Sunteți pe pagina 1din 348

SERVICE

Formation
Installations HTA et BT
Choix de l’appareillage et
des canalisations

T&D
–1 –

Sommaire
Partie HTA
PRO1/D2102/CH1/DISNT/3.0/F Le réseau distributeur

THE3/A2112/CH6/STRUC/3;0/F Structure générale des réseaux industriels

PRO4/D2302/CH3/TRANSMES/3.0/F Introduction aux transformateurs de mesure

PRO1/D00/SLT/HTA/3.0/F Schémas des liaisons à la terre d’une installation


haute tension HTA

THE3/A2112/CH5/CANELEC/3.0/F Les canalisations électriques

PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Calculs des courants de court-circuit

PRO4/D2302/CH1/RAPRES/3.0/F Rappels sur la protection des réseaux industriels

THE1/A3112/CH5/APPAR/3.0/F L’appareillage électrique

HTA1/DEFIN/SF6/3.0/F L’hexafluorure de soufre, coupure d’un arc en HTA

THE1/A3112/CH8/EXEM/3.0/F Exemples

Documents externes
M24-TECH/fre/MVB/02.03/3201 Brochure : Fluokit M24 – Caractéristiques techniques
A001 – AMT 01/2000 Brochure : Orthofluor FP - Disjoncteur SF6 de 7,2 à 36 kV

Partie B T
A12-1 Caractéristiques générales des installations BT

A12-2 L’appareillage BT

A12-3 Les canalisations électriques BT

A12-4 Estimation des courants de courts-circuits


AQ07F-2004-10

A12-6 Annexes
AREVA T&D - DAFEP THE0/BUSTERR/SOMA3202F/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–1 –

Le réseau distributeur

Fonction du réseau

Types de réseau

Caractéristiques

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D2102/CH1/DISNT/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–2–

Fonction du réseau
L'énergie n'est pas directement stockable (ou si peu).
Il est donc nécessaire d'équilibrer, en permanence, l'énergie livrée à la
clientèle avec celle produite par les centrales électriques.

Entre les centrales hydrauliques et thermiques (conventionnelles ou


nucléaires), les kilowatts doivent parcourir des chemins plus ou moins
longs et plus ou moins complexes.

Ces chemins constituent le réseau électrique.

L’électricité est produite

…transportée…

… et distribuée

Après avoir été produits dans les différentes usines hydrauliques, ther-
miques ou nucléaires, les kilowattheures obtenus ont besoin de parvenir à
leurs utilisateurs et doivent, de ce fait parcourir des chemins plus ou moins
longs, plus ou moins complexes.

En suivant le trajet de l'énergie électrique, depuis sa production jusqu'à son


utilisation, on trouve successivement différents types de réseaux fonction-
nant à différents niveaux de tension.

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D2102/CH1/DISNT/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–3–

réseaux de production

centrale centrale
nucléaire thermique

centrale
hydraulique
réseaux de transport
poste de
transformation
poste de (départ)
transport à
transformation
longue distance
(départ)

réseaux de répartition
ou centres de consommation interconnexion
(arrivée)
réseaux de distribution d'énergie
grande distribution (utilisateurs)

transport à
moyenne distance
poste de
transformation
rural

petite distribution

abonné

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D2102/CH1/DISNT/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–4–

Types de réseaux

Réseaux de production

À l'échelon national, la production a lieu dans des centrales thermonucléaires,


thermiques, hydrauliques. Il existe aussi des centrales diesel (pays en voie de
développement) et des turbines à gaz (groupes d'appoint).
Les alternateurs fonctionnent en HTA (5,5 à 20kV) et débitent sur le réseau
de transport en passant par des transformateurs élévateurs (20/400kV par
exemple). Les puissances développées sont grandes (50 à 1300MW).

Micro-centrales : de petites chutes d'eau sont équipées d'une centrale


hydraulique privée (micro-centrale). L'énergie produite est revendue au
réseau national.

Les puissances vont de 0,1 à quelques MW. Les alternateurs, souvent de


type asynchrone, fonctionnent en basse tension et débitent sur le réseau
de distribution HTA par des transformateurs BT/HTA. Leurs protections
sont simplifiées en regard de celles de machines plus puissantes, avec
cependant des problèmes spécifiques (îlotage, délestage...).

Réseaux de transport, réseaux de répartition

Les réseaux de transport assurent le transport de l'énergie et l'inter-


connexion, à l'échelon national, en HTB et en THT (225 et 400kV en
France, 800kV aux Etats Unis).
Les réseaux de répartition assurent l'irrigation en électricité au niveau d'une
région en HTB (63, 90, 150kV en France,30 à 150kV à l'étranger).
Ces réseaux se composent de lignes aériennes longues (plusieurs cen-
taines de kms) ; les câbles souterrains sont rares.

Les postes sont généralement extérieurs et étendus. Il existe toutefois des


postes blindés au SF6, extérieurs ou intérieurs.

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D2102/CH1/DISNT/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–5–

Les hauts niveaux de tension utilisés, imposent une mise à la terre rigide du
neutre (pour assurer les isolements quelle que soit la structure d'exploita-
tion : les mises à la terre du neutre sont multiples). Il y a raccordement de
sources d'énergie en des points multiples du réseau.

La qualité de service demandée est très sévère : les puissances transitées


sont énormes et le maintien du synchronisme (entre les centrales) doit être
assuré sans faille. Ceci est obtenu, entre autre, par le maillage du réseau et
l'emploi d'un déclenchement-réenclenchement mono-triphasé.

Sellindge
Avelgem
Gravelines
Les Attaques
Warande
Mandarins
Weppes
Avelin Achene
Gavrelle
Mastaing

Chevalet
Penly
Paluel Mazures
Argœuves Uchtelfangen
Tollevast Latena Lonny
Flamanville Barnabos
La Vaupalière Cattenom
Le Havre
Menuel Rougemontier Terrier Vigy
Herse
Remise Veslé
Plessis-Gassot
Cergy Chambry
Terrette Tourbe Tilleul Revigny Bezaumont
Villevaudé
Mézerolles Morbras Neuves-maisons Marlenheim
Méry
La Martyre Launay Villejust Boctois /Seine Houdreville
Plaine-Haute Cirolliers Eichstetten
Le Chesnoy Cheney Vincey
Domloup Dambron Gatinais Logelbach
Chaingy Muhlbach Laufenbourg
Serein
Les Quintes La Verger Sierentz
Louisfert Picocherie Tabarderie
Villerbon Gauglin Asphard
Mambelin
Chanceaux Vielmoulin
Cordemais Larcey
Distré Avoine Marmagne Bassecourt
Saint Éloi
Bois Tollot
Les Jumeaux Chamoson
Grosne Verbois
Eguzon
Granzay Bayet CERN
Valdivienne Grépilles Génissiat
La St Rondissone
Cornier
Boisse Vulbas Albertville
Preguillac Charpenay Creys
Plaud
Rulhat Le Gde Île
Mions Chaffard La Coche
Échalas
Braud Pivoz-Cordier Villarodin
Le Cheylas
Le Breuil Praz
Cubnezais Vaujany
Le Marquis Champagnier Venaus

Rueyres Coulange
Saucats
Le Tricastin

Donzac Tavel
Cantegrit Tore-Supra Le Broc-Carros

Verfeil Tamareau Boutre


Agasses
Jonquières Réaltor
Marsillon Issel
Neoules
La Gaudière
Cazaril

Hernani Baixas

Structure du réseau 400kV en 2000


Vich
Réf. Tech. Ing. - D 4 080

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D2102/CH1/DISNT/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–6–

L'interconnexion par la mise en commun des moyens de production et des


réseaux de transport de l'énergie électrique assure la continuité et la distri-
bution de l'électricité aux clients.
Chacun d'eux, quelle que soit sa consommation bénéficie ainsi de l'apport
de l'ensemble des centrales.

Le schéma présenté illustre la façon dont l'énergie électrique produite par


les centrales transite par les différents réseaux et arrive dans l'aggloméra-
tion à l'usine ou chez le particulier qu'il faut desservir.

Réseaux de distribution HTA

Un réseau public de distribution a son origine dans le poste source.


Le poste source reçoit du réseau de répartition les arrivées HTB (60, 90,
150kV en France) qui alimentent les transformateurs extérieurs HTB/HTA
(90/20kV par exemple).

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D2102/CH1/DISNT/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–7–

La puissance de ces transformateurs varie de 10 à 100 MVA afin de limiter


le courant de court-circuit dans le réseau de distribution.

Le 20kV repart en câble pour entrer dans le bâtiment du poste et alimenter


le tableau HTA, constitué de cellules métalliques placées côte à côte.

Chaque cellule comporte : disjoncteur, TC, compartiment basse tension.


Un couloir traverse toutes les cellules et contient le jeu de barres.
L'ensemble est très bien protégé par l'enceinte métallique et par le cloison-
nement entre chaque fonction.
D'où une vulnérabilité réduite au minimum.

Le câble issu du transformateur aboutit à une cellule arrivée, passe par un dis-
joncteur et alimente le jeu de barres. Le mouvement inverse se présente pour
une cellule départ, partant du jeu de barres, le départ est alimenté en passant
par un disjoncteur. Sous forme de câble en sortie de cellule, il se prolonge à
l'extérieur du poste soit en câble souterrain soit en ligne aérienne.

Dans les zones urbaines à très forte densité existe une autre structure : ali-
mentation à partir du 220kV et poste source 220/20kV (type blindé au SF6).

Ces réseaux se composent de lignes aériennes de longueurs moyennes


(quelques dizaines de kms) et/ou de câbles relativement longs (quelques kms).

Le poste source se présente en extérieur (partie HTB et transformateur) et


en intérieur (partie HTA - tableau). Le tableau HTA présente une bonne
invulnérabilité.

La tenue des isolements est plus facile à assurer qu'en HTB (régime de
neutre). Une mise à la terre assez rigide du neutre est recommandée, elle
est unique pour le poste (le courant de terre de défaut franc pouvant varier
de 100 à 1000A).

L'absence de machines tournantes (moteur ou alternateur) en liaison gal-


vanique (les impositions des constructeurs concernant la limitation du cou-
rant de défaut phase-terre avec le réseau n'intervient pas).

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D2102/CH1/DISNT/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–8–

La structure du réseau est en antenne avec alimentation unique du poste


(pas de maillage). La mise en parallèle d'éléments est peu fréquente.
Exceptionnellement une micro-centrale peut être raccordée mais sera trai-
tée en parasite.

La qualité de service doit être très bonne, une brève interruption est tout de
même admissible en autorisant un déclenchement-réenclenchement tripha-
sé.

Réseaux de distribution BT

Ces réseaux ont leur origine dans un transformateur HTA/BT. Ils desser-
vent des installations dont la puissance appelée n'excède pas 36kVA (tarif
bleu) ou 250kVA (tarif jaune).

réseau indépendant

interconnexion
courant continu

réseau 2
transformateur pour liaison
à courant continu
réseaux interconnectés

réseau 1 transformateur transformateur HTB/HTB bobine HTB/HTA HTA/BT


élévateur d’interconnexion d’inductance
shunt

livraison abonnés
HTB/HTA/BT
transformateurs de puissance, de distribution spéciaux

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D2102/CH1/DISNT/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–9–

Présence de câbles ou de lignes de faibles longueurs à structure en anten-


ne.

Les niveaux de courants de court-circuit peuvent être énormes près des


sources mais en forte diminution avec l'éloignement.

La qualité de service est moins critique, elle peut être augmentée par
adjonction d'une source de secours.

Ces réseaux desservent des zones accessibles à tous, ce qui entraîne des
précautions spécifiques pour la sécurité des travailleurs (décret du 14
novembre 1962).

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D2102/CH1/DISNT/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 10 –

Caractéristiques

Contraintes

Lorsqu'un industriel envisage de s'implanter en un endroit déterminé, il est


important qu'il sache ce dont il pourra disposer, notamment en matière de
mode de raccordement et de qualité de l'alimentation électrique :
• tolérances sur les niveaux de tension,
• puissances de court-circuit effectives en schéma normal et en schéma
de secours,
• tolérances de fréquence sur les réseaux,
• qualité de service,
• niveaux de perturbations.

Types et caractéristiques du réseau français

Types de Plage de Tensions Tolérances Tolérances Distribution


réseaux tension en France tension fréquence du neutre
dans le
monde
Interconnecxion 225 à 400 kV non
800 kV
Répartition 33 à 63, 90 ±8% 50 Hz ± 2 % non
225 kV ou 220 kV ± 10 %
Distribution HTA5 à 10 kV ±7% 50 Hz ± 2 % non
33 kV 15 kV
20 kV
30 kV
Distribution BT 100 à 110-130 V 50 Hz ± 2 % oui
440 V 220 ou ± 10 %
380 V (voir 7
ou 5 %)

Niveaux de tension

Définitions - norme CEI


• haute tension (HT)
ensemble des échelons de tension généralement supérieurs à 35kV
et utilisés pour le transport de l'énergie électrique

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D2102/CH1/DISNT/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 11 –

• moyenne tension (MT)


ensemble des échelons de tension généralement compris entre 1 et
35kV et utilisés dans les réseaux de distribution.

Note
Pour des raisons administratives propres au Royaume Uni, la notion
de moyenne tension peut s'étendre aux échelons jusqu'à 132kV.

• basse tension (BT)


ensemble des échelons de tension généralement utilisés pour l'ali-
mentation des installations des usagers ; on considère des tensions
inférieures à 1000V.

Publication UTE (novembre 1988)


Tableau des domaines de tension

Domaines de tension Valeurs de la tension nominale


en courant alternatif (2) en courant continu lisse(1)
Très basse tension
Un < 50 V Un < 120 V
(domaine TBT)
Basse tension domaine BTA 50 V < Un < 500 V 120 V < Un < 750 V
(domaine BT) domaine BTB 500 V < Un < 1 000 V 750 V < Un < 1 500 V
Haute tension domaine HTA 1 000 V < Un < 50 000 V 1 500 V < Un < 75 000 V
(domaine HTB) domaine HTB Un > 50 000 V Un > 75 000 V

(1) Le courant continu lisse est celui défini conventionnellement par un taux
d'ondulation non supérieur à 10% en valeur efficace, la valeur maximale de crête ne
devant pas être supérieure à 15%.
Pour les autres courants continus, les valeurs des tensions nominales sont les
mêmes que pour le courant alternatif

(2) Fréquences < 1000Hz.

Répartition

HTB
400 kV 20 168 km de ligne éariennes
3 km de câbles souterrains
270 kVcc 117 km de câbles souterrains
225 kV 25 006 km de lignes aériennes
600 km de câbles souterrrains
150 kV 2 059 km de lignes aériennes
2 km de câbles souterrains

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D2102/CH1/DISNT/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 12 –

90 kV 14 006 km de lignes aériennes


142 km de câbles souterrains
63 kV 32 668 km de lignes aériennes
1 274 km de câbles souterrains

HTA
20 kV 430 000 km de lignes aériennes
105 000 km de câbles souterrains

BT
400 V 525 000 km de lignes aériennes
98 000 km de câbles souterrains

Postes en exploitation

HTB
400 kV 122 postes poste O sorties de centrales
poste A 400/225 kV
poste F 400/90 kV ou 400/63 kV
270 kVcc deux stations de conversion
225 kV 486 postes poste B 225/225 kV grande
couronne parisienne
poste S 225/90 kV ou 225/63 kV
poste D 225/20 kV à puissance
garantie
poste C 225/20 kV à puissance
non garantie (Paris)
poste c 225/20 kV clients
nationaux
150 kV 52 postes poste S 150/90 kV
poste S 150/20 kV
90 kV 600 postes poste d 90/20 kV
63 kV 1320 postes poste d 63/20 kV

HTA
20 kV 600 000 postes poste 20 kV/380 V distribution publique

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D2102/CH1/DISNT/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 13 –

Topologie des réseaux

Réseau maillé

A B D

C
F poste de
distribution

Réseau boucle

B D
A

C
F poste de
distribution

Réseau en antenne – normal-secours

B
A

source de secours liaison de


secours
liaison
normale

source normale

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D2102/CH1/DISNT/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 14 –

Réseau en piquage

B
A

Réseau en piquage rapproché

A B

Réseau en antenne

coupure

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D2102/CH1/DISNT/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–1 –

Structure générale des réseaux industriels

Généralités

Les éléments

La structure des réseaux

Exemples de réseaux industriels

Exemple de calcul

Tableau de comparaison des différentes


structures en HTA

AREVA T&D - DAFEP THE3/A2112/CH6/STRUC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–2–

Généralités
Le schéma unifilaire d’un réseau industriel est un compromis.
Il traduit les exigences des différentes parties intéressées : concepteur,
utilisateur, fournisseur de l’énergie.
Son rôle essentiel est d’assurer au meilleur coût (investissement,
exploitation, pertes) la fourniture de l’énergie nécessaire à chacune des
unités constituant un site industriel.
Il doit être conçu pour réduire la probabilité d’accident et en minimiser les
conséquences.

Cette fourniture d’énergie doit donc prendre en compte les points suivants :
• conformité aux règlements et normes,
• continuité de l’exploitation, en régime normale et également en cas de
défaillance d’un ou plusieurs éléments du réseau (claquage d’un trans-
formateur, liaison, etc…),
• facilité d’exploitation,
• possibilité d’extension dans le futur,
• possibilité d’entretien sans coupure,
• coût d’investissement et d’exploitation,
• répercussions d’un incident ou d’un arrêt pour entretien sur la production.

AREVA T&D - DAFEP THE3/A2112/CH6/STRUC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–3–

Les éléments

En règle générale, un réseau industriel comporte les éléments suivants :


• poste de livraison,
• poste de transformation, au niveau des points de consommation,
• sources autonomes,
• source de remplacement,
• source de sécurité,
• tableaux de distribution.

Poste de livraison

Le poste de livraison assure la liaison entre le réseau distributeur et le


réseau interne à l’usine. Suivant les cas, il peut être alimenté par une ou
deux sources et comprend un ou deux jeux de barres.
L’installation doit être conforme à la norme UTE C13-100.

Poste de répartition d’énergie

Suivant l’importance de l’usine, les fonctions de répartition et de livraison


peuvent être regroupées dans un même poste.

Source autonome

C’est une alimentation prévue pour des raisons de continuité ou lorsque


l’usine dispose d’un combustible résiduel. la source autonome peut être
permanente. Elle fonctionne alors en parallèle avec le réseau du
distributeur et est soumise à des règles de découplage (GTE 2666 pour
EDF). La source autonome peut être uniquement de secours, dans ce cas,
cette source ne fonctionne pas en présence de l’alimentation normale.

AREVA T&D - DAFEP THE3/A2112/CH6/STRUC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–4–

Postes d’alimentation des unités

Ces postes sont répartis sur le site. Leurs situations géographiques sont
déterminées pour réduire la longueur des liaisons et les chutes de tension.
Ils délivrent une ou plusieurs tensions, suivant le type de récepteurs à
alimenter (moteurs, fours, chaudières…).

Sources de remplacement

Elle peut être permanente ou non ; sa puissance est fréquemment très


inférieure à la puissance de l’installation.
Le raccordement peut s’effectuer à n’importe quel niveau de la structure de
l’installation.
Le schéma de raccordement comporte un dispositif de découplage rapide
si la source de remplacement est exploitée couplée en permanence avec le
réseau de distribution publique.
Dans le cas contraire, ce raccordement est réalisé par l’intermédiaire d’un
inverseur de source.

Sources de sécurité

Ce type de source s’impose pour des raisons de sécurité, même si


l’installation comporte déjà une source de remplacement.
Elle doit assurer l’alimentation des récepteurs vitaux.
Sa mise en service est réalisée automatiquement ou manuellement en
fonction du temps maximal d’interruption supporté par l’alimentation de ces
récepteurs. Ce temps maximal est fixé par la législation en vigueur.

lorsque les sources et les équipements de sécurité présentent une grande


fiabilité, les sources de sécurité peuvent être utilisées également comme
sources de remplacement.

