Sunteți pe pagina 1din 90

Mémoire de 2ème année

Mention de master Ville et Environnements urbains

Nouveaux modes de vie et espaces de la ville contemporaine


Université Jean Moulin, Lyon 3

Enjeux de la participation des habitants dans la lutte contre


l’isolement social et la solitude des grandes villes
Le cas des Petites Cantines à Lyon

Anjelo Maindelson JOSEPH

06 septembre 2018

Directeur-trice de mémoire : Muriel MAILLEFERT


Membres de jury : Thomas ZANETTI, Diane DUPRE LA TOUR

0
Table des matières

DEDICACE............................................................................................................................................ 4

REMERCIEMENT ............................................................................................................................... 5

LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS ....................................................................................... 6

LISTE DES TABLEAUX ET ILLUSTRATIONS ............................................................................. 7

LISTE DES GRAPHIQUES................................................................................................................. 8

INTRODUCTION GENERALE .......................................................................................................... 9

CHAPITRE I- MISE EN CONTEXTE ET PROBLEMATIQUE .................................................. 12

1.1- Isolement social et solitude : un problème réel dans les villes françaises ......................... 12

1.2- Isolement social : les citoyens se mobilisent et agissent au niveau local .......................... 17

1.3- Les Petites Cantines : un dispositif territorial innovant ..................................................... 18

1.4- Caractéristiques du quartier d’implantation des Petites Cantines...................................... 19

1.5- Questionnement ................................................................................................................. 23

1.6- Hypothèses de travail ........................................................................................................ 23

1.7- Objectif de l’étude ............................................................................................................. 24

CHAPITRE 2- CADRE THEORICO-CONCEPTUEL .................................................................. 25

2.1- L’isolement social et la solitude, de quoi parle-t-on ? ....................................................... 25

2.1.1- L’isolement social et la société contemporaine ................................................................. 27

2.1.2- La question du lien social .................................................................................................. 31

2.1.3- Les facteurs de risque de l’isolement social ...................................................................... 33

2.2- La notion de sociabilité ..................................................................................................... 37

2.3- La question de la participation .......................................................................................... 39

2.3.1- Approches théoriques de la participation .......................................................................... 41

2.3.1.1- Approche déterministe de la participation ......................................................................... 41

2.3.1.2- Approche interactionniste de la participation .................................................................... 42

1
2.3.1.3- Approche critique de la participation ................................................................................ 43

CHAPITRE 3- CADRE METHODOLOGIQUE ............................................................................. 45

3.1- Méthodologie retenue ........................................................................................................ 45

3.2- Terrains et population à l’étude ......................................................................................... 45

3.3- Le procédé d’échantillonnage ............................................................................................ 46

3.4- Techniques et instrument de collecte des données ............................................................ 47

3.5- Déroulement de la collecte de données ............................................................................. 48

3.6- Mode de traitement ............................................................................................................ 48

CHAPITRE 4- PRESENTATION ET ANALYSE DES DONNEES .............................................. 49

4.1- Caractéristiques des adhérents aux Petites Cantines ......................................................... 49

4.2- Données relatives aux activités socioprofessionnelles des adhérents................................ 49

4.3- Perception des adhérents du lien social dans le quartier de Vaise ..................................... 51

4.3.1- Les habitants et les relations de voisinage dans le quartier ............................................... 52

4.3.2- Relations avec la famille, le travail et implication dans la vie associative ........................ 56

4.4- De la participation des habitants au projet des Petites Cantines ........................................ 58

4.5- Effets du projet des Petites Cantines ................................................................................. 62

4.5.1- Effets sur la personne ........................................................................................................ 62

4.5.1.1- Changement de perceptions et plus de bienveillance envers les autres ............................. 63

4.5.1.2- Changement de comportements ........................................................................................ 65

4.5.1.3- Acquisition de savoir-faire et nouvelles connaissances .................................................... 67

4.5.1.4- L’évolution du savoir-être. ................................................................................................ 67

4.5.2- Effets sur le territoire ......................................................................................................... 68

4.5.2.1- Animation territoriale ........................................................................................................ 68

4.5.2.2- Prise de conscience des capacités d’agir collectivement ................................................... 69

4.6- Synthèse de l’analyse ........................................................................................................ 71

2
4.7- Enjeux de l’analyse............................................................................................................ 73

CONCLUSION .................................................................................................................................... 76

BIBLIOGRAPHIE .............................................................................................................................. 77

ANNEXES ............................................................................................................................................ 82

3
DEDICACE

Je dédie ce travail aux membres de ma famille qui m’ont supporté financièrement et morale
durant mes études en France.

4
REMERCIEMENT

Un grand merci à la Professeure Muriel MAILLEFERT d’avoir accepté de m’encadrer


durant mon stage et tout au long de la rédaction du mémoire. Ses conseils, son soutien, ses
encouragements m’ont permis d’avancer et de mener mon travail à terme.

Je remercie également la Boutiques des Sciences de l’Université de Lyon pour le support


financier qu’elle m’a accordé pour la réalisation de mon stage.

Merci à l’association Les Petites Cantines de m’avoir permis de réaliser mon stage dans le
cadre du projet de cantines de quartier.

Merci à tous les volontaires en services et tous les salariés des Petites Cantines pour leur
collaboration pendant cinq mois de stage aux Petites Cantines.

Merci à tous les convives et les adhérents des Petites Cantines qui ont contribué à notre
travail de mémoire en répondant à nos questions.

Merci à tous mes collègues du master Ville et environnements urbains. L’expérience et les
connaissances que m’ont apportées chacun m’a permis d’enrichir mes réflexions.

Un grand merci plus personnel à tous les professeurs du master qui ont contribué à ma
formation académique.

Une pensée spéciale pour mes frères et sœurs qui m’ont soutenu moralement pendant mon
séjour en France.

Merci à mes parents pour leur patience.

5
LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS

BDS : Boutique des Sciences

BTP : Bâtiment et Travaux Publics

CESE : Conseil Economique, social et Environnemental

CIV : Comité Interministériel des Villes

CGET : Commissariat Général de l’Egalité des Territoires

CREDOC : Centre de Recherche pour l’Étude et l’Observation des Conditions de Vie

FESP : Fédération Européenne des Solidarités de Proximité

FDF : Fondation de France

MONALISA : Mobilisation Nationale Contre l’Isolement Social des Agés

INSEE : Institut National de la Statistique et ses Etudes Economiques

IRIS-ST : Institut de Recherche et d’Innovation sur la Santé et la Sécurité au Travail

INSERM : institut national de la santé et de la recherche médicale

VSC : Volontaire en Service Civique

6
LISTE DES TABLEAUX ET ILLUSTRATIONS

Tableau 1 : Répartition des enquêté en fonction de la fréquence leur participation en cantine

Carte 1- Les 22 métropoles de France en 2018

Carte 2- Localisation du 9e Arrondissement

Carte 3- Localisation Petites Cantines dans le quartier de Vaise

7
LISTE DES GRAPHIQUES

Graphique 1 : Situation socio-professionnelle de adhérents des Petites Cantines en 2016

Graphique 2 : Répartition des adhérents en fonction de leurs sources de revenu

Graphique 3 : Répartition des enquêtés en fonction de la fréquence à laquelle ils rendent


service à leurs voisins
Graphique 4 : Répartition des enquêtés en fonction de la fréquence à laquelle ils discutent à
leurs voisins
Graphique 5 : Répartition des enquêtés en fonction de la qualité de la relation
avec leur famille
Graphique 6 : Répartition des enquêtés en fonction de la raison expliquant leur
Participation au projet de cantines

8
INTRODUCTION GENERALE

Au cours des dernières décennies, les sociétés industrialisées occidentales ont connu un
processus d'individualisation très poussé. Les liens sociaux traditionnels qui reliaient
l'individu avec certaines institutions comme l'église, la famille, le parti politique, le syndicat,
le voisinage ainsi que le monde du travail s’affaiblissent1. En effet, d’importants changements
ont eu lieu dans la construction des liens sociaux et la structure des réseaux sociaux. Les
réseaux actuels sont souvent constitués d'un lien étroit avec le partenaire et un ou plusieurs
membres de la famille, avec autour un cercle de connaissances qui consiste en des relations
faibles2. Les individus se concentrent davantage sur eux-mêmes plutôt que sur la collectivité.
Les problèmes d’isolement social et de solitude deviennent alors très préoccupants,
notamment en France où environ 10% des habitants sont en situation objective d’isolement
social3, c’est-à-dire qu’ils ne rencontrent que très rarement d’autres personnes, membres de
leur famille, amis ou voisins.

Les problèmes d’isolement social et solitude touchent toutes les catégories


socioprofessionnelles. Ces problèmes tendent à s’aggraver, notamment en raison de la qualité
de la cohésion sociale et des liens sociaux. Comme le souligne une étude du CREDOC, la
population française semble avoir une perception très négative de la cohésion sociale qu’elle
juge défaillante et principalement minée par des comportements individualistes 4 . Les
transformations territoriales, la démographie, la dématérialisation des relations, la réduction
de l’accessibilité des services, la disparition des commerces et des lieux de convivialité, la
faible densité médicale dans certains territoires, sont autant de facteurs qui mettent à l’épreuve
le lien social de nos jours. Les politiques publiques semblent n’avoir pas abordé la question de
l’isolement social et de la solitude comme un problème à part entière mais plutôt comme la
conséquence d’autres problèmes tels que le chômage, le vieillissement, le handicap, etc. Face
à l’ampleur des problèmes d’isolement social et le manque de réponses adéquates, des
initiatives citoyennes locales sont prises. A Lyon particulièrement, une association dénommée
les Petites Cantines a vu le jour dans le quartier de Vaise. Il s’agit d’un lieu de sociabilité

1
- CUSSET P-Y., 2006, « Les évolutions du lien social, un état des lieux », Horizons stratégiques, (n° 2), pp. 26-27
2-
MCPHERSON, M. et al, 2006, « Social isolation in America: changes in core discussion networks over two decades »,
American Sociological Review, pp.353-375.
3-
PAN KE SHON J-L, 2003, « Isolement social et mal-être », Enquête INSEE, n° 931, p1. Disponible sur
https://www.epsilon.insee.fr/jspui/bitstream/1/347/1/ip931.pdf , (consulté le 15 mars 2018)
4-
HOIBIAN S., 2013, Les français en quête de lien social, Baromètre de cohésion sociale 2013, Collection de rapport du
CREDOC, No 292, p.4.

9
alimentaire dont l’objectif consiste à lutter contre l’isolement et la solitude dans les grandes
villes. Cette initiative a connu un grand succès auprès des habitants et elle se déploie dans
d’autres quartiers et d’autres villes françaises. L’ampleur que prend cette initiative, et son
caractère innovant, entre Etat et marché, mérite qu’on s’y intéresse. C’est pourquoi nous
avons décidé, à travers notre mémoire de fin d’étude de master 2 d’analyser et de comprendre
les enjeux de la participation des habitants dans la lutte contre l’solement social et la solitude
en ville, à travers ce projet associatif. Concrètement, nous basons notre analyse sur l’initiative
citoyenne pilotée par l’association les Petites Cantines dans le quartier de Vaise à Lyon. Notre
analyse porte sur l’impact de ce projet sur les personnes qui s’y investissent, le territoire et la
problématique de l’isolement en soi. Autrement dit, nous allons tenter de comprendre en quoi
la participation des habitants du quartier de Vaise dans ce projet améliore ou pas leurs modes
de vie, leur relation avec leur voisin, leur quartier, la ville de Lyon et aussi comprendre
comment les Petites Cantines agissent sur la problématique de l’isolement : : comment
comprendre le paradoxe qui conduit au besoin d’une action collective privée dans un contexte
urbain dense et dans une métropole réputée dynamique ? De quelle manière cette initiative se
positionne et qu’apporte-t-elle en plus de la protection sociale publique ?

Ce travail s’inscrit dans la continuité d’un stage d’immersion professionnelle de cinq mois
que nous avons effectué aux Petites Cantines, dans le cadre du dispositif de stage de la
Boutique des Sciences 5 de l’Université de Lyon. Pendant ce stage, nous avons utilisé la
méthode d’observation participante qui nous a permis de comprendre la dynamique de
fonctionnement des Petites Cantines, le sens de l’engagement des adhérents. Pour compléter
les données d’observation, nous avons interrogé différents acteurs du projet, notamment les
adhérents de l’association qui viennent plus ou moins régulièrement pour cuisiner, échanger,
manger ensemble et consacrer du temps à l’association à titre de volontaire ou bénévole. Le
travail comporte quatre chapitres divisés en plusieurs points.

Le premier chapitre traite de la mise en contexte et de la problématique dans laquelle s'inscrit


notre travail de mémoire. Dans ce chapitre, nous présentons brièvement certaines données qui
font état de la situation d’isolement et de solitude en France et de quelques initiatives

5-
La Boutique des Sciences est un dispositif mis en place au sein de l’Université de Lyon en vue d’assurer la liaison entre le
milieu de la recherche académique et la société civile. Ce dispositif fournit un service d’accompagnement scientifique pour
construire avec des structures à but non lucratif (associations, conseils de quartier, coopératives…) des réponses concrètes à
des questions d’intérêt général. Pour les étudiants impliqués, ce dispositif de recherche participative offre ainsi la possibilité
de travailler avec et pour un collectif de citoyens, tout en bénéficiant d’un encadrement scientifique.

10
citoyennes visant à lutter contre ces problèmes dans les grandes villes et les métropoles. Nous
mettons l’accent particulièrement sur le projet des Petites Cantines qui constitue notre cas
d’étude. Nous présentons également dans ce chapitre quelques caractéristiques du quartier
d’implémentation du projet qui nous permettra de comprendre l’environnement dans lequel
travaille l’association et de comprendre l’intérêt de ce projet pour le territoire de Vaise.

Le deuxième chapitre présente le cadre conceptuel de l'étude où nous avons abordé les idées,
les concepts et les approches théoriques pertinentes pour la problématique qui nous intéresse.
Nous avons abordé entre autres les concepts d’isolement, de solitude, de lien social, de
sociabilité, et certaines approches théoriques de la participation.

Le troisième chapitre présente le cadre méthodologique. Nous avons abordé les questions
relatives au terrain de notre étude, les choix méthodologiques, les modes de collecte et de
traitement des données, les outils de collecte et d’observation ainsi que la limite de notre
travail.

Le quatrième chapitre est consacré à la présentation de la population à l’étude, l’analyse et


l’interprétation des données collectées sur le terrain en vue de vérifier nos hypothèses de
travail.

Enfin, nous avons présenté nos conclusions et nos recommandations en vue de l’amélioration
de certains aspects du projet des Petites Cantines.

11
CHAPITRE I- MISE EN CONTEXTE ET PROBLEMATIQUE

Ce chapitre présente quelques éléments qui caractérisent le contexte dans lequel s’inscrit notre
étude. Il présente également certaines données relatives à la problématique de l’isolement
social et solitude en France, notre cas d’étude ainsi que nos questionnements de départ.

1.1- Isolement social et solitude : un problème réel dans les villes françaises

Au cours de ces dernières décennies, le monde urbain a connu beaucoup de transformations,


notamment avec le phénomène de métropolisation croissante. Dans les pays à haut niveau de
développement en particulier, les grandes villes et les agglomérations concentrent davantage
les activités économiques, les emplois qualifiés, les sièges d’entreprises, les activités de
recherche et de développement.6 Par conséquent, elles attirent de plus en plus de personnes.
Cette dynamique spatiale transforme l’espace urbain sur différents points de vue :
morphologique, économique, politique, social, démographique, culturel.

En France, ce phénomène prend davantage d’ampleur depuis la désignation à partir de 1964


de certaines villes ou villes en réseaux comme métropole. C’est le cas des métropoles
comme : Lille-Roubaix-Tourcoing, Nancy-Metz, Strasbourg, Lyon-Grenoble-Saint-Etienne,
Marseille, Toulouse, Bordeaux, Nantes-Saint-Nazaire, Rennes, Montpellier,7pour ne citer que
celles-là. Ces métropoles ont été développées en vue de compenser le déséquilibre vis-à-vis
de Paris. Comme c’est aussi le cas dans bien d’autres pays, la métropolisation du territoire
français s’accompagne d’une urbanisation assez importante. Selon le découpage en unités
urbaines de 2010, en 10 ans, la superficie de l’espace urbain en métropole8 a augmenté de
19%, passant de 100 000 à 119 000 km². Les villes occupent désormais 22 % du territoire et

6-
SÉNÉCAL G. et BHERER L. (Dir.), 2009, La métropolisation et ses territoires, Presse Universitaire du Québec, Québec,
pp.3-6.
7-
Métropole d’équilibre-Géoconfluences, Disponible sur: http://geoconfluences.ens-lyon.fr/glossaire/métropole-dequilibre ,
(consulté le 7 mai 2018).
8
-La métropole désigne un ensemble urbain de grande importance qui exerce des fonctions de commandement,
d’organisation et d’impulsion sur une region et qui permet son integration avec le reste du monde. Elle anime un système
urbain plus ou moin complexe à la hierarchisation emboîtée. Elle peut être dotée de fonctions spécialisées dans les domaines
politique, économique, de l’inovation. La métropolisation pour sa part, c’est un processus qui affecte la ville dans ses forme
et dans ses fonction. Elle désigne le movement de concentration de populations, d’activités, de valeur dans des ensembles
urbains de grande taille. Il peut se faire au detriment de villes de niveau hiéarchique inférieur et l’on assiste bien souvent au
renforcement des niveaux supérieurs (lieux centraux) du système urbain. Disponible sur: http://geoconfluences.ens-
lyon.fr/glossaire/métropole , (consulté le 7 mai 2018).

12
abritent 47,9 millions d’habitants, soit 77,5 % de la population contre 52,9 % en 19369. De
nombreuses communes sont passées de l’espace rural à l’espace urbain, soit 1 368 pour la
période de 1999 à 201010.

Carte 1- Les 22 métropoles de France en 201811

S’il est vrai que la métropolisation du territoire français apporte aux villes concernées des
avantages en termes d’ouverture économique, celles-ci devenant de plus en plus attractives et
compétitives à l’échelle européenne et mondiale, il n’en demeure pas moins qu’elle

9-
CLANCHÉ F et RASCOL O., 2011, « Le découpage en unités urbaines de 2010 », L’espace urbain augmente de 19 % en
une décennie, Insee Première, Rapport n° 1364, p1
10-
Idem
11
- Commissariat Général de l’Egalité des Territoires. Carte des 22 métropoles de France en 2018,
Disponible sur: http://www.cget.gouv.fr/territoires/metropoles, (consulté le 22/05/18).

13
s’accompagne le plus souvent d’autres phénomènes qui génèrent des conséquences
environnementales et sociales non négligeables. Bernard Dezert, dans un texte sur les causes
et conséquences géographiques de la métropolisation et de l'exurbanisation, évoque d’une
part, la forte spéculation sur les prix du mètre carré de logements en centre-ville entrainant la
gentrification, c'est-à-dire de l'embourgeoisement accéléré des centres, provoquant le départ
des populations à faibles revenus vers les périphéries. D’autre part, il évoque la
périurbanisation, associée à l’extension rapide et très importante du bâti urbain au-delà de ses
limites anciennes et la rurbanisation, c’est-à-dire la transformation de villages sous influence
et attraction d'une métropole ou d'une grande ville. Deux phénomènes distincts qui, selon
l’auteur, se développent au détriment des terres agricoles 12 . Ces transformations qui
caractérisent le monde urbain actuel, associées à l’usage de plus en plus fréquent des
nouvelles technologies de communication influent sur les modes de vie des habitants, leur
relation avec le territoire et le lien social d’une manière générale. « De nouvelles manières de
vivre et d'entrer en relation avec les autres ont vu le jour dans les sociétés de la modernité
avancée. Les liens sociaux se modifient et se trouvent contextualisés autrement »13, signalent
Jean-Claude Martin et Françoise-Romaine Ouellette. La « sociabilité traditionnelle » axée sur
la proximité géographique, les contacts visuels se trouve aujourd’hui combinée avec la
« sociabilité dite numérique » avec l’usage des réseaux sociaux comme moyens de
communication et d’échange dans les sociétés contemporaines. « Ces pratiques de
communication [numériques] suscitées par l’usage des objets communicationnels sont
susceptibles d’induire un type particulier de socialisation et, éventuellement, une
transformation dans la nature du lien social »14estime Serge Proulx.

Les pratiques de communication numériques semblent avoir écho dans la société française.
Environ 39% des Français participent aujourd’hui à des « réseaux sociaux en ligne » et 27%
indiquent même avoir rencontré de nouvelles personnes grâce aux nouvelles technologies et
Internet 15 . Le succès de cette forme de sociabilité chez les français n’empêche pas qu’ils
nourrissent le sentiment de vivre dans une société désunie, en mal de cohésion sociale en
raison de la montée de l’individualisme et de la discrimination révèle une étude dirigée par

12-
DEZERT B., 1991, Causes et conséquences géographiques de la métropolisation et de l'exurbanisation (Geographical
causes and effects of metropolization and exurbanization). In Bulletin de l'Association de géographes français, 68e année,
pp. 133-138. Disponible sur : http://www.persee.fr/doc/bagf_0004-5322_1991_num_68_2_1568 (Consulté le 23/02/2018)
13
- MARTIN J. & OUELLETTE F., 1993, La solitude et l’isolement. La structuration de nouveaux liens sociaux.
International Review of Community Development, Ed. Lien social et Politiques, p. 7.
14-
PROULX S., 2019, L’usage des objets communicationnels. In Christian Licoppe, (Dir)., L’évolution des cultures
numériques. De la mutation du lien social à l’organisation du travail, Ed. FYP, France, p.15.
15
-HOIBIAN S., 2013, Les français en quête de lien social, Baromètre de cohésion sociale 2013, Collection de rapport,
CREDOC, No 292, p.8.

14
Sandra Hoibian pour le CREDOC. Selon cette étude, plus de 80% des français interrogés
décrivent une cohésion sociale fragile voire inexistante 16.

