Sunteți pe pagina 1din 33

GÉNÉRATION f r a n ç a i s

B2
livre + cahier Méthod e d e
+ DV
D D
C

IN S
C L U
GÉN É R ATI O N
Méthod e d e f r a n ç a i s B2
LIVRE
+
CAHIER

LIVRE
DE L’ÉLÈVE
C. BARACCO - L. GIACHINO
Auteursb: C. Baracco et L. Giachino

Éditionb: C. Mazzocchi, V. Volant (Torino), L. Millet


Révision pédagogiqueb: S. Brusati
Relectureb: M. Legrand
Conception graphique de la couverture : J. Parreau
Maquette intérieureb: EGG, V. Volant
Mise en pageb: V. Volant (Torino), IGS-CP
Iconographeb: M. Fortini, C. Patella, A. Galicher
900 g éq. CO2
Photogravureb: IGS-CP
Enregistrementsb: W&A Studio (Torino)
Montage du CD audiob: Eurodvd
Montage et interface graphique du DVDb: INIT Productions

« Le photocopillage, c’est l’usage abusif et collectif de la photocopie sans autorisation des auteurs et des éditeurs. Largement répandu dans les
établissements d’enseignement, le photocopillage menace l’avenir du livre, car il met en danger son équilibre économique. Il prive les auteurs d’une
juste rémunération. En dehors de l’usage privé du copiste, toute reproduction totale ou partielle de cet ouvrage est interdite. La loi du 11 mars 1957
n’autorisant, au terme des alinéas 2 et 3 de l’article 41, d’une part, que les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste
et non destinées à une utilisation collective et, d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, toute
représentation ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite (alinéa
1er de l’article 40) – Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les
articles 425 et suivants du Code pénal. »

© 2016 by Zanichelli editore S.p.A.


© Les éditions Didier, Paris 2017 – ISBNŰ: 978-2-278-08776-1
Achevé d’imprimer en juillet 2016 par LEGO LAVIS (Italie) – Dépôt légalŰ: 8776/01
Mode d’emploi
La méthode Génération est composée d’un livre de l’élève et d’un cahier d’activités, tous deux inclus dans le
manuel numérique. Elle se compose de 8 unités.
La structure de chaque unité (identique dans le livre et le cahier) marque un véritable parcours
d’apprentissage.

JE DÉCOUVRE ET JE M’EXPRIME

1. Dans cette première


étape, le thème de l’unité est
développé à travers une variété
de documents authentiques :
des articles, des pages web, des
interviews radio, des extraits
littéraires, des chansons, des
vidéos et des images. Vous
approfondirez les aspects
culturels et littéraires du
monde francophone, vous
enrichirez votre vocabulaire
et vous développerez vos
compétences linguistiques
et votre aptitude à la pensée
critique et argumentative.

Dans la partie Paysage


audiovisuel, vous
La partie Gros plan sur... approfondirez le thème
vous guidera dans l’analyse de l’unité à travers
des textes littéraires. un document vidéo
historique ou lié à
l’actualité.
JE M’ENTRAÎNE

2. La rubrique Je m’entraîne
présente les règles
grammaticales du niveau B2
et rappelle les acquis des
niveaux précédents, avec
des exemples, des tableaux
récapitulatifs, et de nombreux Pour chaque thème de
exercices. grammaire, vous trouverez
d’autres exercices à la fin
du livre dans la rubrique
Je m’entraîne à la maison
du cahier.

SAVOIR FAIRE

3. Dans la troisième
rubrique, vous aborderez
les stratégies pour
développer les compétences
disciplinaires (résumer,
rédiger un texte informatif
ou argumentatif, analyser des
textes littéraires, etc.)
et préparer l’examen de
la certification DELF B2.
JE M’ENTRAÎNE À LA MAISON
À chaque section du Livre
de l’élève correspond une
section du Cahier avec les
activités à faire comme
devoirs à la maison pour
renforcer ce qui a été fait Les exercices
en classe. Exo défi et
Langues en
écho résument
les structures
travaillées
dans l’unité.

JE M’ÉVALUE
La section JE
M’ÉVALUE vous
propose une épreuve
blanche pour vous
préparer au DELF B2.

ANNEXES

Dans la partie Légende des icônes


Annexes, vous
trouverez des Cette activité est utile pour la préparation
tableaux de DELF B2 de la certification DELF.
conjugaison.
Les pistes audio en lien avec les activités d’écoute se trouvent
01 sur le CD.

VIDÉO Les vidéos en lien avec la section Paysage audiovisuel


se trouvent sur le DVD.
Tableau des contenus

1 La plume est plus


forte que l’épée
Réflexions sur l’écriture
2 Liberté, liberté
chérie
Libertés d’hier et d’aujourd’hui

JE DÉCOUVRE ET JE M’EXPRIME JE DÉCOUVRE ET JE M’EXPRIME


SUR LA TOILE SUR LA TOILE
Écrivain, un métier difficile 12 La liberté d’expression 30
DE VIVE VOIX DANS LA PRESSE
Interview de l’écrivain Michel Bussi 13 Malala : un symbole du droit des filles à l’éducation 32
EN AVANT LA MUSIQUE PAYSAGE AUDIOVISUEL
Zazie, Sur toi 14 La libération de Paris 34
EN IMAGES 15 EN IMAGES 35

NOIR SUR BLANC EN TOUTES LETTRES


Patrick Modiano, Discours pour la réception Boris Vian, L’Évadé 36
du prix Nobel 16
GROS PLAN SUR... Genres et types de textes 37
PAYSAGE AUDIOVISUEL
L’OuLiPo : mode d’emploi 18 DE VIVE VOIX
Interview du professeur Saïd Darviche 38
EN TOUTES LETTRES
Michel de Montaigne, Au lecteur 19
Victor Hugo, Fonction du poète 19
Charles Baudelaire, L’Albatros 20
GROS PLAN SUR... Les fonctions communicatives 21

JE M’ENTRAÎNE JE M’ENTRAÎNE
Révision Les pronoms personnels compléments 22 Révision Les pronoms démonstratifs 39
L’accord du verbe avec le sujet : les noms collectifs 23 Les indéfinis - L’identité 40
La mise en relief 24 Le pronom soi 42

SAVOIR FAIRE SAVOIR FAIRE


Résumer un texte 26 Rédiger un texte 44
3 Le progrès est le
mode de l’homme
Les défis de la science
4 Autres temps,
autres mœurs
Vivre à l’ère d’Internet

JE DÉCOUVRE ET JE M’EXPRIME JE DÉCOUVRE ET JE M’EXPRIME


EN TOUTES LETTRES SUR LA TOILE
Jules Verne, De la Terre à la Lune 48 Internet, bienfaits ou méfaits pour les jeunes ? 66

GROS PLAN SUR... Le narrateur 49 EN IMAGES 68

DANS LA PRESSE EN AVANT LA MUSIQUE


Zora, la solution robotique au service des seniors 50 Calogero, Pomme C 68

DE VIVE VOIX SUR LA TOILE


Interview de Mathias, greffé du cœur 52 Un collégien sur cinq a déjà été victime
de cyberviolence 70
PAYSAGE AUDIOVISUEL
EN TOUTES LETTRES
Des ballons à la conquête de l’espace 53
Michel Bussi, Nymphéas noirs 72
EN IMAGES 54
GROS PLAN SUR... Le discours indirect libre 73
DANS LA PRESSE
Les casques de réalité virtuelle 55 DE VIVE VOIX
Interview de l’écrivain Alexandre Postel 73
SUR LA TOILE
Que mangerons-nous demain ? 56 PAYSAGE AUDIOVISUEL
Tous esclaves d’Internet 74

JE M’ENTRAÎNE JE M’ENTRAÎNE
Révision L’accord du participe passé 58 Révision C’est / Il est 75
Le passé simple 59 Révision Le passif 76
Les indéfinis - La quantité 60 Exprimer la cause 77
Exprimer la conséquence 79

SAVOIR FAIRE
Rédiger un texte informatif 63
SAVOIR FAIRE
Exposer une idée : l’argumentation 81
5 Le visage est
le miroir du cœur
Du portrait au selfie
6 L’argent ne fait
pas le bonheur
Qu’est-ce que la richesse ?

mitraille frusquinPICALLION ferraille flouze


braise
as
sac
c
fri

lé s
as
écuIC

sbou
osii
osier
o
PÉCULE
FR
denier
pognon douille
ne
n
h radis
thune FLOUZE
grisbi

pécune
in
métal SOUS
denier pépètes

frel
brique
b frusq
ROND
galet uin
l
galette as
grisbi picaillte
BLÉ pognoon

le fi
pèze
rond
pèze
mitraille

bal ique
ill bourse

c n
n

bla
bien FRICC oseille BI
tal
capipogn on e
spèces
sac

viat
blé EN

pépètes
cu fric
écu blé

CAPITAL
ferraillePICAILLONmitraille DOUILLE frusquinBLÉ
écu è
OSEILLE
O

ze
es
t ass p

viatiqueBALLE fric p é
ron
PÈZE
d
sou

JE DÉCOUVRE ET JE M’EXPRIME JE DÉCOUVRE ET JE M’EXPRIME


SUR LA TOILE EN TOUTES LETTRES
La Joconde de Léonard de Vinci cache-t-elle Sacha Guitry, Mémoires d’un tricheur 102
la plus ancienne image 3D jamais créée ? 84
EN IMAGES 103
DE VIVE VOIX
Interview du photographe Philippe Dureuil 86 SUR LA TOILE
L’argent de poche 104
EN IMAGES 87
DE VIVE VOIX
DANS LA PRESSE Interview de Marie-Claude François-Laugier 106
L’image, nouveau langage des ados 88
PAYSAGE AUDIOVISUEL
EN TOUTES LETTRES Le « jobbing » : des mini-emplois pour arrondir
Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale 90 les fins de mois 107
GROS PLAN SUR... Le point de vue 91 EN TOUTES LETTRES
Molière, L’Avare 108
PAYSAGE AUDIOVISUEL
Selfies plutôt que cadenas 92 GROS PLAN SUR... Comédie, satire, ironie 109

