Sunteți pe pagina 1din 99

Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc

MOR/97/G33/A/1G/99

”MAROC”

PHASE DIAGNOSTIC
RAPPORT DE SYNTHESE
SITE " Massif des Béni Snassen"

1
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

SOMMAIRE

Présentation générale du site ................................................................ 5


1 Situation administrative .................................................................................................................5
1.1 Aspects institutionnels ............................................................................................................5
1.2 Caractéristiques des collectivités locales .................................................................................5
2 Situation géographique ..................................................................................................................7
2.1 Contexte général.....................................................................................................................7
2.1.1 Coordonnées – localisation ..............................................................................................7
2.1.2 Superficie et limites .........................................................................................................7
2.1.3 Bioclimat ........................................................................................................................7
2.2 Milieu physique......................................................................................................................8
2.2.1 géomorphologie générale.................................................................................................8
2.2.2 typologie édaphique et pédologie sommaire .....................................................................8
2.2.3 hydrologie et potentialités hydriques ................................................................................8
2.2.4 aspect paysager ...............................................................................................................9

Chapitre 1 : FLORE & FAUNE .............................................................. 10


3 Introduction................................................................................................................................. 10
4 Les espèces floristiques ............................................................................................................... 11
4.1 Endémiques .......................................................................................................................... 11
4.2 Rares .................................................................................................................................... 12
4.3 Remarquables ....................................................................................................................... 12
4.3.1 introduites ..................................................................................................................... 12
4.3.2 médicinales et culinaires ................................................................................................ 12
4.3.3 utilitaires ....................................................................................................................... 14
4.3.4 économiques ................................................................................................................. 14
4.3.5 divers ............................................................................................................................ 15
4.4 Menacées ............................................................................................................................. 15
5 Communautés végétales .............................................................................................................. 16
5.1 Présentation.......................................................................................................................... 16
5.2 Couverture végétale .............................................................................................................. 16
5.2.1 Formations dominantes et répartition ............................................................................. 16
5.2.2 Recouvrement et stratification ....................................................................................... 18
5.3 Evaluation qualitative des habitats ........................................................................................ 19
5.3.1 Dynamique et succession écologique ............................................................................. 19
5.3.2 Evaluation du degré d'artificialisation ............................................................................ 19
5.3.3 Structure spatiale des peuplements ................................................................................. 19
5.3.4 Taux de régénération des formations ligneuses hautes .................................................... 19
6 Les espèces faunistiques .............................................................................................................. 19
6.1 Endémiques .......................................................................................................................... 19
6.2 Rares .................................................................................................................................... 21
6.3 Remarquables ....................................................................................................................... 23
6.3.1 d'intérêt pour le Paléarctique occidental ......................................................................... 23
6.4 Menacées. ............................................................................................................................ 25

Chapitre 2 : ACTIVITES HUMAINES - UTILISATION DE L’ESPACE . 26


7 Estimation démographique pour la région du site ......................................................................... 26
7.1 Densité et distribution ........................................................................................................... 26
7.2 Dynamique et prévisions ...................................................................................................... 26

2
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

7.3 Caractéristiques particulières ................................................................................................ 27


7.3.1 fécondité ....................................................................................................................... 27
7.3.2 mortalité ........................................................................................................................ 27
7.3.3 migration ....................................................................................................................... 27
7.3.4 structure des âges .......................................................................................................... 28
7.3.5 taille des ménages.......................................................................................................... 28
8 Principales caractéristiques sociales ............................................................................................. 29
8.1 Morphologie ethnique .......................................................................................................... 29
8.2 Organisation sociale ............................................................................................................. 29
8.3 Niveau de développement social ........................................................................................... 29
8.3.1 Analphabétisme ............................................................................................................. 29
8.3.2 Scolarisation.................................................................................................................. 30
8.3.3 Professions et activités................................................................................................... 30
8.4 Niveau de développement collectif ....................................................................................... 31
8.5 Contexte économique et emploi ............................................................................................ 31
8.6 Besoins exprimés par les populations .................................................................................... 32
9 Activités humaines et impact sur l‟environnement ....................................................................... 33
9.1 Usage des sols et Ressources hydrologiques du bassin versant .............................................. 33
9.1.1 Répartition et typologie ................................................................................................. 33
9.1.2 Ressources hydrologiques.............................................................................................. 33
9.2 Occupation des sols dans le site ............................................................................................ 34
9.2.1 Typologie et classification des usages des sols ............................................................... 34
9.2.2 Structuration de l‟habitat ............................................................................................... 35
9.2.3 Régimes fonciers et Droit de propriété ........................................................................... 35
9.2.4 Nature des servitudes et usages ...................................................................................... 36
9.2.5 Statuts juridiques de protection législative ou réglementaire........................................... 36
9.2.6 Institutions et acteurs ..................................................................................................... 37
9.2.7 Processus de planification local et synthèse des documents d'aménagement ................... 38
9.3 Systèmes d‟exploitation ........................................................................................................ 39
9.3.1 Agriculture .................................................................................................................... 39
9.3.2 Elevage ......................................................................................................................... 40
9.3.3 Activités industrielle...................................................................................................... 41
9.3.4 Activités de prélèvement ............................................................................................... 41
9.3.5 Exploitation de la ressource hydrique ............................................................................ 41
9.4 Systèmes de valorisation....................................................................................................... 42
9.4.1 artisanat......................................................................................................................... 42
9.4.2 tourisme ........................................................................................................................ 42
9.4.3 éducation ....................................................................................................................... 42
9.4.4 récréation-sport ............................................................................................................. 43

Chapitre 3 : LES MILIEUX HUMIDES ................................................... 43


10 introduction ............................................................................................................................. 43
10.1 Contexte général et description des milieux humides ......................................................... 43
10.2 Historique et évolution bio-écologique des milieux humides ............................................. 43
11 2 Caractéristiques physiques du bassin versant et du milieu humide ......................................... 43
11.1 Caractéristiques du bassin versant ..................................................................................... 43
11.1.1 Caractéristiques physiques ............................................................................................. 43
11.2 Hydrologie du milieu humide ............................................................................................ 44
11.2.1 Physionomie générale .................................................................................................... 44
11.2.2 Données hydrologiques ................................................................................................. 44
11.2.3 Qualité abiotique ........................................................................................................... 45
11.2.4 Dynamique et mouvements............................................................................................ 46

3
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

11.3 Typologie et physionomie des habitats .............................................................................. 46


12 3 Qualite biologique des milieux humides ................................................................................ 47
12.1 Populations biotiques ........................................................................................................ 47
12.1.1 Végétation aquatique ..................................................................................................... 47
12.1.2 Faune aquatique ............................................................................................................ 47
12.2 Qualité de l‟écosystème .................................................................................................... 47

Chapitre 4 : ÉLEMENTS D'ANALYSE POUR LA GESTION ............... 49


13 Intérêt écologique du site ......................................................................................................... 49
14 Impacts sur le milieu pour chaque systèmes d‟exploitation-production ..................................... 50
14.1 agriculture......................................................................................................................... 50
14.2 élevage ............................................................................................................................. 51
14.3 prélèvements divers .......................................................................................................... 51
14.4 Gestion et utilisations de l‟eau ........................................................................................... 51
15 Niveau de sensibilité des différents habitats utilisés par les espèces intéressantes...................... 52
16 Besoins d‟études supplémentaires ............................................................................................ 54
16.1 Ornithologie = .................................................................................................................. 54
16.2 Herpétologie = .................................................................................................................. 54
16.3 Entomologie = .................................................................................................................. 54
16.4 Faune aquatique = ............................................................................................................. 55
17 Les objectifs prioritaires de protection ...................................................................................... 55
17.1 niveau espèce .................................................................................................................... 55
17.2 niveau habitat.................................................................................................................... 55
18 Contraintes et opportunités pour la conservation ...................................................................... 55
18.1 les principales contraintes ................................................................................................. 55
18.2 les principales opportunités ............................................................................................... 56
19 Mesures de gestion conservatoire proposées ............................................................................. 56
19.1 Actions de gestion............................................................................................................. 56
19.1.1 à court terme ................................................................................................................. 56
19.1.2 à moyen terme ............................................................................................................... 57
19.2 Zonation de l'espace .......................................................................................................... 58
19.2.1 Zones réserves ............................................................................................................... 58
19.2.2 Zones à accès restreint ................................................................................................... 58
19.2.3 Zones à accès ouvert ...................................................................................................... 58
19.2.4 Zones à utilisation spéciale ............................................................................................ 58
19.3 Utilisation patrimoniale ..................................................................................................... 58
19.4 Gestion participative et résultats des concertations ............................................................ 59
19.5 Suivi et proposition de programmes de monitoring ............................................................ 60
19.5.1 Suivi écologique ............................................................................................................ 60
19.5.2 Suivi socio-économique................................................................................................. 61

Chapitre 5 : Synthèse des enjeux et des objectifs ............................ 62


1. Les enjeux en matière de biodiversité .......................................................................................... 62
2. Les enjeux en matière d‟environnement ....................................................................................... 63
3. Orientations pour une Gestion patrimoniale du site ...................................................................... 64
Exploitation de la bibliographie .......................................................................................................... 85
Exploration du terrain ......................................................................................................................... 85
Enquête sur le terrain.......................................................................................................................... 85
Recherche des animaux (méthodes directes) ....................................................................................... 85
Recherche d‟indices de présence (méthodes indirectes)....................................................................... 85

4
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

Présentation générale du site


1 SITUATION ADMINISTRATIVE
1.1 ASPECTS INSTITUTIONNELS
Région administrative : Oriental
1. Province administrative : Berkane
Cercle administratif : Aklim
Commune rurale : Boughriba, Tafoughalt, Zegzel, Fezouane
2. Province administrative : Oujda
Cercle administratif : Oujda Banlieue
Commune rurale : Ain Sfa

Direction Régionale E&F : Oriental (Oujda)


Service forestier : Berkane - Oujda
District forestier : Berkane, Taforalt, Ain Sfa

1.2 CARACTERISTIQUES DES COLLECTIVITES LOCALES

Commune Rurale Fraction Douars Situation/ SIBE


Boughriba O. Bouard Essayed Beni Atia Limitrophe
O. BouAbdallah Limitrophe
Tazayast Limitrophe
Oulad Belkhir Intérieur
Tagma Jrarda Intérieur
Oulad Ali Intérieur
Tamalelt Intérieur
Zegzel Intérieur
Takarboust Intérieur
Taghasrout Maalou Limitrophe
Ifrane Yaacoub Limitrophe
Tazaghine Limitrophe
Jouahra Intérieur
Lahdara Limitrophe
Zegzel
Beni Ouachakrad Limitrophe
Malou Limitrophe
Ouartas Ourtas Limitrophe
Ouaoualout Limitrophe
Tizi Yakhlef Limitrophe
Taichount Limitrophe
Mazza Limitrophe
Tafoughalt Limitrophe
Lahouafi Limitrophe
O. Haj Tghasrout Intérieur
Beni Ameir
Tafoughalt O. Ali B.Yassine Limitrophe
Aounnoute Intérieur
Oulad Yaakoub Intérieur
B. Bouyala Oulad Aïssa Limitrophe
Oulad Jaber Fouaga Intérieur
Ain Sfa Beni Khallouf Tinissane Intérieur
Oulad Bouyaakoub Limitrophe
Jadaine Jbel Limitrophe
Fezouane Khallad
Khallad Ouhfir Limitrophe

5
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

Localisation schématique des douars

6
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

2 SITUATION GEOGRAPHIQUE
2.1 CONTEXTE GENERAL
2.1.1 Coordonnées – localisation
Coordonnées: 34°50'N - 2°12'-2°35'W
Références cartographiques : 1/50 000 - BERKANE, AHFIR

2.1.2 Superficie et limites


Superficie proposée : 6150 ha et 600 ha
Limites proposées : le SIBE doit englober un maximum d'éléments importants concernant
aussi bien les aspects écosystèmatiques, que paysagers ou culturels. Une grande zone est donc délimitée
qui couvre les plus beaux paysages, les grottes, les falaises et escarpements, principalement couverte de
thuya, et une seconde zone plus petite pour la très belle chênaie du jbel Fourhal

2.1.3 Bioclimat
Le climat de la chaîne des Béni Snassene est de type thermo-méditerranéen (selon la classification de
Bagnuls et Gaussen). Les bioclimats dominants y sont le sub-humide à hiver frais (station de Tafoghalt)
ou froid (station de 'Ain Almou), alors que les piémonts appartiennent à l'étage semi-aride à hiver
tempéré. L'ensemble du bassin versant du Zegzel appartiendrait au sub-humide.

Carte pluviométrique du Nord-Est du Maroc (d'après Gaussen et al., 1959).

La moyenne annuelle des précipitations dans les Béni Snassene varie entre 360 mm et 616 mm. Le
nombre de jours de pluies varie entre 45 jours (Tafoghalt) et 50 jours par an (Ain Almou). Le caractère
méditerranéen du climat est très prononcé dans la zone. Les mois d'avril (printemps) et de décembre-
janvier (hiver) sont les plus humides, alors que les mois de juillet et août sont très secs.

7
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

Les températures varient peu dans l'espace ; les moyennes des maxima du mois le plus chaud (août)
varient entre 26.7°C et 28.5°C. Le mois le plus froid (janvier) présente des minima moyens de 1.9 à
-0.2°C.

Caractéristiques thermiques du massif des Béni Snassene et de la plaine limitrophe de Triffa.


Localités Berkane Tafoghalt Ain Almou
Altitude (m) 140 850 1300
Période 1925-65 1968-92 1968-92
Moy. max. mois le plus chaud 31,2 28,5 26,7
Moy. mois le plus froid 5,0 1,9 -0,2
Min. absolu moyen 0,9 - -
Max. absolu moyen 40,0 - -

a) diagramme ombrothermique (calcul du quotient pluviothermique Q3, évapotranspiration ETP).

2.2 MILIEU PHYSIQUE


2.2.1 géomorphologie générale
Les Béni Snassene correspondent à un massif calcaire jurassique orienté OSO-ENE et rattaché sur le plan
structural au domaine atlasique. Culminant à 1532 m, ce chaînon comprend les plus hauts sommets du
Nord-Est du Maroc et domine au nord la plaine de Triffa et la basse vallée de la Moulouya. Il est jalonné
de cours d‟eau qui ont marqué sa morphologie par la présence de gorges profondes, à parois verticales
(gorges du Zegzel).

2.2.2 typologie édaphique et pédologie sommaire


Ces montagnes s'individualisent dans la région par leur structure géologique dominée par les calcaires et
dolomies jurassiques, lesquels calcaires atteignent des épaisseurs de plusieurs centaines de mètres et
reposent sur des terrains souvent imperméables, parfois sur le socle hercynien (schistes, granites...).

Les apports solides du Zegzel ont été estimés à 10 000 t/an (MTP 1992) constitués de sédiment se
composant essentiellement de galets et de cailloux, déposés entre des blocs. Au niveau des gorges situées
peu avant que l'oued ne quitte la montagne, le substrat graveleux, parfois sableux, domine localement
(zones de courant faible ou nul).

2.2.3 hydrologie et potentialités hydriques


La prédominance de calcaire, ajoutée à une pluviométrie appréciable (500-600 mm), est à l'origine d'une
grande nappe phréatique, correspondant à la plus importance réserve d'eau souterraine dans la région.

L'hydrologie du Sibe des Beni Snassen est principalement régie par Le Zegzel qui traverse la montagne
des Béni Snassene dans sa zone centrale. Il se compose de deux principaux affluents : oued Zegzel et
oued Moulay Idriss.

L' Oued Zegzel qui prend naissance à 'Ain Safsaf, source située au sud immédiat de Tafoghalt ainsi que
l'Oued Moulay Idriss, dont le bassin versant est 4-5 fois plus grand que celui du Zegzel, draine les
montagnes du Sud et de l'Est de la chaîne. Il est très ramifié, mais la grande majorité de ses affluents sont
temporaires. Le réseau de l'Oued Zegzel est composé essentiellement d'affluents temporaires, malgré les
grandes réserves d'eau sous-jacentes ; les seuls tronçons qui présentent un écoulement permanent ou semi
permanent sont à l'aval de petites résurgences situées soit en montagne soit au fond de la vallée dans la
partie aval.

8
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

A sa sortie de des Béni Snassene, le Zegzel présente encore un écoulement permanent ; selon des témoins
locaux, son débit a fortement baissé ; Maamri (1994) donne des valeurs instantanées de l'ordre de 320 l/s
en hiver et de 90 l/s en été (Tableau 3). Très utilisé pour l'irrigation des terrassettes de cultures, cet oued
peut s'assécher à 2-4 km avant de quitter les Béni Snassene, notamment vers la fin de l'été.

Parmi les nombreux affluents de ce réseau, dont les sources sont presque toutes captées, seul le cours
supérieur du Zegzel proprement-dit est permanent. L'oued Zegzel est une artère de l'oued Cherraâ,
principal affluent de la Moulouya en aval du barrage Mechra' Homadi ; son bassin versant se situe
entièrement à l'intérieur du massif des Béni Snassene.

2.2.4 aspect paysager


Les qualités paysagères du Zegzel ne sont plus à démontrer, vu la forte fréquentation touristique
dont il fait déjà l'objet. Toutes ces qualités reposent sur la présence d'une vallée très encaissée dont les
versants correspondent souvent à des falaises très hautes et rapprochées. Les grottes du chameau et du
pigeon, très peu exploitées dans le tourisme actuel, constituent des monuments culturels et, surtout, des
curiosités naturelles à explorer.

9
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

Chapitre 1 : FLORE & FAUNE

3 INTRODUCTION
Montagnes ramassée et puissante de l‟oriental, les Béni Snassen qui culminent à 1500 m déclinent
largement tous les aspects physiographiques les plus captivants pour le visiteur, grande falaise, pic
abrupte, vallée encaissée, tombant vertigineux, escarpement torturé, gorge profonde, grotte et cascade,
point de vue exceptionnel, etc.
Ce massif est unique pour la région et y prospèrent des formations forestières de grande ampleur qui
constituent ainsi le seul paysage sylvatique de qualité que l‟on peut trouver dans cette partie du Maroc –
Sur une superficie de plus 7000 ha, la tétraclinaie, la chênaie comme la cocciféraie et les pelouses
d‟altitudes abritent des habitats remarquables, où s‟observe une flore d‟endémiques nombreuses,
représentant plus de 13% du peuplement végétal du site. 35% de cette végétation peut-être considéré
comme rare et remarquable car les Béni Snassen forment un véritable carrefour biogéographique très
original entre les domaines rifains, oranais et altlasique méridionnaux.

Une forte humidité relative due à la proximité de la zone maritime, entretien un microclimat très
favorable aux écosystèmes forestiers, faisant de cette montagne un îlot de verdure au sein d‟une région
généralement aride. De ce fait les habitats sont encore denses et d‟une qualité biologique exceptionnelle
pour la région avec la présence de nombreux cours d‟eau et sources suffisamment diversifiés dans leurs
caractéristiques pour offrir à toute une faune aquatique des habitats nombreux. Ces cours d‟eaux et ces
surfaces forestières participent ainsi largement de la qualité paysagère et attractive du site.

Autrefois parcouru par une faune des plus prospère et diversifiée, le massif des Béni Snassen héberge
encore une population faunistique remarquable avec 35 espèces de mammifères, plus d‟une centaine
d‟oiseaux, et près de 25 sp de reptiles et amphibiens. Si une soixantaine de taxons endémiques et rares ont
été trouvées chez les insectes, dont certains uniquement localisés sur le site, pour les vertébrés supérieurs
il s‟agit d‟une vingtaine d‟espèces qui sont concernées, comme l‟Alyte, la Salamandre, le Pic de
Levaillant, la Fauvette orphée ou le Chat ganté.

Ce site jadis célèbre pour sa population de grands rapaces, de hyène, de lynx, de gazelle et de mouflon, a
subi de sérieuses pertes faunistiques du fait de l‟activité humaine passée. Cependant, grâce d‟une part à
son dynamisme et à sa configuration écologiques et d‟autre part à la modestie démographique actuelle, ce
site représente surtout un fort potentiel pour que puisse y être mener des opérations de restauration de
faune, avec la réintroduction d‟espèces comme le Mouflon (en cours), le lynx, la gazelle de cuvier, le
vautour et les grands rapaces. Il est donc possible de redonner à ce massif exceptionnel toute la richesse
biologique qu‟il possédait encore il y a 30 ans.

10
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

4 LES ESPECES FLORISTIQUES


4.1 ENDEMIQUES

Espèce (38) Nom français Nom Localisation Abondance


marocain
Habitat GPS
Rhus pentaphylla Sumac à cinq Tizra Piéjbel de Jbel Israne 1.2
feuilles
Bellis rotundifolia Pâquerette des bois Hallala Iliçaie de Ras-Fourhal 1.1
Jasiona rupestris Jasione Iliçaie de Ras-Fourhal et la 1.2
cocciféraie dégradé de J.
Chaouan.
Crupina intermedia Crupina Doumran Iliçaie d‟Ain Almou +.2
Carthamus pectinatus Carthamus Kabouch el Tétraclinaie de Jbel Tinissine Présence
var. maroccanus hamir soupçonnée
Centaurea fragilis Centaurée Iliçaie de Ras-Fourhal +.2
var. subinermis
Cistus sericeus Ciste cocciféraie dégradée de J. Présence
Chaouan et la Tétraclinaie de soupçonnée
Zegzel.
Convolvulus siculus Liseron Kaf Al Hamam +.1
subsp. elongatus
Kremeriella cordilocarpus Tétraclinaie de J. Boubker ou +.1
Khellouf
Euphorbia clementei Euphorbe J. Metchich Présence
subsp. faurei soupçonnée
Euphorbia briquetii Euphorbe Iliçaie de Ras-Fourhal et Ain 2.3
Almou
Geranium atlanticum Géranium Ibrat er raai Iliçaie de Ras-Fourhal et Ain 2.2
Almou
Nepeta multibracteata Nepeta Gouzeia Iliçaie d‟Ain Almou, Zegzel +.1
Rosmarinus tournefortii Romarin Azir cocciféraie de Jorf Al Abiod et 1.2
la tétraclinaie J. Arhil
Satureja briquetii Sariette Menta J. Arhil- et Iliçaie de Ras- 1.2
Fourhal
Stachys saxicola subsp. laxa Epiaire M‟soufa Iliçaie de Ras-Fourhal et Ain 1.2
Almou
Teucrium capitatum Germandré Goutiba cocciféraie de Jorf Al Abiod 1.3
Genista cephalanta Genêt cocciféraie de Jorf Al Abiod, 1.2
subsp. demnatensis J. Chaouan et la Tétraclinaie
de J. Arhil
Genista spartioides Genêt Hait el Atrous cocciféraie dégradé de +.2
subsp. pseudoretamoides J.Chaouan.
Genista hirsuta Genêt Chabrague cocciféraie de Jorf Al Abiod et 1.2
subsp. erioclada Jbel Israne
Genista tricuspidata Genêt Guendoul tétraclinaie de J.Arhil-Gorge 2.3
subsp. duriaei Zegzel, J. Boubker et J. Israne.
Cytisus arboreus Cytise cocciféraie de Jorf Al Abiod, 1.2
J. Chaouan et illiçaie de Ras-
Fourhal
Adenocarpus decorticans Adenocarp Ourzir Iliçaie de Ras-Fourhal et Ain 1.2
Almou
Asphodellus acaulis Asphodel Azzida Iliçaie de Ras-Fourhal 1.2
Iris tingitana Iris cocciféraie de Jorf Al Abiod +.1
Putoria brevifolia Djefna J.Chaouan - Kaf Al Hamam 1.2
Fedia graciflora Fédia Helhalet en Iliçaie de Ras-Fourhal et la Présence
subsp. snassenorum naadja cocciféraie de J.Chaouan. soupçonnée
Linaria heterophylla Linaire Iliçaie d‟Ain Almou +.2

(*) = Chaque espèce est également affectée par un coefficient d‟abondance- dominance selon la méthode de Braun-Blanquet :
+ : individus rares ou très rares, recouvrement très faible.
1 : individus assez abondants, mais degré de recouvrement faible.
2 : individus très abondants ou recouvrement au moins 1/20 de la surface étudiée.
3 : nombre d‟individus quelconque, recouvrement de 1/4 à 1/2 de la surface.
4 : nombre d‟individus quelconque, recouvrement de 1/2 à 3/4 de la surface.
5 : nombre d‟individus quelconque, recouvrement plus de 3/4 de la surface.

