Sunteți pe pagina 1din 4

LE POING SYNDICAL

Bulletin d’information de la Fédération syndicale étudiante (AGEP-FSE)

- M a r s 2011 -

… ET VIVRE DÉCEMMENT !
Étudier ne revêt pas la même réalité pour tout le
monde. Selon l'Observatoire de la Vie Étudiante (OVE),
80 % des étudiants sont contraints d'exercer un travail
au cours de leur scolarité et 49 % d'entre eux
travaillent toute l'année. Peu étonnant lorsque l'on
sait que seulement 7 % des étudiants bénéficient
d'une bourse et que la majorité vit d'un revenu
inférieur au seuil de pauvreté: 733 euros/ mois...
Comment parler d'égalité face aux études raisons. Pour les étudiants issus des classes
lorsque celles-ci requièrent une moyenne de 35h de populaires, les études sont un tel investissement
travail hebdomadaire et que l'on en travaille 15 à financier, physique et moral que la plupart sont
coté? La réponse est simple et les instituts de purement et simplement exclus: 15 % de fils
recherche tel que l'INSEE et l'OVE nous le d'ouvriers en 1ère année de fac de lettres contre 4
démontrent ; l'égalité des chances n'existe pas : 62 % en 3ème année (OVE).
% des étudiants salariés échouent aux examens.
En ajoutant à la surcharge de travail la
Ils ont presque 30 % de chance de réussite en
précarité des jobs étudiants, les plus en difficulté
moins que les non salariés.
sont ceux qui doivent travailler le plus. La faute à
Travailler est pourtant loin d'être un choix, et un système de plus en plus élitiste qui réduit
la faiblesse des bourses, l'insuffisance (voire chaque année ses dépenses en services sociaux et
l'absence) des revenus familiaux, les logements et qui prépare la privatisation des CROUS.
la vie trop chers en sont bien entendu les premières

Source : enquêtes Emploi, Taux de réussite à Taux de poursuite


1992 à 2002, Insee l'examen des études
Étudiants salariés (plus de 16 heures) 37,9% 74,1%
Étudiants salariés (moins de 16 heures) 55,8% 86,1%
Étudiants non salariés 66,0% 89,9%
Total 63,40% 88,50%

Pour une université accessible à tous:


AUGMENTATION DU NOMBRE DE BOURSIERS
AUGMENTATION DU MONTANT DES BOURSES
DROIT AU CHÔMAGE POUR LES ÉTUDIANTS
SOLIDARITE AVEC LES LUTTES DES TRAVAILLEURS POUR
L'AMELIORATION DES CONDITIONS DE TRAVAIL
Colère des étudiants à la cité U des Gazelles !
Un ras-le-bol général, c’est ce qui a déclenché
début décembre la colère des résidents du pavillon 6 de la
cité universitaire des Gazelles. Un équipement largement
insuffisant, des logements pas assez chauffés, parfois
sans eau chaude, des conditions de sécurités
intolérables... voilà le lot quotidien d’un étudiant en cité U,
et ce malgré les rénovations récentes des bâtiments qui
ont entrainé de scandaleuses augmentations de loyer (de
130 euros à 235 en 3 ans).
Des étudiants obligés de s'équiper eux-même... sanctionnés par l'administration du CROUS !!
Afin de palier à ses conditions désastreuses, les habitants ont été contraint de s'équiper
individuellement : chauffages d’appoint, frigidaires, bouilloires, cafetières…etc. C'est ainsi que, le 13
décembre dernier, l'administration du CROUS a pris la décision scandaleuse de confisquer ce matériel
électroménager dans chambres du pavillon 6 des Gazelles. Utilisant l'argument classique de la sécurité,
elle en a profité pour bafoué l'intimité des résidents en faisant des fouilles dans les chambres, souvent en
l'absence des locataires.
Une seule réponse : la lutte !
Les résidents, accompagnés par la Fédération Syndicale Etudiante, ont décidé de s’organiser
afin de lutter contre les conditions vétustes de leur logement. Réunis en assemblée générale le 13
décembre au soir, les résidents ont établit un certain nombre de revendications parmi lesquelles :
• Le respect de l'intimité des résidents, arrêt de l'intrusion dans l'espace "privé" (sous prétexte de
sécurité).
• Un matériel de cuisine fonctionnel et en quantité suffisante afin de subvenir convenablement aux
besoins des résidents, ceci afin que ne soit plus nécessaire l'équipement individuel.
• La garantie de l'intégrité physique des étudiants ainsi que la prévention contre d'éventuelles
dégradations, ceci par l'embauche de personnels qualifiés (sécurité incendie, etc...)
• La restitution immédiate du matériel injustement confisqué, directement dans les chambres, afin
que les résidents n'aient pas à se déplacer.