Quoique nous vivions dans une société ultra connectée, le sentiment que des relations sociales
se délitent reste très répandu chez les citoyens Français. Nombreux sont ceux qui s’interrogent
sur l’expansion de la solitude et de l’isolement dans le pays. Le rapport MONALISA souligne
que « 66 % des Français considèrent que l’isolement et la solitude sont en aggravation »17.
Les récentes études montrent effectivement que les problématiques de solitude et d’isolement
sont de plus en plus fréquentes dans la société. L’enquête de référence réalisée par l’INSEE
en 2003 sur « l’Isolement relationnel et mal-être » relate qu’environ 10,8 % de la population
française est en situation d’isolement. Dans cette étude, l’isolement relationnel renvoie aux
représentations du lien social et de sa fragilité. Ainsi, l’absence ou le nombre restreint de
contacts interpersonnels avec des personnes extérieures au ménage signalent une vulnérabilité
psycho-sociale potentielle.18

Une autre étude plus récente réalisée par le CREDOC sur la solitude en France pour le compte
de la Fondation de France en 2016, montre que plus de 5 millions de français sont en situation
objective d’isolement, soit un français sur dix19. Dans cette étude, sont considérées comme
isolées objectivement les personnes ne rencontrant jamais physiquement les membres de tous
leurs réseaux de sociabilité (famille, amis, voisins, collègues de travail ou activité associative)
ou ayant uniquement des contacts très épisodiques avec ces différents réseaux : quelques fois
dans l’année ou moins souvent. 20 La rencontre physique est ainsi considérée comme un
indicateur clé pour caractériser l’isolement. Par ailleurs, cette même étude révèle que ce
problème touche toutes les catégories sociales : les jeunes, les personnes actives, les séniors,
les retraités, les chômeurs, etc. Toutefois, « les isolés sont surreprésentés parmi les chômeurs
et les inactifs non étudiants, des personnes au foyer pour l’essentiel. Plus du tiers des isolés
ont des bas revenus, contre un quart dans l’ensemble de la population » 21 . Ces données
témoignent de l’importance de ce problème social à l’échelle du territoire français et donnent
des indications sur les catégories de personnes qui sont plus susceptibles de subir l’isolement
et/ou développer le sentiment de solitude. Ces problèmes sociaux, notamment dans les

16-
HOIBIAN S., op.cit., p.4.
17
- Rapport MONALISA, Préconisation pour la mobilisation nationale contre l’isolement social des agées, juillet 2013, p.16.
18
- PAN KE SHON J-L., 2003, « Isolement social et mal-être », Enquête INSEE, n° 931, p1.
19-
Fondation de France, 2016, les solitudes en France, Rapport CREDOC, p. 13.
20
- Fondation de France. op.cit., p.4.
21-
Fondation de France. op.cit., p.15.

15
grandes villes, préoccupent de plus en plus les pouvoirs publics, les chercheurs, les acteurs de
la société civile et les citoyens français. En effet, des actions ont été menées soit pour essayer
de saisir, à travers des études, l’ampleur de la solitude et de l’isolement en France et proposer
des pistes d’action en vue d’y faire face, soit pour agir directement sur les causes de ces
problèmes qui fragilisent le bien-être des individus et de la société. Ces actions ont souvent eu
le support de politiques publiques. En 2010, un collectif d’associations baptisé « Pas de
solitude dans une France confraternelle » et créé par la Société de Saint Vincent-de-Paul a
obtenu le label de « grande cause nationale 2011 » par le Premier ministre de l’époque
François Fillon22. S’ajoute à la liste des initiatives autour de la solitude en France l’étude
publiée par l’observatoire de la Fondation de France, un organisme privé consacrant une large
part de ses activités au soutien de personnes dites en difficulté. Cette étude intitulée « Les
solitudes en France » a été menée par le CREDOC, un organisme public d’étude partenaire de
la Fondation de France. Ce document basé sur une enquête quantitative embrasse la
multiplicité des ressorts et des expériences de la solitude. Les pouvoirs publics français ont
également montré de l’intérêt pour cette problématique, notamment à travers le rapport Boutin
de 2003 intitulé : « Pour sortir de l’isolement. Un nouveau projet de société »23.

Le rapport Boutin a été publié dans le contexte post canicule européenne de l’été 2003. Il
s’agit un événement climatique d'une grande ampleur survenu de juin à août 2003 et qui a été
marqué par de nombreux records de température au cours de la première quinzaine du mois
d'août. Plusieurs pays européens, notamment la France, l’Espagne, Italie et le Portugal ont été
victimes de cette vague de chaleur atteignant jusqu’à 47, 3 °C à certains endroits 24 . Cet
évènement a eu de sérieuses répercussions sur les populations. En France et en Italie, le
nombre de décès supplémentaires pour cette période est estimé respectivement à 19 490 et
20 089 selon l’institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) 25 . Cet
évènement a permis une prise de conscience citoyenne et politique du problème de solitude et
d’isolement en France. Il a été également l’élément déclencheur qui a permis la mise à

22-
BORDIEC S., 2012, citant le journal la Croix, dans: il n’y a de solitude que sociale. Sociologie des inéglités et de
arrangements sociaux face à la solitude, Projet de recherche, CNRS, p.5.
23-
BOUTIN C., 2003, Pour sortir de l’isolement. Un nouveau projet de société, Paris, La Documentation Française, 291 p.
24
- Wikipédia en Français, Canicule européenne de 2003, Disponible sur:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Canicule_europ%C3%A9enne_de_2003, (consulté le 23/05/2018).
25
- Le Monde, La canicule de l'été 2003 a fait plus de 70 000 morts en Europe, selon l'Inserm., Disponible sur
https://www.lemonde.fr/planete/article/2007/03/23/la-canicule-de-l-ete-2003-a-fait-plus-de-70-000-morts-en-
europe-selon-l-inserm_886917_3244.html#g7OEiOQcVIkDi33I.99 , (consulté le 23/05/2018).

16
l’agenda politique de l’isolement et la solitude comme un problème à part entière. Le rapport
Boutin de 2003 en témoigne. Ce rapport fait état de l’ampleur du phénomène, de ses diverses
formes, de l’inefficacité des réponses allocataires apportées à l’isolement et insiste sur la
nécessité de travailler au niveau local et associatif en mettant l’accent sur le rôle essentiel des
bénévoles.

1.2- Isolement social : les citoyens se mobilisent et agissent au niveau local

L’ampleur des changements observés dans l’espace urbain et les problèmes qui les
accompagnent ne laissent pas les citoyens indifférents. En effet, beaucoup d’initiatives
citoyennes axées sur la proximité géographique, revendiquant des valeurs humanistes ont été
mises en place à l’échelle locale, au niveau des quartiers et aussi à des échelles beaucoup plus
larges afin d’apporter des réponses aux nouveaux besoins créés par la transformation de
l’espace urbain. Comme l’a si bien indiqué Céline Bryon-Portet,

« alors que les métropoles se transforment en mégalopoles, ne cessent de s’étendre et


de devenir des « non-lieux », espaces de circulation impersonnels où prévaut
l’anonymat des individus, les réseaux de solidarité fondés sur la proximité reviennent à
des ordres de grandeur humains et renouent avec la vie de quartier telle qu’elle était
naguère, conviviale et personnalisée 26 ».

L’auteure cite en exemple la création de l’association « Voisins solidaires », la Fédération


Européenne des Solidarités de Proximité, la création d’un réseau de villes solidaires, la fête
des voisins, le « European Neighbour’s Day », etc27. Des initiatives qui ont généralement pour
but de favoriser les échanges entre les habitants d’un même espace de vie, de créer et
maintenir des liens sociaux et interculturels au niveau local afin de vaincre le sentiment
d’isolement. Comme en témoignent les données sur la dynamique de créations d’associations
en France, les quatre dernières années marquent un nouvel élan, dominé par le record de

26-
BRYON-PORTET C., 2011, « Vers une société plus conviviale et solidaire? Les associations et réseaux fondés sur la
proximité géographique à l'ère postmoderne », Société, n°113, p.112.
27- Idem

17
75.000 nouvelles associations pour la période de 2014-201528. De jour en jour les initiatives
se multiplient, notamment dans le domaine social et de la solidarité. Qu’est-ce qui explique le
développement de ces initiatives ? Vers quoi les citadins sont-ils tournés aujourd’hui ?
Cherchent-ils une nouvelle voie de sociabilité pour s’adapter aux transformations de la vie
dans les grandes villes ? S’il est vrai que des dynamiques associatives et citoyennes de ce
genre existaient déjà en France, on assiste ces dernières années à des initiatives qui
s’inscrivent dans une dynamique tout à fait nouvelle. Des initiatives que l’on pourrait même
qualifier d’innovation sociale, dans la mesure où qu’il s’agit d’initiatives citoyennes qui
mobilisent largement les habitants d’un territoire, à une échelle géographique donnée en vue
d’apporter de nouvelles réponses à des besoins sociaux peu ou mal satisfaits29. Dans cette
lignée, a été lancée dans le quartier de Vaise, à Lyon 9e en septembre 2016 une association
dénommée « Les Petites Cantines ». Cette association pilote un projet du même nom dont le
but est de lutter contre l’isolement social et la solitude en ville. Qu’en est-il de ce projet ?

1.3- Les Petites Cantines : un dispositif territorial innovant

Le projet des petites cantines a été pensé par Etienne Thouvenot, ingénieur et responsable
innovation sociale dans un grand groupe et Diane Dupré La Tour, ex-journaliste économique
à la suite du constat selon lequel l’isolement et la solitude touchent de plus en plus
d’habitants, indépendamment de leur âge, de leur milieu social, de leur condition
socioéconomique. Les Petites Cantines sont des tiers-lieux ayant pour vocation de permettre à
tous de vivre des solidarités de proximité, de renouer avec le sentiment d’utilité sociale,
notamment à travers la cuisine participative et de recréer un lien concret entre les habitants de
différentes générations et différents parcours de vie. Les Petites Cantines se veulent être une
solution pour prévenir le risque de vulnérabilité sociale, qui concerne désormais tous les âges,
dans une société en rapide transformation. L’association concentre ses actions autour de deux
axes majeurs : bien manger et se sentir relié aux autres pour mieux vivre ensemble. Elle
s’inscrit dans une démarche d’alimentation solidaire, saine équilibré et durable. Elle essaie au
tant que faire se peut de mettre à disposition des usagers du lieu des produits frais issus de
l’agriculture biologique, de circuits courts, notamment grâce à des partenariats établis avec

28- BAZIN C. et al., 2017, La France associative en movement, 15e edition, p.4.
29- Innovation sociale: de quoi parle-t-on? Mise en ligne le 2 Février 2016, Disponible sur
https://www.avise.org/decouvrir/innovation-sociale/innovation-sociale-de-quoi-parle-t-on , (consulté le 25 mars 2018).

18
d’autres structures qui font la promotion de l’agriculture Bio et responsable. Elle facilite par
ailleurs des échanges conviviaux entre les voisins du quartier et d’autres habitants des
quartiers avoisinants, voire de l’agglomération lyonnaise en général. L’alimentation durable
sert ainsi de prétexte à une dynamique de développement globale et transversale, incluant les
problématiques de prévention pour les publics fragiles (risques de dénutrition des séniors
isolés, régimes spécifiques pour les habitants en situation de handicap, cuisine participative et
thérapeutique pour les habitants en situation de maladie psychique et jeunes en décrochage,
repas équilibré pour les familles monoparentales, etc.).

Implantée dans le quartier de Vaise depuis environ deux ans, cette association accueille de
plus en plus de personnes. Aujourd’hui, plus de 6 300 personnes ont adhéré au projet. On
commence à parler du réseau des Petites Cantines en raison de l’ouverture de plusieurs autres
Petites Cantines dans l’agglomération lyonnaise, notamment à Perrache, dans le 8e à Paul
Santy, à Gerland et bientôt dans d’autres villes de France comme Strasbourg, Dijon, Lille,
Annecy, etc. Une stratégie d’essaimage se dessine petit à petit. La stratégie de création
d’associations locales fédérées autour d’un ADN commun clairement identifiable, constitue le
fil conducteur de la démarche adoptée par les acteurs du dispositif des Petites Cantines,
estimant que l’efficacité de l’impact social est renforcée par une gouvernance de proximité.
Les promoteurs du dispositif choisissent en effet très soigneusement l’emplacement d’accueil
comme en témoigne l’analyse du quartier d’implantation de ce projet.

1.4- Caractéristiques du quartier d’implantation des Petites Cantines

Comme indiqué en introduction, nous avons choisi de nous concentrer sur le quartier de
Vaise, premier quartier d’expérimentation du projet de Petites Cantines. Vu le choix
méthodologique que nous avons fait d’interviewer particulièrement des adhérents réguliers
ayant une expérience plus ou moins longue dans ce projet, et compte tenu du fait que les
autres projets de cantines à savoir Perrache et Paul Santy sont à peine démarrés, le site de
Vaise nous semble le lieu idéal pour notre étude.

Pour mieux comprendre l’environnement dans lequel se réalise le projet des Petites Cantines,
il nous semble nécessaire de présenter quelques caractéristiques du quartier de Vaise. En effet,
le quartier de Vaise se situe en bord de Saône, au pied du plateau de la Duchère, au nord-ouest

19
de la ville de Lyon. Ancienne commune du département du Rhône, Vaise a été rattachée à
Lyon le 24 mars 1852, formant une partie du 5e arrondissement avant de s'en détacher pour
appartenir au 9e arrondissement lors de sa création, le 12 août 1964. Le 9e arrondissement
s’étend sur 753 ha.

Carte 2- Localisation du 9e Arrondissement

Le 9e arrondissement est profondément marqué par l’histoire industrielle de Vaise, devenu


dès le XVIIIe siècle un centre d’échange important au carrefour de grandes routes terrestres,
mais aussi autour des voies fluviales (grâce à l’aménagement des quais et des ports), et plus
tard ferroviaires. Au XXe siècle, le développement des industries, chimiques et textiles
confère au quartier un caractère ouvrier et populaire encore vivace aujourd’hui. A partir des
années 70, Vaise perd de son attrait avec le dépérissement de son tissu industriel et la
fermeture progressive des usines de la Rodiaceta, remplacées partiellement par des entrepôts,
puis des activités tertiaires.

La population du 9e arrondissement est estimée à environ 50 383 habitants d’après le


recensement de la population 2015 de l’Insee 30 . Les immigrés représentent une part
importante de la population. Ils sont estimés à environ 7 837 habitants en 2014, soit 15,5% de

30-
Insee, Recensement de la population 2015 en géographie au 01/01/2017, disponible sur
https://www.insee.fr/fr/statistiques/3293086?geo=COM-69389 (consulté le 02/05/18)

20
la population. Ils sont pour le plus grand nombre d’entre eux agés de 25 à 54 ans, soit 4 337
habitants31.

Le quartier de Vaise est caractérisé par une forte mixité socio-culturelle, avec la présence de
populations disposant d’un capital culturel très différencié, et par la persistance de poches de
pauvreté. L’éloignement à l’emploi des habitants reste prégnant, avec une augmentation entre
11 % et 15 % des demandeurs d’emploi entre 2012 et 2013 (données Pole emploi, janvier
2014). La population jeune est particulièrement touchée par les difficultés d’accès à l’emploi
et à la formation, en particulier dans le secteur de la Mairie du 9e. Le nombre d’actif ayant un
emploi est estimé à 20 375 habitants.32 Ce qui représente moins de 50% de la population. La
commune compte une quantité importante de personnes sans activités socioprofessionnelles et
de retraités. Les personnes sans activités socioprofessionnelles et les retraités sont estimés
respectivement à environ 17 057 et 8 216 habitants au recensement de 2014.33 La plupart des
actifs sont des employés, des cadres exerçant des professions intellectuelles supérieures ou
des professions intermédiaires.

Le quartier de Vaise fait l’objet de travaux de rénovation urbaine importants. La reconquête


urbaine a été engagée dans les années 80 dans l’objectif de rendre le quartier agréable à vivre
pour ses résidents, attractif pour les investisseurs et de nouveaux habitants. Les grandes
actions entreprises ont consisté à diminuer la circulation automobile (notamment avec
l’aménagement du périphérique nord et du métro), à revaloriser les espaces publics, à
améliorer le parc d’habitat, à créer de nouveaux équipements publics en accompagnement au
développement du quartier, à sauvegarder le patrimoine bâti, et à redynamiser l’activité
économique et sociale. Parmi les actions menées, nous pouvons citer l’aménagement de la
place Valmy autour de la station du métro, le retraitement de la rue Marietton, la construction
de la Médiathèque, la requalification de l’espace public, notamment des quais, la
réorganisation des déplacements et des franchissements de la Saône. Ces actions
d’aménagement et de rénovation engagés font de Vaise l’un des grands territoires à enjeux du
centre de l’agglomération Lyonnaise. En outre, avec un tissu économique dynamique qui

31-
Insee, Population par sexe, âge et situation quant à l'immigration en 2014Commune de Lyon 9e Arrondissement (69389),
disponible sur https://www.insee.fr/fr/statistiques/2874034?sommaire=2874056&geo=COM-69389 ,
(consulté le 02/05/18).
32-
Insee, RP2014 exploitation complémentaire, géographie au 01/01/2016, disponible sur
https://www.insee.fr/fr/statistiques/2874044?sommaire=2874056&geo=COM-69389 , (consulté le 02/05/18)
33-
Idem

21
continue de se développer, Vaise constitue, à l’instar de Gerland, un des grands technopôles
de la ville de Lyon34.

Carte 3- Localisation Petites Cantines dans le quartier de Vaise

Le quartier de Vaise est un quartier qui reste très populaire avec plus d’un tiers du parc de
logement constitué de logements HLM. Il se caractérise par une densité urbaine importante,
une forte mixité sociale et culturelle, un taux de chômage qui avoisine 15,6%35 avec beaucoup
de personnes sans activités professionnelles et de retraités. Les ouvriers et employés
représentent la moitié des résidents. Le revenu médian est également plus faible que le reste
de la ville de Lyon36. C’est dans ce contexte que se déroule l’expérience des Petites Cantines,
en plein cœur du quartier, le lieu d’accueil se situant rue Saint-Pierre de Vaise, non loin du
métro Valmy et de la mairie du 9e arrondissement.

34-
Agence d’Urbanisme pour le Développement de l’Agglomération Lyonaise, 2005, Plan local d’urbanisme, modification
no. 11, pp.228-238.
35
- Insee, RP2010 et RP2015 exploitations principales en géographie au 01/01/2017
36-
MAURY S. et Gilbert A., « Les arrondissement de Lyon: de profondes mutations socio-économiques en 40 », Insee, No
29), disponibles sur: https://www.insee.fr/fr/statistiques/2534541 (consulté le 11/05/2018).

22
1.5- Questionnement

Tenant compte du nombre croissant de personnes qui adhèrent au projet des Petites Cantines,
le développement rapide de ce dispositif en lien avec l’objectif affiché qui est de lutter contre
l’isolement et la solitude en ville en créant de liens de proximité, on pourrait dire que cette
initiative semble répondre à un besoin concret d’échanges et de rencontres dans les territoires
où elle est implémentée. Le succès de cette initiative nous interpelle en tant professionnel de
l’urbain et nous pousse à nous demander : pourquoi dans une ville comme Lyon qui se veut
une métropole ouverte sur le monde, a-t-on besoin de recréer des relations de proximité
interindividuelles autour de l’alimentation et la cuisine ? Dans le cas qui nous préoccupe ici,
qu’est-ce qui manque aux habitants pour qu’ils viennent aux Petites Cantines, adhérent à
l’association, cuisinent et mangent ensemble ? Quelles perceptions ont-ils du lieu ? Quels
usages font-ils ? Quel est l’intérêt de l’approche participative développée dans le projet par
rapport à la problématique d’isolement social ? Comment la participation des habitants au
projet des Petites Cantines impacte-t-il sur leurs modes de vie, leur quotidien, etc. ? En quoi la
cuisine participative peut-elle être un outil d’animation efficace dans la lutte contre
l’isolement et la solitude dans les quartiers cibles des Petites Cantines ? Tels sont les
questionnements qui guideront notre réflexion. Ces questionnements ainsi que les données
mises en relation jusqu’ici, nous amènent à formuler ainsi notre question départ :

En quoi la démarche des Petites Cantines favorise-t-elle la sociabilité dans les quartiers
où elles sont implantées et, par là même, sous quelle forme cette initiative habitante
contribue-t-elle à lutter contre l’isolement social et la solitude dans le contexte urbain
actuel ?

1.6- Hypothèses de travail

Les Petites Cantines, en tant que lieu de sociabilité alimentaire37 différenciée offrent un
cadre propice à l’élargissement du réseau relationnel des habitants, vu la diversité de
personnes qui les fréquente et la mixité qui les caractérise. Des initiatives citoyennes comme

37-
Dans la revue Economie et statistique, Gwenaël Larmet définit la sociabilité alimentaire comme la propension à partager
des consommations alimentaires avec des personnes extérieures au ménage, autrement dit des repas avec des tiers. Elle peut
s’exercer chez soi ou au dehors : chez des amis ou des parents, au restaurant, ou au café par exemple. Le temps consacré à la
sociabilité alimentaire, ses lieux et ses moments de prédilection se combinent pour former plusieurs modèles, socialement
différenciés. (Revue Économie et statistique, N° 352-353, 2002, p.191.)

23
celles-ci, créent un environnement favorable à des rencontres de proximité, interculturelles et
intergénérationnelles, permettant aux habitants de tisser des liens plus ou moins durables, de
s’entraider et par-là d’atténuer le sentiment de solitude qu’on peut ressentir en vivant dans les
grandes métropoles aujourd’hui.

L’approche participative mise en œuvre dans le projet des Petites Cantines favorise la
conscientisation des habitants sur leurs capacités à agir sur les causes du problème de
solitude et d’isolement social auquel ils font face. Cette démarche a comme objectif de
conférer aux adhérents le sentiment de contribuer à la vie sociale de leur quartier, de renouer
avec le sentiment d’utilité sociale et d’accroitre la cohésion sociale dans le quartier. En effet,
la démarches des Petites Cantines repose sur le postulat que les habitants doivent être
considérés comme des acteurs clés du dispositif en participant à la définition et la mise en
œuvre des actions du projet. Par cette approche ascendante, c’est-à-dire qui fait appel à une
forte implication des habitants, les Petites Cantines souhaitent créer les conditions pour que
les habitants puissent agir par eux-mêmes sur les facteurs de risque de l’isolement et de
solitude dans leur environnement.

1.7- Objectif de l’étude

Globalement, notre objectif dans ce travail consiste à analyser les enjeux de la participation
des habitants dans la lutte contre l’isolement et l’anonymat dans les grandes villes. Notre
analyse s’appuie particulièrement sur le projet des Petites Cantines, lancé dans certains
quartiers de la Métropole Lyonnaise. Pour réaliser ce travail, il nous semble nécessaire
d’analyser le contexte dans lequel ce dispositif est en train d’être expérimenté. En effet, notre
analyse prendra en compte les données relatives au territoire d’implantation du projet et aussi
des données sur la problématique de l’isolement et de la solitude en France. Ce qui nous
permettra de cerner la pertinence de ce projet, les besoins auxquels il répond, etc. Ensuite, on
pourra analyser les transformations et les changements qu’apportent ce projet aux adhérents,
en l’occurrence ceux qui sont plutôt réguliers aux Petites Cantines. Et aussi, on pourra
analyser et comprendre comment ce dispositif contribue à la sociabilité et à la dynamique
d’animation dans les territoires où il est implémenté. Avant de procéder à cette analyse, il
convient de présenter plus en détail l’appareillage analytique que nous allons utiliser.