11
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

4.2 RARES
Espèce (16) Nom français Nom Localisation Abondance
marocain
Habitat GPS
Bellis rotundifolia Pâquerette des bois Hallala Iliçaie de Ras-Fourhal 1.1
Crupina intermedia Crupina Doumran Iliçaie d‟Ain Almou +.2
Carthamus pectinatus Carthamus Kabouch el Tétraclinaie de Jbel Tinissine Présence
var. maroccanus hamir soupçonnée
Centaurea fragilis Centaurée Iliçaie de Ras-Fourhal +.2
var. subinermis
Cistus sericeus Ciste Cocciféraie dégradée de J. Présence
Chaouan et Tétraclinaie de soupçonnée
Zegzel.
Kremeriella cordilocarpus Tétraclinaie de J.Boubker ou +.1
Khellouf
Euphorbia clementei Euphorbe J. Metchich Présence
subsp. Faurei soupçonnée
Euphorbia briquetii Euphorbe Iliçaie de Ras-Fourhal et Ain 2.3
Almou
Lavandula stoechas Lavande Halhal Iliçaie de Ras-Fourhal 1.3
Stureja calamintha Calmenthe Menta Iliçaie de Ras-Fourhal - 1.2
cocciféraie dégradée de
J.Chaouane
Sideritis incana Crapaudine Majja Iliçaie de Ras-Fourhal +.2
Stachys saxicola subsp. laxa Epiaire M‟soufa Iliçaie de Ras-Fourhal et Ain 1.2
Almou
Genista cephalanta Genêt cocciféraie de Jorf Al Abiod, 1.2
subsp. demnatensis J.Chaouan et Tétraclinaie de
J.Arhil
Cytisus arboreus Cytise La cocciféraie de Jorf Al 1.2
Abiod, J.Chaouan et Iliçaie de
Ras-Fourhal
Adenocarpus decorticans Adenocarp Ourzir Iliçaie de Ras-Fourhal et Ain 1.2
Almou
Scandix australis Sandix de midi Mhissa Ras-foughal +.2

4.3 REMARQUABLES
4.3.1 introduites
Espèce (2) Nom français Nom Localisation Abondance
marocain
Habitat GPS
Ricinus communis Ricin Kherwâa ripisylve Zegzel, Ferrouj et +.1
Idrissi.
Eriobotrya japonica Neflier Lamzah vallée du Zegzel

4.3.2 médicinales et culinaires


Espèce (52) Nom français Nom Localisation Abondance
marocain
Habitat GPS
Pistacia lentiscus Lentisque Drou Jbel Israne, Jorf al Abiod, 1.2
Grotte du Chameau
Nerium oleander Laurier rose Defla ripisylve de l‟Oued Zegzel 1.3
Echium plantaginum Vipérine Leçan el Tsour Illiçaie d‟Ain Almou et Ras- +.2
Foughal
Viburnum tinus Laurier tin Meliless cocciféraie de Jbel Israne, Jorf +.2
al Abiod.
Lonicera implexa Chevrefeuille Zeher el açel Illiçaie d‟Ain Almou et Ras- +.1
Foughal
Gnaphallium lueo-album Immotelle des Grotte du Chameau 1.2
marais
Anthemis pedunculata Anthemis Nouara al bida Illiçaie d‟Ain Almou 1.2
Cistus ladanifer Ladanier Taouzla Illiçaie d‟Ain Almou et Jbel 1.3
Chaouane
Cistus villosus Ciste velu Chtib cocciféraie de Jorf al Abiod 1.2
Cistus salviifolius Ciste à feuille de Tuzzalt Illiçaie d‟Ain Almou, Ras- 1.2
sauge Foughal et la cocciféraie de
Jorf al Abiod

12
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99
Cistus clusii Ciste de Liban Yasir Lahmir Tétraclinaie de Jbel Israne, 1.2
J. Chaouane et la vallée de
Zegzel
Convolvulus arvensis Liseron Alleg Illiçaie d‟Ain Almou +.1
Convolvulus valentinus Liseron Louaya Illiçaie d‟Ain Almou 1.1
Nasturtium officinale Cresson de Ripisylve oueds Zegzel, 1.1
Fontaine Ferrouj et Idrissi
Juniperus oxycedrus Genévrier oxycèdre Tagga Illiçaie d‟Ain Almou, Ras- 1.2
Foughal
Tetraclinis articulata Thuya ârâar Vallée du Zegzel, Grotte du 2.4
Chameau, J. Israne
Pinus halepensis Pin d‟Alep Snouber Tafouralt, Jbel chaouane 1.2
Ephedra fragilis Ephedra Toussaia Illiçaie de Ras-Foughal +.1
Arbutus unedo Arbousier Sasnou cocciféraie de Jbel Israne et 1.2
Jorf al Abiod
Erica arborea Bruyère Bou heddad cocciféraie de Jbel Israne et 1.3
Jorf al Abiod
Erica multiflora Bruyère Khenej cocciféraie de Jbel Israne et 1.3
Jorf al Abiod
Ricinus communis Ricin Kherwâa Ripisylve oueds Zegzel, +.1
Ferrouj et Idrissi
Quercus coccifera Chêne Kermes Kouriche al cocciféraie de Jbel Israne et 2.4
hallof Jorf al Abiod
Quercus rotundifolia Chêne vert Kouriche J. Israne, Jorf al Abiod 2.5
bouhar AinAlmou et Ras-Foughal
Globularia alypum Globulaire alypum Tsselgha Tétraclinaie de Jbel. Boubker +.2
ou Khellouf et Jbel noufi
Lavandula dentata Lavande dentée Khzama Tétraclinaie de la vallée de 1.2
Zegzel, J. Noufi et J. Boubker
Lavandula multifida Lavande Kohhayla Tétraclinaie de J. Noufi, J. +.1
Boubker ou Khellouf et J.
Arhil
Mentha rotundifolia Menthe à feuille Timarssat Ripisylve d‟oued Zegzel, 1.2
ronde Ferrouj et Idrissi.
Mentha pulegium Ment pouliot Fliou Illiçaie d‟Ain Almou +.2
Maribium vulgare Marrube Mrrioua tétraclinaie de la vallée de 1.2
Zegzel
Rosmarinus officinalis Romarin officinal Azir Cocciféraie de Jorf Al-abiod et 1.2
tétraclinaie de J. Noufi et J.
Arhil
Asparagus acutifolius Asperge Sekoum Illiçaie de Ras-Foughal +.2
Ruscus aculeatus Petit Houx Mourjal Illiçaie d‟Ain Almou +.1
Juncus acutus Jonc Smar Ripisylve oueds Zegzel, 1.2
Ferrouj et Idrissi ;Grotte du
Chameau
Phillyrea angustifolia Phillaire qtam cocciféraie de Jorf Al-abiod, et 1.2
J. Israne.
Olea europea Olivier sauvage Zebouge vallée de Zegzel, et la 1.2
Tétraclinaie de J.Boubker ou
Khellouf
Jasminum fruticans Jasmin arbrisseau Ghoul al ghaba cocciféraie Jorf Al-abiod +.1
Chamaerops humilis Palmier nain Doum tétraclinaie des vallées de 1.2
Zegzel, Ferrouj et Idrissi.
illiçaie de Ras-Foughal,
cocciféraie de Jorf Al-abiod, et
J.Arhil.
Ampelodesma mauritanicum Ampelodesme Diss cocciféraie de Jorf Al-Abiod, 2.3
J. Israne et J. Chaouane
Daphne gnidium Garou Azaz Tétraclinaie de la Grotte du 1.2
Chameau, Illiçaie de Ras-
Foughal et la cocciféraie de
Jbel Chaouane.
Clematis cirrhosa Clématite Louwaya Ripisylve au niveau de la +.1
grotte du Chameau et illiçaie
de Ras-Foughal
Clematis flammula Clématite Masouaka Ripisylve au niveau de la +.1
flammette grotte du Chameau et illiçaie
de Ras-Foughal
Ceratonia siliqua Carroubier Kharroub vallée de Zegzel et la 1.2
Tétraclinaie de J. Boubker ou
Khellouf
Calylcotome intermedia Calycotome Gandoule La cocciféraie de Jorf Al- 2.3
abiod, Jbel Achaouane, vallée
du Zegzel et Idrissi

13
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99
Trifolium arvens Trèfle des champs Nefel illiçaie d‟AinAlmou et Ras- +.2
Foughal
Anthyllis vulneraria Vulnéraire Areg Safir illiçaie d‟AinAlmou et Ras- +.1
Foughal et la cocciféraie de
J.Chaouane.
Crataegus oxyacantha Aubépine épineuse Admame ripisylve Oueds Zegzel et +.2
subsp. monogyna Ferouj au niveau de la Grotte
du Chameau
Kaf al Hamam
Rubus ulmifolius Ronce Setif ripisylve Oueds Zegzel et +.1
Ferouj au niveau de la Grotte
du Chameau.
Rosa sempervirens Rosier toujours vert Ward ripisylve Oueds Zegzel et +.2
Ferouj au niveau de la Grotte
du Chameau.
Prunus amygdalus Amandier Louz vallée de Zegzel
Salix pedicellata Saule Al ârna ripisylve d‟Oueds Zegzel, 1.2
Ferouj et Idrissi au niveau de
la Grotte du Chameau.
Populus alba Peuplier blanc Sefsaf ripisylve oued Zegzel +.1

4.3.3 utilitaires
Espèce (12) Nom français Nom Localisation Abondance
marocain
Habitat GPS
Pistacia lentiscus Lentisque Drou Jbel Israne, Jorf al Abiod, 1.2
Grotte Chameau
Cistus ladanifer Ladanier Taouzla Illiçaie d‟Ain Almou, et Jbel 1.3
Chaouane
Cistus salviifolius Ciste à feuille de Tuzzalt Illiçaie d‟Ain Almou, Ras- 1.2
sauge Foughal et la cocciféraie de
Jorf al Abiod
Juniperus oxycedrus Genévrier oxycèdre Tagga Illiçaie d‟Ain Almou, Ras- 1.2
Foughal
Quercus coccifera Chêne Kermes Kouriche al cocciféraie de Jbel Israne et 2.4
hallof Jorf al Abiod
Quercus rotundifolia Chêne vert Kouriche J. Israne, Jorf al Abiod 2.5
bouhar AinAlmou et Ras-Foughal
Rosmarinus officinalis Romarin officinal Azir cocciféraie de Jorf Al-abiod et 1.2
la Tétraclinaie de J. Noufi et J.
Arhil
Ficus carica Figuier Karmosse vallée du Zegzel
Chamaerops humilis Palmier nain Doum tétraclinaie des vallées de 1.2
Zegzel, Ferrouj et Idrissi.
illiçaie de Ras-Foughal,
cocciféraie de Jorf Al-abiod et
J. Arhil.
Arundo Donax Roseau Qsob ripisylve d‟Oued Zegzel
Punica Granatum Grenadier Romane vallée de Zegzel
Ceratonia siliqua Carroubier Kharroub vallée de Zegzel et la 1.2
Tetrclinaie de J. Boubker ou
Khellouf

4.3.4 économiques
Espèce (20) Nom français Nom Localisation Abondance
marocain
Habitat GPS
Pistacia lentiscus Lentisque Drou Jbel Israne, Jorf al Abiod,
Grotte du Chameau
Juniperus oxycedrus Genévrier oxycèdre Tagga Illiçaie d‟Ain Almou, Ras-
Foughal
Tetraclinis articulata Thuya ârâar Vallée de Zegzel,Grotte du
Chameau, J. Israne.
Pinus halepensis Pin d‟Alep Snouber Tafouralt, Jbel chaouane
Erica arborea Bruyère Bou heddad cocciféraie de Jbel Israne et
Jorf al Abiod
Quercus coccifera Chêne Kermes Kouriche al cocciféraie de Jbel Israne et
hallof Jorf al Abiod
Quercus rotundifolia Chêne vert Kouriche J. Israne, Jorf al Abiod
bouhar AinAlmou et Ras-Foughal
Lavandula dentata Lavande dentée Khzama Tétraclinaie de la vallée de
Zegzel, J. Noufi et J. Boubker

14
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99
Lavandula multifida Lavande Kohhayla Tétraclinaie de J. Noufi, J.
Boubker ou Khellouf et J.
Arhil
Mentha rotundifolia Menthe à feuille Timarssat ripisylve d‟oued Zegzel,
ronde Ferrouj et Idrissi
Mentha pulegium Ment pouliot Fliou Illiçaie d‟Ain Almou
Rosmarinus officinalis Romarin officinal Azir cocciféraie de Jorf Al-abiod et
Tétraclinaie de J. Noufi et J.
Arhil
Ficus carica Figuier Karmosse vallée deZegzel
Phillyrea angustifolia Phillaire qtam cocciféraie de Jorf Al-abiod et
J. Israne
Chamaerops humilis Palmier nain Doum tétraclinaie des vallées de
Zegzel, Ferrouj et Idrissi.
illiçaie de Ras-Foughal, la
cocciféraie de Jorf Al-abiod et
J. Arhil
Ceratonia siliqua Carroubier Kharroub vallée de Zegzel et la
Tetraclinaie de J.Boubker ou
Khellouf
Crataegus oxyacantha Aubépine épineuse Admame ripisylve d‟Oueds Zegzel et
subsp. monogyna Ferouj au niveau de la Grotte
du Chameau, Kaf al Hamam
Prunus amygdalus Amandier Louz vallée du Zegzel
Salix pedicellata Saule Al ârna ripisylve d‟Oueds Zegzel,
Ferouj et Idrissi au niveau de
la Grotte du Chameau
Populus alba Peuplier blanc Sefsaf ripisylve de l‟oued Zegzel

4.3.5 divers
Espèce (3) Nom français Nom Localisation Abondance
marocain
Habitat GPS
Gnaphallium lueo-album Immotelle des Grotte du Chameau 1.2
marais
Anthemis pedunculata Anthemis Nouara al bida Illiçaie d‟Ain Almou 1.2
Tamarix amplexicaule Tamarix Bou-âriche ripisylve de la Grotte du +.1
Chameau et la vallée de
Zegzel
Noaea mucronata Noea Zireg Oued Sidi abdellah 2.2
Lytrum junceum Lythrum de Bords de l‟Oued Zegzel et 2.2
Graeffer Ferrouj au niveau de la grotte
du Chameau
Potamogeton natans Potamot nageant Oueds Zegzel et Ferrouj au 3.3
niveau de la grotte du
Chameau
Potamogeton pectinatus Potamot pectiné Eaux stagnantes au niveau de 4.4
la grotte du Chameau
Anagallis-aquatica Mouron Berges des oueds de Zegzel à 2.3
subsp. aquatica (Bernh) Kaf el Hamam, Ferrouj et
Idrissi au niveau de la Grotte
du Chameau
Scrophularia aquatica Scrofulaire Berges immergées de l‟oued 1.2
aquatique Zegzel

4.4 MENACEES
Espèce (3) Nom français Nom Localisation Abondance
marocain
Habitat GPS
Rhus pentaphylla Sumac à cinq Tizra Tétraclinaie du piéjbel de Jbel 1.2
feuilles Israne
Adenocarpus decorticans Adenocarpe Ourzir Illiçaie de Ras-fourhal et Ain 1.2
Almou
Tamarix amplexicaule Tamarix Bou-âriche ripisylve de la vallée de +.1
Zegzel et la Grotte du
chameau.

15
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

5 COMMUNAUTES VEGETALES
5.1 PRESENTATION

Le massif des Beni Snassen présente une grande diversité d‟associations végétales du fait de ses
nombreuses configurations écologiques, résultant à la fois de la présence de microclimats et de plusieurs
types de formations végétales : tétraclinaie – cocciferaie – illiçaie – mattoral - ripisylve. Depuis de
nombreux siècles il fut soumis à une forte pression humaine, qui a façonné les écosystèmes actuels,
produit direct d‟un défrichement quasi permanent.

Si au XVIéme siècle, les Béni Snassen étaient « couvert de nombreux bois qui produisent une grande
quantité de caroube » d‟après Léon l‟Africain, ils ont subit une lente dégradation, qui semble s‟accélérer à
partir du XIXéme avec l‟accroissement des occupations humaines.

Aujourd‟hui la partie orientale de la montagne, la mieux arrosée et la plus humanisée, ne comporte plus
de forêt ; par contre le secteur méridional, nettement plus sec et peu peuplé conserve un vaste espace
forestier. Les implantations humaines à l‟intérieur du massif sont bien plus faibles qu‟autrefois et la
pression pastorale a nettement diminuée. Les conditions sont donc redevenues plus favorables aux
écosystèmes sylvatiques, fondateurs de la richesse biologique du site.

Un certain nombre d‟associations végétales présentent une dynamique progressive, des formations
forestières entières colonisant de nouveaux espaces. Il n‟en reste pas moins que la pression humaine dans
certains secteurs se fait encore durement sentir, surtout du fait des défrichements illicites (besoins en terre
de culture) et que certaines associations végétales s‟inscrivent dans des dynamiques régressives.

5.2 COUVERTURE VEGETALE


5.2.1 Formations dominantes et répartition
a) Ceratonio siliquae – Tetraclinetum articulatae (Fennane 1982)
Classe des Quercetea ilicis Br. –Bl.1947
Ordre Pistacio-Rhamnetalia alaterni
Alliance Tetraclino-Pistacio atlanticae
L‟association joue un rôle un rôle économique.

Cette association occupe le mi-versant méditerranéen de Jbel Israne et la vallée de Zegzel en


particulier au niveau de Kaf al Hamam. L‟association se développe dans le thermo-méditerranéen
variante semi-aride et sub-humide inférieur.

b) Rosmarino tournefortii – Tetraclinetum (Fennane 1982)


Classe des Quercetea ilicis
Ordre Pistacio-Rhamnetalia alaterni (Rivas –Martinez 1975)
Alliance Asparago-Rhamnion oleoidis.

Ce faciès de dégradation occupe le mi-versant méditerranéen de Jorf al Abiod. L‟association se


développe dans le thermo-méditerranéen variante semi-aride supérieur et sub-humide inférieur
tempéré.

16
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

c) Lavandulo dentatae- Genistetum durieui (Quézel et al. 1992)


Classe des Ononido- Rosmarinetea
Ordre Cisto mauritanici-Thymetalia munbyani
Alliance Ulici africani-Rosmarinion tornefortii
La formation joue un rôle économique au niveau du site.

Large répartition au niveau du site en particulier au niveau de la vallée de Zegzel, Grotte du


chameau et la vallée d‟Oued Idrissi. L‟association se développe dans le thermo-méditerranéen
variante semi-aride tempérée.

d) Cytiso arborei- Quercetum cocciferae (Quézel et al. 1992)


Classe des Quercetea ilicis Br. –Bl.1947
Ordre Pistacio-Rhamnetalia alaterni
Alliance Ericion arboreae (Rivas –Martinez 1987)

Répartition très restreinte, uniquement au nivaux des versants méditerranéens de Jbel Israne et
Jorf Al Abiod. Ces derniers sont humides et mieux affectés par la nébulosité par temps
méditerranéen. Cette association se situe à cheval sur l‟horizon supérieur du thermo-
méditerranéen et le plancher du mésoméditerranéen en ambiance sub-humide.

e) Euphorbio briquetii-Quercetum rotundifoliae (Tregubov 1963)


Classe des Quercetea ilicis (Br. –Bl.1947)
Ordre Quercetalia ilicis (Br. –Bl.1947)
Alliance Balansaeo glaberrimae– Quercion rotundifoliae (Quézel et al. 1981).
Chênaie verte a valeur économique.

Répartition très restreinte, uniquement au nivaux de Ras Fourghale et Ain Almou où elle colonise
essentiellement le mésoméditrranéen en ambiance sub-humide frais.

f) Salixo pedicellae – Neriumetum oleandae


Classe des Nerio- Tamaricetea Br. –Bl. et al.1957
C‟est une association indicatrice de qualité du milieu avec une dynamique progressive.

Ce groupement se développe sur les berges de l‟Oued Zegzel, Oued Mouulay Idriss et Oued
ferrouj au niveau de la Grotte du Chameau.

g) Scrophulario aquaticae – Nasturtietum officinalis


Classe des Nerio- Tamaricetea Br. –Bl. et al.1957
Cette association est une bonne indicatrice de qualité du milieu.

Ce groupement colonise les berges immergées de l‟oued Zegzel.

h) Potamogetum- pectinae
Classe des Ruppietea R. Tx. 1960

Ce groupement colonise les eaux stagnantes de la cuvette située à la base de la falaise de la grotte
des pigeons.

17
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

5.2.2 Recouvrement et stratification

Formations végétales Recouvrement Hauteur Espèces dominantes Densité du


dominantes en % strates /m peuplement
ligneux hauts 15 3-4 Ceratonia siliqua moyenne à forte
Ceratonio siliquae – Tetraclinis articulata
Tetraclinetum articulatae Ampelodesma
mauritanicum
Genista tricuspidata

Rosmarino tournefortii- 5 2,5–4 Tetraclinis articulata forte


Tetraclinetum articulatae Olea europaea
Rosmarinus tournefortii
Cistus libanotis

Lavandulo dentatae- 20 3-6 Tetraclinis articulata moyenne à forte


Genistetum durieui Olea europaea
Ceratonia siliqua
Lavandula dentata
Genista durieui
Calycotome intermedia

Cytiso arborei-Quercetum 10 3-6 Quercus coccifera forte


cocciferae Pistacia lentiscus
Cytisus arboreus
Ampelodesmos
mauritanicus

Euphorbio briquetii- 10 2,5-7 Quercus rotundifolia moyenne à forte


Quercetum rotundifoliae Juniperus oxycedrus
Adenocarpus decorticans
Euphorbia briquetii
Citisus ladanifer
Cytisus arboreus

Salixo pedicellae- 5 2,5-5 Salix pedicellata moyenne à forte


Neriumetum oleandae Nerium oleander
Tamarix amplexicaule
Juncus acutus
Mentha rotundifolia

herbacées 3 Nasturtium officinale forte


Scrophulario aquaticae- Scrophularia aquatica
Nasturtietum officinalis

algues -1 Potamogeton pectinatus forte


Potamogetum- pectinae

18
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

5.3 EVALUATION QUALITATIVE DES HABITATS


5.3.1 Dynamique et succession écologique
L‟illiçaie, la Cocciféraie, la Tétraclinaie et les formations des ripisylves sont des formations climaciques,
toutes en phase de dynamique progressive. Le Rosmarino tournefortii – Tetraclinetum comme le
Lavandulo dentatae- Genistetum durieui sont des faciès de dégradation.

Le seul groupement qui présente une dynamique régressive très inquiétante est le Potamogetum- pectinae.

5.3.2 Evaluation du degré d'artificialisation


Pour toutes les formations végétales présentes sur le site, le degré d‟artificialisation est évalué comme
« assez faible ».

5.3.3 Structure spatiale des peuplements


L‟ensemble des formations ne sont pas fragmentée, sauf la tétraclinaie qui présente par endroits une
répartition fragmentée du fait des incendies.

5.3.4 Taux de régénération des formations ligneuses hautes


L‟illiçaie et la cocciféraie présentent les meilleurs taux de régénération ( semis et rejets) avec de fortes
densités. Pour la tétraclinaie, la régénération est moyenne en générale et par endroit quasiment absente.
Le Salixo pedicellae- Neriumetum oleandae est une formation par endroit très dense avec un taux de
régénération élevé.

6 LES ESPECES FAUNISTIQUES


6.1 ENDEMIQUES

Espèce (41) Nom français Nom Localisation Abondance


marocain
Habitat GPS
MAMMIFERES (3)
Elephantulus rozeti Macroscélide Tafrirout Milieux ouverts N 34° 52‟ 486 faible
de Rozet W 02° 26‟ 216
N 03° 49‟ 551
W 02° 22‟ 266
Crocidura Withakeri Musaraigne de Bounakkab Milieux frais, N 34° 49‟ 382 moyenne
Whitaker ombragés W 02° 23‟ 127
Atlantoxerus getulus Ecureuil de Aghbour Milieux boisés ou N 34° 52‟ 162 très faible
Barbarie rocailleux W 02° 22‟ 590
OISEAUX (2)
Picus vaillantii Pic de Tafoughalt : 34° 48‟ 746 N faible
Levaillant 02° 24‟ 428 W
34° 48‟ 750 N
02° 24‟ 508 W
Phoenicurus moussieri Rubiette de Houmira Tafoughalt 34° 48‟ 746 N, forte
Moussier kehla 02° 24‟ 428 W
Zenzouk Israne 34° 48„ 030 N
02° 23„ 987 W
Talazart 34° 47„ 905 N
02° 25„ 423 W
Grotte des 34° 48‟ 845 N
Pigeons 02° 24‟ 248 W
Grotte du
34° 50‟ 301 N
Chameau 02° 21‟ 375 W

19
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99
34° 52‟ 239 N
Jbel Abioud 02° 23‟ 511 W

REPTILES (1)
Petit Seps Hniech al N 34° 48‟ 387 forte
Chalcides minutus ?
tridactyles maghrib W 02° 23‟ 951
N 34° 49‟ 195
W 02° 23‟ 603
N 34° 52‟ 239
W 02° 23‟ 511
AMPHIBIENS (2)
Al-Ouljoum inconnue
Alytes maurus Alyte ?
marocain Al-Maghribi
accoucheur
Discoglosse Addifdaâ Al N 34° 52' 038 moyenne
Discoglossus pictus ?
peint du Munakkat W 02° 22‟ 185
scovazzi N 34° 49‟ 049
Maroc W 02°24‟ 298
N 34° 49‟ 195
W 02° 23‟ 603
POISSONS (1)
Barbeau Bouri Source chaude N°35° 50‟ 306 forte
Barbus moulouyensis
pied de la grotte W 02° 21' 436
du chameau N°35° 52‟ 378
W 02° 21‟ 785
eaux stagnantes
INVERTEBRES TERRESTRES (30)
Eurycarabus favieri Carabe de stations 2, 3a, 3b, faible
lepelletieri Favier 3d et 5a
Cicindela maroccana Cicindèle station 5a moyenne
ssp.(schrammi ?) du Maroc
Eotachys pallidulus station 3d très faible
Ocydromus siculus certans stations 3a, 3b et moyenne
3d
Orthomus velocissimus stations 3a, 3b et moyenne
lacouri (trans ad kocheri) 5a
Platyderus calathoides stations 2 et 3b 2 individus
alcacer
Sphodroides vidali station 4 faible
Trymosternus truncatus station 1 très faible
dilataticollis
Eulasia goudoti (s. lat.) station 5 faible
Elaphocerida barbara stations 2 et 5a faible
pardoi
Rhizotrogus pilosissimus hanneton station 5a faible
Hymenoplia ketamensis station 5 moyenne
Pachychila tumidifrons station 6 très faible
Pachychila grandis grandis stations 1 et 2 faible
Pachychila refleximargo stations 3c et 5a très faible
Adesmia microcephala station 7 1 individu
Stenosis maxima station 2 faible
Alphasida silphoides station 3b faible
Alphasida tricostata station 3b faible
Asida ruficornis pardoi station 5a faible
Asida sinuaticollis station 1 très faible
sinuaticollis

20
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99
Morica jevini stations 3a et 3b très faible
Akis spinosa algeriana stations 1 et 3b faible
Scaurus varvasi station 3c très faible
Pimelia mauritanica breiti pimelie stations 1, 2 et 5 forte
(dont 5a)
Pimelia boyeri pimelie stations 1 et 5a moyenne
septemcostata
Otinia vidali stations 1 et 2 faible
Opatrum granuliferum est de la station 3a faible
Larinus oujdensis station 2 2 individus
suborbiculatus
Otiorhynchus atlasicus station 2 moyenne
INVERTEBRES AQUATIQUES (2)
Oulimnius fuscipes N 34° 50‟ 306 faible
W 02° 21‟436
Ecdyonurus rohschildi N 34° 48' 820 faible
W 02° 24‟ 227

