Sunteți pe pagina 1din 4

PRECISIONS SUR LA FISCALITÉ AGRICOLE

Suivant le Code Général des Impôts, voici à ce jour les textes sur la fiscalité agricole concernant :

1. L’impôt sur les bénéfices


2. La T.V.A.
3. La taxe professionnelle

1. L’impôt sur les bénéfices :

Les revenus agricoles sont exonérés de l’impôt sur les bénéfices jusqu’au 31/12/2013
conformément aux articles 6-II-B (relatif à l’I.S) et 46 (relatif à l’I.R).

Ces activités ci – après ne sont pas exonérées car considérées comme faisant partie de la
catégorie professionnelle de l’I.R et non pour la catégorie revenu agricole :

 Pépinières ;
 Vente des produits de la récolte en dehors des exploitations ;
 Apiculture ;
 Aviculture moderne;
 Elevage de chevaux et autres équidés ;
 Nourrisseurs de porcs, vaches et brebis dans un but spéculatif, en dehors de toute
exploitation agricole ;
 Elevage et dressage de chiens ;
 Loueurs d’animaux de bât ou de trait.

Les activités ci – après bénéficient d’une exonération permanente - même après 2013 - :

 Des plantations sylvestres d’une superficie ne dépassant pas un hectare et des plantations non
fruitières d’alignement ;
 De la vente des animaux vivants et des produits de l’élevage dont la transformation
n’a pas été réalisée par des moyens industriels ;
 Des plantations sylvestres, non fruitières destinées à préserver les terres de l’érosion
d’origine éolienne et hydraulique.

2. La T.V.A :

La T.V.A concerne toute opération de nature industrielle, commerciale, artisanale ou relevant de


l'exercice d'une profession libérale accomplie au Maroc.
Hormis l'agriculture et les activités à caractère non commercial, ou non industriel et les
activités à caractère civil, et sous réserve des exonérations prévues par le C.G.I, le législateur
soumet à la T.V.A. la quasi-généralité des opérations économiques.

Des considérations d'ordre économique et social ont amené le législateur à exclure du champ
d'application de la T.V.A. le secteur agricole.

Aussi, la situation des opérations effectuées par les agriculteurs au regard de la législation en
matière de T.V.A, mérite-t-elle d'être définie comme suit :
Ventes de produits de récolte :

La vente par un agriculteur des produits de sa récolte à l'état naturel (céréales, légumes,
fruits ...) ou obtenus après transformation, pourvu que celle-ci se situe dans le prolongement
normal de son activité agricole et que ces produits soient vendus avec ou sans présentation
commerciale, en gros ou en détail, ne constitue pas une opération imposable à la T.V.A.

Tel est le cas de la vente par un agriculteur de fromage fabriqué à partir du lait de son cheptel,
du miel provenant de sa ruche, des plantes ou d'arbrisseaux provenant de sa pépinière, etc.

Ventes de produits agricoles transformés :

Un agriculteur devient assujetti, lorsque les transformations effectuées ne constituent plus le


prolongement normal de son activité agricole, soit parce que ces transformations portent sur des
produits agricoles achetés, soit en raison de l'utilisation de procédés industriels pour
l'obtention des produits transformés ou conditionnés.

Exemples :

- Agriculteur et éleveur : L'agriculteur ou l'éleveur qui vend du beurre ou du fromage, n'est


pas assujetti à la taxe à condition que les produits fabriqués proviennent exclusivement du
lait de son cheptel et que les conditions d'exploitation ne s'apparentent pas à une activité
industrielle. Cependant, s’il achète du lait et procède à sa transformation pour obtenir lesdits
produits, l’opération devient taxable.

- Apiculteur : L'apiculteur qui vend en l'état le miel de sa récolte ne doit pas être recherché en
paiement de la taxe. Il devient assujetti lorsqu’il fabrique, par exemple, des bonbons ou des pains
d’épice en incorporant au miel de son rucher, des produits tels que le sucre, la farine, les arômes,
etc…..

- Pépiniériste : Le pépiniériste n'est pas assujetti pour la vente d'arbustes provenant de plantes
d'achat, lesquels ont été incorporés au fond et sont devenus des produits récoltés sur une
exploitation agricole.

- Accouveur : Les opérations accomplies par les accouveurs dans l'exercice de leur profession et
consistant, à l'aide d'installations appropriées, à transformer en poussins des oeufs, se
rattachent par leur nature au cycle biologique naturel de l'évolution du poulet. Elles
constituent donc des opérations hors champ d'application de la taxe.

- Elevage : Le propriétaire d'une écurie de course qui exploite un domaine agricole dans lequel il
se livre à l'élevage des chevaux, exerce une activité de nature agricole se situant hors du champ
d'application de la T.V.A.