24
CHAPITRE 2- CADRE THEORICO-CONCEPTUEL

Pour comprendre les enjeux de notre étude, nous avons besoin de présenter la question de
l’isolement social qui constitue le centre de nos préoccupations dans le cadre de ladite étude.
Cet isolement pose la question plus analytique de la sociabilité. Néanmoins la réponse
aujourd’hui à l’isolement social repose en grande partie sur un engagement des personnes,
celui-ci représentant un enjeu majeur dans la démarche des Petites Cantines.

2.1- L’isolement social et la solitude, de quoi parle-t-on ?

Le sentiment de solitude est très souvent associé à l’isolement social. Pourtant, ces deux
notions renvoient à deux réalités bien disctintes. Il est donc nécessaire de préciser le sens de
chacun de ces concepts, de décrire les réalités auxquelles ils renvoient et de bien les
distinguer.

Dans la littérature scientifique, les auteurs ne s’accordent pas tous sur une définition. Pour
Norbert Elias par exemple, « Le spectre du concept de la solitude est assez large (…) une
forme de solitude, (…) étroitement sociale, apparaît quand un être vit dans un lieu ou dans
une position qui ne lui permettent pas de rencontrer des êtres du type dont il sent qu’il a
besoin 38 ». Le sociologue Jean-Claude Kaufmann opère quant à lui une distinction plus
marquée entre les deux notions. Selon lui, la solitude est « un sentiment découlant de
l’isolement qui, lui, est un fait social 39 », l’isolement étant considéré comme un phénomène
social mesurable sur la base d’éléments tangibles comme le nombre de contacts sociaux
qu’une personne a dans sa vie quotidienne. La définition proposée en 2003 par le statisticien
Jean-Louis Pan Ké Shon s’inscrit dans cette démarche quantitative. En effet, ce dernier définit
l’isolement par référence au degré plus ou moins fort d’inscription dans les réseaux de
sociabilité. Il considère comme isolées objectivement « les personnes ne rencontrant jamais
physiquement les membres de tous leurs réseaux de sociabilité (famille, amis, voisins,
collègues de travail ou activité associative) ou ayant uniquement des contacts très
épisodiques avec ces différents réseaux: quelque fois dans l’année ou moins souvent »40.

38-
ELIAS N., 2002 (1982), La solitude des mourants, Paris, Pocket, p. 86.
39-
KAUFMANN J-C., 1995, « Les cadres sociaux du sentiment de solitude », Sciences sociales et santé, vol. 13, n°1,
p. 123-136
40-
SERRES J-F citant le rapport J-L. Pan Ké Shon, In Combattre l’isolement social pour plus de cohésion et de
fraternité, Editions des Journaux officiels, France, juin 2017, p. 68.

25
Donc, une personne est en situation d’isolement social dès lors qu’elle entretient très peu de
contacts avec d’autres et possède un réseau relationnel très faible. C’est souvent le cas chez
les personnes âgées, en raison du décès de leur conjoint ou d’amis proches, de la diminution
de leur autonomie physique, de la peur de sortir seules ou du moins en raison de
l’inadaptation des villes à la problématique de vieillissement.

Le sentiment de solitude renvoie quant à lui à un vécu subjectif qui peut être lié à une
situation objective d’isolement ou non. Ce sentiment dépend du regard que l'individu porte sur
sa propre situation et de son jugement personnel de la solitude. Il dépend aussi de la façon
dont il se sent jugé par le regard des autres souligne Jenny De Jong Gierveld 41. Ce dernier
définit la solitude comme le « ressenti subjectif lié au manque désagréable ou intolérable de
(qualité de) certaines relations »42. Dans une enquête menée à Amsterdam, De Jong Gierveld
relève une corrélation entre le sentiment de solitude et les liens amicaux. Cette enquête
montre que les isolés qui ont moins de trois amis éprouvent deux fois plus la solitude que
ceux qui en ont plus de dix43. Elle met l’accent sur la quantité de contacts sociaux comme
facteur déterminant dans la solitude. Comme le souligne la définition de Jenny de Jong
Gierveld, l’aspect qualitatif est tout aussi important pour apprécier le sentiment de solitude
chez un sujet donné. La solitude est influencée par la quantité des contacts sociaux, mais aussi
par la qualité de ces derniers. De ce fait, une personne ayant beaucoup de contacts sociaux
non significatifs peut donc se sentir plus seule qu’une autre ayant une seule relation, mais très
enrichissante. De plus, en fonction de la personnalité de la personne et de ses exigences en
termes de relations sociales, une relation pourra ou non être jugée comme satisfaisante.

Enfin, alors que le sentiment de solitude est, par définition, une expérience négative et
indésirable, l’isolement peut quant à lui être recherché, car il peut être source de créativité,
facilitant la concentration et les apprentissages44. En effet, certaines personnes apprécient le
fait d’être seul(e) et d’avoir du temps à consacrer à leurs passions. Donc, selon les personnes,

41-
JONG-GIERVELD (DE) J., 1971, « Social isolation and the image of the unmarried », Sociologia Neerlandica, Vol. 7,
n°l, pp-1-14.
42-
DAYEZ J-B, Citant JONG GIERVELD (DE) J. et al., 2012, In L’isolement social et le sentiment de solitude des aînés:
précisions et pistes d’intervention, Analyses Énéo, p.1.
43-
JONG-GIERVELD (DE) J., op.cit., p.1-14.
44-
LUANAIGH C. Ó. et LAWLOR B. A., 2008, « Loneliness and the health of older people », International Journal of
Geriatric Psychiatry, pp. 1213-1221.

26
leur type de personnalité et leurs attentes, l’isolement social peut être ou ne pas être source de
solitude45.

Nous pouvons remarquer que certains auteurs mettent l’accent sur le coté quantitatif dans la
définition del’isolement social. C’est le cas du statisticien Jean-Louis. Pan Ké Shon. D’autres
insistent sur l’aspect quantitatif et qualitatif. Dans le cadre de notre réflexions, nous adoptons
la seconde demarche qui consiste à condirérer la densité mais aussi la qualité des liens sociaux
dans l’analyse de l’isolement social de la solitude. En effet, nous adoptons la définition
proposé par le CESE (Conseil économique, social et environnemental) qui s’inscrit dans cette
perspective. En effet, le CESE définit l’isolement social comme une situation dans laquelle se
trouve la personne qui du fait des relations durablement insufisantes dans leur nombre ou leur
qualité, est en situation de souffrance et de danger. Les relations d’une qualité insuffisante
sont celles qui produisent un déni de reconnaissance, un deficit de sécurité et une participation
empêchée. Le risque de cette situation tient au fait que l’isolement prive de certaines
ressources impératives pour se constituer en tant que personne et accéder aux soins
élémentaires et à la vie sociale46.

2.1.1- L’isolement social et la société contemporaine

De nos jours, nous vivons dans des sociétés où les technologies et les moyens de
communication sont très avancés. Ces dernières ont entre autres la vocation de nous permettre
de rester en relation avec le monde qui nous entoure et d’établir des réseaux répondant à nos
aspirations. L’existence de ces technologiques de communication n’empêche pas les
problèmes d’isolement social, de solitude de se développer, de prendre de l’ampleur,
notamment dans les grandes villes. Il semble de plus en plus difficile dans la société
contemporaine d’établir des rapports sociaux durables.

Selon A. Machielse47, les causes de l’isolement social qui affecte certains individus de nos
sociétés sont à rechercher dans certains développements importants qui ont bouleversé la

45-
VANDENBROUCKE S. et al, cité par DAYEZ J-B., 2012, In L’isolement social et le sentiment de solitude des aînés:
précisions et pistes d’intervention. Analyses Énéo, 2012/10. pp.1-2.
46-
SERRES J-F., 2017, Combattre l’isolement social pour plus de cohésion et de fraternité, Editions des Journaux
officiels, France, p. 15.
47-
MACHIELSE A. et Al., 2006, Social Isolation in Modern Society, published by Routledge, New-York, pp. 22-24.

27
structure des sociétés occidentales. Dans la logique de la sociologie classique, elle évoque
d’abord le processus de différenciation, c’est-à-dire la spécialisation toujours grandissante des
personnes, des organisations et institutions en vue d'une productivité et d'une qualification
améliorée.

Ensuite, elle évoque la rationalisation, par laquelle les explications mythiques et religieuses
de la réalité ont été remplacées par des connaissances rationnelles et pratiques de la société.
Avec le passage à la modernité, la rationalité devient le maitre-mot de l’action individuelle et
collective. Cette rationalité implique le déclin des interprétations traditionnelles du monde et
conduit à un processus de désenchantement du monde nous dit Max Weber48. Elle modifie le
système de valeurs orientant l’action des individus. Elle mène à un mode de vie axé sur la
planification et l’efficacité. Donc, dans la modernité, les relations humaines sont
conditionnées par un ensemble de calculs, d’actes et de choix rationnels.

Puis A. Machielse parle du processus plus récent de globalisation qui a mené à un


élargissement des possibilités de la société. Le terme de globalisation réfère au
développement de multiples relations sociales et interdépendances qui s'élèvent au-dessus du
niveau de l'État-nation (société) et qui, ensemble, forment le système monde moderne. Le
monde est devenu un large système social dans lequel des individus communiquent entre eux
et dépendent des autres49.

Enfin, pour A. Machielse (2006), le dernier développement qui a profondément influencé


l'environnement social est le processus d'individualisation déjà travaillé par la sociologie.
L’individualisation désigne le processus par lequel les individus ont peu à peu acquis une
capacité à se définir par eux-mêmes et non par telle ou telle entité collective50 . Autrement dit,
elle renvoie à une attitude individuelle de distanciation, d’autonomisation vis-à-vis du groupe
d’appartenance. Dans la société moderne, les individus se sont émancipés des dépendances
qui les liaient étroitement à la famille, la communauté villageoise, la religion, le clan ou de la
société dans son ensemble. Ceci qui implique forcément une montée de la liberté de choix

48-
WEBER M., cité par MAZUIR F., 2004, In « le processus de rationalisation chez Max Weber», Sociétés, no 86,
pp.119-124.
49-
ROUSSEAU G., 2010, Analyse de l'isolement social, de la sociabilité et de la qualité du soutien social chez les jeunes
agriculteurs Québécois, Mémoire de maitrise de sociologie, Université de Laval, pp. 10-12.
50-
CUSSET P-Y, op.cit., p. 26.

28
individuelle : l'identité collective qui était autrefois exprimée par un style de vie commun a
cédé la place à une diversité de style de vie51.

Dans cette nouvelle perspective, les individus sont moins influencés par les traditions et les
institutions. Ils sont appelés à forger eux-mêmes leur destin, choisir leur héritage, leur
identité, leurs appartenances et leur morale. Les appartenances sont de plus en plus
réversibles. Le développement de soi n’est plus tributaire des normes socialement attribuées,
mais dépend des individus. Cette quête constante d’autoréalisation et de développement de
soi qui caractérise les sociétés modernes n’est pas sans incidences sur la nature du lien social.
On tend de plus en plus vers des relations plus électives où les individus s’appuient sur leurs
propres besoins émotionnels et leurs valeurs pour déterminer le type de relations qu’ils
désirent ou pas. Le transfert du centre de gravité de la vie sociale de la sphère collective à la
sphère privée affecte notamment les liens familiaux intergénérationnels et les liens
conjugaux. Ces liens se sont dénoués et les regards face au mariage et à la famille ont changé
radicalement. Ces tendances ont beaucoup de chances de s’affirmer davantage dans les
prochaines années et d’être sources de malaises pour les individus et la société affirme le
sociologue Pierre-Yves Cusset. « Synonymes de libertés nouvelles pour l’individu, elles [ces
tendances] peuvent aussi être sources de fragilisation tant pour ces individus (risque
d’isolement par exemple) que pour la société dans son ensemble (relatif désintérêt pour la
sphère politique, difficulté plus grande à supporter les situations de coprésence non
choisies) »52 écrit l’auteur.

En associant la tendance à l’individualisation avec d’autres tendances démographiques et


sociologiques qui caractérisent les sociétés occidentales, notamment la société française,
Cusset identifie trois risques susceptibles d’altérer davantage le lien social. Le premier
concerne l’accroissement de l’isolement, surtout chez les personnes âgées en raison
d’évolutions démographiques et sociologiques (l’augmentation de l’espérance de vie,
l’accroissement du nombre de séparations et d’autres évolutions sociales).

L’auteur évoque en deuxième lieu le risque de détérioration des interactions au sein des
espaces publics. Observant les transformations de la vie urbaine, l’auteur fait l’hypothèse que
les espaces publics pourraient être moins nombreux demain qu’aujourd’hui. Ce, en raison du

51-
BECK U., La société du risque - Sur la voie d'une autre modernité, cité par Rousseau G., 2010, dans Analyse de
l'isolement social, de la sociabilité et de la qualité du soutien social chez les jeunes agriculteurs Québécois, Mémoire de
maitrise de sociologie, Université de Laval, 2010, p.11.
52-
CUSSET P-Y, op.cit. p.34.

29
nombre croissant de ménages désirant accéder à la propriété en zone périurbaine et qui
alimente l’étalement urbain. Les villes étalées sont caractérisées par l’organisation de la vie
urbaine autour de la voiture et par la rareté des transports en commun et des espaces publics
souligne-t-il. La frequentation effective des espaces publics quand ils existent dépendrait
fortement de la qualité des interactions qui y prennent place et de la façon dont ils sont
conçus.

Enfin, le troisième risque concerne une possible «calcification» des rapports sociaux sous la
forme d’une accélération des phénomènes de ségrégation ou d’une emprise excessive des
appartenances héritées, notamment ethniques, sur les individus.53

En plus des facteurs évoqués plus au haut par lee deux auteurs comme causes de l’isolement
social dans la société moderne, il convient de signaler le rôle joué par l’Etat-Providence au
cours du siècle précédent. En effet, dans bon nombre de pays, un système plus ou moins
étendu de bénéfices sociaux et public a été établi au profit des citoyens. Ces bénéfices sociaux
ont transité à travers plusieurs institutions sociétales. Ces dernières ont joué un rôle important
dans la vie des gens, ce qui a provoqué comme résultat que les rapports informels entre
individus d'une communauté ont été partiellement formalisés et institutionnalisés. 54 La
matérialisation de l’Etat providence a eu comme conséquence de réduire la dépendance des
individus par rapport à la communauté.

L'Etat providence a été l’objet de beaucoup de critiques depuis les années 1980 et 1990 et a
connu des moments de crise importants. Pierre Rosanvallon parle d’une triple crise: une crise
financière avec la fin de la forte croissance des Trente glorieuses, une crise d’efficacité et une
crise de légitimité.55

La critique de l'État-providence a conduit à une restructuration financière et une volonté de


réduction des dépenses depuis le dernier quart du 20e siècle. Les accès à la protection se sont
durcis et les règles sont devenues plus strictes. Cette réduction de l'État providence a contraint
à responsabiliser davantage les individus par rapport à leur propre bien-être. Les individus
sont ainsi incités à trouver leur propre voie et choisir parmi les nombreuses possibilités
disponibles. Comme l’a indiqué Gillaume Rousseau, ces développements procurent

53-
Ibid, pp.27-31
54-
ROUSSEAU G., op.cit, p.16
55-
ROSANVALLON P., 1981, La crise de l'État-Providence, Seuil, pp.13-31.

30
davantage de liberté et de possibilités pour l'autodétermination, mais requièrent toutefois de
nouvelles habiletés56, notamment la capacité de mobiliser personnellement les ressources pour
faire face à ses problèmes ou la capacité de constituer un réseau relationnel durable
susceptible de les aider à prévenir et/ou surmonter nos difficultés. Compte tenu de la montée
de l’individualisation dans la société moderne qui semble mener à une remise en question des
liens sociaux traditionnels, et en l’absence de processus de capacitation compensatoires, nous
pouvons supposer qu'un nombre important de personnes est incapable de construire et de
préserver un réseau de contacts significatifs autour d'eux. D’où le risque d’isolement social.

2.1.2- La question du lien social

Comme nous l’avons vu plus haut, quand on aborde la problématique de l’isolement social et
de la solitude dans la société moderne, cela nous renvoie systématiquement aux relations que
les individus entretiennent entre eux et avec leur environnement (un quartier, un groupe, une
communauté ou une société determinée). Dans la littérature scientifique, ces relations sont
désignées par la notion de lien social. Selon Charles Pigeassou et Jérôme Pruneau la notion de
lien social désigne en général un ensemble de forces ou de caractéristiques ou de mécanismes
qui permettent de relier les individus entre eux et, simultanément, de rattacher chaque
individu à une collectivité. Le lien social décrit le mode selon lequel un individu invente en
même temps qu’il reproduit son intégration dans les groupes auxquels il participe57.

La question du lien social n’est pas nouvelle dans la littérature des sciences sociales. Elle a
toujours été au centre des réflexions sociologiques, notamment chez des sociologues comme
Tönnies, Durkheim, Weber ou Simmel. Pour ces derniers, la problématique centrale consiste à
s’interroger sur le fait que les hommes vivent ensemble et tissent des relations entre eux qui
peuvent prendre la forme d’un groupe, d’une communauté ou d’une société 58 . Ces
sociologues recherchent les facteurs d’ordre et de cohésion des relations qui s’établissent
entre les hommes en partant de l’équilibre social comme hypothèse de base. Cet équilibre,
nous disent Charles Pigeassou et Jérôme Pruneau, dépend de deux ordres de variables. En

56-
ROUSSEAU G., op.cit, p.16
57-
PIGEASSOU C. et PRUNEAU J., 1998, « Regards sociologiques sur la dynamique du lien social dans les sociétés de
joutes languedociennes », Corps et culture [En ligne], no 3, mis en ligne le 12 octobre 2007,
Disponible sur : http://journals.openedition.org/corpsetculture/509, (Consulté le 06/05/2018)
58-
Idem

31
premier lieu, la cohésion des rapports établis entre les membres d’un groupement humain
définit la nature du lien social. En second lieu, la cohérence et la stabilité des représentations
collectives circonscrivent les caractéristiques du lien moral59.

Les sociologues précités partagent l’élément de constat selon lequel, à un type de société
determiné (traditionnelle ou moderne) correspond un type de structure sociale (communauté
ou société) dans laquelle se différencient les relations sociales. La modernité transformerait la
structure sociale traditionnelle en substituant aux principes coopératifs et fusionnels de la
communauté ceux d’individualisation et de rationalisation construisant l’état de société. Le
passage à la modernité porterait la marque d’un relâchement du lien social et d’une
décomposition de l’ordre social. Dans cette perspective, Tönnies (1963) développe l’idée
d’une différenciation de l’organisation sociale au cours de son évolution. Il distingue
également la communauté et la société. Ce passage du communautaire au sociétaire marque
les transformations de l’organisation sociale des sociétés anciennes aux sociétés modernes.60

Dans les débats publics au sein de la société française actuelle, la question du lien social est
souvent abordée sous l’angle négatif de la privation, de délitement. Les enquêtes menées par
le CREDOC auprès des Français font état d’un lien social fragilisé en raison de
l’individualisme, de manque de cohésion sociale, des discriminations, etc. Le sociologue
Pierre-Yves Cusset, déjà cité, dans un texte sur l’évolution du lien social, évoque plusieurs
réalités qui selon lui alimentent ce sentiment de lien social fragilisé. Il cite entre autres la
déstabilisation de l’institution familiale, la croissance de l’isolement et de la dépression, le
désinvestissement de la sphère politique, la hausse de la délinquance et des incivilités ou
encore les difficultés rencontrées par le modèle d’intégration en France61.En ce qui concerne
la destabilisation de l’institution familiale, l’auteur indique que la relation parents-enfants a
connu de profondes mutations. Une distance culturelle croissante est observée entre les
générations. Il est aussi mentionné que la famille dans la France moderne a connu beaucoup
de transformations qui contribuent de plus en plus à la fragilisation des liens conjugaux.
L’augmentation exponentielle du nombre de divorces ces dernières décénies en témoigne. De
9,6 divorces pour 100 mariages en 1960, on est passé à 37 divorces pour 100 mariages

59-
Idem
60-
Tönnies (1963), cité par Charles Pigeassou et Jérôme Pruneau, dans: « Regards sociologiques sur la dynamique du lien
social dans les sociétés de joutes languedociennes », Corps et culture [En ligne], Numéro 3 | 1998, mis en ligne le 12
octobre 2007, consulté le 06 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/corpsetculture/509
61-
CUSSET P-Y., Op.cit., pp. 21-36.

32
quarante années après 62 . S’il est vrai que la qualité du lien social dans la société est
determinant dans la problématique d’isolement et de solitude en France, néanmoins, elle ne
peut pas à elle seule expliquer le phénomène.

2.1.3- Les facteurs de risque de l’isolement social

Les travaux réalisés en sciences sociales sur l’isolement social montrent que ce problème
social est la résultante d'une combinaison de facteurs. Pour bien cerner ce phénomène, il est
nécessaire de l’analyser en tenant compte de l’articulation entre les facteurs d’ordre
personnels, socioéconomiques, environnementaux, culturels, etc.

A. Machielse note une relation entre l'isolement social et certains facteurs, comme l'âge, le
sexe, le revenu, l'éducation, les conditions de vie, l'ethnicité et l'environnement63. Comme
mentionné plus haut, un seul facteur pris séparément, ne permet pas d’expliquer le
phénomène d’isolement social. En plus, une telle posture a le désavantage de nous faire
réfléchir au problème en ayant recours à des catégories simplistes, en ciblant certains groupes
de population qui ont plus de chance de devenir isolés socialement : les personnes âgées, les
malades et ceux victimes de handicaps, les personnes ayant un faible revenu, un faible niveau
d'éducation ou un faible statut social, les assistés sociaux, les célibataires (spécialement les
hommes), les parents seuls, les immigrants, etc. Or, il est démontré que le problème
d’isolement social touche toutes catégories de personnes. Les facteurs évoqués par A.
Machielse ne sont pas en eux-mêmes des facteurs de risque mais peuvent l’être conjointement
avec les processus qui sont en place dans la société considérée et du contexte.

