Sunteți pe pagina 1din 8

Tuyauterie, vannes et

accessoires

Le système de tuyauteries
Le produit circule entre les éléments de l’installation dans le système de tuyauteries.
Une laiterie comporte également des systèmes de conduits pour d’autres fluides
comme l’eau, la vapeur, les solutions de nettoyage, le fluide frigorifique et l’air
comprimé. Un système d’eaux usées est également nécessaire pour la vidange.
Tous ces circuits sont essentiellement construits de manière identique. La différence
se situe au niveau des matériaux utilisés, de la conception des éléments et du
diamètres des tuyaux.
Tous les éléments en contact avec le produit sont en acier inoxydable. Différents
matériaux sont utilisés dans les autres circuits, par exemple la fonte, l’acier, le cuivre
et l’aluminium. On utilise du plastique pour les canalisations d’air et d’eau, et de la
céramique pour les tuyaux de vidange et d’eaux usées.
Le présent chapitre traite uniquement des canalisations de produit et de leurs
éléments constitutifs. Les systèmes de tuyauteries destinés aux fluides de service
sont décrits dans le chapitre traitant des utilités.
Le système de canalisations de produit utilise les types de raccords suivants :
• Tuyaux droits, coudes, tés, réducteurs et raccords-unions
• Accessoires spéciaux du type viseurs, pièces de raccordement des instruments
de mesure etc.
• Vannes d’arrêt et d’orientation de l’écoulement
• Vannes de régulation de la pression et du débit
• Supports de tuyauterie

Pour des raisons d’hygiène, toutes les pièces en contact avec le produit des
équipements de laiterie sont réalisées en acier inoxydable. On utilise
principalement deux nuances : AISI 304 et AISI 316. Cette dernière est
souvent appelée acier résistant aux acides.
Les spécifications suédoises correspondantes (mais non strictement
équivalentes) sont les suivantes :

Etats-Unis AISI 304 AISI 316 AISI 316L


Suède SIS 2333 SIS 2343 SIS 2359 1

Raccords
Les assemblages permanents sont soudés, comme illustré sur la figure 6.8.1. Si un 2
débranchement s’impose, on utilise comme raccord de tuyauterie un raccord fileté 3
à embout mâle et écrou prisonnier, avec bague d’étanchéité intermédiaire, ou un
raccord à collier avec bague d’étanchéité - voir figure 6.8.2.
Le raccord permet le débranchement sans perturber le reste de la tuyauterie. On Fig. 6.8.1 Exemples de raccords à
utilise donc ce type de liaison pour raccorder les équipements du procédé, instruments soudage permanent.
de mesure etc. qu’il faut déposer aux fins de nettoyage, réparation ou remplacement. 1 Tés
Les normes des raccords diffèrent suivant les pays. Ils peuvent être SMS (Norme 2 Réducteurs
laitière suédoise, également utilisée au niveau international), DIN (Allemande), BS 3 Coudes
(Britannique), IDF/ISO* et ISO clamps (beaucoup utilisées aux Etats-Unis).
On peut disposer de coudes, tés et raccords analogues à souder et à raccords

Manuel de transformation du lait/Chapitre 6.8 153


Ecrou
Partie mâle
SMS BS
Bague d’étanchéité
Garniture

*) IDF = International Dairy Federation


ISO = International Standardisation DIN
Organisation

IDF/ Collier
ISO
Fig. 6.8.2 Raccords de laiterie à différentes normes.
soudés. Dans ce dernier cas, le raccord peut être commandé avec un embout mâle
ou un écrou, ou avec un collier.
Tous les raccords doivent être serrés à fond pour éviter les fuites de liquide ou
l’aspiration d’air dans le circuit et ne pas entraîner de problèmes en aval du procédé.

Accessoires de tuyauterie spéciaux


Des viseurs sont montés sur la canalisation aux points exigeant un contrôle visuel du
produit.
On utilise des coudes à raccord d’instrument pour le montage d’instruments de
mesure du type thermomètres et manomètres. Le capteur devra être orienté face à
l’écoulement, pour rendre les relevés aussi précis que possible. On pourra également
utiliser un bossage de raccordement pour un robinet d’échantillonnage. Les raccords
d’instruments peuvent être en outre équipés de bossages spéciaux soudés directement
sur le tuyau lors de l’installation.