AREVA T&D - DAFEP THE3/A2112/CH6/STRUC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–5–

Il en est ainsi lorsque les conditions ci-après sont remplies simultanément :


• la puissance nécessaire est fournie par plusieurs sources telles que,
lors
d’une défaillance de l’une d’elles, la puissance encore disponible soit
suffisante pour assurer le démarrage et le fonctionnement de tous les
équipements de sécurité,
cette défaillance doit provoquer le délestage des circuits n’intéres-
sant pas la sécurité,
• chaque équipement de sécurité peut être alimenté par l’une quelconque
des sources,
• toute défaillance d’une sources ou d’un équipement de sécurité, n’affecte
pas le fonctionnement des autres sources ou équipement de sécurité.

Pour chacun de ces constituants, il est nécessaire de déterminer le


meilleur emplacement en fonction des contraintes de livraison, de
consommation, d’entretien (disponibilité des locaux, facilité d’accès).

AREVA T&D - DAFEP THE3/A2112/CH6/STRUC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–6–

La structure des réseaux

La structure se définit en reliant par des canalisations, les différents


éléments du réseau (sources, récepteurs).
Les différentes possibilité de liaisons sont :
• simple antenne,
• double antenne,
• réseau en boucle ouverte,
• réseau en boucle fermée.

On peut imaginer des structures différentes, compte tenu de l’importance


accordée à la continuité de service.
Il existe deux types de structures les plus communément rencontrés.

Les réseaux radiaux ou en antenne


Ces réseaux sont constitués d’artères à structures arborescente, sans
rebouclage.
Ces réseaux ont l’avantage de la simplicité, mais en cas de défaut, il
présentent le grave inconvénient de priver d’énergie toutes les utilisations
situées en «aval» de l’avarie.
Pour limiter cet inconvénient, on utilise des réseaux en antenne double qui
garantissent la continuité en cas de perturbations.
Les réseaux en antenne n’exigent, pour leur protection, que des dispositifs
très simples.

Les réseaux bouclés


Ces réseaux sont constitués d’une boucle de lignes alimentée en un ou
plusieurs points, elle peut fonctionner en boucle ouverte ou fermée.
Plus complexes que les réseaux en antenne, ils assurent en cas de défaut
une meilleure continuité de service du fait de leur possible réalimentation.
Le câble de boucle doit être prévu pour la somme des puissances
consommées par chaque poste.
La protection nécessite l’utilisation de relais directionnels ou différentiels.

AREVA T&D - DAFEP THE3/A2112/CH6/STRUC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–7–

Exemples de réseaux industriels

Réseau en antenne

20kV

5kV

M
1MVA

AREVA T&D - DAFEP THE3/A2112/CH6/STRUC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–8–

Réseau en boucle

EDF

S1 S2

S3

D1

S4 S11
TR1 TR4
S5 S10

TR2
D2 S21 S6 S9
TR3
D21 S7 S8

D23 D24 D25

AREVA T&D - DAFEP THE3/A2112/CH6/STRUC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–9–

Extension d’un réseau en antenne (partie ombrée)

AREVA T&D - DAFEP THE3/A2112/CH6/STRUC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 10 –

Extension d’un réseau en boucle (partie ombrée)

Schéma préconisé :
• recherche d’un défaut,
• élimination automatique avec disjoncteur,
• sélectivité.

AREVA T&D - DAFEP THE3/A2112/CH6/STRUC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 11 –

Exemple d’alimentation et de distribution


Schéma extrait de la norme NFC13-200 (312-2 - Figure 31GA)
source normale
(réseau de distribution publique)

jeu de barres 63kV

relayage, mesures
contrôle

source de remplacement

relayage, mesures relayage, mesures


contrôle TR 63/20kV TR 63/20kV contrôle
n°1 n°2

alimentation en alimentation en
double antenne double antenne
avec jeu de barres avec jeu de barres
tronçonnné tronçonnné
alimentation en boucle ouverte
alimentation simple antenne

alimentation antennes multiples

départ alimenté
alimentation en boucle fermée

en double attache
alimentation double antenne et simple jeu de barres

BT

BT

BT

BT relayage BT relayage

source de
remplacement
et de sécurité

TR 20/5kV
BT

alimentation
double antenne et
double jeu de barres

BT

AREVA T&D - DAFEP THE3/A2112/CH6/STRUC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 12 –

Exemple de calcul

R1
2 63kV
Pcc = 1000MVA

25%

20MVA L = 100m
A2 3 x 120mm2
5,5kV
Cu
3
20MVA
20MVA
10%
10%

L = 50m
2 X 3 x 240mm2
Cu

20kV 5

L = 100m L = 200m
2 x 3 x 150mm2 30 x 70mm2
Cu 25% Cu

5MVA 5MVA
15MVA A3
10% 3kV 8%
4
L = 30m
3 x 3 x 120mm2 L = 50m
Cu 3 x 3 x 300mm2
Cu

5,5kV 6 7
3kV

L = 100m L = 40m L = 50m L = 50m


3 x 300mm2 3 x 50mm2 3 x 120mm2 3 x 120mm2
Cu Cu Cu Cu

1MVA 1MVA 1MVA


5% 5% 5%
380V 380V 380V
M M M M M
tableau BT
M3 M4 M5 M6 M7
10MVA 3MVA 1MVA 3MVA 1MVA

AREVA T&D - DAFEP THE3/A2112/CH6/STRUC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 13 –

Tableau de comparaison des différentes structures en HTA

Temps d’interruption sur défaut


Type Coût (ordre de grandeur) Avantages Inconvénients
simple • un disjoncteur • ligne avec réenclencheur : 0,3 s • simplicité • temps d’interruption très
antenne par poste • pas de liaison inter postes long
• un interrupteur • câble : une semaine • alimentation indépendante • groupe diesel local
par poste de chaque poste
boucle • deux disjoncteurs • recherche manuelle : une heure • temps d’interruption court • si système automatique
ouverte par boucle • avec interrupteurs télécommandés : si la recherche n’est pas de détection et de
• deux interrupteurs 10 min manuelle reconfiguration : système
coupure par poste • avec reconfiguration automatique : complexe
d’artère • + télécommande C10M : 10 s • + câbles de contrôle dans
• + automate C40M : 1 s tranchée
• + automate de gestion de
la reconfiguration
double • deux câbles • manœuvre manuelle : une heure • temps d’interruption court • deux câbles
antenne • deux interrupteurs • avec commutation automatique si système de commutation d’alimentation suivant des
par poste C10M : 20 s automatique trajets différents
double • + système de C40M : 3 s • système simple et autonome
dérivation commutation
automatique
boucle • deux disjoncteurs • variable suivant le nombre de postes : • temps d’interruption court • système coûteux
fermée par poste trois postes : 0,8 s • système simple et • temps d’interruption fonction :
cinq postes : 1,2 s automatique - des temps d’élimination de
défaut
- du nombre de postes
• ne peut généralement pas
être utilisé dans les réseaux
alimentés par le distributeur
public

AREVA T&D - DAFEP THE3/A2112/CH6/STRUC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–1 –

Introduction aux transformateurs de mesure

Représentation des transformateurs de


mesure dans un schéma unifilaire

Rôle des transformateurs de mesure

Types de transformateurs de mesure

Les transformateurs de tenstion ( T T )

Les transformateurs de courant ( T C )

Choix de transformateurs de courant pour


protection

Application

AREVA T&D - DAFEP PRO4/D2302/CH3/TRANSMES/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–2–

Représentation des transformateurs de mesure dans un schéma unifilaire

l g g
ISR ISR SR6 B SR6 B SR6 B SR6 B
400A 400A 400A 400A 400A 400A
C10 C10
l g g

I >>
FP24 12A FP24 12A FP24 12A
400A 400A 400A
3 FNW6
BLRM BLRM BLRM
6,3A
3 KSS 3 KSS 3 KSS
M T1 50-100/5-1A M T1 50-100/5-5A M T1 50-100/5-5A
7,5VA 30VA 30VA
CL : 0,5 CL : 0,5 CL : 0,5

P T1 1,5VA
P T1 10VA
P T1 10VA
CL : 10P30 CL : 10P10 CL : 10P10
kWh
3 KSS
50-100/5A
M T2 30VA
CL : 0,5

A2 A2

3 UKM 24/3
3 BTO125T 1 BTF100P 1 BTF100P

Tore T1 Tore T2 Tore T3


20kV/V3
100/V3 - 100/V3
30 VA - 30 VA
CL : 0,5 CL : 0,5
Arrivée Arrivée Disjoncteur Départ Départ
EDF EDF général boucle boucle

AREVA T&D - DAFEP PRO4/D2302/CH3/TRANSMES/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–3–

Rôle des transformateurs de mesure

Dans un réseau, il est nécessaire de connaître en permanence les valeurs


prises par les deux grandeurs fondamentales de l’électricité : la tension et le
courant.
À partir de ces deux grandeurs peuvent se déduire la puissance, l’énergie
active et réactive, l’impédance et la fréquence.

Les appareils de mesure et les dispositifs de protection qui exploitent ces


grandeurs sont prévus avec des tensions et des courants relativement
faibles (par exemple U < 250 V et I < 10 A) afin de limiter leur coût et
garantir la sécurité des personnes.

Il ne serait pas envisageable, par exemple, de mesurer directement sur les


conducteurs d’une ligne HT, une tension de 225 000 V et un courant de
2 000 A.
Il est alors intercalé entre les conducteurs de puissance et les appareils d’utilisation
des transformateurs de tension (T T ) et des transformateurs de courant (T C ).
Ils assurent la réduction des grandeurs ainsi que l’isolement électrique
entre les conducteurs de puissance et les appareils d’utilisation.

Au primaire des transformateurs est appliquée la grandeur à mesurer : cou-


rant ou tension. Le transformateur délivre à son secondaire l’image la plus
fidèle possible de la grandeur primaire mais avec une amplitude réduite.
Un pôle du circuit secondaire est relié à la terre. Ceci afin de fixer le poten-
tiel et garantir la sécurité des personnes en cas de claquage primaire -
secondaire.

La grandeur mesurée au secondaire n’est pas exactement l’image de la


grandeur primaire car les transformateurs introduisent une erreur de mesu-
re suivant deux paramètres :
• l’erreur de tension ou de courant,
• le déphasage.

AREVA T&D - DAFEP PRO4/D2302/CH3/TRANSMES/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–4–

Types de transformateurs de mesure

Types Utilisation Analyse des phénomènes Caractéristiques


compteurs d’énergie les tensions varient peu précision importante (en particulier
autour de la tension pour le comptage)
transformateurs appareils de mesue : nominale du réseau
de tension pour centrales de mesure plage de tensions mesurées faible
mesures voltmètres (autour de la tension assignée)
ampèremétres
fréquencemètres fonctionnement en 80 % VN < V < 120 % VN
wattmètres régime permanent :
recherche de l’intensité des courants précision importante (en particuliers
qualimètres précision est fonction de la charge pour le comptage)
transformateurs qui peut varier dans
de courant pour régulateurs des proportions très plage de courants mesurés très
mesures importantes importante (mesure de courants très
contrôleurs de inférieurs au courant assigné)
synchronisme
1 % IN < I < 120 % IN

en cas de court-circuit précision non recherchée


les tensions peuvent
transformateurs chuter dans des plage de tensions mesurées très
de tension pour proportions très importante (en particulier mesure
de
protection importantes tensions très inférieures à la tension
relais de protection (par exemple pour un assignée)
contre les défauts fonctionnement en court-circuit proche :
électriques régime transitoire : U≈ 0) 2 % VN < V < 190 % VN
(en particulier recherche de
courts-circuits) l’acquisition des en cas de court-circuit précision non recherchée
grandeurs en vue l’intensité des courants
transformateurs enregisteurs de d’une action de est très élevée plage de courants mesurées très
de courant pour perturbations protection importante (mesure de courants très
protection inférieurs au courant assigné)

0,1 % IN < I < 30 IN

AREVA T&D - DAFEP PRO4/D2302/CH3/TRANSMES/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–5–

Disposition des transformateurs de mesure dans


une cellule HTA

coffret contrôle
commande jeu de barres

volets

sectionneur
de mise à la
terre

transformateur
s de courant
bobinés
transformateurs
de tension raccordement câbles

AREVA T&D - DAFEP PRO4/D2302/CH3/TRANSMES/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–6–

Transformateur de courant de type «tore» installé sur le


conducteur de mise à la terre du neutre

AREVA T&D - DAFEP PRO4/D2302/CH3/TRANSMES/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–7–

Les transformateurs de tension ( T T )

Définition
réf. : CEI 60044.2

Transformateur de mesure dans lequel la tension secondaire est, dans les


conditions normales d’emploi, pratiquement proportionnelle à la tension pri-
maire et déphasée par rapport à celle-ci d’un angle voisin de zéro.

Normes applicables

NF C 42 501 – CEI 60 044-2 – BS 3 941

Branchement des transformateurs de tension

(P1) A a (S1) (P1) B b (S1) (P1) C c (S1)


A B C

(P2) N n (S2) (P2) N n (S2) (P2) N n (S2)

n a b c a b c

montage «phase-terre» montage en «V»

AREVA T&D - DAFEP PRO4/D2302/CH3/TRANSMES/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–8–

Exemples commentés de désignation de


transformateurs de tension selon la norme CEI 60044-2

Transformateur de tension pour mesure Transformateur de tension pour protection

20 000 / 3 (V) – 20 VA – cl 0,5 5 500 / 3 (V) – 10 VA – cl 3P


100 / 3 (V) 100 / 3 (V)

rapport de rapport de
transformation assigné : transformation assigné :
V NP V NP
KN = KN =
V NS V NS

puissance de précision SN : puissance de précision SN :


puissance maximale de la charge pour puissance maximale de la charge pour
laquelle la précision est garantie laquelle la précision est garantie

classe de précision cl 0,5 : classe de précision cl 3P :


P indique qu’il s’agit d’un transformateur de tension
pour protection

erreur maximale du transformateur : ± 0,5 % VP pour erreur maximale du transformateur : ± 3 % VP pour


80 % V NP < VP < 120 % V NP 5 % V NP < VP < 190 % V NP

0,8 x 20 000 3 = 9 200 V 13 900 V 0,05 x 5 500 / 3 = 160 V 6 000 V

et pour une puissance absorbée par la charge comprise et pour une puissance absorbée par la charge comprise
entre : entre :
25 % S N < SC < 100 % S N 25 % S N < SC < 100 % S N
0,25 x 20 = 5 VA 20 VA 0,25 x 10 = 2,5 VA 10 VA

VNP (V) : tension assignée primaire


VNS (V) : tension assignée secondaire
VP (V) : tension simple primaire mesurée
SC (VA): puissance absorbée par la charge

AREVA T&D - DAFEP PRO4/D2302/CH3/TRANSMES/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–9–

Les transformateurs de courant ( T C )

Définition
réf. : CEI 60044-1

Transformateur de mesure dans lequel le courant secondaire est, dans les


conditions normales d’emploi, pratiquement proportionnel au courant pri-
maire et déphasé par rapport à celui-ci d’un angle voisin de zéro.

Normes applicables

NF C42 502 – CEI 60044.1 – BS 3 938 – VDE 0414

Types de TC et installation

Un TC est constitué d’un enroulement primaire et d’un enroulement secon-


daire tous deux disposés en spires autour d’un circuit magnétique.

Si le primaire n’a qu’une seule spire, il peut être constitué par le conducteur
de puissance lui-même. Le TC et alors de type «tore» ou «monoconduc-
teur», composé d’un circuit magnétique autour duquel est disposé l’enrou-
lement secondaire.

Si le primaire est constitué de plusieurs spires, il comporte un enroulement


primaire inséré en série dans le circuit de puissance. Le TC est alors de
type «bobiné». Ce type convient mieux quand le courant à mesurer est
faible (< 500 A) car il est plus facile de satisfaire la précision avec plusieurs
spires primaires.

AREVA T&D - DAFEP PRO4/D2302/CH3/TRANSMES/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 10 –

Comparaison des TC «tores» et des TC «bobinés»

TC «tore», «monoconducteur», «barre», «traversée», «bushing»

circuit
I magnétique

circuit
primaire
enroulement
i secondaire

Avantages : Inconvénients :
• pas de tenue électrodynamique • ne convient généralement pas pour
imposée au primaire en cas de des courants primaires faibles
court-circuit, (< 500 A).
• facilité d’installation autour d’un

conducteur,

• isolement limité si le conducteur

de puissance est isolé (HTA et BT).

TC «bobiné»

I
enroulement
primaire

circuit
magnétique

enroulement
i secondaire

Avantages : Inconvénients :

• convient à tous les rapports de • tenue électrodynamique imposée

transformation en particulier pour du primaire en cas de court-circuit,

les courants primaires faibles. • isolement imposé de l’enroulement

du primaire,

• installation dans des emplacements

appropriés car bornes primaires

sous tension

AREVA T&D - DAFEP PRO4/D2302/CH3/TRANSMES/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 11 –

Un TC peut avoir un rapport de transformation ajustable. Cet ajustement


peut se faire sur l’enroulement primaire ou sur l’enroulement secondaire.

Ajustement du rapport de transformation d’un TC

P1 P1
S1 S1 S1
C2
P1 C2
S2
C1 C1
P2

S3 S2 S2
P2 P2

Plusieurs TC peuvent être montés


ensemble dans un même support moulé. P1 1 S1
mesures
Dans ce cas les circuits magnétiques
1 S2
sont indépendants. 2 S1
Un TC peut être destiné à la fonction protection
P2 2 S2
«Mesure» et l’autre à la fonction
«Protection».

Ouverture du circuit secondaire des TC

Dans un transformateur de courant, le flux magnétique dans le noyau, dû


au courant primaire est neutralisé par celui dû au passage du courant
secondaire.
Si la continuité électrique de la boucle secondaire est rompue, le flux dû au
primaire n’est plus compensé. Il induit alors dans l’enroulement secondaire,
une tension extrêmement élevée pouvant dépasser plusieurs kilovolts.
Cette tension est dangereuse pour les personnes et les matériels.

C’est pourquoi :
• les bornes de sortie du TC sont souvent des bornes à tiges,
• les cosses des conducteurs sont des cosses à œil,
• les boîtes d’essais permettent de court-circuiter les circuits secondaires
avant toute intervention,
• quelle que soit l’intervention à effectuer au secondaire d’un TC, il faut
court-circuiter les bornes secondaires au plus près du TC,
• il ne faut jamais installer des fusibles ou un disjoncteur pour protéger le
circuit secondaire d’un TC.
AREVA T&D - DAFEP PRO4/D2302/CH3/TRANSMES/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 12 –

Exemples commentés de désignation de


transformteurs de courant selon la norme CEI 60044-

Transformateur de courant pour mesure Transformateur de courant pour protection

100/5 A – 7,5 VA – cl 0,5 S 200/1 A – 10 VA – cl 5 P 20

rapport de rapport de
transformation assigné : transformation assigné :
I NP I NP
KN = KN =
I NS I NS

puissance de précision SN : puissance de précision SN :


puissance maximale de la charge pour puissance maximale de la charge pour
laquelle la précision est garantie laquelle la précision est garantie

classe de précision cl 0,5 S : classe de précision cl 5 P 20 :


1S indique qu’il s’agit d’un transformateur de courant P indique qu’il s’agit d’un transformateur de courant
spécial pour comptage pour protection

erreur maximale du transformateur : erreur maximale du transformateur :


± 0,5 % IP pour 80 % I NP < IP < 120 % I NP ± 5 % IP pour 20 INP (20 x 200 = 4 000 A)
0,2 x 100 = 20A 120 A 4 000 A : courant limite de précision

± 0,75 % IP pour 5 % INP (5 A)


± 1,5 % IP pour 1 % INP (1 A) ± 1 % IP pour 100 % INP (200 A)

et pour une charge comprise entre : et pour une charge comprise entre :

25 % S N < SC < 100 % S N 25 % S N < SC < 100 % S N


0,25 x 7,5 = 1,9 VA 7,5 VA 0,25 x 10 = 2,5 VA 10 VA

INP (V) : courant assigné primaire


INS (V) : courant assigné secondaire
IP (V) : courant primaire mesuré
SC (VA): puissance absorbée par la charge

AREVA T&D - DAFEP PRO4/D2302/CH3/TRANSMES/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 13 –

Choix des transformateurs de courant pour protection


Le bon fonctionnement d’un système de protection repose sur le choix judi-
cieux des transformateurs de courant (TC) pour protection.

