Sunteți pe pagina 1din 7

introduction

La peine de mort (également connue sous le nom de «peine de mort») existe depuis l'Antiquité. On
peut dire qu'elle est apparue juste avant la punition qui est maintenant devenue courante, la
punition avec l'emprisonnement.

La peine de mort est le meurtre, en vertu de la loi, d'une personne en guise de punition pour un
crime pour lequel elle a été condamnée. Elle est généralement précédée d'un procès, qui se termine
par une condamnation à mort. Ceci est mis en œuvre par exécution.

Dans certains pays, les personnes punies pour meurtre, espionnage ou trahison sont passibles de
cette peine. Les cours martiales prononcent le plus souvent cette peine, qui est courante dans le
droit militaire.

Dans d'autres sociétés, la peine de mort est également utilisée pour le viol, l'adultère, l'inceste,
l'homosexualité ou le trafic de drogue.

En Chine, par exemple, le trafic de viande vivante ou les cas graves de corruption sont passibles de
la peine de mort.

En Roumanie, la peine de mort a été abolie par le décret-loi no. 6 du 7 janvier 1990 et a été
remplacé par la réclusion à perpétuité. Les dernières personnes condamnées à mort et exécutées
étaient les Ceausescus (25 décembre 1989).

À travers cet article, nous cherchons à savoir si nous pouvons appliquer la peine de mort en
Roumanie et s'il est opportun d'y revenir.

Pour le savoir, nous allons d'abord passer en revue un bref historique de la peine de mort. Ici, nous
verrons également quelques statistiques de divers pays concernant les exécutions. Ensuite, nous
essaierons de revoir à la fois les arguments en faveur de la peine de mort et les arguments contre
elle. En fin de compte, les arguments, à la fois pour et contre, nous "appliquerons" au cas de la
Roumanie.

Historique

La peine de mort existe depuis l'Antiquité, lorsque les peuples primitifs se battaient pour un morceau
de terre, les vaincus étant physiquement éliminés. Même si dans de tels cas on peut invoquer le fait
qu'il s'agissait encore d'une période de guerre, le recours à la peine de mort n'est pas justifié à 100%.
Dans les temps modernes, l'Église est l'une des institutions qui s'oppose le plus à la peine de mort. La
peine de mort, cependant, se trouve non seulement au Moyen Âge, mais aussi à l'époque moderne.
Contrairement au Moyen Âge, dans les temps modernes, la peine de mort est considérée comme
spécifique uniquement aux pays «non démocratiques». Il n'y a que quelques «exceptions», la plus
importante étant les États-Unis d'Amérique (présents uniquement dans certains États, pas dans
tous). En effet, en 2000, nous avons remarqué que le seul pays européen qui appliquait encore la
peine de mort était la Russie, où le terme démocratie est relatif (Udrea, 2003, p. 109). Aussi, à part
les Etats-Unis, les autres Etats qui ont encore cette sanction sont considérés comme, surtout d'un
point de vue économique, du deuxième ou du tiers monde. En fait, le fait qu'il n'y ait pas de pays en
Europe avec la peine de mort légale est dû au droit de l'UE. Un exemple célèbre à cet égard est celui
de la Turquie, qui a été contrainte de renoncer à ce type de sanction, obligatoire pour l'ouverture des
négociations d'adhésion avec l'Union européenne.

La peine de mort n'était légale en Europe que dans les États totalitaires. Par conséquent, après la
transition vers la démocratie, ils ont décidé de l'abolir, le dernier pays de l'ancien bloc communiste à
l'avoir renoncé étant la Pologne en 1999 (un pays qui n'a pas quelque chose de spécifié dans la
Constitution, pour cette raison dans ce pays peut être légèrement réintroduit). Cependant, Malte a
été le dernier pays européen à abandonner sa sanction en 2000.

