Sunteți pe pagina 1din 3

Régis JUANICO

Député de la Loire
Conseiller départemental de la Loire
[Aux destinataires des alertes
sur la Loi de Programmation
Pour la Recherche]

Nos réf. : RJ/BM/17/11/2020#1024 Saint-Etienne, le 17 novembre 2020

Madame, Monsieur,
J’ai bien reçu votre courriel relayant vos inquiétudes concernant la Loi de Programmation
Pour la Recherche 2021-2030 (LPPR). Je vous en remercie.
J’ai bien pris connaissance des amendements qui attisent vos craintes (amendements
sénatoriaux n° 147, 150 et 234) et je partage votre inquiétude sur les dispositions qui aggravent
encore les orientations néfastes développées par la LPPR.
Nous avons débattu de ce texte en Commission des Affaires Culturelles et de l’Éducation, où
j’ai eu l’occasion de déposer des amendements (pour augmenter les financements des laboratoires ;
https://youtu.be/l_1A4d5na24, pour supprimer les chaires d'excellence :
https://youtu.be/Foxl3InFzwU , pour préserver le recrutement national des enseignants chercheurs :
https://youtu.be/WstZ2DIiAdY), puis en séance publique à l’Assemblée Nationale (où je suis
intervenu sur une explication de vote pour la demande de rejet préalable du projet de loi de
programmation de la recherche : https://youtu.be/QjZ-1Ap4vzA ). Malgré tout, la LPPR a passé le cap
de l’Assemblée Nationale et a été adoptée dans la nuit du 23 septembre, par 48 voix pour et 20
contre.
J’étais présent lors de l’étape suivante, lundi 9 novembre, en Commission Mixte Paritaire
(CMP) du Sénat sur la Loi de Programmation pour la recherche conclusive. Avec les sénatrices
socialistes, nous avons voté contre le nouveau texte qui, sans surprise ne répondait pas aux attentes
des acteurs de la recherche. Les parlementaires de la République en marche ainsi que les sénateurs
de droite et du centre ont quant à eux voté pour.
Au cours de cette CMP, les sénateurs sont revenus à une LPPR sur 10 ans au lieu de 7 ans
comme cela avait été voté en première lecture. De plus, les 26 milliards d’euros alloués ont été
réduits drastiquement puisqu’ils représenteront en réalité 7 milliards si l’on tient compte de
l’inflation.
…/…

Permanence de Régis JUANICO, Député de la Loire


11, rue de la Résistance – 42000 SAINT ETIENNE - Tél. : 04 77 30 53 60
Casier de la Poste – 126, rue de l’Université 75355 PARIS Cedex 07 SP
e-mail : regis.juanico@assemblee-nationale.fr – Site Internet : http://www.juanico.fr
Régis JUANICO
Député de la Loire
Conseiller départemental de la Loire