La détermination des TC doit tenir compte :


• du courant d’emploi IB ou du courant assigné IN du matériel
surveillé :
le courant assigné primaire du transformateur de courant INP doit être
supérieur au courant d’emploi
INP ≥ 1,1 IB
exemple :
courant d’emploi 140 A ⇒ INP = 200 A

• de la consommation de la charge (impédance du circuit complet de


mesure) exprimée en volt-ampères :
la puissance de précision doit être supérieure à la somme des puissances
consommées par le relais Sr et la filerie Sf
SN > Sf + Sr
exemple :
puissance consommée par les relais : Sr = 1 VA
puissance consommée par la filerie : Sf = 1 VA
puissance de précision du relais : 10 VA

• de l’intensité du courant de court-circuit :


un relais de protection est opérationnel pour des intensités de court-circuit
dépassant le courant limite de précision (une étude est à réaliser dans ce cas)
exemple :
caractéristiques d’un TC : 200/1 A – 10 VA – cl 5 P 20
la classe de précision cl 5 P 20 est souvent utilisée mais d’autres classes
sont possibles (10 P 10, 10 P 30 …)
courant limite de précision : 200 x 20 = 4 000 A
le courant de court-circuit peut être supérieur à 4 000 A.

AREVA T&D - DAFEP PRO4/D2302/CH3/TRANSMES/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 14 –

Application

l g g
ISR ISR SR6 B SR6 B SR6 B SR6 B
400A 400A 400A 400A 400A 400A
C10 C10
l g g

I >>
FP24 12A FP24 12A FP24 12A
400A 400A 400A
3 FNW6
BLRM BLRM BLRM
6,3A
3 KSS 3 KSS 3 KSS
M T1 50-100/5-1A M T1 50-100/5-5A M T1 50-100/5-5A
7,5VA 30VA 30VA
CL : 0,5 CL : 0,5 CL : 0,5

P T1 1,5VA
P T1 10VA
P T1 10VA
CL : 10P30 CL : 10P10 CL : 10P10
kWh
3 KSS
50-100/5A
M T2 30VA
CL : 0,5

A2 A2

3 UKM 24/3
3 BTO125T 1 BTF100P 1 BTF100P

Tore T1 Tore T2 Tore T3


20kV/V3
100/V3 - 100/V3
30 VA - 30 VA
CL : 0,5 CL : 0,5
Arrivée Arrivée Disjoncteur Départ Départ
EDF EDF général boucle boucle

AREVA T&D - DAFEP PRO4/D2302/CH3/TRANSMES/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–1 –

Schémas des liaisons à la terre d’une installation


haute tension HTA

Effets du courant électrique

Classification

Comparaison des différents schémas

Critères de choix

Étude des schémas

Générateur homopolaire

Principes de réglages des protections


contre les défauts à la terre d’une
installation HTA

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/SLT/HTA/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–2–

Effets du courant électrique

Sur le corps humain

Les courants dangereux


Ce sont les courants qui passent dans le corps humain et provoquent
l’électrisation.

Valeurs des courants dangereux

réf. : CEI 60479 - 1

Courants alternatifs dangereux de


fréquence comprise entre 15 et 100 Hz
Valeur du courant
Effet physiologique
traversant le corps humain

0,5 mA mini Seuil de perception cutanée


5 mA environ Secousse électrique : mouvement réflexe
dangereux

10 mA mini Seuil de non lâcher

25 mA mini Seuil de tétanisation des muscles respiratoires


40 mA mini Seuil de fibrillation ventriculaire : mouvements
désordonnés du cœur ⇒ arrêt circulatoire

Les tensions dangereuses


Ce sont les tensions maximales admissibles en permanence par le corps
humains :
• dans les installations intérieures et abritées : 50 Vca - 120Vcc
• dans les installations extérieures : 25 Vca - 60 Vcc

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/SLT/HTA/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–3–

Effets des défauts à la masse sur les tôles d’un stator


réf. : Centrales de grande puissance

durée du défaut (s)

15

10

1 2 3

0
20 40 60 80 100 200 A
courant de défaut (A)

1 brûlure négligeable des tôles


2 brûlure légère des tôles
3 soudures des tôles, dégâts importants

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/SLT/HTA/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–4–

Classification
La codification des schémas des liaisons à la terre d’une installation haute
tension HTA comprend trois lettres.

Les deux premières lettres ont sensiblement la même signification qu’en


basse tension.

La première lettre concerne la liaison du point neutre à la terre :


• par une résistance faible (ou directement) T
• isolé (ou par une impédance élevée) I

La deuxième lettre est relative à la liaison des masses de l’installation :


• à la prise de terre du point neutre N
• à une prise de terre distincte T

Les trois schémas bien connus (TN, TT et IT) sont donc applicables en
haute tension.
Toutefois, dans le cas de la haute tension, la première lettre T signifie que
le point neutre de l’alimentation est, dans la majorité des cas, relié à la
terre par l’intermédiaire d’une résistance limitant le courant de défaut
monophasé à la terre entre 10 et 1 000 A.

La troisième lettre désigne la liaison des masses du poste d’alimenta-


tion comme suit :
• liaison à la fois à la prise de terre du neutre et aux masses de
l’installation R
• liaison à la prise de terre du neutre, mais pas aux masses de
l’installation N
• liaison ni à la prise de terre du neutre, ni aux masses de
l’installation (séparées) S

Il existe six schémas : TNR, ITR, TTN, ITN, TTS, ITS

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/SLT/HTA/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–5–

Comparaison des différents schémas

Dans les schémas étudiés, les symboles suivants sont appliqués :


A, B, C : conducteurs de phase,
CA, CB, CC : capacités homopolaires équivalentes de l’installation,
PE : conducteur de protection,
RN : résistance de limitation entre le point neutre et la terre,
RM : résistance de prise de terre des masses de l’installation,
RT : résistance de prise de terre du neutre,
RP : résistance de prise de terre des masses du poste,
Z : impédance de grande valeur insérée entre le point neutre
et la terre dans un schéma Ιxx,
Id : courant de défaut monophasé à la terre.

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/SLT/HTA/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–6–

Schémas xxR

Schéma TNR

C
d

Id
RN M

RPTM

Schéma ITR

C
d

Id CC CB CA
M

RPTM

En cas de défaut d, l’ensemble des masses du poste, du neutre de l’instal-


lation et des masses M de l’installation se trouve porté au même potentiel,
mais il n’apparaît pas de tension de contact.

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/SLT/HTA/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–7–

Schémas xxN

Schéma TTN

C
d

Id I'd
RN M

Id RPT UPT RM

Schéma ITN

C
d

Id I'd CC CB CA
M

Id RPT UPT RM URM

En cas de défaut d entre une phase du primaire de l’alimentation et les masses du


poste, il n’apparaît aucune tension de contact dans le poste, mais l’ensemble des
masses du poste et de l’installation s’élève au potentiel RPT x Id.
Il peut en résulter un amorçage dans l’appareil M, si sa tension de tenue
est inférieure à UPT ; le courant de défaut I’d pourrait s’écouler par la résis-
tance RM, provoquant une montée en potentiel dangereuse des masses.

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/SLT/HTA/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–8–

Schémas xxS

Schéma TTS

C
d f

Id
RN M

RP RT RM

Schéma ITS

C
d f

Id CC CB CA
M

RP RT RM

Un défaut d entre une phase du primaire de l’alimentation et la masse du


poste peut provoquer un amorçage en f entre la masse et l’installation si la ten-
sion de tenue du matériel à basse tension du poste est inférieure à RP x Id.

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/SLT/HTA/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–9–

Critères de choix
Le choix du schéma des liaisons à la terre dépend à la fois de conditions
techniques (limitation des courants de défaut, limitation des surtensions…),
de conditions d’exploitation (continuité de service, personnel d’entretien,
maintenabilité…), de conditions économiques….

Sans chercher à être exhaustif, il est possible de donner quelques lignes


directrices regroupées dans le tableau SLT ci-après.

L’une des différences entre les schémas Txx et les schémas Ixx repose
sur l’obligation de couper, dès l’apparition d’un premier défaut d’isolement,
dans les schémas Txx, tandis qu’il est admis de ne pas assurer cette
coupure dans les schémas Ixx.

En ce qui concerne la troisième lettre, le choix dépend, d’une part, de la


disposition des installations, d’autre part, de la valeur de la résistance de la
prise de terre des masses du poste d’alimentation :
• les schémas xxR nécessitent que les récepteurs soient dans la zone
d’influence de la prise de terre des masses du poste d’alimentation,
• les schémas xxN sont possibles si la résistance de la prise de terre des
masses du poste d’alimentation est compatible avec les conditions de
protection contre les surtensions à fréquence industrielle.

Il existe d’autres schémas des liaisons à la terre tels que le schéma avec
bobine de Petersen ou bobine d’extinction dans lequel est disposée une
réactance entre le neutre et la terre, telle que la somme du courant de
défaut et des courants capacitifs des deux phases saines soit nulle.

Ce schéma nécessite un accord de résonance qui est difficilement


réalisable ; en outre, s’il assure la continuité de service, des défauts non
permanents peuvent subsister pendant des durées très longues sans être
détectés et leur recherche est très difficile.

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/SLT/HTA/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 10 –

Étude des schémas

Neutre isolé : tension de contact dangereuse

B V=U
V3

CA CB CC

CA, CB, CC : capacité homopolaire équivalente de tout le réseau

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/SLT/HTA/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 11 –

Neutre isolé : analyse du premier défaut

Idc tot

Idc tot

Idc tot : courant de défaut capacitif de tout le réseau HTA


Idc tot = 3 x V x C x ω

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/SLT/HTA/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 12 –

Neutre isolé : détermination du premier défaut

I'C
C
I'B
B
Idc
A
Idc

Io > I'B I'C


VA VB VC

Idc tot

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/SLT/HTA/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 13 –

Détection du premier défaut

2
I'C2
C
I'B2
B

Io > I'B2 I'C2

Idc2

1
I'C1
C
I'B1
B
Idc1 Idc2
A
Idc1 Idc2

Io > Idc2
I'B1 I'C1
VA VB VC

Vo >

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/SLT/HTA/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 14 –

Neutre isolé : diagramme vectoriel des tensions et


courants

Iref

I'B

– Idc Idc

A I'C

V0 VA
V'C V'B
IA IB

VC VB
IC

C B

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/SLT/HTA/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 15 –

Neutre mis à la terre par résistance : détection d’un


défaut

2
I'C2
C
I'B2
B

Io > I'B2 I'C2

Idc2

1
I'C1
C
I'B1
IN > B
IRN Idc1 Idc2
A
Idc1 Idc2

RN IRN
Io > Idc2
I'B1 I'C1
VA VB VC

IRN

IRN Idc1 Idc1

IRN Idc2

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/SLT/HTA/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 16 –

Tableau de comparaison des schémas de liaisons à


la terre des réseaux industriels HTA

Neutre isolé - Ixx Neutre à la terre par résistance - Txx


• aucun point neutre de l’installation relié • un point neutre de l’installation relié à la terre
à la terre par une résistance
• premier défaut d’isolement : pas dangereux • premier défaut d’isolement : dangereux
• continuité d’exploitation malgré un premier • coupure au premier défaut d’isolement
défaut d’isolement

Principe • second défaut d’isolement : court-circuit biphasé • en cas de défaut, le courant dans le neutre IRN doit
éliminé par les protections contre les surintensités être supérieur ou égal à deux fois le courant de défaut
capacitif total Idc
IRN ≥ 2 x Idc
Idc = 3 x VN x C x ω

• élevé • faible
• personnel qualifié • fourniture d’une résistance haute tension
• matériel surisolé
Coût • fourniture d’un CPI haute tension
• protections directionnelles
• TT à trois enroulements

• temporaires élevées VN. 3 • pas de surtensions importantes si IRN ≥ 2.Idc


Surtensions • transitoires élevées
• risques de ferrorésonance

• premier défaut : faible • installation avec moteurs (3,3 kV < UN < 6,6 kV)
Courants 10 A < Id < 30 A
de défaut • second défaut : très élevé • installation sans moteur (UN ≤ 20 kV)
à la terre 20 A < Id < 200 A

Id : courant de défaut

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/SLT/HTA/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 17 –

Générateur homopolaire

Réf. Cahiers Techniques P&C - CT005-54

Pourquoi un générateur homopolaire ?

Un générateur homopolaire est un matériel destiné à créer artificiellement


un point neutre dans les installations pour lesquelles :
• le choix du régime de neutre est Txx : mise à la terre par résistance
impliquant un déclenchement au premier défaut d’isolement,
• le neutre de l’alimentation est inaccessible,
• il existe plusieurs alimentations,
• l’exploitant désire un et un seul chemin pour la circulation du courant de
défaut monophasé à la terre.

Constitution d’un générateur homopolaire

Il est généralement constitué d’un transformateur de puissance associé à


une résistance basse tension.
Schéma d’un générateur homopolaire

A B C

transformateur de
couplage HT étoile
(neutre sorti et mis à la terre)
couplage BT triangle ouvert et relié
à la…

R …résistance BT extérieure

Suivant la valeur de la résistance, il permet de fixer à un niveau conve-


nable, le courant de défaut monophasé à la terre. 10 A < Id < 100A.

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/SLT/HTA/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 18 –

Exemple de calcul d’un générateur homopolaire

Données
A B C
Tension nominale du réseau : 6,6 kV
Courant de défaut choisi : 20 A

Rapport des enroulements homologues


d’une même colonne :

VS 6600 3 Vs Vs Vs
n= =
VP 200

Is
R

Lors d’un défaut monophasé à la terre,


la résistance R sera soumise à une ten-
sion égale à 3 Vs : 3 x 200 = 600 V A B C

Cette résistance peut être remplacée


par trois résistances équivalentes dans
le secondaire de chaque enroulement
Vs Vs Vs
R VS
RS = =
3 IS
Rs Rs Rs

A B C

Cette nouvelle résistance peut être


remplacée par une résistance équiva-
lente au primaire du transformateur. Rp Rp Rp
2 2 R
RP = n . RS = n .
3

Vs Vs Vs

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/SLT/HTA/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 19 –

A B C

Ces trois résistances placées au


primaire peuvent être remplacées
par une résistance équivalente
Rp Rp Rp
placée entre le neutre et la terre.

Vs Vs Vs

A B C
Id

VN
2 R RN
n .
RP 3 2R
RN = = =n .
3 3 9

Vs Vs Vs

Si l’on veut limiter le courant à 20 A et si l’on considère que la valeur de


cette résistance RN est très importante en regard de X1 et X2 du réseau,
on a la loi d ‘Ohm qui s’exprime comme suit lors d’un défaut monophasé à
la terre :

VN = R N . Id

V N 6600 / 3
RN = = =191 Ω
Id 20

2
2R 9 RN 200
RN = n . ⇒ R = 2 = 9 x 191 x
9 6600 / 3
n

–3
R = 9 191 x 2,75 . 10 = 4,7 Ω

Puissance de la résistance pendant 10 s (coefficient de sécurité de 1,5)


P = R x I2 x 1,5 = 191 x 202 x 1,5 = 114,6 kW

P ≈ 120kW / 10 s

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/SLT/HTA/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 20 –

Puissance du transformateur Dy S ≈ 120 kVA / 10 s

Puissance permanente de la résistance


I = 10 A (réglage de la protection ultime dans la mise à la terre du neutre)
coefficient de sécurité : 1,5
P = R x I2 x 1,5 = 191 x 202 x 1,5 = 28,7 kW

P ≈ 30 kW

Puissance permanente du transformateur

SN ≈ 30 kVA

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/SLT/HTA/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 21 –

Principes de réglage des protections contre les défauts à la terre

Régime de neutre Réglage des protections contre les défauts à la


terre

installation de relais de protection à maximum de courant

homopolaire non directionnels, si la condition suivante

est réalisée pour les réglages :

neutre isolé Idc dep < Irg < Idc autres


installation de relais de protection à maximum de courant

homopolaire directionnels, avec les réglages suivants :

Irg < Idc autres


installation de relais de protection à maximum de courant

neutre mis à la terre homopolaire non directionnels, avec les réglages

par une résistance suivants :

Idc dep < Irg < Irg amont < IRN

Irg : courant de réglage du relais de protection du départ considéré


Idc dep : courant de défaut capacitif du départ considéré
Idc autres : courant de défaut capacitif de tous les autres départs, excepté
le départ considéré
Irg amont : courant de réglage du relais de protection placé en amont du
départ considéré
IRN : courant limité par la résistance de mise à la terre du neutre.

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/SLT/HTA/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–1 –

Les canalisations électriques

Généralités

Dimensionnement des canalisations


électriques pour les régimes permanents

Dimensionnement des canalisations


électriques pour les régimes transitoires

Tableaux de choix des câbles

AREVA T&D - DAFEP THE3/A2112/CH5/CANELEC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–2 –

Généralités

Définitions

Canalisation
Ensemble constitué par un ou plusieurs conducteurs électriques et les
éléments assurant leur fixation et leur protection mécanique.

réf. NFC 13 200 - 2

Conducteurs
Ensemble constitué d’une âme et de son enveloppe isolante.

Câble
Canalisation constituée de conducteurs électriquement distincts et méca-
niquement solidaires.

Câble tripolaire
Coupe d’un câble multiconducteur tripolaire

rigide massive
cuivre rigide câblée
âme aluminium souple
sectorale
conducteur

PR ou XLPE : polyéthylène réticulé


isolant PVC : polychlorure de vinyle
PE : polyéthylène

PVC
gaine de protection mécanique feuillard acier
plomb

AREVA T&D - DAFEP THE3/A2112/CH5/CANELEC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–3 –

Câble unipolaire
Coupe de câbles monoconducteurs unipolaires

âme

isolant

gaine

Exemple de constitution d’un câble HTA


Câble unipolaire non armé Câble unipolaire armé

1 1

2 2

1 âme conductrice 3
classe 2,
cuivre ou aluminium 3
2 écran
semi-conducteur intérieur extrudé 4
3 isolant
PR extrudé
4 écran 5
semi-conducteur extérieur extrudé 4
étanchéité : poudre, ruban, compound
5 écran métallique
cuivre ou aluminium, 6
fils posés en hélice ou à pas alterné,
ruban posé en long, 5
ruban posé en hélice,
plomb extrudé 7
6 matelas sous armure 8
papier ou PVC ou PE
rubané, extrudé, posé en long
7 armure
aluminium, 8
feuillards rubanés,
fils posé en nappe
8 protection extérieure
PVC ou PE ou mélange sans halogène,
gaine extrudée

AREVA T&D - DAFEP THE3/A2112/CH5/CANELEC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–4 –

Installation de câbles monoconducteurs unipolaires

réf. NFC 13 200 - 527.1.3

Installation en trèfle (conseillée)

Installation en nappe

Caractéristiques des canalisations électriques

Courant admissible Iz
Courant efficace maximum qu’un conducteur peut supporter en permanen-
ce dans des conditions de référence définie par les normes.

réf. NFC 13 200 - 2

Si l’isolant est du PR, l’âme peut supporter 90°C.