Actuellement, seuls 74 pays utilisent encore ce type de sanction. Les méthodes d'exécution vont de
la décapitation en Arabie saoudite au choc électrique dans certains cas aux États-Unis. La pendaison
(Egypte, Japon), l'injection létale (Thaïlande, Guatemala), le tir (Chine, Biélorussie), la lapidation (Iran,
Afghanistan) sont également pratiquées. La Russie est sur le point d'abandonner la peine de mort,
membre du Conseil de l'Europe, un groupe de pays qui a signé la Convention européenne des droits
de l'homme. Selon Amnesty International, plus de 7 790 personnes ont été condamnées à mort en
2004 et plus de 3 790 ont été exécutées, même si l'on soupçonne que ce nombre serait beaucoup
plus élevé. La Chine détient le record d'exécutions par an (3400 personnes), tandis que l'Iran en
compte 159, contre le Vietnam et les États-Unis avec respectivement 64 et 59 exécutions par an. En
revanche, la plupart des exécutions par habitant sont enregistrées par l'État de Singapour qui, sur
une population d'environ 4,2 millions de personnes, a envoyé à mort 420 condamnés entre 1991 et
2004.

On peut souligner le fait que l'État qui détient le record des exécutions est un État communiste, la
Chine, mais, vu le nombre d'habitants dans cet État, on peut avoir une autre explication. La présence
des États-Unis dans ce sommet semble cependant curieuse, cet État apparaissant comme l'exception
à la règle selon laquelle ce type de sanction n'est désormais respecté que dans les États non
démocratiques. Dans notre pays, la peine de mort a une longue histoire, à l'époque médiévale étant
«à la mode». En fait, l’histoire enregistre la première interdiction de la peine de mort, pas lors de son
introduction. Pour cette raison, on peut dire que cette punition existe depuis le monde. La première
fois qu'elle a été interdite, c'était dans la Constitution de 1866, l'interdiction étant maintenue
jusqu'en 1938, date à laquelle elle a été réintroduite. La loi fondamentale de 1938, de nature
dictatoriale, fut le moyen par lequel la dictature royale de Charles II fut introduite.

Un fait intéressant, cependant, se produit après l'arrivée au pouvoir des communistes. Ainsi, bien
qu'ils abolissent cette constitution, considérée comme fasciste par nature, ils maintiennent la peine
de mort par une «loi spéciale». Un autre fait intéressant est qu'en 1957, la peine de mort a été
introduite pour un préjudice économique de plus de 100 000 lei. Intéressant de voir comment les
communistes considéraient les voleurs comme des personnes qui ne pouvaient plus être réhabilitées
(c'est en théorie l'un des principes de l'application de la peine de mort). Un autre élément
particulièrement intéressant est que le régime communiste n'a pas explicitement stipulé dans sa
législation la peine de mort pour les crimes politiques. Ainsi, on considère que l'homme «déviant»,
qui «complote contre l'ordre socialiste» peut encore être dirigé et rééduqué, bien que certains
n'aient pas survécu en prison en raison du traitement qu'ils ont subi. Ainsi, on peut dire que la peine
de mort existe également dans le cas des crimes politiques, mais elle est quelque peu occultée.

La peine de mort a été abolie par le décret-loi no. 6 du 7 janvier 1990, lorsqu'il a été décidé
d'appliquer la peine d'emprisonnement à perpétuité. Pour cette raison, et à travers ce mouvement, il
a été considéré que la Roumanie avait franchi une nouvelle étape dans la démocratisation tant
souhaitée.

Arguments Pro

1.L'argument économique

Si nous pensons strictement d'un point de vue économique, il est beaucoup plus efficace d'éliminer
un criminel dangereux de la société que de l'enfermer dans une prison. En prison, ce criminel
«consomme» beaucoup d'argent (argent qui lui va directement, comme nourriture, ainsi qu'aux
personnes payées pour le garder, pour prendre soin de lui, etc.). Ainsi, en plus du fait que cet homme
a fait du mal à la société, il continue de faire du mal, qui doit dépenser de l'argent avec lui, argent
que la société ne récupérera jamais (dans le cas de ceux qui sont emprisonnés à vie, ils ils ne sont
plus du tout utiles à la société, ils sont «aux soins de la société» jusqu'à la fin de leur vie).

