Sunteți pe pagina 1din 5

Modèle n° 11

Cadre réservé au destinataire


GENDARMERIE NATIONALE
Région N°….. ENQUETE PRELIMINAIRE
Légion de………………………..
Groupement territorial de………
Compagnie de……………….….. PROCES-VERBAL
D’AUDITION DE PERSONNE
BRIGADE DE……………. GARDEE A VUE

N° de pièce N° de feuillet
P.V. n° (1)……../………. ______/

Nous soussigné,.(2)……………., officier de police judiciaire, auxiliaire du Procureur de la


République et/ou du Commissaire du Gouvernement,

Vu les articles 79, 82 à 91, 116 à 126 du code de procédure pénale,

Rapportons les opérations suivantes :

Nous trouvant à ……………………….., le (3)………….à……………heures, notifions (4) (5) à :

Nom……………….., prénoms…………………………, âge……ans,


Nom d’usage……………………
Né(e) le…………………. à …………………..………………..
Fils (fille) de………………. et de……………………………..
Ethnie............................................................................................
Situation de famille (célibataire, marié, divorcé, veuf ou veuve, concubinage, nombre d’enfants)..........
Profession………………………………….…………………..
Domicile (quartier, arrondissement, département, lieu-dit, rue, N°...........................................................
Nationalité……………………………………………………..
Téléphone fixe n°...........................................Téléphone portable n°.....................................
en langue……………, qu’il a déclaré comprendre, que, pour les nécessités de l’enquête, en raison de
l’existence d’indices faisant présumer qu’il a commis ou tenté de commettre l’infraction de (6) …………le
(7)..……….à………., il est placé en garde à vue, informé de ses droits dont celui de garder le silence, et
invité à donner toutes explications qu’il juge utiles.

Cette mesure de garde à vue prend effet le (3)………..à …………..heures, heure de (8)………….


Nous en informons Monsieur le Procureur de la République (ou le Commissaire du Gouvernement) à (9)
……. .., en la personne de M.(10)…….…….....……le (3) ..……..à…….heures.

Le (11)……….., du même sexe, a procédé, lors de son interpellation à une fouille à corps de M .(12)
……….. Il n’a été trouvé porteur d’aucun objet susceptible de nuire ou de servir à la manifestation de la
vérité.
Reconnaissance de ce résultat est donnée par l’intéressé(e).

Nous informons immédiatement M. (12),……….. des droits mentionnés aux articles 116, 122 (3) et
123 du C.P.P. ainsi que des dispositions indiquées aux articles 119, 120 et 125 (3) du C.P.P. relatives à la
durée de la garde à vue.
Reconnaissant avoir reçu cette information à……….heures, l’intéressé, quant aux possibilités qui lui
sont données d’exercer :

- son droit de se faire assister d’un avocat :


demande l’assistance de Maître…………du barreau de………..
Ce conseil est prévenu par nos soins le (3)…………….à…………….heures.

La personne entendue, L’interprète L’ O.P.J. T.C. (14), L’ O.P.J.,


(Le cas échéant)
91
- son droit de recevoir la visite d’un membre de sa famille ou de toute autre personne pouvant
suivre son traitement durant sa garde à vue :
demande le (3)…………..à………heures, de faire prévenir de la mesure dont il fait l’objet M. (13)
…………………au numéro de téléphone……………..

La personne est prévenue par nos soins le (3).……………à………… heures.

- son droit à une visite médicale :


Demande le (3)………….à…………heures, une visite médicale.

Le (3)……..à………heures, le docteur………, requis d’office par le Procureur de la République (ou


le Commissaire du Gouvernement), procède à un examen médical sur la personne de M. (12)……… Il nous
remet un certificat médical mentionnant que l’état de santé de l’intéressé est compatible avec une mesure de
garde à vue. Cette pièce est jointe à la procédure (pièce n°….).

Le (3)………..à……..heures, nous trouvant à…….., procédons à une audition de M. (12)………..,


qui, ayant été préalablement informé de son droit de garder le silence, nous déclare :
« (15)………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………. »
- QUESTION :……………………………………………………………………………… ?
- REPONSE : « ………………………………………………………………….………….. »
- QUESTION :……………………………………………………………………………….. ?
- REPONSE : « ……………………………………………………………………………… »
Lecture faite par moi de la déclaration ci-dessus, j’y persiste et n’ai rien à y changer, à y ajouter ou à
y retrancher (16).
A…………………le……………à……………..heures.
La personne entendue, L’ O.P.J.,

Du (3)……..à…….heures au (3)………à…….heures, M. (12)……….bénéficie d’un temps de repos


au bureau de notre unité.

Le (3)……….à………heures, nous procédons à une nouvelle audition de M. (12)……….., qui


déclare :
« (15)
………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………….. »
Lecture faite par moi de la déclaration ci-dessus, j’y persiste et n’ai rien à y changer, à y ajouter ou à
y retrancher (16).
A…………………le……………à……………..heures.
La personne entendue, L’ O.P.J.,

Du (3)……..à…….heures au (3)………à…….heures, M. (12)……….bénéficie d’un temps de repos


au bureau de notre unité.