6.2 RARES
Espèce (46) Nom français Nom Localisation Abondance
marocain
Habitat GPS
MAMMIFERES (3)
Canis aureus Chacal doré Ouchchen Cocciféraie N 34° 49‟ 243 très faible
W 02° 26‟ 432
N 43° 51‟ 486
W 02° 22‟ 452
Hystrix cristata Porc-épic Arouy vallon escarpé N 34° 49‟ 421 moyenne
W 02° 23‟ 780
N 34° 50‟ 535
W 02° 23‟ 574
Felis libyca Chat ganté Mouch Cocciféraie N 34° 49‟ 324 très faible
W 02° 24‟ 531
aberrane N 34° 49‟ 113
W 02° 26‟ 157
OISEAUX (6)
Clamator glandarius Coucou-geai - ? très faible
Jbelicola saxatilis Merle de roche - ? très faible
Sylvia hortensis Fauvette Tajja Tafoughalt 34° 48‟ 746 N faible
Orphée 02° 24‟ 428 W
34° 48‟ 826 N
02° 24‟ 351 W
Talazart
34° 47‟ 905 N
02° 25‟ 423 W
Lanius senator Pie-grièche à Bouras Tafoughalt 34° 48‟ 746 N forte
tête rousse ahmar 02° 24‟ 428 W
34° 48‟ 826 N
02° 24‟ 351 W
Israne 34° 48„ 030 N
02° 23„ 987 W
Talazart
34° 47„ 905 N
02° 25„ 423 W
34° 47„ 707 N
02° 25„ 869 W
Grotte des Pigeons
34° 48‟ 845 N
02° 24‟ 248 W

Carduelis spinus Tarin des Smili Tafoughalt 34° 48‟ 746 N faible
02° 24‟ 428 W
aulnes
34° 48‟ 826 N
02° 24‟ 351 W

21
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99
Loxia curvirostra Bec-croisé des Boumkass Tafoughalt 34° 48‟ 746 N moyenne
02° 24‟ 428 W
sapins
34° 48‟ 826 N
02° 24‟ 351 W
Israne 34° 48„ 030 N
02° 23„ 987 W
AMPHIBIENS (1)
Salamandra algira Salamandre Assamandal Jbel Ouatrass très très
algire , Amejbis faible
aguerrag
INVERTEBRES TERRESTRES (30)
Caminara olivieri Calosome stations 2 et 5 2 individus
d'Olivier
Eotachys pallidulus station 3d faible
Tachyura curvimana stations 3c et 3d individus
isolés
Asaphidion curtum stations 3a, 3c et individus
3d isolés
Philochtus vicinus station 3d 1 individu
Nepha genei stations 3a et 3c individus
isolés
Ocys harpaloides station 3c 2 individus
Cardiomera genei station 5b 1 individu
Platyderus calathoides station 2 et 3b 2 individus
alcacer
Calathus circumseptus station 3a 1 individu
Amara similata station 3a 2 individus
Amara subconvexa station 3a 6 individus
Egadroma marginatum station 3d 1 individu
Stenolophus station 3a 1 individu
skrimschireanus
Masoreus wetterhalli station 3b 1 individu
axillaris
Trymosternus truncatus station 1 faible
dilataticollis
Apristus striatipennis station 3d 1 individu
Lionychus albonotatus station 3d 1 individu
Trox scaber station 4 1 individu
Onthophagus trigibber stations 3b et 5 moyenne
Pachychila tumidifrons station 6 faible
Tentyria thunbergi station 7 1 individu
Adesmia microcephala station 7 1 individu
Scaurus varvasi station 3c très faible
Semanotus laurasi station 2 3 individus
Eupogonochaerus perroudi station 5a 1 individu
Larinus oujdensis station 2 2 individus
suborbiculatus
Lixus scolopax station 2 1 individu
Charaxes jasius jasius jason, pacha à station 3b 1 individu
2 queues
INVERTEBRES AQUATIQUES (6)
Limnius opacus N 34°52'378 faible
W 02°21'785

22
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99
Oulimnius fuscipes N 34°50'306 faible
W 02°21'436
N 34°52'378
W 02°21‟785
Normandia villosocostata N 34°50 306 faible
W 02°21'436
N 34°48'820
W 02°24'227
Esolus pygmaeus ;N 34°53'115 forte
W 02° 20‟ 852
Stenelmis consobrina N 34°52'378 faible
W 02°21 785
Normandia nitens N 34°52'378 faible
W 02°21'785

6.3 REMARQUABLES

6.3.1 d'intérêt pour le Paléarctique occidental


Espèce (31) Nom français Nom Localisation Abondance
marocain
Habitat GPS
MAMMIFERES (3)
Herpestes ichneumon Mangouste Sebseb toutes forêts N 34° 50‟ 194 moyenne
W 02° 26‟ 432
N 34° 48‟ 551
W 02° 23‟ 514
Genetta genetta Genette Aourtha toutes N 34° 23‟ 421 moyenne
végétations W 02° 23‟ 511
N 34° 51‟ 178
W 02° 24‟ 413
Mutela nivalis Belette Tadgharat milieu ouvert N 34° 50‟ 045 moyenne
W 02° 23‟ 337
N 34° 48‟ 877
W 02° 24‟ 218
OISEAUX (2)
Caprimulgus ruficollis Engoulevent à Tiss ter elmout Tafoughalt 34° 48‟ 746 N, faible
collier roux 02° 24‟ 428 W
Grotte des Pigeons 34° 48‟ 845 N
02° 24‟ 248 W
Grotte du
Chameau 34° 50‟ 301 N
02° 21‟ 375 W
Pycnonotus barbatus Bulbul des Jehmoum el Tafoughalt 34° 48‟ 746 N, forte
mechmach 02° 24‟ 428 W
jardins
Israne 34° 48„ 030 N
02° 23„ 987 W
Talazart 34° 47„ 905 N
02° 25„ 423 W
Grotte du 34° 50‟ 301 N
Chameau 02° 21‟ 375 W

REPTILES (2)

Saurodactylus mauritanicus Saurodactyle Wazrat addail ? N 34° 52‟ 239 très forte
al-asfar W 02° 23‟ 511
de Maurétanie N 34° 49‟ 363
W 02° 24‟ 700
N 34° 48‟ 706
W 02° 24‟ 175

23
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99
Macroprotodon abubakeri Couleuvre à Al Haya ? N 34° 49‟ 363 forte
capuchon du Almukabaâ W 02° 24‟ 700
Al Maghribia N 34° 48‟ 387
Maghreb W 02° 23‟ 951
N 34° 52‟ 239
W 02° 23‟ 511

AMPHIBIENS (1)
Hyla meridionalis Rainette Addifdaâ Al- ? ?
Janoubia
méridionale
INVERTEBRES TERRESTRES (19)
Caminara olivieri calosome stations 2 et 5 2 individus
d'Olivier
Porotachys bisulcatus station 4 faible
Cardiomera genei station 5b 1 individu
Amara similata station 3a 2 individus
Chlaeniellus vestitus station 3d faible
Aphodius naevuliger station 1 très forte
Erodius elegans station 5a moyenne
Sepidium variegatum station 1 très faible
Scaurus dubius station 1 faible
Phylan obscurus stations 1, 3a, faible
3c, 5 (dont 5a et
5c) et 6
Phoracantha semipunctata station 5 faible
Parmena pubescens station 1 forte
algirica
Attelabus variolosus stations 1, 2 et faible
5a
Bangasternus villosus station 2 moyenne
Dorytomus station 3b moyenne
melanophthalmus
Geonemus flabellipes station 3b (et très faible
5*)
Pachyrhinus variabilis stations 3a, 5a et forte
7
Thaumetopoea pityocampa processionnair station 5 (dont moyenne
orana e du pin 5a)
INVERTEBRES AQUATIQUES (4)
N 34° 50‟ 306 faible
Normandia villosocostata W 02° 21‟436
N 34° 48' 820
W 02° 24' 227
N 34° 50' 306 moyenne
Physa acuta bas Zegzel W 02° 21‟ 436
N 34° 48' 820 moyenne
Baetis rhodani bas Zegzel W 02° 24‟ 227
N 34° 48' 820 moyenne
Ecdyonurus rohschildi bas Zegzel W 02° 24‟ 227

24
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

6.4 MENACEES.

Espèce (20) Nom français Nom Localisation Abondance


marocain
Habitat GPS
MAMMIFERES (13)
Canis aureus
Felis libyca
Herpestes ichneumon
Genetta genetta
Jaculus orientalis Grande gerboise Ajaabour Terrains dénudés N 34° 51 178 faible
W 02° 25 308
Rhinolophus Grande Tair Ellil, Grottes N 34° 50 309 moyenne
Rhinolophe fer Outouat, W 02° 24 429
ferrumequinum
à cheval Fertettou
Rhinolophus hipposideros Petit Tair Ellil, Grottes moyenne
Rhinolophe fer Outouat,
à cheval Fertettou
Rhinolophus euryal Rhinolophe Tair Ellil, Grottes faible
euryale Outouat,

Rhinolophus mehelyi Rhinolophe de Tair Ellil, Grottes faible


Mehely Outouat,

Rhinolophus blasii Rhinolophe de Tair Ellil, Grottes très faible


Blasius Outouat,

Myotis emarginatus Murin à oreille Tair Ellil, Grottes N 34° 50 309 très faible
échancrée Outouat, W 02° 24 429

Myotis capaccinii Murin de Tair Ellil, Grottes très faible


Capaccini Outouat,
Miniopterus schreibersi Minioptères Tair Ellil, moyenne
Outouat
REPTILES (2)
Testudo graeca Tortue Al Fakrun N 34° 48‟ 387 forte
? W 02° 23‟ 951
grecque Al Barri
N 34° 50‟ 855
W 02° 21‟ 315
N 34° 52‟ 239
W 02° 23‟ 511
Chamaeleo chamaeleon Caméléon Al Bua, N 35° 51‟ 358 moyenne
? W 02° 20‟ 331
vulgaire zaza
N 35° 52‟ 038
W 02° 21‟ 920
POISSONS (1)
Source chaude : N 35° 50‟ 306 forte
Barbus moulouyensis Barbeau W 02° 21' 436
grotte du chameau
N 35° 52‟ 378
W 02° 21‟ 785
INVERTEBRES TERRESTRES (4)
Porotachys bisulcatus station 4 faible
Cardiomera genei station 5b très faible
Sphodroides vidali station 4 faible
Zerynthia rumina prospérine station 3b faible
africana

25
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

Chapitre 2 : ACTIVITES HUMAINES - UTILISATION DE L’ESPACE

7 ESTIMATION DEMOGRAPHIQUE POUR LA REGION DU SITE


7.1 DENSITE ET DISTRIBUTION
La population légale des différentes communes rurales qui composent le bassin versant du site des Béni
Snassen était en 1994 de 52174 personnes et se répartit comme suit :

Bassin Versant Communes Population Total Ménages Total M.


Tafoughalt 3753 635
Beni Snassen Zegzel 13399 38940 2152 8470
Boughriba 21788 5683
Ain Sfa 5727 832
Jbel Foughal 13234 2102
Fezouane 7507 1270

Un tiers de cette population est potentiellement utilisateur des ressources du SIBE et presque 15% de
cette population vit à l‟intérieur même du site.

Les usages habituels des ressources naturelles qu‟on rencontre dans le site de Beni Snassen sont surtout le
pâturage, l‟agriculture et le ramassage des produits et menus produits forestiers. Pour le secteur occidental
du SIBE, la population des utilisateurs réels et potentiels est estimée à 12.954 personnes réparties sur
2138 ménages. Cette population habite dans 25 douars dont dix peuvent être considérés comme intérieurs
au SIBE et le reste comme limitrophes. Ces douars font partie de six fractions appartenant à trois
communes rurales (Boughriba, Tafoughalt et Zegzel).

Pour la partie orientale du SIBE (Jbel Foughal) cette population a été estimée en 1994 à 519 personnes
réparties sur cinq douars (Oulad Jaber Fouaga, Tinissane, Oulad Bouyaakoub, Jadaine Jbel, Khallad
Ouhfir). Ces douars font partie de deux fractions appartenant chacune à une commune distincte (Ain Sfa
et Fezouane).

7.2 DYNAMIQUE ET PREVISIONS


Durant ces dernières décennies, une majorité d‟habitants des Béni Snassen ont quitté leurs douars
d‟origine pour aller vivre en ville, soit à la recherche d‟un emploi, soit pour des besoins d‟éducation de
leurs enfants ou pour éviter les difficultés liées à l‟enclavement et aux sécheresses successives vécues
dans la jbelagne. La population totale aussi bien dans le bassin versant que dans les douars usagers a
beaucoup diminué durant les deux dernières décennies. Il est prévisible que cette tendance à la baisse va
encore persister, même si la zone sera dotée d‟électricité, d‟eau potable ou de certaines infrastructures de
base. C‟est une zone qui, à l‟image de la jbelagne marocaine, n‟offre pas beaucoup d‟opportunités
d‟emploi surtout pour une population qui se qualifie de plus en plus grâce aux efforts réalisés dans le
domaine de l‟éducation.

26
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

La plupart des jeunes générations habitants encore les secteurs des Béni Snassen, n‟envisagent pas
d‟avenir sur place et se préparent résolument soit à rejoindre les villes marocaines proches, soit à émigrer
en Europe.

Le retour de certains ménages sur leurs lieux d‟origine existe, mais ce retour ne concerne que quelques
zones qui ont connu des développements agricoles modernes et rémunérateurs, par exemple la vallée de
Zegzel où la culture du néflier a été introduite avec beaucoup de succès. Cependant ce retour n‟intéresse,
en général, que des ménages qui ont atteint l‟âge de retraite ou en sont proche après avoir édifié une petite
fortune ils reviennent sur les lieux d‟origine pour se reposer et transformer leurs anciennes demeures en
résidences secondaires.

7.3 CARACTERISTIQUES PARTICULIERES


7.3.1 fécondité
l‟indice synthétique de fécondité mesure le nombre moyen d‟enfants par femme féconde. L‟indice moyen
pour les bassins versants des Béni Snassen et Jbel Foughal est de 2,77 et se répartit comme suit :

Indice synthétique
de fécondité
B.V. du SIBE Communes I.S.F moyenne
Tafoughalt 2,10
Zegzel 3,42
Beni Snassen
Boughriba 2,42
2,77
Ain Sfa
Jbel Foughal 3,69
Fezouane
2,09

Pour la population des usagers mêmes du SIBE, cet indice de fécondité a été estimé à 2.8 pour la partie
occidentale et de 2.5 pour la partie orientale (Jbel Foughal).

7.3.2 mortalité
en l‟absence de statistique officielle locale, on peut cependant estimer que comme pour l‟ensemble du
pays, la mortalité, surtout infantile, à fortement diminuée dans la région.

7.3.3 migration
En l‟absence de statistique propre à la région en matière de migration et d‟exode rurale, on peut estimer
celle-ci comme relativement importante pour le site des Béni Snassen, autrefois très largement habité par
une nombreuse population. Aujourd‟hui vu le nombre de vestiges observables (douars abandonnés,
maisons en ruine, population en chute libre), beaucoup des habitants de la jbelagne du SIBE ont rejoint la
plaine de Triffa en plein essor agricole, la ville de Berkane en phase d‟expansion urbaine très forte depuis
plus de dix ans ou celle d‟Oujda et des destinations économiques à l‟étranger.

Ce flux migratoire et d‟exode n‟est pas chiffrable, mais d‟après les enquêtes réalisées il apparaît comme
très important et en croissance d‟autant plus forte que la sécheresse actuelle y contribue grandement.

27
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

7.3.4 structure des âges


La population active, c‟est à dire celle ayant un âge compris entre 15 et 59 ans constitue à peu près 57.8%
en moyenne pour l‟ensemble des bassins versants.

00-05 ans 06-14 ans 15-59 ans 60+

Bassin Versant Communes % Moy. % Moy. % Moy. % Moy.


Tafoughalt 11.88 18.5 60.85 8.78
Beni Snassen Zegzel 13.78 12.63 21.54 20.77 59.22 59.51 5.46 7.13
Boughriba 12.23 22.17 58.46 7.15
Ain Sfa 12.42 23.99 56.65 6.92
Jbel Foughal 12.26 24.12 56.2 7.39
Fezouane 12.11 24.24 55.75 7.87

La structure des âges de la population des usagers du SIBE secteur Béni Snassen est donnée ci-dessous.
D‟après ces statistiques, on constate que la population jeune de moins de 15 ans est de 32.7% et la
population active, c‟est à dire celle ayant un âge compris entre 15 et 59 ans est de 58.81%.

7.3.5 taille des ménages


La taille moyenne des ménages de la population des usagers du SIBE est pour chaque secteur de 5.8 et 6.4
personnes (chiffre 2002). La répartition des ménages selon leur taille est donnée sur le graphique ci-
dessous. On constate que la distribution est plus au moins normale autour de la moyenne avec une faible
variabilité (distribution sous forme de cloche aplatie).

14
12
10
8
%
6
4

2
0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Personnes par m énage

28
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

8 PRINCIPALES CARACTERISTIQUES SOCIALES


8.1 MORPHOLOGIE ETHNIQUE
L‟ordre tribal n‟est plus aussi important qu‟autrefois dans beaucoup de régions du royaume marocain, du
moins en ce qui concerne l‟organisation institutionnelle officielle. L‟unité organisationnelle locale
officielle actuellement au Maroc est la commune rurale, qui peut d‟ailleurs contenir une fraction entière
ou une portion d‟une fraction tribale.

La population des usagers du secteur occidental du SIBE appartient à trois communes rurales,
Boughriiba, Zegzel et Tafoughalt. Les douars relevant de la commune de Boughriba appartiennent à deux
fractions, Ouled Bouared Essayed et Tagma. Les douars relevant de la commune rurale de Zegzel
appartiennent à deux fractions Taghasrout et Ouartas. Les douars relevant de la commune de Tafoughalt
appartiennent à deux fractions Beni Ameir et Beni Bouyaala.

Les usagers du secteur oriental (Jbel Foughal) appartiennent à deux fractions Beni Khallouf qui relève de
la commune rurale d‟Ain Sfa et Khallad qui fait partie de la commune rurale de Fezouane.

8.2 ORGANISATION SOCIALE


Dans le bassin versant des Béni Snassen, on trouve plusieurs coopératives et associations. Les
coopératives sont généralement de type agricole et les associations sont soit culturelles, soit de
développement ou d‟eau d‟irrigation et eau potable. Au niveau même du SIBE, on trouve quelques
associations de développement et de gestion d‟eau qui sont fonctionnelles, par exemple celles qui se
trouvent dans les douars de Lahouafi, Ouled Ali Ben Yassin, Ouled Lhaj Tghasrout, Tafoughalt,
Aounoute et Ouled Yaakoub.

Il n‟y a ni chambre d‟artisanat ou de commerce, ni coopérative ou usine sur le SIBE.

8.3 NIVEAU DE DEVELOPPEMENT SOCIAL


8.3.1 Analphabétisme
Pour la population du bassin versant, le taux d‟analphabétisme de la population ayant un âge supérieur à
dix ans est de 62.7% pour la partie occidentale et 69.6% pour la partie orientale du SIBE (1994).

Le taux d‟analphabétisme pour la population des usagers du secteur occidental du SIBE, âgée de dix ans
et plus est de 62.6%, avec 80% pour les femmes et 45% pour les hommes. Ce taux d‟analphabétisme
diminue avec les différentes classes d'âges, et ceci grâce à un développement de la scolarisation,
diminuant d‟une façon plus rapide chez les hommes que chez les femmes, (faible scolarisation des filles
dans la milieu rural). Cependant, ce taux d‟analphabétisme reste encore très élevé même chez la tranche
d‟âges inférieure (10-14ans), puisqu‟il est en moyenne pour l‟ensemble des enfants de cette tranche de
34% et de 47.4% chez les jeunes filles.

Taux d‟analphabétisme en %, selon les groupes d‟âges


Groupes d‟âges Taux d‟analphabétisme du SIBE Beni Snassen (en %)
ans Masculin Féminin Ensemble
10 - 14 19.00 47.40 34.10
15 - 24 30.30 68.80 47.30
25 - 34 40.80 68.80 65.30
35 - 49 64.60 92.90 79.70
50 et + 80.00 100.00 90.50

29
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

Pour le secteur oriental du SIBE (Jbel Foughal) l‟analphabétisme y est très élevé, avec un taux de 90.9%
pour la population âgée de 10 ans et plus. Ce taux très élevé, l‟est surtout chez les femmes où il atteint les
100% chez toutes les tranches d‟âges. Ce qui est inhabituel au Maroc, c‟est que contrairement à la logique
des choses, le taux d‟analphabétisme augmente avec le temps, les couches de la population les plus âgées
étant plus alphabètes que les jeunes générations. A peu près 91% des gens actuellement présents sur le
secteur n‟ont reçu aucune éducation scolaire ou coranique.

8.3.2 Scolarisation
Pour le bassin versant des Béni Snassen, le taux de scolarisation des enfants ayant un âge compris entre 8
et 13 ans, est de 61.9% pour le secteur occidental et seulement 45.5% pour la secteur oriental (en 1994)

Pour la population des usagers du SIBE, le taux de scolarisation des enfants de 8 à 13 ans dans le secteur
occidental des Béni Snassen est de 60,5%, (le rapport garçon/fille est de 1 pour 0,6 en faveur des garçons)
– Seulement 29% de la population hors scolarisation ont bénéficié d‟une éducation scolaire, 4% ont un
niveau élémentaire d‟instruction coranique ou ayant reçu une éducation préscolaire, 24% ont un niveau
primaire ou secondaire et seulement 1 % ont un niveau d‟enseignement supérieur.

Pour le secteur oriental du Jbel Foughal la situation est bien plus préoccupante avec seulement 25% des
enfants de 5 à 13 ans scolarisés (rapport 1 pour 0,1 en faveur des garçons !) et donc une quasi inexistence
de la scolarisation des filles. 6% seulement de la population hors scolarisation a bénéficié d‟une formation
coranique élémentaire ou du préscolaire et 3% ont un niveau d‟éducation primaire ou secondaire.

8.3.3 Professions et activités


La répartition catégorielle de la population active du bassin versant se présente comme suit : : 27.5% sont
des indépendants, 54.7% travaillent en tant que salariés et 9.3% travaillent comme une aide familiale et
autres.
Pour la population des usagers du secteur occidental du SIBE, la catégorie des indépendants forme 25%
de la masse de la population active occupée, celle des salariés constitue 61% et l‟aide familiale et autres
13%. Pour le secteur du Jbel Foughal la catégorie des indépendants reste identique à 25%, alors que celle
des salariés chute à 25% et que l‟aide familiale constitue 50% de la masse. Cette importante occupé par
l‟aide familiale est en fait un chômage dissimulé.
L‟ensemble de la population active occupée du SIBE est pour le secteur occidental employée à 54.4%
dans l‟agriculture et l‟élevage (91% pour le secteur du jbel Foughal), à 14.1% dans le commerce, à 10%
dans le bâtiment et travaux publics et à 4.9% dans l‟industrie et l‟artisanat (64.3% de femmes). 9% de la
population employée du jbel Foughal l‟est par l‟administration publique et l‟éducation.
Population active (AO) par sexe et branche d‟activité économique (secteur ouest)
Masculin Féminin Ensemble
Branche d'activité économique
(%) (%) (%)
Agriculture élevage 55.90 21.40 54.40
Mines 2.20 0.00 2.10
Industrie et artisanat 2.20 64.30 4.90
Eau électricité et énergie 0.30 0.00 0.30
B.T.P. 10.90 0.00 10.40
Commerce 14.40 7.10 14.10
Transport et communication 3.80 0.00 3.70
Services 2.90 0.00 2.80
Adm. Pub. Education, santé,.. 5.80 7.10 5.80
Activités exercées hors Maroc 1.60 0.00 1.50

La proximité de l‟agglomération de Berkane et de l‟existence d‟un marché quotidien de la main d‟œuvre


(Moukkef) très actif, entraîne beaucoup d‟habitants des douars les mieux desservis par les transports, à
venir se faire embaucher comme ouvrier salarié. Par exemple, dans les douars de la fraction Tagma, on
estime que plus de 80% de la population active travaille comme salariés, au village d‟Aounoute cette
catégorie dépasse 90%.

30
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

8.4 NIVEAU DE DEVELOPPEMENT COLLECTIF


Les types d‟équipements sociaux présents dans le bassin versant du SIBE sont les équipements
d‟enseignement et de formation, les équipements de santé, les équipements et activités socioculturelles,
les sports et les loisirs et autres équipements et services publics.

Commune Rurale
Zegzel Tafoughalt Boughriba Fezouane Ain Sfa
Thème Sous thème Oui Non Oui Non Oui Non Oui Non Oui Non
Ecoles coraniques x 2 5 1 1
Crèches et garderies x x x x x
Equipements
Ecoles primaires 12 7 17 11 2
d'enseign. et de
Collèges x 1 1 x x
formation
Lycées x x x x x
Centre de Form. Prof. x x x x x
Dispensaires x x x x 1
Equipements de Centres de santé x 1 1 x x
santé Hôpitaux x x x x x
Maternités x 1 x x x
Centres culturels x x x x /
Equipements et Foyers féminins x 1 x x projet
activités Maisons de jeunes x 1 x x /
socioculturels Associations culturelles x x x x /
Mosquées 3 3 x 32 2
Associations sportives x x x x /
Sport et loisirs
Equipe/club de sport x projet x x projet de club
Maison communale x x x 1 x
Caïdat x x x x x
Autres
Bureau de poste x x x 1 x
équipements et
Souk hebdomadaire x x x x 1
services publics
Abattoir x x x / 1
Station d'essence 1 x x x /

La plus pauvre en équipements sociaux parmi les communes du bassin versant est la commune rurale de
Zegzel et la plus équipée est celle de Tafoughalt. Cependant la majorité de ces équipements qu‟on
rencontre à Tafoughalt, par exemple la maternité, le collège, le foyer féminin et la maison de jeunes se
trouvent au niveau du village de Tafoughalt où siégent d‟ailleurs aussi bien la commune que la Caïdat.
La commune rurale qui possède le plus d‟écoles primaires est Boughriba. Il faut mentionner ici que
certaines écoles primaires ne fonctionnent plus à cause de l‟insuffisance de l‟effectif d‟écoliers
disponibles au niveau du douar.