EN AVANT LA MUSIQUE
Adrienne Pauly, La fille au Prisunic 110

JE M’ENTRAÎNE JE M’ENTRAÎNE
Exprimer le but 93 Révision Exprimer la comparaison 112
Révision Le discours et l’interrogation indirects 94 Révision L’hypothèse avec si 113
Exprimer les relations temporelles 96 Exprimer l’hypothèse et la condition 114
Le mode dans les subordonnées relatives 116

SAVOIR FAIRE
Analyser une image 99
SAVOIR FAIRE
Rédiger l’introduction et la conclusion 117
7 N’est heureux que
qui croit l’être
Être bien dans son corps
et dans son esprit
8 Au bord
du gouffre
Les différents visages
des crises économiques

JE DÉCOUVRE ET JE M’EXPRIME JE DÉCOUVRE ET JE M’EXPRIME


DANS LA PRESSE SUR LA TOILE
L’influence des couleurs sur nous 120 1929, 1974, 2008 : les points communs
des trois grandes crises économiques 140
NOIR SUR BLANC
Les petits bonheurs des Français 122 EN IMAGES 141

EN TOUTES LETTRES PAYSAGE AUDIOVISUEL


Joachim Du Bellay, Heureux qui comme Ulysse... 124 La déflation 142

GROS PLAN SUR... Le sonnet 125 DE VIVE VOIX


Interview de la psychanalyste Claude Halmos 143
PAYSAGE AUDIOVISUEL
NOIR SUR BLANC
Du fitness dans le métro ! 125
La grande crise de 1974 144
EN AVANT LA MUSIQUE
DANS LA PRESSE
Sinsémilia, Tout le bonheur du monde 126
Du gros salaire à la galère 146
EN IMAGES 127
EN TOUTES LETTRES
DE VIVE VOIX Émile Zola, Germinal 148
Interview du philosophe Charles Pépin 128 GROS PLAN SUR... La métaphore 149

JE M’ENTRAÎNE JE M’ENTRAÎNE
Révision Les adverbes de manière 129 Révision Les formes en -ant 150
Révision Indicatif ou subjonctif dans L’accord du participe passé : cas particuliers 152
les subordonnées 130 Ne explétif 154
Exprimer l’opposition et la concession 132
La concordance des temps 134
SAVOIR FAIRE
SAVOIR FAIRE Passer le DELF B2 155

Analyser un texte littéraire 136

JE M’ÉVALUE JE M’ENTRAÎNE À LA MAISON


Compréhension de l’oral .................................................................... 158 Unité 1 ..................................... 170 Unité 5 ..................................... 178
Compréhension des écrits................................................................... 160 Unité 2 ..................................... 172 Unité 6 ..................................... 180
Production écrite .................................................................................... 164 Unité 3 ...................................... 174 Unité 7 ..................................... 182
Production orale ....................................................................................... 165 Unité 4 ......................................176 Unité 8 ..................................... 184
1 La plume est plus
forte que l’épée
Réflexions sur l’écriture

1 Regardez le schéma et répondez aux questions.

LA PLUME EST PLUS


FORTE QUE L’ÉPÉE

Quel est le sens du proverbe qui


donne son titre à cette unité ?
Êtes-vous d’accord ou
penchez-vous pour le contraire ?

ÊTRE ÉCRIVAIN : UN POLITIQUE ET ÉCRITURE ET


VRAI MÉTIER LITTÉRATURE : MODERNITÉ : UNE
OMBRES ET LUMIÈRES VOIX, DES VOIX
Aimez-vous écrire? Pourquoi
écrivez-vous ? Connaissez-vous des cas où le Les écrivains ont-ils un rôle
D’après vous, l’écriture pouvoir politique a limité la à jouer dans la société
représente-t-elle un travail, un liberté des écrivains ? actuelle ?
divertissement, un plaisir ?
Sauriez-vous imaginer les
difficultés que comporte le
travail d’un écrivain ?
1 JE DÉCOUVRE ET JE M’EXPRIME

1 SUR LA TOILE

http://www.e-orientations.com

Écrivain, un métier difficile


Marina Melody Mercier tient à prévenir les aspirants qui auraient une vision trop idéalisée du
métier. La jeune auteure, qui vient de sortir son premier roman, Jonas(s), connaît en effet déjà
bien les contraintes de la profession.

« Écrivain, ce n’est pas le trip romantique de “j’ai une inspiration” et “blam je ponds cent pages”. Car c’est
un vrai métier, il y a un savoir-faire, un vrai rapport au temps, et la pratique se perfectionne, se peaufine,
s’adapte. Cela demande de la méthode, de l’organisation et de la volonté », insiste-t-elle.
Car, de l’idée à l’ouvrage, il y a un important travail d’écriture, propre à chaque écrivain, mais qui
demande un effort qu’il ne faut pas ignorer. Pour Jonas(s), par exemple, Marina a travaillé six mois, avec
des interruptions de plusieurs semaines. « J’écrivais quelques pages, plusieurs lots les uns après les
autres, qui appartenaient à un tout, sauf que celui-ci n’existait que dans ma tête », décrit la romancière.
« Il a fallu alors mettre au point un univers, une trame, une narration, et insérer tous ces passages écrits
sous le coup de l’impulsion. J’ai ainsi dû travailler la cohérence, la vraisemblance, le rythme... reprendre
tout du début et ne jamais laisser tomber, être toujours exigeante ».
Une fois son ouvrage écrit, l’écrivain doit ensuite le faire éditer. Pour un premier OBSERVEZ
roman, cela se solde – en général – par ll’envoi
envoi de nombreux manuscrits... avec
Inséré à l’intérieur ou à la fin d’un
un grand nombre de refus ! Marina a néanmoins vu sa proposition
propos acceptée dès le passage au discours direct, le sujet
premier envoi aux Éditions 93. « Mais je crois que j’ai eu de la chance », de la proposition incise est toujours
souffl
f e-t-elle.
souffle-t-elle. inversé, qu’il s’agisse d’un nom ou d’un
pronom.
Le travail de l’écrivain ne s’arrête généralement pas à l’acce
l’acceptation de son
édite En effet, il
manuscrit par un éditeur.
lui faudra souvent fair
faire quelques retouches à son récit à la
demande de sa maiso
maison d’édition. Souvent associé au choix de
la couverture et du rérésumé du livre, il devra ensuite participer
à sa promotion, une fois
fo celui-ci publié. Débutent alors les
salons, les séances de signatures et les interviews... tout en
D’après www.e-orientations.com

commençant déjà à réflééchir à son prochain ouvrage ! Il n’y a pas


de formation spécifique aau métier d’écrivain, même si être issu
favor souvent les vocations. La plupart des
d’un cursus littéraire favorise
v
compétences viennent en effet au fil de l’expérience
tâton
et des tâtonnements, en écrivant des billets, des
nouvelles ou de premiers ouvrages inachevés.
La lecture et l’analyse des travaux d’autres écrivains
égalem
est également essentielle.

Vocabulaire
2 Trouvez dans le texte les équivalents des mots suivants.
1. hallucination, illusion 5. aboutir à
2. produire 6. sorti, provenant
3. obligation 7. hésitation
4. soigner minutieusement 8. incomplet

12 douze
JE DÉCOUVRE ET JE M’EXPRIME 1
Compréhension écrite
3 Répondez aux questions.
1. Dans quel sens Marina Melody Mercier affirme l’« important travail d’écriture ».
qu’être écrivain « est un vrai métier » ? 4. Quelle difficulté surgit une fois le travail
2. Est-ce que Marina Melody Mercier est une d’écriture terminé ?
écrivaine déjà affirmée ? Justifiez votre réponse. 5. Que se passe-t-il après la publication ?
3. Résumez en une phrase en quoi consiste 6. Comment devient-on écrivain ?

Production écrite
4 Avez-vous déjà voulu devenir écrivain ? Si non, expliquez vos raisons. Si oui, dites pourquoi
et parlez de l’écrivain qui vous inspire (200 mots environ).

Production orale
5 À DEUX Après avoir cherché des informations sur votre écrivain préféré, préparez une
interview et jouez la scène.