Maître………….., qui s’est présenté à l’unité le (3)………….à………..heures, à la demande de M.


(12)……….., s’entretient librement avec celui-ci, de……..…heures à………..heures.

Le (3)……….à……….heures, M. (12)……….a pu s’alimenter.

La personne entendue, L’interprète, L’ O.P.J. T.C. (14), L’ O.P.J.,


(Le cas échéant)
92

NOTIFICATION DE PROLONGATION DE GARDE A VUE


(Formule à reproduire dans votre procès-verbal)

 PREMIERE PROLONGATION DE 48 HEURES :


L’O.P.J. peut renouveler le premier délai de garde à vue de 48 heures sans avoir besoin d’une autorisation.
Il devra néanmoins mentionner ici les date et heure de prise d’effet de cette prolongation et faire émerger
cette mention par la personne gardée à vue.

 AUTRES PROLONGATIONS :

1er cas : Prolongation de la -garde à vue effectuée sur autorisation écrite du procureur de la
République (ou du Commissaire du Gouvernement) :
Compte tenu des éléments recueillis, de nature à motiver l’exercice de poursuites à l’encontre de M.
(12)…….., Monsieur le Procureur de la République (ou le Commissaire du Gouvernement) à (9)…………,
nous autorise par décision motivée écrite de prolonger la garde à vue d’une durée de 48 heures, à compter du
(3)……….à……….heures.
La personne entendue, L’ O.P.J.,

2ème cas : Prolongation justifiée par la distance séparant le lieu d’arrestation du local de
gendarmerie où elle doit être exécutée  :
M.(12) ayant été interpellé à……….., ville distante de……kilomètres de………., lieu d’exécution
de sa garde à vue, cette dernière est prolongée de (17)………heures. Cette prolongation prend effet le (3)
………..…à………..heures.
La personne entendue, L’ O.P.J.,

3ème cas : Prolongation de la garde à vue décidée par l’ O.P.J. :


Compte tenu de l’impossibilité pour l’ O.P.J. d’entrer en communication avec le Procureur de la
République (ou le Commissaire du Gouvernement) de (9)…………afin d’obtenir des instructions quant à
l’éventuelle prolongation de la garde à vue de M. (12).,
( - M. (12)……….…..n’ayant pas de résidence connue ;
(18)
( - M (12)……………ne fournissant aucune des garanties de représentation prévues à l’article
246 (g) du C.P.P.,
nous décidons (19), en application de l’article 125, alinéa 3, du C.P.P., de prolonger cette mesure pour une
durée maximum de huit jours à compter du (3)……….à………heures.
La personne entendue, L’ O.P.J.,

Le (3)……….à………heures, nous procédons à une nouvelle audition de M. (12)……….., qui déclare :


« (15)
………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………….. »
Lecture faite par moi de la déclaration ci-dessus, j’y persiste et n’ai rien à y changer, à y ajouter ou à
y retrancher (16).
A…………………le……………à……………..heures.
La personne entendue, L’ O.P.J.,

Du (3)……..à……….au (3)……..à……..heures, M. (12)………. bénéficie d’un temps de repos dans la


chambre de sûreté de l’unité.

Le (3)……..de…….heures à………heures, M. (12)……….a reçu la visite de M. (20)………dans le cadre du


suivi de son traitement durant sa garde à vue.

Le (3)………à……….heures, il est mis fin à la garde à vue de M. (12)………..dont il fait l’objet depuis le
(3)……..à……..heures, aux fins de sa présentation devant le Procureur de la République (ou le Commissaire
du Gouvernement) à (9)……….., suivant les instructions reçues.

La personne entendue, L’interprètre, L’ O.P.J. T.C. (14), L’ O.P.J.,


(Le cas échéant)
93
RENVOIS DU TEXTE
(1) Numéro du procès-verbal / Année en cours (exemple : 423/2006).
(2) Grade, nom, prénom, qualité et fonction de l’enquêteur responsable de la garde à vue.

(3) Date et heure.

(4) Obligatoire s’il s’agit d’une reprise de garde à vue.

(5) ATTENTION : En enquête préliminaire la garde à vue n’est possible qu’à l’encontre d’une personne qui
n’a pas de résidence connue, sauf en cas d’autorisation expresse donnée par le Procureur de la République (cf.
article 118 du C.P.P.).

(6) Nature de la ou des infractions motivant l’enquête.

(7) Date et lieu de commission de la ou des infractions.

(8) Préciser : « de sa présentation à l’unité » ou « de sa rétention en qualité de témoin ».

(9) Ville du siège du T.G.I. ou du Tribunal Militaire.

(10) Nom, prénom et fonction du magistrat.