85 % d'augmentation des loyers de cité U, pourquoi ?


A l'heure actuelle, la politique est à l'alignement du loyer
des cité universitaires sur ceux des logements privés. Les cités U
d'Aix ont presques toutes été rénovées : une bonne chose, si le
loyer n'avait pas quasiment doublé! Il n'y aura donc plus de
loyers à 130 euros l'an prochain. Alors que seulement 4% des
étudiants de la région PACA bénéficie d'une chambre en cité U,
qu'aucune construction n'est prévue, que les loyers augmentent,
les conditions de vie y reste déplorable.
Cette situation nous la devons à la privatisation des
CROUS instaurée par le rapport Lambert. Il a pour but de créer
des pôles régionaux : les CROUS devront trouver leurs propres
financements par les entreprises présentes localement. L'aide
sociale regionalisée créera de fait des disparités dans la qualité
de l'aide sociale sur l'ensemble du territoire : la région PACA dispose de financements plus
grands que la Côte d'or par exemple. A terme, les étudiants des régions moins dynamiques
verront une bourse et des aides sociales moins conséquentes que dans des régions plus
attractive économiquement (où le coût de la vie sera par ailleur plus cher).

Pour l'arret de la privatisation des CROUS


et le réinvestissement financier de l'état dans les services sociaux !
Luttes internationales
• Les révoltes populaires qui contrôle et de répression sont Licence/Master/Doctorat (LMD). Il
se poursuivent actuellement en quasiment intacts. La démission du est certain que pour obtenir
Libye font face à une féroce Premier ministre Mohamed satisfaction de leurs
répression d'État, signe d'un Ghannouchi sous la pression des revendications, ils devront s'allier
pouvoir corrompu qui ne lâche rien, manifestants est le signe que les aux forces populaires qui
mais qui vit ses derniers instants. Tunisien-ne-s ne sont pas dupes, et multiplient les appels à manifester
Le gouvernement libyen a pourtant que révolution ne signifie pas pour réclamer le départ du pouvoir
annoncé des mesures sociales simple changement de régime militaire algérien. Au Burkina-Faso
comme l'augmentation des salaires politique afin que la bourgeoisie également, dans la troisième ville
ou des allocations pour calmer la puisse conserver ses intérêts du pays, Koudougou, de violentes
contestation, des miettes qui ne impérialistes. manifestations ont éclaté suite à la
changeront pas la situation du mort d'un lycéen, Justin Zongo, tué
pays, et qui ne feront pas retomber • En Égypte, même réalité. par la police. Ces révoltes, dont les
Après les combats formidables acteurs sont principalement des
la détermination des insurgés.
Depuis les années 1990, la Libye menés par les masses populaires étudiants et des lycéens, gagnent
pour faire tomber Moubarack, c'est d'autres villes du pays telles que
est le théâtre d'affrontements
violents opposant le pouvoir et la l'armée qui est aujourd'hui au Ouagadougou, Ouahigouya, Poa...
pouvoir, réprimant les manifestants
population. En Libye comme
ailleurs, ce sont les travailleurs, et grévistes qui continuent à se • La Fédération Syndicale
mobiliser pour réclamer la liberté Étudiante soutient les
ouvriers, paysans qui constituent la
base de la révolte. et la justice sociale. rassemblements, manifestations,
et les actions populaires appelés
• En Tunisie, les révoltes ne • En Algérie, la mobilisation dans toutes les villes et les villages
se poursuit malgré un dispositif des pays du Maghreb, du Moyen-
faiblissent pas : manifestations,
grèves et actions collectives se policier important et une répression Orient et d'Afrique. Nous devons
féroce. Lundi 21 février, 500 organiser une solidarité active en
multiplient contre les tentatives
d'une bourgeoisie soucieuse de étudiants ont manifesté devant les multipliant les rassemblements de
locaux du ministère de soutien et autres événements de
préserver ses intérêts en
construisant une «transition l'enseignement supérieur et ont solidarité, en montrant que les
été violemment réprimés par la bourgeoisies occidentales ont des
démocratique», nouveau masque
de l'oppression impérialiste. En police. Les étudiants algériens en intérêts impérialistes dans les
sont à leur cinquième anciens territoires coloniaux, et
Tunisie comme en Égypte, les
appareils d'État, notamment rassemblement contre la mise en qu'ils tiennent à les préserver par
place du système dessus tout.
l'armée et les dispositifs de
Dans le monde arabe et ailleurs, vivent les luttes populaires contre l'impérialisme et les dictatures !