Si l’isolant est du PE, l’âme peut supporter 70°C.
Si l’isolant est du PVC, l’âme peut supporter 70°C.

La température ambiante de référence est 30°C

Le courant admissible est donné pour un mode de pose spécifié et une


canalisation spécifiée. (Voir tableaux page 12).

AREVA T&D - DAFEP THE3/A2112/CH5/CANELEC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–5 –

Impédance
Une canalisation électrique est composée de conducteurs ayant une résis-
tance R, une inductance L et une capacité C..

R L

C
R L

C
R L

Dans les calculs de courants de court-circuit triphasés, seules les valeurs


de la résistance et de l’inductance sont considérées.
Ces valeurs sont données par les câbliers.
Des valeurs indicatives sont données par la norme réf. : NFC13-200

En l’absence de données plus précises, les valeurs pratiques suivantes


peuvent être utilisées :
ρ.
résistance : R =
S

réactance inductive : X = L x x ω
impédance : Z = R + j X

Pour les câbles


ρ ≈ 20 Ω.mm2/km pour du cuivre à 50°C,
ρ ≈ 32 Ω.mm2/km pour de l’aluminium à 50°C,
X ≈ 0,1 Ω/km à 50Hz.

Pour les lignes aériennes


ρ ≈ 36 Ω.mm2/km pour de l’almélec à 50°C,
X ≈ 0,4 Ω/km à 50Hz (15 kV ≤ Un ≤ 225 kV).

R (Ω) : résistance d’un conducteur de phase,


ρ (Ω.mm2/km) : résistivité du matériau constituant l’âme des conducteurs,
(km) : longueur de la canalisation,
S (mm2) : section de l’âme des conducteurs,
X (Ω) : réactance inductive d’un conducteur de phase,
L (H/km) : inductance linéique d’un conducteur de phase,
ω (rad/s) : pulsation = 2 . π . f ≈ 314 rad/s à 50 Hz
AREVA T&D - DAFEP THE3/A2112/CH5/CANELEC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–6 –

Critères de dimensionnement des canalisations


électriques

Régime permanent
• La température de l’âme θp ne doit pas excéder la limite admissible par
l’isolant :
- PE et PVC : 70°C
- PR : 90°C
• La chute de tension ∆Up doit être compatible avec le bon fonctionne-
ment des consommateurs : ∆Up < 5 % Un

Régime transitoire
• La température de l’âme θT ne doit pas excéder la limite admissible par
l’isolant pour une durée inférieure à ≈ 5 s :
- PE et PVC : 160°C
- PR : 250°C
• La chute de tension ∆UT, à la mise sous tension d’un appareil d’utilisation
doit être compatible avec le bon fonctionnement de celui-ci (moteurs en
particulier) : 10 % < ∆UT < 20 % Un.

AREVA T&D - DAFEP THE3/A2112/CH5/CANELEC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–7 –

Dimensionnement des canalisations électriques pour les régimes permanents

Protection contre les surcharges

Courant d’emploi IB
Courant destiné à être transporté dans un circuit en service normal.
Ce courant est issu d’une étude des charges. C’est un courant qui pourrait
être mesuré par une pince ampèremétrique.

Courant corrigé IC
C’est un courant basé sur le courant d’emploi mais qui est corrigé en fonc-
tion des contraintes d’environnement :
- la température ambiante,
- la pose jointive d’autres canalisations chargées,
- le choix du dispositif de protection. (voir tableaux page 12).

Échelle des courants


1* IC IZ

IN (fusibles) Inf (fusibles)


Ir (disjoncteurs)
IBmax

IB : courant d’emploi = courant absorbé par le récepteur

IN : courant assigné = calibre du fusible

Ir : courant de réglage du relais commandant le disjoncteur

Inf : courant de non fusion du fusible


I B max Ir I nf
Ic : courant corrigé = ou ou
f f f
f : facteur de correction = f1 x f2 x f3 x f4

IZ : courant admissible de la canalisation (voir tableaux page 12).

AREVA T&D - DAFEP THE3/A2112/CH5/CANELEC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–8 –

Utilisation des tableaux page 12


- Déterminer IB, IN, Inf, Ir
- Déterminer f1, facteur de température
- Déterminer f2, facteur de pose jointive à côté de câbles totalement
chargés
- Déterminer f3, facteur de mode de pose
- Déterminer le courant corrigé IC
- Déterminer la colonne à utiliser en fonction des conditions de pose et du
type de canalisation
- Déterminer IZ ≥ IC et la section correspondante.

Chute de tension

C’est la tension minimale admise par un récepteur qui va imposer la chute


de tension dans les câbles qui l’alimentent.
Elle s’exprime en pourcentage de la tension nominale du réseau, de maniè-
re à permettre l’addition arithmétique de chutes de tension des différents
éléments consituant le réseau.

En pratique, la chute de tension est limitée comme suit :


- transformateur et moteur en régime permanent : ∆U < 5 % Un
- moteur en régime de démarrage : 10 % < ∆U < 20 % Un

Cette chute de tension est la chute de tension totale qui existe entre la
source et le circuit terminal.
La chute de tension d’un câble tripolaire est la suivante :

∆V R θ cos ϕ + X sin ϕ x 3 x IB x d
% =
V Un

Dans cette dernière formule :


∆V
% U n : chute de tension exprimée en pourcentage de la tension
V
nominale Un
Rθ (Ω/km) : résistance linéique à la température θ
Lω (Ω/km) : inductance linéique
IB (A) : courant d’emploi
d (km) : longueur de la canalisation

AREVA T&D - DAFEP THE3/A2112/CH5/CANELEC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–9 –

Diagramme vectoriel de la chute de tension

∆V

V
ϕ
Vmot

n
Ica

R I cos ϕ
ϕ
RI ϕ
can

Lω I sin
ϕ

AREVA T&D - DAFEP THE3/A2112/CH5/CANELEC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 10 –

Dimensionnement des canalisations électriques pour les régimes transitoires

Comportement des canalisations électriques


soumises aux régimes transitoires

Exemples de régimes transitoires :


- les courts-circuits francs ou impédants,
- les démarrages de moteurs,
- certaines surcharges importantes.

Contrainte thermique dans les conducteurs

Nous prendrons le cas du court-circuit qui pourra être étendu aux autres
causes.

Lors d’un court-circuit, l’énergie produite par effet joule est transformée en
chaleur.
2
R x I cc x t = m x C x ∆θ

énergie chaleur
ρ.
R (Ω) : résistance du conducteur =
S
Icc (A) : valeur efficace du courant équivalent de court-circuit
t (s) : temps d’élimination du défaut
m (kg): masse de l’âme
C (J / °C.kg) : chaleur massique du matériau constituant l’âme
∆θ (°C ou K) : élévation de température de l’âme

Cette transformation est réalisée de manière adiabatique, c’est-à-dire que


l’on considère que la durée du court-circuit est suffisamment faible (t < 5s)
pour qu’il n’y ait aucun échange de chaleur entre l’âme du conducteur et le
milieu ambiant.

AREVA T&D - DAFEP THE3/A2112/CH5/CANELEC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 11 –

D’autre part, la résistance varie en fonction de la température.


La résolution simplifiée de l’équation ci-avant est la suivante et donne la
valeur de la section minimum résistant à la contrainte thermique provoquée
par un court-circuit :

réf. NFC 13 200 - 542.1


C13 205 E1

I cc
S ≥ t
K3

S (mm2) : section minimum de l’âme résistant au court-circuit


Icc (A) : valeur efficace du courant équivalent de court-circuit
t (s) : temps d’élimination du défaut
K3 : facteur dépendant de la nature du matériau conducteur, de la
nature de l’isolant et de la température initiale de l’âme :

Cuivre - PR : K3 = 143 → θi = 90°C


K3 = 176 → θi = 30°C
Cuivre - PVC : K3 = 115 → θi = 70°C
K3 = 143 → θi = 30°C
Cuivre - PE : K3 = 109 → θi = 70°C
K3 = 138 → θi = 30°C

Aluminium - PR : K3 = 94 → θi = 90°C
K3 = 116 → θi = 30°C
Aluminium - PVC : K3 = 76 → θi = 70°C
K3 = 95 → θi = 30°C
Aluminium - PE : K3 = 72 → θi = 70°C
K3 = 91 → θi = 30°C

θi (°C) : température initiale de l’âme juste avant le court-circuit

Chutes de tension au démarrage de moteurs

La chute de tension au démarrage des moteurs est calculée avec la même


méthode que celle employée pour le calcul de la chute de tension en régi-
me permanent.
Toutefois, dans ce cas, il faut tenir compte de l’impédance du transforma-
teur et de celle du réseau. Elles deviennent parfois prépondérantes en
regard de l’impédance des câbles.

AREVA T&D - DAFEP THE3/A2112/CH5/CANELEC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 12 –

Tableaux de choix des câbles


réf. NFC 13 200

Tableau ICU avec âme cuivre page 13


Tableau IAL avec âme aluminium page 14

AREVA T&D - DAFEP THE3/A2112/CH5/CANELEC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
AREVA T&D - DAFEP
S1 A B L1 L3 L4 F G
enterré directement conduits en conduits en conduits dans caniveaux pose directe dans cani- pose directe dans pose sur chemins pose sur corbeaux ou
(câbles armés) montage apparent montage encastré ouverts ou ventilés veaux ouverts ou ventilés caniveaux fermés de câbles ou tablettes sur échelles à câbles
f3 = 0,9 f3 = 0,9 f3 = 0,8 f3 = 0,9 f3 = 0,8

Facteur de correction résistivité du sol f3


Facteurs de correction pose jointive f2
Résistivité Ensemble de
Câbles
du sol Humidité Nature du terrain trois câbles Nombre de circuits
tripolaires Mode Disposition
k.m/W unipolaires Facteur de correction temp. f1 2 3 4 6 ≥9
0,5 terrain très humide 1,25 1,20 Temp PVC PR Temp PVC PR sur tablettes
0,7 terrain humide 1,14 1,10
10 1,22 1,15 35 0,94 0,96 F horizontales 0,85 0,8 0,75 0,7 0,7
0,85 terrain dit normal argile 1,06 1,05

THE3/A2112/CH5/CANELEC/3.0/F
15 1,17 1,12 40 0,87 0,91 non perforées
1 terrain sec et 1,00 1,00
1,2 sable calcaire 0,93 0,95 20 1,12 1,08 45 0,79 0,87 sur tablettes
1,5 terrain très sec cendres 0,85 0,88 25 1,06 1,04 50 0,71 0,82 horizontales
2 et 0,75 0,79 30 1,00 1,00 55 0,61 0,76 perforées
G 0,90 0,80 0,80 0,75 0,75
2,5 mâchefer 0,68 0,72 treillis
3 0,62 0,68 corbeaux
échelles
-

Facteurs de correction pose jointive f2 Âme cuivre - Tableau des courants admissibles - Iz en Ampères (RA = radial, NR= non radial)
13 -

TRI TRI TRI TRI-PR UNI


Nbre de Distance entre les câbles 3 UNI UNI
PVC PR PR U >7,2 PR
non enterré PVC PR
U ≤12 U ≤7,2 U ≤12 U ≤36 U >7,2
circuits nulle 1 Ø 0,125m 0,25m 0,5m régime permanent U ≤ 12 U ≤ 12
RA NR RA RA U ≤36
2 0,75 0,80 0,85 0,90 0,90 TRI TRI TRI TRI
1 UNI
3 0,65 0,70 0,75 0,80 0,85 PVC PR PR PR
enterré PVC
U ≤12 U ≤7,2 U ≤36 U >7,2
4 0,60 0,60 0,70 0,75 0,80 régime permanent U ≤12
RA NR RA U ≤36
5 0,55 0,55 0,65 0,70 0,80 TRI TRI TRI UNI
2 UNI
6 0,50 0,55 0,60 0,70 0,80 PVC PR PR PR
enterré PVC
U ≤12 U ≤7,2 U ≤36 U >7,2
régime discontinu U ≤ 12
RA NR RA U ≤36

Fact. temp. sol f1 section (mm2) 1 2 3 4 5 6 7 8 10 11 12 13 14 15 16 17 18


10 71 80 71 80 78 87 85 89 92 94 93
Temp Nature de
l’isolant 16 90 100 95 105 100 115 110 115 125 125 120 125 120 120 140 130 140
du sol
25 120 130 125 135 130 145 140 150 160 165 155 160 155 160 175 170 185
(°C) PVC PR Règle de protection 35 145 160 150 160 165 175 170 180 190 195 190 195 190 200 210 200 220
0 1,18 1,13
I nf ou I r 50 175 185 180 190 205 205 215 215 225 230 225 230 240 235 250 245 260
Iz ≥ 70 215 230 230 235 255 255 260 285 270 280 280 280 295 295 305 305 320
5 1,14 1,10 f
10 1,10 1,07 95 260 275 280 285 310 305 315 320 330 335 340 345 355 360 370 375 385
Iz (A) : courant admissible
15 1,05 1,04 120 300 310 320 320 360 345 360 385 370 385 385 395 405 420 420 425 440
Inf (A) : courant de non fonctionnement
150 340 345 370 360 410 385 405 410 415 430 445 450 455 475 465 485 495
20 1,00 1,00 d’un fusible 185 385 390 425 410 460 435 450 470 465 490 510 510 505 550 525 550 560
25 0,95 0,96 Ir (A) : courant de réglage ou courant 240 450 450 500 475 550 500 525 540 540 560 590 600 590 650 810 660 850
30 0,89 0,93 limite de non fonctionnement d’u 300 520 500 580 540 560 610 640 680 740 750 730
35 0,84 0,89 disjoncteur 400 670 610 700 720 860 870 830
40 0,77 0,85 f : facteur de correction = f1 * f2 * f3 500 760 680 780 810 990 1000 940
630 870 780 880 910 1140 1150 1060

Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite


L1 F G

AREVA T&D - DAFEP


S1 A B L3 L4
enterré directement conduits en conduits en conduits dans caniveaux pose directe dans cani- pose directe dans pose sur chemins pose sur corbeaux ou
(câbles armés) montage apparent montage encastré ouverts ou ventilés veaux ouverts ou ventilés caniveaux fermés de câbles ou tablettes sur échelles à câbles
f3 = 0,9 f3 = 0,9 f3 = 0,8 f3 = 0,9 f3 = 0,8 f3 = 1 f3 = 1

Facteur de correction résistivité du sol f3


Facteurs de correction pose jointive f2
Résistivité Ensemble de
Câbles
du sol Humidité Nature du terrain trois câbles Nombre de circuits
tripolaires Mode Disposition
k.m/W unipolaires Facteur de correction temp. f1 2 3 4-5 6 à 8 ≥9
0,5 terrain très humide 1,25 1,20 Temp PVC PR Temp PVC PR sur tablettes
0,7 terrain humide 1,14 1,10
10 1,22 1,15 35 0,94 0,96 F horizontales 0,85 0,8 0,75 0,7 0,7
0,85 terrain dit normal argile 1,06 1,05

THE3/A2112/CH5/CANELEC/3.0/F
15 1,17 1,12 40 0,87 0,91 non perforées
1 terrain sec et 1,00 1,00
1,2 sable calcaire 0,93 0,95 20 1,12 1,08 45 0,79 0,87 sur tablettes
1,5 terrain très sec cendres 0,85 0,88 25 1,06 1,04 50 0,71 0,82 horizontales
2 et 0,75 0,79 30 1,00 1,00 55 0,61 0,76 perforées
G 0,90 0,80 0,80 0,75 0,75
2,5 mâchefer 0,68 0,72 treillis
3 0,62 0,68 corbeaux
échelles
-

Facteurs de correction pose jointive f2


14 -

Âme aluminium - Tableau des courants admissibles - Iz en Ampères


Nbre de Distance entre les câbles
3 TRI UNI TRI TRI UNI UNI
circuits nulle 1 Ø 0,125m 0,25m 0,5m non enterré PVC12 PVC12 PR12 PR36 PR12 PR36
régime permanent 52C31 52C21 52C33 52C35 52C23 52C25
2 0,75 0,80 0,85 0,90 0,90
3 0,65 0,70 0,75 0,80 0,85 UNI
1 TRI UNI TRI TRI
4 0,60 0,60 0,70 0,75 0,80 PR12/36
enterré PVC12 PVC12 PR36 PR12
régime permanent 52C25
5 0,55 0,55 0,65 0,70 0,80 52C31 52C21 52C35 52C33
52C35
6 0,50 0,55 0,60 0,70 0,80
2 TRI UNI TRI TRI UNI UNI
enterré PVC12 PVC12 PR36 PR12 PR36 PR12
régime discontinu 52C31 52C21 52C35 52C33 52C25 52C23
Fact. temp. sol f1
section (mm2) 1 2 3 4 5 6 7 8 10 11 12 13 14 15 16 17 18
Temp Nature de
du sol l’isolant 35 115 120 115 125 135 140 145 150 150 145 150 150 165 165 160 170 175
(°C) PVC PR Règle de protection 50 135 145 140 150 160 170 175 175 180 175 175 185 195 195 190 205 205
I nf ou I r 70 165 180 175 180 195 205 210 215 220 215 220 230 235 240 235 250 250
0 1,18 1,13 Iz ≥ 95 205 210 216 220 235 250 255 255 260 260 265 280 285 285 290 300 300
5 1,14 1,10 f 120 235 240 250 250 270 285 290 290 300 300 305 325 325 325 330 340 345
10 1,10 1,07 Iz (A) : courant admissible 150 265 270 285 280 300 320 320 325 335 345 345 370 360 370 375 385 385
15 1,05 1,04 Inf (A) : courant de non fonctionnement 185 300 305 330 320 340 365 360 365 380 395 395 425 410 415 430 435 440
20 1,00 1,00 d’un fusible 240 355 350 390 370 390 425 420 425 440 465 470 510 475 480 510 510 510
25 0,95 0,96 Ir (A) : courant de réglage ou courant 300 405 395 455 420 440 485 500 530 580 540 590 570 580
30 0,89 0,93 limite de non fonctionnement d’u 400 530 480 550 570 680 680 660 660
35 0,84 0,89 disjoncteur 500 610 540 630 640 790 790 740 750
40 0,77 0,85 f : facteur de correction = f1 * f2 * f3 630 710 620 720 740 920 930 850 860

Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite


–1 –

Calculs des courants de court-circuit

Introduction aux calculs des courants de


court-circuit

Calcul du courant de court-circuit triphasé


au point de livraison

Calcul du courant de court-circuit triphasé


aux bornes d’un transformateur

Calcul du courant de court-circuit en un


point d’un réseau

Régime transitoire d’établissement d’un


courant de court-circuit

Alternateur

Aide mémoire pour l’estimation des


courants de court-circuit

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–2–

Introduction aux calculs des courants de court-circuit

Nécessité de calculer les courants de court-circuit

En tout point d’un réseau, il est nécessaire de connaître la valeur du cou-


rant de court-circuit maximum et minimum.
Ces deux valeurs dépendent de la configuration du réseau à l’instant du
défaut.

La valeur du courant de court-circuit maximum permet :


• de choisir l’appareillage convenable (fusibles, disjoncteurs, interrup-
teurs, sectionneurs) : pouvoir de coupure, de fermeture, courant de
courte durée admissible,
• de choisir les équipements convenables (cellules, tableaux, câbles) :
tenue aux contraintes thermiques et électrodynamiques.

La valeur du courant de court-circuit minimum permet :


• de choisir le réglage convenable des protections : leur fonctionnement
doit être assuré en cas de court-circuit dans les conditions les plus
défavorables.

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–3–

Court-circuit en courant continu

Le schéma équivalent d’un circuit alimenté par une batterie d’accumula-


teurs est le suivant

Schéma équivalent d’un circuit alimenté par une batterie

Ri

I U I
E Rc

La tension U aux bornes de la batterie est exprimée comme suit


U = E – Ri . I
E (V) : force électromotrice de la batterie
Ri (Ω) : résistance interne de la batterie
Rc (Ω) : résistance de charge

La courbe de la tension exprimée en fonction du courant est la suivante


pour une tension de 12 V et une résistance interne de 10 mΩ.