(11) Grade, nom, prénom et qualité de l’ O.P.J. ou de l’ A.P.J. qui effectue la fouille.

(12) Nom et prénom de la personne gardée à vue.

(13) Identité et qualité de la ou des personnes à prévenir.

(14) L’O.P.J. territorialement compétent assistant l’enquêteur ne signe qu’en fin de feuillet.

(15)  La progression de l’audition peut être la suivante :


1°/ Récit spontané : L’enquêteur laisse s’exprimer librement la personne entendue et retranscrit
fidèlement ses propos en la faisant tout d’abord parler d’elle (sa situation familiale, ses études, son
métier, son train de vie, ses fréquentations, ses antécédents judiciaires, etc.) puis sur les faits objet de
votre enquête.
2°/ Récit guidé : L’enquêteur pose des questions simples et neutres qui ne doivent jamais suggérer la
réponse. Cette phase de l’audition vise à faire préciser certains points et à parler de ceux qui ont été omis
dans le récit spontané. Au cours de cette phase, l’enquêteur va donner au témoin des éléments lui
permettant d’aider sa mémoire.
3°/ Récit corrigé : Au cours de cette phase, l’enquêteur met en évidence les contradictions relevées dans
la déclaration du témoin ou par rapport aux renseignements qui sont déjà en sa possession (constatations,
témoignages, expertises, etc.).

(16) Lorsque la personne ne sait ni lire ni écrire, indiquer la formule suivante :


« La personne entendue affirmant ne savoir ni lire ni écrire, lecture lui a été faite par nous de ses
renseignements d’état-civil et de sa déclaration, en lesquels elle persiste et n’a rien à y changer, à y
ajouter ou à y retrancher. »

(17) La prorogation de la garde à vue est de vingt-quatre (24) heures par cinquante (50) kilomètres.
(cf. article 120 du C.P.P.).

(18) N’indiquer que la ou les mentions appropriées.


90

(19) - a) ATTENTION : Cette décision de l’ O.P.J. de prolonger d’initiative la mesure de garde à vue ne
l’exonère pas de réessayer régulièrement d’entrer en communication avec le Procureur de la République.

- b) Hormis les cas des personnes suspectées de crimes punis d’emprisonnement à vie ou de peine de mort,
toute personne légalement détenue peut demander et obtenir de l’ O.P.J., du Procureur de la République ou du
juge d’instruction, selon le cas, la liberté provisoire en apportant une caution dans les conditions prévues aux
articles 223 à 227 et 246, alinéa 9, du C.P.P.

Cette caution peut être un engagement signé par une ou des personnes crédibles pour garantir sa
présentation aux réquisitions ou aux exigences prévues à l’article 246 du C.P.P.

Elle peut aussi être le versement au Trésor public d’une somme dont le montant est fixé à l’appréciation de
l’ O.P.J., du Procureur de la République ou du Juge d’Instruction, en fonction des faits reprochés au suspect,
de la condamnation prévue pour l’infraction commise et des ressources du mis en cause. Il n’y a pas de barème
fixé comme pour la contrainte par corps.

(20) Identité et qualité de la personne concernée.

PROCEDURE FAITE PAR UN O.P.J. AGISSANT HORS DE SON RESSORT TERRITORIAL

L’ O.P.J. doit faire figurer les formules suivantes dans son procès-verbal d’audition de personne gardée à
vue :

Ø en début de procès-verbal :
« Nous agissons à (lieu du transport), vu l’urgence, sur autorisation expresse du procureur de la République de
(ville du siège de votre Tribunal de Grande Instance), assisté de (grade, nom, prénom et unité), officier de police
judiciaire territorialement compétent. »

Ø en fin de procès-verbal  :
« Le…….à………(date et heure), le procureur de la République territorialement compétent est informé du résultat
de nos investigations. »

* *

NOTA : ▪ Le procureur de la République du ressort où l’ O.P.J. se transporte en est préalablement


informé par le procureur de la République initialement saisi de l’enquête.

▪ L’ O.P.J. doit, à son arrivée et avant de poursuivre l’enquête, se présenter au procureur de la


République compétent et dans tous les cas, à l’ O.P.J. compétent avant de procéder à l’enquête
(cf. article 110, C.P.P.).

CONCOURS D’UN INTERPRETE

L’ O.P.J. qui a recours à un interprète établit une réquisition à personne qualifiée (cf. modèle
12) dans laquelle cette dernière prête serment d’apporter son concours à la justice en son
honneur et conscience.
Dans son procès-verbal d’audition, à la suite de ses grade, nom, prénom et qualité, l’ O.P.J.
porte la mention suivante : «  assisté de M./Mme (nom et prénom)..............âgé de.......ans, interprète
en langue (ou dialecte).............., requis(e) à cet effet en application de l’article 92 (2) du C.P.P., »
L’interprète paraphe chaque feuillet de l’audition.

94