La LOPPSI 2, l'outil de la censure d'Etat.


« Lorsque la maison brûle, on ne demande pas au juge l’autorisation
d’envoyer les pompiers. » Brice Hortefeux, ex-ministre de l'Intérieur.
La Loi d'Orientation et de Programmation pour la Performance de la
Sécurité Intérieure est le regroupement de plusieurs textes de lois
traitant de la sécurité intérieure de 2002 à 2009. Elle met en place et
coordonne des mesures portant atteinte aux libertés individuelles et à
la démocratie, notamment dans le cadre de la préservation de l'espace
privé.
Ce texte de loi créé une infrastructure technique de censure en mettant à disposition des services
d'ordres les outils administratifs nécessaires au contrôle et à la surveillance de la population. Parmis ces
mesures, on peut noter :
• Le triplement du nombre de caméras de surveillance dans les grandes villes,
• La possibilité, pour la police, de filtrer des sites internet (établissement d'une liste noire) ou de
placer des mouchards sur des ordinateurs de particuliers, sans avis ou mandat d'un juge,
• La mise en place d'une procédure rapide pour expulser des squatteurs, sans avis du propriétaire,
• La possibilité pour un préfet d'instaurer un couvre-feu pour les mineurs de moins de 13 ans.
Cette loi est l'institutionnalisation de pratiques sécuritaires et liberticides : elle pérennise la répression
et créé des outils pour surveiller et faire taire ceux qui ne rentrent pas dans la norme.
CONTRE L'OPPRESSION DE L'ETAT !
Suppression du parking étudiant !!
Pour laisser place à l'extension de l'Université de Provence , le parking étudiant a été totalement
supprimé avec cette note "À l'attention de tous les usagers du parking SCHUMAN AIX. En raison de la
prochaine construction de l'extension Schuman. Une solution d'ouverture auprès de la Communauté du
Pays d'Aix pour l'accès au parking Krypton est en cours de négociation. Merci de votre compréhension.
L'Université de Provence" Cette négociation dure depuis deux ans maintenant.
Le centre d'Aix comptait 14 184 étudiants inscrits en 2008/2009 (remontées SISE des inscriptions
administratives). Deux ans plus tard le chiffre a certes diminué mais reste important, et il est non
envisageable de ne pas avoir de solution pour se garer dans le quartier des facultés d'Aix.

Les voitures des étudiants sont désormais excessivement ramassées par la fourrière, lorsqu’elles
sont devant la cité de Cuques, au niveau du CSU et sur l'avenue Schuman. Dans tous les cas rapportés la
voiture ne gênait pas le passage. A la généralisation de la précarité étudiante s'ajoutent cette
répression financière de 114€ et un procès verbal de 35€. Comme si on avait besoin de ça...

Qu'est-ce que la FSE?


La Fédération Syndicale Etudiante est un syndicat de lutte dont la priorité est d'axer son
combat sur les étudiants, étudiants-salariés et précaires du milieu univeritaire par la lutte
collective et par la lutte seule.

Nous nous battons contre la logique d'élimination des classes populaires des universités ; qui se
concrétise chaque année par la casse de nos acquis sociaux (CPE, privatisation des
universitéset des organismes d'aides sociale, casse du service public et des retraites...).

Par sa part icipation dans l es consei ls d'administration, la FSE s'engage à ne sièger


que dans le but de faire circuler les informations ayant attrait à la gestion de l'université.
Nous refusons de négocier des pécadil les sur des budgets de plus en plus restreints : nous ne
siègons pas pour choisir quel UFR sera supprimé ou quelle partie de la fac ne sera pas rénovée. La
représentativité étudiante étant dérisoire dans les conseils; il est utopiste de pe nser y
a v o i r u n quelconque poid.

Le syndicat est une force pour tous les étudiants, que ce soit pour bénéficier d'une aide sur les
questions administratives ou pour organiser une lutte collective face a une situation injuste.
Seule la lutte paie !

POUR CONTACTER L'agep-FSE:


www.agepfse.fr
Mail : agep.fse.aix@gmail.com
Tel : 04 42 95 34 44
Local D030 de la fac de lettres,
Université de Provence (Aix en Provence)