2 DE VIVE VOIX

Compréhension orale
01 6 DELF B2 Écoutez l’interview et répondez aux questions. Michel Bussi
Né en 1965, Michel
1. Quel est le sujet de l’interview ? Bussi est professeur de
2. Choisissez l’affirmation correcte. géographie à l’Université
a. L’auteur n’a pas réalisé son désir de dessiner ou de filmer ses histoires. de Rouen, en Normandie.
b. Il préfère dessiner ou filmer plutôt qu’écrire. Sa carrière littéraire a
c. Il a d’abord écrit des histoires, puis les a filmées. débuté dans les années
1990 et, au rythme d’un
3. Quels sont les deux types de romans dont il s’inspire ? livre par
p an, Bussi est
devenu
enu l’auteur français de
4. a. Quelle partie d’un livre Bussi écrit-il en premier ?
romanan policierr le plus
b. Que fait-il ensuite ? lu enn France.
5. La psychologie des personnages est strictement liée à la fin de l’histoire.
a. Vrai. b. Faux. c. On ne sait pas.
6. La psychologie des personnages peut évoluer au fil de l’écriture.
a. Vrai. b. Faux. c. On ne sait pas.
7. Pour Bussi, le plaisir du lecteur tient à :
a. des descriptions précises et claires.
b. une intrigue riche en coups de théâtre.
c. un style vivant et des dialogues serrés.
8. Pour Bussi, la psychologie des personnages est :
a. finalement plus importante que l’intrigue.
b. un aspect secondaire d’un bon roman policier.
c. liée aux émotions de l’écrivain.

treize 13
1 JE DÉCOUVRE ET JE M’EXPRIME

Production orale
7 Bussi cite deux auteurs de romans policiers, Georges Simenon et Agatha Christie, et un jeu
de société, le Cluedo. Les connaissez-vous ? Si non, faites une recherche sur Internet et dites
pourquoi Bussi compare les romans d’Agatha Christie au Cluedo.

8 Un avion sans elle est un roman de Michel Bussi publié en 2012. Expliquez le jeu de mots
contenu dans le titre.

3 EN AVANT LA MUSIQUE

Zazie Dès lors, elle publie une dizaine d’al-


Zazie (de son vrai nom Isabelle de bums grâce auxquels elle remporte deux
Truchis de Varennes) est née en 1964 nouvelles Victoires de la musique comme
en banlieue parisienne. Artiste féminine de l’année, en 1998 et
Après une carrière de mannequin, elle en 2002.
devient auteure-compositrice-inter- Sur toi, dont Zazie a écrit comme d’ha-
prète. Elle est sacrée Révélation fémi- bitude aussi bien les paroles que la mu-
nine aux Victoires de la musique grâce à sique, est tirée de son quatrième album,
son premier album (Je, Tu, Ils, 1992). La Zizanie (2001).

Sur toi
J’écris sur ce que j’endure Sur les murs, j’écris sur les toits
Les petites morts, sur les blessures Écrire, c’est toujours revenir
J’écris ma peur, mon manque d’amour À ceux qui nous ont fait partir
J’écris du cœur, mais c’est toujours On n’écrit pas qu’on manque de rien
Sur ce que je n’ai pas pu dire Qu’on est heureux, que tout va bien
Pas pu vivre, pas su retenir Voilà pourquoi
J’écris en vers et contre tous Je n’écris pas sur toi
C’est toujours l’enfer qui me pousse Rassure-toi
À jeter l’encre sur le papier
La faute sur ceux qui m’ont laissée J’écris quand j’ai mal aux autres
Écrire, c’est toujours reculer Quand ma peine ressemble à la vôtre
L’instant où tout s’est écroulé Quand le monde me fait le gros dos
On n’écrit pas sur ce qu’on aime Je lui fais porter le chapeau
Sur ce qui ne pose pas problème J’écris le blues indélébile
Voilà pourquoi Ça me paraît moins difficile
Je n’écris pas sur toi De dire à tous plutôt qu’à un
Rassure-toi Et d’avoir le mot de la fin
Il faut qu’elle soit partie déjà
Moi, j’écris sur ce qui me blesse Pour écrire « ne me quitte pas »
La liste des forces qu’il me reste Qu’ils ne vivent plus sous le même toit
Mes kilomètres de vie manquée Pour qu’il vienne lui dire qu’il s’en va
De mal en prose, de vers brisés On n’écrit pas la chance qu’on a
J’écris comme on miaule sous la lune Pas de chanson d’amour quand on en a
Dans la nuit, je trempe ma plume Voilà pourquoi, mon amour
J’écris l’abcès, j’écris l’absent Je n’écris rien sur toi
J’écris la pluie, pas le beau temps Rassure-toi
J’écris ce qui ne se dit pas « Sur toi » (Zazie) © 2003 Éditions La Zizanie
14 quatorze
JE DÉCOUVRE ET JE M’EXPRIME 1
Compréhension écrite et orale
9 Écoutez la chanson sur Internet, lisez le texte et répondez aux questions.
1. Résumez la pensée de Zazie et dites ce qui favorise l’écriture d’une chanson pour elle.
2. Au contraire, sur quoi n’écrit-elle pas ?
3. Expliquez le jeu de mots contenu dans les vers « C’est toujours l’enfer qui me pousse / À jeter
l’encre sur le papier ». Que veut dire Zazie ?
4. Pourquoi peut-on affirmer que cette chanson est une véritable déclaration d’amour ?

Production écrite
10 « Dans tout pays le chant naturel de l’homme est triste, lors même qu’il exprime le
bonheur. Notre cœur est un instrument incomplet, une lyre où il manque des cordes, et où nous
sommes forcés de rendre les accents de la joie sur le ton consacré aux soupirs ». Commentez
cette affirmation de Chateaubriand (200 mots environ).

4 EN IMAGES

Le bûcher des livres


Dès qu’il arrive au pouvoir, Adolf
Hitler exprime son intention
de lutter « contre l’esprit non
allemand » et il envisage de
persécuter de façon organisée et
systématique les écrivains juifs,
marxistes et en général tous ceux
qui se déclaraient pacifistes. Le 10
mai 1933, devant l’Opéra de Berlin
et dans 21 autres villes allemandes,
des dizaines de milliers de livres
sont publiquement brûlés par des
étudiants, des enseignants et des
membres du parti nazi. Ces bûchers
font partie de l’histoire comme les
autodafés allemands de 1933.

Analyse de l’image
11 Répondez aux questions.
1. Qui sont les personnes sur cette photo ? Dans 4. Quelle réaction ce bûcher provoque en vous ?
quelle tranche d’âge se situent-elles ? 5. Quelle(s) réflexion(s) pouvez-vous faire en
2. Qu’est-ce qu’elles sont en train de faire ? relation avec l’âge des personnes représentées sur
3. Quels sentiments semblent les animer ? la photo ?

Production écrite
12 Imaginez que vous êtes un écrivain et que vous assistez à l’autodafé de vos livres. Rédigez
votre témoignage en racontant l’événement et en exprimant vos sentiments (200 mots environ).
quinze 15
1 JE DÉCOUVRE ET JE M’EXPRIME

5 NOIR SUR BLANC

Patrick Modiano
Patrick Modiano est né en 1945 près de Paris, d’un père juif français d’origine italienne et d’une mère flamande.
Son premier roman, La Place de l’Étoile, remporte le prix Roger Nimier et inaugure une carrière littéraire axée sur le
thème de l’étranger, de l’exilé, de l’absent, dans le Paris occupé par les nazis.
En 1978, le roman Rue des Boutiques Obscures lui vaut le prix Goncourt et, en 2014, Modiano reçoit le prix Nobel
de littérature pour « l’art de la mémoire avec lequel il a évoqué les destinées humaines les plus insaisissables et
dévoilé le monde de l’Occupation ».
Voici un extrait du discours que l’écrivain a prononcé le 7 décembre 2014, à Stockholm, pour la réception de son
prix Nobel.

[…] C’est la première fois que je dois prononcer un discours devant une si nom-
breuse assemblée et j’en éprouve une certaine appréhension. On serait tenté de croire
que pour un écrivain, il est naturel et facile de se livrer à cet exercice. Mais un écrivain
– ou tout au moins un romancier – a souvent des rapports difficiles avec la parole. Et
si l’on se rappelle cette distinction scolaire entre l’écrit et l’oral, un romancier est plus 5
doué pour l’écrit que pour l’oral. […]
Et puis j’appartiens à une génération où on ne laissait pas parler les enfants, sauf
en certaines occasions assez rares et s’ils en demandaient la permission. Mais on
ne les écoutait pas et bien souvent on leur coupait la parole. Voilà ce qui explique la
difficulté d’élocution de certains d’entre nous, tantôt hésitante, tantôt trop rapide, 10
comme s’ils craignaient à chaque instant d’être interrompus. D’où, sans doute, ce
désir d’écrire qui m’a pris, comme beaucoup d’autres, au sortir de l’enfance. Vous
espérez que les adultes vous liront. Ils seront obligés ainsi de vous écouter sans vous
interrompre et ils sauront une fois pour toutes ce que vous avez sur le cœur. […]
Curieuse activité solitaire que celle d’écrire. Vous passez par des moments de 15
découragement quand vous rédigez les premières pages d’un roman. Vous avez,
chaque jour, l’impression de faire fausse route. Et alors, la tentation est grande de
revenir en arrière et de vous engager dans un autre chemin. Il ne faut pas succomber
à cette tentation mais suivre la même route. C’est un peu comme d’être au volant
d’une voiture, la nuit, en hiver et rouler sur le verglas, sans aucune visibilité. Vous 20
n’avez pas le choix, vous ne pouvez pas faire marche arrière, vous devez continuer
d’avancer en vous disant que la route finira bien par être plus stable et que le brouil-
lard se dissipera.
Sur le point d’achever un livre, il vous semble que celui-ci commence à se dé-
tacher de vous et qu’il respire déjà l’air de la liberté, comme les enfants, dans la 25
de Patrick Modiano – Le Monde.fr du 07.12.2014
Verbatim : le discours de réception du prix Nobel