8.5 CONTEXTE ECONOMIQUE ET EMPLOI


Le taux brut d‟activité est le rapport de la population active, constituée d‟actifs occupés et de chômeurs au
total de la population et le taux de chômage est le rapport de la population en situation de chômage à la
population active. Pour le bassin versant des Béni Snassen ces taux moyens sont respectivement de 29.2%
et 25.8% et pour la population du secteur occidental du SIBE, le taux global d‟activité est de 28.5% et le
taux de chômage global est de 21%.

Pour le secteur oriental du Jbel Foughal, la situation de l‟emploi est encore plus critique, avec pour la
population du bassin versant des taux moyens d‟activité et de chômage respectivement de 31.4% et 32.8%
et de 33.3% et 26.7% pour la population usagère de ce secteur du SIBE.

31
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99
La main d‟œuvre qui travaille dans les exploitation agricoles du SIBE, totalise à peu près 1378 personnes,
dont 87.1% sur les exploitations de la partie occidentale. Cette dernière est composée de seulement 2.4%
de salariés permanents le reste étant constitué de membres de ménages permanents (59.6%) et de
membres de ménages occasionnels (38%). La main d‟œuvre de la partie orientale est constituée à 98% de
membres du ménage permanents et occasionnels.
Le taux de dépendance économique est à peu près de 0.7. Ceci veut dire que pour chaque personne active
il y a au minimum 0,7 inactif à supporter (moyenne nationale = 0.79 et internationale = 0.56). En réalité,
le nombre de personnes qui sont économiquement à charge est augmenté du fait que même si une
personne est considérée comme active, il se peut qu‟elle soit au chômage, ou à l‟école ou être femme au
foyer et toutes ces catégories sont économiquement dépendantes.

8.6 BESOINS EXPRIMES PAR LES POPULATIONS


L‟identification des problèmes auxquels se trouve confrontée la population s‟est effectuée au fur et à
mesure du déroulement des ateliers, au cour desquels les participants ont pu évoqué aussi leur principaux
besoins.
Les principaux problèmes rencontrés par les populations du SIBE des Béni Snassen :
 le chômage (tous les douars souffrent de ce fléau) ;
 le mauvais état des routes en saison de pluie (route de Zegzel) ;
 le mauvais état des pistes (Fractions de Tagma, Ourtas et Beni Ameir) ;
 les ponts de faible débit de passage impraticable pendant la saison de pluies (route de zegzel) ;
 l‟insuffisance d‟eau d‟abreuvement et d‟irrigation (presque tous les douars souffrent de ce problème à
l‟exception de ceux qui se trouvent dans la vallée de Zegzel) ;
 Le mauvais état des sources et des canaux d‟irrigation (seguia) (Zegzel, Tagma, Aounoute) ;
 Le manque d‟eau potable (tous les douars à l‟exception de ceux qui en sont déjà dotés comme par
exemple Tamelalt, Tazaghine, Maalou, Tzayast, Ouled Belkhir, le village de Tafoughalt, etc. et les
douars qui se trouvent dans la vallée de Zegzel qui s‟alimentent en eau de sources) ;
 le manque d‟électricité (Tous les douars à l‟exception de certains déjà dotés comme Aounoute,
Tafoughalt, Tazaghine, ceux de la vallée de Tagma, à l‟exception de Maaboura et de Jerarda, Maalou,
Beni Atia...) ;
 l‟insuffisance ou le manque de moyens de transport (surtout le long de la route qui long la vallée de
Zegzel) ;
 le manque de dispensaires ;
 Le manque d‟écoles primaires (Vallée de Tagma, Aounoute) ;
 le manque de collèges ;
 le sanglier qui cause des dégâts à l‟agriculture (vallée de Zegzel et vallée de Tagma) ;
 la manque de coopératives agricoles, par exemple apicoles ;
 le manque de clubs de jeunes et de foyer pour jeune filles ;
 la fermeture de la grotte du chameau.
Chaque goupe de villages a ses priorités, par exemple la première priorité pour les habitants de Zegzel est
l‟aménagement des ponts qui se trouvent sur la route (8 à peu près) qui relie Zegzel à Berkane, ensuite
vient l‟électricité et le transport. Pour les habitants d‟Aounoute qui disposent déjà d‟une route goudronnée
aménagée par les anciens habitants de ce douar, la première priorité est l‟eau potable et d‟irrigation parce
que même si elle est aujourd‟hui disponible, elle est en deçà des besoins de la population. Chez les douars
de Jerarda, Maaboura, Ouled Abdessadek et Ouled Belkhir et Tamelalet, c‟est l‟aménagement des sources
et des canaux d‟irrigation qui viennent en première position, ensuite les problèmes de santé et d‟éducation
et après les opportunités d‟emploi, par exemple la création de coopératives apicoles ou d‟élevage
de caprins.

32
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

9 ACTIVITES HUMAINES ET IMPACT SUR L’ENVIRONNEMENT


9.1 USAGE DES SOLS ET RESSOURCES HYDROLOGIQUES DU BASSIN VERSANT
9.1.1 Répartition et typologie
Pour le secteur occidental, la superficie agricole utile (SAU) totale du bassin versant des Béni Snassen est
de l‟ordre de 21.028 ha, répartie en 12.317 parcelles, ce qui donne une superficie moyenne par parcelle de
l‟ordre de 1.7 ha. - cette superficie est à 60% irriguée.

Pour le secteur oriental, la superficie agricole utile (SAU) totale du bassin versant du Jbel Foughal est de
l‟ordre de 20.240 ha, répartie en 9599 parcelles, ce qui donne une superficie moyenne par parcelle de
l‟ordre de 2.1 ha. - cette superficie est à 11% irriguée.

9.1.2 Ressources hydrologiques


Les ressources hydriques sont très limitées dans la région de l‟oriental. Ces ressources sont fournies par
les apports de la Moulouya qui en moyenne sont évalués à 1 milliard de m3 par an au niveau du barrage
Mohamed V et ceux des autres oueds qui se jettent dans la méditerranée ou qui se perdent dans le désert
et qui sont estimées à moins de 200 millions de m3 annuellement. Les eaux souterraines les plus
importantes se trouvent principalement dans les plaines de Triffa et Garet et secondairement dans le
couloir Garcif-Oujda. Les précipitations sont très aléatoires et généralement modestes.

Les ressources mobilisées sont principalement faites par les deux grands ouvrages hydrauliques réalisés
sur la Moulouya, les barrages Mohamed V et Machrâa Hammadi, qui possèdent un volume utile
d‟environ 500 millions de m3. Cependant, la capacité de retenue du barrage Mohamed V diminue
annuellement de quelque 10 millions de m3/an à cause de son envasement. Les eaux provenant de ces
barrages desservent en eau d‟irrigation quatre principales plaines : Triffa, Zebra, Garet et Bouareg.

33
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

L‟agriculture consomme plus de 95% des eaux mobilisées et les usages domestiques consomment les
80% de la quantité restante, l‟irrigation d‟un hectare dans le bassin de la Moulouya nécessite environ
7000 à 7500 m3/an.

Le bilan global des disponibilités en eau s‟établissait en 1996 à près de 20 000 l/s. Aujourd‟hui elle
s‟établie à 319 m3 par habitant et par an (stat. 2000) pour la région. Cependant, à cause de la diminution
de la capacité de retenue du barrage Mohammed V, le volume d‟eau mobilisée connaît une réduction
croissante, la disponibilité en eau, déjà insuffisante à l‟heure actuelle, risque une réduction de moitié
d‟ici 2025.

Dans l‟oriental presque toutes les ressources hydriques mobilisables ont été exploitées, ainsi le
développement et l‟aménagement futurs de cette région dépendront essentiellement de la gestion
rationnelle et de l‟optimisation de l‟utilisation de l‟eau déjà disponible afin de répondre aux besoins en
eau potable et domestique, à l‟extension de l‟agriculture irriguée et au développement industriel et
touristique prévu dans la région.

9.2 OCCUPATION DES SOLS DANS LE SITE


9.2.1 Typologie et classification des usages des sols
Au niveau même du SIBE, on dénombre 1047 exploitations agricoles, qui s‟étalent sur une superficie de
4186 hectares subdivisés en 3428 parcelles, ce qui nous donne une superficie moyenne par exploitation de
4 ha et une superficie moyenne par parcelle de 1.22 ha.

La superficie moyenne par parcelle varie beaucoup d‟une zone du site à une autre, les plus grandes étant
sur la CR de Boughriba, les plus petites dans la vallée du Zegzel et des douars d‟Aounoute et Ouled
Yaakoub, où les parcelles ne dépassent pas l‟hectare. Le morcellement des terrains est une constante des
secteurs accidentés mais ici il est très fortement accru par les systèmes de succession. Par exemple dans le
douar d‟Aounoute, plus d‟une cinquante de ménages exploitent une petite superficie de deux hectares,
seule exploitation encore irriguée, subdivisée en plus de 300 parcelles, chaque parcelle possédant plus
d‟une cinquantaine de propriétaires, qui en majorité ne vivent plus dans le douar.

Le foncier des exploitations agricoles


FONCIER
SIBE Nombre SAU/
S.A.U (ha) Nombre de parcelles SAU/parcelle
d‟exploitations exploitation
Beni Snassen 921 3549 3.85 2864 1.24
jbel Foughal 126 637 5.06 564 1.13

La SAU des Béni Snassen est travaillée à 81% en mode de faire valoir direct, 25% en location et le reste
en mode de faire valoir indirect, celle du jbel Foughal est travaillée à 93% en mode de faire valoir direct,
5.6% en mode de faire valoir indirect et le reste en mode location.

Occupation du sol par groupe de cultures (en ha)


SIBE
Céréales Légumineuses Maraîchage Industrielles Fourragères Fruitières Jachère
Beni Snassen 2019 148 158 59 110 697 443
jbel Foughal 432 43 36 61 75

34
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

9.2.2 Structuration de l’habitat


Les habitants de la partie occidentale du SIBE vivent à 52% dans des habitats de type rural (57% dans le
bassin versant) et à 42.4% dans des maisons marocaines (28.87% dans le bassin versant). Pour le secteur
oriental du jbel Foughal, la ruralité est bien plus forte avec 85.7% d‟habitat rural (80.77% dans le
bassin versant).

La grande majorité de la population (80 à 100%) vit dans des logements constitués de une à trois pièces,
et le taux d‟occupation varie entre 2.2 et 2.8 pour le SIBE. Si les propriétaires de logements représentent
64% des habitants à l‟ouest, ils ne sont plus que 28% à l‟est.

Les équipements sont très disparates et seul l‟habitat du secteur occidental possède un minimum
d‟équipement pour 19% en électricité et 30% en eau potable.

% secteur Ouest % secteur Est


Caractéristiques de l'habitat
B.V. SIBE B.V. SIBE
1à2 51.10 52.80 47.59 57.20
Nombre de pièces 3 27.24 28.80 34.84 42.90
habitées 4 10.54 6.40 11.37 0
5 et + 11.12 12.00 6.22 0
Propriétaire 63.72 64.80 70.50 28.60
Statut d'occupation Locataire 4.93 2.00 2.22 0
Autres 31.35 32.80 27.29 71.40
Villa/Appartement 0.75 0.80 0.00 0
Maison Marocaine 28.87 42.40 17.22 14.30
Type d'habitation Sommaire 7.81 4.40 0.84 0
Rural 57.51 52.00 80.77 85.70
Autres 5.05 0.40 1.18 0
Eau 25.61 30.00 6.49 0
Equipement dans les Electricité 25.29 19.20 11.32 0
logements Bain/Douche 18.02 19.20 7.44 0
WC 48.84 52.00 33.27 0

Les logements sont construits aussi bien par des matériaux locaux que par des matériaux fabriqués. Les
maisons construites avec des briques ou du ciment représentent 38.4% du total, celles fabriquées en
pierres et agglomérés avec terre sont de l‟ordre de 59.6% à l‟ouest et plus de 71% dans le secteur du jbel
Foughal. Si dans ce secteur toutes les habitations sont couvertes de bois, de roseaux, de feuilles, d‟argile
et de matériaux locaux, dans le secteur ouest plus de 40% sont couvertes de dalles.

9.2.3 Régimes fonciers et Droit de propriété


Les propriétés foncières rencontrées dans la région sont de trois types : domaine étatique privé ou public,
propriété privée et Habous. Dans certaines localités on trouve aussi des terrains collectifs ou des terrains
Guich.

Le domaine privé de l‟Etat comprend l‟ensemble de biens appartenant à l‟Etat ou à une collectivité
publique qui sont susceptibles de propriété privée ou ne sont pas affectées à l‟usage public. La gestion du
domaine privé de l‟Etat est attribué en général au Service des Domaines à l‟exception des forêts qui
relèvent de l‟autorité de l‟Administration des Eaux et Forêts, et des mines dont la gestion revient au
Service des Mines. Le domaine forestier est régi par le Dahir du 10 octobre 1917 sur la conservation et
exploitation des forêts.

La propriété « Melk » est une forme de propriété traditionnelle, elle est très courante au Maroc mais son
statut n‟est pas très sécurisé.

35
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

Le statut juridique de la SAU du Bassin versant des Béni Snassen est à 80% à peu près Melk ou assimilés,
18.7% domanial et 1.3% collectif, Habous et Guich.

Boughriba Tafoughalt Zegzel Ain Sfa Fezouane Total


Melk ou assimilé 7792 3892 5035 13641 6453 36813
Collectif 361 1 12 29 2 405
Statut juridique
Habous 3 2 1 2 62 70
(ha)
Guich 0 1 3 0 11 15
Domaines de l‟Etat 1638 2 2285 17 23 3965
Direct ou assimilé 8577 3850 6422 12397 5175 36421
Mode de faire valoir
Location 868 28 734 872 633 3135
(ha)
Bail en nature 349 20 180 420 743 1712

Le SIBE des Beni Snassen, y compris le Jbel Foughal, est en majorité domaine forestier délimité,
contenant des enclaves agricoles ayant en grande partie un statut de propriété privée avec souvent des
titres d‟immatriculation foncière. Dans la partie non forestière qui est à l‟intérieur ou limitrophe au SIBE,
on rencontre des terrains privés, collectifs, domaniaux, Habous, Guich ou de Réforme agraire.

Statut Juridique des terres agricoles (ha)


SIBE
Melk Collectif Habous Domaine Guich Réf. Agraire
Beni Snassen 3218 30 3 293 1 5
Jbel Fougahl 635 2

9.2.4 Nature des servitudes et usages


Néant sur le site.

9.2.5 Statuts juridiques de protection législative ou réglementaire


STATUT CYNEGETIQUE
Normalement le SIBE des Bénis Snassen a été érigé en réserve permanente de chasse où normalement
toute chasse y est totalement interdite.

Malgré cela, il contient toujours deux réserves provinciales de chasse. Une réserve se trouve au niveau de
Ras Foughal et l‟autre au niveau se Sidi Amer Acherki (décision N o07654 EF/CPN - No17803
AEF/ORF/CPN/C). Ces réserves sont des amodiations au profit des autorités provinciales et de leurs
invités de marque, et ont été instituées conformément à la convention No 5826 du 2 Juin 1989 (Ministère
de l‟Agriculture et de la Mise en Valeur Agricole / Ministère de l‟Intérieur et de l‟Information) avec
renouvellement par tacite reconduction.

Il y a donc là une contradiction juridique.

L’AMENAGEMENT FORESTIER DES BENI SNASSEN


La forêt des Beni Snassen est une forêt domaniale délimitée d‟une superficie d‟environ 75810 ha, dont
10% à peu près sont constitués d‟enclaves et 4% de terrains non couverts. Le massif forestier largement
dominé par les formations forestières (50,59./.), est constitué surtout de peuplements de thuya (Tetraclinis
articulata) (+ 30%), de pin d‟Alep (Pinus halepensis), de chêne vert (Quercus rotundifola), et de steppe
rase à romarin (Rosmainus officinalis) et alfa (Stipa tenacissima).

Cette forêt fait l‟objet d‟un plan d‟aménagement portant sur une durée de 24 ans (démarrage en 1999).
Les objectifs généraux de ce plan sont d‟assurer la pérennité de la forêt par voie de régénération naturelle
ou artificielle, un rendement soutenu et une production ligneuse et pastorale optimale. Cette forêt a fait
l‟objet de division en 316 parcelles, regroupées en trois sections principales: section forêt, section du

36
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

matorral, et section de la steppe. Dans chacune de ces sections, un certain nombre de séries ont été
identifiées, avec individualisation d‟une série spéciale qui est la série SIBE avec pour objectif la
protection et la sauvegarde du milieu.

La série SIBE fera l‟objet d‟un aménagement particulier pour assurer la préservation de ses richesses
naturelles. Cinq groupes d‟interventions y ont été identifiés: groupe d‟enrésinement et de peuplement,
groupe de conservation–protection, groupe d‟amélioration sylvicole, groupe de rajeunissement
(exploitation), et groupe de récréation.

 Le groupe de conservation et de protection comprend deux lots, un constitué de neuf parcelles


peuplées principalement de thuya sous forme de taillis, et le deuxième lot comprend quatre parcelles
comprenant des formations matoralisées.

 Le groupe de repeuplement et d‟enrésinement comprend des parcelles qui sont en début de


reboisement, des îlots naturels de pin d‟Alep, et de nombreux vides forestiers qui feront l‟objet de
reboisement principalement en pin d‟Alep et accessoirement en thuya. La contenance à réaliser
annuellement est de l‟ordre de 26 ha, avec une mise en défens minimale de 10 ans après plantation.

 Le groupe d‟amélioration sylvicole comporte des coupes d‟amélioration (éclaircie et dépressage


thuya, chêne vert, pin d‟Alep. La surface à traiter annuellement sera de l‟ordre de 86 ha.

 Le groupe de rajeunissement comporte des peuplements à base de chêne vert ou de thuya en taillis à
l‟état vieux ou adulte. Les peuplements seront recepés par coupe à blanc, avec réserve des caroubiers.
La mise en défens suivra automatiquement pendant 10 ans. La surface annuelle à exploiter est de
l‟ordre de 66 ha.

 Le groupe de récréation a une superficie de l‟ordre de 200 ha et comprend une seule parcelle (N 50)
située dans la commune rurale de ZEGZEL, à proximité de la grotte du chameau. Cette parcelle sera
entièrement affectée aux activités récréatives du grand public. L‟aménagement récréatif prévu pour
cette parcelle consiste en un certain nombre d‟actions sylvicoles de plantation, de nettoiement,
d‟éclaircie, d‟élagage, etc., et la construction de voies d‟accès pour les promeneurs, l‟aménagement
des aires de repos, de jeu et de campement pour les visiteurs, et la prise de mesures anti-incendies.

9.2.6 Institutions et acteurs


On distingue deux catégories d‟institutions d‟aménagement du territoire, les institutions nationales et les
institutions régionales. Les institutions administratives qui coordonnent les actions de différents
intervenants dans la politique d‟aménagement du territoire sont le Comite Interministériel Chargé du
Territoire qui regroupe la plupart des ministères et la Direction de l‟Aménagement du Territoire qui
relève du Ministère Chargé de l‟Aménagement du Territoire, de l‟Environnement, de l‟Urbanisme et de
l‟Habitat.

Les institutions financières, qui soutiennent financièrement l‟action d‟aménagement du territoire, sont le
Fonds Spécial de Développement Régional et le Fonds d‟Equipement Communal (FEC).

Les institutions régionales concernées sont principalement l‟Assemblée Régionale Consultative ;


l‟Inspection Régionale de l‟urbanisme, l‟Architecture et l‟Aménagement du Territoire ; les directions et
délégations régionales des différents départements ministériels. On trouve aussi au niveau de la région des
conseils consultatifs, comme celui de l‟environnement et celui de la culture.

La coordination et l‟harmonisation des actions au niveau régional est assurée par l‟Inspection Régionale
de l‟Urbanisme, l‟Architecture et l‟Aménagement du Territoire.

37
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

Au niveau local, on trouve les institutions provinciales au sein desquelles existe l‟assemblée préfectorale
composée de membres élus au suffrage indirect par les Conseillers communaux ou provinciaux, et les
services exécutifs organisés sous l‟autorité du Gouverneur. Les Ministères sont représentés au niveau de
la province par des services extérieurs provinciaux qui sont chargés de la mise en œuvre de la politique de
l‟Etat, et dont la tâche de coordination est assurée par le Gouverneur.

Au niveau des municipalités et des communes, on trouve un conseil communal élu, composé des
membres du bureau avec à sa tête un président, et d‟un certain nombre de commissions spécialisées.

Le rôle de toutes ces institutions dans l‟aménagement du territorial étant d'atténuer les inégalités sociales
et géographiques et promouvoir un développement équitable et juste. Un ensemble de mesures sont
établies par l‟Etat afin de réaliser ces objectifs, dont des motivations fiscales et autres avantages prévus
par la charte de l‟investissement, l‟aménagement de zones industrielles ou touristiques, la facilitation de
la procédure administrative, etc.

En vue d‟engager une réelle simplification administrative de la procédure d‟investissement, Sa Majesté le


Roi a récemment (2002) délégué aux Walis dont l‟autorité s‟étend sur de vastes régions, certaines
compétences ministérielles dans le domaine de l‟investissement afin de faciliter la procédure de
réalisation et d‟encourager l'acte d'investir. Le Wali devient ainsi l‟unique interlocuteur surtout en matière
d‟investissement et d‟aménagement.

9.2.7 Processus de planification local et synthèse des documents d'aménagement


Les actions de l‟Etat et des collectivités locales sont orientées, en matière d‟aménagement du territoire,
par des outils constitués de documents guides, élaborés sur la base d‟analyse d‟un certain nombre
d‟informations physiques, environnementales, socio-démographiques et économiques.

Les documents d‟aménagement utilisés au niveau de la région du site sont :


a) le Programme d‟Actions Intégrées pour le Développement et l‟Aménagement de la Région
Méditerranéenne du Maroc (PAIDAR) ;
b) les Schémas Directeurs d‟Aménagement Urbain (SDAU) ;
c) Le schéma de Développement et d‟Aménagement Régional (SDAR).

LE PAIDAR
Le Programme d‟Actions Intégrées pour le Développement et l‟Aménagement de la Région
Méditerranéenne du Maroc (PAIDAR-Med), est une étude réalisée pour aider au développement des
provinces du Nord. Ces objectifs sont la mise en place d‟un Observatoire permanent de la région
méditerranéenne, l‟établissement d‟un diagnostic pour identifier les potentialités locales et les problèmes
du littoral et de l‟arrière pays, la définition des moyens et des mesures appropriés répondant aux
problèmes détectés, l‟élaboration d‟une réflexion prospective pour le développement et l‟aménagement de
la région, et la mise en œuvre d‟un programme d‟action intégré à court et à moyen terme.

Une stratégie de développement de la région nord du Maroc a été élaborée, elle possède trois dimensions,
territoriale, structurelle et fonctionnelle. Dans sa perspective structurelle, elle vise la dotation de la région
en infrastructures de base. En matière de protection de l‟environnement, il a été recommandé la lutte
contre l‟érosion et la préservation de l‟environnement, surtout dans la zone Centrale et Orientale du Rif.

En plus de la protection de l‟environnement, la perspective structurelle vise aussi l‟amélioration des


niveaux de dotation hydraulique et énergétique, l‟amélioration de l‟offre des infrastructures industrielles,
l‟amélioration des équipements sociaux, l‟amélioration des infrastructures en milieu rural, et la
valorisation des ressources touristiques et culturelles.

38
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

LE SDAR
Le Schéma de Développement et d‟Aménagement Régional de l‟Oriental (SDAR) constitue un guide
d‟ordre général qui oriente d‟une façon globale en matière de développements économique, social et
culturel, et d‟équilibre spatial intra et inter-régional. Les grands déterminants sur lesquels le SDAR de
l‟oriental est basé sont la situation frontalière de la région, le capital hydrique, la fragilité de
l‟environnement et les dynamiques de répartition de la population. Il a aussi été conditionné par un certain
nombre de fondements, dont le niveau de qualification des ressources humaines, le degré d‟intégration
externe et interne à la région et la pertinence de la gestion territoriale.

Le redéploiement de l‟économie de la région a été orienté vers la valorisation de la production de la terre


et de la mer (les possibilités d‟augmentation de la production agricole, l‟intégration de l‟activité pastorale,
et le développement de l‟activité de la pêche) ; le développement d‟un tourisme de nature pour compléter
le tourisme balnéaire déjà existant ou prévu constitue un des axes de réalisation.

Neuf espaces fonctionnels, à l‟intérieur desquels s‟individualisent des espaces de projets, on été identifiés.
Le document Espaces-Projets n‟est pas encore définitif, mais le SDAR a tenu compte dans ses documents
diagnostic et Prospective dans de l‟existence des SIBE dans la région, dont celui des Béni Snassen. Ces
zones de SIBE ont été réservées comme des espaces de protection.

9.3 SYSTEMES D’EXPLOITATION


9.3.1 Agriculture
L‟agriculture pratiquée dans la région est de type traditionnel, basé surtout sur la céréaliculture (36% de la
SAU pour le secteur occidental et 65% pour le secteur oriental) installée principalement sur des terrains
non irrigués, l‟arboriculture fruitière (38% à l‟ouest, seulement 5,6% à l‟est) surtout le néflier et le prunier
rencontrés principalement dans les vallées de Zegzel et de Tagma, le maraîchage (8%), le fourrage
(4.7%), et un peu de cultures industrielles et oléagineuses.

Dans le secteur du jbel Foughal, une grande partie de la SAU est laissée en jachère (plus de 20%).

Boughriba Tafoughalt Zegzel Ain Sfa Fezouane Total


Répartition des Nombre d‟exploit. 1863 611 1345 1471 1321 6611
exploitations et de SAU (ha) 9794 3898 7336 13689 6551 41268
la SAU Nombre de parcelles 6103 2190 4024 5348 4251 21916
SAU Irriguées 6706 153 5872 225 2041 14997
(ha) Non-irriguées 3088 3745 1464 13464 4510 26271

Au niveau de la région du bassin versant les équipements agricoles se limitent principalement à des
motopompes utilisés dans la petite hydraulique, à des tracteurs utilisés dans le labour et quelques
moissonneuses. Très peu de superficie agricole utilise des intrants agricoles comme les engrais et les
produits phytosanitaires et 75% des exploitants utilisent uniquement de la main d‟ouvre familiale dans les
travaux agricoles.