Jean-François Serres, dans l’Avis du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE)


titré Combattre l’isolement social pour plus de cohésion et de fraternité, évoque pour sa part
plusieurs facteurs de risque de l’isolement social dans le contexte français. Il évoque d’abord,
la relation entre l’isolement social et la santé en indiquant que les maladies chroniques, dont
un Français sur cinq est aujourd’hui victime, et les pathologies invalidantes peuvent inscrire
les personnes dans un processus de rupture. En effet, une étude réalisée par le Laboratoire de
recherche sur le vieillissement, la santé et la personnalité de l’Université Concordia à

62-
Ibid
63-
MACHIELSE A., 2010, « Social isolation and the elderly : causes and consequences », cité par ROUSSEAU G., Analyse
de l'isolement social, de la sociabilité et de la qualité du soutien social chez les jeunes agriculteurs Québécois, Mémoire
de maitrise de sociologie, Université de Laval, pp. 19-22.

33
Montréal montre que des problèmes de santé mentale et physique peuvent être à l’origine de
l’isolement social. Selon cette étude, les personnes malades ont tendance à se sentir seules et
coupables de leur état de santé, ce qui peut les amener à se replier sur elles-mêmes et à
s’isoler de leur entourage. L’étude montre que le sentiment de solitude augmente
continuellement au cours du temps chez les personnes ayant une grave maladie chronique et
que le fait de vivre cette épreuve au sein d’un couple n’atténue pas le sentiment de solitude.64
Le rapport d’étude de la Fondation de France sur la solitude en France en 2014 indique que la
perte d’autonomie et le handicap jouent de manière très négative sur le maintien ou le
développement de la vie sociale. Les personnes souffrant d’un handicap physique invalidant
sont près de deux fois plus exposées à l’isolement relationnel que le reste de la population (22
% contre 12 %). Le handicap ou la perte d’autonomie sont cités dans 10 % des cas comme à
l’origine de la situation de solitude65. Le réseau personnel devient plus fragmenté pour les
personnes ayant une maladie grave ou qui souffrent d’un handicap entrainant des limitations
fonctionnelles et qui requiert des demandes considérables pour l'aide et le soutien des autres.
Toujours en lien avec la santé, Jean-François Serres évoque les dépendances à l’alcool, au
cannabis et autres stupéfiants comme facteurs qui peuvent conduire au repli sur soi des
personnes souffrant d’addiction, jusqu’à la rupture familiale et avec l’entourage.

Il évoque ensuite le rapport entre l’isolement social et les conditions socioéconomiques. Sans
être une condition suffisante, la pauvreté et les conditions socioéconomiques précaires
peuvent accentuer le risque d’isolement. Certaines études ont montré qu’il existe une
corrélation entre l’isolement social et les conditions socioéconomiques. Jean-Louis Pan Ké
Shon est parvenu à cette conclusion dans son analyse de l’enquête isolement relationnel66. La
Fondation de France a, pour sa part, fait remarquer que 18 % des personnes déclarant des
revenus inférieurs à 1000 euros par mois sont en situation d’isolement objectif (contre 9 %
dans l’ensemble de la population). 67 % d’entre elles vivent seules (contre 26 % en moyenne).
Elles sont deux fois plus nombreuses qu’en moyenne à avoir connu un divorce et une
séparation (35 % contre 15 % en moyenne). Elles sont deux fois moins nombreuses qu’en
moyenne à avoir des enfants au domicile (20 % contre 40 % en moyenne) et sont trois fois
plus nombreuses que l’ensemble de la population à se déclarer à la recherche d’un emploi67.

64-
SERRES J-F, Op.cit., p. 70.
65-
Idem, p. 70.
66-
PAN KÉ SHON J-L, Op.cit. pp 1-4.
67-
SERRES J-F, Op.cit. p. 71.

34
Ces données montrent plus ou moins clairement qu’il existe un lien entre les conditions
socioéconomiques et le risque d’isolement.

Jean-François Serres a également évoqué deux autres catégories de facteurs qui sont
susceptibles d’accroitre le risque d’isolement social dans la société française. Il s’agit d’une
part des facteurs liés au monde du travail et, d’autres part des facteurs liés au territoire. En ce
qui concerne le travail, l’auteur note qu’il constitue l’un des espaces intégrateurs le plus
structurant de la société. Il permet à chacun de réaliser sa vie et de se faire une place dans la
société. Il favorise le sentiment d’appartenance à un groupe, la constitution d’une conscience
collective et de solidarités68. Bref, le travail est créateur de lien social et cohésion. S’il est
vrai que le travail joue un rôle important dans l’insertion sociale et constitue un espace
fondamental de construction de lien social, néanmoins, la perte d’un emploi, le chômage
prolongé, l’inactivité subie, le type de profession exercée ou même l’organisation du travail
peuvent être source de mal-être pour certains, entrainant des problèmes de solitude et
d’isolement. En effet, Une enquête du ministère chargé de l’agriculture, de la pêche et de
l’agroalimentaire, mentionnée par Jean-François Serres, a montré que les agriculteurs sont
particulièrement touchés par l’isolement du fait du contexte et des conditions d’exercice de
leur métier. Les exigences professionnelles les rendent très dépendants de leur exploitation69.
La charge de travail, l’amplitude horaire, les conditions de travail difficiles, le célibat
important dans la profession, les difficultés économiques auxquelles ils sont confrontés, le
contexte rural de faible disponibilité de services sur le territoire et la moindre densité de
population sont des facteurs matériels qui, en s’accumulant créent un risque élevé d’isolement
chez les agriculteurs.

Le métier d’agriculteur n’est pas le seul à être concerné par l’isolement. Toutes les
professions et tous les statuts sont concernés par ce problème social, notamment les
travailleurs indépendants, les artisants, les chefs d’entreprise et les commerçants. L’intensité
du rythme de travail, la pression des délais, le déséquilibre entre vie professionnelle et vie
personnelle qui s’ajoutent aux exigences physiques et mentales de certaines fonctions sont
autant de facteurs d’altération de la qualité de vie et de travail qui contribuent au sentiment
d’isolement ressenti par les professionnels qui les exercent. L’institut de recherche et
d’innovation sur la santé et la sécurité au travail (Iris-ST), à travers le baromètre ARTI Santé
BTP qui est une grande enquête nationale dont l’objectif est d’améliorer les connaissances sur

68-
SERRES J-F, Op.cit. p. 73.
69-
SERRES J-F, Op.cit. p. 74.

35
la santé et la sécurité des chefs d’entreprise artisanale du BTP, constate que les artisans du
bâtiment et des travaux publics (BTP) sont de plus en plus stressés, menacés, et, pour certains,
victimes d’épuisement professionnel. L’enquête montre également que le sentiment
d’isolement est très marqué chez les artisans : en 2016, ils sont 40 % à se sentir isolés (soit
une hausse de 1 % en un an). Dans son édition de 2015, l’enquête a montré que le sentiment
d’isolement est plus fort chez les artisans travaillant seuls (environ 50 % d’entre eux ont ce
sentiment).70

Comme indiqué dans le premier chapitre de notre travail, les changements géographiques, la
nouvelle configuration des espaces, l’urbanisation, semblent avoir une incidence sur la
solidité ou pas des liens sociaux. Selon Jean-François Serres, la connexion entre le lieu où
l’on vit et l’isolement ou le sentiment de solitude n’est pas directe. Toutefois, ce dernier
reconnait qu’elle existe quand même et que des facteurs géographiques et territoriaux peuvent
impacter les sociabilités, atténuer ou renforcer les liens entre les habitants. Les données de
l’enquête sur la solitude en France en 2013 mentionnées par l’auteur dans son analyse
montrent les sociabilités créées dans les territoires de proximité semblent en effet plus
développées dans les zones rurales qu’en ville. Ainsi 25 % des personnes résidant au sein des
villes de plus de 100 000 habitants, contre 12 % des individus résidant en zone rurale ne
s’arrêtent jamais ou presque pour discuter lorsqu’elles font des courses ou se promènent dans
leur quartier. Toujours d’après l’enquête de la Fondation de France sur la solitude en France
indiqué par l’auteur, alors que l’isolement en zones rurales se stabilise, dans les unités
urbaines de plus 100 000 habitants et plus il a augmenté de +5 % pour la période de 2010-
2013. Une augmentation qui, selon l’étude, s’explique en partie par des situations d’isolement
plus fréquentes dans les secteurs d’habitat social qui sont plus représentés dans les grandes
agglomérations. 14 % des personnes résidant dans le parc social sont en situation d’isolement
contre 11 % des personnes résidant dans le parc privé71.

70-
L’institut de recherche et d’innovation sur la santé et la sécurité au travail (Iris-ST), 2017, cité par SERRES J-F, In
Combattre l’isolement social pour plus de cohésion et de fraternité, Editions des Journaux officiels, France, p. 75 .
71-
SERRES J-F., 2007, citant l’étude de la Fondation de France sur la solitude en France en 2013, In Combattre
l’isolement social pour plus de cohésion et de fraternité, Editions des Journaux officiels, France, p.79.

36
2.2- La notion de sociabilité

La notion de sociabilité désigne à la fois l’aptitude à vivre en société et le principe des


relations entre les personnes. La première acception s’inscrit dans le champ de la psychologie,
tandis que la seconde se situe plutôt dans une perspective sociologique. L’acception
psychologique sous-tend qu’il y aurait les individus aptes à créer des liens, et ceux qui ne le
sont pas. La perspective sociologique s’oppose à l’acception psychologique. « Pour le
sociologue, la sociabilité ne doit pas s’entendre comme une qualité intrinsèque d’un individu
qui permettrait de distinguer ceux qui sont sociables de ceux qui le sont moins, mais comme
l’ensemble des relations qu’un individu (ou un groupe) entretient avec d’autres, compte tenu
de la forme que prennent ces relations »72. L’usage de la sociabilité en tant que concept dans
les sciences sociales est plutôt récent. C’est à G. Simmel qu’il revient la paternité de son
introduction comme concept scientifique en Allemagne en 1910, lors du discours d’ouverture
du colloque de la société Allemande de Sociologie à Francfort sous le titre « Sociologie de la
Sociabilité » 73. Ignoré pas les pères fondateurs de la sociologie, ce n’est qu’en 1950 que G.
Gurvitch l’a introduit en France. Ces deux sociologues n’abordent pas la sociabilité de la
même manière. Nonobstant le point commun consistant à faire de la sociabilité l’élément le
plus spontané de la réalité sociale, leurs approches sont diamétralement opposées.

Dans la perspective de Simmel, la sociabilité est la forme la plus pure de la vie sociale qui
résulte de l’interaction entre les individus. Cette interaction est dépouillée de toute finalité
rationnelle utilitaire et déterminée.

« La forme consiste en une action réciproque des éléments par laquelle ceux-ci se
constituent précisément en une unité ; et puisque (dans le cas de la sociabilité) les
motivations concrètes de l’unification, rattachées aux finalités de la vie s’évanouissent,
il faut accentuer avec d’autant plus de force et d’efficacité la pure forme, c’est-à-dire
le lien de réciprocité, qui flotte en quelque sorte librement entre les individus »74.

72-
DEGENNE A. et FORSE M., 1994, Les réseaux sociaux, Paris, Armand Colin, p. 38-39.
73-
RIVIERE C. A., 2004, la spécificité française de la construction sociologique du concept de sociabilité, Réseaux, no 123,
p.211.
74-
SIMMEL G., 1981, Sociologie et épistémologie, Paris, PUF, p.125.

37
Dans la pensée de G. Simmel, la sociabilité correspond à une forme mouvante et jamais
définie : dès lors, toute forme d’action réciproque ou socialisation non motivée par une fin
particulière se transforme en sociabilité.

Tandis que chez G. Simmel, la sociabilité résulte de l’interaction entre les individus, chez G.
Gurvitch, la sociabilité est un phénomène social total extérieur aux individus. La pensée de G.
Gurvitch trouve sa source dans l’approche sociologique holiste dominée par l’école
durkheimienne, mettant l’accent sur la nature d’une certaine « individualité psychique » que
les individus créeraient au moment de se mettre en rapport. G. Gurvitch 75 a essayé
d’introduire un niveau d’analyse intermédiaire qu’il nomma le « groupement particulier »,
affirmant que seuls les groupes particuliers et les sociétés globales constituent des unités
collectives réelles et observables, qui assurent une cohésion relative garantie par une attitude
collective continue.

Après G. Gurvitch, le concept de sociabilité a ensuite été redéfini dans les années 70 par les
historiens comme « aptitude générale d’une population à vivre intensément ses relations
publiques »76.

Progressivement, le regard sur la sociabilité a évolué. La sociabilité est ainsi redéfinie à partir
de l’analyse des réseaux de relations, ce qui a déplacé l’observation vers les relations sociales.
L’intérêt de l’approche d’analyse de réseaux réside dans le fait qu’elle paraît être un support
empirique facilement saisissable par des techniques d’enquêtes, qu’elle autorise un point de
vue comparatiste, qu’elle se prête à l’étude d’un ensemble de sujets à travers le prisme de
l’échange de flux (biens, services, informations, valeurs) allant des modes de vie, aux conflits,
aux stratégies de constructions de soi, etc., et enfin, qu’elle apporte un point de vue structural.
Comme l’a indiqué H. Mendras,

« tous les individus touchent des réseaux et par conséquent peuvent être appréhendés à
partir des individus pris dans leur groupe domestique. ( …). Les procédures d’enquêtes
doivent permettre des comparaisons de lieu à lieu, de région à région, de catégorie

75-
GURVITCH G., 1950, La vocation de la sociologie, Paris, PUF, Tome 1, pp. 118-247
76-
AGHULON M., 1977, Le cercle dans France bourgeoise, 1810-1848, Paris, Ed. Armand Colin.

38
sociale à catégorie sociale. (…). Il faut bien centrer la description sur la structure de
réseaux et sur ce qu’ils convoient vers et hors du groupe domestique77. »

L’accent sur la question des réseaux et des liens implique qu’on s’intéresse à la manière dont
les individus entrent en relation. Dans une logique centrée sur l’analyse des individus et de
leurs modalités d’action, la question de la participation devient ainsi un enjeu majeur pour
l’étude des liens de sociabilité. Dans notre analyse sur l’impact du projet des « petites
cantines » sur les habitants concernés, le territoire et la problématique de l’isolement en soi, il
nous semble nécessaire de comprendre l’approche dans laquelle s’inscrit le dispositif « Petites
Cantines » et en quoi elle est pertinence dans la lutte contre l’isolement. Avant d’aborder les
approches théoriques de la participation, tâchons de délimiter le sens du concept.

2.3- La question de la participation

La question de la participation des habitants prend dans notre étude une place importante car
elle est au cœur du projet des Petites Cantines. Elle se décline sous plusieurs formes.

Tout d’abord, ce projet par son histoire et à travers son évolution revendique l’idée de donner
aux habitants l’opportunité d’agir, de les mettre en situation de mobiliser leur potentialité pour
pouvoir créer des conditions favorables à plus d’échange et de convivialité en vue de réduire
les risques d’isolement relationnel et solitude. Pour cela, l’association a choisi « la cuisine
participative » comme outil d’animation.

Ensuite, le dispositif Petites Cantines s’inscrit dans une démarche d’entreprenariat social. Son
modèle économique s’appuie beaucoup sur l’implication des convives ou adhérents dans
l’équilibre budgétaire du projet. Aujourd’hui, ce projet est autonome financièrement grâce à la
contribution libre de ces derniers. En plus de cette forme de participation pécunière, les
convives sont très sollicités dans l’animation et la mise en œuvre de ce projet, notamment la
cuisine participative. Le dispositif, tel que pensé ne peut être opérationnel sans cette
implication des convives. Autrement dit, sans la participation des convives, le modèle social
que prône ce projet ne saurait être appliqué. Les Petites Cantines seraient réduites à sa

77-
MENDRAS H., 1979, Eléments de problématique pour l’étude de la sociabilité, CNRS, Archives de l’OCS, Vol 1,
pp. 33- 46.

39
dimension marchande comme toute autre entreprise commerciale offrant un service contre
une rémunération. A travers l’approche participative mise en œuvre l’association entend
réaliser son objectif consistant à redynamiser les relations de voisinage, favoriser les liens
sociaux dans le quartier pour réduire les risques d’isolement. Ce qui constitue une stratégie
gagnante pour l’association et les habitants du quartier.

En sciences humaines et sociales, le terme de participation fait l’objet de différentes


approches. Ce qui fait que sa signification varie d’une approche à une autre. Diverses autres
appellations sont utilisées telles que: l’implication, la négociation, la concertation, la
responsabilisation, la collaboration, cogestion, coopération. Quoique ces termes renvoient à
des réalités organisationnelles proches, ils ne sont pas forcément interchangeables avec la
participation. Cela montre à quel point que ce concept est ambigu et pluriel et soulève, du
même coup, la nécessité d’un certain effort de précision conceptuelle. Au-delà des différences
d’interprétations que nous allons évoquer par la suite, nous pouvons d’entrée de jeu essayer de
dégager une toute première signification du terme.

Selon Yao Assogba « participer veut dire prendre part à quelque chose avec d'autres,
partager quelque chose avec d'autres ». Ce quelque chose peut être un objet, un pouvoir, une
activité, etc.78. Dans cette même logique, Albert Meister avance que « susciter la participation
dans le domaine du développement ne signifie donc pas seulement former les individus, les
instruire, les animer, mais aussi, et peut-être surtout, se préparer à partager une part du
pouvoir, de la puissance »79. Ces derniers doivent normalement prendre part à chacune des
étapes des projets et partager toutes les responsabilités inhérentes.

Cette démarche de participation utilisée dans les projets de développement, notamment dans
les pays sous-développés semble faire partie intégrante des projets de politique de la ville ici
en France. En effet, dès les premières mesures Habitat et Vie Sociale en 1977, la participation
des habitants était à l’ordre du jour, il s’agissait alors de les associer à la gestion de services
nouveaux à titre expérimental, telles les régies de quartier, les haltes garderies, etc. Cette
participation a été formalisée pour la première fois par le Comité Interministériel des Villes
du 30 juin 1998. Il pose cet aspect comme une condition à la signature par l’État des contrats
de ville 2000-2006 et évoque la participation des habitants comme étant au cœur de la

78-
ASSOGBA Y., 1989, «Pratiques participatives des ONG en Afrique : le cas du PHV-CUSO au Togo», Revue Nouvelles
Pratiques Sociales, Vol. 2, no 1, Montréal, p.9. Disponible sur: Les Classiques des sciences sociales. Consulté le
09/05/2018).
79-
MEISTER A.,1977, La participation pour le développement, Paris, Les éditions ouvrières, pp.128-174.

40
Politique de la Ville: « Il convient d’organiser les démarches permettant aux habitants de se
prononcer, en amont de l’élaboration des projets, sur les priorités des programmes d’actions
qui concernent le cadre de leur vie quotidienne. Il est également nécessaire de les associer à
l’élaboration, à la mise en œuvre et à l’évaluation en continu des actions qui seront décidées
par les partenaires du contrat de ville»80.

La question de participation des habitants est utilisée à plusieurs niveaux (dans les
programmes d’aide au développement dans de pays du sud, au niveau national et local à
travers la mise en oeuvre de politique publique, dans des projets associatifs comme c’est le
cas du projet des Petites Cantines) et prend des formes différentes. Comprendre les diverses
approches théoriques permettrait de mieux comprendre la logique qui sous-tend les actions
des institutions ou entités qui l’appliquent.

2.3.1- Approches théoriques de la participation

Partant des analyses autour de la question du développement telle que discutée et pratiquée
dans le Tiers monde en général et en Afrique en particulier, Assogba distingue deux
paradigmes de la participation. Il s'agit d'une part, du paradigme déterministe et d'autre part,
du paradigme interactionniste de type weberien 81 . Les agents de développement qui
s’inscrivent dans la première approche qu’il nomme (type I) ne tiennent pas compte du
contexte socio-culturel, de la logique ou de la rationalité des populations concernées dans la
réalisation des projets, tandis que ceux s’inscrivant dans la seconde approche nommée (type
II) inscrivent la participation dans le contexte socio-culturel, économique et politique des
participants82.

2.3.1.1- Approche déterministe de la participation

Selon Assogba, l’approche déterministe de la participation est liée au paradigme déterministe


autour de la question du développement.83 Ce paradigme est dominé par le point de vue de

80-
BOUDEGHDEGH K., et al., 2012, « La participation des habitants, un enjeu majeur de la Politique de la Ville »,
Spécificités, N° 5, p. 99.
81-
MENDRAS H. ET FORSE M., 1986, Le changement social, Paris, Armand Colin, 284 p.
82-
ASSOGBA Y, op.cit., p.8.
83-
Idem

41
Rostow 84 et est influencé par le positivisme d’Auguste Comte pour qui « la marche du
progrès suit un cours naturel et nécessaire, tracé par la loi de l'organisation humaine »85.
Suivant cette approche, le processus de développement est réduit à une simple question de
transfert « mécanique » des facteurs définis comme les déterminants des transformations
sociales nécessaires à « l'évolution » d'une société sous-développée: la technologie et le
capital financier. Les perceptions, les valeurs et l'univers symbolique des bénéficiaires des
projets ne sont guère pris en considération dans le processus86. Dans le cadre de l’approche
déterministe de la participation, les agents de développement ne tiennent pas compte du
contexte socio-culturel de leurs interventions, de la logique ou de la rationalité des
populations bénéficiaires et négligent du même coup leur participation dans le processus de
réalisation des projets. Autrement dit, cette approche se caractérise par une non- implication
des concernés aux diverses phases des projets de développement. Ces derniers sont privés de
marge de manoeuvre et de liberté de réinterprétation des objectifs fixés dans le cadre des
projets. Ils sont souvent associés à la phase d’exécution et considérés essentiellement comme
main d’œuvre. Cela a pour conséquences de créer chez eux une sorte de passivité,
d’attentisme, un comportement d’indifférence, voire de refus vis-à-vis des projets.

2.3.1.2- Approche interactionniste de la participation

Toujours selon Assogba, l’approche interactionniste de la participation découle du paradigme


interactionniste du développement, qui nait en réaction au paradigme déterministe. Dans le
cadre de l’approche interactionniste de la participation, les agents de développement
valorisent la participation qu’ils inscrivent dans le contexte socio-culturel, économique et
politique des participants. Contrairement à l’approche déterministe, ce modèle tient compte
des croyances, des motivations, de la rationalité économique et des stratégies des populations
bénéficiaires 87 . En tant qu’il considère ceux-ci comme des acteurs sociaux, le modèle
préconise leur implication à toutes les phases du projet. Il implique les populations concernées
à toutes les phases du projet depuis l'identification des besoins, la définition des objectifs
jusqu'au suivi-évaluation, en passant par l'élaboration, l'exécution, la formation à la gestion et

84-
ROSTOW, W.W., 1963, Les étapes de la croissance économique, Paris, Seuil, 253 p.
85-
FRIBERG M. et HETTNE B., 1988, «La mobilisation au niveau local et la politique du système Mondial », Revue
internationale des sciences sociales, no 117, p.385.
86-
BERGER P., 1978, Les mystificateurs du progrès, Paris, PUF, pp. 217-225
87-
ASSOGBA Y., op.cit., p.9.

