Sunteți pe pagina 1din 18

Séance 2:

La
hiérarchie
des normes
-constitutionnalisme-
DISSERTATION
• « Il est certain que ceux qui élaborent les
constitutions écrites les conçoivent comme
devant former le droit fondamental et
suprême de la nation et que par
conséquent le principe d’un tel
gouvernement est qu’un acte législatif
contraire à la constitution est nul. »

• MARBURY v. MADISON, 1803, in Zoller (E.), Grands arrêts de la


Cour suprême des Etats-Unis, PUF, 2000, p. 102.
Hiérarchie des
normes

• Constitutionnalisme= émergence d’un ordre juridique cohérent.


• Ses origines en France remontent au siècle des Lumières et à la
théorie du contrat social= ROUSSEAU
CONSTITUTION

• Statut juridique de l’Etat

• Influence de la théorie du contrat social

• Deux éléments de définition: l’approche matérielle et


l’approche formelle
CONSTITUTIONNALISME

• Enjeu principal de la hiérarchie des normes: la


constitution

• Création d’un Etat de droit

• Distinction entre la constitution et la loi


CONSTITUTION SOUPLE ET RIGIDE

• Distinction entre pouvoir constituant originaire, pouvoir


constituant dérivé et pouvoirs constitués

- Constitution rigide: dont la révision nécessite l’intervention d’un


organe et d’une procédure spécifique
- Constitution souple: la révision ne nécessite aucune disposition
particulière
CONSTITUTION COUTUMIERE ET ECRITE

• Constitution coutumière: ensemble de règles non écrites,


fondement progressif de la coutume qui par une
application répétée acquiert sa portée juridique.

• Constitution écrite: document le plus souvent court


adopté comme une loi particulière ou une loi ordinaire.
L’ETAT DE DROIT

• L’Etat doit agir dans le respect du droit

• L’Etat est à la fois producteur de droit et soumis au droit.

• Carré de malberg : autolimitation si l’ Etat ne respectait


pas le droit ce serait pour lui « saper les fondements de
son institution »
OBJET DE LA CONSTITUTION

• Juridiques: valider l’ordre juridique dans son ensemble,


régir le fonctionnement de l’appareil politique,
reconnaître des principes fondamentaux

• Politiques: organiser la transmission et l’exercice du


pouvoir, fonde la légitimité des gouvernants, élément
d’intégration nationale et de production de la
citoyenneté.
MARBURY V. MADISON

• Article VI de la constitution fédérale: contrôle judiciaire


de constitutionnalité des lois des Etats fédérés.

• Quelles dispositions pour le contrôle de la


constitutionnalité des lois du Congrès?

• Faits: nomination de juges dont William Marbury.

• Marbury saisit la Cour suprême mais celle-ci déboute


ce dernier pour incompétence
DISSERTATION
• « Il est certain que ceux qui élaborent les
constitutions écrites les conçoivent comme
devant former le droit fondamental et
suprême de la nation et que par
conséquent le principe d’un tel
gouvernement est qu’un acte législatif
contraire à la constitution est nul. »

• MARBURY v. MADISON, 1803, in Zoller (E.), Grands arrêts de la


Cour suprême des Etats-Unis, PUF, 2000, p. 102.
• « Si la constitution est un droit supérieur, suprême , inaltérable par
des moyens ordinaires alors une loi contraire n’est pas du droit ».
Dans la lignée des principes de l’institutionnalisation des pouvoirs
publics et de l’émergence d’un l’Etat de droit, les juges de la Cour
suprême des Etats-Unis d’Amérique en 1803 dans l’affaire Marbury
contre Madison définissent la valeur de la constitution dans l’ordre
normatif américain. L’innovation des constitutions écrites aux Etats-
Unis ou en France va supplanter la coutume pour renforcer l’Etat en
tant que personne morale. Les théories de Hobbes, Locke ou
Rousseau converge sur ce point et conçoivent l’Etat comme
régulateur des rapports sociaux. Le droit reflète alors les rapports
entre les hommes et doit déterminer les structures de la société.
Dès lors la création d’un ordre juridique s’impose et implique la
distinction du pouvoir constituant. L’adoption d’une constitution
écrite permet-elle l’émergence d’un ordre juridique? En devenant la
norme fondamentale de l’Etat (I), la Constitution est placée au
sommet de la hiérarchie des normes (II).
Dissertation séance 2
• I- La constitution: la loi fondamentale de l’Etat

– A- Par sa portée: la constitution acte fondateur de l’Etat


– B- Par son objet: organisation et fonctionnement de l’appareil
étatique

• II- La constitution: la norme suprême protégée

– A- Protection quant à son contenu: le principe d’une constitution rigide


– B- Protection quant à son respect: le contrôle de constitutionnalité des
lois
LE PRINCIPE DE CONSTITUTIONNALITE

• « Tout comme le principe de légalité


signifie qu’en dernière analyse seule
la loi peut déroger à une loi, le
principe de constitutionnalité signifie
que seule une loi constitutionnelle
peut déroger à une loi
constitutionnelle »
• Ch Eisenmann, La justice constitutionnelle et
la haute cour constitutionnelle d’Autriche,
LGDJ, 1928
-La hiérarchie des actes du
pouvoir implique que chaque acte
doit respecter une norme qui lui
est supérieure.

- Un contrôle est donc possible de


la conformité d’un acte inférieur à
une norme supérieure: la
constitutionnalité, la
conventionalité et la légalité.

• Auteur de la Théorie pure du droit, 1934

• Ecole normativiste: le droit se forme par différents degrés


de haut en bas d’une pyramide hiérarchisée
Contrôle de constitutionnalité

• Légitimité
Cour constitutionnelle allemande

• Formes diverses du contrôle


Conseil constitutionnel français

Cour suprême américaine


Siège de la cour constitutionnelle
belge
Palazzo della consulta
LEGITIMITE DU CONTROLE

• Maintien de l’Etat de droit

• Théories modernes de l’interprétation


FORMES DU CONTROLE

• Forme centralisée ou décentralisée

• Contrôle à posteriori ou à priori

• Contrôle par voie d’action ou par voie d’exception