Boughriba Tafoughalt Zegzel Ain Sfa Fezouane Total


Céréales 3006 2773 1838 9761 3366 20744
Légumineuses 89 123 243 210 645 1310
Maraîchères 528 81 1068 91 1301 3069
Occupation du sol Oléagineuses 1 1 0 0 5 7
(ha) Industrielles 199 0 75 0 21 295
Fourragères 754 5 247 28 41 1075
Fruitières 4119 355 3494 798 338 9104
Jachère 1180 574 494 3110 1039 6397

39
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99
Travaux du sol 1292 312 845 1115 822 4386
Moisson 313 265 229 1080 613 2500
Facteurs de
Engrais 1445 38 1065 72 907 3527
production
Semences sélec 122 176 121 92 348 859
(ha)
Prod. 1358 29 844 27 686 2944
Phytosanitaires
Main d’O. Salariée 149 26 141 27 24 367
permanente (Nbre Familiale 1649 256 943 599 648 4095
exploitants)
Tracteurs 207 43 233 31 87 601
Matériel Agricole
Moissonneuses 6 4 5 11 15 41
(Nbre d’entités)
Motopompes 118 47 431 26 64 686

Au niveau du SIBE, Les spéculations agricoles pratiquées sont en grande partie la céréaliculture (57%
pour la partie occidentale et 67.5% pour la partie orientale), les arbres fruitiers (19.6 et 9.4%), les
maraîchages (4.5 et 5.5%) et le reste est constitué de jachère, de cultures fourragères et cultures
industrielles. Les arbres fruitiers, surtout le néflier, le prunier et un peu d‟abricotier et d‟orangers se
trouvent principalement dans les deux vallées de Zegzel et de Tagma, où ils constituent la principale
source de revenu de la population locale. Les cultures fourragères et industrielles se rencontrent surtout
dans les douars qui relèvent de la commune rurale de Boughriba.

L‟agriculture pratiquée est de type traditionnel, très peu mécanisée du fait que les superficies agricoles
travaillées sont de petites superficies. C‟est une agriculture qui est pratiquement non irriguée.

Equipements des exploitations agricoles du SIBE :

matériel en Nbre de
Nbre de Nbre de
SIBE Nbre explt. propriété moissonneuse
tracteurs motopompe
explt. S.A.U
Beni Snassen 921 68 930 60 50 3
explt = exploitation

9.3.2 Elevage
L‟élevage pratiqué dans les limites du SIBE est composé de bovins, d‟ovins (70% du cheptel) et de
caprins, les bovins étant à 39% de race locale, 54% de race croisée et 6% de race pure.

Effectifs du cheptel de rente

Effectifs du cheptel de rente


SIBE Bovins Caprins
Ovins
Locales Croisées Pures Total
Beni Snassen 249 346 39 634 6256 1531
Jbel Foughal 162 1 163 1116 1582

Les moyennes par exploitation sont pour le secteur occidental de 6.8 ovins, 1.7 caprins et 0.7 bovin, et
pour le secteur du jbel Foughal 8.86 ovins, 12.6 caprins, 1.3 bovins. Ces chiffres montrent une réelle
disparité entre un secteur ouest peu « pastoral » l‟élevage ayant beaucoup diminué dans cette région à
cause des conditions climatiques difficiles ces dernières années et un secteur est plus typique d‟une zone
pastorale pauvre de montagne avec fort contingent de caprins.

Les gros éleveurs (> 50 têtes) sont très minoritaires, la grande majorité des ménages possède entre 2 et
5 ovins.

40
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

Pour le cheptel de trait, presque chaque ménage possède au moins un âne, animal indispensable dans cette
région montagneuse, où ils sont très utiles pour le transport de l‟eau potable, surtout lorsque la source est
loin du domicile, cas le plus fréquent aux Beni Snassen, sauf pour la vallée du Zegzel.

9.3.3 Activités industrielle


NEANT
9.3.4 Activités de prélèvement
bois de feu :
Beaucoup d‟habitants du SIBE continuent toujours à utiliser le bois comme combustible, surtout pour la
cuisson du pain, en complément au gaz butane. Les populations des secteurs enclavés dépendent
uniquement du bois comme source d‟énergie principale. Dans ces secteurs une famille de cinq personnes
consomme à peu près 60 kg de bois par semaine. Par contre, dans certains douars comme ceux de la
vallée de Zegzel, le bois n‟est utilisé qu‟à hauteur de 30% des besoins énergétiques.

Des traces de charbonnage illicite sont visibles, surtout dans le secteur oriental, où le chêne vert est la
principale essence prélevée à cet effet.

végétaux divers :
Les populations prélèvent l‟alfa, le palmier nain, des plantes médicinales, et le caroubier. L‟alfa était
abondamment utilisée dans le passé surtout pour la fabrication des nattes traditionnelles, activité
aujourd‟hui cantonnée à quelques familles très pauvres dont les revenus en dépendent. Certaines
personnes exploitent aussi l‟alfa pour le vendre au souk, après l‟avoir cuit.

activité cynégétique :
La chasse est interdite dans le SIBE, (classement réserve permanente de chasse depuis l‟an 2000).
Cependant, des tentatives de braconnage existent mais restent apparemment assez marginales.

Une réserve de chasse provinciale se trouve au sein du SIBE, exactement au lot Sidi amer Acherki, cette
réserve de 3759 ha, n‟a pas vu d‟activité cynégétique depuis deux ans –

9.3.5 Exploitation de la ressource hydrique


D‟une façon générale, le problème d‟approvisionnement en eau domestique, potable ou d‟irrigation se
pose avec grande acuité et préoccupe énormément la population. De l‟évolution de la disponibilité en eau
dépendra le devenir de toute cette région montagneuse. Sécheresses successives et absence
d‟infrastructure de stockage, ont conduit à une situation très problématique.

Le SIBE des Beni Snassen est sillonné par deux rivières l‟oued Zegzel dans sa partie centrale-Nord et
l‟oued Tagma dans sa partie Nord-Ouest. Ce dernier ne coule que temporairement lors des crues mais le
premier coule presque en permanence. Des sources existent, mais ces dernières années un certain nombre
d‟entre elles ont tari à cause de la succession d‟années de sécheresse.

Au niveau de la vallée de Zegzel, et surtout dans les douars Zegzel et Takerboust, la disponibilité de l‟eau
aussi bien potable que pour l‟irrigation, ne présente aucun problème. Cette eau est captée dans deux
sources qui jaillissent à l‟amont de Zegzel, Ain Halouma et Ain Laglalcha, et prélevée directement dans
l‟oued par dérivation partielle de son débit.

Deux principaux canaux longent la vallée, un sur chaque rive, allant de la source de Zegzel jusqu‟au
niveau du douar Tazarghine. Ici les principaux problèmes relatifs à la gestion de l‟eau concernent les
difficultés financières pour la reconstruction de petits barrages et de canaux d‟irrigation qui sont détruits à

41
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

chaque fois qu‟il y a une crue. En amont de la vallée du Zegzel, le douar Tgahsrout possède deux forages
réalisés par l‟Etat. Deux associations locales gèrent l‟accès à ces forages, La procédure d‟accès exige le
paiement d‟une redevance de 25 DH l‟heure d‟irrigation, et quand la demande pour l‟eau est importante,
on pratique en plus une distribution tournante.
Au niveau des douars de la fraction Tagma située dans le secteur occidental du SIBE, les gens souffrent
de la rareté de l‟eau d‟irrigation, surtout pour les douar qui sont situés à l‟aval. Auparavant, on utilisait
l‟eau de plusieurs sources (une dizaine) et la zone était très réputée par son agriculture maraîchère et
fruitière (plusieurs centaines d‟hectares), mais dans ces dernières années la majorité des sources ont tari,
une seule reste en activité, Ain Bouar, et supporte la maigre agriculture et population encore présentent.
La sécheresse des deux dernières décennies ont eu an impact considérable sur la vie économique et
sociale de la région, réduisant les surfaces irrigués, et rendant les spéculations agricoles les plus
rémunératrices impossible à maintenir.
Sur l‟ensemble du SIBE, peu de sources coulent encore, et les débits existants sont devenus très faibles.
Les canaux d‟irrigation ne sont pas en bon état, ce qui entraîne des pertes importantes. L‟impact sur la vie
économique et sociale est considérable, réduisant les surfaces irrigués, et rendant les spéculations
agricoles les plus rémunératrices impossible à maintenir.
Mis à part la vallée du Zegzel, le problème de l‟eau reste globalement fort, avec cependant des variantes
entre les douars bénéficiant du programme PAGER d‟adduction d‟eau potable, où des associations locales
gèrent le système, et ceux qui en sont exclus -

9.4 SYSTEMES DE VALORISATION


9.4.1 artisanat
Les activités d‟artisanat concernent surtout la confection des nattes et de quelques petits objets à partir de
l‟alfa et du palmier. Ce type d‟artisanat pratiqué généralement par les femmes, existait autrefois en
abondance dans le massif de Beni Snassen, mais actuellement il n‟en subsiste que très peu. C‟est un
travail qui n‟est plus rentable depuis que la natte traditionnelle a perdu de sa valeur face à la concurrence
de la natte en plastique.
On rencontre encore quelques familles qui exercent ce métier en tant que source de revenu, mais
beaucoup de familles le pratiquent encore de temps en temps pour des besoins domestiques. D‟après la
population locale, presque toutes les femmes de la région sont initiées à ce genre de métier.

9.4.2 tourisme
Le massif des Béni Snassen offre des paysages impressionnants et des sites culturels (grottes /classée pour
la grotte aux pigeons) très attractifs pour le tourisme. Ce site fait donc l‟objet d‟une fréquentation
touristique importante, à la fois dominicale et saisonnière. La majorité des visiteurs proviennent des villes
voisines d‟Oujda, Berkane et Nador et sont principalement soit en famille soit en groupe.
Ces personnes, pour la plupart ayant bénéficié d‟un enseignement technique ou supérieur, montrent une
réelle sensibilité aux problématiques environnementales.
L‟absence de statistiques, ne permet pas de quantifier les flux, mais il apparaît assez évident que le site est
plutôt en phase de surfréquentation, sentiment partagé par les visiteurs, et aux conséquences assez visibles
et néfastes pour le site (déchets, nuisances diverses, …). A partir des droits prélevés au niveau du parking,
on peut estimer que 60 à 70 milles visiteurs par an passent au moins une journée dans la vallée du Zegzel.
Si l‟on tient compte de la saisonnalité et de la distribution hebdomadaire, le maximum printanier voit
passer plus de 670 visiteurs en même temps dans le secteur des deux grottes !

9.4.3 éducation
Néant

42
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

9.4.4 récréation-sport
La configuration du tourisme local dont bénéficie le site, s‟apparente en fait plus à de la récréation (le
temps moyen passé sur place est d‟une demi journée), mais aucune activité sportive ne semble pratiquée à
cette occasion.

Chapitre 3 : LES MILIEUX HUMIDES

10 INTRODUCTION

10.1 CONTEXTE GENERAL ET DESCRIPTION DES MILIEUX HUMIDES


L'oued Zegzel, draine la partie centrale du SIBE des Béni Snassene ; les données disponibles sur
l'environnement régional de ce réseau sont relativement abondantes, mais celles qui concernent les
données hydrologiques et hydrobiologiques sont rares et fragmentaires. Néanmoins, des données
ponctuelles sur la qualité des eaux, les débits et la faune invertébrée existent mais ne permettent pas une
analyse approfondie, des communautés végétales et animales, ni de la mosaïque des habitats.
Il convient de signaler que les Béni Snassene constituent un SIBE ‟‟terrestre‟‟ au sein duquel nous avons
considéré comme "site aquatique Zegzel" le complexe formé par deux tronçons à écoulement permanent :
- la cascade située sur le cours supérieur du Zegzel, à proximité de la grotte du pigeon, au nord immédiat
de Tafoghalt ;
- tronçon à écoulement permanent situé entre la grotte du chameau et le Douar Takerboust, de part et
d'autre de la confluence des oueds Zegzel et Moulay Driss ; il est nommé ici secteur Ferrouje-Zegzel,
sachant qu'il correspond à un petit tronçon de l'oued Ferrouj alimenté par des sources au niveau de la
grotte du chameau et dont les eaux sont responsables de la pérennité du Zegzel plus en aval.
L'importance de ce site aquatique repose essentiellement sur deux qualités biologiques et des qualités
paysagères :
- il est le seul (sinon le meilleurs) cours d'eau de montagne à eaux douces et à débit d'étiage soutenu qui
existe dans la région nord-est du Maroc ;
- il contient une cascade, habitat rare au Maroc, et une résurgence d'eau phréatique susceptible de
contenir une faune invertébrée rare.
- l'ensemble de la vallée du cours d'eau offre un paysage de grande qualité, caractérisé par des gorges
profondes où les falaises surplombent un lit d'oued envahi de verdure ; les deux habitats précités
constituent également des paysages rares.

10.2 HISTORIQUE ET EVOLUTION BIO-ECOLOGIQUE DES MILIEUX HUMIDES


Il n‟existe pas de données permettant de déterminer l‟évolution bio-écologique du SIBE.

11 2 CARACTERISTIQUES PHYSIQUES DU BASSIN VERSANT ET DU MILIEU HUMIDE


11.1 CARACTERISTIQUES DU BASSIN VERSANT
11.1.1 Caractéristiques physiques
L'oued Zegzel est une artère de l'oued Cherraâ, principal affluent de la Moulouya en aval du barrage
Mechra' Homadi ; son bassin versant se situe entièrement à l'intérieur du massif des Béni Snassene,
montagnes constituant pratiquement le plus grand chaînon de la région nord-orientale du Maroc.

Le bassin du Zegzel, d'une superficie d'environ 190 km², présente une forme sub-rectangulaire, allongée
Est-Ouest. Il se situe entre les latitudes 34°16'N et 34°22'N et entre les longitudes 5°00'W et 5°30'W. Les
crêtes qui le délimitent s'élèvent à des altitudes de 800 m (Jbel Aghil, situé à l'aval) à 1532 m (Jbel
Foughal, à l'extrême Est du bassin) ; mais la majorité de ses reliefs se situent entre 700 m et 1000 m

43
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

d'altitude, sachant que ces reliefs s'élèvent du Nord vers le Sud et de l'Ouest vers l'Est. Les vallées sont
presque toutes encaissées et la pente des versants qui surplombent les cours d'eau varie entre 20% et 80%,
avec des falaises verticales fréquentes.

11.2 HYDROLOGIE DU MILIEU HUMIDE


11.2.1 Physionomie générale
Le Zegzel traverse la montagne des Béni Snassene dans sa zone centrale. Il se composent de deux
principaux affluents : oued Zegzel et oued Moulay Idriss. Il prend naissance à 'Ain Safsaf, source située
au sud immédiat de Tafoghalt ; après un parcours de 2-3 km sur un plateau, il tombe (via une cascade)
dans un vallon étroit et encaissé, où le cours d'eau suit une ligne droite d'orientation SW-NE, sans
ramification notable. Situé dans des vallées très encaissées, le lit du secteur aval est généralement de
faible largeur (3-7 mètres), sachant que la section en eau varie entre 2 m et 4 m en période de submersion
moyenne. La profondeur pendant les basses eaux est généralement faible (6-20 cm) et n'atteint les 50 cm
que dans de rares flaques ; mais dans la partie aval, les crues peuvent élever (en quelques minutes) le
niveau de l'oued de 1 à 2 m, voire plus haut.

Oued Moulay Idriss, dont le bassin versant est 4-5 fois plus grand que celui du Zegzel, draine les
montagnes du Sud et de l'Est de la chaîne. Il est très ramifié, mais la grande majorité de ses affluents sont
temporaires ; peu avant sa confluence avec le Zegzel, il reçoit les eaux de l'oued Ferrouj, affluent de
faible longueur qui n'est permanent qu'au niveau de tronçon terminal, en aval de la grotte du chameau.

11.2.2 Données hydrologiques


Le réseau de l'Oued Zegzel est composé essentiellement d'affluents temporaires, malgré les grandes
réserves d'eau sous-jacentes ; les seuls tronçons qui présentent un écoulement permanents ou semi
permanent sont à l'aval de petites résurgences situées soit en montagne soit au fond de la vallée dans la
partie aval.

Le tronçon où l'écoulement estival est relativement soutenu se situe en aval de la résurgence de la grotte
du chameau. Les eaux de celle-ci alimentent l'oued Ferrouj, puis l'oued Moulay Idriss et enfin le tronçon
aval du réseau. A sa sortie des Béni Snassene, le Zegzel présente encore un écoulement permanent. Selon
des témoins locaux, son débit a fortement baissé. Très utilisé pour l'irrigation des terrasses de cultures, cet
oued peut s'assécher à 2-4 km avant de quitter les Béni Snassene, notamment vers la fin de l'été.

Parmi les nombreux affluents de ce réseau, dont les sources sont presque toutes captées, seul le cours
supérieur du Zegzel proprement dit est permanent. Sa source est captée pour alimenter le village de
Tafoghalt, dont les eaux usées remettent en eau le cours du Zegzel, transformé en canal artificiel. Ce
ruisseau se transforme en cascade au niveau de la Grotte du pigeon, pour devenir temporaire
immédiatement à l'aval de celle-ci ; les eaux de cette cascade se perdent en effet dans le sous-écoulement
et réapparaissent peu avant la confluence Zegzel-Moulay Idriss.

Pendant les périodes pluvieuses, cet oued connaît souvent des crues, parfois très brutales, malgré les
effets régulateurs de débit de la rétention karstique.

Débits moyens instantanés (en l/s) du Zegzel (1991 –1992).


Saison Automne Hiver Printemps Eté
Zegzel en amont de l'oued Moulay Idriss 86 98 35 24
Bas Zgzel (aval de toutes les confluences) 280 319 116 90
Ferrouj-My Idriss (estimation) 194 221 81 66

44
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

Le secteur aval présente un débit d'étiage d'environ 90 l/s, lequel débit ne comprend pas les prélèvements
pour irrigation qui seraient trois à quatre fois plus grands. En hiver, ce débit monte à quelques centaines
de litres, en dehors des périodes pluvieuses. Les eaux de ce secteur proviennent en grande partie des eaux
phréatiques de la grotte du chameau, mais le Zegzel, qui se remet en eau à quelques centaines de mètres
avant de confluer avec l'oued Moulay Idriss, apporte environ 24 l/s en période de basses eaux.

La pente est assez moyenne et génère des courants de 30 à 80 cm/s, qui diminue vers l'aval, pour atteindre
des valeurs de moins de 10 cm/s. En été, ce secteur développe quelques flaques (d'eau stagnante) peu
avant de quitter la montagne. En aval de la grotte du chameau, la vitesse devrait dépasser ces valeurs.

Au niveau de la cascade, l'eau s'écoule sur une falaise verticale, haute d'environ 40 mètres ; elles se
réduisent. En été, le débit peut descendre à quelques litres par seconde et varie avec les rejets ; le tapis
végétal qui recouvre le mur de la cascade est alors partiellement recouvert.

11.2.3 Qualité abiotique


Sédimentologie
Les apports solides du Zegzel ont été estimés à 10 000 t/an ; ce qui signifie un important effet érosif de
l'écoulement. En effet, le ruissellement a lieu sur des pentes fortes et les crues sont relativement violentes,
dénotant une forte érosion, tel qu'en témoignent les gorges profondes creusées par l'oued.
Tout le long du lit de l'oued (du moins dans le secteur aval permanent), le sédiment se compose
essentiellement de galets et de cailloux, déposés entre des blocs. Au niveau des gorges située peu avant
que l'oued ne quitte la montagne, le substrat graveleux, parfois sableux, domine localement (zones de
courant faible ou nul) ; il est souvent enrichi de débris végétaux.

Salinité
Il s'agit d'eau douce (60-92 mg/l de chlorures) ; toutefois, les eaux de la cascade, étant souvent réduites
aux rejets domestiques, devrait avoir une concentration en sel légèrement plus grande.

Autres paramètres
Tous les paramètres montrent une qualité des eaux généralement bonne, en dehors du collecteur d'eau
usée de Tafoghalt ; lequel est au contraire très chargé en matière organique, voire en déchets solides, et
présente des températures relativement élevées en été (17°C à 8h00).

En aval de la grotte du chameau (Oued Ferrouj), les eaux sont claires, turbulentes et de bonne qualité ; la
température y est relativement stable (eau de source), avec des maxima d'environ 24°C. Au contraire,
dans la partie inférieure du réseau, les eaux se réchauffent dès le printemps (jusqu'à 27-30°C), deviennent
eutrophes et se chargent de matière organique, voire de déchets solides (dus au lavage occasionnel des
véhicules). Pendant les crues, les eaux polluées de Tafoghalt et les eaux eutrophes des flaques à
immersion temporaire peuvent parvenir jusqu'au secteur aval et y provoquer des pollutions organiques
plus ou moins passagères.

Des déchets solides sont également visibles temporairement à proximité de la grotte du chameau,
notamment suite à l'afflux touristique estival.

Il convient de rappeler qu'une station de traitement des eaux de Tafoghalt est prévue ; si elle présente une
capacité de traitement toujours suffisante, elle contribuera notablement à l'amélioration de la qualité
physico-chimique et biologique de la cascade.

45
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

Qualité des eaux de l'oued Zegzel.


Paramètres Haut Zegzel Bas Zegzel Paramètres Haut Zegzel Bas Zegzel
pH 7,64 7,81 Phosphates (mg/l) 0,55 0,08
Conductivité ( S/cm) 1000 690 Carbonates (mg/l) 341,6 213,5
Oxygène dissout (mg/l) 92 54 Calcium (mg/l) 96,2 60,1
Nitrates (mg/l) 2,59 0,46 Magnésium (mg/l) 32,1 16
Nitrites (mg/l) 0,013 0,009 Potassium (mg/l) 1,2 1,5
Azote ammoniacal (mg/l) 0,02 0,005 Sodium (mg/l) 45 27
Sulphates (mg/l) 205,1 76,5 Chlorures (mg/l) 92,3 60

11.2.4 Dynamique et mouvements


Deux facteurs essentiels déterminent un fort contraste saisonnier des conditions écologiques à l'intérieur
de chaque tronçon du cours d'eau :
- le débit, caractérisé par des crues violentes surtout hivernales et des étiages sévères, ce qui
s'accompagne d'un fort contraste dans la vitesse du courant et de l'abondance d'habitats à écoulement
lent dès la fin de l'hiver, les habitats lotiques restant cependant prédominants à toutes les saisons ;
- la température, qui montrent des amplitudes variables ; seule la source Bourbah montre des
températures quasi-constantes (20°C à 24°C), alors que la température des autres secteurs varie entre
10°C et 27°C.

11.3 TYPOLOGIE ET PHYSIONOMIE DES HABITATS


Le seul système d'habitats représenté dans ce site est celui des eaux courantes, avec des faciès peu
différents, appartenant aux catégories des cours supérieur et moyen. On y distingue :
eaux courantes lotiques (cours d‟eau à écoulement turbulent)
eaux courantes lentiques (cours d‟eau à écoulement laminaire non turbulent)
eaux stagnantes (mares)
eaux de sources (froides et chaudes)

Les différentes classes d'habitats énumérées ci dessous se séparent difficilement sur le terrain en types
cartographiques en tant qu'unités indépendantes.
Le paysage qui domine le long des oueds est composé d'un habitat mixte : émergents persistants et
arbustes de bord d'eau, mais la zone d'écoulement est généralement composée de substrat aphytique.
Des tronçons semi-temporaires, peuvent être assimilés à un substrat aphytique, bordé par des
arbustes, sont à l'amont immédiat de la grotte du chameau et le long du cours du Zegzel entre la grotte
du pigeon et la confluence avec l'oued Moulay Idriss ; il s'agit de zones à substrat grossier (blocs,
galets et graviers).
Le tronçon aval est également mis à sec partiellement et temporairement à cause des prélèvements
pour irrigation ; entre ces habitats à immersion temporaire, une végétation persiste sous forme de lits
algaux, de plantes immergées ou émergentes et d'arbustes.
L'habitat lit aquatique est typiquement représenté au niveau de la cascade de la grotte du pigeon, où
un tapis épais de mousses et d'hydrophytes fixées couvre en permanence le mur de la cascade.
Les canaux artificiels sont tout le long du cours moyen du Zegzel ; la plupart d'entre eux se réduisent
à des séguias traditionnelles d'irrigation, mais des canaux en béton ont été bâtis au niveau de la grotte
du chameau et servent à canaliser les eaux des émergences phréatiques en dehors de leur cours normal.

46
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

12 3 QUALITE BIOLOGIQUE DES MILIEUX HUMIDES


12.1 POPULATIONS BIOTIQUES
12.1.1 Végétation aquatique
L‟inventaire de la flore naturelle des secteurs permanents du Zegzel compte quelque 36 espèces. Elles
appartiennent à 18 familles au moins dont une Bryophyte, deux Ptéridophytes et 15 Spermaphytes
(Angiospermes).

La végétation arbustive qui marque le paysage du fond de la vallée constitue un groupement plus ou
moins homogène, à Nerium oleander, Tamarix africana et Salix pedicillata. Cette ripisylve colonise
la majeure partie du cours d‟eau et possède un cortège floristique relativement varié.

Un deuxième groupement, composé de plantes immergées (Nasturtium officinale, auquel sont associées
Veronica catenata et Scrophularia aquatica) s'individualise sur les berges de l'oued, alors que les eaux du
centre sont souvent envahies de Potamogeton natans (eau calme profondes) ou de Potamogeton
pectinatus (eaux peu profondes plus ou moins calmes).

La cascade est tapissée d'une formation mixte à Rubus ulmifolius et Crataegus monogyna, avec un lit
relativement dense de Bryophytes.

12.1.2 Faune aquatique


Six espèces d'Amphibiens sont présentes dans le Zegzel (Discoglossus pictus, Bufo bufo, Bufo
mauritanicus, Bufo viridis, Hyla meridionalis, Rana saharica), ce qui représente la moitié de la faune
amphibienne marocaine. Deux autres sont probables (Salamandra algira et Alytes maurus). Les deux
Reptiles aquatiques représentés dans le site (Mauremys leprosa et Natrix maura) sont parmi les plus
ubiquistes au Maroc.