42
à la maintenance du projet. La participation renvoie ici à la responsabilité de l'individu et du
groupe. L'un et l'autre prennent part dès le début au processus de décision88.

Cette approche soutient l’idée de ne pas se substituer complètement aux personnes concernées
par la situation-problème données, de ne pas faire à leur place mais de les associer à la
démarche visant à répondre à leur préoccupation. Rigotard écrit à ce sujet: «l’idée majeure qui
régit les activités très variées du développement communautaire est que l’on ne doit pas faire
le bonheur des hommes malgré eux, qu’il faut donc le faire grâce à eux. Les associer
intimement au développement apparait ainsi comme une garantie de la pleine réussite de ce
dernier» 89 . Ainsi, la participation est considérée comme le facteur principal pouvant
déterminer la réussite des projets de développement mis en œuvre à travers les communautés.

2.3.1.3- Approche critique de la participation

Dans une analyse faite par Alexei Jones90 dans son texte titré « L’apparition de la notion de
participation dans la pensée et le discours du développement », ce dernier distingue deux
grandes visions de la participation : une vision selon laquelle la participation serait considérée
comme un moyen et un instrument pour améliorer la qualité des interventions de
développement et une autre vision selon laquelle la participation serait considérée davantage
comme un droit et une fin en soi dans le développement. La vision de la participation en tant
que fin en soi se démarque du paradigme déterministe et du paradigme interactionniste
évoqués précédemment. Ce deux paradigmes considèrent la participation des populations dans
les activités de développement comme un moyen pour garantir l’efficacité du projet.

Pour ceux qui soutiennent cette vision, écrit Jones, la participation des populations dans les
activités de développement constitue une fin en soi, un objectif majeur à atteindre, et non un
simple moyen pour atteindre un objectif. Selon eux, poursuit l’auteur 91 , la participation
constitue d’abord et avant tout un processus et une opportunité par lesquels les groupes
défavorisés peuvent se prendre en main et parvenir à contrôler leur propre développement.

88-
ASSOGBA Y., op.cit., p.12.
89-
BERNARD J.M., 2012, Participation et développement communautaire: Gestion de l’eau potable et organisation sociale
à Cité Soleil. Port-au-Prince, Éditions Presses Nationales d’Haïti, p.28.
90-
JONES A., 2016, « L’apparition de la notion de participation dans la pensée et le discours du développements » , PIE,
Perspectives, mis en ligne le 15 mars 2006, pp1- 18. Disponibles sur: http://revel.unice.fr/pie/index.html?id=360.
(consulté le 09/05/2018)
91-
JONES A., op.cit. p.16.

43
Cette vision ne se limite pas à la simple amélioration de l’efficacité et de la durabilité des
activités de développement, mais correspond à une vision davantage politisée de la
participation. Son caractère politique consiste en ce qu’elle peut donner aux gens démunis des
quartiers défavorisés les moyens d’influencer et d’agir sur les institutions qui les
gouvernement et qui contrôlent leur existence dans le but de renforcer leur autonomie et
d’augmenter leur pouvoir. Dans le cadre de cette perspective, la population est considérée
comme principale actrice du développement de sa communauté. Le mieux serait de l’aider à
prendre conscience de ses conditions matérielles d’existence, à comprendre et à analyser sa
situation de pauvreté, et de lui donner les moyens nécessaires à l’engagement d’une action
collective en vue d’obtenir une amélioration de ses conditions de vie. Cela nécessite au
préalable un travail de conscientisation et de responsabilisation grâce auquel la population
peut parvenir à jouer véritablement son rôle d’acteur dans le processus de son développement.

Quoique ces approches de participation soient souvent utilisées dans les projets de
développement dans les contextes des pays du sud, nous estimons qu’elles sont aussi
pertinentes pour analyser les formes d’implication des habitants dans les projets mis en œuvre
dans certains quartiers en France, notamment le projet de Petites Cantines. Si l’on se réfère à
notre propos sur le modèle des Petites Cantines axé sur une forte implication des convives
dans le fonctionnement et l’animation des cantines existantes et aussi dans l’essaimage du
modèle sur le territoire français, nous aurons tendance à dire que ce modèle s’inscrit dans la
perspective de participation vu comme une finalité, un but recherché. Dans la mesure où, c’est
par la participation que le projet entend permettre aux habitants de nouer des relations de
proximité, d’agir par eux-mêmes au niveau de leur territoire, de prendre conscience des
causes du problème d’isolement relationnel et de se mobiliser pour atténuer les facteurs de
risque. Ce qui parait moins évident dans la démarche des Petites Cantines, c’est le côté
politique qui consiste à outiller les habitants pour questionner les institutions qui les
gouvernent et contrôlent leur existence afin de renforcer leur autonomie et d’augmenter leur
pouvoir. En tout cas ce n’est pas un objectif affiché par l’association aujourd’hui.

44
CHAPITRE 3- CADRE METHODOLOGIQUE

En sciences sociales, la méthodologie est utilisée pour étudier la réalité sociale dans le but de
trouver des explications aux faits et phénomènes sociaux par le biais de l’observation de la
collecte des données, de leur traitement, de leur interprétation. C’est une étape spécifique de
la recherche procédant d’une position théorique et épistémologique, pour la sélection de
techniques concrètes de recherche. Selon Madeleine GRAWITZ : « la méthode est constituée
de l'ensemble des opérations intellectuelles par lesquelles une discipline cherche à atteindre
les vérités qu'elle poursuit, les démontre et les vérifie »92.Par conséquent, la méthodologie
dépend des postulats que le chercheur considère valides, puisque l’action méthodologique
sera son instrument pour analyser la réalité étudiée 93 . Le cadre méthodologique s’avère
indispensable à toute étude scientifique. Dans cette partie du travail, nous présentons la
méthodologie qui a guidé notre démarche, les techniques de recherche utilisées, les
instruments en rapport avec ces techniques ainsi que leur mode de traitement.

3.1- Méthodologie retenue

Nous adoptons, pour la mise en œuvre empirique de l’étude, une méthodologie mixte au sens
où l’entend Roberto Hernandez Sampieri. Cet auteur définit la méthodologie comme une
« démarche théorico-pratique alliant les éléments qualitatifs et quantitatifs au niveau de la
collecte de données et du mode de traitement de celle-ci. » 94 Ainsi, nous avons allié les
techniques de la recherche documentaire, d’entretien, d’observation. Les données qualitatives
sont analysées et présentées au fur et à mesure de notre analyse tandis que les données
quantitatives, recueillies à partir de notre enquête ou d’autres études, sont traitées à partir du
logiciel Excel.

3.2- Terrains et population à l’étude

Comme indiqué en introduction, notre étude porte sur les adhérents au projet de Petites
Cantines, particulièrement ceux qui sont réguliers aux Petites Cantines de Vaise. Cette

92-
GRAWITZ M., 2001, Méthodes de recherche en sciences sociales, Editions Dalloz, Paris, p. 35.
93-
Définition de la méthodologie, disponible sur http://lesdefinitions.fr/methodologie. (Consulté le 07 mars 2018).
94 -
SAMPIERI R. H. et al 1997, Metodología de la investigación, Ed. Mc Graw Hill, México, 497 p.

45
dernière étant notre terrain d’étude. Dans le but de constituer notre échantillon, nous avons
précisé plus clairement ce que nous considérons comme Adhérent régulier. En effet, sont pris
en compte dans notre échantillon, ceux qui ont leur carte d’adhérent à jour en 2018 et qui
fréquentent les Petites Cantines de Vaise au moins 3 fois par mois indépendamment du
créneau horaire ou du type de participation. Notre travail d’immersion nous a permis de
constater qu’il y a une diversité de personnes qui viennent aux Petites Cantines et qui habitent
dans des territoires différents. Toutefois, nous avons décidé de nous concentrer beaucoup plus
sur les adhérents qui habitent le quartier de Vaise. Seront aussi pris en compte dans notre
échantillon, certains acteurs du dispositif, à savoir les volontaires en service civique, les
maitresses de maison et salariés indépendamment de leur lieu d’habitation.

3.3- Le procédé d’échantillonnage

Pour établir notre échantillon, nous avons utilisé le fichier des adhérents de l’association pour
la période de 2016 à 2018. De ce fichier, nous avons extrait ceux et celles qui correspondent
aux critères définis plus haut. Notre échantillon est constitué de 50 personnes incluant les
adhérents de tranches d’âge différentes ainsi que des acteurs clés du projet de Petites
Cantines. Pour établir l’échantillon, une fois l’extraction des adhérents réguliers effectuée,
nous avons utilisé la méthode d’échantillonnage par quotas qui consiste à obtenir une
représentativité suffisante en cherchant à reproduire, dans l’échantillon, les distributions de
certaines variables importantes, telles que ces distributions existent dans la population à
étudier95. Autrement dit, ce procédé d’échantillonnage nous permet de prendre en compte la
diversité et la mixité qui caractérisent la population à l’étude. En effet, notre échantillonnage
se répartit ainsi : 35 adhérents issus directement du 9e Arrondissement, représentant environ
10% des adhérents vivant à Vaise suivant l’analyse de la base de données de Petites Cantines,
10 adhérents qui n’habitent pas forcément dans le quartier mais qui ont un lien avec le
quartier et qui fréquentent les Petites Cantines régulièrement et 5 acteurs impliqués dans le
projet.

95-
GHIGLIONE R. et BENJAMIN M., 2008, Les enquêtes sociologiques, Théories et pratiques, Editions Armand Collin,
Paris, p .38.

46
3.4- Techniques et instrument de collecte des données

Pour la collecte des données qui nous ont permis de répondre à notre question de départ, nous
avons mobilisé trois techniques de recherche complémentaires : à savoir recherche
documentaire, l’observation participante et des entretiens semi-directifs.

Au moyen d’analyse documentaire, nous avons recherché les travaux antérieurs à notre étude
sur la problématique de l’isolement social et la solitude en France, notamment les différentes
études de la Fondation de France, du Credoc, et L’Insee.

Comme indiqué en l’introduction, ce travail fait suite à notre stage de fin d’étude de master 2.
Dans le cadre ce stage, nous avons utilisé l’observation participante à travers notre immersion
aux Petites Cantines avec les convives, les salariés, les bénévoles et les volontaires en service
civique. Par cette méthode, nous avons été amenés à constater sur le terrain l’implication des
habitants dans le projet des Petites Cantines. Cette méthode a été mise en œuvre par des
anthropologues, notamment Malinowski dans les années 1925-1930, dans le but d’étudier des
sociétés exotiques et inconnues. Il s’agit d’une démarche inductive visant à découvrir par
l’observation ce qui organise les rapports sociaux, les pratiques et les représentations des
acteurs du terrain à l’étude. Elle implique de la part du chercheur une immersion totale dans
son terrain pour essayer d’en saisir les subtilités, au risque de manquer de recul et de perdre en
objectivité96. Le fait de participer au même titre que les acteurs, donne la possibilité d’accéder à
des informations peu accessibles et nous permet de comprendre des fonctionnements
difficilement appréhendables par quiconque extérieur au terrain.

Dans le cas qui nous préoccupe, nous avions opté pour la méthode d’observation participante
ouverte qui consiste à observer et prendre part aux actions comme tout le monde après avoir
informé les acteurs et obtenu leur accord. En effet, avant de commencer notre immersion, nous
avons été présentés par les responsables de l’association aux différents acteurs du projet des
Petites Cantines comme étant stagiaire et notre mission a été acceptée. Nous n’avons pas pris
trop de temps pour nous intégrer, c’est-à-dire de se mettre dans la peau des convives en suivant
toutes les démarches prévues à cet effet. Nous avons pris notre carte d’adhérent, réservé pour
venir cuisiner et manger comme tout le monde, participé aux ateliers et autres activités extra

96-
BASTIEN S., 2007, « Observation participante ou participation observante ? Usage et justification de la notion de
participation observante en sciences sociales », Recherches qualitatives, Vol. 27, p. 128.

47
cantines proposées par des convives ou des bénévoles. Peu à peu, notre titre de stagiaire a cédé
la place à celui de compagnon de tablée ou de convive. Cela nous a permis d’intégrer
rapidement le groupe et d’être le plus proche possible de la réalité étudiée, cependant nous
n’avions pas perdu de vue notre rôle et notre mission. Nous avions pris en compte aussi du fait
que notre présence en tant que stagiaire en charge de l’évaluation d’impact social du projet
pouvait modifier les comportements de nos différents interlocuteurs. En vue de limiter les
risques liés à l’utilisation de cette méthode, en plus de l’observation participante proprement
dite, nous avons utilisé d’autres moyens de collecte de données. En effet, nous avons réalisé
des entretiens semi-directifs à partir d’un guide d’entretien. Nous avons également pris en
compte des données issues des conversations occasionnelles de terrain et des documents
internes de l’association et du projet.

3.5- Déroulement de la collecte de données

En ce qui concerne le processus de la collecte des données brutes, dans la phase d’observation
nous avons utilisé un cahier de bord qui nous a permis de noter nos observations et remarques
tout au long du processus.

Dans la phase de collecte des données par entretien, nous avons utilisé un questionnaire
comportant des questions ouvertes et fermées auprès des convives de Petites Cantines et
certains acteurs du projet à savoir salariés, volontaires en service civique. Les entretiens ont été
pour la plupart enregistrés et retranscrits. Avant d’entreprendre l’analyse des verbatim nous
avons réécouté les enregistrements et relu la transcription pour ne pas trahir le discours de
interviewés.

3.6- Mode de traitement

Notre technique d’analyse consiste à lire attentivement la transcription des entretiens afin de
cerner les thèmes clés à travers les discours des personnes interviewées tout en mettant
l’accent sur les similarités et les différences qui les caractérisent. Cela nous permet de
comprendre le sens des propos recueillis et d’en trouver facilement les extraits qui illustrent
les différents thèmes traités dans notre étude. Pour les données quantitatives, des tableaux et
les graphiques sont réalisés avec le logiciel EXCEL.

48
CHAPITRE 4- PRESENTATION ET ANALYSE DES DONNEES

Avant d’entamer l’analyse des enjeux de la participation habitante dans la lutte contre
l’isolement, il nous semble nécessaire de présenter quelques caractéristiques de la population
à l’étude, à savoir les adhérents au projet des Petites Cantines de Vaise. Pour ce faire, nous
nous référons aux données issues de l’enquête d’impact social des Petites Cantines menée par
le bureau d’étude Publicité en 2016. Cette enquête porte sur un échantillon de 527 personnes.
Elle a l’avantage de produire des données quantitatives représentatives par rapport à la
population totale des Petites Cantines, estimée à l’époque à environ 5 000 personnes.

4.1- Caractéristiques des adhérents aux Petites Cantines

Selon les données de l’enquête réalisée par le bureau d’étude Publicité en 2016, le public des
Petites Cantines est majoritairement jeune et féminin. Près de la moitié des adhérents, soit 49,
4% ont moins de 40 ans. Les femmes représentent environ 69,3% de la population totale. Les
personnes de plus de 60 ans représentent seulement 12,6%.

Plus de la moitié des adhérents au projet vivent en couple et/ou en famille, soit 53,7% d’entre
eux. Le pourcentage de personnes vivant seul ne dépasse pas 27,3 %, ce qui représente un peu
plus d’un quart des enquêtés. Ce qui exclut l’idée selon laquelle que les espaces comme celui
des Petites Cantines visant à lutter contre l’isolement et la solitude n’attirent principalement
des personnes vivant seul et/ou inactives. Les données collectées montrent au contraire que la
majorité des adhérents aux Petites Cantines sont dans la catégorie de personnes d’âge actif.
Dans l’ensemble, il ne s’agit pas de personnes en précarité économique, dépendantes de l’aide
sociale. Ils bénéficient d’une condition financière convenable vu qu’ils ont pour la plupart un
emploi.

4.2- Données relatives aux activités socioprofessionnelles des adhérents

Différentes études telles que celles menées pas le CREDOC sur la solitude en France
montrent les conditions de vie participent des facteurs d’affaiblissement ou d’empêchement

49
du lien social et potentialisent le risque d’isolement social97. Donc, il nous parait nécessaire de
tenir compte des données relatives aux activités socioprofessionnelles des adhérents aux
Petites Cantines dans notre réflexion. Ces données, mises en relation avec d’autres facteurs
peuvent nous aider à comprendre le profil des personnes qui viennent aux Petites Cantines et
mieux cerner leurs motivations. En effet, l’enquête de Publicité sur laquelle on se base pour
comprendre les caractéristiques des adhérents montre que les Petites Cantines attirent
davantage des personnes autonomes économiquement. La plupart des adhérents répondant à
l’enquête de Publicité vivent de leur salaire ou de leur retraite. Les proportions de gens vivant
de leur salaire ou de leur retraite représentent respectivement 58,6% et 12,1%98.

Graphique 2 : Répartition des adhérents en fonction de leurs sources de revenu

Données issues de l’enquête Publicité, 2016.

Dans l’ensemble, les adhérents qui ont répondu à l’enquête de Publicité ne présentent pas les
caractéristiques types de personnes isolées, à savoir des personnes vivant dans des conditions
socioéconomiques précaires, sans emploi ou ayant un bas revenu. Ils ont pour la plupart une
situation socioprofessionnelle plus ou moins stable et exerce une profession valorisante.
Parmi les activités professionnelles exercées par les adhérents on peut citer entre autres :
Artisan, commerçant, étudiant, employé, cadre et profession intellectuelle supérieure, etc.
Dans l’ensemble, les adhérents jouissent de très bonnes conditions socio-professionnelles. Un

97
- Fondation de France. op.cit., p.15.
98
- Données issues de l’enquête Publicité 2016, commanditée par l’association les Petites Cantines.

50
peu plus d’un quart, soit 30,6% sont des cadres ou exercent une profession intellectuelle
supérieure. Environ 13,5% ont un emploi dans une entreprise publique ou privée. Ce qui
suppose qu’ils bénéficient d’un salaire raisonnable leur permettant de mener une vie descente.

Graphique 1 : Situation socio-professionnelle de adhérents des Petites Cantines en 2016

Données issues de l’enquête Publicité, 2016.

4.3- Perception des adhérents du lien social dans le quartier de Vaise

Dans le cadre de notre analyse, nous nous sommes intéressés à la relation que les habitants
entretiennent avec le quartier et les relations de voisinage dans le but de comprendre la
dynamique sociale et de mesurer le niveau du lien social dans le quartier. En effet, nous avons
questionné les enquêtés sur leurs pratiques quotidiennes dans le quartier, leur manière d’entrer
en relation et leur implication dans la vie sociale et associative de Vaise.

51
4.3.1- Les habitants et les relations de voisinage dans le quartier

La plupart des enquêtés décrit le quartier de Vaise comme un ancien quartier industriel en
rénovation urbaine qui, ces dernières années, attirent beaucoup de populations notamment des
immigrées. Des entreprises s’y installent progressivement. Des résidences étudiantes, des
centres de formation universitaires et professionnels ont été construits. Le quartier accueille
beaucoup d’étudiants chaque année. Il est très bien desservi par le transport en commun,
notamment avec les arrêts de métro Valmy et Gorge de Loup sur la ligne D et de nombreux
bus qui connectent le quartier avec les autres arrondissements de Lyon.

Toujours selon les enquêtés, Vaise se transforme de plus en plus en un quartier résidentiel et
tend à perdre côté populaire notamment avec la pression foncière que subit le quartier. Malgré
le quartier est en phase de paupérisation, beaucoup de gens sont au chômage et
s’appauvrissent, il reste un endroit où il fait bon de vivre et où règne une forte mixité avec une
population multiculturelle versée dans des activités très différentes.

En dépit du fait qu’ils décrivent le quartier comme un endroit agréable à vivre, rares sont ceux
dont leur quotidien se déroule dans le quartier, qui y développent des activités ou des relations
avec leurs voisins. Sur les 50 répondants, seulement 12 d’entre eux, soit 24% disent avoir des
relations plus ou moins étroites avec d’autres habitants du quartier avant d’être aux Petites
Cantines. Ces 12 enquêtés travaillent dans des entreprises du quartier, font leurs courses
régulièrement dans les magasins et épiceries locales, Ils organisent des apéritifs où ils invitent
certains amis et voisins au moins une fois par mois, dans le but de se familiariser et/ou
développer des liens de proximité.

Ces données vont pratiquement dans le même sens que celles de l’enquête menée par
Publicité selon lesquelles, seulement 21,5% des personnes interrogées travaillent dans le
quartier. Les autres passent peu de temps dans le quartier. Ce qui suppose qu’ils sont moins
susceptibles de nouer des relations avec les autres habitants, vu qu’ils y passent très peu de
temps et du fait que leurs principaux lieux d’activités se trouvent sont à l’extérieur du
quartier.

Le manque d’emploi sur place semble être un facteur explicatif déterminant de cette situation.
En effet, selon l’Insee, le Taux de chômage des actifs de 15 à 64 ans en 2015 dans le 9e

52
arrondissement est estimé à 15,6% environ.99 L’enquête Publicité montre que plus de ¾ des
adhérents, soit 78,5% développent leurs activités professionnelles en dehors du quartier de
Vaise.

Le manque de boulot sur place n’est pas le seul facteur explicatif à considérer. Les enquêtés
évoquent le manque de lieu de rencontre et d’occasions favorables à des échanges entre les
habitants pouvant donner lieu à une proximité relationnelle durable. Pour plus d’un, ce
manque d’occasion de se poser avec les gens que l’on ne connait pas et l’absence de lieux de
rencontre entrainent une relation d’indifférence entre les habitants et rendent plus difficile les
liens de proximité.

Sans être forcément en mauvais terme avec leurs voisins et sans pour autant avoir de
problèmes de cohabitation avec eux, les enquêtés évoquent pour la plupart une relation de
voisinage peu chaleureuse. La quasi-totalité reconnait qu’il n’est pas forcément difficile
d’entrer en relation avec les autres habitants du quartier mais pense que cette froideur dans les
relations de voisinage est dû au fait que chacun considère l’autre comme inconnu. L’un des
enquêtés l’a exprimé en ces termes :

« Chacun considère l’autre comme inconnu et ça créé tout de suite de la distance.


Certaines fois, les gens évoquent le fait qu’ils vivent à proximité d’autres personnes
qu’ils ne connaissent pas pour expliquer leur méfiance. D’où l’importance de créer
des espaces d’échange dans le quartier pour qu’on puisse franchir cette barrière ».

