pour  chacun  des  
caractères  ainsi  que  le  nombre  de  bits  du  message  ainsi  codé.  
2)  Sachant  que  le  signal  transmis  sur  le  support  est  bivalent,  quel  est  le  débit  possible  ?  
 
3)  Dans  ces  conditions,  quel  est  le  temps  d'émission  du  message  codé  ?  
 
4)  Si  le  message  était  codé  en  ASCII  avec  bit  de  parité,  le  transfert  pourrait-­‐il  être  
effectué  en  moins  de  2  secondes  ?  
 
5)  En  cas  d'impossibilité,  quelle  nature  de  signal  pourrait-­‐on  envisager  sur  le  support  
pour  ne  pas  dépasser  le  temps  de  transmission  fixé  ?  
 
6)  En  considérant  que  toutes  les  conditions  sont  remplies  pour  transmettre  ce  message  
en  ASCII,  déterminer  le  rapport  signal  à  bruit  minimal,  en  dB,  pour  effectuer  
correctement  ce  transfert.  
 
Solution  :  
 

1)  Construction  de  l'arbre  de  Huffman  


Les  éléments  constitutifs  du  message  et  leur  fréquence  sont  donnés  dans  l'énoncé.  
Classons-­‐les  par  ordre  décroissant  d'occurrences  :  

 
Lettres   Fréquence  
O   0,30  
A   0,23  
R   0,19  
U   0,14  
F   0,09  
W   0,05  
 

Construisons  maintenant  l'arbre  de  Huffman  :  

 
On  en  déduit  le  codage  suivant  :  
 
Lettres   Codage  
O   11  
A   01  
R   00  
U   101  
F   1001  
W   1000  
 

Nombre  de  bits  du  message  


 

Le  nombre  de  bits  d'un  message  de  2  000  caractères  codés  avec  le  codage  ci-­‐dessus  est  
égal  à  la  somme  des  bits  de  chaque  caractère  pondérée  par  leur  fréquence  d'apparition  :  
 
2  ×  0,30  ×  2  000  pour  O  

+  2  ×  0,23  ×  2  000  pour  A  

+  2  ×  0,19  ×  2  000  pour  R  

+  3  ×  0,14  ×  2  000  pour  U  

+  4  ×  0,09  ×  2  000  pour  F  

+  4  ×  0,05  ×  2  000  pour  W  

Soit  un  total  de  :  4  840  bits  

2)  Débit  
 
Le  débit  s'exprime  par  la  relation  :  
D  =  2  ×  BP  ×  log2v  

La  bande  passante  est  de  :  


BP  =  3  200  -­‐  800  =  2  400  Hz  

Le  signal  est  bivalent,  le  débit  binaire  est  donc  de  :  


D  =  2  ×  2  400  ×  log22  =  4  800  bit/s  

3)  Temps  d'émission  

 
Le  temps  d'émission  du  message  codé  est  égal  au  rapport  entre  le  nombre  de  bits  
transmis  et  le  débit  binaire,  soit  :  
T=  4840  /  4800  =  1,008  s  

 
4)  Codage  en  ASCII  
Un  message  codé  en  ASCII  avec  bit  de  parité  est  codé  sur  8  bits  par  caractère.  
 
Pour  un  message  de  2  000  caractères  avec  une  rapidité  de  modulation  de  4  800  bauds,  le  
temps  de  transmission  est  de  :  
T  =  8  x  2000  /  4800  =  3,33  s  

On  voit  qu'il  est  donc  impossible,  dans  ces  conditions,  de  transmettre  le  message  en  
moins  de  2  secondes.  
 
5)  Changement  de  nature  du  signal  

Pour  résoudre  le  problème,  il  faut  rechercher  un  lien  entre  le  temps  de  transmission  du  
message  et  les  autres  données  immuables  du  problème,  c'est-­‐à-­‐dire  la  bande  passante  et  
le  volume  d'informations  à  transmettre.  
 
Le  débit  binaire  peut  s'exprimer  de  deux  façons  différentes  :  
 
• en  fonction  du  volume  :  D  =  V  ⁄  t  

• en  fonction  de  la  bande  passante  et  de  la  valence  :  D  =  2  ×  BP  ×  log2v  

On  en  déduit  que  :  


V  ⁄  t  =  2  ×  BP  ×  log2v  

ou encore :

t  =  V  ⁄  (2  ×  BP  ×  log2v)  

Il  en  résulte  que  pour  réduire  le  temps  de  transmission  sans  augmenter  la  bande  
passante,  il  faut  augmenter  la  valence.  
 
Pour  ce  faire,  il  faut  naturellement  augmenter  le  débit  binaire  en  raison  de  sa  relation  
avec  le  temps  de  transmission,  étant  donné  que  le  volume  à  transmettre  est  immuable  :  
D  =  V  ⁄  t  

On  passe  donc  au  débit  supérieur,  soit  9  600  bauds.  


 
On  a  alors  un  temps  de  transmission  de  :  
T  =  8  x  2000  /  9600  =  1,66  s  

De  cette  façon,  le  temps  de  transmission  est  inférieur  à  2  secondes.  


 
La  valence  doit  donc  être  telle  que  :  
9  600  =  4  800  ×  log2v  =>  2  =  log2v  =>  v  =  22  =  4  
 

6)  Rapport  signal  à  bruit  


D'après  la  relation  de  Shannon  en  milieu  perturbé,  on  a  pour  une  valence  de  4,  un  
rapport  signal  à  bruit  tel  que  :