La faune benthique montre une composition assez ordinaire, proche de celle des peuplements du Moyen
Atlas. Elle se compose d'une centaine d'espèces au moins, dont les insectes représentent environ 80 %. Sa
grande particularité est la richesse en Coléoptères, rappelant les peuplements des eaux calcaires du
Moyen Atlas.

La dominance de groupes rhéophiles, tels que les Coléoptères Elimidae et les Ephéméroptères Baetidae,
témoigne de la présence constante de courant fort à moyen dans les deux secteurs. La cascade, dont le
mur est entièrement tapissé de végétation, est riche en Diptères ; son peuplement est peu diversifié, avec
prédominance de groupes préférant la matière organique.

12.2 QUALITE DE L’ECOSYSTEME


Biodiversité
La flore du Zegzel, relativement diversifiée, comporte une espèce très rare : Coronopus didymus, taxon
naturalisé dont la distribution au Maroc se limite aux régions nord.

Parmi les invertébrés, une douzaine d'espèces sont considérées comme rares au Maroc ; ils le sont encore
plus dans la région rifaine et nord-orientale ; plusieurs d'entre elles ont des préférences vis-à-vis des eaux
calciques, ce qui donne au Zegzel un intérêt particulier dans leur conservation.

Chez les Poissons, Barbus moulouyensis, endémique du bassin de la Moulouya, est assez abondant dans
le Zegzel. La pérennité du secteur aval, voire des eaux souterraines de la grotte du chameau conditionne
sa survie dans ce cours d'eau.

47
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

L'unique Amphibien intéressant dont la présence dans le Zegzel a été vérifiée est le Discoglosse peint du
Maroc Discoglossus pictus scovazzi, endémique marocain à distribution assez large dans le pays. La
présence dans ce réseau d'une autre espèce intéressante (Salamandre algire Salamandra algira) est
soupçonnée.

Paysages et aspects culturels


Les qualités paysagères du Zegzel sont tout à fait exceptionnelles pour la région. Elles reposent sur la
présence d'une vallée très encaissée dont les versants correspondent souvent à des falaises très hautes et
rapprochées. Les grottes du chameau et du pigeon, constituent des curiosités naturelles à explorer, mais
aussi un vrai patrimoine culturel puisque site préhistorique parmi les plus remarquables du Maroc où fut
découvert l‟homme de Taforalt.

48
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

Chapitre 4 : ÉLEMENTS D'ANALYSE POUR LA GESTION


13 INTERET ECOLOGIQUE DU SITE
Le SIBE des Béni Snassen se distingue écologiquement par 12 types de critères :

 sa haute valeur patrimoniale et stratégique régionale pour la ressource eau


Le Massif des Béni Snassene correspond au plus grand réservoir d'eau souterraine de la région nord-
est, à partir duquel sont alimentées la nappe de Triffa et le cours de l'oued Moulouya. Le Zegzel
prend une valeur patrimoniale essentiellement dans le fait qu'il draine un massif calcaire particulier
relié aux Atlas et non au Rif.

 sa qualité de carrefour biogéographique exceptionnel


Limite d’area pour de nombreuses espèces ce massif est un véritable patrimoine biogéographique
situé au carrefour de la Vallée de la Moulouya, du Tell algérien, du Rif, du Moyen Atlas et des Hauts
Plateaux de l‟oriental. Grâce à cette position biogéographique stratégique, à ses composantes
climatiques et végétales très particulières, un mélange d‟éléments d‟origines et d‟affinités très
diverses s‟y donnent rendez-vous. Ainsi s‟y côtoient des Eurosibériennes, des Saharo-Sindiennes, des
Ibéro-Maghrébies, des Maghrébies. D‟autre part la barrière naturelle que constitue la Moulouya,
infranchissable pour certains taxons, induit une spéciation locale, avec présence de formes différentes
de celles qui existent dans la partie ouest du pays.

 sa valeur refuge pour une grande partie de la faune du Maroc oriental


Ce massif montagneux représente, au sein de toute la région nord-orientale du Maroc, une enclave de
grande biodiversité où beaucoup d‟espèces forestières et montagnardes trouvent encore un refuge.
Pour l‟herpétofaune, le massif des Béni Snassen abrite 24 espèces, parmi lesquelles 6 amphibiens et
18 reptiles. 4 espèces supplémentaires y sont soupçonnées, ce qui classe ce SIBE en deuxième
position au niveau national en ce qui concerne la richesse spécifique de l‟herpétofaune.

Un très fort taux d'endémisme caractérise l‟entomofaune pour 1/5 des espèces des 5 groupes retenus,
en particulier grâce aux Tenebrionidae qui en réunissent plus de la moitié. La majorité de ces
endémiques ont une répartition très restreinte, notamment au Maroc, certains étant même propres au
massif lui-même et inconnus ailleurs.

 la représentativité de son herpétofaune


Le massif des Béni Snassen abrite 24 espèces, parmi lesquelles 6 amphibiens et 18 reptiles. 4 espèces
supplémentaires y sont soupçonnées, ce qui classe ce SIBE en deuxième position au niveau national
en ce qui concerne la richesse spécifique de l‟herpétofaune.

 son très fort taux d'endémisme pour l‟entomofaune


1/5 des espèces des 5 groupes retenus, en particulier grâce aux Tenebrionidae qui réunissent plus de
la moitié de ces espèces. La majorité de ces endémiques ont une répartition très restreinte, notamment
au Maroc, certains étant même propres au massif lui-même et inconnus ailleurs.

 la présence de cultivars de grandes qualités


En particulier pour le néfliers, amandiers, et orangers, les Béni Snassen, sont célèbres dans tout le
Maroc par la qualité des fruits qu‟ils produisent

49
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

 le caractère unique de sa composition forestière


Zone forestière primordiale et unique au niveau du Maroc oriental, les Béni Snassen protègent des
formations végétales denses et relativement bien conservés, qui déterminent l‟existence d‟un véritable
microclimat forestier avec une diversité unique d‟associations végétales. La tétraclinaie est la plus
belle du Maroc et l‟illiçaie de Ras-Foughal montre une richesse en espèces endémiques et rares
particulièrement élevées par rapport aux autres formations végétales du Maroc oriental

 la remarquable qualité de sa ripisylve


La végétation arbustive de la ripisylve du Zegzel présente une densité peu fréquente au Maroc, et
représente un échantillon naturel de cet habitat assez exceptionnel ; sa conservation est probablement
le résultat d'une difficulté de mise en culture des berges très escarpées.

 l‟originalité de ses habitats humides


Le SIBE comprend deux types d'habitats relativement rares au Maroc : (1) une cascade tapissée de
mousses, (2) des eaux phréatiques permanentes. Le premier type d'habitat est inexistant ailleurs dans
la région du Nord-Est. La source 'Ain Bourbah devraient être parmi les dernières sources naturelles
permanentes du Maroc qui ont échappé à un aménagement de captage total. A l'échelle régionale, le
Zegzel est le seul oued de type montagnard à être permanent, tous les autres réseaux locaux sont
temporaires.

 la grande diversité des habitats en général


Sur un territoire assez réduit, les Béni Snassen présentent des milieux très variées (divers types de
forêts de densité variable, diverses formations arbustives et herbacées, des cours d'eau permanents ou
temporaires, diverses grottes...). Ceci est lié à une géologie complexe et à des facteurs abiotiques
(température, pluviométrie, hygrométrie...) couvrant une grande gamme de valeurs. Les reboisements
et la reconquête par la végétation arbustive des zones arborées ayant été détruites (coupes à blanc,
incendies) ont également contribué à la diversification des habitats.

 sa haute valeur paysagère


Les Béni Snassen constituent un massif montagneux recouvert de formations forestières au milieu
d‟une région quasi dénudée de toute végétation. L‟humidité qui le recouvre lui confère des conditions
climatiques très particulières et ce, au sein d‟une région aride. Sa morphologie aux gorges très
encaissées et aux impressionnants escarpements très élevés avec des tombants vertigineux est unique
pour toute cette région du Maroc.

 son important potentiel écologique de réintroduction d‟espèces


Le bon état général des écosystèmes, et la configuration écologique très favorable du massif, sont des
atouts importants pour entreprendre une réhabilitation faunistique du site, avec réintroduction
d‟espèces. Ce SIBE représente à cet effet le seul site possible pour toute la région de
l‟oriental marocain.

14 IMPACTS SUR LE MILIEU POUR CHAQUE SYSTEMES D’EXPLOITATION-


PRODUCTION

14.1 AGRICULTURE
L‟agriculture pratiquée dans la zone est une agriculture traditionnelle céréalière et arboricole, mais aussi
avec un peu de cultures industrielles (betterave à sucre et arachides). On utilise peu de produit chimiques
fertilisants et de pesticides (surtout pour cultures industrielles et arboriculture).

50
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

Les exploitations agricoles sont souvent des enclaves au sein du domaine forestier, avec des parcelles de
petites superficies, et malgré la tendance au dépeuplement de la montagne on n‟assiste pas a une déprise
de cette SAU. Presque toutes les superficies agricoles sont mises en valeur, et le terrain agricole est très
cher dans la région, surtout dans la vallée de Zegzel (60 000 DH l‟ha de néflier).

Selon l‟avis des forestiers locaux, les défrichements de la forêt pour des besoins d‟extension agricole sont
minimes dans la région.

Puisque le sibe se trouve principalement en montagne, l‟agriculture qui y est pratiquée se fait
généralement sur des petites parcelles aménagées sous forme de terrasses sur les versants de la montagne.
Cette pratique culturale contribue à la fixation du sol, surtout lorsque la céréaliculture est jumelée à
l‟arboriculture.

14.2 ELEVAGE
Le bétail pâture en forêt mais aussi dans les chaumes et dans les terrains laissés en jachères pour les ovins
et les bovins. Cette pression pastorale est très diverse en fonction des zones : au douar d‟Aounoute,
seulement une trentaine de caprins pâture en forêt, alors que dans la vallée de Tagma, bovins et ovins
utilisent les parcours forestiers (redevance annuelle = 3.5 DH par caprin, 1 DH par ovin, 20 DH par vache
et 10 DH par âne). Dans le secteur du jbel Foughal la pression pastorale, surtout de caprins peut-être
considérée comme forte, et même excessive sur les parcours forestiers.

Les bovins croisés et de races améliorées sont généralement en stabulation. Peu d‟ovins sont rencontrés
en forêt, du fait que la majorité des troupeaux sont de très petites tailles (moins de 10). Le pâturage en
forêt n‟est donc pas globalement très important et son impact sur le milieu est aujourd‟hui faible, sauf sur
le secteur oriental, où un surpâturage stationnel est fréquent (caprins).

Cette présence modeste du troupeau local, favorise cependant un mouvement de location des parcours par
des transhumants venant d‟autres régions, et on peut rencontrer de grands troupeaux d‟ovins et de caprins
au pied de la montagne du coté de Berkanne, en zone limitrophe du SIBE.

14.3 PRELEVEMENTS DIVERS


bois de feu =
Les prélèvements ne concernent pas uniquement les essences forestières, les arbres fruitiers comme le
néflier et le prunier sont aussi sollicités pour fournir du bois. La population locale a le droit de ramassage
du bois mort gisant pour des besoins domestiques. La coupe de bois vif étant interdite, les forestiers
locaux du district de Berkanne n‟ont constatés que deux délits de coupe de bois vifs dans les deux
dernières années. D‟après eux, la forêt de Beni Snassen est dans l‟ensemble très conservée

végétaux divers =
Pour l‟alfa et le palmier nain, l‟activité artisanale qui est la principale utilisatrice de ces ressources a été
pratiquement abandonnée. Certes, certaines personnes nécessiteuses continuent toujours a exploiter l‟alfa
pour le vendre au Souk, mais elles sont très peu nombreuses et ne constituent pas de menace réelle pour la
pérennité de la ressource.

14.4 GESTION ET UTILISATIONS DE L’EAU


En matière d'aménagement et d'utilisation des eaux de ce réseau, il convient de signaler en premier lieu
les captages de sources, dont celui de Tafoghalt est probablement le plus néfaste pour l'hydrologie du
Zegzel.

Quelques séguias d'irrigation sont creusées le long du tronçon inférieur de l'oued, souvent sur des pentes
raides des bas versants. Elles contribuent à réduire le débit de ce tronçon dans sa partie aval jusqu'à
l'assécher.

51
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

La seule digue qui a été construite pour retenir l'eau d'irrigation se trouve sur le Zegzel en amont de sa
confluence avec l'oued Moulay Idriss ; elle est actuellement détruite. Cependant, un endiguement en
béton permettait de dévier une grande quantité d'eau de la résurgence de la grotte du chameau.
Il convient de rappeler que le débit des eaux usées de Tafoghalt augmentera avec l'extension de ce
village ; ce qui laisse supposer un meilleur débit du Zegzel et probablement une remise en eau du secteur
en aval de la grotte du pigeon (à moins que les eaux traitées ne soient réutilisées).

15 NIVEAU DE SENSIBILITE DES DIFFERENTS HABITATS UTILISES PAR LES


ESPECES INTERESSANTES

HABITAT ESPECES CLES SENSIBILITE MENACES

Cocciferaie Crocidura withakeri indice sensibilité = très fort Destruction par le feu
Canis aureus Dégradation
Felis libyca • richesse spécifique très Fragmentation
Genetta genetta élevée Braconnage
Herpestes ichneumon • dépendance total à l‟habitat Coupe de bois
Mustela nivalis pour cycle de vie des sp Fabrication de charbon
Hystrix cristata Surpâturage
Atlantoxerus getulus
Rubiette de Moussier
Beccroisé des sapins
Saurodactylus mauritanicus
Macroprotodon abubakeri
Otinia vidali
Parmena pubescens algirica
Semanotus laurasi
Attelabus variolosus
Caminara olivieri
Platyderus calathoides alcacer
Trymosternus truncatus dilatatcollis
Pachychila grandis grandis
Stenosis maxima

Tetraclinaie Crocidura withakeri indice sensibilité = très fort Destruction par le feu
Canis aureus Dégradation
Genetta genetta • richesse spécifique très Fragmentation
Herpestes ichneumon élevée Pollution et déchets
Mustela nivalis • dépendance total à l‟habitat Déboisements
Hystrix cristata pour cycle de vie des sp Surpâturage
Rubiette de Moussier
Pie-grièche à tête rousse
Engoulevent à collier roux
Bulbul des jardins
Testudo graeca
Chalcides minutus
Tentyria thunbergi
Scaurus varvasi
Pachyrhinus variabilis
Geonemus flabellipes
Hymenoplia ketamensis
Eurycarabus favieri lepelletieri
Platyderus calathoides alcacer
Opatrum granuliferum

52
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99
Pinèdes de Chacal doré indice sensibilité = fort Destruction par le feu
reboisement Genette commune Dégradation sous-bois
Pic de Levaillant • richesse spécifique élevée Fragmentation
Rubiette de Moussier • dépendance total à l‟habitat Coupe de bois
Fauvette orphée pour cycle de vie des sp Braconnage
Pie-grièche à tête rousse Tourisme
Tarin des aulnes
Beccroisé des sapins
Engoulevent à collier roux
Bulbul des jardins
Cicindela maroccana
Asida ruficornis pardoi
Elaphocerida barbara pardoi
Rhizotrogus pilosissimus
Eupogonochaerus perroudi
Caminara olivieri
Erodius elegans

Illiçaie Crocidura withakeri indice sensibilité = fort Destruction par le feu


Canis aureus Dégradation
Genetta genetta • richesse spécifique élevée Fabrication de charbon
Mustela nivalis • dépendance total à l‟habitat Fragmentation
Atlantoxerus getulus pour cycle de vie des sp Coupe
Fauvette orphée Pâturage
Pie-grièche à tête rousse
Bulbul des jardins
Otinia vidali
Parmena pubescens algirica
Semanotus laurasi
Attelabus variolosus
Caminara olivieri
Platyderus calathoides alcacer
Trymosternus truncatus dilatatcollis
Pachychila grandis grandis
Stenosis maxima

Grotte Hytrix cristata indice sensibilité = fort Aménagement Tourisme


Rhinolophus ferrumequinum surfréquentation touristique
Rhinolophus hipposideros • richesse spécifique élevée Pollution
Rhinolophus euryal • dépendance total à l‟habitat
Rhinolophus mehelyi pour cycle de vie des sp
Rhinolophus blasii • forte sensibilité aux
Myotis emarginatus modifications conditions
Myotis capaccinii
Miniopterus schreibersi
Moineau soulcie (colonie)
Etourneau unicolore (colonie)
Salamandra algira
Porotachys bisulcatus
Sphodroides vidali
Trox scaber

Ermes et jachères Crocidura withakeri indice sensibilité = moyen mise en culture


Elephantilus rozeti surpâturage
Genetta genetta • richesse spécifique
Mustela nivalis moyenne
Hystrix cristata • dépendance total à l‟habitat
Jaculus orientalis pour cycle de vie des sp
Pachychila tumidifrons • faible sensibilité aux
Adesmia microcephala impacts agricole et pastoral
Larinus oujdensis/suborbiculatus
Otiorhynchus atlasicus
Bangasternus villosus
Lixus scolopax
Eurycarabus favieri lepelletieri
Pachychila grandis grandis

53
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99
Ripisylve Crocidura withakeri indice sensibilité = moyen Défrichement au profit des
Canis aureus cultures fruitières
Genetta genetta • faible sensibilité aux Aménagement hydroagricole
Mustela nivalis altérations car forte densité Piétinement
Herpestes ichneumon peuplement Pâturage
Discoglossus pictus scovazzi Destruction par le feu
Ocys harpaloides
Dorytomus melanophtalmus

Berges Amara similata indice sensibilité = moyen dégradation du substrat


Amara subconvexa aménagement hydrique
Stenolophus skrimschireanus • faible richesse spécifique défrichement
Zerynthia rumina africana • faible densité populations
Charaxes jasius jasius • dépendance total à l‟habitat
pour cycle de vie des sp
• faible surface du biotope

Eaux courantes Discoglossus pictus scovazzi indice sensibilité = moyen Rejet déchets de tout type
Mauremys leprosa erhardi Pollution eau (détergents,
Elmidae • faible richesse spécifique etc.)
Hydraenidae • dépendance total à l‟habitat
Dytiscidae pour cycle de vie des sp
• sensibilité aux impacts
pollution
• forte sensibilité baisse
vitesse du courant

Arboriculture Genetta genetta indice sensibilité = faible néant


Hytrix cristata
Testudo graeca • présence humaine
Chamaeleon chamaeleon

Eaux de sources Barbus moulouyensis indice sensibilité = moyen Pollution aquatique


Psychodidae
Ceratopogonidae • forte sensibilité pollutions
• habitat d‟alevinage

Cascade Cardiomera genei indice sensibilité = faible Pollution aquatique


Assèchement
• dépendance total à l‟habitat
pour cycle de vie des sp
• faible surface du biotope
• sensibilité fluctuation du
débit

16 BESOINS D’ETUDES SUPPLEMENTAIRES


16.1 ORNITHOLOGIE =
 recherche de la présence de rapaces dans le secteur occidental du site (Buse féroce, Aigle botté et
Faucon lanier surtout).

16.2 HERPETOLOGIE =
 Localisation précise des différentes populations possibles de la Salamandre tachetée.

16.3 ENTOMOLOGIE =
 prospection complémentaire de l'inventaire de la faune des grottes (endémisme élevé) ;
 recherche, au printemps, de nouveaux taxons phytophages qui devrait ainsi accroître le nombre
d'espèces intéressantes dans ce groupe.

54
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

16.4 FAUNE AQUATIQUE =


 recherche des espèces endémiques (invertébrés et poissons) dans l‟habitat « grottes humides » en
particulier à Ain Caaf où une grotte humide existe par N34°46 784 & W 2° 09 260.
 Localisation précise des frayères de Barbus moulouyensis et évaluation de leur potentialité de
recrutement.

17 LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE PROTECTION


17.1 NIVEAU ESPECE
1. Protection des stations à Adenocarpus decorticans dans le secteur d‟Ain Almou
2. Protection des cultivars de néfliers et amandiers
3. Réhabilitation des peuplements faunistiques des grottes (entomofaune)
4. Protection des dernières populations de Salamandre
5. Réhabilitation des biocoenoses de grandes faunes (rapaces et mammifères)
6. Protection et développement des populations de porc-épic

17.2 NIVEAU HABITAT


7. Conservation des qualités bio-écologiques de l‟oued Zegzel avec maintien d‟un débit minimum
8. Réhabilitation de la cascade de la grotte des Pigeons
9. Protection du patrimoine écologique et culturel des grottes
10. Pérennisation de la tétraclinaie de Achaouen, de l‟illiçaie du jbel Foughal et de la cocciféraie du jbel
Israne
11. Maintien des qualités paysagères du site

18 CONTRAINTES ET OPPORTUNITES POUR LA CONSERVATION


18.1 LES PRINCIPALES CONTRAINTES
a) forte demande hydrique avec captage des eaux de source et de l‟oued
• non contrôle des prélèvements
• incidence forte sur débit de l‟oued
• accentuation des processus d‟altération du milieu

b) pression touristique forte, en progression et incontrôlé


• forte demande régionale récréative et touristique à satisfaire
• concentration abusive sur quelques secteurs induit impact excessif
• public local, non sensibilisé
• aucune retombée économique pour les populations

c) forte sensibilité au feu


• formation forestières fragiles
• principale risque impact tourisme

d) existence d‟une réserve provinciale de chasse


• contradiction évidente avec les objectifs du SIBE
• effet psychologique néfaste

e) utilisation abusive de l‟eau de l‟oued


• dépôt de déchets solides
• lavage des véhicules
• pollution au delà du seuil d‟autoépuration

55
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

18.2 LES PRINCIPALES OPPORTUNITES


a) dépopulation progressive de tout le secteur
• diminution et faiblesse globales des prélèvements sur ressources (sauf zone Ain Almou)
• emprise anthropique sur milieu en décroissance forte

b) faible emprise de l‟agriculture sur le milieu avec impact modéré du fait de pratiques très
traditionnelles (ripisylve seul habitat réellement menacé)

c) faiblesse du cheptel pour l‟ensemble du SIBE


• facilité de gestion rationnelle des parcours forestiers

d) faiblesse des délits forestiers depuis ces dernières années

e) existence plan d‟aménagement forestier prévoyant série de protection avec aménagement récréatifs et
écotouristiques

f) station d‟épuration en cours de construction pour la ville de Taforalt

g) marché de l‟emploi extrèmement limité sur le site


• accroit impact local de tout projet de développement, pourvoyeur de quelques emplois

h) bonne réceptivité du public des visiteurs du site


• existence d‟une demande de sensibilisation aux problématiques environnementales

i) réalisation de la première étape de mise en place du dispositif de réintroduction du mouflon

19 MESURES DE GESTION CONSERVATOIRE PROPOSEES


19.1 ACTIONS DE GESTION
19.1.1 à court terme
PROTECTION
 délimitation d‟une zone de protection intégrale pour la sauvegarde des stations à Adenocarpus
decorticans (essentiellement secteur Ain Almou) ;
 mise en protection long terme d‟une grande partie de la cocciféraie ;
 contrôle et limitation de l‟exploitation pastorale avec mode de gestion participatif :
 Création d‟une structure de concertation
 Etude des capacités de charge pastorale du milieu
 Mise en défens des secteurs sensibles (secteur est surtout)
 Attribution de zones de parcours
 Structure et procédures de contrôle y compris des prélèvements
 Actions de sensibilisation
 Réglementation et police
 Signalétique
 limitation des prélèvements végétaux sur site (surtout plantes médicinales, dans le cadre de la gestion
participative avec système compensatoire) ;
 limitation d'accès et réaménagement naturel du secteur des frayères ;
 interdication et contrôle du lavage des véhicules dans l‟oued Zegzel ;
 contrôle et limitation de l‟accès aux grottes ;
 étude préliminaire pour mise en place d‟un dispositif anti-incendie ;
 sensibilisation générale des habitants aux problématiques environnementales.

56
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

REHABILITATION
 gestion rationnelle des sources, avec contrôle des prélèvements, maintien d‟un débit minimum,
encadrement et organisation des captages ;
 étude hydrologique et hydrobiologique globales de l'oued Zegzel et analyse des usages de l'eau en vue
de l'établissement d'un plan d'utilisation durable de l'eau ;
 installation d‟une pépinière locale pour les plantes endémiques, rares et médicinales ;
 études faisabilités pour la mise en place d‟un dispositif de réintroduction des espèces (rapaces,
mammifères, insectes) ;
 maintien des conditions naturelles aux abords des grottes ;
 maintien en eau de la cascade de la grotte des pigeons, nettoyage et épuration du site.

VALORISATION
 dispositif d‟accroissement de la disponibilité en eau de surface (impluvium) dans les secteurs hors Zegzel ;
 aménagements récréatifs avec sensibilisation des secteurs à fréquentation maximale ;
 réintroduction du Chêne liège (Quercus suber) dans le secteur d‟Ain Almou et Rhas Foughal
 instrallation d‟une couverture de relevés météorologiques.

19.1.2 à moyen terme


PROTECTION
mise en defens du secteur à illiçaie le long du filon granitique côté jbel Foughal ;
délimitation de secteurs de protection pour la réintroduction de la grande faune et des rapaces ;
protection des populations de reptiles par sensibilisation et contrôle ;
mise en place d‟un dispositif anti-incendie ;
création d‟une banque de cultivars.

REHABILITATION
gestion rationnelle de l‟oued Zegzel, avec contrôle des prélèvements, maintien d‟un débit minimum,
encadrement et organisation des dérivations (mise en place plan d'utilisation durable de l'eau) ;
programme de réalisation pour la réhabilitation des grands rapaces (réintroduction) ;
programme de réalisation pour la réhabilitation de la grande faune (réintroduction) ;
programme de réalisation pour la réhabilitation de l‟entomofaune des grottes (réintroduction) ;
nettoyage du site et mise en place d‟un dispositif local de traitement des déchets (collecteur-
ramassage et incinération) ;
Réaménagement naturel (revitalisation) de la grotte du chameau et gestion des visites.