Dispositifs d’échantillonnage
Fig. 6.8.3 Robinet d’échantillonnage. Les dispositifs d’échantillonnage doivent être installés en des points stratégiques de
l’installation, pour recueillir les échantillons de produit aux fins d’analyse. Pour le
contrôle de la qualité, par exemple la détermination de la teneur en matière grasse
du lait et du pH des produits fermentés, les échantillons peuvent être recueillis à partir
d’un robinet d’échantillonnage (figure 6.8.3.).
Lors des contrôles de qualité hygiénique, la méthode d’échantillonnage doit
supprimer tout risque de contamination depuis l’extérieur du tuyau. On peut donc
utiliser un bouchon d’échantillonnage. Ce bouchon, illustré sur la figure 6.8.4,
comporte, au fond, une bonde en caoutchouc. On ôte tout d’abord le bouchon et
stérilise toutes les pièces susceptibles de contaminer l’échantillon (habituellement à
l’aide d’un tampon trempé dans une solution de chlore, juste avant la prise
d’échantillon), puis introduit l’aiguille d’une seringue hypodermique dans le produit,
à travers la bonde, et aspire un échantillon.
Les échantillons de produits aseptiques - traités à une température si élevée
qu’elle les stérilise - sont toujours recueillis par une vanne d’échantillonnage
aseptique, pour éviter la réinfection.

Vannes
Fig. 6.8.4 Bouchon d’échantillonnage Systèmes de vannes antimélange
pour analyse bactériologique. Dans un système de tuyauteries, il existe de nombreuses jonctions où le produit
s’écoule habituellement d’une canalisation à l’autre, mais qui doivent parfois être
fermées, de manière à ce que les deux fluides différents circulent dans les deux
canalisations sans se mélanger. Lorsque les canalisations sont isolées l’une de
l’autre, toute fuite éventuelle devra aller à l’égout, sans aucune possibilité de
mélange d’un des fluides avec l’autre.
Il s’agit-là d’un problème auquel on est fréquemment confronté lors de l’étude
technique des installations de laiterie. Les produits laitiers et solutions de nettoyage
circulent dans des canalisations distinctes et doivent rester séparés. La Figure 6.8.5
illustre quatre solutions différentes du même problème.

154 Manuel de transformation du lait/Chapitre 6.8


B

A C

D 3

Fig. 6.8.5 Systèmes de vannes alimentaires antimélange.


1 Coude pivotant, permettant le passage manuel d’une canalisation à l’autre.
2 Trois vannes d’isolement papillon peuvent assurer la même fonction.
3 Une vanne d’isolement et une vanne inverseuse à clapets peuvent effectuer le
même travail.
4 Une vanne antimélange suffit à assurer la sécurité et l’orientation de l’écoulement.

Vannes d’arrêt et vannes de diversion


Le système de tuyauteries doit permettre, en de nombreux endroits, de stopper le
débit ou de le diriger sur une autre canalisation. Ces fonctions sont assurées par des
vannes.
On utilise à cette fin des vannes à clapet, à commande manuelle ou automatique,
ou des vannes à papillon.

Vannes à clapet
Le corps de vanne comporte un siège, destiné au clapet de fermeture monté à
l’extrémité de la tige. Le clapet est soulevé du siège et abaissé sur celui-ci par la tige,
actionnée par une manivelle ou un servomoteur pneumatique - voir figure 6.8.6.
La vanne à clapet est également disponible en version inverseuse. Cette vanne
comporte trois à cinq orifices. Lorsque le clapet est abaissé, le liquide coule de
Fig. 6.8.6 Vanne d’arrêt à clapet
l’entrée 2 à la sortie 1, et lorsqu’il est soulevé jusqu’au siège supérieur, l’écoulement
manuelle et vanne de diversion à
est dirigé vers la sortie 3, comme illustré à droite sur la figure 6.8.7.
clapet à commande pneumatique.
Ce type de vanne peut comporter jusqu’à cinq orifices. Le nombre dépend des Le mécanisme de commande est
exigences du procédé. interchangeable entre les vannes
Il existe différentes possibilités de servomoteur commandé à distance. Ainsi, par d’arrêt et de diversion à clapet.
exemple, la vanne peut être ouverte par de l’air comprimé et fermée par un ressort
ou vice versa. Elle peut être également ouverte et fermée par de l’air comprimé - voir
figure 6.8.8.