Opérations autres que les ventes

Pour les opérations autres que les ventes effectuées par des personnes qui exercent à titre
principal une activité à caractère agricole, la situation de ces personnes au regard de la
T.V.A. doit être examinée dans les mêmes conditions que pour les autres assujettis.

Exemples :
- Agriculteur prestataire de services : L'agriculteur effectuant pour le compte de tiers,
même occasionnellement, des prestations de services tels que transport, location de
matériel agricole, etc. exerce une activité imposable par nature à la T.V.A.

- Entraîneur de chevaux ou de lévriers de courses : Le dressage et l’entraînement des animaux


relèvent de l’exercice d’une activité à caractère non commercial et la rémunération perçue à
ce titre par l'entraîneur constitue une opération non taxable. Cependant, son activité peut
revêtir un caractère commercial si son objet principal est l'exploitation de l'écurie qui
consiste à rendre des services notamment d’hébergement et de nourriture des chevaux au profit
de tiers.

Achats des immobilisations :

Sont exonérés de la taxe sur la valeur ajoutée avec bénéfice du droit à déduction, lorsqu’ils sont
destinés à usage exclusivement agricole, les produits et matériels listés ci – après :

 Les produits phytosanitaires ;


 Les tracteurs ;
 Les abri-serres et les éléments entrant dans leur fabrication ;
 Les moteurs à combustion interne stationnaire, les pompes à axe vertical et les motopompes
dites pompes immergées ou pompes submersibles ;
 Le semoir simple ou combiné ;
 Le retarvator (fraise rotative) ;
 Le scarificateur ;
 Le sweep ;
 Le rodweeder ;
 L'épandeur d'engrais ;
 Le plantoir et les repiqueurs pour tubercules et plants ;
 Les moissonneuses-batteuses ;
 Les ramasseuses presses ;
 Les ramasseuses de graines ;
 Les ramasseuses chargeuses de canne à sucre et de betterave ;
 Les tracteurs à roues et à chenilles ;
 Les motoculteurs ;
 Les pivots mobiles ;
 Les appareils mécaniques à projeter des produits insecticides, fongicides, herbicides et
similaires ;
 Le cover crop ;
 Les charrues ;
 Les moissonneuses ;
 Les poudreuses à semences ;
 Les ventilateurs anti-gelée ;
 Les canons anti-grêles ;
 Les appareils à jet de vapeur utilisés comme matériel de désinfection des sols ;
 Le matériel génétique animal et végétal ;
 Les conteneurs pour le stockage d'azote liquide et le transport de semences congelées
d'animaux ;
 Les chisels ;
 Les sous-soleurs ;
 Les cultivateurs à dents ;
 Les stuble-plow ;
 Les herses ;
 Les billonneurs ;
 Les buteuses et bineuses ;
 Les rouleaux agricoles tractés ;
 Les batteuses à poste fixe ;
 Les moissonneuses lieuses ;
 Les faucheuses rotatives ou alternatives et les girofaucheuses ;
 Les râteaux faneurs et les giroandaineurs ;
 Les ensileuses ;
 Les faucheuses conditionneuses ;
 Les hacheuses de paille ;
 Les débroussailleurs ;
 Les tailleuses de haies ;
 Les égreneuses ;
 Les effeuilleuses ;
 Les arracheuses de légumes ;
 Les épandeurs de fumier ;
 Les épandeurs de lisier ;
 Les ramasseuses et/ou andaineuses de pierres ;
 Le matériel de traite : pots et chariots trayeurs ;
 Les salles de traite tractées et l'équipement pour salles de traite fixes ;
 Les barattes ;
 Les écrémeuses ;
 Les tanks réfrigérants ;
 Les abreuvoirs automatiques ;
 Le matériel apicole : machines à gaufrer, extracteurs de miel et maturateurs ;
 Les tarières ;
 Le matériel de micro-irrigation par goutte à goutte ou matériel d'irrigation par aspersion ;
 Les polymères liquides, pâteux ou sous des formes solides utilisés dans la rétention de l’eau
dans les sols;

3. La taxe professionnelle :

Les exploitants agricoles bénéficient de l’exonération totale permanente pour les ventes réalisées
en dehors de toute boutique ou magasin, la manipulation et le transport des récoltes et des fruits
provenant des terrains qu’ils exploitent ainsi que la vente des animaux vivants qu’ils y élèvent et
des produits de l’élevage dont la transformation n’a pas été réalisée par des moyens industriels.

Sont exclues de cette exonération les personnes qui effectuent une activité professionnelle
afférente aux opérations d’achat, de vente et/ou d’engraissement d’animaux vivants;