Caractéristique U = f ( I ) d’un circuit alimenté par une batterie

U (V)

12

10

2
I (A)

200 400 600 800 1000 1200

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–4–

Si le démarreur d’une automobile demande 300 A sur cette batterie, sa


tension passe de 12 à 9 V.

Le courant de court-circuit de cette batterie est 1200 A (U = 0, Rc = 0).

Ce courant n’est limité que par la résistance interne Ri de la batterie.

Court-circuit dans un circuit monophasé

Le courant de court-circuit franc résulte de l’action de la force électromotri-


ce de l’alimentation sur la somme des impédances directes interposées
entre l’alimentation et le défaut.

R1 X1 R2 X2

E résistance réactance

Impédance du circuit : 2 2
Z= R1 + R2 + … + Rn + X1 + X2 + … + Xn
2 2
Z= ΣR + ΣX
E E
Icc = =
Z ΣR
2
+ ΣX
2

Court-circuit triphasé symétrique en régime établi

Le courant de court-circuit triphasé symétrique en régime établi est celui


qui existerait dans un réseau triphasé si les trois phases étaient réunies
entre elles pendant un temps suffisamment long (entre 20 et 100 ms) pour
que sa valeur soit stabilisée.

Il permet de dimensionner le matériel en fonction des contraintes ther-


miques dues au court-circuit, de déterminer le pouvoir de coupure de l’ap-
pareillage et régler les protections.

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–5–

Le courant de court-circuit franc triphasé résulte de l’action de la force élec-


tromotrice de l’alimentation sur la somme des impédances directes par
phase interposées entre l’alimentation et le défaut.

Schéma équivalent d’un circuit triphasé en court-circuit

V V
Icc R1 X1 R2 X2
A

U
Icc
B
N

C Icc

Dans un système triphasé équilibré, les trois forces électromotrices VA, VB,
VC sont égales à V et déphasées de 120°. Les impédances par phase sont
égales.
2 2
Z= R1 + R2 + … + Rn + X1 + X2 + … + Xn
2 2
Z= ΣR + ΣX

Le court-circuit étant triphasé, le potentiel du défaut se retrouve à celui du


point neutre et l’on se ramène à un circuit monophasé.

Nous pouvons écrire :


V V
Icc = =
Z 2 2
ΣR + ΣX

U
Icc =
2 2
3. ΣR + ΣX

Pour calculer le courant de court-circuit, il faut donc connaître la force élec-


tromotrice appliquée au circuit et les impédances qui sont traversées par
ce courant de court-circuit.

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–6–

Calcul du courant de court-circuit triphasé au point de livraison


Caractéristiques d’un réseau

Un réseau est défini par les grandeurs suivantes.

La tension nominale Un (V), notée U dans ce Chapitre,


C’est la valeur efficace de la tension par laquelle un réseau est désigné
réf. : NFC 13-200-2, CEI 38-1
En courant alternatif triphasé, cette valeur est celle de la tension compo-
sée.
La tension réelle peut différer de la tension nominale dans les limites des
tolérances admissibles.
Ces tolérances sont les suivantes :
U < 63 kV ➟ ± 7% réf. : NFC13-200/313-1
U < 63 kV ➟ ± 10 % réf. : CEI 38
U = 63 kV ➟ ± 8% réf. : NFC13-200/313-1
U > 63 kV ➟ ± 10 % réf. : NFC13-200/313-1 .

La fréquence nominale f n (Hz)

La puissance de court-circuit Scc (VA)


C’est la puissance apparente qui serait mise en jeu si un court-circuit sur-
venait en un point du réseau amont.
Elle s’exprime par la relation : Scc = U . Icc . 3 où
Scc(VA) : puissance de court-circuit en un point du réseau,
U (V) : tension nominale du réseau,
Icc (A) : courant de court-circuit triphasé en un point du réseau

On en déduit : Icc = Scc .


U. 3

Ce courant de court-circuit permettra de dimensionner correctement le


matériel à mettre en œuvre en ce point du réseau.

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–7–

En cas de besoin, le distributeur donne les puissances de court-circuit


maximum et minimum en un point désigné du réseau.
Cette puissance dépend de la configuration du réseau distributeur, du
nombre et caractéristiques des générateurs débitant sur le réseau, des
transformateurs et des lignes.

Pour information le tableau suivant donne des estimations des puissances


de court-circuit des réseaux du distributeur.

Ordre de grandeur des puissances de court-circuit des réseaux de distribution


réf. : Guide ingénierie électrique 1-16, 10-34

Tension nominale Scc min Scc max Icct max de tenue


du réseau U (kV) (MVA) (MVA) des matériels (kA)
25 000 40
400
40 000 63
225 1200 12 000 31,5
63
200 2 000 20
90
15
20 300 12,5
20

Calcul du courant de court-circuit triphasé au point


de livraison

Un réseau en court-circuit peut être représenté par le croquis suivant.

V
A R X = Lω Icc

V U ZR
R X = Lω Icc
B

V U ZR
C R X = Lω Icc

ZR

Dans le réseau de tension nominale U et de puissance de court-circuit Scc,


l’impédance équivalente par phase ZR est la suivante :
2
V U U.U U
ZR = = = =
Icc 3 . Icc 3 . Icc . U Scc

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–8–

Exemple
Quelle est l’impédance par phase d’un réseau de tension assignée 20 kV
et de puissance de court-circuit 200 MVA ?
2 2
U 20 000
ZR = = 6
= 2Ω
Scc 200 . 10

L’impédance équivalente de ce réseau peut être représentée par une résis-


tance R équivalente en série avec une réactance réductive équivalente :
X = L ω.
En réalité la résistance est de valeur très faible devant la réactance.
En effet, le rapport R/X est compris entre 0,03 et 0,3.
Dans ce cas, il est sensiblement égal au facteur de puissance en court-circuit.

ZR.Icc V
ϕ
X.Icc
R.Icc

Icc

V = Z R . Icc = R . Icc + X . Icc = ( R + X ) . Icc


2 2
V = R + X . Icc = Z . Icc

R R
cos ϕ = =
Z 2 2
R +X

R
cos ϕ ≈
X

Exemple
Quelle est la résistance équivalente d’un réseau de tension assignée 20
kV, de puissance de court-circuit 200 MVA et de rapport R/X = 0,2 ?
ZR = 2 Ω

R
R≈ . Z ≈ 0,2 . 2 ≈ 0,4 Ω
X

Pour les calculs de courant de court-circuit au point de livraison, la résis-


tance équivalente par phase du réseau amont est négligée.

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–9–

Ce courant de court-circuit en ce point peut s’exprimer comme suit :

VR VR UR
Icc = = = où
ZR XR 3 . XR
UR (V): tension composée du réseau avant l’apparition du court-circuit,
XR (Ω) : réactance équivalente par phase du réseau.

Si la tension du réseau et l’impédance du réseau peuvent prendre plusieurs


valeurs, le courant de court-circuit devra être calculé pour chaque configuration.

En particulier il est intéressant d’en connaître les valeurs maximum et mini-


mum.

U max
Icc max =
3. X R min
U min
Icc min =
3. X R max

Exemple
Quelles sont les valeurs maximum et minimum du courant de court-circuit
dans le réseau suivant ?
Un = 20 kV ± 10 %
90 MVA < Scc ≤ 200 MVA
2 2 2
U 20 000 20
Z R min = = 6
= =2Ω
Scc max 200 . 10 200
2 2
U 20
Z R max = = = 4,44 Ω
Scc min 90

U max 20 000 . 1,1


Icc max = = = 6,35 kA ≈ 6,4 kA
3 . Z R min 3 .2

U min 20 000 . 0,9


Icc min = = = 2,34 kA ≈ 2,3 kA
3 . Z R max 3 . 4,44

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 10 –

Calcul du courant de court-circuit triphasé aux bornes d’un transformateur


Caractéristiques d’un transformateur

Un transformateur est défini par les grandeurs suivantes.

Les tensions assignées UNP, UNS (V), notées UP et US dans ce


Chapitre.

Ce sont les tensions composées mesurées à vide réf. : CEI 76 .1/3.4

Sa puissance assignée SN (VA), notée S dans ce Chapitre


Conventionnellement elle s’exprime comme suit :
S = UP . IP . 3 réf. : CEI 76 .1/3.4
S = US . IS . 3

IP, IS (A) : courants assignés primaire et secondaire du transformateur.

S
IS =
US . 3
S
IP =
UP . 3

Le courant assignée est celui qui est utilisé pour dimensionner l’enroulement
du transformateur.

En régime permanent ce courant ne doit pas être dépassé. Il en résulte que


la puissance apparente utile d’un transformateur, celle qu’il peut fournir, est
pratiquement toujours inférieure à sa puissance assignée car la tension
secondaire en charge à ses bornes est inférieure à sa tension à vide.

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 11 –

Exemple
Un transformateur triphasé a les tensions assignées suivantes 20 kV et
5,75 kV, et une puissance de 8 MVA.
Sa chute de tension à cos ϕ = 0,8 est de 5,63 %.

Quelle est la valeur du courant assigné secondaire et de sa puissance


apparente utile ?
6
S 8 . 10
IS = = = 803 A
US 5 750 . 3

Tension aux bornes du transformateur en pleine charge :

UC = U – ∆ U = 5 750 (1 – 0,0563) = 5 426 V

Puissance apparente utile :

P = UC . IS . 3 = 5 426 . 803 . 3 = 7,55 MVA

Rappel sur l’essai en court-circuit

L’essai en court-circuit d’un transformateur consiste, après avoir réalisé un


court-circuit au secondaire, à alimenter au primaire avec une tension réduite
telle que le courant circulant dans les phases soit égal au courant assigné.

Schéma équivalent pour l’essai en court-circuit d’un transformateur triphasé

RP XP RS XS

RP et XP, sont les impédances par phase au primaire du transformateur,


RS et XS, sont les impédances par phase au secondaire du transformateur.

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 12 –

Nous pouvons ramener toutes les impédances d’un même côté, par
exemple au secondaire.
Schéma équivalent simplifié pour l’essai en court-circuit
d’un transformateur triphasé

RP XP
transformateur parfait n2 n2
RS XS

transformateur parfait
RTS XTS

u u Is
ZTS
n

u Is
u
n

Is

RS (Ω) : résistance secondaire


RP (Ω) : résistance primaire
XS (Ω) : réactance secondaire
XP (Ω) : réactance primaire
RTS (Ω) : résistance équivalente du trnsformateur ramenée au secondaire
ZTS (Ω) : réactance équivalente du transformateur ramenée au secondaire
n : rapport de transformation = U P
US
UP (V) : tension assignée primaire
US (V) : tension assignée secondaire
u (V) : tension alimentant le montage en court-circuit
IS (A) : courant assigné secondaire du transformateur.

La tension alimentant le montage en court-circuit est très faible en regard


de la tension assignée du transformateur.

On exprime la tension de court-circuit de la manière suivante :


u u
u cc % = =
UP n . US

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 13 –

Au secondaire, l’impédance ZTS est soumise à une tension simple :


u
v=
n. 3

La loi d’Ohm peut s’exprimer comme suit :


u u
= Z TS . I S ⇒ Z TS =
n. 3 n. 3 . IS
u u u 3 . IS US
u cc % = = = . .
UP n . US n . US 3 . IS US
S
u cc % = Z TS (Ω) .
U2S

Cette valeur u cc % est sans dimension et correspond aussi à une valeur


dite «valeur réduite» de l’impédance du transformateur. Elle est donnée
par le constructeur du transformateur (voir tableaux extraits du catalogue
AREVA en fin de ce Chapitre).

S
u cc % = z T % = Z TS (Ω) . 2
US

2 2
US UP
Z TS (Ω) = z T % . Z TP (Ω) = z T % .
S S

Exemple
Quelle est la valeur de l’impédance ramenée au secondaire d’un transfor-
mateur de 8 MVA de tensions assignées 20 kV et 5,75 kV, et de tension
de court-circuit : 8 %.
2 2
US
Z TS (Ω) = z T % . = 0,08 . 5 750 = 0,331 Ω
S 8 . 10
6

La puissance dissipée lors de l’essai en court-circuit, appelée «pertes dues


à la charge» Pch est presque exclusivement une puissance perdue par
effet Joule.
En effet, les pertes fer, qui sont proportionnelles à la tension et à la fré-
quence, sont négligeables car la tension d’alimentation du transformateur
lors de l’essai en court-circuit est très inférieure à la tension assignée.

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 14 –

Pertes dues à la charge d’un transformateur triphasé :


2 2
Pch = 3 . R TS . I S = 3 . R TP . I P
2 2
Pch Pch . U S US
R TS = 2
= 2 2
= Pch . 2
3 . IS 3 . IS . US S

Les pertes à la charge sont indiquées par le constructeur.

Exemple
Quelle est la résistance et la réactance ramenées au secondaire d’un
transformateur de 8 MVA dont les pertes dues à la charge sont 69 kW ?

2 2
US 5 750
R TS = Pch . 2
= 69 000 . = 35,6 mΩ
S 6 2
8 . 10

ZT = 0,331 Ω

2 2
XT = 331 – 35,6 = 329 mΩ
La résistance est négligeable devant la réactance.

Courant de court-circuit triphasé aux bornes d’un


transformateur

Imaginons qu’un court-circuit survienne au secondaire avec une tension


primaire non pas égale à u mais à la tension assignée UP. Le courant
secondaire ne sera plus égal à IS mais à Icct, le courant de court-circuit
triphasé.

Schéma d’un transformateur en court-circuit

VS VS

Icct
US ZTS

Nous pouvons considérer que l’impédance du transformateur reste


constante. Le courant est alors proportionnel à la tension.

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 15 –

Dans ce cas, nous avons :

VS VS VS . U S . I S . 3 IS
Icc t = = 2
= 2
=
Z TS US zT % . US zT %
zT % .
S

IS IS
Icc t = =
zT % ucc %

Icct(A): courant de court-circuit triphasé,


IS (A): courant assigné secondaire du transformateur,
ucc % : tension de court-circuit du transformateur,
zt % : valeur réduite de l’impédance du transformateur.
Cette expression ne tient pas compte de l’impédance du réseau amont, ni
de l’impédance des canalisations électriques.

Exemple
Quel est le courant de court-circuit triphasé aux bornes secondaires d’un trans-
formateur de 8 MVA, de tensions assignées 20 kV et 5,75 kV, et de tension de
court-circuit 8%, l’impédance du réseau n’étant pas prise en compte ?

6
S 8 . 10
IS = = = 803 A
U. 3 5 750 . 3

IS 803
Icc = = = 10 000 A
zT % 0,08

d’une autre manière Icc T = VS =


5 750 / 3
= 10 000 A
ZT 0,331

Si la tension du réseau n’est plus la tension assignée et si l’impédance du


transformateur possède une tolérance, le courant de court-circuit peut
varier dans la plage suivante :

V max V min
Icc t max = Icc t min =
Z T min Z T max

VS . k 1 US . k 1
Icc t = =
ZT . k2 3 . ZT . k2

US . k 1
Icc t =
3 . ZT . k2

k1 : facteur de variation de tension du réseau.


Par exemple pour une tension variant de plus ou moins 10 %,
les limites sont k1 = 1,1 et k1 = 0,9,
AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 16 –

k2 : facteur de tolérance de l’impédance du transformateur.


Par exemple si la tolérance est ± 10 %, les limites sont k2 = 1,1 et
k2 = 0,9

Nous en déduisons :

VS . k 1 VS . k 1 VS . U S . I S . 3 . k1 IS . k 1
Icc t = = 2
= 2
=
Z TS . k 2 US zT % . US . k2 zT % . k2
zT % . . k2
S

IS . k 1
Icc t =
zT % . k2

Exemple
Quels sont les courants de court-circuit triphasés maximum et minimum
d’un transformateur de 8 MVA sachant que la tension du réseau 20 kV
varie de plus ou moins 10 % et que la tension de court-circuit est connue à
plus ou moins 10 % ?
U1 . k 1
Icc t =
3 . Z TS . k 2

Icc t max =

Icc t min =

IS . k 1
Icc t =
zT % . k2

Icc t max =

Icc t min =

Annexe

pages F14, F19, F36 du catalogue AREVA «Les Chemins de l’énergie».

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 20 –

Calcul du courant de court-circuit en un point d’un réseau


Calcul du courant de court-circuit triphasé

Composition d’un réseau industriel


Un réseau industriel est composé :
• du réseau amont distributeur,
• des transformateurs abaisseurs de tension,
• des canalisations électriques : lignes, jeux de barres, câbles, pour ame-
ner l’énergie aux consommateurs

Impédance des canalisations électriques


Une canalisation électrique est composée d’une résistance, d’une réactance
inductive et d’une réactance capacitive.
Dans les calculs de courants de court-circuit triphasés, seules les valeurs de
la résistance et de la réactance inductive sont considérées.

R X

Les valeurs sont données par les câbliers.


Des valeurs indicatives sont données par la norme réf. : NFC13-200
En l’absence de données plus précises, les valeurs pratiques suivantes peu-
vent être utilisées :
ρ.l
R = X =L.ω
S

R (Ω) : résistance du câble par phase,


ρ (Ω.mm2/km) : résistivité du matériau constituant l’âme des conducteurs,
l (km) : longueur de la canalisation,
S (mm2) : section de l’âme des conducteurs,
X (Ω) : réactance inductive de la canalisation par phase,
L (H/km) : inductance de la canalisation,
ω (rad/s) : pulsation = 2 . π . f ≈ 314 rad/s

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 21 –

Pour les câbles


ρ ≈ 20 Ω.mm2/km pour du cuivre à 50°C,
ρ ≈ 32 Ω.mm2/km pour de l’aluminium à 50°C,
X ≈ 0,1 Ω/km à 50Hz.

Pour les lignes


ρ ≈ 36 Ω.mm2/km pour de l’almélec à 50°C,
X ≈ 0,4 Ω/km à 50Hz (225 kV < Un ≤ 20 kV),
X ≈ 0,33 Ω/km à 50Hz (Un = 400 kV).

Courant de court-circuit triphasé en un point du réseau


Le courant de court-circuit en un point d’un réseau est exprimé par la formule
du paragraphe « Introduction aux calculs de courants de court-circuit».

UR
Icc t =
2 2
3. ΣR + ΣX

Icct (A): valeur efficace de courant de court-circuit triphasé,


UR (V): tension du réseau avant l’apparition du défaut,
∑R (Ω): somme des résistances des éléments du réseau ramenées dans
une tension commune,
∑X (Ω): somme des réactances des éléments du réseau ramenées dans
une tension commune.

Les impédances prises en compte sont toutes ramenées dans le réseau


considéré alimenté par sa tension nominale, même si celles-ci sont situées
en dehors de ce réseau.

Si la tension du réseau UR varie et si les impédances peuvent prendre plu-


sieurs valeurs, les valeurs maximum et minimum du courant de court-circuit
sont les suivantes :
U R min
Icc t min =
2 2
3. Σ R max + Σ X max
U R max
Icc t max =
2 2
3. Σ R min + Σ X min

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 22 –

Exemple
Quelles sont les valeurs maximum et minimum du courant de court-circuit
aux points A et B dans l’installation suivante.