classe, la veille des grandes vacances. Ils sont distraits et bruyants et n’écoutent plus
leur professeur. Je dirais même qu’au moment où vous écrivez les derniers para-
graphes, le livre vous témoigne une certaine hostilité dans sa hâte de se libérer de
vous. Et il vous quitte à peine avez-vous tracé le dernier mot. C’est fini, il n’a plus
besoin de vous, il vous a déjà oublié. Ce sont les lecteurs désormais qui le révéleront 30
à lui-même. Vous éprouvez à ce moment-là un grand vide et le sentiment d’avoir
été abandonné. Et aussi une sorte d’insatisfaction à cause de ce lien entre le livre
et vous, qui a été tranché trop vite. Cette insatisfaction et ce sentiment de quelque
chose d’inaccompli vous poussent à écrire le livre suivant pour rétablir l’équilibre,
sans que vous y parveniez jamais. À mesure que les années passent, les livres se suc- 35
cèdent et les lecteurs parleront d’une « œuvre ». Mais vous aurez le sentiment qu’il
ne s’agissait que d’une longue fuite en avant. Oui, le lecteur en sait plus long sur un
livre que son auteur lui-même.
16 seize
JE DÉCOUVRE ET JE M’EXPRIME 1
Compréhension écrite
13 Lisez le texte et répondez aux questions.
1. À quelle occasion ce discours a-t-il été prononcé ?
2. Est-ce que l’écrivain se sent à l’aise ? Justifiez votre réponse.
3. Quelle éducation Modiano a-t-il reçue ? Quel effet a-t-elle eu sur sa vocation d’écrivain ?
4. Quel sentiment un écrivain éprouve-t-il quand il commence à écrire ?
5. Pour Modiano, écrire est comme « être au volant d’une voiture ». En quoi cette comparaison
est-elle efficace ?
6. À qui Modiano compare-t-il un roman sur le point d’être terminé ? Pourquoi ?
7. Quels sentiments envahissent l’écrivain au moment où il termine son livre ?
8. Comment l’écrivain réagit-il une fois le livre paru ?
9. Dans le dernier paragraphe, Modiano parle du livre comme s’il s’agissait d’un être humain. Relevez
les marques de cette personnification.
10. Expliquez le sens de la dernière phrase.

Production écrite
14 Choisissez l’un des deux sujets et rédigez votre réflexion en 300 mots maximum.
a. Pour Modiano, sa vocation d’écrivain est la conséquence de son éducation familiale. Y a-t-il un
épisode de votre enfance qui a déterminé vos choix ? Racontez votre expérience.
b. On entend souvent qu’un film est plus amusant, passionnant ou intéressant qu’un livre. Partagez-
vous cet avis ? Présentez votre point de vue dans un paragraphe argumenté.

Vocabulaire
15 Les mots de la liste proviennent tous du discours de Modiano. Relisez le document pour
en dégager la signification, puis utilisez-les pour compléter les phrases, en faisant les accords
nécessaires.
appréhension • achever • élocution • découragement • faire fausse route •
s’engager • hâte • parvenir
1. Durant vingt minutes, le merveilleux orateur nous tint sous le charme de son … captivante.
(Raymond Roussel, 1877-1933, écrivain)
2. Je ne veux pas … dans des discussions qui dégénéreraient en polémiques d’estaminet. (Paul Claudel,
1868-1955, poète)
3. La rapidité qui est une vertu, engendre son vice qui est la … (Gregorio Marañón, 1887-1960, médecin
et écrivain)
4. Ne vous laissez pas envahir par le … et vous serez sûrs de réussir. (Abraham Lincoln, 1809-1865,
Président des États-Unis de 1861 à 1865)
5. Si la société libre ne … pas à améliorer le sort de la majorité des pauvres, elle ne pourra pas sauver la
minorité des riches. (John Fitzgerald Kennedy, 1917-1963, Président des États-Unis de 1961 à 1963)
6. J’approche de mon logis avec cette … qu’on a en se rendant chez un dentiste. Toutes les fenêtres sont
sombres. (Guy de Maupassant, 1850-1893, écrivain)
7. Les esprits légers commencent beaucoup de choses sans en … aucune. (Pierre-Claude-Victor Boiste,
1765-1824, lexicographe et poète)
8. Qui prend conseil franchit la montagne ; qui n’en prend point … même en plaine. (proverbe turc)

dix-sept 17
1 JE DÉCOUVRE ET JE M’EXPRIME

6 PAYSAGE AUDIOVISUEL

Compréhension audiovisuelle
16 Avant de regarder la vidéo, dites ce que
vous savez à propos de l’OuLiPo. Si vous ne
le connaissez pas, imaginez de quoi il s’agit,
sachant que c’est un « OUvroir (= laboratoire)
de LIttérature POtentielle ».

17 Regardez la vidéo sans le son et répondez


aux questions.
1. Décrivez les premières images de la vidéo et VIDÉO [01.37]

dites ce qu’elles représentent. L’OuLiPo : mode d’emploi


2. Que font les personnes ? Est-ce qu’il y a des
éléments qui vous font comprendre quel métier
ils exercent ?
3. Observez les titres des livres et les noms des auteurs. Est-ce que l’OuLiPo accueille seulement
des écrivains français ?
4. Qui est présenté dans la dernière partie de la vidéo ? Par quel genre d’images ?
5. De quel type de document il s’agit dans la dernière image de la vidéo ? Que pouvez-vous en
déduire ?

18 Regardez la vidéo avec le son et répondez aux questions.


1. Qu’est-ce que l’OuLiPo ? Qui l’a fondé ? Depuis combien d’années existe-t-il ?
2. Combien de personnes forment l’OuLiPo ?
3. À l’aide de ce qui est dit dans la vidéo, essayez d’expliquer le titre du documentaire.
4. Quelle est la particularité du roman La Disparition de Georges Perec ? Et celle des Exercices de
style de Raymond Queneau ?
5. Par quelle métaphore définit-on un oulipien ? Comment l’interprétez-vous ?
6. Quelle a été la formation de Raymond Queneau ?
7. Quels types de textes a-t-il écrits ?

Production orale
19 « C’est en écrivant qu’on devient écriveron ». Cette phrase de Raymond Queneau reprend un
célèbre proverbe français : « C’est en forgeant qu’on devient forgeron ». Commentez la citation
en utilisant vos connaissances sur l’OuLiPo.

Compétences
20 Les 11 lettres les plus fréquentes du français sont, dans l’ordre, E S A R T U N I L O C. En
classe, tirez au sort une de ces lettres, puis choisissez un conte de fée connu de tous. Formez
des groupes de 4/5 personnes. Chaque groupe écrit le conte sans jamais utiliser la lettre tirée
au sort. Comparez les résultats et votez pour le meilleur texte (attribuez des points négatifs
pour chaque infraction à la règle, pour des détails manquants etc.).

18 dix-huit
JE DÉCOUVRE ET JE M’EXPRIME 1

7 EN TOUTES LETTRES

1 Au lecteur Michel de
C’est ici un livre de bonne foi, lecteur. Il t’avertit dès l’entrée
Montaigne
Michel Eyquem de
que je ne m’y suis proposé aucune fin que domestique et privée. Montaigne (1533-
Je n’y ai eu nulle considération de ton service, ni de ma gloire. 1592) est considéré
Mes forces ne sont pas capables d’un tel dessein. […] Si c’eût1 été comme le premier
5 pour rechercher la faveur du monde, je me fusse2 mieux paré philosophe en
et me présenterais en une marche étudiée. Je veux qu’on m’y langue française.
voie en ma façon simple, naturelle et ordinaire, sans contention3 En 1572, il entreprend la rédaction
des Essais, un ensemble de réflexions
ni artifice : car c’est moi que je peins. Mes défauts s’y liront au
personnelles sur les sujets les plus
vif, et ma forme naïve4 , autant que la révérence publique me l’a disparates, qu’il ne cessera de relire,
10 permis. […] Ainsi, lecteur, je suis moi-même la matière de mon d’annoter, d’intégrer…
livre : ce n’est pas raison que tu emploies ton loisir en un sujet si La première édition de 1580 sera suivie
frivole et si vain. Adieu donc. par celles de 1582 et de 1595 (posthume).
M. de Montaigne, Les Essais,
éd. de C. Pinganaud (Arléa, Paris, 2002) 1. avait 3. effort
2. serais 4. naturelle
2

Victor Hugo
Victor Hugo (1802-1885) est le plus grand écrivain français du XIXe siècle. Poète, romancier et
dramaturge, il n’a jamais dissocié sa carrière d’écrivain de l’engagement politique. Il a passé vingt
ans en exil pour s’être opposé au régime de Napoléon III. Véritable légende vivante, l’écrivain a
eu des funérailles nationales auxquelles ont assisté plus de deux millions de personnes.
Dans un recueil de 1840, Les Rayons et les Ombres, Hugo réfléchit sur la mission sociale dont
est chargé le poète.