2.L'argument psychologique

Théoriquement, la peine de mort devrait décourager les délinquants potentiels. Une peine de mort
est plus effrayante qu'une peine de prison (même à perpétuité).

3.Acte de prévention

Cette peine est généralement appliquée aux criminels considérés comme particulièrement
dangereux et qui ne peuvent plus être réhabilités. Malheureusement, il existe d'innombrables cas
d'évasion (dans le cas de la réclusion à perpétuité), et dans de tels cas, l'évadé sait qu'il n'y a pas de
punition plus sévère que cela. Ils peuvent aussi, s'ils ne sont pas bien encadrés, commettre des
crimes contre d'autres détenus dans les prisons.

4.«Education» dans les prisons

Il existe de nombreuses études sur la vie carcérale et son rôle. Les sociologues les plus importants qui
ont étudié cela sont Erving Goffman et Anthony Giddens. Ils soulignent les «défauts» du système
pénitentiaire actuellement. Ainsi, selon la théorie de l'étiquetage, les gens sont déviants parce qu'on
leur dit qu'ils le sont. Et en prison, cela est accentué par le fait que chaque jour les gardiens
rappellent aux détenus pourquoi ils sont là. Cela signifie que là-bas, en prison, au lieu de corriger les
comportements déviants des détenus, ils les accentuent. L'application des étiquettes des personnes
institutionnalisées, nous voyons donc qu'elle apparaît dès le premier moment où elles entrent dans
l'institution respective et y restent même après avoir quitté l'institution (Giddens, 2000). Goffman
met l'accent sur cette théorie avec l'exemple des malades mentaux, qui d'une part ont une image
négative à l'extérieur, mais aussi leur image de leur propre peuple est également négative (Goffman,
2003).

Il faut également noter qu'en prison, les détenus peuvent s'influencer mutuellement. La théorie de
l'apprentissage, appartenant à la Chicago School, stipule qu'il n'y a pas de gens qui naissent déviants,
mais ils apprennent ce comportement des autres. Ainsi, en prison, les détenus, au lieu de se
redresser, apprennent de nouvelles techniques, et après leur libération, ils ne font que les appliquer.
Si on parle de criminels, on peut considérer qu'il peut apprendre à d'autres détenus, avec des actes
moins graves, à commettre d'autres crimes.

Pour cette raison, les partisans de la peine capitale estiment que les criminels particulièrement
dangereux tels que les tueurs en série devraient être définitivement éliminés de la société, car ils
font du mal même en prison.

5.C'est une forme de respect de la vie humaine

Les opposants à la peine de mort affirment le plus souvent que la peine de mort viole un droit
fondamental de la Charte des droits de l'homme: le droit à la vie (article 3). Mais qu'en est-il du droit
à la vie des victimes des condamnés? Ou avec le respect que la société est obligée de montrer aux
familles des victimes? Ainsi, les tenants de la peine de mort affirment que l'Etat a le devoir de
montrer qu'il valorise la vie de ses citoyens et qu'il est capable de punir toute violation de ce droit de
manière ferme et appropriée. C'est seulement ainsi, pensent-ils, que l'État montrerait qu'il
respecterait la chose la plus précieuse de ses citoyens: la vie.

Argumente contra
1.L'argument religieux

Cela semble être l'argument le plus fort des opposants à la peine de mort. Ils affirment que la vie a
été donnée à l'homme par Dieu et que Dieu seul peut prendre la vie de quelqu'un. Ainsi, si un État
avait la peine de mort en droit, ce serait le Dieu de cette région de la terre, tant qu'il a le droit de
vivre sur les gens qui y habitent. On pense aussi que cet homme, en prison, peut "se repentir", il
existe de nombreux cas dans lesquels de dangereux criminels ont trouvé le chemin de la foi en
prison. Cependant, cela est considéré avec scepticisme par les partisans de la peine capitale, qui
soutiennent que l'Église, en particulier l'Église catholique, n'aurait pas le droit de se prononcer sur
cette question tant qu'elle aurait sur sa conscience tant d '«hérétiques» du Moyen Âge.
2.Le risque de condamner des innocents

