Sunteți pe pagina 1din 4

COMMUNAUTÉ (/SHANGHAI/COMMUNAUTE)

FRANÇAIS DE SHANGHAI - Guillaume de


Bernadac, professionnel de l’é que e
Par Le Pe t Journal Shanghai (/le-pe t-journal-shanghai-716) | Publié le 19/03/2017 à 20:30 | Mis à jour le
20/03/2017 à 02:47

Par Delphine Gourgues (http://www.lepetitjournal.com/shanghai/contact)

Toujours en quête de découvertes de personnalités d'exception qui peuplent Shanghai, nous avons
rencontré un jeune entrepreneur qui répand les bonnes manières avec conviction ! Guillaume Rué de
Bernadac, la trentaine, fait partie de ceux pour qui la Chine, loin d'être une évidence, s'est imposée à
eux? Et c'est avec passion qu'au sein de son Académie, il enseigne l'art de vivre à la française au
service de l'excellence professionnelle. Portrait d'un jeune homme raffiné, qui s'est fixé pour mission
de transmettre, en toute bienveillance, les codes de l'étiquette à une Chine en demande d'élégance?

(Crédits photo : Mario Machado)


L'héritage familial : s'en émanciper tout en l'honorant?

Guillaume, originaire de la région d'Agen, est né dans une famille engagée dans la santé. Un père
dentiste, une mère et un grand-père médecins, tout aurait pu le pousser à envisager un métier dans
ce secteur. Mais Guillaume était plutôt passionné d'histoire, surtout les XVIIème et XVIIIème siècles !
Après des classes préparatoires, il intègre une école de commerce à Nantes et s'intéresse déjà aux
échanges internationaux et interculturels, en tant que président de l'association AIESEC* notamment.
Il perçoit très vite le fossé des différences culturelles ressenties par les étudiants chinois venant
passer quelques mois en France, leurs difficultés à s'intégrer, leur tendance à rester entre eux. Dans
l'entourage familial de Guillaume, il y a aussi sa grand-mère, Julienne, chère à son c?ur. Née au Maroc,
celle-ci avait reçu une éducation très stricte dans les années 20, au sein de la cour du Maroc où son
propre père travaillait. Dès son adolescence, elle s'occupe de l'éducation des enfants du roi et de ceux
des notables, en tant que préceptrice. Faire cohabiter deux cultures, promouvoir l'art de vivre à la
française, c'était son quotidien. Et elle en parlait souvent à son petit-fils?

De l'école des cosmétiques et du marketing?

Guillaume s'oriente assez rapidement vers les Paysages de Mongolie Intérieure (Crédits
secteurs de la cosmétique et du luxe, notamment photo : Guillaume de Bernadac)
grâce à un stage en marketing chez Biotherm (groupe L'Oréal) en 2010. Puis, suivant les conseils reçus
lors de cette expérience professionnelle, il opte ensuite pour un échange universitaire en Chine, à
l'université Tongji de Shanghai pendant six mois. Il en profite pour explorer le pays et la région
asiatique. Les Montagnes Jaunes, la Mongolie Intérieure mais aussi le Vietnam, le Cambodge, la
Thaïlande, la magie opère? Avec sa cousine, en échange universitaire en même temps que lui, il y
découvre "des paysages spectaculaires, inspirants". Un voyage qui s'avèrera décisif?

De retour en France, Guillaume poursuit dans la voie marketing/cosmétique avec un stage chez
Parfums Christian Dior (groupe LVMH), puis une fois son diplôme en poche, avec une expérience
chez Yves Rocher. De tout cela, il en retiendra notamment "le bouillonnement créatif et le challenge
permanent de chez L'Oréal, l'expertise en traitement de l'image chez Dior, et l'ambiance très familiale
et passionnante chez Yves Rocher". Mais rapidement, il se sent à l'étroit, voudrait aller plus vite et
plus loin. "J'avais envie de faire quelque chose qui me ressemble vraiment", avoue-t-il. Entre les
échanges avec sa grand-mère et les souvenirs de Chine, une idée germe dans son esprit.

?Au grand bond vers la Chine !

(Crédits photo : Académie de Bernadac) "Avant mes six mois passés à Shanghai, je n'avais
pas été préparé à la Chine et j'ai vécu un vrai choc culturel !" nous confie-t-il. "Les manières au
quotidien sont si différentes, et puis tout m'énervait, j'étais confronté à un mur d'incompréhension !".
Partageant ce sentiment avec sa grand-mère, il se met à caresser l'idée de perpétuer la tradition
familiale et d'enseigner l'art de vivre à la française. Et la Chine semblait un terrain tout à fait propice à
ce projet ! En 2013, il prend la décision de se lancer : il intègre l'incubateur de créateurs d'entreprises
de son école Audencia, démarre une étude de marché sur le terrain et commence à apprendre le
mandarin. Fort de son expérience professionnelle déjà acquise, il se sent armé pour ouvrir sa propre
structure et mettre à profit son fort goût du risque. À sa grande surprise, son étude du marché lui fait
découvrir qu'en Chine, malgré l'origine française du mot "étiquette", art de vivre et bonnes manières
sont associés à? l'Angleterre ! "Peut-être en raison du succès de la série Downton Abbey ? ", ironise-t-
il, et surtout parce que les Anglais sont arrivés sur ce marché dès le début des années 2000. Il n'en
faut pas moins pour le piquer au vif, et début 2014, il s'installe à Shanghai pour "accomplir sa mission"
et enseigner l'art de vivre à la française !