Fig. 6.8.7 Vannes d’arrêt et de diversion avec leur clapet en différentes positions
et symboles correspondants du diagramme d’écoulement.

Manuel de transformation du lait/Chapitre 6.8 155


Des servomoteurs à position intermédiaire du clapet et à deux niveaux d’ouverture
et de fermeture sont également disponibles.
Le module de commande de vanne, illustré sur la figure 6.8.9, est souvent monté
au sommet du servomoteur de vanne. Ce module supérieur contient habituellement
des capteurs-indicateurs de position de la vanne, assurant le retour d’informations
au système de commande principal.
Une électrovanne est montée dans le conduit d’air du servomoteur de vanne ou
dans le module supérieur. Un signal électrique déclenche l’électrovanne, permettant
ainsi à l’air comprimé de pénétrer dans le servomoteur. La vanne s’ouvre ou se ferme
alors, suivant le besoin. Sur son chemin, l’air comprimé traverse un filtre, qui en
élimine l’huile et autres corps étrangers susceptibles d’influer sur le bon fonctionnement
de la vanne. L’alimentation en air est coupée lorsque l’électrovanne est désactivée
et l’air présent dans la vanne de produit est alors chassé par un orifice d’échappement
de l’électrovanne.

1 2 Vannes papillon
Fig. 6.8.8 Exemples de servomoteurs à La vanne papillon, illustrée sur la figure 6.8.10, est une vanne d’arrêt. Il faut utiliser
commande pneumatique. deux vannes pour obtenir la fonction de diversion.
1. Ouverture de la vanne par un Les vannes papillon sont souvent utilisées pour des produits fragiles, comme le
ressort et fermeture par de l’air yaourt et autres produits à base de lait fermenté, l’étranglement dans la vanne étant
comprimé. très réduit et n’engendrant qu’une très faible perte de charge, sans aucune turbulence.
2. Fermeture de la vanne par un Elles conviennent également aux viscosités élevées et, en tant que vannes à
ressort et ouverture par de l’air passage direct, peuvent être montées sur des canalisations rectilignes.
comprimé. La vanne est habituellement constituée de deux moitiés identiques, entre lesquelles
est serrée une bague d’étanchéité. Un disque profilé est monté au centre de la vanne.
Il repose habituellement sur des douilles, pour éviter que la tige ne grippe contre le
corps de vanne.
Lorsque le disque est en position ouverte, la vanne offre une très faible résistance
à l’écoulement. En position fermée, le disque repose hermétiquement contre la
bague d’étanchéité.

Commande manuelle
La vanne papillon est équipée d’une manette, habituellement à deux positions -
®
SattTop
EU
ouverte et fermée.
Ce type de vanne ne convient pas vraiment comme vanne de régulation, mais
peut être utilisé pour une régulation approximative, avec une manette spéciale à
positions progressives.

Commande automatique
Fig. 6.8.9 L’indicateur de position du Un servomoteur pneumatique, illustré sur la figure 6.8.11, est utilisé pour la commande
clapet de la vanne est monté au automatique de la vanne papillon. Il existe trois modes de fonctionnement
sommet du servomoteur. • Fermeture par ressort/Ouverture par air comprimé (Normalement fermée : NF)
• Ouverture par air comprimé/Fermeture par ressort (Normalement ouverte : NO)
• Ouverture et fermeture par air comprimé (A/A)
Le disque est facile à tourner jusqu’à ce qu’il touche la bague d’étanchéité. Il exige
alors davantage de puissance pour comprimer le caoutchouc. Un servomoteur
ordinaire, actionné par ressort, est puissant au début, lorsqu’il n’est exigé que peude

Fig. 6.8.11 Principe du servomoteur à Fig. 6.8.10 Vanne papillon à commande manuelle en position ouverte (à gauche)
commande pneumatique pour vanne et en position fermée (à droite).
papillon.