Caractéristiques Schéma équivalent

Réseau amont
Un = 20 kV ± 10 %
Scc min = 90 MVA fem = US = 5,75 kV
Scc max = 200 MVA

XR

Transformateur
SN = 8 MVA RT
UP / US = 20 kV/5,75 kV
ucc = 8 % ± 10 %
XT
A A

Réseau 5,5 kV
câble
RC
l = 2 km
S = 3 . 50 mm2 - alu
XC
B B

XR - Réactance du réseau ramenée dans le réseau 5,5 kV


2
US
X R min = =
Scc max
2
1
X R min = X min (20 kV) . =
n
2
US
X R max = =
Scc min
2
1
X R max = X max (20 kV) . =
n

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 23 –

ZT - Impédance du transformateur ≈ XT (car RT<<XT)


2
US
X T min = z T % . 0,9 . =
S
2
US
X T max = z T % . 1,1 . =
S

RC - Résistance du câble
ρ.l
R = =
S

XC - Réactance du câble

Icct min en A -

Icct max en A -

Icct min en B -

Icct max en B -

Calcul du courant de court-circuit biphasé

Le court-circuit biphasé est un court-circuit survenant entre deux phases.

La valeur du courant de court-circuit biphasé est généralement la plus


faible des valeurs de courant de court-circuit.

Elle permet de régler convenablement les relais de protection en se pla-


çant dans les conditions les plus défavorables.

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 24 –

La théorie des composants symétriques donne l’expression suivante :

VR . 3 UR
I cc b = =
Z1 + Z2 Z1 + Z2
Iccb (A) : courant de court-circuit biphasé,
VR (V) : tension simple de l’alimentation avant le défaut,
UR (V) : tension composée de l’alimentation avant le défaut,
Z1 (Ω) : impédance directe équivalente du réseau,
Z2 (Ω) : impédance inverse équivalente du réseau

Dans le cas où Z1 ≈ Z2 ≈ ZT, ce qui est le cas pour les transformateurs, les
lignes et les câbles, on peut écrire :

VR . 3 UR
I cc b = =
2 ZT 2 ZT

VR 3 3
I cc b = . = I cc t .
ZT 2 2

3
I cc b = . I cc t
2

Iccb (A) : courant de court-circuit biphasé,


Icct (A) : courant de court-circuit triphasé.

Schéma équivalent d’un circuit affecté par un court-circuit biphasé

VR
Z

UR
Z

Exemple
Quelle est la valeur du courant de court-circuit biphasé minimum en un
point d’un réseau pour lequel on connaît le courant de court-circuit triphasé
minimum Icct min = 1,96 kA ?

3
I cc b min = I cc t min . =
2

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 25 –

Régime transitoire d’établissement d’un courant de court-circuit

Nous connaissons la méthode de calcul du courant de court-circuit en régi-


me établi. Elle nous permet de calculer la valeur stabilisée de ce courant.

Mais avant que ce courant se stabilise, il passe par une valeur maximum
juste après l’apparition du court-circuit puis décroît jusqu’à la valeur stabili-
sée. Ce régime est dit transitoire et dure entre 20 et 100 ms.
La valeur maximum du courant permet de dimensionner les matériels pour
résister aux efforts électrodynamiques et choisir le pouvoir de fermeture
des disjoncteurs.

Quand un défaut se produit en un endroit éloigné des générateurs, le régi-


me transitoire d’établissement du courant de court-circuit est celui résultant
de l’application d’une tension e = E . 2 . cos ωt + θ à un circuit composé
de résistances et d’inductances.

Circuit équivalent lors de l’établissement d’un court-circuit


réf. : NFC 13-200 / Part 4 - Annexe

R X = Lω

E Z
icc

Dans ce cas, l’équation de l’établissement du courant dans cette boucle est


la suivante :

di
E . 2 . cos ωt + θ = R . i + L .
dt

θ (rad) : angle correspondant à l’instant du défaut.

La résolution de cette équation conduit à l’expression d’un courant qui


résulte de la composition de deux courants réf. : Techn. ING. D64-13 .

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 26 –

t

icc = E 2 cos (ωt + θ – ϕ) E 2 cos (θ – ϕ) e L/R

Z Z

ia = ic =
composante symétrique composante apériodique
ou alternative ou continue
icc = ia + ic

E (V) : valeur efficace de la force électromotrice de la source,


X
ϕ (rad) : déphasage du courant par rapport à la tension ϕ = arc tg
R
2 2
Z (Ω) : impédance de la boucle en défaut Z = R +X
L (ms) : constante de temps du circuit.
τ=
R

La composante symétrique du courant ia est un courant alternatif sinusoï-


dal. En régime permanent, quand le régime transitoire est terminé, seul ce
courant subsiste.
La composante apériodique du courant ic est un courant continu. Il décroît
avec le temps suivant une constante de temps τ = L qui dépend des élé-
R
ments du circuit.
Plus cette constante de temps est courte et plus ce courant décroît rapide-
ment.
À chaque instant on a icc = ia + ic et la courbe icc (t) a l’allure ci-dessous.

Allure d’un courant de court-circuit avec composante apériodique et sans


amortissement de la composante symétrique

icc courant de court-circuit : icc

composante symétrique (alternative) : ia


Icc
composante apériodique (continue) : ic

t (ms)
ωt (rad)

θ–ϕ=π
0 5 ms 10 ms 15 ms 20 ms 30 40 50 60

0 π π 3π 2π
2 2

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 27 –

La valeur de crête de la première alternance de courant de court-circuit

Icc est comprise entre E . 2 et 2 . E . 2 suivant l’importance de la


Z Z
composante apériodique, donc du rapport L/R.

On définit K, coefficient de composante apériodique tel que :


E. 2
Icc = K . = K . 2 . Icc
Z

Icc (A): valeur crête de la composante symétrique du courant de court-circuit,


K : coefficient de composante apériodique,

Icc (A) : valeur efficace de la composante symétrique du courant de court-circuit.

Le principal intérêt de ce coefficient K est de pouvoir connaître la valeur

crête du courant de court-circuit afin de vérifier :

• la tenue des matériels aux efforts électrodynamiques (lignes, câbles,

postes, TC),

• le pouvoir de fermeture des disjoncteurs.

Calcul du coefficient K
Nous nous plaçons dans les conditions suivantes : t = 10 ms et θ – ϕ = π.

t t
E. 2 E. 2 – E. 2 –
Icc = + .e L/R = . 1+e L/R
Z Z Z
t

K =1+e L/R

10

L/R
t = 10 ms ⇒ K = 1 + e

Rωt
si nous remplaçons L par X , ⇒ K = 1 + e

X
ω
π R

t = 10 ms, ωt = π ⇒ K =1+e X

Le tableau suivant donne quelques valeurs de K

L
R
(ms) ∞ 100 45 25 10

R
0 0,032 0,071 0,127 0,318
X

ϕ (°) 90 88,2 86,0 82,7 72,3

K 2 1,90 1,80 1,67 1,37

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 28 –

Dans la pratique, en HT, dans les réseaux éloignés des générateurs, K est
pris à 1,80.
Dans ce cas Icc = 1,8 2 = 2,55 ≈ 2,5
Icc

réf. : CEI 60044-1/4.5.2 réf. : CEI 56 réf. : Techn. ING. D674 .

Exemple
Quel est le courant de crête maximum à prendre en compte pour calculer
les efforts électrodynamiques en un point d’un réseau 5,5 kV dont on
connaît la valeur efficace du courant de court-circuit maximum triphasé
Icct max = 7 890 A ?

.
Icc max =

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 29 –

Alternateur

Allure de courbes donnant l’évolution du courant de court-circuit efficace


équivalent en fonction du temps Icce = f (t).

Icc
IN

14

13

12

11

10

8
40 MVA
7

6
2 MVA
5

2
effet de la surexcitation
1 compound
t (ms)
0
10 20 50 100 150 200 250 300 350 400

régime régime transitoire


subtransitoire

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 30 –

Aide mémoire pour l’estimation des courants de court-circuit

Courant de court-circuit triphasé aux bornes secondaires


d’un transformateur
I NS x k1
I cct =
SN
u cc % x k2 +
S cc

Icct (A) : valeur efficace du courant de court-circuit,


INS (A) : valeur efficace du courant assigné secondaire du transformateur,
ucc (PU) : tension de court-circuit du transformateur (par exemple
ucc % = 8 % = 0,08),
SN (VA) : puissance assignée du transformateur,
Scc (VA) : puissance de court-circuit du réseau amont
k1 : coefficient de variation de tension
(par exemple Un ± 10 % 0,9 < k1 < 1,1),
k2 : coefficient de tolérance sur la tension de court-circuit
(par exemple ± 10 % 0,9 < k2 < 1,1).

Courant de court-circuit triphasé aux bornes d’un alternateur

IN
I cct =
x' d % x k'2

Icct (A) : courant de court-circuit triphasé,


IN (A) : courant assigné de l’alternateur,
x’d (PU) : impédance transitoire de l’alternateur (par exemple
x’d % = 30 % = 0,3),
k’2 : coefficient de tolérance sur l’impédance transitoire de l’alter-
nateur (par exemple ± 15 % 0,85 < k’2 < 1,15).

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 31 –

Courant de court-circuit triphasé aux bornes d’un bloc alter-


nateur + transformateur
I NS
I cct =
u cc % x k2 + x' d % x k'2

Courant de court-circuit biphasé

3
I ccb = I ccb x
2

AREVA T&D - DAFEP PRO1/D00/CAL/ICC/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–1 –

Rappels sur la protection des réseaux


industriels

Qu’est-ce que la sélectivité ?

Mise en œuvre de la sélectivité


ampèremétrique et chronométrique

Mise en œuvre de la sélectivité logique

Choix et réglages des relais de protection

AREVA T&D - DAFEP PRO4/D2302/CH1/RAPRES/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–2–

Qu’est-ce que la sélectivité ?

La sélectivité est une relation qui existe entre les différents niveaux de
protection et qui permet de minimiser les perturbations amenées par l’ap-
parition d’un défaut.

En conséquence, l’élimination du défaut, c’est à dire la déconnexion d’un


élément défectueux du réseau, doit s’effectuer rapidement.

La partie saine de l’installation est ainsi épargnée, n’étant soumise qu’à un


creux de tension de la durée d’élimination du défaut et peut continuer à
être exploitée.

AREVA T&D - DAFEP PRO4/D2302/CH1/RAPRES/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–3–

Mise en œuvre de la sélectivité ampèremétrique et chronométrique

Prenons l’exemple d’un schéma en antenne, avec des protection à temps


indépendant.

La valeur minimale de la temporisation des relais de protection, contre les


surintensités, est de l’ordre de 0,1 s.
Ces relais doivent être insensibles aux surintensités transitoires normales
des matériels d’utilisation comme par exemple le courant d’enclenchement
des transformateurs ou le courant de décollage des moteurs ou encore le
courant d’appel d’un ensemble d’éclairage etc….

D’un niveau de protection au niveau immédiatment supérieur, la valeur mini-


male de la différence entre les deux temporisation est de l’ordre de 0,2 s.
Cette différence est appelée intervalle de sélectivité.

On peut donc rencontrer les temporisations suivantes sur trois niveaux de


protection :
0,1 s ⇒ 0,3 s ⇒ 0,5 s ⇒ intervalle de sélectivité : 0,2 s
ou 0,1 s ⇒ 0,4 s ⇒ 0,7 s ⇒ intervalle de sélectivité : 0,3 s.

Protection contre les court-circuits

Pour que tous les relais puissent fonctionner dans n’importe quelle configu-
ration de court-circuit, il est nécessaire que leur réglage soit inférieur à la
plus basse intensité de courant de court-circuit présumé.

Celle-ci correspond au court-circuit biphasé.

Irg = 0,8 Iccb min

Irg (A) : courant de réglage du relais de protection


Iccb min (A) : intensité du courant minimal de court-circuit biphasé présumé.

AREVA T&D - DAFEP PRO4/D2302/CH1/RAPRES/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–4–

Exemple d’étude de sélectivité :


protections à temps indépendant

Un = 63 kV
Scc min = 500 MVA UNP 63 kV
n = = t (s)
UNS 21 kV
SN = 10 MVA
4 3 2 1 5 1300 A
ucc % = 10% 10

IN = 275 A

6
Un = 20 kV

1
SN = 2 MVA UNP 20 kV
n = =
ucc % = 7% UNS 5,75 kV

IN = 201 A 0,5

5
Un = 5,5 kV
0,2

A 0,1

IN = 52 A = 16 A = 66 A = 21 A

50 100 200 500 1000 I (A)


sous 5,5kV
M M

1 2 3 4

432 kW 123 kW 630 kVA 200 kVAR Iccb min = 1300 A (sous 5,5 kV)

AREVA T&D - DAFEP PRO4/D2302/CH1/RAPRES/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–5–

Mise en œuvre de la sélectivité logique


La sélectivité chronométrique a ses limites.

Quand le temps d’élimination de défaut devient trop long, la contrainte


thermique dans les matériels devient importante (elle est proportionnelle au
temps d’élimination de défaut), ce qui n’est pas souhaitable.

Pour des installations alimentéess par le réseau distributeur, la norme


NF C 13-100 impose une temporisation de 0,2 s maximum pour le relais de
protection du disjoncteur principal.

Une solution pour s’affranchir de ces inconvénients est de réaliser la sélec-


tivité logique : l’action de la protection dépend de sa temporisation et des
informations logiques reçues des relais situés à des niveaux de protections
inférieurs.

Dans ce cas tous les relais de protection de l’installation peuvent agir


avec des temporisations réduites.

les schémas des pages suivantes montrent deux exemples de mise en


œuvre de la sélectivité logique.
Dans ces deux exemples, si l’enemble de protection fonctionne correcte-
ment, tous les relais de potection donnent l’ordre d’ouverture 120 ms envi-
ron après l’apparition du défaut :
20 ms de prise en compte du défaut
100 ms de temporisation

AREVA T&D - DAFEP PRO4/D2302/CH1/RAPRES/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–6–

Schémas de sélectivité logique

Premier exemple

Sel Ph
0,3 s

IBP inst Dec


&
I> 0,1 s

IBP inst Dec IBP inst Dec


I> 0,1 s I> 0,1 s

AREVA T&D - DAFEP PRO4/D2302/CH1/RAPRES/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–7–

Second exemple

Sel Ph
0,5 s

IBP inst Dec


&
I> 0,1 s

Sel Ph
0,3 s

IBP inst Dec IBP inst Dec


&
I> 0,1 s I> 0,1 s

IBP inst Dec


I> 0,1 s

AREVA T&D - DAFEP PRO4/D2302/CH1/RAPRES/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–8–

Protections d’un poste de livraison

Dispositions à prendre, selon la norme NFC 13-100, concernant les protec-


tions d’un poste de livraison.

Article Disposition
art 313-1 • comptage en basse tension si un seul transformateur et
courant assigné secondaire BT : INS ≤ 2 000 A
art 433-1 • protection générales par disjoncteur si le courant de
base HTA : IB ≥ 45 A,
• protection générale par interrupteur et fusibles ou
disjoncteur si le courant de base HTA : IB < 45 A
art 431-2 • le courant de base (IB) est égale à la somme des cou-
rants assignés HTA (INP) de tous les appareils
art 433-3 • protection contre les défauts polyphasés par disjoncteur
HTA : 8 IB ≤ Ir < 0,8 IccBmin
t ≤ 0,2 s
art 433-2 • protection contre les défauts polyphasés par fusibles
(voir tableau 43A)
art 434 • protection contre les défauts monophasés à la terre :
- protection obligatoire si la somme des longueurs de
circuits HTA est supérieure à 100 m,
- protection obbligatoire si la protection HTA générale
est équipée de relais indirects
- si la mesure est réalisée par un tore homopolaire
1,2 Idc ≤ Ir < Ir dep
t ≤ 0,2 s
Idc : courant de défaut capacitif de l’installation
HTA du client
Ir : courant de réglage du relais de protection
contre les défauts monophasés à la terre
Ir dep : courant de réglage du relais du départ
correspondant du poste source (en amont)
- si la mesure est réalisée par la sommation du courant
de trois TC phase :
0,12 INTC ≤ Ir < Ir dep
t ≤ 0,2 s
INTC : courant assigné primaire des TC

AREVA T&D - DAFEP PRO4/D2302/CH1/RAPRES/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–9–

Choix et réglages des relais de protection

Les principaux relais à prévoir, et leur réglage, pour la protection et la sur-


veillance des éléments d’un réseau industriel sont donnés dans les
tableaux suivants respectivement pour :
• les réseaux,
• les moteurs,
• les transformateurs,
• les alternateurs.

Relais pour la protection des réseaux industriels

Réseaux en antenne Réseaux bouclés


Type de Type de Relais Réglage Relais Réglage
défaut neutre
défaut tous les relais maximum seuil 2 à 16In relais à maximum seuil 2 à 16In
entre types de de courant temps 0,1 à 2s de courant temps 0,1 à 2s
phases neutre à temps indépendant à temps indépendant
et élément directionnel
relais à maximum seuil 1,5 à 6In relais à maximum seuil 1,5 à 6In
de courant temps suivant de courant temps suivant
à temps dépendant caractéristiques à temps dépendant et caractéristiques
du réseau et élément directionnel du réseau
défaut neutre relais à maximum seuil 0,1 à 0,5In relais à maximum seuil 0,1 à In
entre mis à la de courant temps 0,3 à 3s de courant temps 0,3 à 3s
phase terre et élément directionnel directionnalité
et terre 135° ± 90°
neutre relais à maximum seuil < au courant relais différentiel seuil > au courant
isolé de courant sensible capacitif du réseau de courant résiduel capacitif de la ligne
et élément directionnel temps 0,3 à 3s surveillée
directionnalité
135° ± 90°

AREVA T&D - DAFEP PRO4/D2302/CH1/RAPRES/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 10 –

Relais pour la protection et la surveillance des


transformateurs

Défaut Type de relais Réglage


surcharge relais à maximum de courant seuil 1,2 In
échauffement à temps indépendant temps 20s
relais à maximum de courant
à temps dépendant
relais à image thermique suivant constante de temps
relais à maximum de température des enroulements
surtension relais à maximum de tension seuil 1,2Un
à temps indépendant ou temps 3s
à temps dépendant
défaut d’isolement relais à maximum de courant résiduel5 à 20% de In
entre enroulement relais différentiel homopolaire
et masse masse cuve
relais Buccholz
défaut entre phases relais à maximum de courant seuil ≥ 5In
temps 0,2s
relais différentiel pourcentage 30 à 40%
relais Buccholz
surtension de protection par parafoudre ou
manœuvre ou éclateur
atmosphérique

AREVA T&D - DAFEP PRO4/D2302/CH1/RAPRES/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–1 –

L’appareillage électrique

Définition et rôle de l’appareillage

Différents appareillages

Exemple de caractéristiques de cellules


HTA

Annexes

Exemple de calculs

AREVA T&D - DAFEP THE1/A3112/CH5/APPAR/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–2–

Définition et rôle de l'appareillage


Le mot «appareillage» désigne l’ensemble des appareils de connexion des-
tinés à fermer et à ouvrir un ou plusieurs circuits électriques.
Exemples : sectionneurs, interrupteurs, contacteurs, fusibles, disjoncteurs.

L’appareillage assure deux types de fonctions :


• des fonctions actives relatives au rôle de l'appareil dans le réseau et
que l'on retrouve dans les circuits auxiliaires de commande,
• des fonctions passives, communes à tout l'appareillage.
Elles matérialisent l'aptitude de ce dernier à supporter les contraintes
imposées par le fonctionnement normal ou perturbé du réseau sur
lequel il est installé.

Fonctions actives

Elles sont au nombre de quatre et sont regroupées dans le tableau ci-des-


sous, en fonction du type d'appareillage.

Appareil Fonctions actives de l'appareillage


de base séparation commande élimination surveillance
de défaut

fusibles • •

contacteurs •

sectionneurs •

interrupteurs •

disjoncteurs • •

Fonction séparation ou isolement


C'est une fonction de sécurité qui a pour but de séparer du réseau une par-
tie d’installation afin de pouvoir y travailler sans risque.