L'Académie de Bernadac

C'est ainsi que naît l'Académie de Bernadac, école de cours d'étiquette, pour (Crédits photo :
l'excellence professionnelle et sociale. Entouré d'une équipe de dix personnes Académie de
aujourd'hui, Guillaume cible en priorité les entreprises, et ses premiers clients Bernadac)
sont les grands hôtels pour leurs cadres et maîtres d'hôtel. Les domaines enseignés vont de l'art de la
table, la démarche, l'éloquence (la voix, le langage corporel?), les business manners, le vin, l'art floral
(avec Anne-France Larquemin, relire notre article
(http://www.lepetitjournal.com/shanghai/pratique/239928-conseils-de-pro-fleurs)). Ses clients ne
sont pas forcément tous chinois, car toutes les nationalités sont pleinement conscientes que la
réussite dans les affaires passe aussi par une image et un savoir-vivre de qualité. L'Académie propose
aussi des cours pour les particuliers adultes et aussi pour les enfants dont les parents veulent parfaire
leur éducation, en vue de leurs futures études à l'étranger. "Les enfants adorent nos cours, ils se
sentent comme des princes et princesses !". Il propose aussi des événements internes de type team
buiding. Parmi ses clients, on peut citer Cartier, Christofle, Portman Ritz Carlton, Bain, Shangri-la,
China Eastern Airlines, Baccarat ou encore l'ambassade de Finlande?

Les modèles de Guillaume

Les grandes figures historiques qui inspirent Guillaume ont cassé les codes pour en recréer. Elles
vont de Marie-Antoinette ou la Baronne Staffe, à Coco Chanel, en passant par Yves Saint Laurent.
"Coco Chanel a eu un rôle historique pour la femme, elle a été au diapason de son époque en
s'habillant de façon "pauvre" avec des vêtements qui ont libéré la femme. Marie-Antoinette, bien
qu'elle ait ignoré la misère de son époque, a osé rejeter les codes des Habsbourg, a choqué dans
sa façon de s'habiller et a réussi à devenir une personne privée. Quant à Yves Saint Laurent, il a su
avec classe faire exploser les codes en les recréant, un vrai génie !"
Le Shanghai de Guillaume

S'il reste profondément attaché à la France bien sûr, Guillaume aime Shanghai. Sportif mais aussi
gourmand, il est adepte du brunch du dimanche matin au Latina. Toujours à l'affut de nouvelles
adresses, il apprécie plutôt les lieux cosy où l'on peut s'entendre parler, pour ses rendez-vous
professionnels, ou pour y retrouver ses nombreux amis français, écossais, allemands, italiens, russes,
finlandais et aussi chinois (Villa Le Bec, La Crêperie, La Petite Fleur, Gathering Clouds?). Côté bons
plans, le fabrik market est un must pour lui, il s'y fait confectionner de nombreux vêtements. "Ils
savent tout faire, du moment que l'on a une idée précise des formes et des matériaux !"

L'actu de Guillaume

(Crédits photo : Académie de L'activité de Guillaume explose, il suffit de voir combien il se


Bernadac) fait copier? La chaîne télévisée française M6 est venue
l'interviewer en juin dernier pour un reportage diffusé en novembre 2016. Quelques jours après, sa
grand-mère décédait. "Elle n'a pas raté sa sortie, elle a vu aboutir ce projet qui perpétue la tradition
familiale qu'elle m'a transmise?". Et pour les prochains mois se prépare notamment une collaboration
avec Hurun Report (http://www.hurun.net/en/), le Forbes chinois, avec des cours proposés à tout
leur réseau. Il y a aussi plusieurs projets avec des hôtels Ritz Carlton (à Sanya, à Pudong), de
nombreux nouveaux cours d'éloquence et d'art floral, ainsi qu'une extension de son activité sur toute
la Chine : Pékin, Chengdu, Nanchang, Hangzhou... Son compte WeChat, ouvert il y a seulement 18
mois, est le premier compte étranger d'étiquette (et le 2ème compte WeChat d'étiquette) avec
quelques 5.000 followers déjà ! Et sur son récent compte Weibo aussi, le succès est au rendez-vous !
"Ce que j'admire chez les Chinois avant tout, c'est leur capacité à aller de l'avant et à changer ! Les
femmes sont tout particulièrement intéressées et se demandent souvent comment être une femme
élégante !"

Et demain ? Continuer à promouvoir la France !

Étendre son activité dans le monde ? Pourquoi pas ! Il y a beaucoup de pays attirés par cet héritage
français du savoir-vivre : le Japon, l'Indonésie, mais aussi des pays ayant déjà une grande tradition de
codes et traversant une mutation sociale, comme la Russie, l'Iran, ou des pays d'Afrique. Et en Europe
ou aux États-Unis, la tendance à l'élégance revient à la mode, après des années de style casual.

À ceux qui lui disent qu'il est trop ancré dans la tradition, il répond qu'au contraire, la politesse est un
sujet qui n'est pas gravé dans le marbre et dont il faut connaître les évolutions pour savoir s'adapter.
Et preuve que Guillaume est plus que jamais d'actualité, voire visionnaire, un de ses prochains sujets
sera "L'étiquette sur WeChat" ! Tout un programme?