Fonction du poète
[…] Le poète en des jours impies
Vient préparer des jours meilleurs.
Il est l’homme des utopies,
Les pieds ici, les yeux ailleurs.
5 C’est lui qui sur toutes les têtes,
En tout temps, pareil aux prophètes,
Dans sa main, où tout peut tenir,
Doit, qu’on l’insulte ou qu’on le loue,
Comme une torche qu’il secoue,
10 Faire flamboyer l’avenir ! […]
Peuples ! écoutez le poète !
Écoutez le rêveur sacré !
Dans votre nuit, sans lui complète,
Lui seul a le front éclairé.
15 Des temps futurs perçant les ombres,
Lui seul distingue en leurs flancs sombres Faustin Betbeder, caricature de Victor Hugo, 1870.
Le germe qui n’est pas éclos. […]
Car la poésie est l’étoile V. Hugo, Les Rayons et les Ombres, in Œuvres poétiques,
Qui mène à Dieu rois et pasteurs ! éd. de P. Albouy (Bibliothèque de la Pléiade, Paris, 1964)

dix-neuf 19
1 JE DÉCOUVRE ET JE M’EXPRIME
3

Charles Baudelaire
Charles Baudelaire (1821-1867) est considéré comme le père de la poésie moderne et le
précurseur de la figure du poète maudit. Son recueil Les Fleurs du mal (première édition parue
en 1857) a suscité le scandale, car il propose une vision nouvelle de la beauté : l’art peut être le
fruit de la souffrance, du péché, de la laideur.
Le poète ne trouve pas de solution au conflit entre son désir de pureté (l’idéal) et les tourments
de la réalité (le spleen) ; seule la mort viendra mettre fin à ce déchirement.
Dans le deuxième poème du recueil, Baudelaire brosse le portrait ambigu du poète.

L’Albatros
Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.
5 À peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l’azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d’eux.
Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
10 Lui, naguère si beau, qu’il est comique et laid !
L’un agace son bec avec un brûle-gueule,
L’autre mime, en boitant, l’infirme qui volait !
Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l’archer ;
15 Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l’empêchent de marcher.
C. Baudelaire, Les Fleurs du Mal, in Œuvres complètes,
éd. de C. Pichois (Bibliothèque de la Pléiade, Paris, 1975)

Compréhension écrite
21 Lisez les trois documents et répondez aux questions.
1. Dans quel texte :
a. on affirme que le poète est à la fois sublime et méprisé ?
b. on proclame que le poète est le guide du peuple ?
c. on annonce une autobiographie ?
2. Quel est le but de Montaigne en écrivant Les Essais ? Par quelle(s) phrase(s) exprime-t-il cette idée ?
3. Quelle image Montaigne veut-il donner de lui-même ?
4. Citez les vers où Victor Hugo :
a. définit le poète comme une sorte de voyant.
b. affirme que le poète est parfois décrié.
c. associe l’écriture à un acte presque divin.
5. Commentez les vers Il est l’homme des utopies, / Les pieds ici, les yeux ailleurs.
6. Résumez l’anecdote exposée dans les trois premières strophes de L’Albatros. Quelle image ambiguë
Baudelaire donne-t-il de l’oiseau ?
20 vingt
JE DÉCOUVRE ET JE M’EXPRIME 1
7. Dans L’Albatros, qu’est-ce qui est comparé à quoi ? Faites correspondre les éléments des deux colonnes.
1. L’albatros a. La société, grossière et brutale
2. Les marins b. Le génie du poète
3. Le ciel c. Le monde sublime de la création
4. Les ailes d. Le poète, l’artiste
8. Quelle image de l’écrivain se dégage de ces trois textes ?

Production écrite
22 Après avoir analysé les trois textes des pages 19-20 et les autres documents de ce chapitre,
commentez cette phrase du romancier russe Tourgueniev (1818-1883) : « Un bon chimiste est
mille fois plus utile que le meilleur poète » (300 mots environ).

GROS PLAN SUR... Les fonctions communicatives


Le linguiste Roman Jakobson (1896-1982) a formulé une théorie de la communication selon laquelle tout acte de com-
munication verbale repose sur six éléments fondamentaux : dans un contexte donné, un émetteur (ou destinateur)
envoie à un récepteur (ou destinataire) un message (une suite de sons ou de lettres) à propos d’un référent (ce dont
on parle) ; le message est transmis à travers un canal (l’air, le papier, les ondes électromagnétiques…) et, pour que la
communication se réalise, il est nécessaire que l’émetteur et le destinataire partagent le même code (le français, le
russe, la langue des signes…). Jakobson reconnaît six fonctions du langage :

FONCTION CARACTÉRISTIQUES
expressive le langage exprime essentiellement les sentiments ou les émotions du locuteur
conative l’acte de parole est centré sur le destinataire, pour le convaincre, le conseiller, l’obliger
c’est la fonction première du langage : le message sert à informer, expliquer, renseigner
référentielle à propos de référents, c’est-à-dire de personnes, d’objets, de phénomènes (descriptions,
informations, reportages, comptes rendus, articles d’une encyclopédie...)
la forme du message devient l’objet principal de l’acte langagier (versification, jeux de
poétique
mots, élimination des cacophonies…)
le langage utilise les formules qui servent à vérifier l’efficacité du canal à travers lequel
phatique
passe la communication (Allô ? ; Écoute-moi bien ; Vous me suivez ?)
le sujet du message est le code lui-même (comme dans les règles de grammaire ou les
métalinguistique
définitions des dictionnaires)
Ces fonctions ne s’excluent pas les unes les autres et souvent elles se superposent. C’est le type de communication qui
va privilégier telle ou telle fonction.

RÉFÉRENT/CONTEXTE

fonction référentielle 23 Retrouvez dans les trois textes aux


pages 19-20 des passages où se réalise…
1. la fonction expressive
DESTINATEUR MESSAGE DESTINATAIRE
2. la fonction conative

fonction expressive fonction poétique fonction conative 3. la fonction référentielle


4. la fonction poétique
CANAL

fonction phatique

CODE

fonction métalinguistique

vingt et un 21
1 JE M’ENTRAÎNE
Une fois son ouvrage écrit,
RÉVISION Les pronoms personnels compléments l’écrivain doit ensuite le faire éditer.
• Les pronoms personnels compléments me, te, le, la, lui, nous, vous,
us
les, leur, ainsi que le pronom réfléchi se et les pronoms adverbiaux en et y, peuvent s’employer
seuls ou accouplés. Dans ce dernier cas, l’ordre des pronoms est le suivant :
a) dans tous les types de phrases, excepté les phrases impératives positives, les pronoms se suivent
dans cet ordre :
me / m’
te / t’ le / la / les lui
le / la / l’ lui
se / s’ en leur en y en
les leur
nous y y
vous
Elle ne nous l’a pas Je les y conduirai tout Ne lui en parlons Il y en avait
encore dit. de suite. pas ! plusieurs.
b) dans les phrases impératives positives les pronoms se suivent dans cet ordre :
moi m’ m’
toi t’ t’
le
lui l’ l’
la y en
nous nous nous
les
vous vous vous
leur les leur
Portez-la-lui ! Accompagnez-nous-y ! Allez-vous-en d’ici !
• Les pronoms me, te, se, nous, vous ne peuvent en aucun cas se trouver juxtaposés deux à deux ni se
joindre aux pronoms lui et leur. Le COI se présente alors sous la forme à + pronom tonique :
Il se leur joint. → Il se joint à eux. Présentez-nous-lui. → Présentez-nous à lui.
La position des pronoms compléments (simples ou accouplés) dans la phrase
• Les pronoms compléments se placent :
– après l’impératif affirmatif (avec trait d’union) : Écoutez-les ! / Donne-le-moi !
– devant toutes les autres formes verbales : On y pensera demain. / Elle ne vous en parlera pas.
– devant l’auxiliaire dans les temps composés : Il en a pris deux. / Ils ne te l’ont pas encore dit ?
– devant l’infinitif, si le pronom est son complément : Je veux te parler. / Il va devoir le leur dire.
Mais si l’infinitif dépend d’un verbe de perception (voir, regarder, entendre, écouter, sentir…)
ou des verbes envoyer, faire et laisser, le pronom précède le verbe principal :
Je les entends parler. / On le lui a fait répéter.

1 Récrivez les phrases en remplaçant les mots 2 Récrivez les phrases en remplaçant les
soulignés par le pronom qui convient. Attention mots soulignés par de + pronom tonique, à +
à la place des pronoms dans la phrase. pronom tonique, en ou y.
1. Nous n’allons pas inviter Adèle à notre mariage ! 1. Manu a renoncé à sa carrière pour suivre sa
2. Sache que tu ne pourras en aucun cas participer femme à l’étranger.
à ce concours. 2. Pour terminer le chantier, j’ai besoin de Robert.
3. Écoutez chanter cette jeune fille et dites-moi ce 3. Comment peut-on penser qu’un enfant renonce
que vous en pensez. à ses parents !
4. J’ai commencé à étudier le chinois au collège. 4. Fais attention à ce collègue : il va te manipuler !
5. Vous devriez dire à vos collègues que vous partez. 5. Vous n’avez pas envie d’un peu de dessert ?
6. Tu n’as jamais entendu parler de cela ? 6. Je ne m’étais jamais intéressé à l’opéra.
7. Il a fait observer au directeur qu’il s’était trompé. 7. Je me souviens très bien de Mme Dulac : c’était
8. Ne laissez pas les enfants sortir tout seuls ! une femme adorable !