156 Manuel de transformation du lait/Chapitre 6.8


puissance, mais faible à la fin, lorsqu’il en faut plus. On a donc avantage à utiliser des
servomoteurs conçus de manière à délivrer la puissance appropriée au bon moment.
Il existe un autre type de vanne papillon, la vanne “en sandwich”, illustrée sur la
figure 6.8.12. Il s’agit du même type de vanne papillon que celui décrit ci-dessus, mais
monté entre deux brides soudées à la canalisation. Son fonctionnement est identique
à celui d’une vanne à papillon ordinaire. En utilisation, elle est serrée entre les brides
par des vis, que l’on desserre pour les interventions. On peut ainsi extraire la pièce
de la vanne, pour en faciliter le dépannage.

Vannes antimélange
Les vannes antimélange, illustrées sur la figure 6.8.14, peuvent être à simple clapet
ou à double clapet, mais, lorsque l’on étudie les vannes antimélange, il s’agit
habituellement du modèle à double clapet, illustré sur la figure 6.8.13.
Une vanne à double clapet comporte deux joints d’étanchéité indépendants,
séparant les deux liquides, et une chambre de purge entre ces deux joints. Cette
chambre doit être mise à l’atmosphère pour assurer une sécurité antimélange
complète, en cas de fuite d’un des deux joints. Lorsqu’une vanne antimélange à Fig. 6.8.12 Vanne à papillon “en
double clapet est actionnée, la chambre entre le corps supérieur et le corps inférieur sandwich” à commande pneumatique,
se ferme, puis la vanne s’ouvre pour raccorder les canalisations supérieure et simplifiant l’entretien.
inférieure. Lors de la fermeture de la vanne, le clapet supérieur est tout d’abord
obturé, puis la chambre de fuite est mise à l’atmosphère. Ceci entraîne de très faibles
pertes de produit en utilisation.
Il est très important d’assurer l’équilibrage hydraulique du clapet inférieur, pour
éviter que des coups de bélier n’ouvrent la vanne et ne permettent un mélange des
liquides.
Lors du nettoyage, un des clapets se soulève, ou une canalisation de NEP est
raccordée à la chambre de fuite. Certaines vannes peuvent être raccordées à une
source de liquide de nettoyage extérieure, pour nettoyer les éléments du clapet qui
ont été en contact avec le produit.
La vanne antimélange à simple clapet comporte un seul siège et deux joints
d’étanchéité, mais sur le même clapet. La zone entre les deux joints d’étanchéité est
mise à l’atmosphère. Cette chambre de purge des fuites est fermée par de petites
vannes d’arrêt avant que la vanne antimélange à simple clapet ne soit actionnée. Une
canalisation de NEP extérieur est raccordée à la canalisation de purge, par 1
l’intermédiaire des petites vannes de nettoyage.

1 2 3 2
3

4
5
6

Fig. 6.8.13 Vanne antimélange à double


clapet, à clapet équilibré et relevage du
siège incorporé.
1 Servomoteur
2 Orifice supérieur
3 Clapet supérieur
Fig. 6.8.14 Trois types de vannes antimélange.
4 Chambre de fuite purgée par
1 Vanne à double clapet à nettoyage par relevage du siège
5 Tige creuse mise à l’atmosphère
2 Vanne à double clapet à nettoyage extérieur
6 Orifice inférieur
3 Vanne à simple clapet à nettoyage extérieur
7 Clapet inférieur à dispositif d’équilibrage

Manuel de transformation du lait/Chapitre 6.8 157


Indicateur de position et commande
Indicateur de position seul
Une vanne peut être équipée de différents types d’indicateur de position - voir figure
6.8.15 - suivant le système de commande de l’installation. Il existe différents types
de commutateurs : microrupteurs, détecteurs de proximité inductifs ou détecteurs à
1
V1 V2 V3 effet Hall. Ces commutateurs sont utilisés pour les signaux d’asservissement
renvoyés au système de commande.
Lorsque la vanne est uniquement équipée de commutateurs, il est nécessaire de
disposer d’une électrovanne par vanne de produit, dans une armoire d’électrovannes
à montage mural. L’électrovanne envoie de l’air comprimé à la vanne de produit
lorsqu’elle reçoit un signal et coupe l’air sous pression lorsque le signal disparait.
Le système (1) exige un câble électrique et un flexible d’air par vanne.
Le module combiné (2) se monte habituellement au sommet du servomoteur de
la vanne. Il contient le même type d’indicateurs de position que précédemment, mais
l’électrovanne y est également incorporée. Un seul flexible d’air peut ainsi alimenter
de nombreuses vannes, mais il faut toujours un câble électrique par vanne.