Cela est considéré comme le grand désavantage de la peine de mort au détriment de la réclusion à
perpétuité. Ainsi, dans le cas de la prison, une erreur possible peut être réparée, même si cet homme
a énormément souffert en prison. À l'appui de cet argument viennent quelques données concrètes.
Ainsi, selon le Death Penalty Information Center - une association américaine - 123 personnes ont été
libérées du couloir de la mort de 1976 à nos jours aux États-Unis après que leur innocence a été
reconnue. Cependant, si une personne a déjà été exécutée, l'affaire rouvre avec peu ou pas de
difficulté, considérant que tout est terminé au moment de l'exécution du coupable.

3.Les effets dissuasifs souhaités ne sont pas atteints

Les données montrent que le taux de criminalité dans les États américains qui appliquent la peine
capitale est deux fois plus élevé que dans les États qui n'utilisent pas la peine capitale. Bien que ces
chiffres ne créent pas automatiquement un lien de causalité, ils soulèvent certainement la question
d'un lien de causalité entre la peine de mort et l'effet dissuasif de la commission de crimes. De plus,
ces données peuvent s'expliquer par le fait que la légalisation de la peine de mort ne fait que
diminuer encore plus le respect de la vie de la société, par le fait que cette attitude est également
pratiquée par l'Etat.

Ici, en fait, deux arguments en faveur de la peine capitale sont combattus (arguments 2 et 5 ci-
dessus). Ce serait la preuve que l'État ne valorise pas la vie d'une personne. Ainsi, on considère que
personne, pas même l'État, n'aurait le droit de prendre la vie de quelqu'un, ce qui est la preuve
suprême que l'État valorise vraiment la vie de ses propres citoyens.

4.Il n'apporte aucun avantage économique ou social

Ici, les avantages économiques de la peine de mort sont remis en question. Ainsi, on dit que le
mécanisme de la peine capitale doit être maintenu même s'il n'est pas réellement utilisé. Ensuite, la
prison en tant qu'institution existe de toute façon, ce personnel est payé de toute façon (pour les
autres criminels), de sorte que les coûts réels ne diminueraient pas réellement, mais
augmenteraient.

De plus, même s’ils étaient de dangereux criminels, ils pouvaient accomplir certaines tâches qui
pourraient devenir utiles à la société (quoique dans une moindre mesure que celles qui ont commis
des délits mineurs). On dit en outre que les problèmes du système pénitentiaire sont en fait cachés.
Ainsi, ils existent et doivent être corrigés, et la prison ne peut être abolie avec tous ses inconvénients.
Ainsi, ce n'est pas un argument selon lequel un criminel particulièrement dangereux peut s'échapper.
C'est parce que cette prison n'est pas bien gardée. En fait, ce faisant, les opposants à la peine de
mort affirment qu'elle tente de cacher les vrais problèmes d'un État.
5.La pression sur les épaules des juges

Les opposants à la peine capitale estiment que la pression exercée sur les juges augmente
énormément, car ce sont finalement des personnes. Bien que les partisans de la peine de mort
soutiennent qu'il y a de toute façon des pressions sur les épaules des juges, que l'emprisonnement à
vie est finalement sévère, ils se heurtent à l'opposition des opposants à la peine de mort, qui
soutiennent que l'erreur d'un juge dans la condamnation à perpétuité la vie est beaucoup plus facile
à redresser. Il y a aussi des cas médiatisés de crimes horribles, et ici les juges ressentent en plus la
pression de l'opinion publique et de la communauté pour une punition sévère, une punition qui n'est
pas toujours la bonne.

conclusions
La peine de mort est le premier châtiment que l'humanité ait jamais connu. Peut-être pour cette
raison, il est considéré comme obsolète, barbare et incompatible avec les temps modernes dans
lesquels nous vivons.