En plus du manque d’occasion de se rencontrer et la peur de l’inconnu, certains évoquent une


mobilité résidentielle assez important dans le quartier, c’est-à-dire, le fait que les familles
changent de logement assez souvent. Elles ne restent pas assez longtemps à un même endroit
pour se familiariser avec les autres. Ce qui semble-t-il est une caractéristique de la vie
urbaine. En effet, selon les données de l’Observatoire National de la Politique de la Ville, la
mobilité résidentielle notamment des quartiers prioritaires est très importante. Entre 2015 et
2016, la mobilité résidentielle des habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville
de métropole est semblable à celle de leurs voisins des unités urbaines environnantes : près

99
- Insee, RP2010 et RP2015 exploitations principales en géographie au 01/01/2017

53
d’un habitant sur huit de ces quartiers a déménagé (soit 12,6 %, contre 12,1 % dans le reste
des unités urbaines)100.

Tout comme les occasions de rencontre, les pratiques d’échange de service entre voisins sont
très rares. Comme le montre le graphique suivant, environ 70% des enquêtés n’ont jamais
rendu service à leurs voisins, 16% le fait que rarement, 10% estime avoir rendu souvent un
petit service à leurs voisins immédiats et 4% très souvent.

Graphique 3 : Répartition des enquêtés en fonction de la fréquence à laquelle ils rendent


service à leurs voisins

Source: enquête réalisé par l’étudiant

Ce déficit d’échange de services entre voisins n’est pas dû à un manque de volonté ou de


conflit mais plutôt au fait que l’occasion ne se présente que très rarement de rendre service à
l’autre, soutiennent certains enquêtés. Les rares échanges de services se résument à la
réception de courriel postal en l’absence de son voisin et la garde d’enfant de manière assez
ponctuelle.

Les enquêtés évoquent très peu de conflits de voisinage pouvant nuire à la cohésion sociale
dans le quartier. Comme nous l’avons déjà évoqué plus haut, ils parlent plutôt d’une

100
- VICAIRE Vincent et al., Mobilité résidentielle entre 2015 et 2016 : Un mouvement de même ampleur dans les
quartiers prioritaires que dans le reste de la ville, Insee, Rapport annuel 2017, p.24.

54
indifférence découlant d’un manque d’habitude d’échange entre voisins. Nous avons voulu
savoir s’il arrive aux enquêtés de passer du temps avec leurs voisins pour échanger, discuter,
faire des activités ensemble. Nous nous sommes surtout intéressés aux conversations allant
au-delà des salutations d’usage. En effet, nous leurs avons demandé : à quelle fréquence
passent-ils du temps pour échanger ou réaliser des activités avec leurs voisins ? Se référant au
graphique suivant, nous pouvons constater qu’environ 58% des répondants n’ont pas
d’échange avec leurs voisins, 24% échangent au moins une fois par mois, 8% échangent au
moins une fois par semaine et seulement 10% ont une pratique d’échange quotidienne avec
leurs voisins. La proportion de gens ayant l’habitude de discuter avec leurs voisins représente
moins de la moitié des personnes que nous avons interrogé dans notre enquête.

Graphique 4 : Répartition des enquêtés en fonction de la fréquence à laquelle ils


discutent à leurs voisins

Source: enquête réalisé par l’étudiant

Ce manque de relations persiste pourtant la majorité des répondants, soit 9 personnes


interrogées sur 10, pensent globalement qu’avoir de bonnes relations avec les voisins est très
important pour la cohésion sociale dans le quartier. Ils expriment même l’envie d’être plus
proche de leurs voisins.

55
4.3.2- Relations avec la famille, le travail et implication dans la vie associative

Au-delà des relations de voisinage comme source de sociabilité, nous nous sommes intéressés
aux relations que les enquêtés entretiennent avec les membres de leur famille proche vivant
hors de leur domicile, aux relations avec leur environnement de travail et leur implication
dans la vie associative.

Si les enquêtés décrivent une relation peu chaleureuse avec leurs voisins et/ou d’autres
personnes de leur lieu de résidence, en revanche les relations avec les membre de la famille
sont plutôt bonnes. Nous avons demandé aux enquêtés d’évaluer la qualité des relations qu’ils
entretiennent avec leur famille proche, 64% des personnes interrogées disent avoir une bonne
relation avec les membres de leur famille. Cette relation se matérialise par des échanges
réguliers avec des membres de leur famille, des apéros et célébration d’anniversaires en
famille, du support moral et/ou financier réciproque en cas de besoin.

Graphique 5 : Répartition des enquêtés en fonction de la qualité de la relation


avec leur famille

Source: enquête réalisé par l’étudiant

En ce qui concerne les relations avec leur environnement de travail et leurs collègues, 62%
décrivent une relation saine et franche. Ils évoquent une ambiance très amicale. Les personnes

56
interviewées sont aussi bien investies dans la vie associative. Au-delà de leur adhésion au
projet des Petites Cantines, un peu plus de la moitié des répondants, soit 52% d’entre eux ont
un engagement associatif pour la plupart dans la ville de Lyon.

Finalement, si nous considérons les données précédentes, nous pouvons déduire que les
personnes interrogées jouissent d’un réseau relationnel plutôt diversifié et entretiennent des
relations plutôt régulières avec les membres de leurs réseaux de sociabilité. Les relations sont
plutôt satisfaisantes avec les amis, les membres de famille proche, l’environnement de travail
et les collègues. Elles sont moins satisfaisantes avec le voisinage. Seulement 30% des
enquêtés estiment bien connaitre leurs voisins et ont des pratiques d’échange de service avec
eux à des fréquences qui varient entre très souvent et rarement.

Malgré les enquêtés estiment que leur lieu de résidence est agréable et n’évoquent pas de cas
de conflits ouverts entre voisins, ils estiment toutefois que les relations de voisinage
mériteraient d’être améliorées pour garantir une meilleure cohésion et plus d’entraide dans le
quartier. Comme indiqué dans l’étude du CREDOC sur la solitude en France en 2016,

« le voisinage révèle une entraide, voire une solidarité, substituable et estimée


préférable à certaines aides institutionnelles. Dans un contexte économique et social
dégradé, les solidarités de proximité, entre voisins notamment ou entre amis, avec
une extension possible aux pratiques collaboratives peuvent se révéler le palliatif
d’une intervention sociale parfois défaillante à répondre aux besoins de
personnalisation et d’écoute, voire de bienveillance des individus »101.

Cet extrait témoigne de l’importance des relations de voisinage, notamment dans un contexte
où les valeurs d’entraide et de solidarité tendent à céder la place à l’individualisme. Toujours
d’après l’étude du CREDOC, le voisinage se révèle le premier mode de socialisation des
personnes fragiles du point de vue des relations sociales. Comme indiqué plus haut, les
enquêtés reconnaissent l’importance de relations de voisinage et ont exprimé le souhait
d’avoir des relations plus conviviales avec leurs voisins. En effet, ils estiment que des espaces
d’échange comme ceux des Petites Cantines doivent être mis en place pour faciliter plus de
liens entre les voisins et promouvoir l’entraide. Des liens qui, pour le moment, ne sont pas très

101
- Fondation de France. op.cit., p.7

57
intenses en raison d’une certaine distance qui s’est installée entre les habitants dans le quartier
faute de connaissance réciproque. Ce manque de connaissance de l’autre et le déficit de lien
social qui en découlent créent les conditions favorables à ce qu’il y est davantage de
personnes anonymes et/ou isolées dans le quartier. La plupart des interviewés, soit 35
interviewés sur 50, ont le sentiment que beaucoup de personnes du quartier vit des moments
de solitude. C’est en effet contre ces genres de situation que l’association les Petites Cantines,
à travers un projet du même nom, mobilisent les habitants du quartier de Vaise et ses
environs, des volontaires en service civique, des salariés et bénévoles en vue de créer un lieu
d’échange générateur de liens sociaux, favorisant de la proximité relationnelle.

4.4- De la participation des habitants au projet des Petites Cantines

Les personnes que nous avons interrogé dans notre travail sont tous adhérents à l’association
les Petites Cantines et elles contribuent à rendre opérationnelle la vision portée par
l’association à travers le projet de cantines de quartier. Nous avons voulu comprendre le sens
de leur adhésion à l’association et aussi comment ils participent au projet. En effet, nous leurs
avons demandé de nous parler des raisons expliquant leur participation à ce projet et des
besoins auxquels répond ce projet dans le quartier.

Les premières précisions sur le processus d’adhésion à l’association ont été apportées par les
responsables de l’association lors des entretiens que nous avons mené pendant notre stage
d’immersion en cantine. Ces entretiens nous ont permis de comprendre que l’adhésion à
l’association est obligatoire pour pouvoir prendre part aux différentes activités du projet. Les
personnes intéressées doivent s’acquitter de leur droit d’adhésion. Cette adhésion est valable
pour une année et elle est renouvelable. Elle donne aux concernés le statut de membre de
l’association, le droit d’élire les administrateurs, de participer à l’assemblée générale et leur
donne aussi le droit de participer aux activités de cuisine participative. Au moment de
l’adhésion, les intéressés reçoivent une carte de membre et un numéro d’adhérent qui leur
identifie dans le répertoire de l’association. Les frais d’adhésion à l’association sont utilisés
soit pour aider à développer le réseau national, soit pour soutenir l’association territoriale ou
aider à améliorer la cantine qui a fait l’adhésion.

58
Au-delà de son caractère obligatoire et des privilèges qu’elle confère aux membres, l’adhésion
à l’association qui se matérialise concrètement par la participation au projet de cantines de
quartier peut s’expliquer par plusieurs raisons. Comme nous pouvons le constater à travers le
graphique suivant, les enquêtés ont évoqué principalement les valeurs de solidarité et
d’entraide prônées par l’association, l’ambiance conviviale des cantines de quartier, la
possibilité de rencontrer plus facilement ses voisins et d’élargir son réseau relationnel.

Si on s’en tient aux réponses des enquêtés sur les raisons expliquant leur adhésion et leur
participation au projet, nous pouvons affirmer que les cantines de quartier apportent une
réponse appropriée au manque de relations de voisinage que nous avons relevé plus haut.
Environ 88% des personnes questionnées s’accordent à dire que les Petites Cantines
constituent un incubateur de liens sociaux de proximité. L’un des enquêtés s’est
particulièrement exprimé en ces termes pour décrire les Petites Cantines :

« Les Petites cantines sont pour moi vecteur de beaucoup de valeurs. Il y a une
réelle volonté de faire avancer les choses sur l’alimentation durable. C’est un très
bon lieu de rencontre. Un lieu de non jugement, de partage. La valeur ajoutée des
Petites Cantines, c’est de ne pas reproduire la logique de ghetto qui caractérise
certains quartiers de la ville. C’est un bon lieu de mixité. »

D’autres interviewés estiment que les valeurs que prônent ce projet sont dans une certaine
mesure celles qui manquent dans nos villes aujourd’hui et qui fait que les relations
interpersonnelles entre habitants d’un même quartier soient défaillantes. Comme nous l’avons
constaté à travers les données collectées à l’échelle du quartier de Vaise, ces valeurs sont très
peu partagées. Les relations entre voisins et les pratiques d’échange sont relativement faibles.

59
Graphique 6 : Répartition des enquêtés en fonction de la raison expliquant leur
participation au projet de cantines

Source: enquête réalisé par l’étudiant

Au vu des données sur la fréquence de participation aux Petites Cantines regroupées sur le
tableau suivant, nous pouvons dire que les adhérents viennent plutôt régulièrement en cantine.
Plus de la moitié viennent plusieurs fois par mois. La fréquence est relativement stable chez
les adhérents des différentes catégories. Notons que certains de ceux qui viennent plusieurs
fois par semaine le font par obligation, vu qu’ils ont des responsabilités contractuelles aux
Petites Cantines soit en tant que volontaire en service civique, soit comme stagiaire ou salarié.

Tableau 1 : Répartition des enquêté en fonction de la fréquence leur participation en cantine

Fréquence Augmentée Diminuée Stable Total


Une fois par semaine 2 0 4 6
Plusieurs fois par semaine 1 4 4 9
Une fois par mois 2 0 7 9
Plusieurs fois par mois 3 4 19 26
Total 8 8 34 50

Source: enquête réalisé par l’étudiant

60
En dehors de ceux qui ont des responsabilités contractuelles définies et qui contribuent à
l’animation dans les cantines, la plupart des adhérents que nous avons interrogé vient
principalement pour manger et profiter de l’environnement convivial qu’offrent les Petites
Cantines permettant de nouer des relations, de faire la connaissance d’autres personnes de leur
quartier ou d’ailleurs. Ils ont au moins une fois participé à la cuisine participative ou aider à
faire la plonge. Notre immersion en cantine nous a permis de constater que ces deux
moments, à savoir la cuisine participative et la plonge sont des occasions d’échange très
importantes pendant lesquels l’animatrice principale du lieu, à savoir la maitresse de maison,
incite de manière subtile les participant à discuter. La plupart du temps, les participants en
profitent pour échanger sur leur quotidien dans le quartier, apprendre à se connaitre. Il arrive
parfois que certains voisins se rencontrent pour la première fois à ces moments-là. Cela dit, la
cuisine participative et la plonge peuvent être des occasions de rapprochement entre des
personnes du quartier qui ne se connaissaient pas forcément avant.

La cuisine participative et la plonge ne sont pas les seules formes sur lesquelles participent les
adhérents aux Petites Cantines. Plusieurs autres formes de participation ont été évoquées par
les adhérents. Certains adhérents donnent un coup de pouce ponctuellement en cantine qui
peut prendre la forme de proposition d’ateliers et/ou projets à réaliser avec d’autres habitants
du quartier, proposition de recettes ou d’animations. D’autres apportent un soutien beaucoup
plus régulier au fonctionnement des cantines. Ce sont pour la plupart des retraités qui ont le
statut de bénévole. Ils collaborent étroitement avec la maitresse de maison. D’autres encore
apportent un support financier en payant un peu plus que le prix suggéré pour les repas. Ces
différentes formes de participations sont les plus courantes que l’on peut observer mais il en
existe d’autres actions ponctuelles qui sont aussi importantes pour le fonctionnement des
cantines. Par exemple, des convives qui accueillent d’autres convives pour leur expliquer le
fonctionnent du projet. D’autres qui préparent la salle et mettent le couvert comme pouvait le
faire la maitresse de maison ou un volontaire en service civique. D’autres encore qui vont
chercher les ustensiles, les fruits et légumes à la cave ou qui vont réceptionner les invendus à
la Vie Claire, etc.

Notre travail d’observation nous a permis de comprendre que la participation des adhérents
aux Petites cantines est évolutive. Rares sont les adhérents qui se cantonnent à une seule tache
ou une seule action en cantine. Cette dynamique permet la rotation des personnes dans des
petits ateliers de travail en cuisine. Chaque changement d’activité créée l’occasion de

61
rencontrer et échanger avec d’autres personnes. Loin d’être le fruit du hasard cette démarche
semble faire partie intégrante de la stratégie du projet des Petites Cantines qui entend utiliser
la cuisine participative comme prétexte pour mettre les gens en relation. La rotation des
personnes dans des taches et des équipes différentes dans les différentes phases de préparation
de repas ou dans d’autres activités des cantines semble être l’une des finalités recherchées par
le projet. Les maitresses de maison et les volontaires en service, à travers leur savoir-faire en
animation font toujours en sorte que cette dynamique puisse exister en cantine.

4.5- Effets du projet des Petites Cantines

Les entretiens nous ont permis de relever certains effets provoqués par le projet de Petites
Cantines sur les personnes ayant pris part aux actions et sur la dynamique sociale dans le
quartier de Vaise.

4.5.1- Effets sur la personne

Comme indiqué dans la méthodologie, l’étude ne s’est intéressée qu’aux personnes


impliquées dans les actions mises en œuvre dans le projet des Petites Cantines à Vaise, soit
parce qu’elles ont des missions prédéfinies par un contrat (c’est le cas des salariés, des
stagiaires et des volontaires en service civique), soit parce qu’elles sont adhérentes à
l’association et prennent part au projet. L’étude n’a pas la prétention d’évaluer les effets du
projet sur l’ensemble des habitants du quartier non acteurs de l’action. C’est peut-être l’un des
limites de notre travail de ne pas pouvoir évaluer cela.

Il est aussi difficile de savoir si ces effets sont attribuables uniquement à l’expérience de
participation au projet des Petites Cantines ou s’ils sont la résultante de plusieurs autres
facteurs dont certaines caractéristiques des personnes elles-mêmes. Là en est une deuxième
limite de notre travail. Néanmoins, notre objectif ici est de présenter les différents effets
évoqués par les personnes interrogées elles-mêmes. Des effets qu’elles estiment liés à leur
participation au projet.

62
D’après notre travail d’enquête dans le cadre de ce mémoire, les effets du projet des Petites
Cantines sur la personne peuvent être liés à des changements de perceptions, à de nouvelles
connaissances ou bien à l’évolution du savoir-être. Ils peuvent aussi être perçus à travers des
changements dans la vie quotidienne mais également à travers la relation des personnes
interrogées aux autres.

4.5.1.1- Changement de perceptions et plus de bienveillance envers les autres

Les personnes interrogées dans notre enquête ont, pour la plupart, évoqué un changement de
perceptions, notamment par rapport aux autres habitants du quartier et en particulier leurs
voisins. Les voisins qu’elles considéraient tantôt comme des inconnus, distants, après les
avoir rencontrés aux Petites Cantines et après avoir fait l’expérience de cuisine participative
avec eux, sont perçus comme différents mais ouverts au dialogue, coopérants et abordables.
L’un des enquêtés s’en est exprimé ainsi à propos d’une de ses voisines immédiates :

« Avant, en raison des différences culturelles entre ma voisine d’origine étrangère et


moi, je ne pensais pas pouvoir me rapprocher d’elle. On échangeait les salutations
mais on n’avait pas l’habitude de discuter longtemps. On s’est rencontré une fois aux
Petites Cantines, on a échangé pendant l’atelier de cuisine participative un matin.
On a appris à se connaitre. Depuis on est devenu proche. On a pris l’habitude de
cuisiner ensemble même en dehors des Petites cantines. Je sens maintenant que je
peux compter sur lui et vice versa. »

A travers ces propos, l’enquêté exprime une certaine bienveillance. Une attitude qui va de pair
avec la confiance que nous pouvons accorder à l’autre. Aujourd’hui, nous sommes dans un
contexte où les gens se méfient des inconnus. On a souvent l’impression que nous vivons dans
la retenue, à cause des craintes qui nous sont véhiculées. Cette expérience de participation au
projet des Petites Cantines mise en avant par cet enquêté nous laisse comprendre que la
dynamique qui existe dans ce projet peut permettre à certains adhérents de renforcer leur
confiance aux autres, dépasser progressivement leurs craintes, devenir plus avenants donc
cultiver la tendance à aller vers l’autres. L'ouverture aux autres constitue l’un des effets
fondamentaux de ce projet sur les personnes qui y participent. Elle se manifeste notamment

63
par une rupture des préjugés, une acceptation de l'autre avec ses différences, un changement
sur les idées reçues.

L’expérience de participation au projet de cantines semble favoriser aussi la cohésion sociale


et la solidarité dans le quartier. Le fait de donner plus que le prix conseillé pour le repas afin
que d’autres personnes en situation de précarité économique puissent bénéficier d’un repas
et/ou profiter de l’ambiance conviviale aux Petites Cantines en est un exemple de solidarité et
d’entraide souvent évoqué dans les discussions avec les personnes interrogées. Certains disent
agir ainsi consciemment, en pensant à certaines personnes dans le quartier qui disent-ils n’ont
pas de gros moyens. Ils estiment qu’en faisant preuve de générosité, ils permettent au
dispositif des Petites Cantines de perdurer afin que davantage de personnes en situation de
vulnérabilité relationnelle puissent trouver un cadre favorable à l’élargissement de leur réseau
relationnel. Cette satisfaction d’avoir aidé les autres et se sentir aider par les autres, c’est ce
qu’a exprimé l’un des enquêtés en ces termes :

« L’esprit de partage qui anime les Petites Cantines, les valeurs de solidarité et
d’entraide qu’elles portent m’ont beaucoup influencé dans mes façons d’agir envers
les autres. Je deviens beaucoup plus généreux envers les autres. A travers ce projet,
je donne autant que je reçois. Quand je participe à la cuisine participative, je donne
mon temps et ça me gratifie de bonheur le fait de pouvoir ensuite manger et échanger
avec d’autres personnes que je ne connaissais pas forcément avant ou ne pouvais pas
rencontrer ailleurs. C’est un vrai bonheur ! »

Un autre adhérent avec qui nous avons échangé met l’accent sur le rôle joué par la maitresse
de maison en vue de faciliter l’intégration et l’échange entre les personnes. Cette dernière, à
travers sa manière d’accueillir et de s’adresser aux convives, crée une ambiance sympathique
aux Petites Cantines, assimilable à une ambiance familiale.

« Quand on est aux Petites Cantines on a l’impression d’être connu. On a


l’impression d’être dans une famille. La façon dont la maitresse de maison accueille
est très égalitaire […] Elle nous appelle par notre prénom. Tout le monde suit
l’exemple et fait pareil. On se tutoie. Ça nous fait beaucoup de plaisir de se sentir
considéré et proche des autres. Cette ambiance n’existe pas dans les restaurants

64
ordinaires. On vient, on mange et on part. Il est très peu probable de se faire des
amis ou de se familiariser avec d’autres personnes. Alors qu’aux Petites Cantines, en
si peu de temps on se sent à l’aise pour engager une discussion avec les autres
convives. C’est presqu’impossible de quitter l’espace des Petites Cantines sans
échanger au moins avec une personne. La maitresse de maison aussi bien que des
convives veillent à ce que les gens parlent entre eux. »

Ces extraits tirés des entretiens réalisés avec deux des adhérents satisfaits du projet sont
représentatifs des propos utilisés par la plupart de enquêtés pour témoigner le bienfait que leur
procure l’ambiance des cantines. Si l’on considère les propos tenus par certains de nos
interviewés, on peut dire que les échanges interculturels au sein des Petites cantines semblent
procurer beaucoup de plaisir d’enrichissements personnels, favoriser le développement de
liens amicaux et de relations de voisinage plus conviviale dans le quartier. Elles semblent
aussi favoriser une meilleure connaissance et compréhension de l’autre.

4.5.1.2- Changement de comportements

La participation au projet a entrainé aussi des changements de comportements chez certains


adhérents. On pourrait entre autres citer la tolérance et une certaine prudence dans la manière
de s’adresser à l’autre. Les petites Cantines regroupent des gens très différents dans leur
manière d’être, leur façon de comprendre les choses, par leurs origines sociales et leurs
motivations. Cette diversité est perçue par plus d’un comme une grande richesse dont
l’exploitation résulte de la capacité de chacun à s’affirmer en respectant la différence de
l’autre.