22 vingt-deux
JE M’ENTRAÎNE 1
3 Récrivez les phrases en remplaçant les mots soulignés par les pronoms qui conviennent.
Attention à la place des pronoms dans la phrase.
1. Accordez-moi encore un peu de temps ! 6. Quand est-ce que tu nous présenteras ta
2. Ils n’ont jamais caché à leur enfant qu’il avait nouvelle petite amie ?
été adopté. 7. Ne parle pas à tes parents de cette affaire : ils ne
3. Ne donnez pas à Valérie la permission de sortir. vont pas comprendre.
4. Pourriez-vous expliquer encore une fois ces 8. J’ai du mal à croire que vous ne vous attendiez
règles à vos élèves ? pas à sa réponse.
5. Passe-moi ces documents, s’ il te plaît. 9. Ils se sont toujours opposés à cette décision.

L’accord du verbe avec le sujet : les noms collectifs La plupart


des compétences
• Le verbe s’accorde en personne et en nombre avec le sujet ; quelquefois, viennent en effet au
cependant, on fait l’accord « selon le sens », en contradiction avec la grammaire. fil de l’expérience.
• Quand le sujet contient un nom collectif au singulier suivi d’un complément au
pluriel (une multitude de gens, une partie des élèves etc.), le verbe se met au singulier ou au pluriel
selon le sens.
a) Si on privilégie la vision d’ensemble, on accorde le verbe avec le nom collectif et on le met au
singulier :
La foule des manifestants s’est dispersée lentement. (c’est la foule qui s’est dispersée)
b) Si on considère que le nom collectif est un simple quantificateur et qu’on met l’accent sur les
individus, on accorde le verbe avec le complément du nom collectif et on le met au pluriel :
Un grand nombre de manifestants ont protesté contre cette mesure. (ce sont les manifestants qui
ont protesté)
c) En règle générale, avec la plupart de, le plus grand nombre de, un grand nombre de, une infinité de,
une multitude de, le verbe est au pluriel.
• Quand le sujet contient une fraction au singulier (la moitié, un tiers…) ou un nom numéral
(douzaine, vingtaine, millier…) suivi d’un complément au pluriel, le verbe se met plutôt au pluriel :
Un quart des maisons présentent des dégâts.
On met le verbe au singulier quand on exprime une quantité précise :
Un tiers des députés a voté contre ce projet de loi.
• Avec les pourcentages, c’est le complément qui détermine l’accord :
15 % de l’électorat est favorable.
27 % des électeurs se sont abstenus.

ATTENTION ! Paradoxalement, le verbe est au singulier avec plus d’un(e) et au pluriel avec moins de deux :
Plus d’une erreur a été commise dans cette enquête.
Moins de deux minutes suffisent pour faire cet exercice.

4 Choisissez l’accord correct. Parfois les deux propositions sont possibles.


1. La plupart des Français est / sont favorables à ces mesures.
2. Une foule de questions lui venait / venaient à l’esprit.
3. La file de visiteurs s’allongeait / s’allongeaient à l’entrée du musée.
4. Un groupe d’étudiants s’est présenté / se sont présentés à l’hôtel de ville pour manifester.
5. Cet ensemble de couverts est vendu / sont vendus à prix réduit.
6. Une bonne moitié des employés a / ont adhéré à la grève.

vingt-trois 23
1 JE M’ENTRAÎNE
5 Conjuguez les verbes entre parenthèses au temps indiqué.
1. La pile de documents sur son bureau ne … (cesser / indic. prés.) d’augmenter.
2. Une infinité de pistes de recherche … (s’ouvrir / plus-que-parfait) grâce à cette découverte.
3. Cette structure a été construite afin qu’une centaine de sans-abri … (pouvoir / subj. prés.)
trouver un toit où se réfugier la nuit.
4. Une série impressionnante de coïncidences … (être / condit. prés.) à l’origine du désastre.
5. Selon le dernier sondage, 30 % des familles françaises ne … (partir / futur) pas en vacances.
6. À cause de la grève des transports, plus d’un élève … (arriver / passé composé) en retard.
7. Une foule de vacanciers … (se promener / indic. imparfait) sur le front de mer.
8. La moitié des élèves … (être absent / indic. prés.) aujourd’hui.

Ce sont les
La mise en relief lecteurs désormais
qui le révéleront
• Pour mettre en relief un élément d’une phrase, le français dispose de plusieurs à lui-même.
mécanismes linguistiques. C’est ce qu’on appelle couramment l’emphase.
• Dans la communication orale, la mise en relief se réalise à travers :
– l’intonation, en insistant sur le mot à mettre en valeur (Paul a dit cela ?) ;
– la syllabation (C’est im-pos-si-ble !) ;
– la répétition (Non. Tu as compris ? Non !) ;
– la gestuelle.
• Voici d’autres moyens pour mettre en relief les différents éléments d’une phrase.

PHRASE SEGMENTÉE PHRASE CLIVÉE AUTRES MOYENS


L’élément à souligner est L’élément à mettre en relief
placé en tête (ou en fin) est placé en tête de phrase,
de phrase et repris (ou encadré par un présentatif
annoncé) par un pronom. (c’est, ce sont, voici, voilà)
et par un pronom relatif.
Ces tableaux sont Paul / Il a cassé la vitre. Le théâtre la passionne
affreux ! → C’est Paul / lui qui a vraiment.
→ Ces tableaux, ils sont cassé la vitre. → Le théâtre, c’est ce qui la
Sujet affreux ! passionne vraiment.
Les enfants arrivent.
→ Ils sont affreux, ces → Voilà les enfants qui → Ce qui la passionne
tableaux ! arrivent. vraiment, c’est le théâtre.
Je n’ai pas beaucoup J’aimerais acheter Elle désire par-dessus tout
aimé sa dernière pièce. cette voiture. devenir actrice.
→ Sa dernière pièce, je → C’est cette voiture que → Devenir actrice, c’est ce
ne l’ai pas beaucoup j’aimerais acheter. qu’elle désire par-dessus tout.
COD
aimée. → Voici la voiture que → Ce qu’elle désire par-dessus
→ Je ne l’ai pas j’aimerais acheter. tout, c’est devenir actrice.
beaucoup aimée, sa
dernière pièce.
Je n’ai pas encore pensé Nous leur avons offert une Il faut réfléchir à cette
à mes vacances. chance. proposition.
→ Mes vacances, je n’y → C’est à eux que nous → Cette proposition, c’est ce à
COI
ai pas encore pensé. avons offert une chance. quoi il faut réfléchir.
→ Je n’y ai pas encore → Ce à quoi il faut réfléchir,
pensé, à mes vacances. c’est cette proposition.

24 vingt-quatre
JE M’ENTRAÎNE 1
Je vais souvent chez Elle est née dans cette Il faut lutter contre
mes grands-parents. maison. l’intolérance.
Compléments → Chez mes grands- → C’est dans cette maison → L’intolérance, c’est ce
prépositionnels parents, j’y vais souvent. qu’elle est née. contre quoi il faut lutter.
→ J’y vais souvent, chez → Voilà la maison où / → Ce contre quoi il faut
mes grands-parents. dans laquelle elle est née. lutter, c’est l’intolérance.
Il part demain.
→ C’est demain qu’il part.
Autres
éléments Il n’est pas venu parce qu’il
de la phrase était malade.
→ C’est parce qu’il était
malade qu’il n’est pas venu.

6 Mettez en relief les mots soulignés en construisant une phrase segmentée, comme dans
l’exemple.
0. Je téléphone à mes amis cet après-midi.
→ Mes amis, je leur téléphone cet après-midi.
1. Cette pièce est vraiment amusante !
2. Tout le monde connaît ce chef-d’œuvre !
3. Il n’oublie jamais de souhaiter une bonne fête à sa grand-mère.
4. On a restauré ces tableaux en 1980.
5. Les dernières expositions de cet artiste ont attiré beaucoup de visiteurs.
6. Nous avons déjà vu cette exposition.
7. Je ne mettrai jamais plus les pieds dans cet hôtel !
8. Il n’y a malheureusement pas beaucoup de solutions.

7 Mettez en relief les mots soulignés en utilisant une phrase clivée, comme dans l’exemple.
0. Il va prendre le train de 10 heures.
→ C’est le train de 10 heures qu’il va prendre.
1. Léonard de Vinci a peint la Joconde.
2. John Lennon a composé Imagine après avoir quitté les Beatles.
3. Est-ce que Juliette Binoche va jouer dans le prochain film de Luc Besson ?
4. Rodin a réalisé cette statue en l’honneur de Balzac.
5. Nous avons acheté les billets pour ce ballet.
6. Tu as fait cela pour moi ?
7. Je vais te confier cette mission délicate.
8. Elle a acheté une maison à Nice et elle souhaite vivre là-bas.

8 LANGUES EN ÉCHO Traduisez dans votre langue.


1. La plupart des enseignants estiment que ces 4. Ce sont eux qui doivent s’excuser, pas moi !
mesures ne sont pas efficaces. 5. Ce qui m’inquiète, c’est son éventuelle réaction.
2. Un grand nombre d’inscrits ne se sont pas 6. Ce qui m’attire le plus dans ce projet, c’est de
présentés au concours. pouvoir travailler avec les enfants.
3. Un millier d’années passeront avant que cela ne 7. Participer aux Jeux Olympiques, c’est ce pour
se produise. quoi je m’entraîne dix heures par jour !