VALORISATION
création de prestations et aménagements écotouristiques (en partenariat avec opérateur privé et
associations locales – possibilité exploitation circuits trekking et équestre – prestations niveau
international) ;
Appui aux activités des ONG locales ;
Etablissement d‟une charte pour tous aménagements sur site et exploitation touristique ;
Etude d‟impact et planification du développement urbain ;
Renforcement de la population de porc-épic, par développement d‟élevage villageois ;
Promotion de programmes de recherche sur site, pour favoriser les études de :
– répartition et dynamique des plantes médicinales avec étude ethnobotanique
– dynamique de population, biologie et écologie de Barbus moulouyensis
– écologie du peuplement herpétologique en particulier amphibiens
– étude morphologique de Mauremys leprosa
– localisation et étude morphologique et électrophorétique de Timon pater
– dynamique de population du chaméleon
– écologie du Coucou geai, Merle de roche et Pic de levaillant
– inventaire et clarification du statut des Chiroptères

57
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

19.2 ZONATION DE L'ESPACE


19.2.1 Zones réserves
Cocciféraie de Jbel Israne
secteur de la source d‟Ain Bourbah
Secteur Ferrouje-Zegzel, sur ses deux tiers amont, depuis la grotte du chameau jusqu'au pont (gué) de
la route qui longe la rive droite de l'oued
zone à Illiçaie sur filon granitique du secteur jbel Foughal
habitat « grotte » en général hors Chameau, Pigeons et Kef où seules zones profondes seront classées

19.2.2 Zones à accès restreint


Chênaie verte de Ras-fourhale et Ain Almou
Tétraclinaie du Jbel Abioud
secteur forestier de Tafoughalt (pinède)
cascade de la grotte des pigeons
zone accessible des grottes Chameau, Pigeons et Kef
secteur Jbel Achaouen, et Jbel Tamejjout
secteur Jorf El abiod jusqu‟au Jbel Bou Bebaker
Dayas du secteur est, Ain Almou

19.2.3 Zones à accès ouvert


vallée Idrissi et Ferrouj
secteur Israne (pinnède)

19.2.4 Zones à utilisation spéciale


vallée du Zegzel
secteur Jbel Enssoura

19.3 UTILISATION PATRIMONIALE


a) pratiques patrimoniales et conduites d‟exploitation des ressources
Adenocarpus decorticans
Sous l‟effet du pâturage on a constaté une réduction alarmante de l‟effectif d’Adenocarpus decorticans,
espèce endémique qui n‟existe qu‟au niveau de la chênaie verte d‟Ain Almou où elle a trouvé un
bioclimat favorable (sub-humide frais) et surtout un substrat granitique très localisé qui caractérise la
région. La seule mesure possible pour préserver cette espèce, est de procéder à des mises en
défens stationnelles.

biocoenose stationnelle des grottes


Ces peuplements faunistiques très particuliers (endémisme) ont beaucoup souffert des aménagements
effectués dans les grottes, et de leur fréquentation. Une gestion conservatoire de ce patrimoine souterrain
est indispensable pour réhabiliter la faune associée.

Testudo graeca
 Utilisation artisanale de l‟espèce pour carapaces : fabrication d‟instruments de musique, décoration
d‟objets artisanaux (vases, etc.) ;
 Utilisation domestique comme mascottes et aussi agent thérapeutique (présence favorable pour
personne souffrant de maladies asthmatiques) ;
 Commerce illégal : exportation de centaines d‟animaux (où ils finissent par périr).

58
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

Chamaeleo chamaeleon, Tarentola mauritanica, Timon pater


 Utilisation médicale, sorcellerie, Mascottes
 Commerce illégal: caméléon, exportation de dizaines d‟animaux.

Chalcides, Psammophis schokari


Collectionnisme scientifique et terrariophilie.

Pour ces espèces la seule action de protection possible, outre le contrôle et la repression, concerne des
campagnes de sensibilisation bien ciblée.

b) développement des acteurs économiques et gestion patrimoniale

c) principales dispositions de protections juridiques et réglementaires et gestion conservatrice

19.4 GESTION PARTICIPATIVE ET RESULTATS DES CONCERTATIONS


La population locale pourrait être associée à la gestion des ressources du site qui seront utilisées pour des
besoins de développement écotouristiques, pour le développement durable agricole, pour la gestion de
l‟eau, et pour la sensibilisation. Lors des différents ateliers participatifs, auxquels d‟ailleurs ont participé
quatre associations qui s‟intéressent à la protection de l‟environnement et au développement durable de la
région, une de Berkane, une de Tafoughalt, une de Aounoute, et une autre de Ouled Abdessadek, des
actions dans lesquelles la société civile pourrait intervenir pour mobiliser la population locale ont été
identifiées.

La promotion de l‟ecotourisme et la formation et l‟encadrement des populations locales dans ce sens


pourrait être pris en charge par les associations locales. L‟activité d‟ecotourisme et de conservation
durable des grottes ont été discutées la population des douars Zegzel et Takerboust qui sont limitrophes à
la grotte du chameau. Plusieurs personnes ont manifesté leur volonté de participation dans des actions de
développement ecotouristique.

La gestion participative des sources d‟eau, de forages, de seguias, ou de systèmes de rationalisation de


distribution de l‟eau de l‟oued a été discutée avec la population locale. La gestion de l‟eau pour
l‟irrigation et pour les besoins domestiques a déjà été entamée dans certains douars du site, par exemple
dans le douar de Ouled Lhaj Tghasrout, dans Ouled Yaakoub, dans Aounoute, dans Tagma. La gestion de
l‟eau est confiée à des associations d‟usagers en participation avec la commune rurale, ou l‟ONEP. Une
association d‟apiculteurs et une autre pour l‟élevage de chèvres de race améliorée ont été créées par la
Direction Provinciale d‟Agriculture en collaboration avec une ONG internationale (NEF), et commencent
à gérer participative ment ces petits projets de développement local.

59
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

19.5 SUIVI ET PROPOSITION DE PROGRAMMES DE MONITORING


19.5.1 Suivi écologique

nature du suivi espèces clés indicateurs méthode


Mammifères Chacal - Habitats occupés par l‟espèce prospections : trimestrielle
Porc-épic - Déplacements de l‟espèce période : toute l‟année
Chat ganté - Aire de distribution
Mangouste - Abondance

Oiseaux Pic de Levaillant - Répartition par habitat prospections :


Rubiette de Moussier - Répartition par secteur géographique tous les 15 jours
Coucou-geai - Densité / IPA période :
Merle de roche mars à mai
Fauvette orphée
Beccroisé des sapins
Engoulevent à collier roux
Reptiles Salamandra algira - Localisation de l‟espèce prospections :
Chamaeleo chamaeleon - Effectif de la population 4 recensements printemps
Testudo graeca. - Densité des peuplements 4 recensements été
Discoglossus pictus scovazzi - Distribution des espèces 4 recensements automne
Alytes maurus
Chalcides minutus
Timon pater
Saurodactylus mauritanicus
Macroprotodon abubakeri

Poissons Barbus moulouyensis - qualité et quantité de l‟alevinage pêche des alevins

Groupes Caraboidea, Scarabaeoidea, - Localisation de l‟espèce prospections :


entomologiques Tenebrionidae, - Densité des peuplements rythme mensuel
Cerambycidae - Diversité des Groupes taxonomiques périodes :
Curculionidae février à juin
Zerynthia rumina africana - Abondance novembre (début)
Charaxes jasius jasius
.
Invertébrés Limnius opacus - Abondance et qualité des larves prospections : tri-annuelle
aquatiques Baetis rhodani périodes : printemps, été,
automne

Flore et groupements Adenocarpus decorticans - Localisation de l‟espèce prospections : trimestrielle


Rhus pentaphylla - Répartition de l‟espèce période : toute l‟année
Tamarix amplexicaule - Densité

Illiçaie de Rhas Fourhal - Densité des peuplements


Coccifearaie de Jbel Israne et - Surface occupée
Jorf al Abiod - Recouvrement
Tetraclinaie du Jbel Abioud - Stratification
Ripisylve

Hydrologie débit des eaux usées et - niveau du débit relevés trimestriels


pluviales - niveau pollution relevés exceptionnels
période des crues
O2, DBO5, DCO, Nitrates,
Nitrites, Ammoniac,
Sulfates, Phosphates,
Chlorures, Coliformes
fécaux, Conductivité

60
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

19.5.2 Suivi socio-économique


Les indicateurs de suivi pour les différentes activités sont :

Pour l’activité agricole :


 Le nombre d‟exploitations en service
 La surface agricole utile cultivée par exploitation
 Les différentes occupations du sol pratiquées
 Les productivités de chaque spéculation
 La superficie laissée ne jachère
 Le nombre de personnes employées par hectare
 La quantité de fertilisants chimiques utilisés
 La quantité de fertilisants organiques utilisés
 La quantité de produits phytosanitaires utilisés
 Les équipements installés

Pour l’activité élevage :


 Les types d‟animaux élevés
 Le nombre de têtes par type et par ménage
 La durée de pâturage passée en montagne
 La durée de pâturage passée sur les chaumes
 La durée de pâturage passée sur les terrains en jachère
 L‟état sanitaire des animaux (bon, satisfaisant, mauvais)
 Les quantités de supplémentation achetées par les éleveurs
 Le nombre de têtes décédées par an
 Le nombre de naissances par an

Pour l’activité touristique

 Le nombre de touristes qui visitent le site par mois


 Le nombre de nuitées réalisées par mois
 Le nombre de personnes locales impliquées dans l‟activité
 Le nombre de journées de travail crée par une nuitée
 La quantité des déchets générés par jour
 La quantité d‟énergie consommée par nuitée
 La quantité d‟eau consommée par nuitée
 Le degré de satisfaction des touristes
 Le degré de satisfaction de la population locale

61
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

Chapitre 5 : Synthèse des enjeux et des objectifs


1. LES ENJEUX EN MATIERE DE BIODIVERSITE

Eléments fondateurs de la biodiversité Eléments défavorables à la biodiversité

Biodiversité végétale

Endémique : 37 sp incendie répété


Rares : 16 sp coupe pour le bois de feu
Menacées : 3 sp pâturage excessif en certains secteurs
Remarquables : 95 sp prélèvements de végétaux
biotopes : 8 groupements phytosocio défrichement au profit des cultures fruitières

Biodiversité animale

Endémique : 41 sp (3 mammifères + 2 oiseaux + 1 reptile + 2 fréquentation touristique importante et en hausse croissante


amphibiens + 1 poisson + 30 insectes + 2 invertébrés aquatiques ) incendie répété
Rares : 46 sp (3 mammifères + 6 oiseaux + 1 amphibien + 30 fragmentation de certains habitats
insectes + 6 invertébrés aquatiques) destruction systématique des serpents
Menacées : 20 sp (13 mammifères + 2 reptiles + 1 poisson + 4 captages des sources
insectes) prélèvements et dérivations du cours d‟eau
Remarquables : 31 sp (3 mammifères + 2 oiseaux + 2 reptiles + aménagement hydroagricole
1 amphibien + 19 insectes + 4 invertébrés aquatiques) dépôt de déchets solides en milieu aquatique
biocœnoses : Forte représentativité des biocœnoses pour les pollution des eaux
reptiles et remarquable peuplement entomofaunique

62
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

2. LES ENJEUX EN MATIERE D’ENVIRONNEMENT

Valeurs Atouts Facteurs limitants

 principal réservoir d‟eau souterraine pour Dynamique socio-démographique  non délimitation du SIBE
tout l‟oriental nord – valeur stratégique Dépopulation progressive consécutive à  faiblesse des revenus des populations
nationale l‟exode rurale  non organisation des habitants
 carrefour biogéographique unique et site  forte demande en eau d‟irrigation
Dynamique foncière
à taux d‟endémisme élevé – haute valeur niveau d‟urbanisation très faible  apport hydrique naturellement déficitaire
patrimoniale pression foncière très modérée (culture)  déversement eaux usées urbaines dans
reconnaissance du SIBE par documents oued (en phase règlement)
 représentativité nationale pour le officiels d‟aménagement  utilisation importante du bois de feu
peuplement herpétofaunique et
 consommation de pesticides (surtout
entomofaunique Dynamique socio-économique arboriculture)
Agriculture traditionnelle et utilisation  dépôts et rejets de déchets solides
 grande diversité d‟habitats, aspects modérée des intrants chimiques
paysager et culturel uniques pour toute la Cheptel de faible importance  début d‟une pression pastorale externe
région orientale marocaine – valeur (location parcours)
Absence de développement industriel
patrimoniale importante  concentration stationnelle et saisonnière
Développement important d‟un tourisme
local réceptif des activités récréatives
 grande potentialité pour une
réhabilitation et une valorisation
écologique

63
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

3. ORIENTATIONS POUR UNE GESTION PATRIMONIALE DU SITE

Objectifs de Protection Mesures de Gestion possibles


 Création d‟une zonation de l'espace en :
PHYTO-ECOLOGIE Zone protection stricte : Cocciféraie de Jbel Israne - secteur de la source d‟Ain Bourbah -
 Protection des stations à Adenocarpus decorticans Secteur Ferrouje-Zegzel, sur ses deux tiers amont - zone à Illiçaie sur filon granitique du
dans le secteur d‟Ain Almou secteur jbel Foughal - habitat « grotte » en général hors Chameau, Pigeons et Kef où
seules zones profondes seront classées.
 Protection des cultivars de néfliers et amandiers
Zone à accès restreint : Chênaie verte de Ras-Fourhal et Ain Almou - Tétraclinaie du Jbel
 Pérennisation de la tétraclinaie de Achaouen, de Abioud - secteur forestier de Tafoughalt (pinède) - cascade de la grotte des pigeons - zone
l‟illiçaie du jbel Foughal et de la cocciféraie du jbel accessible des grottes Chameau, Pigeons et Kef - secteur Jbel Achaouen, et Jbel
Israne Tamejjout - secteur Jorf El abiod jusqu‟au Jbel Bou Bebaker - Dayas du secteur est, Ain
Almou
ENTOMOFAUNE Zone à accès ouvert : vallée Idrissi et Ferrouj - secteur Israne (pinnède) - vallée du Zegzel
 Réhabilitation des peuplements entomofaunique des - secteur Jbel Enssoura
grottes
PROTECTION

HERPETOFAUNE Réhabilitation du couvert végétal : mise en défens cocciféraie, tétraclinaie et illiçaie -


 Protection des dernières populations de Salamandre contrôle/limitation du pâturage, modes de gestion participatifs ;
Délimitation d‟une zone de protection intégrale pour la sauvegarde des stations à
AVIFAUNE Adenocarpus decorticans (essentiellement secteur Ain Almou) ;
 Réhabilitation des populations de grands rapaces Création d‟une banque de cultivars ;
Limitation d'accès et réaménagement naturel du secteur des frayères de barbeau ;
MAMMIFERES
Contrôle et limitation de l‟accès aux grottes ;
 Réhabilitation des populations de grands
mammifères Mise en place d‟un dispositif de lutte anti-incendie ;
 Protection et développement des populations de Forte sensibilisation et signalétique locale pour promouvoir la protection des reptiles.
porc-épic
REHABILITATION

FAUNE AQUATIQUE gestion rationnelle de l‟eau (sources et oued) avec mise en place d‟un plan d'utilisation
 Conservation des qualités bio-écologiques des eaux durable de l'eau
de source et eaux courantes installation d‟une pépinière locale pour les plantes endémiques, rares et médicinales ;
 Réhabilitation de l‟habitat cascade mise en place d‟un dispositif de réintroduction des espèces (rapaces, mammifères, insectes) ;

64
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99
maintien en eau de la cascade de la grotte des pigeons, nettoyage et épuration du site ;
nettoyage des sites récréatifs et mise en place d‟un dispositif local de traitement des déchets
(collecteur-ramassage et incinération) ;
Réaménagement naturel (revitalisation) de la grotte du chameau et gestion des visites.

VALORISATION
Sensibilisation générale des habitants aux problématiques environnementales ;
Dispositif d‟accroissement de la disponibilité en eau de surface (hors Zegzel) ;
Aménagements récréatifs avec sensibilisation des secteurs à fréquentation maximale ;
Création de prestations et aménagements écotouristiques ;
Appui aux activités des ONG locales ;
Etablissement d‟une charte pour tous aménagements sur site et exploitation touristique ;
Etude d‟impact et planification du développement urbain ;
Réintroduction du Chêne liège (Quercus suber) dans le secteur d‟Ain Almou et Rhas
Foughal ;
Renforcement de la population de porc-épic, par développement d‟élevage villageois ;
Instrallation d‟une couverture de relevés météorologiques ;
Promotion de programmes de recherche sur site, pour favoriser les études.

65
ANNEXES
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

67
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

ANNEXE 1 – LISTES DES ESPECES

ANNEXE 2 – FICHES MEDWET

ANNEXE 3 – LES METHODOLOGIES

ANNEXE 4 – REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

68
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

ANNEXE 1

– LISTES DES ESPECES –

69
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

ANNEXE 1 – LISTES DES ESPECES

PHYTOECOLOGIE
ESPECES Cistus salvifolius L.
Cistus clusii Dunall. (C. libanotis)
PTERIDOPHYTES Fumana thymifolia L.
Helianthemum cinereum Car.
Famille des EQUISETACEAE Helianthemum ledifolium L.
Equisetum ramosissimum Desf. Helianthemum helianthemoides Desf.
Helianthemum polyanthum Desf.
Famille des POLYPODIACEAE Helianthemum virgatum Desf.
Adiantus capillus-veneris.
Famille des COMPOSITAE
SPERMAPHYTES (Angiospermes) Phagnalon rupestre L.
Bellis rotundifolia Desf.
Famille des ANACARDIACEAE Bellis silvestris Cyr.
Pistacia lentiscus L. Gnaphallium lueo-album L.
Rhus pentaphylla Desf. Jasiona rupestris Pomel.
Anthemis pedunculata Desf.
Famille des APOCYNACEAE Achilllea ligustica All.
Nerium oleander L. Crupina intermedia Briq.
Carthamus pectinatus Desf.
Famille des BORAGINACEAE subsp. maroccanus Fau. & Maire
Cynoglossum creticum Mill. Centaurea involucrata Desf.
Echium plantagineum L. Centaurea fragilis Dur.
Echium modestum Ball. subsp. subinermis Pau.
Carduncellus calvus Boiss. et Reut
Famille des CANPANULACEAE Hyoseris radiata L.
Campanula erinus L. Hypochoeris laevigata L.
Campanula afra Cav. Sonchus maritimus L.
Trachelium coeruleum L. Pulicaria odora L.
subsp. caeruleum
Famille des CONVOLVULACEAE
Famille des CAPRIFOLIACEAE Convolvulus cantabrica L.
Viburnum tinus L. Convolvulus humilis Jacq.
Lonicera implexa Ait Convolvulus siculus Will.
Convolvulus arvensis L.
Famille des CARYOPHYLLACEAE Convolvulus valentinus Cav.
Cerastium glomeratum Thuill.
Dianthus sylvestris Wulfen. Famille des CRUCIFEREAE
Herniaria fontanesii Gay. Alyssum atlanticum Desf.
Paronychia capitata L. Arabis verna Br.
Rhodalsine geniculata Poiret Biscutella frutscens Coss.
Silene patula Desf. Cronopus didymus (L.) Sm.
Kremeriella cordylocarpus Maire
Famille des CHENOPODIACEAE Nasturtium officinale R. Br.
Chenopodium murale L. Sinapis alba L.
Noaea mucronata Forsk.
Famille des CUPRESSACEAE
Famille des CISTACEAE Cupressus atlantica Gaussen
Cistus ladanifer L. Juniperus oxycedrus L.
Cistus creticus L.(C. villosus) Tetraclinis articulata Masters.
Cistus sericeus Munby. 70
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

Famille des CYPERACEAE Nepeta multibracteata Desf.


Scirpus holoschoenus L. Rosmarinus tounefortii De Noe
Scirpus lacustris L. Rosmarinus officinalis De Noe
Salvia argentea L.
Famille des EPHEDRACEAE Satureja briquetii Maire
Ephedra fragilis Desf. Satureja calamintha L.
Sideritis incana L.
Famille des ERICACEAE Stachys saxicola cross.
Arbutus unedo L. subsp. Laxa Faure et Maire
Erica arborea L. Thymus ciliatus Desf.
Erica multiflora L. subsp. munbyanus
Teucrium. capitatum Briq.
Famille des EUPHORBIACEAE Teucrium polium L.
Euphorbia characias
Euphorbia clementei Famille des LEGUMINOSAE
subsp. faurei Maire Astragalus lusitanicus Lam.
Euphorbia briquetii Emb. et Maire Astragalus geniculata Desf.
Euphorbia hirsuta L. Astragalus Caprinus
Mercurialis annua L. subsp. lanigerus
Ricinus communis L. Ceratonia siliqua L.
Calycotome villosa Link.
Famille des FAGACEAE subsp. intermedia Ball.
Quercus coccifera L. Genista cephalanta Spach.
Quercus rotundifolia L. subsp. demnatensis
Genista spartioides Spach.
Famille des GERANIACEAE subsp. pseudoretamoides Maire
Geranium atlanticum Boiss. Genista tricuspidata Desf.
Geranium lucidum L. subsp. duriaei
Geranium molle L. Genista hirsuta Vahl.
subsp. erioclada (Spach) Raynaud.
Famille des GLOBULARIACEAE Vicia onobrychioides L.
Globularia alypum L. Cytisus arboreus Desf.
Adenocarpus decorticans Boiss.
Famille des GRAMINEAE Trifolium campestre Sch
Agrostis semi-verticillata Chris. Trifolium arvens L.
Ampelodesma mauritanicum Poiret Anthyllis vulneraria L.
Aristida caerulescens Desf. Anthyllis polycephalla Desf.
Arundo Donax L. Anthyllis tetraphylla L.
Stipa barbata Desf. Lotus collinus Boiss.
Stipa lagascae Roem. Coronilla scorpioides L.
Stipa tenacissima L. Ononis laxiflora Brot
Ononis reclinata L.
Famille des IRIDACEAE Scorpiurus sulcatus L.
Iris tingitana Boiss. Vicia vicioides Desf.

Famille des JUNCACEAE Famille des LILIACEAE


Juncus acutus L. Asphodellus acaulis Desf.
Juncus articulatus L. Anthericum liliago L.
Juncus bufonius L. Aphyllantes monspeliensis L.
Alliumflavum L.
Famille des LABIATAE Asparagus stipularis Forsk.
Ballota hirsuta Benth. Asparagus albus L.
Lavandula dentata L. Asparagus acutifolius L.
Lavandula multifida L. Asphodellus microcarpus Sal. & Viv.
Lavandula stoechas L. Asphodellus fistulosis L.
Mentha rotundifolia L. Asphodellus tenuifolius Cav.
Mentha suaveolens Ehrh. Gagea durieui Parl.
Mentha pulegium L. Ornithogalum tenuifolium Guss.
Marubium vulgare 71 Ruscus aculeatus L.
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

Smilax aspera L. Famille des PUNICACEA


Urginea maritima L. Punica Granatum L.

Famille des LYTHRACEAE Famille des RANUNCULACEAE


Lythrum junceum Banks. Clematis cirrhosa L.
Clematis flammula L.
Famille des MALVACEAE Rnunculus spicatus Desf.
Malva parviflora L. subsp. rupestris
Malva sylvestris L. Ranunculus paludosus Poiret

Famille des MORACEAE Famille des RHAMNACEAE


Ficus carica L. Rhamnus lycioides L.
Rhamnus alaternus L.
Famille des OLEACEAE
Phillyrea angustifolia L. Famille des ROSACEAE
Olea europea L. Crataegus oxyacantha
Jasminum fruticans L. subsp. monogyna Rouy. & Camus
Crataegus laciniata L.
Famille des ORCHIDACEAE Rubus ulmifolius Schot.
Ophrys ciliata Bern. Potentilla reptans L.
Rosa canina L.
Famille des PALMAE Rosa sempervirens L.
Chamaerops humilis L. Sanguisorba minor Scop.
Eriobotrya japonica Lindl.
Famille des PAPAVERACEAE Prunus amygdalus Stok.
Papaver pinnatifitidum Moris.
Famille des RUBIACEAE
Famille des PINACEAE Asperula hirsuta Desf.
Pinus halepensis Miller. Crucianella angustifolia L.
Cedrus libani A. Richard Gallium mollugo
subsp. atlantica (Endl.) Batt.& Trabut Gallium verticillatum Danth.
Gallium viscosum Vahl.
Famille des PLANTAGINACEAE Putoria brevifolia Coss.
Plantago major L. Rubia perigrima L.
Plantago amplexicaulis Cavan.
Plantago albicans L. Famille des SALICACEAE
Plantago serraria L. Salix pedicellata Desf.
Plantago coronopus L. Populus alba L.