AREVA T&D - DAFEP THE1/A3112/CH5/APPAR/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–3–

Fonction commande
C'est une opération volontaire, automatique ou manuelle, qui consiste à
fermer et à ouvrir un circuit dans ses conditions normales de fonctionne-
ment.

Fonction élimination du défaut, protection


Cette fonction consiste à séparer de sa (ou ses) source(s), une portion de
circuit en situation anormale dont les conséquences peuvent être dange-
reuses pour les personnes et les biens.
Cette fonction est parfois improprement appelée «protection». C’est le sys-
tème de protection qui, agissant sur l’appareillage, permet à celui-ci d’ou-
vrir le circuit en défaut.

Fonction surveillance
Cette fonction consiste à surveiller des paramètres d'exploitation (tension,
courant, température…) et provoque une alarme ou une ouverture du cir-
cuit.

Association des fonctions


Certaines de ces fonctions peuvent être regroupées pour former des appa-
reils composés et utilisés comme un tout :
• par association de deux fonctions sur un même appareil telles que
séparation et commande (interrupteur-sectionneur),
• par association de deux ou trois appareils de base pour obtenir des
«combinés», comme par exemple l'association avec des fusibles
d'un interrupteur ou d'un contacteur pour réaliser les fonctions
commande et élimination de défaut,
• par association avec d'autres éléments, comme le démarreur ou
discontacteur qui réunit un contacteur et un relais réalisant les fonctions
commande, élimination de défaut et surveillance.

Il est nécessaire, dans le cas d'association, que les caractéristiques des


éléments composants soient coordonnées afin que le fonctionnement d'un
élément ne perturbe pas l'accomplissement des fonctions demandées aux
autres.

AREVA T&D - DAFEP THE1/A3112/CH5/APPAR/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–4–

Pouvoir de coupure - Pc
Les fonctions de commande et élimination de défaut exigent que l’appa-
reillage soit capable de couper un courant ; sans provoquer de dommage
et sans altérer ses performances.
Il est définit à cet effet le pouvoir de coupure qui est la valeur efficace du
courant qu’un appareillage est capable d’interrompre dans des conditions
spécifiées.

Pouvoir de fermeture - Pf
Le pouvoir de fermeture d’un appareillage est la valeur crête du courant
qu’il est capable d’établir dans des conditions spécifiées.
Le pouvoir de fermeture caractérise l’aptitude d’un appareillage à établir un
courant sans que les contraintes électrodynamiques engendrées ne provo-
quent de dommage.

Fonctions passives

Les appareils de connexion installés sur le réseau subissent au cours du


temps des contraintes indépendantes de leur fonction active. Elles peuvent
être permanentes ou transitoires et ont leur origine dans le fonctionnement
du réseau en marche normale ou en régime perturbé.
Ces contraintes ont des valeurs inférieures ou égales à des valeurs maxi-
males, fonctions des paramètres du réseau.

L'aptitude de l'appareil à les supporter est :


• matérialisée par des grandeurs dimensionnantes (de tension et de
courant) coordonnées entre elles et fixées par les normes,
• sanctionnée par des essais de types.

Grandeurs dimensionnantes de tension


Tension assignée maximale en régime permanent (UN)
(anciennement tension nominale d'isolement)
• La tension assignée est la valeur efficace la plus élevée de la tension
entre phases que peut supporter l’appareillage en permanence sans
provoquer de dommage et sous laquelle il conserve ses performances.
• Elle est supérieure à la tension la plus élevée du réseau.

AREVA T&D - DAFEP THE1/A3112/CH5/APPAR/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–5–

Tension de tenue assignée à fréquence industrielle


Elle est sanctionnée par un essai de durée de une minute à une valeur
supérieure à la précédente. Cette grandeur est représentative de la qualité
des isolants et de leur mise en oeuvre.

Tension de tenue assignée aux ondes de chocs


(anciennement BIL : Basic Insulation Level)
Cette épreuve définit le comportement du matériel aux surtensions transitoires
d'origine externe (coup de foudre) ou issues du réseau (manoeuvres).

Exemples de niveaux d’isolement assignés CEI 60694-4.2

Tension Tension de tenue assignée Tension de tenue assignée


assignée - UN aux chocs de foudre - Ucf à fréquence industrielle
durant 1 min - Ufi
kV efficaces kV crête kV efficaces
HTA 3,6 40 10
7,2 60 20
12 75 28
17,5 95 38
24 125 50
36 170 70
HTB 52 250 95
72,5 325 140
100 450 185
123 550 230
145 650 275
170 750 325
245 1 050 460
362 1 425 520
420 1 575 610
550 1 760 800
800 2 420 1 150

Courbe du choc de foudre plein 1,2/50 µs - Ucf = f (t)

Ucf
100 %

50 %

t (µs)

1,2 50

AREVA T&D - DAFEP THE1/A3112/CH5/APPAR/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–6–

Grandeurs dimensionnantes de courant


Courant assigné en service continu (IN)
(anciennement courant nominal thermique ou courant nominal)
C'est la valeur efficace du courant que l'appareil peut supporter en perma-
nence sans que son échauffement ne dépasse des valeurs compatibles
avec les matériaux qui le composent. C'est l'expression de son aptitude à
transmettre l'énergie.

Courant de courte durée admissible assigné (It)


Valeur efficace du courant qu’un appareil mécanique de connexion peut
supporter en position de fermeture pendant une courte durée spécifiée (1 s
ou 3 s).
Ce courant exprime l'aptitude de l'appareil à supporter sans dommage les
courants de défaut du réseau. C'est en fait la vérification que les échauffe-
ments subis par le matériel pendant un court-circuit n'altèrent pas son bon
fonctionnement.

Valeur de crête du courant admissible assigné


Valeur de crête du courant dans la première grande alternance du courant
de courte durée admissible.
La valeur normale de crête du courant admissible assigné est égale à
2,5 fois la valeur du courant de courte durée admissible.
Cette grandeur exprime la capacité de l'appareillage à supporter les efforts
électrodynamiques dont la valeur maximale apparaît 10 ms environ après
l’apparition d’un court-circuit.

AREVA T&D - DAFEP THE1/A3112/CH5/APPAR/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–7–

Différents appareillages
Sectionneur

Organe de séparation assurant la sécurité

Parmi les constituants classiques d’appareillage, seuls les sectionneurs


échappent à la contrainte d’avoir à dominer un arc de coupure ou de
fermeture. Ils sont en effet prévus pour ouvrir ou fermer les circuits lorsque
ces derniers ne sont parcourus par aucun courant.
Ce sont, avant tout des organes de sécurité chargés de séparer, par
rapport au reste du réseau, un ensemble de circuits, un appareil, une
machine, une section de ligne ou de câble, afin de permettre au personnel
d’exploitation d’y accéder sans danger.

Manoeuvre
Hors charge ou charge très faible.
Le temps de manoeuvre est lent que celle-ci soit manuelle, dépendante de
l’opérateur ou motorisée.

Caractéristiques
IN : courant assigné,
It : courant de courte durée admissible,
Pc : pouvoir de coupure nul ou très faible : il ne peut pas couper son
courant assigné et encore moins des courants de court-circuit.

Interrupteur

Organe de coupure

Les interrupteurs sont des appareils destinés à établir, supporter et


interrompre des courants dans des conditions normales de charge. Leurs
performances sont limitées ; elles leurs permettent néanmoins d’éliminer
les surcharges, mais en aucun cas les courts-circuits.

AREVA T&D - DAFEP THE1/A3112/CH5/APPAR/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–8–

Certains interrupteurs sont susceptibles de remplir également, avec quelques


réserves, des fonctions de sectionnement, c’est à dire d’assurer la sécurité.

Manoeuvre
En charge.
Coupure rapide de l’arc, le temps de manoeuvre est rapide et ne dépend
pas de l’opérateur.

Caractéristiques
IN : courant assigné,
It : courant de courte durée admissible,
Pc : pouvoir de coupure proche de IN : il ne peut pas couper des cou-
rants de court-circuit.

Contacteur

Organe de commande

Les contacteurs jouent un rôle comparable à celui des interrupteurs mais


ils sont capables d’assurer des cadences de fonctionnement élevées
grâce à leur commande électrique.
Ils possèdent une grande endurance électrique et mécanique et assurent
généralement la commande de fours, de moteurs à haute tension ou
d’équipements industriels divers devant être manoeuvrés fréquemment. Ils
ne peuvent jamais être utilisés comme sectionneurs et ne restent fermés
que si leur bobine de commande est constamment alimentée.

Manoeuvre
En charge.
Coupure rapide de l’arc.
La manoeuvre est réalisée par un électroaimant qui permet, à partir de
puissances faibles, de commander des puissances importantes.
Il est intégré dans un système d’automatisme.

Caractéristiques
IN : courant assigné,
It : courant de courte durée admissible,
Pc : pouvoir de coupure de 10 à 25 IN,

AREVA T&D - DAFEP THE1/A3112/CH5/APPAR/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–9–

Coupe circuits à fusible

Organe de protection contre les courts-circuits

Les fusibles permettent d’interrompre automatiquement un circuit parcouru


par une surintensité, grâce à la fusion d’un conducteur métallique calibré.
Ils sont surtout efficaces pour la protection contre les courts-circuits,
vis-à-vis desquels ils agissent, le plus souvent, en limiteurs de la valeur
crête du courant à interrompre. Ils sont assez souvent générateurs de sur-
tensions de coupure et exigent malheureusement d’être remplacés après
chaque fonctionnement.

En triphasé, ils n’éliminent que les phases parcourues par un courant de


défaut, ce qui peut présenter des dangers pour le matériel. Ils présentent
des risques de fonctionnement intempestif en cas de surcharge prolongée.
Pour pallier cela, les fusibles sont généralement associés à des interrup-
teurs ou à des contacteurs avec lesquels ils constituent des combinés
susceptibles d’assurer la protection contre les surcharges et les courts-cir-
cuits dans des conditions satisfaisantes. Les combinés présentent généra-
lement l’avantage d’une coupure triphasée en cas de fusion d’un seul ou
de deux fusibles.

Manoeuvre
Fusion d’un élément : une lame fusible.

Caractéristiques
IN : courant assigné, correspond au calibre,
c’est un courant de référence inscrit sur la cartouche du fusible,
Inf : courant conventionnel de non-fusion : valeur limite spécifiée du
courant qui peut être supportée par le fusible pendant un temps
spécifié (de une à trois heures suivant le calibre) sans fondre,
If : courant conventionnel de fusion : valeur limite spécifiée du courant
qui provoque le fonctionnement du fusible dans un temps spécifié
(de une à trois heures suivant le calibre)
Pc : pouvoir de coupure très élevé de 20 à 63 kA.

AREVA T&D - DAFEP THE1/A3112/CH5/APPAR/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 10 –

Disjoncteur

Associé à des relais c’est un organe de coupure et de pro-


tection contre les surcharges, les courts-circuits et les
défauts monophasés à la terre.

Les disjoncteurs sont capables d’établir, de supporter et d’interrompre des


courants dans les conditions normales ou anormales de leurs circuits.

Tous les types de relais et de systèmes de protection peuvent leur être


associés afin d’assurer, dans les meilleures conditions, l’élimination des
défauts survenant dans les circuits qu’ils contrôlent, ainsi que la remise en
service automatique de ces circuits lorsque les défauts présentent un
caractère fugitif ou ont été éliminés par un autre appareillage.

Le disjoncteur constitue l’appareil de protection par excellence, doué à la


fois d’intelligence et d’une totale capacité d’intervention.

Manoeuvre
En charge.
Coupure rapide de l’arc.
Manoeuvre automatique en cas de défaut détecté.

Caractéristiques
IN : courant assigné,
Pc : pouvoir de coupure de 10 à 100 IN,
Pf : pouvoir de fermeture de l’ordre de 2,5 Pc (A crête).

Éclateurs et parafoudres

Organe de protection contre les surtensions transitoires.

Ces surtensions peuvent être soit d’origine atmosphériques, c’est à dire


externes, soit consécutives à des manoeuvres ou à des phénomènes de
résonance, auquel cas elles sont dénommées internes.

AREVA T&D - DAFEP THE1/A3112/CH5/APPAR/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 11 –

Les plus simples de ces appareils sont les éclateurs ; chaque fois qu’ils
fonctionnent, ils restent amorcés et un disjoncteur doit intervenir pour élimi-
ner le courant de défaut qui en résulte.

Les plus perfectionnés, tels que les parafoudres à oxyde de zinc, sont
constamment connectés au réseau car ils sont pratiquement isolants à la
tension nominale.
En cas de surtension, leur résistance devient temporairement très faible,
mais ils redeviennent automatiquement isolants dès que la tension retrouve
sa valeur normale. Ils jouent ainsi leur rôle d’écrêteur sans entraîner d’in-
terruption de service.

Caractéristiques
Um : tension la plus élevée pour le matériel, par exemple 24 kV,
Ûrc: tension résiduelle apparaissant aux bornes du parafoudre lors d’un
choc de foudre provoquant le courant nominal de décharge, par
exemple 70 kV crête,
Îde : courant nominal de décharge, par exemple 5 kA crête.

AREVA T&D - DAFEP THE1/A3112/CH5/APPAR/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 12 –

Exemple de caractéristiques de cellules HTA


Caractéristiques électriques de cellules fixes FLUOKIT
Tension assignée (kV) 7,2 12 17,5 24 36
Désignation FLUOKIT M12 ou M24 (1) FLUOKIT M24 FLUOKIT M36
Cellule
tension assignée de tenue :
à la fréquence industrielle 50 Hz1 min (kVeff.) 20 28 38 50 70
au choc de foudre 1,2/50 µs (kV crête) 60 75 95 125 170
courant de courte durée admissible 1s (kA crête) 12,5 à 40 12,5 à 25 12,5
courant assigné permanent des jeux de barres (A) 400 - 630 - 1 250
degré de protection des enveloppes IP 2XC
Interrupteurs IS, PF, PFA
courant assigné permanent (A) 400 - 630
pouvoir de coupure assigné à cos ϕ = 0,7 (A) 400 - 630
courant de courte durée admissible (1) (kAeff.) 12,5 - 16 - 26,3 12,5 - 16 12,5 - 16
pouvoir de fermeture assigné sur court-circuit (kA crête) 31,5 - 40 - 66 31,5 - 40 31,5 - 40
Disjoncteurs FP
courant assigné permanent (A) 400 - 630 - 1 250
pouvoir de coupure assigné (kAeff.) 12,5 à 40 12,5 à 31,5 12,5
pouvoir de fermeture assigné sur court-circuit (kA crête) 31,5 à 100 31,5 à 63 31,5
durée de fermeture (ms) 50
durée de coupure (ms) 70
tenue à l’arc interne (kA) (2) 12,5
pouvoir de fermeture du sectionneur de mise à la terre (kA crête) (2)
cellules IS/LST 31,5 - 40 (3)
cellules PF/PFA 2,5
Contacteurs GFA
courant assigné (A) 400 400
pouvoir de coupure (kA)
symétrique, sans fusibles, cos ϕ = 0,1 10 6
avec fusibles 250 A 50
avec fusibles 125 A 31,5
pouvoir de fermeture (kA crête)
sans fusibles 25 15
avec fusibles 250 A 50
avec fusibles 125 A 30
pouvoir de coupure capacitif (A) 250 100
courant de courte durée admissible (kA/1s) 10 6
durée de fermeture (ms) 90 à 120
durée d’ouverture (ms) 45 à 175
Coupe circuit à fusibles FNw
pouvoir de coupure (kA) 50 31,5 25 20
Coupe circuit à fusibles FD/FDw
pouvoir de coupure (kA) 63 31,5 40 - 50 25 - 50 20 - 31,5

(1) FLUOKIT M12 pour performances supérieures à 25 kA


(2) FLUOKIT M24 uniquement
(3) pour cellules PGC : 5 kA crête
AREVA T&D - DAFEP THE1/A3112/CH5/APPAR/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 13 –

Annexes

Résumé de l’aptitude de l’appareillage à la coupure


des courants

Courant normal Surcharge Court-circuit


de service

Sectionneur

Interrupteur

Contacteur

Coupe circuit à fusibles

Interrupteur à fusibles

Disjoncteur

Variation du courant de court-circuit en fonction du temps


icc = f (t)

L R

e C

Icc

2Icc V 2

Icc V 2

t
0

AREVA T&D - DAFEP THE1/A3112/CH5/APPAR/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 14 –

Degré de protection

IP∗∗∗ degré de protection des enveloppes des matériels électriques


selon normes CEI 529, DIN 40 050 et NFC 20 010

1er chiffre : protection contre les corps solides 2e chiffre : protection contre les liquides
IP tests IP tests
0 pas de protection 0 pas de protection

Ø 50mm
protégé contre les protégé contre les
corps solides chutes verticales
1 supérieurs à 50 mm
1 de gouttes d’eau
(ex. contacts (condensation)
involontaire de la main)

Ø 12mm protégé contre les 15° protégé contre les


corps solides chutes de gouttes d’eau
x supérieurs à 12 mm jusqu’à 15° de la
2 (ex. doigt de la main) 2 verticale

protégé contre les


°
corps solides 60 protégé contre l’eau en
Ø 2,5mm supérieurs à 2,5 mm pluie jusqu’à 60° de la
3 (ex. outils, fils) 3 verticale

protégé contre les


Ø 1mm
corps solides protégé contre les
4 supérieurs à 1 mm 4 projections d’eau de
(ex. outils fins, petits fils) toutes directions

protégé contre les protégé contre les


poussières jets d’eau de
5 (pas de dépôt
5 toutes directions à la
nuisible) lance

protégé contre les


totalement protégé projections d’eau
6 6
contre les assimilables aux
poussières paquets de mer

15cm
mini protégé contre les
7 1m
effets de
Exemple protégé contre les poussières l’immersion

IP 5 4 protégé contre les


m
8 ...m
effets prolongés de
protégé contre les projections d’eau toutes directions l’immersion sous pression

AREVA T&D - DAFEP THE1/A3112/CH5/APPAR/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 15 –

Symboles

Normes CEI 60617-7, NF C13-200.

sectionneur fusible

sectionneur de terre fusible à percuteur

interrupteur fusible-sectionneur

interrupteur-sectionneur transformateur
de tension

interrupteur-sectionneur transformateur
à ouverture automatique de courant

combiné interrupteur- verrouillage


fusible

contacteur comptage

disjoncteur parafoudre

transformateur de
puissance

AREVA T&D - DAFEP THE1/A3112/CH5/APPAR/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 16 –

Quel est le rôle de l’appareillage ?