…/…
La CMP a fait plus fort encore en ne se contentant pas de reprendre le désastreux
amendement n°147, qui introduisait dans le code pénal une disposition nouvelle, propre aux
établissements d’enseignement supérieur, sanctionnant d’une peine d’un an d’emprisonnement et
de 7 500€ d’amende, l’entrave aux débats tenus dans les locaux universitaires. Elle a fait bien pire :
elle pénalise désormais : « le fait de pénétrer ou de se maintenir dans l’enceinte d’un établissement
d’enseignement supérieur sans y être habilité […] ou y avoir été autorisé […], dans le but de troubler
la tranquillité ou le bon ordre de l’établissement».
Le nouveau texte de la CMP prévoit même, par un simple jeu de renvoi entre dispositions du
code pénal, que lorsque ce délit « est commis en réunion, les peines sont portées à trois ans
d’emprisonnement et 45 000 € d’amende ».
Une nouvelle rédaction de l’article 3 bis a été adoptée malgré la forte opposition que j’ai pu
exprimer permettant une expérimentation aux établissements d’enseignement supérieur de déroger
à la qualification nationale de la Conférence Nationale des Universités pour le recrutement des
maîtres de conférence. Face à la levée de boucliers provoquée par cette mesure au sein de la
communauté universitaire, la CMP a concédé un encadrement en prévoyant une concertation
préalable avec les principaux acteurs concernés.
Les nombreux nouveaux contrats destinés aux doctorants, post docs et jeunes chercheurs se
superposent à ceux existants et constituent encore des contrats précaires ou des possibilités de
déroger aux modalités d’accès à la fonction publique iront grossir le nombre de contractuels de la
recherche.
Le recours massif aux ordonnances – même réduit par le Sénat de moitié – n’est pas
acceptable : le Parlement ne saurait se dessaisir de débats sur des sujets d’importance majeure
comme la création d’une nouvelle exception au droit des artistes visuels (article 16) ou l’utilisation
confinée des OGM.
Malgré la déception immense, nous noterons les quelques apports du Sénat :
• engagement de servir d’une durée de 6 ans pour les titulaires de chaires junior après leurs
titularisation (article 3) ;
• suivi de carrière des chercheurs titulaires de contrats post-doctoraux prévu par l’article 5 ;
• élaboration du « volet territorial » des contrats de site au regard des objectifs et des moyens
envisagés, à partir d’une étude d’impact annexée sur les effets locaux et régionaux de
développement durable et culturel du site (article 10) ;
• suppression de l’article 20 bis qui permettrait aux Présidents des universités de déroger aux
règles d’organisation des examens et de délivrance des diplômes pour raison de « situation
d’urgence» non définie par la loi ;

…/…
Permanence de Régis JUANICO, Député de la Loire
11, rue de la Résistance – 42000 SAINT ETIENNE - Tél. : 04 77 30 53 60
Casier de la Poste – 126, rue de l’Université 75355 PARIS Cedex 07 SP
e-mail : regis.juanico@assemblee-nationale.fr – Site Internet : http://www.juanico.fr
Régis JUANICO
Député de la Loire
Conseiller départemental de la Loire

…/…

• ajout dans le rapport annexé de l’objectif de soutien aux interactions sciences-société


prévues par la sur l'Enseignement Supérieur et la Recherche durant la période de la programmation ;
• au regard de l’incompréhension suscitée par la disposition relative aux libertés
académiques, la CMP a adopté la rédaction suivante : « Les libertés académiques sont le gage de
l’excellence de l’enseignement supérieur et de la recherche français. Elles s’exercent conformément
au principe à caractère constitutionnel d’indépendance des enseignants-chercheurs ».
Bien qu’il y ait quelques apports positifs du Sénat, le projet de loi ne permettra pas de
répondre aux défis de la recherche française. Le monde de la recherche mérite pourtant des moyens,
de la stabilité et de la clarté.
C’est pourquoi, avec mes collègues députés Socialistes et apparentés, nous avons présenté
un contre-projet afin de re-construire toute la loi de programmation autour d’un objectif simple : un
effort de la Nation en faveur de la recherche publique à hauteur de 1% du PIB, objectif que
l’Allemagne vient d’atteindre en 2019. Sur la base de cette nouvelle programmation budgétaire, nous
formulons 25 propositions, que vous pouvez consulter ici : https://lessocialistes.fr/un-vrai-projet-
pour-la-recherche/ .
Vous remerciant pour votre interpellation, je vous prie de recevoir, Madame, Monsieur,
l’expression de mes sincères salutations.

Régis JUANICO

Permanence de Régis JUANICO, Député de la Loire


11, rue de la Résistance – 42000 SAINT ETIENNE - Tél. : 04 77 30 53 60
Casier de la Poste – 126, rue de l’Université 75355 PARIS Cedex 07 SP
e-mail : regis.juanico@assemblee-nationale.fr – Site Internet : http://www.juanico.fr