▶ Je m’entraîne à la maison, pp. C2-C3 vingt-cinq 25


1 SAVOIR FAIRE

Résumer un texte
Qu’est-ce qu’un résumé ? La méthode
Le résumé de texte est un outil aussi fréquent • S’armer de crayons de couleur, d’une gomme et
qu’indispensable dans le parcours scolaire ; il d’un dictionnaire unilingue.
constitue souvent une étape dans la réalisation • Faire une première lecture (sans prendre de
d’un travail de plus grande envergure, notamment notes ni souligner) pour :
lorsqu’il faut lire plusieurs documents et en faire la a) obtenir une connaissance globale du texte ;
synthèse. En France et dans plusieurs pays franco- b) éliminer les difficultés de vocabulaire grâce au
phones, le résumé de texte est une épreuve que l’on dictionnaire.
retrouve dans un grand nombre de concours pour • Lire attentivement le texte à résumer pour
accéder à la fonction publique. Pourquoi ? Parce repérer :
qu’il permet de : a) le thème central : de quoi parle-t-on ? Qu’est-ce
• juger de la capacité à condenser des informations qu’on veut nous démontrer / faire comprendre ? ;
en n’en gardant que l’essentiel ; b) la personne (première ou troisième) ;
c) les temps verbaux.
• évaluer la compréhension exacte d’un texte, qui • Repérer (souligner, encadrer) les connecteurs
est la base de tout bon résumé ; logiques et les mots de liaison ; séparer les causes
• mesurer la compétence de reformulation, qui en des conséquences, reconnaître les oppositions ou
est la conséquence. la chronologie.
• Diviser le texte en séquences selon l’articula-
Les règles tion du discours ; la disposition du texte en para-
graphes peut être un appui valable, mais il arrive
• Le résumé doit être concis. En l’absence de toute
souvent que les idées ne suivent pas ce découpage.
indication, tenez-vous à une proportion oscil-
lant entre 1/3 et 1/4 du texte de départ. • Dégager (souligner, encadrer) les idées essen-
tielles, les idées complémentaires et les idées se-
• Le résumé ne contient que les idées essentielles. condaires ; repérer les exemples, les citations, les
Les idées secondaires, les exemples, les citations
données chiffrées.
illustratives ne seront pas pris en compte.
• Établir le plan du texte-source, en hiérarchisant les
• Le résumé doit respecter les idées et leur parties (idées principales, arguments, exemples) et
enchaînement, sans déformer la pensée de l’au- en respectant l’ordre logique du raisonnement.
teur. Tout commentaire et toute opinion per- • Rédiger le résumé à partir de ce plan, en respec-
sonnelle sont à bannir. Les formules telles que tant les consignes (longueur, énonciation, temps
« l’auteur affirme que… » ou « ce texte aborde le verbaux), en reformulant les idées essentielles
thème de… » sont également proscrites. et en articulant les différentes parties à l’aide de
• résumé respecte le système d’énonciation : on
Le mots de liaison.
garde la première ou la troisième personne ainsi • Compter les mots du résumé et, si nécessaire,
que le temps verbal du texte-source. trouver des formules plus concises (il n’a pas eu
• Le résumé nécessite la reformulation des assez de temps → faute de temps), réduire les énu-
concepts. Il est interdit de reprendre des expres- mérations (peintres, sculpteurs, graveurs → artistes),
sions ou des phrases entières du texte-source, remplacer les subordonnées par des participes, des
sauf les mots-clés s’ils n’ont pas de synonyme. adjectifs ou des noms (comme il n’était pas présent
• Le résumé est un texte rédigé et cohérent. Ce → étant absent ; il a montré qu’il était capable de
n’est pas un plan, ce n’est pas une prise de notes. s’adapter → il a montré son adaptabilité).
Les phrases seront correctement construites • Relire le résumé pour :
et les idées seront clairement articulées à l’aide a) s’assurer d’avoir respecté le raisonnement du
des mots de liaison (ensuite, pourtant, c’est pour- texte-source ;
quoi…). Bref, il s’agit de produire un texte im- b) vérifier sa clarté ;
médiatement compréhensible, sans que l’on soit c) corriger les éventuelles fautes (accords, dési-
obligé de recourir au document d’origine. nences…).
26 vingt-six
SAVOIR FAIRE 1
Un exemple

Les écrivains se
sont souvent
Beaucoup de romanciers, dont Victor Hugo, Stendhal et Gustave interrogés sur
Flaubert, ont avoué souffrir de la fameuse angoisse de la page
la difficulté
d’écrire.
blanche. D’autres se sont ligués pour dénoncer le mythe du poète
inspiré, en répétant qu’écrire, c’est toujours du travail. Quant
au petit Nicolas de René Goscinny, il trouvait tout simplement Apprendre
que « téléphoner, c’est rigolo », alors qu’écrire, « c’est embêtant ». les règles de
Pourquoi est-il laborieux d’écrire ? l’écriture est une
tâche longue et
D’abord, il y a un apprentissage à faire pour maîtriser les pénible.
lettres et les mots. Trois ans de travail scolaire acharné, avant
de pouvoir envoyer sa première lettre au père Noël. Viennent
ensuite la maîtrise de l’orthographe et l’art de composer un texte On est souvent
compréhensible, choses qui ne sont pas garanties à tout le monde. gêné quand on
doit élaborer un
C’est pourquoi, même pour un adulte bien entraîné, voire pour un
texte écrit.
professionnel, se mettre à écrire est presque toujours envisagé avec L’oral pose
une certaine appréhension, alors que soutenir une discussion avec moins de
des amis est plutôt une détente. problèmes.
Nicolas Journet, « Pourquoi est-il si difficile d’écrire ? », Sciences Humaines no 253 – novembre 2013

Deuxième motif de difficulté : il faut être très concentré quand


on écrit. Pour commencer, la technique, qu’elle soit manuelle Écrire
ou mécanographique, accapare une partie de l’attention. Mais demande de la
surtout, nos idées peuvent venir simultanément ou comme un concentration.
flot sans interruption, tandis que l’écriture, elle, est strictement
linéaire. Il y a du coup une pénible conversion à faire. De plus,
nous écrivons beaucoup moins vite que nous parlons, et donc Parole vs
écriture :
que nous pensons. Des spécialistes ont montré que nous faisons
a) désordre /
plus d’erreurs en milieu et en fin de mot qu’au début. C’est la ordre
conséquence de ce décalage : nous sommes déjà en train de penser b) vitesse /
au mot suivant alors que nous finissons d’écrire le précédent. lenteur
Une autre complication vient du fait que l’écriture est un
monomédia, tandis que l’interaction verbale est un multimédia. c) pluralité /
Par conséquent, il s’agit de faire entrer dans un canal unique unicité des
et étroit toutes sortes d’informations véhiculées à l’oral par moyens
l’intonation, le geste, le regard, l’expression du visage, la situation expressifs
même que partagent les interlocuteurs. La parole est, dit-on, aidée
par un contexte et s’appuie sur lui. Par contre, l’écriture tend à
d) lien /
perdre ce contexte et ne peut compter que sur ses propres forces. séparation
avec le
contexte

vingt-sept 27
1 SAVOIR FAIRE
Voici une proposition de résumé, fait à partir des notes (réduction de 350 à 120 mots) :

Les écrivains ont souvent exprimé la difficulté de leur travail. On peut alors s’interroger
sur les raisons de cette difficulté.
En premier lieu, l’apprentissage scolaire des règles orthographiques et de la rédaction
est une tâche longue et pénible ; du coup, l’élaboration d’un texte écrit est souvent plus
intimidante qu’une conversation.
En deuxième lieu, écrire demande un effort de concentration supérieur, en particulier
quand on doit traduire le désordre des pensées en une forme ordonnée.
En outre, l’oral et l’écrit procèdent selon des rythmes différents.
Enfin, la parole s’appuie sur d’autres moyens expressifs et fonde une partie de sa
signification sur le contexte, alors que l’écrit est totalement autosuffisant.

1 Lisez le texte et repérez : a) le thème central ; b) la personne ; c) le temps verbal. Puis


trouvez les idées principales, les idées secondaires et les mots de liaison.
Si l’on s’en réfère au dictionnaire latin/français Gaffiot, on apprend qu’auctor vient du verbe augeo qui veut
Extrait de Le métier d’auteur (SNAC/UNAC, 2006)

dire faire croître, augmenter… Ce nom commun signifie donc : celui qui augmente, qui fait avancer et, par
extension, celui qui pousse à agir, l’instigateur, le promoteur, le créateur, l’initiateur... Il est donc à noter
que le mot « auteur » et ses racines latines impliquent les deux idées suivantes : c’est celui qui est à l’origine,
d’une part, et, d’autre part, c’est celui qui fait bouger, avancer les choses. Autant dire, et c’est une pierre
dans le jardin de nos contradictions mercantiles, que c’est un personnage essentiel à ses frères humains.
C’est sans doute ce qui fait dire à Anaïs Nin : « Je crois qu’on écrit pour créer un monde dans lequel on
puisse vivre » et à Étienne Roda-Gil : « Je veux être utile à vivre et à rêver ». Notons que l’ensemble des dic-
tionnaires s’accorde sur cette définition de l’auteur en précisant les différents genres dans lesquels il peut
s’exprimer, que ce soit la littérature, la musique, la chanson ou toute autre forme d’art.
Ce que ne disent pas les dictionnaires, c’est la difficulté d’écrire et de vivre du métier d’auteur. Ce n’est d’ail-
leurs pas une spécificité de notre époque ; ainsi Christian Nestell Bovee, écrivain américain du xixe siècle,
affirme avec humour : « Il n’y a probablement pas d’enfer pour les auteurs dans l’autre monde – ils ont trop
à souffrir des critiques et des éditeurs dans celui-ci ».