EU
®
SattTop
®
SattTop
EU
®
SattTop
EU
Le système de commande suprême
2 Il fait appel à un module indicateur de position (illustré sur la figure 6.8.9), spécifiquement
V1 V2 V3
conçu pour la commande par ordinateur. Celui-ci contient un indicateur de position,
une électro-vanne et une centrale électronique. Il permet de commander 120 vannes
maximum à l’aide d’un seul câble et d’un seul flexible d’air (n°3 de la figure 6.8.15).
Ce type de module peut être programmé à partir d’une unité centrale et son coût
d’installation est faible.
Certains systèmes peuvent également ouvrir brièvement les vannes aux fins de
® ® ®
nettoyage des sièges, sans signaux extérieurs. Ils peuvent aussi compter le nombre
SattTop SattTop SattTop

de manoeuvres de la vanne, permettant ainsi de planifier l’entretien.


EU EU EU

3 V1 V2 V3

Clapets anti-retour
On monte un clapet anti-retour (voir figure 6.8.16) lorsqu’il faut empêcher le produit
de circuler dans le mauvais sens. Ce clapet est maintenu ouvert par l’écoulement du
liquide dans le bon sens. Si l’écoulement s’arrête, l’obturateur est rabattu sur son
Fig. 6.8.15 Systèmes indicateurs de
siège par le ressort. Le clapet se ferme alors à toute inversion de l’écoulement.
position des vannes.
1 Indicateur uniquement
2 Indicateur à module supérieur Vannes de régulation
3 Système indicateur et de Les vannes d’arrêt et les vannes de diversion ont des positions distinctes - ouverte
commande combiné ou fermée. Avec la vanne de régulation, le passage peut être modulé progressivement.
La vanne de régulation permet une régulation précise des débits et des pressions en
différents points du système.
Une soupape de décharge (figure 6.8.17) maintient la pression dans le système.
Si la pression est faible, le ressort maintient le clapet contre le siège. Lorsque la
pression atteint une valeur donnée, la force s’exerçant sur le clapet neutralise celle
du ressort et la vanne s’ouvre. La pression d’ouverture
peut être ajustée au niveau désiré en réglant la tension
du ressort.
Sens d’écoulement

Sens d’écoulement

Fig. 6.8.18 Vanne de régulation


Fig. 6.8.16 Clapet de retenue. Fig. 6.8.17 Soupape de décharge. manuelle à clapet à débit variable.