Il est également considéré comme contraire aux règles de la démocratie. Pour cette raison, les États
démocratiques ont abandonné ou sont sur le point de l'abandonner. La seule exception est les États-
Unis, mais là, la décision à cet égard est prise au sein de chaque État. Pour cette raison, les États qui
appliquent encore la peine de mort sont considérés comme des dictatures ou comme appartenant
au deuxième ou même au tiers monde. Là encore, les États-Unis apparaissent comme une exception
à la "règle".

Les arguments en faveur de la peine capitale sont de nature économique (elle coûte moins cher
que de garder le criminel en prison à vie), psychologique et préventif (la peine capitale décourage les
criminels potentiels et réduit considérablement et élimine presque le risque d'échapper à des
criminels dangereux) et de nature philosophique (la peine de mort est la preuve que l'État valorise
vraiment la vie de ses propres citoyens). Aussi, un argument important est donné à l'institution de la
prison, qui a parfois des effets opposés à ceux pour lesquels elle a été créée sur la vie et la mentalité
des détenus. Ainsi, bien qu'ils soient théoriquement là pour être réhabilités, ils y sont éternellement
étiquetés comme des criminels et peuvent également apprendre des choses négatives les uns des
autres.

Les arguments contre la peine de mort sont de nature religieuse (Dieu a donné la vie aux gens et lui
seul peut la prendre), et le reste ne fait que contredire les arguments de ceux qui soutiennent cette
punition. Ainsi, d'un point de vue économique, les arguments économiques en faveur de la peine de
mort sont contredits (les coûts réels seraient plus élevés dans le cas de la peine de mort, car le
mécanisme de la peine capitale doit être maintenu pour toujours, et ces gardiens sont quand même
payés). Aussi, psychologiquement, il semble que l'effet décourageant soit minime, surtout en raison
du contexte (ce n'est pas comme dans le passé, avec des exécutions devant une foule), et les effets
philosophiques sont totalement opposés (si l'État valorisait la vie des gens, cela signifie que ils ne
devraient pas avoir le droit de les prendre quelles que soient les circonstances). Ensuite, les erreurs
judiciaires peuvent être réparées plus facilement, mais la justice ne peut plus rien faire dans le cas de
l'exécution de la personne injustement accusée. On considère également qu'ils tentent en fait de
masquer certaines erreurs du système pénitentiaire qui, au lieu de les corriger, préfère les
«masquer».

La Roumanie a connu ce type de punition. La punition a été interdite pour la première fois en 1866.
Elle n'a été réintroduite qu'en 1938, avec la première constitution dictatoriale en Roumanie. Les
communistes l'ont gardé, et immédiatement avec la transition vers la démocratie, il a été aboli. Pour
cette raison, on considère que le statut de pays démocratique de notre pays serait incompatible avec
une telle punition. Pour cette raison, les arguments en faveur de cela ne suffiraient pas au détriment
de ceux qui s'y opposent. Et l'argument le plus important contre cela serait celui lié au contexte
international, dans lequel en Europe presque tous les pays ont renoncé à ce type de sanction. En
outre, en raison de la faible confiance dans le pouvoir judiciaire, les arguments décourageants
peuvent être facilement contrés, étant donné qu'un homme condamné à mort peut être innocent
aux yeux de nombreuses personnes.

Bibliographie
Site-uri:

• http://ro.novopress.info/?p=791

• http://www.idebate.org/wiki_ro/index.php/Pedeapsa_capitala_ar_trebui_abolita

• Directivele UE cu privire la pedeapsa cu moartea, disponibil pe


http://consilium.europa.eu/uedocs/cmsUpload/10015.ro08.pdf

• http://europa.eu/scadplus/leg/en/lvb/l33501.htm

• http://www.religioustolerance.org/execut3.htm

• http://www.prodeathpenalty.com/issues.htm