2 Résumez le texte suivant en 100 mots environ.


Le genre littéraire à la mode actuellement – et durant tout le xxe siècle d’ailleurs –, ce n’est pas le genre
romanesque, ni même le polar. Ce n’est pas la science-fiction ni le récit sentimental. Ce n’est surtout pas
le petit récit centré sur soi. C’est la « fiction biographique », qu’on appelle aussi la biofiction, ou plus sim-
« D’autres vies que la sienne », de Laurent Nunez,

plement, plus mystérieusement, la « vie ». Des Vies imaginaires de Marcel Schwob, aux Vies antérieures de
Gérard Macé, de Dora Bruder de Modiano, à Peste & Choléra de Deville, la plupart des livres qui s’écrivent
paru dans Marianne du 17 au 23 avril 2015

et que les lecteurs apprécient sont désormais des récits imaginaires, quoiqu’« entés1 sur des existences his-
toriques », pour reprendre la formule d’Alexandre Gefen, critique littéraire et chercheur au CNRS.
Ce dernier publie sur le sujet un essai passionnant et roboratif, de surcroît préfacé par Pierre Michon :
Inventer une vie, la fabrique littéraire de l’individu. Divisé en 23 chapitres, le livre de Gefen révèle surtout
l’arbre généalogique de ce genre protéiforme, qui mêle l’imaginaire et l’érudition, s’enfonçant dans les
zones d’ombre des existences passées, ne demeurant jamais enchaîné au réel parfois bête et brutal. Pour-
quoi écrire sur quelqu’un dont l’existence ne fut ni héroïque ni exemplaire ? Pourquoi partir du réel au lieu
d’être tout à fait libre, et de tout inventer ? Et réinventer, est-ce mentir ?
Analysant les récits d’auteurs classiques (Balzac, Diderot) comme d’écrivains contemporains (Puech,
Echenoz), Gefen montre que la biofiction a encore de beaux jours devant elle, parce qu’elle est avant tout
un projet littéraire éthique.
1. greffés

28 vingt-huit
GÉN É R ATI O N
Méthod e d e f r a n ç a i s B1
CAHIER

CAHIER
D’ACTIVITÉS
C. BARACCO - L. GIACHINO
1 JE M’ENTRAÎNE À LA MAISON

RÉVISION Les pronoms personnels compléments ▶ Je m’entraîne, p. 22

1 Récrivez les phrases en remplaçant les mots soulignés par le pronom qui convient.
Attention à la place des pronoms dans la phrase.
1. Ils ne vont pas annoncer tout de suite leur mariage à leurs parents.
2. N’écoutez pas ce type : c’est un menteur !
3. Vous avez trouvé une solution ?
4. En cas de besoin, vous devriez vous adresser à vos amis.
5. Pourquoi interdisez-vous à votre fille de sortir ?
6. Prenez vos bagages et suivez-moi.

2 Remettez les mots dans l’ordre. Commencez par le mot avec une majuscule.
1. accompagner / allons / les / Nous / tout de suite. / y .....................................................................

2. allez / Dites / -en ! / -le / -nous / ou bien / -vous . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


3. as / la / leur / ne / pas / prêtée ? / Tu ......................................................................................

4. Elles / en / hier. / leur / ont / parlé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


5. emmène / les / Ne / pas ! / y .................................................................................................

6. les / ne / nous / pas / Vous / pourriez / présenter ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

3 Répondez aux questions en remplaçant les mots soulignés par les pronoms qui conviennent.
1. Vous avez déjà pensé à la façon de résoudre ce problème ? Oui, ..................................................

2. Simon présentera ses excuses à ses copains ? Non, ...................................................................

3. Est-ce qu’il a montré le nouveau portable à ces clients ? Oui, .....................................................

4. Il vient de t’accompagner à la gare ? Oui, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


5. Est-ce qu’il devrait y avoir beaucoup de personnes ? Oui, ..........................................................

6. Vont-ils inviter leurs voisins aussi ? Non, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

L’accord du verbe avec le sujet : les noms collectifs ▶ Je m’entraîne, p. 23

4 Soulignez l’accord correct du verbe. Parfois les deux accords sont acceptables.
1. Attention ! Cette pile de livres va / vont s’écrouler !
2. La plupart des employés a participé / ont participé à la grève.
3. Un grand nombre de témoins avait assisté / avaient assisté à l’accident.
4. Un groupe de touristes a été bloqué / ont été bloqués à l’aéroport.
5. Une masse de nuages noirs et menaçants couvrait / couvraient le lac.
6. Une série de complications a retardé / ont retardé les travaux.

5 Associez les éléments pour former des phrases correctes.


1. La plupart des habitants a. a répondu non au référendum.
2. Moins de deux semaines b. ne sont pas satisfaits du maire.
3. Un grand nombre de passants c. s’était formé autour de l’accident.
4. Plus d’une semaine d. se sont arrêtés pour regarder.
5. Un quart des Français e. se sont écoulées depuis notre dernière rencontre.
6. Un groupe de curieux f. sera consacrée aux festivités.

C2 deux
JE M’ENTRAÎNE À LA MAISON 1
La mise en relief ▶ Je m’entraîne, p. 24

6 Récrivez les phrases en éliminant l’emphase.


0. C’est ce type de problèmes qu’il faudrait éviter.
→ Il. . .faudrait
. . . . . . . . . . . . .éviter
. . . . . . . . .ce
. . . .type
. . . . . . .de
. . . . problèmes.
.................

1. C’est à vous que je parle !


2. Voilà une personne sur qui on peut compter.
3. Ce n’est qu’avec le temps que l’on découvre les vrais amis.
4. Ces phrases, je ne les ai pas comprises.
5. Voici le village où j’ai passé mon enfance.
6. La seule chose qui m’intéresse, c’est voyager.

7 Récrivez les phrases en mettant en relief un élément différent à chaque fois.


0. Il va prendre le train à 10 heures.
→ C’est
. . . . . . . . .lui
. . . .qui
. . . . . va
. . . . prendre
. . . . . . . . . . . .le
. . . train
. . . . . . . .à. . .10 . . . . . . . . . .. .
. . . .heures

→ C’est
. . . . . . . . .le
. . .train
. . . . . . . .qu’il
. . . . . . .va
. . . .prendre
. . . . . . . . . . .à. . .10
. . . .heures.
. . . . . . . . . . . /. . Le
. . . . train,
. . . . . . . . .il. . va
. . . . le
. . . .prendre
. . . . . . . . . . .à
. . .10
. . . . heures.
............
C’est à 10 heures qu’il
→ ............................................................ va prendre le train.
1. La sœur de Philippe m’a offert ce cadeau pour mon anniversaire.
2. Quand j’étais enfant, je venais souvent ici avec mes parents.
3. Nous nous sommes adressés à Gérard afin qu’il nous donne un coup de main.
4. Simon t’a parlé de ce projet le mois dernier.

8 EXO DÉFI Certaines phrases contiennent une erreur. Corrigez-les.


1. Ces règles, je les leur ai déjà expliquées mille fois !
2. Ce qu’il faut combattre, est le racisme.
3. Je viens de rencontrer notre ancien prof d’anglais : vous en vous souvenez ?
4. Rendez-moi-les tout de suite !
5. Une centaine de personnes sont en train de manifester devant la préfecture.
6. Est-ce qu’elle a fait faire des traductions à ses élèves ? Oui, elle leur en a fait faire plusieurs.
7. C’est parce que j’ai perdu mon téléphone que je ne t’ai plus appelé.
8. Seulement 3 % des Français ne possède pas de téléphone portable.

9 LANGUES EN ÉCHO Traduisez dans votre langue.


À l’époque de l’Humanisme et de la Renaissance, la liberté des écrivains est limitée par le mécénat : ils met-
tent leur art au service de bienfaiteurs (souverains, seigneurs, riches marchands, et même l’Église) qui leur
offrent un soutien économique. C’est au cours du xixe siècle que la figure du poète (et de l’artiste en général)
se transforme radicalement. La plupart des écrivains commencent à vivre grâce à leur travail et c’est le goût
du public – et non plus la volonté du mécène – qui oriente leurs choix artistiques. C’est grâce à cette liberté
qu’un grand nombre d’écrivains s’intéressent à la vie quotidienne et peuvent exprimer leurs pensées sur les
événements historiques contemporains. Naît ainsi la figure du poète-prophète, autrement dit de l’auteur qui
s’adresse directement au peuple en qualité de maître de vie ou de réformateur de la société (Byron, Hugo,
Heine…). À ces écrivains, qui écrivent pour un public élargi et hétérogène, s’oppose le groupe de ceux qui
estiment que l’artiste est un être hors du commun, qui s’exprime de manière soignée et raffinée, qui s’adresse
à des lecteurs distingués. Ces deux camps littéraires opposés s’affrontent encore aujourd’hui.

trois C3