Établir Couper Couper Établir Surveiller


Séparer I normal I normal I défaut I défaut I

Sectionneur

Interrupteur

Contacteur

Fusible

Disjoncteur

AREVA T&D - DAFEP THE1/A3112/CH5/APPAR/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 17 –

Exemple

20kV 20kV
500MVA 500MVA

20kV

1c 1c 1c
2
3x50 TR1 3x502 TR2 3x502 TR3
45m +6% 45m +6% 45m +6%
-14% -14% -14%
TR9 TR8 TR6 6MVA 6MVA 6MVA TR4 TR5 TR7
7% 7% 7%
2c 2c 2c
3x2402 3x2402 3x2402
35m 35m 35m

6kV
2
3x2402

3x240
70m
70m
3x952
2

3x952

120m
190m

2
190m

3x952

190m
120m

190m
3x95

3x95
3x95
2
2

2
2

35m
35m

3x95
3x95

30m
30m

3x95
3x95

M M M M M M

250kW 250kW 925kW M M M M 925kW 250kW 250kW

1650kW 1650kW 1650kW 1650kW

AREVA T&D - DAFEP THE1/A3112/CH5/APPAR/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 18 –

20kV
554A 500MVA

383A
20kV
169A
145A 161A 87A
1c
2
3x50 TR3
45m +6%
-14%
6MVA TR4 TR5 TR7
7%
4MW 5MW 3MW
2c
3x2402
cos ϕ = 0,8 cos ϕ = 0,9 cos ϕ = 1
35m

561A 170A
6kV
3x2402
70m

392A
3x952
3x952

3x952

190m
120m

190m
3x952

2
35m

30m
3x95

M M M
196A 196A
M M 925kW 250kW 250kW
cos ϕ = 0,9
1650kW η = 0,9 1650kW η = 0,9

AREVA T&D - DAFEP THE1/A3112/CH5/APPAR/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 19 –

Icc3ϕ Icc2ϕ 554A


20kV Icc3ϕ/In
500MVA

14 434A 11 547A 383A 26


1
20kV
1c
169A 2
2
3x50
45m
14 013A 11 210A 3 TR3 83
+6%
-14%
6MVA
7%
2c
3x2402
7 012A 5 610A 35m 4 12,5
561A 170A
6kV 17,8
6 970A 5576A 5
3x2402
70m

392A
17,4
6 820A 5 456A 6
3x952

34
35m

30m
3x95

6 675A 5 340A 196A 196A


7
M M

1650kW 1650kW

AREVA T&D - DAFEP THE1/A3112/CH5/APPAR/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–1 –

L’hexafluorure de soufre,
coupure d’un arc en HTA

L’arc électrique

Le SF6 agent de coupure

L’ozone

AREVA T&D - DAFEP HTA1/DEFIN/SF6/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–2–

L’arc électrique

L’éclair, colère des dieux pour nos ancêtres

Aujourd’hui chacun sait qu’il est la liaison entre deux éléments chargés
électriquement , à des potentiels différents.
Il relie ainsi entre-eux, soit deux nuages, soit la terre et un nuage.

Lors de l’ouverture ou de la fermeture d’un circuit, un phénomène similaire


prend naissance, dans de nombreux appareillages électriques :
• contacteur,
• interrupteur,
• disjoncteur.
Ce phénomène, appelé «arc électrique», peut atteindre des tempéra-
tures de 15 000 °C, et si rien ne se produit, nous allons vers une dégrada-
tion rapide du matériel.
Il faut donc mettre au point un système qui permettre de refroidir l’arc, évi-
demment pas avec des glaçons !
Donc refroidir, mais avec un corps non conducteur qu’on appelle «diélec-
trique».
L’air et l’huile sont deux agents de coupure utilisés dans de nombreux
appareillages, ce sont les performances de ces «diélectriques» qui
déterminent l’architecture et l’encombrement des matériels.

Coupure d’un arc dans le SF6

C’est en 1900 que fut réaliser la première synthèse de L’hexafluorure de


soufre SF6.
Cette synthèse, par action directe du fluor gazeux sur le soufre, fut réalisée
à Paris par MM. MOISSAN et LEBEAU.
Doté d’une rigidité diélectrique particulièrement élevée, le SF6 a permis
une évolution dans les dimensions et dans les performances des matériels.

AREVA T&D - DAFEP HTA1/DEFIN/SF6/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–3–

Le SF6 est l’un des gaz les plus lourds actuellement connus. Il est environ
cinq fois plus lourd que l’air.
Sa masse spécifique est 6,14 g par litre.
Le SF6 est une substance inerte et dépourvue de toxicité à l’état pur.
Il est incolore, inodore, ininflammable et exempt d’oxygène, il n’entretient
pas la vie.
La vitesse de propagation du son dans le SF6 est trois fois inférieure à
celle dans l’air.
Comme tous les gaz, il se liquéfie sous l’effet :
• soit de la température,
• soit de la pression.
Dans des conditions ordinaires de température, il se liquéfie sous une pres-
sion de 20 bar.
Dans des conditions ordinaires de pression, il se liquéfie à une température
de – 60°C.
Stocké dans des bouteilles sous une pression de 20 bar, il se présente
donc en phase liquide.

Le SF6 est un gaz de synthèse, qui s’obtient par la combinaison de un


atome de soufre et de six atomes de fluor.

F F

S
F F

On note que cette réaction se fait avec un grand dégagement de chaleur,


de même ordre de grandeur que la combustion du charbon :
S2 + 6 F2 ⇒ 2SF6 + 524kcal.

AREVA T&D - DAFEP HTA1/DEFIN/SF6/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–4–

Comme l’on sait que l’énergie qui se libère lors d’une synthèse est celle
qu’il faudra donner pour décomposer le produit, on peut déjà prévoir que le
SF6 sera un refroidisseur énergique et un composé stable.

Dans des conditions normales de température, le gaz est inerte et ne réagit


pas avec son environnement.
Aux températures élevées, développées par l’arc électrique, le SF6 se
décompose.

Cette décomposition commence en fait à 400 °C, pour donné des produits
comme :
• l’hydrogène sulfuré, caractérisé par son odeur d’œuf pourri,
• l’anydride sulfureux, irritant l’arbre pulmonaire,
• l’acide fluoridrique qui attaque les métaux pour donner une poudre
blanchâtre connue sous le nom de fluorure métallique.
On trouve également :
• fluorure de thyonyle,
• fluorure de sulfuryle,
• tétrafluorure de thyonyle.
Tous ces produits de décomposition sont en majeur partie absorbés par un
tamis moléculaire, c’est à dire qu’ils sont traités et restitués en grande par-
tie en SF6 pur.
Un second avantage à ce tamis moléculaire est son pouvoir d’absorption
de l’humidité. l’humidité est génératrice, en outre, de l’acide fluorhydrique
noté précédemment.
Ces tamis équipent tous les disjoncteurs au SF6.

Pour minimiser les produits de décomposition, tous les compartiments


devant contenir du SF6, sont traités par le vide en usine.
Cela sera le gage d’un taux d’humidité très faible.
À ce titre, on demande au fabricant de SF6 de livrer un gaz avec une
teneur en humidité inférieure à 120 parts par million en volume, soit
15 ppm poids.

AREVA T&D - DAFEP HTA1/DEFIN/SF6/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–5–

Le SF6 agent de coupure

Caractéristiques

;;
Le SF6 est remarquable pour ses qualités d’agent isolant à la pression
atmosphérique, ses performances sont plus de deux fois supérieures à
celle de l’air.
À cette même pression atmosphérique, ses performances avoisinent celles
de l’huile sous une pression de 3 bar.

Regardons ceci d’un peu plus près.


À ce générateur haute tension, sont reliées deux rampes munies d’élec-
trodes dont l’écartement augmente à partir du bas.

Plaçons autour de ces électrodes,


un cylindre transparent, appli-
quons une tension aux bornes de
ce dispositif, un arc s’établit entre
les électrodes les plus rappro-
chées.

Introduisons lentement le SF6 par


le bas. La nappe de gaz emplit
progressivement le volume ainsi
formé, l’arc est repoussé vers le
haut, là où les électrodes sont
encore dans l’air.

SF6

AREVA T&D - DAFEP HTA1/DEFIN/SF6/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
;;
;;;
–6–

SF6
SF6

SF6

Ce phénomène se répète au fur et à mesure de la montée du SF6.


Lorsque le SF6 a complètement rempli le cylindre, étant plus lourd que l’air,
il va s’écouler à l’extérieur des parois, la dernière rangée d’électrodes est
toujours dans l’air.
L’arc ne pourra être éteint.

Reprenons le dispositif initial, mais seulement avec deux électrodes.


créons un arc.
Dans ce volume, versons du SF6, l’arc s’éteint. Que s’est-il passé ?

;;;;
;;
SF6

SF6

À une température de 2 000 °C, la molécule de SF6 se dissocie, le fluor se


détache du soufre.

AREVA T&D - DAFEP HTA1/DEFIN/SF6/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–7–

Cette dissociation nécessite une quantité très importante d’énergie, énergie


puisée dans la chaleur de l’arc.

Aux alentours de 3 000 °C, le soufre perd ses électrons, immédiatement


captés par le fluor.
À 6 000 °C, le fluor, à son tour, lâche des électrons, on se retrouve ainsi
avec une quantité importante d’électrons libres.

Dans le cas de notre arc, le courant transite par les électrons libres,
conducteurs immatériels.
La résistance de l’arc s’écroule d’environ 300 fois, le milieu devient conduc-
teur, seul le passage du courant par zéro conjugué à un soufflage éner-
gique de SF6 frais assure la coupure de l’arc.

En résumé !
Le SF6 est un excellent agent de coupure.
la haute énergie nécessaire à sa dissociation entraîne le refroidissement
efficace de l’arc.
La régénération rapide du SF6 autoriser des rétablissements de tension
très sévères.

Précautions et hygiène

Aujourd’hui, nous ne connaissons pas de meilleur diélectrique et agent de


coupure combinés que l’hexafluorure de soufre SF6.
Ce gaz, à l’état initial est sans danger :
• il est non toxique,
• il n’est pas combustible, ni comburant,
• il ne présente aucun risque d’explosion.
Il est toutefois nécessaire de prendre certaines précautions.

Le SF6 est cinq fois plus lourd que l’air. En cas de fuite, il va donc s’accu-
muler dans les parties basses du local, les caniveaux, les caves….
De ce fait il faut expressément prévoir une aspiration en partie basse et
une ventilation, car à forte concentration, il peut prendre la place de l’air
ambiant et provoquer l’asphyxie.

AREVA T&D - DAFEP HTA1/DEFIN/SF6/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–8–

Sachez toutefois que la Commission Électrotechnique Internationale affir-


me que cinq souris, laissées pendant 24 heures dans une ambiances com-
posée de 79 % de SF6 et de 21 % d’oxygène, restent en vie et ne présen-
tent aucun comportement anormal.
Il faut proscrire, à l’intérieur des locaux toute source de chaleur (cigarette,
moteur thermique, postes à souder…) qui serait en mesure de déclencher
un processus de décomposition du gaz.
Cette décomposition est comparable à celle qui prend naissance dans le
disjoncteur lors de l’ouverture ou de la fermeture du circuit.

Sur le plan médical, certains de ces produits de décomposition sont des


irritants violents des muqueuses et de l’arbre pulmonaire.
Toutefois, il faut savoir que ces composés gazeux sont présents en quanti-
té infime et qu’ils ne seront donc que très rarement agressifs.
Ceci grâce aux tamis moléculaires présents dans toutes les chambres de
coupure. Ces tamis assurent le traitement de ces produits et la restitution
de SF6 pur, à plus de 99%

Le SF6 pollué est facilement décelable, dans la mesure où il dégage une


forte odeur nauséabonde que l’odorat perçoit bien avant que le seuil de
toxicité ne soit atteint.
Il faut alors quitter le poste et assurer l’élimination par une forte ventilation.
Il est conseillé d’équiper les locaux d’un système de détection qui
déclenche automatiquement cette ventilation.

La décomposition du SF6 génère également des composés solides ,sous


forme de poudre blanchâtre, agressifs par réaction avec l’humidité des
mains et des muqueuses.
Toute intervention sur du matériel endommagé se fera donc obligatoire-
ment avec les protections appropriées : masque à gaz, gants, vêtements.

Pour la petite histoire, sachez que le SF6 ne détruit pas la couche d’ozone
et sachez aussi qu’il n’entraîne aucun accroissement des risques encourus
dans les postes.

L’absence de danger spécifique est d’ailleurs confirmée par le fait qu’il n’y
a jamais eu à déplorer d’accident depuis les nombreuses années que le
SF6 est utilisé comme agent de coupure.
AREVA T&D - DAFEP HTA1/DEFIN/SF6/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–9–

Les appareils utilisants le SF6 ont un taux de fuite annuel garanti inférieur à
1 % de la masse. Ceci exclut tout danger en régime normal.
La situation anormale est l’explosion d’un appareil, fait très rarissime.
Toutefois, si un tel accident se produisait, une odeur nauséabonde signale-
rait immédiatement l’anomalie laissant aux opérateurs présents le temps
d’agir en toute sécurité.

En conclusion !
Le SF6 n’est pas un produit dangereux.
En cas d’incident, il y a certaines précautions à prendre. Ayons simplement
l’esprit sécurité.

Tension disruptive en fonction de la pression absolue

kV (valeur crête)

100

SF6

80

2 mm

gaz
60

air

40

huile

2,5 mm
20

huile
bar (absolu)
0
1 2 3 4 5 6 7

AREVA T&D - DAFEP HTA1/DEFIN/SF6/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 10 –

Analyse du gaz SF6 neuf

H2O < 130ppm (vol/vol) eau

CO2 traces dioxyde de carbone

CF4 t trafluorure de carbone

Air < 0,05%

SF6 99,9%

Principaux produits gazeux après coupure


CF4
air HF acide fluorhydrique
ciel gazeux
CO2 dioxyde de carbone
2
CO SO2 anhydride sulfureux
phase liquide CF4 tétrafluorure de carbone
H2O
SiF4 tétrafluorure de silicium
SOF2 fluorure de thionyle
SOF4 tétrafluorure de thionyle
SO2F2 fluorure de sulfuryle
SF4 tétrafluorure de soufre
H 2O eau
S2F10 décafluorure de soufre

Analyse du SF6 après coupure


couleur sans tamis moléculaire

SO2F2 0,12% avec tamis moléculaire


(alumino-silicate)

Air 0,17%
0,03%

H2O 0.20%
0.05

CO2 0.24%

CF4 2,83%
2,80%

SiF4 2,88%
0,25%

SO2 2,99%
traces

SOF2 3,95%
traces

SF6

AREVA T&D - DAFEP HTA1/DEFIN/SF6/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 11 –

Caractéristiques physiques

AREVA T&D - DAFEP HTA1/DEFIN/SF6/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 12 –

Caractéristiques physiques, réponses

5 fois plus lourd que l’air

incolore
inodore
non toxique
sans saveur (insipide)

ni combustible
ni comburant
exempt d’oxygène

La vitesse du son dans le SF6, est


trois fois inférieur à celle dans l’air

AREVA T&D - DAFEP HTA1/DEFIN/SF6/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
– 13 –

L’ozone

L’ozone est un allotrope de l’oxygène (formule 03) donc de même forme


que l’oxygène, mais avec des propriétés différentes.
L’ozone sert à la purification des eaux.
Du fait de sa grande agressivité, il est utiliser en particulier pour le vieillis-
sement artificiel.
L’ozone a un pouvoir d’oxydation bien supérieur à l’oxygène.
Nous sommes de grands fabricants d’ozone : tous les arcs électriques
génèrent de l’ozone.
L’ozone a une odeur âcre et une couleur vaguement bleutée.

AREVA T&D - DAFEP HTA1/DEFIN/SF6/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–1 –

Exemples

AREVA T&D - DAFEP THE1/A3112/CH8/EXEM/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–2–

Schéma

20kV 20kV
500MVA 500MVA

20kV

1c 1c 1c
3 x 502 3 x 502 3 x 502
45m 45m 45m

TR9 TR8 TR6 TR1 TR2 TR3 TR4 TR5 TR7


+ 6% + 6% + 6%
– 14% 2c – 14% 2c – 14%
2c
6MVA 3 x 2402 6MVA 3 x 2402 6MVA
3 x 2402
7% 35m 7% 35m 7%
35m

6kV

3 x 2402 3 x 2402
70m 70m

3 x 952 3 x 952 3 x 952 3 x 952 3 x 952 3 x 952


190m 190m 120m 120m 190m 190m

3 x 952 3 x 952 3 x 952 3 x 952


M 250 kW 35m 30m 35m 30m M 925 kW M 250 kW M 250 kW
M 250 kW M 925 kW

M 1650 kW M 1650 kW M 1650 kW M 1650 kW

AREVA T&D - DAFEP THE1/A3112/CH8/EXEM/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–3–

Installation Fluokit M24 - 24 kV


Fluokit M24 - 24 kV

PGC PGB PGC PGC PGC PGC PGC


20 kV

TR2 TR3 TR4 TR5 TR6

AREVA T&D - DAFEP THE1/A3112/CH8/EXEM/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–4–

Fluokit M24 - 7,2 kV

PGB PGC PGC DPMC DPMC DPMC


6 kV

TR3

IS
925kW 250kW 250kW

1650kW 1650kW

AREVA T&D - DAFEP THE1/A3112/CH8/EXEM/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
–5–

Calculs

2 2 U
Z= ∑R + ∑X Icc =
Point de calcul R X = Lω ∑R ∑X 3 .Z

mΩ mΩ mΩ mΩ Ω A

1 Source

2 Jeu de barres

3 Câble : 3 x 502 (20kV)

1 + 2 + 3 (6kV)

4 Sortie transfo

5 2 Câbles 3 x 2402

6 Câble 3 x 2402

7 Câble 3 x 952

7" Câble 3 x 952 120m

7" Câble 3 x 952 190m

AREVA T&D - DAFEP THE1/A3112/CH8/EXEM/3.0/F Toute reproduction sans autorisation de AREVA T&D est strictement interdite
LA SATISFACTION CLIENT COMME > La charte FIEEC Qualité formation
CULTURE QUALITÉ
Le Centre de formation T&D de Villeurbanne
adhère depuis 1985 à la charte qualité établie
RI
par la FIEEC (Fédération des Industries Élec-
LECT QUES, É

IE
TR RENT UA
L
CHARTE Q EC triques, Électroniques et de Communication).

TR É
US
HÉ L

ON
IND

IT
AD

IQU
IQUE DES
> La conformité avec les normes AFNOR

ES ET DE COM
CHN
Depuis 1994 un système d’assurance qualité a

TE

MU
ON

NI
TI
été mis en place dans ce Centre de formation, il
CA
A TIO
RM N
FO

intègre les recommandations des normes fran-


Certifié ISO 9001 : 2000 par
çaises en matière de qualité de la formation pro-
fessionnelle :
X50-760 - Offre de formation
X50-761 - Prestations de formation.
N° 122189

> La certification ISO 9001 (2000)

Ce système d’assurance et de management de


la qualité est audité régulièrement. Il est certifié
depuis 1999 selon le référentiel ISO 9001 par
Bureau Veritas Quality International (certificat
n°122189).

LE 1% FORMATION

Les formations que nous dispensons entrent


dans le cadre de la loi du 16 juillet 1971, qui
donne un cadre juridique à la formation conti-
nue, et bénéficient des mesures de déduction
fiscale.

DES FORMATIONS ANIMÉES


AVANTAGES CLIENTS PAR DES SPÉCIALISTES
>> Optimiser la qualification et la réactivité de
Autour d’une équipe de formateurs attentionnés,
votre personnel et limiter ainsi les arrêts de
véritables spécialistes dans leur domaine qui ont
production
su développer une compétence pédagogique
>> Obtenir une réponse personnalisée et des adaptée, nous proposons :
solutions pour traiter les défauts et les
incidents ayant pu survenir > Des formations standard
>> Bénéficier de l’expertise d’un formateur
ayant l’expérience bureau d’études et En session inter-entreprises dans nos centres
chantier pour optimiser vos modifications (dates planifiées), Catalogue sur demande ou sur
ou extensions www.areva-td.com

>> Cibler la bonne formation en testant vos > Des formations spécifiques
connaissances par des quiz
>> Choisir entre une formation théorique en De conception modulaire, en session intra-entre-
présence d’un formateur ou à distance prise (programme personnalisé et dates au
avec un logiciel multimédia choix) dans nos centres ou sur site client dans le
monde entier.
>> Bénéficier d’une qualité de formation sans
égale, grâce à des travaux pratiques sur du
matériel à taille réelle
>> Vous transmettre le «savoir-être», véritable
gage de confiance en soi pour l’apprenant

Contactez-nous
AREVA - T&D SERVICE - Centre de formation
130 rue Léon Blum - 69611 Villeurbanne cedex (France)
tél : 33 (0)4 72 68 33 86 - fax : 33 (0)4 72 68 35 17
email : formation.dafep@areva-td.com - www.dafep.com

AREVA T&D Worldwide Contact Centre:


http://www.areva-td.com/contactcentre/
Tel.: +44 (0) 1785 250 070

www.areva-td.com