« On n’est pas toujours d’accord sur tout en cantine mais on reste respectueux l’un
envers l’autre. Des conflits ouverts, il n’y en a pas. Car on apprend à tolérer l’autre
avec ces différences et on se concentre sur ce qui est fondamental. On n’est là pour
échanger, manger et passer un bon moment ensemble dans la convivialité et non pas
pour juger l’autre. »

65
C’est ce qu’a affirmé l’un des interviewés pour évoquer l’importance de la tolérance et de la
prudence dans les relations entre les convives des Petites Cantines.

Les personnes interviewées ont aussi mentionné des changements de comportements relatifs à
leurs modes de consommation et des changements de comportements vis-à-vis de
l’environnement. Certains disent adopter un comportement plus responsable depuis qu’ils
fréquentent les Petites Cantines quand il s’agit d’acheter des produits pour leur consommation
quotidienne. Quand ils ont les moyens et le choix, ils s’approvisionnent de préférence chez les
producteurs locaux ou dans des magasins bio au lieu d’aller au supermarché. Ils vont jusqu’à
créer leurs petits potagers ou s’associer avec d’autres pour produire leurs légumes dans les
jardins partagés de leur quartier. Ce qui suppose qu’ils font plus attention à ce qu’ils
consomment et de leur provenance. D’autres ont pris l’habitude de trier leurs déchets,
notamment en suivant l’exemple des Petites Cantines. Le changement de comportements par
rapport à l’environnement va au-delà du simple geste de tri. D’autres encore disent faire
l’effort d’acheter des produits en vrac directement aux marchés de producteurs pour éviter les
emballages superflus et souvent en plastique. Ils disent aussi suivre l’exemple des Petites
Cantines dans sa lutte contre le gaspillage en récupérant les invendus du magasin bio La Vie
Claire. A ce propos, l’un des interviewés s’est exprimé ainsi :

« Les diverses recettes réalisées aux Petites Cantines à partir des produits récupérés
à La Vie Claire m’ont beaucoup inspiré. J’essaie le plus possible d’utiliser les
produits frais issus de l’agriculture responsable. J’ai appris également à réutiliser
deux qui sont moins frais pour d’autres recettes. Par exemple, je ne jette plus le pain
parce qu’il commence à durcir. »

Dans l’ensemble la plupart des personnes interviewées reconnaissent que leur participation au
projet a changé certaines de leurs habitudes et pratiques quotidiennes. Ils ont mentionné dans
leurs propos des changements de modes de vie, de modes de consommation, d’habitudes
alimentaires et une meilleure implication citoyenne, notamment dans la lutte contre le
gaspillage, la malbouffe et la mauvaise gestion de déchets. Tenant compte des propos tenus
par les enquêtés, on peut dire que les Petites Cantines, à travers les valeurs qu’elles prônent et
les actions qu’elles mènent, permettent une prise de conscience forte des enjeux
environnementaux et d’alimentation.

66
4.5.1.3- Acquisition de savoir-faire et nouvelles connaissances

Prendre part aux ateliers de cuisine participative peut-être une occasion d’apprentissage et
d’acquisition de savoir-faire pour certaines personnes. En effet, plus de la moitié des
personnes interrogées, soit 28 sur les 50 répondants disent avoir appris et essayé de nouvelles
recettes depuis leur implication dans les ateliers de cuisine participative. Les nouvelles
recettes apprises leur permettent entre autres de diversifier leur repas et surtout de mieux
manger. Car, dans la plupart des cas, les recettes sont faites à base de légumes de saison que
l’on trouve facilement sur le marché local.

La participation au projet permet aussi à plus d’un d’apprendre les consignes de tri des
déchets et les consignes de compostage. En effet, aux Petites Cantines, un dispositif de tri a
été mis en place en vue d’une meilleure gestion des déchets produits en cuisine et aussi dans
l’idée de produire du composte pour le jardin partagé situé à proximité ou pour alimenter les
maraichères partenaires. Ce dispositif, comme toutes autres activités du projet, s’inscrit dans
une démarche participative. Les convives de Petites Cantines, au fur et à mesure qu’ils y
prennent part, sont sensibilisés sur les consignes de tri et apprennent à les appliquer chez eux.
Il s’agit d’une des expériences d’apprentissage par la pratique qu’offre le projet des cantines.
Sans être un objectif affiché par le projet, cette expérience d’apprentissage peut être
considérée comme un élément de réussite important du projet.

4.5.1.4- L’évolution du savoir-être.

Les changements de perceptions et les nouvelles connaissances acquises ont des influences
sur le savoir-être des adhérents au projet des Petites Cantines. Pendant leurs expériences, ces
derniers ont développé et/ou renforcé de nombreuses qualités. Les interviewés ont évoqué
entre autres la capacité d’adaptation, notamment dans les ateliers de cuisine participatif. Ces
ateliers sont en général constitués de personnes très différentes, qui ne se connaissent pas, qui
n’ont pas les mêmes motivations et qui n’ont pas forcément l’habitude de cuisiner
collectivement. Les participants doivent absolument faire preuve d’une bonne capacité
d’adaptation dans ces genres de situations.

67
« Avant, je cuisinais souvent seul ou avec une autre personne de ma famille. Je ne
croyais pas à cette aventure de Cuisine participative, surtout avec des gens que l’on
connait très peu. Mais au fur et à mesure que j’y participe, j’ai fini par m’adapter et
prendre gout à la démarche », affirme l’un des participants à l’étude.

En plus de la capacité d’adaptation, les participants estiment que leurs expériences dans le
projet leurs obligent aussi à faire preuve d’une grande ouverture d’esprit, d’une capacité
d’écoute et d’un degré de tolérance élevés, notamment pour surpasser les différences
culturelles, de gouts et de valeurs. Selon les personnes interrogées, ces qualités ont été
renforcées grâce aux différentes occasions d’échange qu’offrent les Petites Cantines.

4.5.2- Effets sur le territoire

Les personnes interrogées ont eu du mal à parler des effets du projet des cantines sur le
territoire. Toutefois, nous avons pu relever à travers leurs propos deux effets marquants du
projet dans le quartier de Vaise.

4.5.2.1- Animation territoriale

Il ressort des entretiens que le projet des Petites Cantines ont permis l’amélioration des
relations entre les citoyens et certaines structures et par là, elles jouent un rôle important dans
l’animation du territoire. Les Petites Cantines participent non seulement à mettre les habitants
en relation mais aussi elles facilitent le dialogue entre certaines associations et institutions du
territoire. En effet, à travers les partenariats qu’elles développent avec d’autres acteurs, les
Petites Cantines permettent aux habitants de Vaise de mieux connaitre certaines structures du
quartier, de prendre connaissance de leurs actions et des services qu’elles proposent sur le
territoire. Ces institutions à leur tour profitent de l’espace d’échange offert par le projet pour
mobiliser les habitants, les sensibiliser et leur offrir des occasions d’agir dans leur territoire.

Les interviewés ont aussi évoqué le rôle joué par les Petites Cantines dans l’accueil de
personnes à besoins spéciaux et la réintégration de certains mineurs en conflit avec la loi. En
effet, à travers un partenariat avec la Protection Judiciaire et de la Jeunesse (PJJ), les Petites

68
Cantines accueillent certains adolescents pour leur peine d’intérêt général. Accompagnés
d’éducateurs, ces jeunes viennent aux Petites Cantines pour découvrir l’ambiance, échanger
avec les autres convives. Ces moments de découverte permettent aux jeunes accueillis de
profiter de l’expérience d’autres personnes d’autres générations qui leurs inspirent des choses
positives et qui leurs permettent d’acquérir plus de maturité. Ce partenariat entre les Petites
Cantines et la PJJ fonctionne plutôt bien d’après la maitresse de maison de Vaise. Car la
plupart des jeunes et leurs éducateurs ayant fait l’expérience des Petites Cantines sont sortis
satisfaits. Ce type de partenariat en est un exemple parmi d’autre.

Le rôle d’animation des Petites Cantines se matérialise également à travers les divers ateliers
de cuisine participative, les ateliers d’échange sur des sujets divers, les soirées de jeu de
société et de Karaoké... signalent les interviewés.

4.5.2.2- Prise de conscience des capacités d’agir collectivement

Les personnes interrogées ont également indiqué que le projet des Petites Cantines, par sa
démarche participative et la philosophie qui l’anime, permet à plus d’un de prendre
conscience des potentialités et des moyens dont ils disposent pour agir collectivement sur les
problèmes auxquels ils font face. Cela se concrétise notamment à travers le montage même du
projet et de sa mise en œuvre. En effet, comme mentionné plus haut, l’idée du projet de
cantine de quartier a été proposée par deux citoyens dont l’un qui habite dans le quartier
Vaise. Cette idée a été progressivement travaillée avec les habitants qui ont, chacun à sa
manière, contribué à la rendre opérationnelle. Certains ont participé à la recherche d’un local
pour la cantine. D’autres ont apporté des matériels nécessaires au fonctionnement. D’autres
encore ont mis leurs compétences au service de l’association qui porte le projet. A travers ces
diverses phases, le projet offre aux adhérents l’occasion d’agir par eux-mêmes. En prenant
part aux différentes actions, les adhérents disent se sentir plus concernés par certains
problèmes que connait la société, notamment le problème d’isolement social et de solitude en
ville et les problèmes liés à l’environnement. L’un des interviewés s’est exprimé ainsi :

« J’ai commencé à prendre conscience de ce qu’on pouvait faire en tant que


citoyen pour lutter contre les problèmes d’isolement et de solitude, ce n’est

69
en participant à cette initiative. Avant, je ne pensais pas que ce problème
pouvait toucher toutes catégories de personnes. Je pensais que c’était à
l’Etat et aux services sociaux de s’en occuper mais le constat est que les
réponses apportées par ces dernières prennent souvent la forme d’allocation
financière et ne permettent pas de compenser le déficit de liens sociaux dans
les villes, dans les quartier […] Les initiatives citoyennes comme celle des
Petites Cantines permettent non seulement de créer du lien de proximité dans
les quartiers, mais aussi elles permettent aux habitants de s’engager en leur
donnant la possibilité d’agir concrètement sur un problème auquel ils font
face. Ce qui leurs permet de se sentir concernés et fières de leurs actions.

L’interviewé en question, met l’accent dans ses propos sur certains points qui nous semblent
très importants. D’abord, il évoque l’inefficacité des réponses allocataires face au problème
d’isolement et de solitude. Ce qu’il essaie de faire remarquer à travers ces propos, c’est que la
réponse à ce problème ne peut-être qu’économique. S’il est vrai que certaines personnes
vivant dans la solitude ou ayant subi l’isolement ont connu des difficultés financières, il n’en
demeure pas moins que ces problèmes, comme évoqué plus haut, tirent leurs origines de
plusieurs facteurs souvent combinés. Donc, on ne peut prétendre les résoudre seulement en
apportant une aide financière aux concernés.

Il a ensuite mis en avant le fait que le projet des Petites Cantines, en tant qu’initiative
citoyenne, met les personnes concernées par le problème d’isolement au centre des actions.
L’interviewé relate dans ces propos également que cette démarche favorise une prise de
conscience et met les gens en condition d’agir en les rendant fières de leurs contributions. Ce
qui veut dire que ce projet contribue dans une certaine mesure à renforcer l’autonomie et la
confiance en soi des personnes qui s’y sont impliqués.

Le projet semble aussi inspirer les adhérents et renforcer leur engagement dans leur territoire.
Dans le cadre de nos entretiens avec la maitresse de maison et d’autres volontaires en service
civique, il est ressorti que plusieurs adhérents aux Petites Cantines, partant de leurs
expériences dans le projet en profitent pour se lancer dans des initiatives qui vont dans le
même sens que la démarche des Petites Cantines. C’est le cas d’une adhérente qui propose des
cours de français à certains adhérents d’origine étrangère et non francophone. Elle propose

70
également des sorties au cinéma, des soirées de karaoké, etc. Des activités d’animation et
d’intégration dont le but est de faciliter la proximité relationnelle. L’initiative prise par cette
adhérente en un exemple par d’autres cas évoqués dans les échanges qu’on a eu avec les
personnes rencontrées.

4.6- Synthèse de l’analyse

Les entretiens ont permis de mettre en exergue quelques éléments saillants autour du lien
social et de l’enjeu de la participation des habitants dans la lutte contre l’isolement social et la
solitude dans le quartier de Vaise.

• Participation consciente

Malgré le caractère obligatoire de l’adhésion à l’association pour pouvoir prendre part aux
actions des Petites Cantines, les personnes interrogées ont pour la plupart choisi de contribuer
au projet volontairement. Ils voient dans leur adhésion une marque d’engagement dans la lutte
contre l’isolement social et la solitude dans leur quartier. Les valeurs portées par l’association
et les causes qu’elle défend sont les éléments de motivation fondamentaux évoqués par la
plupart des adhérents ayant répondu à nos questions. Ce qui suppose que ces derniers ont
consciemment choisi de s’impliquer dans le dispositif des Petites Cantines. Cette implication
consciente dans le projet constitue un atout important pour la réussite et la pérennisation du
projet

• Peu d’occasion et d’espace d’échange dans le quartier

Il est apparu dans les discussions que les habitants du quartier aimeraient avoir davantage de
relations entre eux mais les occasions et espaces de rencontre font défaut. Les interviewés ont
fait remarquer que les relations de voisinage sont faibles malgré l’absence de conflit entre
voisins. Il existe très peu de pratiques d’échange de services entre voisins. Ce, en raison d’une
indifférence installée entre ces derniers par manque d’ouverture et par manque de
connaissance de réciproque.

71
• Les relations avec les autres réseaux de sociabilité tels que la famille et les amis
sont plutôt fortes

Si les relations de voisinage se révèlent assez faible, les relations avec les membres de la
famille proche et les amis sont plutôt bonnes. Certaines pratiques d’échange existent. Ce qui
fait que dans l’ensemble, les personnes interviewées bénéficient d’un réseau relationnel plutôt
satisfaisant. Toutefois, ils estiment nécessaire le rapprochement avec les autres habitants du
quartier pour plus de cohésion et d’entraide.

• Les Petites Cantines favorisent la proximité relationnelle en offrant un cadre


favorable à des échanges conviviaux

La plupart des adhérents que nous avons interviewé ont exprimé leur satisfaction quant à
l’opportunité d’échange qu’offrent les Petites Cantines. Selon eux, la convivialité, l’esprit de
partage et le respect mutuel qui animent les cantines sont des facteurs déterminants pour la
réussite du projet, dans la mesure où ces éléments contribuent à créer un environnement
propice à des rencontres intergénérationnelles et interculturelles. Les interviewés
reconnaissent que le dispositif des Petites Cantines offre aux habitants du quartier l’occasion
de se rencontrer, de partager un moment ensemble pour apprendre à se connaitre et mettre fin
à l’anonymat et indifférence qui caractérisent les relations de voisinage en ville.

• Le projet a des effets sur les personnes et le territoire

Profitant de l’environnement multiculturel et de la mixité sociale du quartier, le projet Petites


Cantines crée les conditions pour que les habitant du quartier puissent cultiver certaines
valeurs qui facilitent le vivre ensemble. En effet, notre étude révèle que le projet a favorisé
des changements de perception, de comportements vis-à-vis de l’autre. Les participants
estiment que le projet leur permet de développer entre autres, l’esprit d’ouverture, de
tolérance et de partage. Il offre également des opportunités d’acquérir de nouveaux savoir-
faire notamment en cuisine et de s’informer sur divers sujets. Le projet joue également un rôle
important dans l’animation des échanges entre les habitants et certaines structures du quartier.

72
4.7- Enjeux de l’analyse

Les personnes interviewées s’accordent à reconnaitre que le projet des Petites Cantines, à
travers sa stratégie de mise en œuvre et sa démarche de participation favorise la proximité
relationnelle dans le quartier, permet le rapprochement entre les habitants et les sensibilise sur
certains enjeux liés à une alimentation saine. Elles ont toutefois évoqué certains points de
vigilance à prendre compte en vue de l’amélioration de la dynamique d’échange instaurée
dans les relations de voisinage et la pérennisation du projet des cantines de quartier.

Ils ont d’abord mentionné la nécessité de mettre en place un dispositif pour faciliter la
transmission des savoir-faire et des expériences réalisées dans le projet. Nous avons en effet
fait le même constat au cours de notre stage immersion. Nous avons constaté que beaucoup
d’actions sont mises en œuvre, notamment par les volontaires en service civique et la
maitresse de maison sans que les expériences acquises et les savoir-faire développés soient
suffisamment analysées et partagées. Quoique des réunions hebdomadaires existent
permettant aux salariés et volontaires d’échanger sur leurs pratiques, il nous parait nécessaire
de mettre en place une démarche beaucoup plus formelle pour faciliter le transfert de savoir-
faire et d’expériences au sein de Petites Cantines. L’un des enjeux par rapport à cela, c’est la
capitalisation.

En effet, il serait souhaitable que l’association s’engage dans une démarche de capitalisation
en vue de tirer des enseignements des expériences acquises, de conserver et de valoriser les
données et les savoir-faire. D’abord, les différents acteurs impliqués dans coordination et
l’animation aux Petites Cantines pourraient être sensibilisés à la méthodologie de la
capitalisation et de valorisation de l'expérience. Ensuite, ils pourraient s’approprier de cette
méthode pour élaborer un recueil de leurs activités et le partager pour le valoriser. Il s’agira
alors de communiquer en retour sur les points forts et les points faibles. Cette démarche
permet ainsi de garder la trace d’une expérience vécue afin qu’elle serve à d’autres. Elle nous
parait pertinente dans la mesure où elle s’articule bien avec l’objectif d’essaimage que
poursuit l’association. Sans être des recettes toutes faites, les données issues de la
capitalisation d’expériences d’une cantine de quartier pourraient servir de point de départ pour
d’autres projets.

73
Certains interviewés ont ensuite mentionné la nécessité de renforcer l’équipe du projet en
intégrant davantage de gens qui ont des compétences dans le social. En effet, les Petites
Cantines accueillent toutes catégories de personnes y compris des personnes qui ont des
besoins spéciaux et des personnes qui ont des problèmes de santé mentale légers, des
personnes en situation d’handicap et des jeunes en conflit avec la loi, etc. S’il est vrai que les
Petites Cantines n’ont pas la vocation de faire la prise en charge sociale, il n’en demeure pas
moins que l’accueil de publics à besoins spéciaux dans un tel contexte nécessite d’avoir des
compétences dans le social. Ce, en vue de faciliter une meilleure implication et intégration de
ces personnes dans le projet et aussi en vue de prévenir toutes formes de préjugés, de
discrimination et de conflit qui pourraient surgir dans un tel contexte.

Nous recommandons par rapport à cette situation, d’une part, de renforcer les compétences
des intervenants en cantine, notamment les volontaires en service civique et maitresse de
maison sur la gestion de conflit dans un environnement multiculturel. D’autre part, nous
recommandons de mettre l’emphase sur les compétences dans le social lors du recrutement du
personnel impliqué dans l’animation des différentes activités du projet.

D’autres adhérents avec qui nous avons discuté disent craindre que le projet des Petites
Cantines ne soit victime de son succès en évoquant le fait que certaines personnes du quartier
ne reviennent plus en raison de l’affluence aux Petites Cantines. Elles estiment que non
seulement les capacités d’accueil commencent à faire défaut mais aussi elles pensent que la
cuisine risque de devenir l’élément principal du projet. Ce qui rapprocheraient les Petites
Cantines d’un restaurant classique. L’idée de « déjeuner qui prend son temps » souvent mise
en avant dans les discours des gens aux Petites Cantines risque de perdre son sens si l’on
venait à mettre l’emphase sur le côté quantitatif. Ce qui revient à dire que le côté relationnel
perdrait de son importance.

Ce que révèle la situation décrite par ces adhérents, c’est qu’une affluence trop forte en
cantine constituerait une entrave à l’atteinte de l’objectif prioritaire du projet consistant à
favoriser une proximité relationnelle et des rencontres conviviales. Dans la mesure où une
forte affluence affecterait la qualité des relations entre les convives en cantine. Quoi les
données que nous avons pu collecter et nos observations nous montre que le projet est plutôt
sur une très bonne voie, il nous semble nécessaire de tenir compte de cet enjeu relevé par ces
adhérents dans la stratégie de développement des cantines. En effet, il serait souhaitable que,

74
d’une part, les responsables du projet puissent approfondir la question en interrogeant plus en
détail les principaux acteurs impliqués dans la démarche des Petites Cantines, notamment à
travers des enquêtes de satisfaction. D’autres part, il serait aussi souhaitable d’adapter
l’organisation des cantines en tenant compte des attentes exprimées par les convives,
notamment en s’assurant de l’adéquation du nombre de réservation par rapport à la capacité
d’accueil réelle des Petites Cantines, des ressources en animation.

75
CONCLUSION

L’objectif de notre travail, rappelons-le, consistait à analyser les enjeux de la participation des
habitants dans la lutte contre l’isolement et l’anonymat dans les grandes villes. Le projet des
Petites Cantines, consistait notre cas d’étude. Nous avons en effet axé notre analyse sur
différents effets de ce projet sur les personnes qui y participent et sur leur environnement
immédiat, à savoir le quartier de Vaise, la zone d’implémentation du projet.

Il ressort en définitive de nos investigations et analyses que le projet des Petites Cantines
favorise certains changements chez les individus qui y prennent part. On peut citer entre
autres des changements de perception et comportements vis-à-vis d’autrui, l’acquisition de
nouvelles compétences, de savoir-faire et de savoir-être. Le projet a aussi renforcé chez les
adhérents des valeurs qui facilitent le vivre ensemble, la cohésion dans le quartier et le bien-
être de personnes. On peut notamment mentionner la bienveillance, le respect de la différence
de l’autre, la tolérance et l’ouverture d’esprit. Des valeurs que certains interviewés
reconnaissent avoir appris à cultiver ou renforcer chez eux, en particulier en participant au
projet.

L’effet sur le territoire a été très peu évoqué. Toutefois, nous pouvons signaler deux choses
que le projet a contribué à faire évoluer chez les adhérents. Il s’agit d’une part, de la relation
entre les habitants et certaines structures du quartier. D’autre part, le projet à travers sa
démarche participative a entrainé chez certains une prise de conscience des capacités d’agir
collectivement et a renforcé chez d’autres l’envie de s’engager pour le bien-être collectif,
notamment sur des problématiques liées à l’alimentation durable.