158 Manuel de transformation du lait/Chapitre 6.8


Vanne de régulation manuelle à clapet à débit variable - figure 6.8.18. Cette vanne
est équipée d’une tige avec un clapet de forme spéciale. Lorsque l’on tourne la
manette de réglage, le clapet monte ou descend, modifiant le passage et donc le
débit ou la pression. Une échelle graduée sur la vanne indique le réglage.
La vanne de régulation pneumatique à clapet à débit variable, illustrée sur la figure
6.8.19, fonctionne de manière analogue à celle décrite ci-dessus. L’ensemble clapet-
siège est identique à celui de la vanne manuelle. Le débit est modulé progressivement
lorsque le clapet s’abaisse sur son siège.
On utilise ce type de vanne pour la régulation automatique des pressions, des
débits et des niveaux des procédés. Un transmetteur, monté sur la canalisation du
procédé, transmet en permanence la valeur mesurée à un régulateur. Ce régulateur
ajuste alors le réglage de la vanne, de manière à maintenir la valeur préréglée.
La vanne à pression constante (figure 6.8.20) est un type de vanne fréquemment
utilisé. De l’air comprimé est amené dans l’espace au-dessus de la membrane, par
l’intermédiaire d’un détendeur. On règle la pression de l’air à l’aide du détendeur, de
manière à relever la pression du produit requise sur le manomètre. La pression
préréglée est alors maintenue, quelles que soient les variations des conditions de
fonctionnement. La Figure 6.8.21 décrit le fonctionnement de la vanne à pression
constante.
La vanne réagit rapidement aux variations de pression du produit. Une réduction
de cette dernière augmente la force exercée sur la membrane par la pression de l’air,
qui reste constante. Le clapet de la vanne descend alors avec la membrane, le débit
est réduit et la pression du produit augmente jusqu’à la valeur préréglée.
En cas d’augmentation de la pression du produit, il s’exerce sur la membrane une Fig. 6.8.19 Vanne de régulation
force ascendante supérieure à la force descendante de l’air comprimé. Le clapet de pneumatique à clapet à débit variable.
la vanne va alors remonter, ouvrant davantage le passage du produit. Le débit
augmentera donc jusqu’à ce que la
pression du produit ait baissé jusqu’à
la valeur préréglée. Cette vanne est
disponible en deux versions, pour
pression constante en entrée ou en
1
sortie de vanne.
La vanne ne peut réguler la
pression du produit si la pression d’air
disponible est inférieure à la pression
du produit requise. On pourra, dans ce
cas, monter un surpresseur au sommet
de la vanne et utiliser cette dernière à
des pressions du produit atteignant
jusqu’à deux fois la pression d’air
disponible.
Les vannes à pression d’entrée
constante sont souvent utilisées en Fig. 6.8.20 Vanne à pression constante.
2 aval des séparateurs et pasteuri-
sateurs. Celles à pression de sortie
constante en amont des machines de
remplissage.

Fig. 6.8.21 Fonctionnement de la vanne à


3 pression constante, en cas de régulation
de la pression en entrée de vanne.
1. Equilibre air/produit
2. La pression du produit baisse. La vanne
se ferme et la pression du produit
augmente jusqu’à la valeur préréglée. Fig. 6.8.22 Vanne modulante à pression
3. La pression du produit augmente. La constante à surpresseur, régulant les
vanne s’ouvre et la pression du produit produits dont la pression est supérieure à
baisse jusqu’à la valeur préréglée. la pression d’air disponible.

Manuel de transformation du lait/Chapitre 6.8 159


Systèmes de vannes
Les vannes sont disposées en batteries, pour réduire au minimum les culs de sac et
permettre la distribution du produit entre les différentes parties ou blocs de la laiterie.
On utilise également des vannes pour isoler des canalisations particulières, de
manière à pouvoir nettoyer une canalisation en toute sécurité pendant que le produit
Il devra toujours y avoir un orifice
circule dans les autres.
de purge libre entre les
écoulements de produit et de
liquide de NEP et entre des
produits différents.

uit
rod
ep
éed
Entr

Pr
so odui uit
rta t e od
nt ntr
de an pr
sc to de
ie
uv u
es Sort

Fig. 6.8.23 Disposition des vannes en pied de cuves, permettant l’acheminement


indépendant des produits et des solutions de nettoyage à partir des cuves ou
vers celles-ci.

Supports de tuyauterie
La tuyauterie circule habituellement 2 à 3 mètres environ au-dessus du sol de la
laiterie. Tous les éléments doivent être facilement accessibles, aux fins de contrôle
et d’entretien. Les canalisations devront être légèrement en pente (1:200 à 1:1000)
pour permettre la vidange automatique. Il ne devra pas y avoir de poche, en tout point
de la canalisation où le produit ou le fluide de nettoyage est susceptible de
s’accumuler.
La tuyauterie doit reposer sur de solides supports, mais elle ne doit pas être
entravée au point d’en empêcher tout mouvement. Les tuyaux se dilatent
considérablement lorsque la température du produit est élevée et pendant le
nettoyage. L’augmentation de longueur et les efforts de torsion dans les coudes qui
en découlent doivent être absorbés. Ce phénomène, et le fait que les différents
Fig. 6.8.24 Exemples de supports de
éléments rendent le système de tuyauterie très lourd, entraînent des impératifs de
tuyauterie standard.
précision très élevés et exigent une grande expérience du concepteur du système.

160 Manuel de transformation du lait/Chapitre 6.8