Comme indiqué dans l’analyse, cette étude comporte deux limites principales. Premièrement,
vu que notre échantillon a été constitué uniquement des individus impliqués dans le projet, on
ne peut pas prétendre généraliser les résultats sur l’ensemble des habitants du quartier non
acteurs du dispositif des Petites Cantines. Deuxièmement, il est aussi difficile de savoir si ces
effets sont attribuables seulement à l’expérience de participation au projet des Petites Cantines
ou s’ils sont la résultante de plusieurs facteurs combinés dont certaines caractéristiques des
interviewés eux-mêmes. L’étude n’a pas permis d’établir cette différence. Vu que nous nous
sommes intéressés qu’à la façon dont les adhérents ont perçu les changements entrainés par le
projet. Nous n’avons pas eu les moyens de mesurer la proportion à laquelle le projet en soi
contribue aux changements évoqués par les interviewés.

76
BIBLIOGRAPHIE

Agence d’Urbanisme pour le Développement de l’Agglomération Lyonnaise, 2005, Plan


local d’urbanisme, modification no 11, pp.228-238.

AGHULON M., 1977, Le cercle dans France bourgeoise, 1810-1848, Paris, Ed. Armand
Colin, 105 p.

ASSOGBA Y., 1989, «Pratiques participatives des ONG en Afrique: le cas du PHV-CUSO au
Togo», Revue Nouvelles Pratiques Sociales, Vol. 2, no 1, Montréal, pp. 146-164. Disponible
sur: Les Classiques des sciences sociales. Consulté le 09/05/2018).

BASTIEN S., 2007, « Observation participante ou participation observante ? Usage et


justification de la notion de participation observante en sciences sociales », Recherches
qualitatives, Vol. 27 (1), pp.127-140.

BAZIN C. et al., 2017, La France associative en movement, Rapport Recherche Et Solidarité,


15e edition, 42 p.

BECK U, La société du risque - Sur la voie d'une autre modernité, cité par ROUSSEAU G.,
2010, In Analyse de l'isolement social, de la sociabilité et de la qualité du soutien social chez
les jeunes agriculteurs Québécois, Mémoire de maitrise de sociologie, Université de Laval,
p.11.

BERGER P., 1978, Les mystificateurs du progrès, Paris, PUF, pp. 217-225

BERNARD J.M., 2012, Participation et développement communautaire: Gestion de l’eau


potable et organisation sociale à Cité Soleil. Port-au-Prince, Éditions Presses Nationales
d’Haïti, 193 p.

BORDIEC S., 2012, « Il n’y a de solitude que sociale. Sociologie des inéglités et de
arrangements sociaux face à la solitude », Projet de recherche, CNRS, p.5.

BOUDEGHDEGH K., 2012, et al., « La participation des habitants, un enjeu majeur de la


Politique de la Ville », Spécificités, N° 5, p. 99-112.

BOUTIN C, 2003, Pour sortir de l’isolement. Un nouveau projet de société, Paris, La


Documentation Française, 291 p.

BRYON-PORTET C., 2011, «Vers une société plus conviviale et solidaire? Les associations
et réseaux fondés sur la proximité géographique à l'ère postmoderne », Société, n°113, p.112.

CLANCHÉ F et RASCOL O., 2011, « Le découpage en unités urbaines de 2010 », L’espace


urbain augmente de 19 % en une décennie, Insee Première, Rapport n° 1364, 4 p.

CUSSET P-, 2016, « Les évolutions du lien social, un état des lieux », Horizons stratégiques
n° 2, p. 21-36.

77
DEZERT B., 1991, « Causes et conséquences géographiques de la métropolisation et de
l'exurbanisation (Geographical causes and effects of metropolization and exurbanization) ». In
Bulletin de l'Association de géographes français, 68e année, pp. 133-138, Disponible sur :
http://www.persee.fr/doc/bagf_0004-5322_1991_num_68_2_1568 (consulté le 23/02/2018)

DAYEZ J-B, Citant JONG GIERVELD (DE) J. et al., 2012, In L’isolement social et le
sentiment de solitude des aînés: précisions et pistes d’intervention. Analyses Énéo,. p.1.

ELIAS N., 2002 (1982), La solitude des mourants, Paris, Pocket, 120 p.

FONDATION DE FRANCE, 2016, les solitudes en France, Rapport CREDOC p. 13.

FORSE M., 1991, « Les réseaux de sociabilité : un état des lieux », Dans la revue L’année
sociologique, p.246.

FRIBERG M. et HETTNE B., 1988, «La mobilisation au niveau local et la politique du


système Mondial », Revue internationale des sciences sociales, no 117, pp.381-401.

GHIGLIONE R. et BENJAMIN M., 2008, Les enquêtes sociologiques, Théories et


pratiques, Ed. Armand Collin, Paris, 304 p.

GRAWITZ M., 2001, Méthodes de recherche en sciences sociales, Editions Dalloz, Paris,
1040 p.

GURVITCH G., 1963 (1950), La vocation de la sociologie, Paris, PUF, Tome 1, pp. 118-247

GUILLAUME R, 2010, Analyse de l'isolement social, de la sociabilité et de la qualité du


soutien social chez les jeunes agriculteurs Québécois, Mémoire de maitrise de sociologie,
Université de Laval, pp. 10-12.

HOIBIAN S., 2013, Les français en quête de lien social, Baromètre de cohésion sociale 2013,
Collection de rapport du CREDOC, No 292, pp.4-8.

Institut de recherche et d’innovation sur la santé et la sécurité au travail (Iris-ST), 2017, cité
par Serres J-F, In Combattre l’isolement social pour plus de cohésion et de fraternité,
Editions des Journaux officiels, France, p. 75.

JONES A., 2016, « L’apparition de la notion de participation dans la pensée et le discours du


développements » , PIE, Perspectives, mis en ligne le 15 mars 2006, 18 p. Disponibles sur:
http://revel.unice.fr/pie/index.html?id=360. (consulté le 09/05/2018)

JONG-GIERVELD (DE) J., 1971, Social isolation and the image of the unmarried, Sociologia
Neerlandica,Vol. 7, n°l, pp-1-14.

KAUFMANN J-C., 1995, « Les cadres sociaux du sentiment de solitude », Sciences sociales
et santé, vol. 13, n°1, pp. 123-136.

LARMET G., 2002, « La sociabilité alimentaire s’accroît », Economie et Statistique, pp. 191-
211.

78
LUANAIGH C. Ó. et LAWLOR B. A., 2008, « Loneliness and the health of older people »,
International Journal of Geriatric Psychiatry, pp. 1213-1221.

MACHIELSE A., 2010, « Social isolation and the elderly : causes and consequences », cité
par ROUSSEAU G., Analyse de l'isolement social, de la sociabilité et de la qualité du soutien
social chez les jeunes agriculteurs Québécois, Mémoire de maitrise de sociologie, Université
de Laval, pp. 19-22.

MACHIELSE A. et Al., 2006, Social Isolation in Modern Society, published by Routledge,


New-York, pp. 22-24.

MARTIN J. & OUELLETTE F., 1993, La solitude et l’isolement. La structuration de


nouveaux liens sociaux. International Review of Community Development, Ed. Lien social et
Politiques, 1993, p. 7.

MAURY S et GILBERT A., 2016, « Les arrondissement de Lyon : de profondes mutations


socio-économiques en 40 », Insee, No 29,
Disponibles sur: https://www.insee.fr/fr/statistiques/2534541 (Consulté le 11/05/2018).

MCPHERSON M. et al, 2006. « Social isolation in America : changes in core discussion


networks over two decades », American Sociological Review, pp.353-375.

MEISTER A., 1977, La participation pour le développement, Paris, Les Éditions ouvrières,
pp.128-174.

MENDRAS H., 1979, Eléments de problématique pour l’étude de la sociabilité, CNRS,


Archives de l’OCS, pp.33-46.

MENDRAS H et FORSE M., 1986. Le changement social, Paris, Armand Colin, 284 p.
PAN KÉ SHON J-L, « Isolement relationnel et mal-être », Insee Première, n° 931, novembre
2003, 4 p.

PIGEASSOU C et PRUNEAU J., 1998, « Regards sociologiques sur la dynamique du lien


social dans les sociétés de joutes languedociennes », Corps et culture [En ligne], No 3, mis en
ligne le 12 octobre 2007, URL : http://journals.openedition.org/corpsetculture/509, (Consulté
le 06/05/18).

PROULX S, 2019, L’usage des objets communicationnels. In : Christian Licoppe, Dir.,


L’évolution des cultures numériques. De la mutation du lien social à l’organisation du
travail, Ed. FYP, France, p.15.

RIVIERE C A., 2004, « la spécificité française de la construction sociologique du concept de


sociabilité », Réseaux, no 123, pp. 207-231.

ROSANVALLON P., 1981, La crise de l'État-Providence, Editions Seuil, pp.13-31.

ROSTOW W.W., 1963, Les étapes de la croissance économique, Paris, Editions Seuil, 253 p.

SAMPIERI R H., et al, 1997, Metodología de la investigación, Editions. Mc Graw Hill,


México, 497 p.

79
SÉNÉCAL G. et BHERER L. (Dir.), 2009, La métropolisation et ses territoires, Presse
Universitaire du Québec, Québec, pp.3-6.

SERRES J-F., 2017, Combattre l’isolement social pour plus de cohésion et de fraternité,
Editions des Journaux officiels, France, 186 p.

SIMMEL G., 1981, Sociologie et épistémologie, Paris, PUF, 239 p.

VANDENBROUCKE S. et al, cité par DAYEZ J-B., 2012, In L’isolement social et le


sentiment de solitude des aînés: précisions et pistes d’intervention. Analyses Énéo, 2012/10.
pp.1-2.

VICAIRE Vincent et al., « Mobilité résidentielle entre 2015 et 2016 : Un mouvement de


même ampleur dans les quartiers prioritaires que dans le reste de la ville », Insee, Rapport
annuel 2017, p.24.

WEBER M., cité par MAZUIR F, 2004, in « le processus de rationalisation chez Max
Weber», Sociétés, (no 86), pp.119-124.

80
WEBOGRAPHIE

Commissariat Général de l’Egalité des Territoires. Carte des 22 métropoles de France en


2018, Disponible sur: http://www.cget.gouv.fr/territoires/metropoles, (Consulté le 22/05/18).

Innovation sociale: de quoi parle-t-on? Mise en ligne le 2 Février 2016, Disponible sur:
https://www.avise.org/decouvrir/innovation-sociale/innovation-sociale-de-quoi-parle-t-on ,
(consulté le 25 mars 2018),

Insee, Recensement de la population 2015 en géographie au 01/01/2017, disponible sur


https://www.insee.fr/fr/statistiques/3293086?geo=COM-69389 (Consulté le 02/05/18)

Insee, Population par sexe, âge et situation quant à l'immigration en 2014 Commune de Lyon
9e Arrondissement (69389), disponible sur
https://www.insee.fr/fr/statistiques/2874034?sommaire=2874056&geo=COM-69389,
(Consulté le 02/05/18)

Insee, RP2014 exploitation complémentaire, géographie au 01/01/2016, disponible sur


https://www.insee.fr/fr/statistiques/2874044?sommaire=2874056&geo=COM-69389,
(Consulté le 02/05/18)

Le Monde, La canicule de l'été 2003 a fait plus de 70 000 morts en Europe, selon l'Inserm.,
Disponible sur: https://www.lemonde.fr/planete/article/2007/03/23/la-canicule-de-l-ete-2003-
a-fait-plus-de-70-000-morts-en-europe-selon-l
inserm_886917_3244.html#g7OEiOQcVIkDi33I.99, (Consulté le 23/05/18).

Métropole d’équilibre-Géoconfluences, Disponible sur: http://geoconfluences.ens-


lyon.fr/glossaire/métropole-dequilibre , (consulté le 7 mai 2018).

Wikipédia en Français, Canicule européenne de 2003, Disponible sur:


http://fr.wikipedia.org/wiki/Canicule_europ%C3%A9enne_de_2003, (Consulté le 23/05/18).

81
ANNEXES

Guide d’entretien individuel

Durée : entre ½ h et 1 h. Lieu calme, au domicile ou dans un café dans le quartier.

NEGOCIATION :
• Salutations,
• Demande d’autorisation d’enregistrement vocal
• Conditions de l’anonymat garanties

Je suis étudiant en master 2 Ville et environnements urbains à l’université de Lyon 3. Je suis


stagiaire aux Petites Cantines. Mon stage porte sur la participation des habitants dans la lutte contre
l’isolement social et la solitude dans les villes. C’est dans ce cadre que je réalise cette enquête dont
l’objectif est de mieux comprendre les enjeux de la participation des habitants dans la lutte contre
l’isolement social et la solitude en ville, notamment à travers des projets associatifs comme celui
des Petites Cantines.
Les questions que je vais vous poser portent sur la dynamique sociale dans le quartier de Vaise (9e
arrondissement de Lyon), les relations de voisinage et votre participation au projet des Petites
Cantines visant à combattre l’isolement social en ville.

Les informations qui seront collectées servirons uniquement pour cette étude et ne seront pas
transmises à d’autres personnes ou institutions. Elles seront utilisées dans un but académique.

ENTREE EN MATIERE :
Est-ce que vous pouvez vous présenter un peu :
• Situation familiale
• Situation professionnelle
• Caractéristique sociodémographique : âge, sexe
• Enfants : nombre (……)
• Situation résidentielle : nombre de personnes dans le logement.
• Lieu de naissance :

1- Relation au quartier de Vaise


Intention :
• Apprécier ce que les gens font dans le quartier, leurs relations avec d’autres gens, le
lien social
• Percevoir le degré potentiel d’isolement

1.1- Est-ce que vous pouvez me décrire votre quartier ? Comment est-ce que vous le
décririez à quelqu’un qui ne le connait pas du tout ?

82
1.2- Et les habitants du quartier, comment vous les décririez ? Est-ce qu’ils sont différents
de vous ou plutôt comme vous ? En quoi ?

1.3- Qu’est-ce que vous faites dans votre quartier ? Où est-ce que vous faites vos courses,
par exemple ? Courses de nourriture, courses de vêtements, de jouets, pour l’anniversaire
des enfants, par exemple ? Est-ce que vous allez au parc juste à côté ? Et au jardin partagé ?

1.4- Est-ce que vous avez des amis qui vivent dans le quartier ?
Depuis combien de temps ? Vous les connaissiez avant de venir habiter ici ou vous les avez
rencontrés ici ? Est-ce que vous retrouvez des amis dans votre quartier ?

1.5- Ça vous arrive de sortir, d’organiser des activités avec des amis ou voisins de votre
quartier ?
o Oui
o Non

1.6- Si oui, à quelle fréquence vous organisez des activités avec des amis ou voisins de
votre quartier ?
o Chaque semaine
o Au moins 1 fois par mois
o Au moins 1 fois tous les deux mois
o Au moins 1 fois tous les trois mois
o Autre :__Une fois par semaine_____________________

1.7- Est-ce que vous participez à des associations (club de foot, conseil de vie de quartier,
jardin partagé) dans votre quartier ?
o Oui
o Non
1.8- Si non, pourquoi ?

1.9- Qu’est-ce que vous faites à Lyon, en dehors de votre quartier ?


Est-ce que vous allez au cinéma, bibliothèque, services de la ville, etc. ? A quelle occasion ?

83
2- Relations de voisinage et dynamique sociale dans le quartier

Intention :
• Mettre l’emphase sur les relations de voisinage elles-mêmes
• Je voudrais maintenant aborder avec vous la manière dont ça se passe avec vos
voisins.

2.1- Est-ce que vous pouvez me décrire vos voisins ? Est-ce que vous les connaissez
bien ?

2.2- Est-ce qu’il y a des personnes dans votre voisinage avec lesquelles vous êtes
davantage en relation ?
o Oui
o Non
2.3- Comment est-ce que vous avez fait connaissance avec elles ?

2.4- Est-ce qu’il vous est arrivé d’être invité par ces personnes ?
o Oui
o Non

2.5- A quelles occasions ?

2.6- Est-ce que ça vous est déjà arrivé de rendre service à un (ou plusieurs) de vos
voisins ? A quelle fréquence ?

2.7- Et de manière inverse, est-ce que vous pouvez compter sur certains de vos voisins ?
Pour vous rendre service, pour vous aider dans la vie quotidienne ?

2.8- Est-ce que ça vous est déjà arrivé de passer du temps avec un de vos voisins ? A
quelle fréquence ? Par exemple pour partager un repas ? Ou faire une activité ensemble ?

84
2.9- Est-ce que vous avez des voisins avec lesquels les relations sont difficiles ?
Pourquoi ?

2.10- Est-ce qu’il vous est arrivé d’être en conflit avec un ou des voisins ?

2.11- Aimeriez-vous être plus proche de vos voisins ?


Aimeriez-vous avoir plus de (bonnes) relations avec eux/elles ? Ou, au contraire, avoir moins
de relations, être moins proche ?

2.12- Globalement, avoir de bonnes relations avec ses voisins, c’est important pour
vous ?
Est-ce que c’est un élément qui peut faire que vous vous sentez bien dans votre lieu de
résidence, dans votre quartier, ou c’est indifférent ?

2.13- Comment qualifiez-vous la relation entre les habitants dans votre quartier ?
(Bonne, plutôt conviviale, pas très conviviale, tendue, mauvaise…)

2.14- Avez-vous le sentiment que beaucoup de gens sont en situation d’isolement ou de


solitude dans votre quartier ? si oui, pourquoi ?

2.15- Que pensez-vous de la cohésion sociale et du lien social dans votre quartier ?

2.16- Est-ce difficile d’entrer en relation avec les autres personnes de votre quartier ?
Oui /non, pourquoi ?

85
2.15- Comment décririez-vous votre relation avec votre environnement de travail, vos
collègues ?

2.16- Comment décririez-vous votre relation avec les membre de votre famille ?

3- Participation au projet des Petites Cantines

3.1- Depuis quand êtes-vous adhérent au projet des Petites Cantines ? Comment avez-
vous connu les Petites Cantines ?

3.2- Pourquoi avez-vous choisi d’adhérer à ce projet ? Parlez-nous de votre


motivation pour ce projet ?

3.4- A quelle fréquence vous venez aux petites cantines ? Pourquoi ?

3.5- C’est quoi votre perception des petites cantines ? Elles représentent quoi pour
vous ?

3.6- Comment participez-vous au projet ?

3.7- Qu’est-ce que ça change pour vous le fait de prendre part à la cuisine participative
avec d’autres personnes de votre quartier ou d’ailleurs dans le cadre de ce projet ? Est-
ce que ça vous permet de vous rapprocher de vos voisins ou d’autres personnes que vous ne
connaissez pas forcément avant ?

86
3.8- Votre participation aux Petites Cantine a-t-elle contribué à élargir votre réseau
relationnel ?

3.9- Est-ce que vous avez changé vos habitudes et pratiques quotidiennes depuis que
vous fréquentez les petites cantines ?
(Modes de vie, habitudes de vie, modes de consommation, habitudes alimentaires, bien
manger, vos centres d’intérêts, engagement politique, engagement citoyen…)

3.10- Est ce que ça a changé vos relations aux autres ? Qu’est-ce qui a changé dans votre
quartier, dans votre relation avec vos voisins, votre entourage? (Plus de tolérance,
d’attention par rapport aux autres, modification des relations amicales, familiales)

3.11- Pensez-vous que les petites cantines facilitent plus d’échanges et de relations dans
votre quartier ? Pourquoi ? Comment ?

3.12- Avez-vous rencontré des gens aux petites cantines avec qui vous développez des
liens d’amitié ou développer des activités ? Si oui, quelles activités ?

3.13- Comment vous évaluez vos relations avec votre entourage, vos voisins, votre
famille depuis que vous participer au projet des petites cantines ?
(Plus de relation ? moins de relation ? relation de qualité…)

3.14- A quel niveau pensez-vous que l’isolement social et la solitude affectent les
habitants de votre quartier ? Vous sentez-vous concerné ? Pourquoi ?

87
3.15- Pensez-vous que la cuisine participative peut jouer un rôle dans la lutte contre
l’isolement social et la solitude dans votre quartier ? Lequel ? Comment ?

3.16- Participent-elles de la dynamique d’animation du territoire ? Comment ?


Permettent-elles un dialogue entre acteurs de la société civile et les institutions ? Jouent-elles
un rôle dans le renforcement de la citoyenneté dans le territoire ? Comment ?

3.17- Est-ce que votre participation aux Petites Cantines vous permet de faire face aux
risques d’isolement social et solitude dans votre quartier ? Comment ?

3.18- Quel sentiment ça vous procure le fait de prendre part aux actions locales mises
contre l’isolement social et la solitude ?

3.19- Dans le modèle économique des Petites Cantines, la participation financière des
adhérents à travers le paiement des repas est obligatoire. Elle permet entre autres de
financer les frais de fonctionnement des cantines. Que pensez-vous de ce mode de
fonctionnent ? Joue-t-il un rôle dans la stratégie d’action contre l’isolement social ?
Lequel ?

3.20- Les Petites Cantines s’inscrivent dans une démarche d’alimentation solidaire, saine
et équilibrée. Le contenu de menus proposés a-t-il un impact sur votre bien être global ?
Lequel ?

FIN D’ENTRETIEN
Est-ce que vous voyez des choses dont on n’a pas parlé et que vous voudriez dire sur votre
participation au projet des petites cantines, les relations sociales dans votre quartier ou les
réponses locales apportées au problème d’isolement ?

Je vous remercie pour votre participation à cet entretien !

88
Opérationnalisation des variables

Variables Dimensions Indicateurs


▪ Prise en compte des points de vue des
La participation Concertation adhérents sur la nature du projet et les
activités à mettre en œuvre, notamment
à travers leur participation à l’AG.
▪ Prise en compte des propositions
d’ateliers et possibilité de les mettre en
œuvre

▪ Le discours porté par l’association


Mobilisation tourné autour de l’action collective, « le
faire ensemble », la contribution de
chacun

▪ Réalisation d’atelier de formation au


Formation profit des adhérents des Petites Cantines
▪ Possibilité d’agir directement dans les
Conscientisation des Empowerment, c’est -à- activités du projet
dire de renforcement du ▪ Participation dans le processus
habitants sur leurs décisionnel (participation à l’AG)
pouvoir d’agir des
capacités à agir habitants (Dans cette ▪ Valorisation de la participation de
optique, la participation chaque convive
des habitants dans les ▪ Prise en compte des points de vue des
action est considérée convives sur les actions à mener dans le
comme une fin en soi et projet (à travers l’AG, les tableaux de
non un moyen.) suggestions, les carnets de
commentaires et suggestions
disponibles dans chaque cantine
▪ Contribution à l’émergence d’une
volonté collective au sein du quartier
▪ Accroissement de l’engagement
associatif

▪ Nombre de personne dans son réseau


Elargissement du Quantitative ▪ Diversification du réseau relationnel
▪ Fréquence de rencontres et d’échange
réseau relationnel avec les membres de son réseau
▪ Nombre de nouvelles rencontres
effectuées en fréquentant les Petites
Cantines

89