Famille des PUNICACEAE Famille des SAXIFRAGACEAE


Punica Granatum L. Saxifraga globulifera Munby.
Saxifraga granulata L.
Famille des POLYGALACEAE
Polygala rupestris Pourret. Famille des SCROPHULARIACEAE
subsp. oxycoccoides Desf. Antirrhinum majus Ch.
Linaria heterophylla Desf.
Famille des POLYPODIACEAE Linaria simplix Dc.
Adiantus capillus-veneris L. Linaria tristis L
Polypodium vulgare L Scrophularia aquatica L.
Veronica anagallis-aquatica L.
Famille des POTAMOGETONACEAE Veronica catenata Pennell.
Potamogeton natans L. Veronica praecox All.
Potamogeton nodosus Poiret
Potamogeton pectinatus L. Famille des SOLANACEAE
Potamogeton trichoides Cham. Et Schl. Solanum nigrum L.
Withania frutescens L.
Famille des PRIMULACAE
Samolus valerandi L. Famille des TAMARICACEAE
Anagallis monelli l. 72 Tamarix amplexicaule Ebrenb.
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

Famille des THYMELAEACEAE Lavandulo dentatae – Genistetum durieui Quézel &


Daphne gnidium al. 1992
- Ceratonio siliquae – Tetraclinetum articulatae
Famille des UMBELLIFERAE Fennane 1982
Apium nodiflorum L. - Rosmarino tournefortii – Tetraclinetum articu-
Bunium fontanesii Pers latae Fennane 1982
Eryngium ilicifolium Lam. - Calycotomo intermediae – Tetraclinetum articu-
Scandix australis L. latae Barbéro& al.1981
Tingora sicula L. - Cocciferaie à Quercus coccifera (Chêne Kermes)
Cytiso arborei – Quercetum cocciferae Quézel &
Famille des VALERIANACEAE al. 1992
Valerianella carinata Lois. Deux sous-associations ampelodesmotosum et
Fedia graciliflora Fisch. & Meyer. ericetosum
subsp. snassenorum Mathez & Xena. - IIliçaie à Quercus rotundifolia (Chêne vert)
Euphorbio briquetii – Quercetum rotundifoliae
Famille des VERBENACEAE Tregubov 1963
Verbena officinalis L. - Neriumetum oleandae
Verbena supina L. - Neriumo oleandae – Tamaricetum amplexicaulae
ass. nov.
Famille des ZYGOPHYLLACEAE - Populo albae – Salixitum pedicellatae ass.nov.
Peganum harmala L. - Salixo pedicellae – Neriumetum oleandae ass.nov.
- Scirpophulario aquaticae – Nasturtietum
officinalis
Communautes végétales - Potamogetum pectinae
- Potamogetum natae
- Tétraclinaie à Tetraclinis articulata (Thuya) :

ENTOMOLOGIE
COLEOPTERES PTEROSTICHIDAE
CARABOIDEA Astigis salzmanni Germar
CARABIDAE Poecilus (Poecilus) quadricollis Dejean
Caminara olivieri Dejean Orthomus velocissimus lacouri Antoine (trans ad
Eurycarabus favieri lepelletieri Castelnau kocheri Mateu)
NEBRIIDAE Paranchus albipes Fabricius
Nebria (Nebria) andalusia Rambur Cardiomera genei Bassi
Nebria (Nebria) rubicunda Quensel Platyderus calathoides alacer Coquerel
CICINDELIDAE Calathus fuscipes algiricus Gautier des Cottes
Cicindela (Cicindela) maroccana ssp. (schrammi Calathus circumseptus Germar
Antoine ?) Laemosthenes complanatus Dejean
TRECHIDAE Sphodroides vidali Antoine
Perileptus areolatus Creutzer Amara (Amara) similata Gyllenhall
Trechus rufulus Dejean Amara (Amara) subconvexa Putzeys
Eotachys pallidulus Antoine Amara (Amara) aenea De Geer
Porotachys bisulcatus Nicolaï HARPALIDAE
Tachyura curvimana Wollaston Iberocarterus tazekensis La Brûlerie
Tachyura bisbimaculata Chevrolat Dixus capito Serville
Asaphidion curtum Heyden Dixus sphaerocephalus Olivier
Philochtus vicinus Lucas Cryptophonus tenebrosus Dejean
Ocydromus (Peryphus) cruciatus atlantis Antoine Egadroma marginatum Dejean
Ocydromus (Ocydromus) siculus certans Netolitzky Stenolophus skrimschireanus Stephens
Nepha genei Küster Stenolophus teutonus Schrank
Synechostictus dahli Dejean CALLISTIDAE
Synechostictus cribrum Jacquelin-Duval Chlaeniellus vestitus Paykull
Ocys (Ocys) harpaloides Serville Chlaenius velutinus Duftschmidt
Metallina ambiguum Dejean 73 LICINIDAE
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

Licinus punctatulus Fabricius Rhizotrogus pilosissimus Escalera


MASOREIDAE Rhizotrogus pallidipennis Blanchard
Masoreus wetterhalli axillaris Küster Neomaladera barbara Lucas
LEBIIDAE Hymenoplia ketamensis Escalera
Lebia trimaculata Villers Hymenoplia sp. (vulpecula Reitter ?)
Trymosternus truncatus dilataticollis Lucas RUTELIDAE
Syntomus fuscomaculatus Motschoulsky Anthoplia floricola Fabricius
Microlestes luctuosus Holdhaus HOPLIIDAE
Microlestes abeilli brisouti Holdhaus Hoplia peroni Blanchard
Apristus striatipennis Lucas CETONIDAE
Lionychus albonotatus Dejean Oxythyrea funesta Poda
BRACHINIDAE Tropinota squalida pilosa Brullé
Brachinus (Brachynidius) sclopeta Fabricius Aethiessa floralis Fabricius
SCARABAEOIDEA Protaecia (Potosia) morio heyrovskyi Balthasar
TROGIDAE TENEBRIONIDAE
Trox scaber Linné Erodius elegans Kraatz
Trox fabricii Reiche Zophosis (Oculosis) punctata Brullé
GEOTRUPIDAE Pachychila tumidifrons Kraatz
Bolbelasmus bocchus bocchus Erichson Pachychila grandis grandis Desbrochers
Sericotrupes niger Marsham Pachychila (Pachychila) refleximargo Desbrochers
Thorectes laevigatus laevigatus Fabricius Tentyria thunbergi Stern.
APHODIIDAE Adesmia microcephala Solier
Aphodius (Ammoecius) elevatus Olivier Adelostoma sulcatum Fabricius
Aphodius (Plagiogonus) nanus Fairmaire Stenosis (Stenosis) maxima Desbrochers
Aphodius (Eudolus) quadriguttatus Herbst Alphasida (Glabrasida) silphoides Linné
Aphodius (Phalacronothus) diecki Harold Alphasida (Glabrasida) tricostata Allard
Aphodius (Volinus) lineolatus Illiger Asida (Planasida) ruficornis pardoi Cobos
Aphodius (Volinus) naevuliger Reitter Asida (Globasida) sinuaticollis sinuaticollis Solier
Aphodius (Volinus) melanostictus Schmidt Sepidium variegatum Fabricius
Aphodius (Agrilinus) ibericus Harold Morica jevini Lucas
Aphodius (Pseudacrossus) cribricollis Lucas Akis spinosa algeriana Solier
Aphodius (Melaphodius) barbarus Fairmaire Scaurus camelus Kocher
Aphodius (Anomius) castaneus Illiger Scaurus dubius Solier
Aphodius (Mecynodes) striatulus Waltl Scaurus uncinus Förster
Aphodius (Aphodius) fimetarius Linné Scaurus varvasi Solier
Aphodius (Aphodius) foetidus Herbst Pimelia mauritanica breiti Koch
Aphodius (Calamosternus) mayeri Pilleri Pimelia boyeri septemcostata Antoine
Pleurophorus caesus Creutzer Phylan (Meladeras) obscurus Mulsant
Rhyssemus algiricus Lucas Litoborus moreleti peyerimhoffi Antoine
SCARABAEIDAE Otinia (Antoineius) vidali Antoine
Scarabaeus variolosus Fabricius Gonocephalum rusticum Olivier
Gymnopleurus flagellatus Fabricius Opatrum (Colpophorus) granuliferum Lucas
Copris hispanus Linné Crypticus pruinosus Dufour
Bubas bison Linné Cossyphus hoffmannseggi Herbst
Onitis numida Castelnau Misolampus goudoti erichsoni Vauloger
Onitis ion Olivier CERAMBYCIDAE
Onthophagus (Trichonthophagus) maki Illiger Strangalia approximans Rosenhauer
Onthophagus (Palaeonthophagus) similis Scriba Deilus fugax Olivier
Onthophagus (Palaeonthophagus) opacicollis Penichroa fasciata Stephens
D'orbigny Hesperophanes griseus Fabricius
Onthophagus (Palaeonthophagus) andalusicus Waltl Trichoferus fasciculatus Falderman
Onthophagus (s. lat.) trigibber Reitter Phoracantha semipunctata Fabricius
Euonthophagus crocatus Mulsant Semanotus laurasi Lucas
GLAPHYRIDAE Plagionotus scalaris Brullé
Amphicoma meles Fabricius Purpuricenus barbarus Lucas
Eulasia (Vittateulasia) bombylius Fabricius Parmena pubescens algirica Castelnau
Eulasia (Vittateulasia) goudoti Castelnau Niphona picticornis Mulsant
MELOLONTHIDAE Stenidea troberti Mulsant
Elaphocerida barbara pardoi Escalera 74 Eupogonochaerus perroudi Mulsant
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

Calamobius filum Rossi CHRYSOMELIDAE


Conizonia detrita Fabricius Timarcha rugosa Linné
Opsilia coerulescens Scopoli Timarcha punctella Marseul
Opsilia molybdaena Dalman Chrysolina banksi Fairmaire
CURCULIONIDAE Chrysolina viridana Küster
Attelabus variolosus Olivier Chrysolina americana Linné
Auletobius pubescens Kiesenwetter Lachnaea variolosa Linné
Bangasternus villosus Capiomont Labidostomis rubripennis Lucas
Brachycerus barbarus Linné Cryptocephalus rugicollis Olivier
Brachycerus plicatus Gyllenhal Orestia punctipennis Lucas
Brachycerus scutellaris LEPIDOPTERES
Brachyderes pubescens Boheman GELECHIIDAE
Coeliodes subfarinosus Schultze Isophrictis kefersteiniella Zeller
Derelomus subcostatus Boheman Phthorimaea cauligenella Schmid
Dorytomus melanophthalmus Paykull PTEROPHORIDAE
Geonemus flabellipes Olivier Pterophorus spilodactylus Curtis
Gymnetron canescens Desbrochers THAUMETOPOEIDAE
Larinus oujdensis suborbiculatus Capiomont Thaumetopoea pityocampa orana Staudinger
Larinus ursus Fabricius NOCTUIDAE
Larinus sp. Polymixis rungsi Plante
Lepidapion squamigerum Jacquelin du Val Autophila dilucida Hübner
Lixus scolopax Boheman Scoliopteryx libatrix Linné
Magdalis leucopleura Fairmaire PAPILIONIDAE
Malvapion malvae Fabricius Zerynthia rumina africana Stichel
Nanophyes niger Waltl PIERIDAE
Otiorhynchus atlasicus Escalera Anthocharis belia belia Linné
Pachyrhinus variabilis Desbrochers Pieris sp.
Perapion violaceum Kirby Euchloe (Elphinstonia) charlonia charlonia Donzel
Sitona macularius Marsham Colias croceus Fourcroy
COLEOPTERES Gonopteryx cleopatra cleopatra Linné
BUPRESTIDAE NYMPHALIDAE
Acmaeodera pulchra Fabricius Charaxes jasius jasius Linné
Anthaxia nigritula Ratzeburg Vanessa cardui Linné
Meliboeus amethystinus Olivier Pandoriana pandora seitzi Frühstorfer

INVERTEBRES AQUATIQUES
Plathélminthes Lymnaea trunculua
Turbellariés Ancylidae
Dugesiidae Ancylus fluviatilis
Dugesia gonocepahala Arthropodes
Namathelminthes Crustacés
Nematodes Conchostracés
Annelides Isopodes
Oligochètes Isellus sp
Lumbricidae Amphipodes
Lumbricus sp Gammaridae
Naididae Gammarus sp
Chaetogaster sp Décapodes
Tubificidae Atyidae
Mollusques Atyaephyra desmarestii
Gastéropodes Potomidae
Melaniidae Potomon edule
Melanopsis praemorsa Insectes
Physidae Ephéméroptères
Physa acuta Baetidae
75
Lymnaeidae Baetis rhodani
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

Baetis pavidus Limnephilidae


Ecnomidae Hydropsychidae
Ephemerudae Hydropsyche marocana
Caenidae Hydropsyche tobata
Caenis lustuosa Hydroptilidae
Heptageniidae Hydroptila vectis
Ecdoyonorus rotyschildi Ecnomidae
Choroterpes sp Ecnomus deceptor
Traulus sp Psychomiidae
Leptophylibiidae Paduniella vandeli
Odonates Rhyacophilidae
Zygoptères Rhyacophilia sp
Libellulidae Limnephilidae
Crochotemis erythraea Diptères
Gomphilidae Blepharicedae
Gomphis simillimus Tipulidae
Hetéroptères Psychodidae
Gerridae Dixidae
Gerris cinereus Dixa sp
Nepidae Culicidae
Nepa sp Simulidae
Coléptères Eusimulium latinum
Dryopidae Chironomidae
Dytiscidae Tanypodinae
Pomonectes clarki Chironominae
Stictonectes lepidus Chironomini
Deronectes sp Tanytarsini
Heleodidae Diamesinae
Gyrinidae Corynoneurina
Aulonogyrus striatus Orthocladiinae
Elmidae Athericidae
Stenelmis consobrina Ceratopogonidae
Oulimnius fuscipes Stratiomyidae
Esolus pygmaeus Empididae
Normandia villosocostata Tabanidae
Limnebiidae tabanus sp
Limnebius dp Authericidae
Hydrophilidae Atherix sp
Trichoptères Ephydridae
Beraeidae Sciomyzidae
Glossosomatidae Anthomydae

POISSONS
Barbus moulouyensis

76
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

HERPETOLOGIE
Salamandra algira (Linnaeus 1758) Psammodromus algirus (Linnaeus 1758)
Discoglossus pictus Otth 1837 Mesalina olivieri (Audouin 1829)
Bufo bufo (Linnaeus 1758) Chalcides ocellatus (Forsskäl 1775)
Bufo mauritanicus Schlegel 1841 Chalcides minutus (Caputo 1993)
Bufo viridis Laurenti 1768 Eumeces algeriensis Peters 1864
Rana saharica Boulenger 1913 Trogonophis wiegmanni Kaup 1830
Testudo graeca Linnaeus 1758 Coluber hippocrepis Linnaeus 1758
Mauremys leprosa (Schweigger 1812) Macroprotodon abubakeri Wade 2001
Tarentola mauritanica (Linnaeus 1758) Malpolon monspessulanus (Hermann 1804)
Saurodactylus mauritanicus (Duméril & Natrix maura (Linnaeus 1758)
Bibron 1836) Psammophis schokari (Forsskäl 1775)
Chamaeleo chamaeleon (Linnaeus 1758) Macrovipera mauritanica (Gray 1849)
Agama bibronii Dumétril & Bibron 1851

ORNITHOLOGIE
Milvus migrans Alcedo atthis
Milvus milvus Merops apiaster
Neophron percnopterus Coracias garrulus
Gyps fulvus Upupa epops
Circaetus gallicus Picus vaillantii
Accipiter nisus Dendrocopos major
Buteo rufinus Galerida cristata
Hieraaetus pennatus Lullula arborea
Falco naumanni Alauda arvensis
Falco tinnunculus Riparia riparia
Falco peregrinus Ptyonoprogne rupestris
Alectoris barbara Hirundo rustica
Coturnix coturnix Hirundo daurica
Gallinago gallinago Delichon urbica
Scolopax rusticola Motacilla flava
Tringa glareola Motacilla cinerea
Columba livia Motacilla alba
Columba palumbus Pycnonotus barbatus
Streptopelia turtur Troglodytes troglodytes
Clamator glandarius Cercotrichas galactotes
Cuculus orus Erithacus rubecula
Athene noctua Luscinia megarhynchos
Asio otus Phoenicurus ochruros
Caprimulgus europaeus Phoenicurus phoenicurus
Caprimulgus ruficollis Phoenicurus moussieri
Apus apus Saxicola rubetra
Apus pallidus Oenanthe oenanthe
Apus melba Oenanthe hispanica
Apus affinis 77 Oenanthe leucura
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

Monticola saxatilis Athene noctua


Monticola solitarius Asio otus
Turdus merula Caprimulgus europaeus
Turdus philomelos Caprimulgus ruficollis
Turdus iliacus Apus apus
Cettia cetti Apus pallidus
Cisticola juncidis Apus melba
Acrocephalus scirpaceus Apus affinis
Hippolais pallida Alcedo atthis
Hippolais polyglotta Merops apiaster
Sylvia undata Coracias garrulus
Sylvia cantillans Upupa epops
Sylvia melanocephala Picus vaillantii
Sylvia hortensis Dendrocopos major
Sylvia communis Galerida cristata
Sylvia atricapilla Lullula arborea
Phylloscopus bonelli Alauda arvensis
Phylloscopus collybita Hirundo rustica
Phylloscopus trochilus Hirundo daurica
Muscicapa striata Delichon urbica
Ficedula hypoleuca Motacilla flava
Parus caeruleus Motacilla cinerea
Parus major Motacilla alba
Oriolus oriolus Pycnonotus barbatus
Lanius meridionalis Troglodytes troglodytes
Lanius senator Cercotrichas galactotes
Garrulus glandarius Luscinia megarhynchos
Corvus corax Phoenicurus ochruros
Sturnus unicolor Phoenicurus moussieri
Passer domesticus Oenanthe hispanica
Petronia petronia Oenanthe leucura
Fringilla coelebs Monticola solitarius
Serinus serinus Turdus merula
Carduelis chloris Cettia cetti
Carduelis carduelis Cisticola juncidis
Carduelis spinus Acrocephalus scirpaceus
Carduelis nabina Hippolais pallida
Loxia curvirostra Hippolais polyglotta
Coccothraustes coccothraustes Sylvia undata
Emberiza cirlus Sylvia cantillans
Emberiza cia Sylvia melanocephala
Emberiza striolata Sylvia hortensis
Miliaria calandra Sylvia communis
Accipiter nisus Sylvia atricapilla
Buteo rufinus Phylloscopus bonelli
Hieraaetus pennatus Phylloscopus collybita
Falco tinnunculus Muscicapa striata
Alectoris barbara Ficedula hypoleuca
Coturnix coturnix Parus caeruleus
Columba livia Parus major
Columba palumbus Oriolus oriolus
Streptopelia turtur Lanius meridionalis
Clamator glandarius Lanius senator
Cuculus orus 78 Garrulus glandarius
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

Corvus corax Carduelis nabina


Sturnus unicolor Loxia curvirostra
Passer domesticus Coccothraustes coccothraustes
Petronia petronia Emberiza cirlus
Fringilla coelebs Emberiza cia
Serinus serinus Emberiza striolata
Carduelis chloris Miliaria calandra
Carduelis carduelis

MAMMALOGIE

ARTIODACTYLES Myotis emarginatus


Sus scrofa barbus Myotis capaccinii
Myotis blythi
CARNIVORES Pipistrellus pipistrellus
Canis aureus Pipistrellus kuhli
Vulpes vulpes Pipistrellus savii
Felis libyca Eptesicus serotinus
Hepestes ichneumon Plecotus austriacus
Genetta genetta Miniopterus schreibersi
Mustela nivalis

LAGOMORPHES
Lepus capensis
Oryctolagus cunuculus

INSECTIVORES
Erinaceus algirus
Crocidura whitakeri
Crocidura russula
Suncus etruscus

MACROSCELIDES
Elephantilus rozeti

RONGEURS
Atlantoxerus getulus
Hystrix cristata
Apodenus sylvaticus
Lemnoscomys barbrus
Rattus norvegicus
Jaculus orientalis
Gerbillus campestris
Meriones chawi
Rattus rattus
Mus musculus
Mus spretus
Eliomys quercinus

CHIROPTERES
Rhinolophus ferrumequinum
Rhinolophus hipposideros
Rhinolophus euryal
Rhinolophus mehelyi
Rhinolophus blasii 79
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

ANNEXE 3

– LES METHODOLOGIES –

80
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

ANNEXE 3 – LES METHODOLOGIES

PHYTOECOLOGIE
L‟étude de la végétation et du milieu en vue de connaître, d‟expliquer et de contrôler les potentialités de ce site a été
abordée par la méthode des transects phytoécologiques. Cette dernière est fondée sur l‟étude conjointe du milieu
et de la végétation pour définir les communautés végétales et leur relations avec le milieu.

ECHANTILLONNAGE
Dans le cadre du diagnostic pour un plan de gestion du Mont de Beni Snassen visant à définir et à préciser la valeur
écologique de ce site un plan d‟échantillonnage à plusieurs niveaux (en grappe) a été préconisé.
- Les formations végétales physionomiquement dominantes
- Des transects lineaires au sein de chacune de ces formations
- des points-échantillons ou points-relevés ont ete choisis dans chaque transect. Le point-
echantillon ou point-relevé est une surface homogène constituant un échantillon suffisamment
étendu pour donner une image de la végétation et de son milieu. Le point relevé a été défini
ainsi par rapport à la formation végétale, aux conditions édaphiques, au bioclimat et au
transect.
Trois types de variables ont été prises en consideration :
-Variables floristiques (totalité des espèces présentent en affectant chacune d‟elles d‟un coefficient
d‟abondance- dominance)
-Variables topoédaphiques et topoclimatiques (la nature du substrat, le type de sol, l‟altitude,
pente, exposition, la position topographique).
-Variables de structure des peuplements (recouvrement général de la végétation, recouvrement et
hauteur de la strate arborescente, recouvrement de la strate arbustive, recouvrement de la strate
herbacée, recouvrement de la strate buissonante et certain parametres tels que densité, degré
d‟artificialisation, taux de régénération et dynamique du peuplement.
ANALYSE - SYNTHESE - ET PRESENTATION DES RESULTATS
II-1 Les communautés végétales
Les relevés ainsi réalisés sont triés en lots sur la base des caractères stationnels (floristiques,
topoédaphiques et topoclimatiques). Chaque lot correspond à un type de groupement végétal.
Chaque communauté est ensuite définie par sa localisation dans les différents bioclimats, par sa
caractérisation écologique, édaphologique, dynamique, et par son type de peuplement végétal.
II -2- Esquisse cartographique
Une esquisse cartographique a ete faite et developpee avec le consultant charge d'etablir la cartographie des
habitats.

ENTOMOLOGIE
Au cours du diagnostic, plusieurs sorties ont été effectuées sur le terrain afin d'appréhender l'état actuel du site et de
compléter les données acquises antérieurement. La collecte des échantillons s'est faite à l'aide de divers matériels:
pinces souples, aspirateur à bouche, filet fauchoir, parapluie japonais. Les sorties se sont succédées ainsi :
- Le 23/I/02: Sortie collective de l'ensemble des consultants accompagnés de représentants des
services régionaux et locaux des Eaux et Forêts. Cette sortie a surtout eu pour but d'apprécier l'état actuel des
habitats au niveau de Taforalt et de la vallée du Zeghzel. Elle n'a pas fait l'objet de collecte de spécimens.
- Le 2/II/02: Prospection de la région de Taforalt avec collecte par chasse à vue, au niveau de la
pinède du col de Taforalt et de la grotte des Pigeons, de Tenebrionidae et de Scarabaeoidea.

81
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

- Le 3/IV/02: Réalisation d'un transect Col de Taforalt-Zeghzel-Berkane, avec H. LABRIQUE,


spécialiste des Tenebrionidae. Au cours de cette sortie, divers spécimens ont été collectés par chasse à vue tout au
long du transect, en particulier des Tenebrionidae.
- Les 8 et 9/IV/02: Prospection du site, avec H. LABRIQUE et en compagnie des consultants en
écologie végétale et en herpétologie.
* Le 8/IV/02: Sortie réalisée avec l'appui logistique des Eaux et Forêts, sur le secteur
compris entre Taforalt et Ras Fourhal. Au cours de cette sortie diverses stations ont été échantillonnées (notamment
les environs de Trasroute, Ain Almou, Ras Fourhal...). De nombreux spécimens ont été collectés, en particulier des
Tenebrionidae par chasse à vue (notamment sous les pierres) et des Curculionidae par battage de divers arbres et
arbustes. Les lépidoptères identifiables sur place ont également été notés.
* Le 9/IV/02: Réalisation d'un transect Col de Taforalt-Zeghzel-Berkane. Au cours de
cette sortie divers points de collecte ont été prospectés par chasse à vue pour les Tenebrionidae, par battage de divers
arbres et arbustes pour les Curculionidae, par chasse à vue et par fauchage pour les autres groupes.
- Les 27, 29 et 30/V/02: Prospections en compagnie des consultants en écologie végétale et en
herpétologie et, partiellement, avec des membres de l'équipe d'ornithologie. Durant cette campagne des récoltes de
coléoptères ont été faites et les lépidoptères identifiables sur place ont été notés.
* Le 27/V/02: Réalisation d'un transect Col de Taforalt-Zeghzel-Berkane. Divers points
ont été prospectés par chasse à vue, par battage d'arbres et d'arbustes et par fauchage des formations herbacées. Mai
aussi, prospection de la tétraclinaie au pied du versant nord du massif (près du carrefour des routes Taforalt-Berkane
et Berkane-Nador) par chasse à vue et par battage de divers arbres et arbustes.
* Le 29/V/02: Sortie réalisée en présence du coordinateur international et avec l'appui
logistique des Eaux et Forêts. Au cours de cette sortie des relevés ont été réalisés à Achaouène (battage de chênes et
de thuyas et chasse à vue), le long de la route Taforalt-Berkane et au pied du versant nord du massif (chasse à vue).

* Le 30/V/02: Prospection de la lisière de la pinède et de la cocciféraie à la sortie nord de


Taforalt par chasse à vue, par fauchage des formations herbacées et par battage des chênes kermès.

Après chaque sortie, les spécimens de Caraboidea, Scarabaeoidea et Cerambycidae ont été déterminés à la Faculté
des Sciences d'Oujda par le consultant. Les spécimens de Curculionidae et de Tenebrionidae ont été mis sur couches
puis transmis, pour détermination, à des spécialistes (J. PELLETIER pour les premiers, H. LABRIQUE pour les
seconds).

FAUNE AQUATIQUE
Invertébrés :
Au cours de chaque compagne de prospection, les échantillons ont été recueillis à l‟aide d‟un filet Surber dont le
vide de maille est de 0.3 mm à raison de deux prélèvements par stations. L‟utilisation de ce type de filet permet de
prélever d‟une façon homogène et comparable la faune dans les différentes stations. Le filet comporte un cadre
métallique de 15 x 15 cm qui, disposé sur le fond, délimite la surface prospectée. Tout support suppose héberger une
faune et situé à l‟intérieur du cadre est placé dans le filet ou frotté à la main, de telle sorte que toute sa faune soit
détachée et introduite dans le filet sous l‟effet du courant.
Pour l‟obtention des spécimens parfaits, le matériel récolté est fixé dans de l‟alcool à 80%.
Composé de larves, de nymphes, d‟exuvies nymphales et exceptionnellement d‟adultes, le matériel aquatique et trié
au laboratoire sous la loupe binoculaire. Les autres groupes zoologiques benthiques sont triés à l‟œil nue ou à la
loupe. Les différents individus déterminés sont placés séparément dans de l‟alcool à 70%.
Vertébrés :
L‟échantillonnage des vertébrés poissons en particulier a été réalisé à l‟aide d‟une nasse de deux mm de maille. le
matériel récolté est fixé dans de l‟alcool à 80%.

82
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

Périodes de prospection sur le terrain :


Les prospections sur le terrain été réalisées en Janvier 2002, et au même mois a lieu le premier la première
compagne d‟échantillonnage, lors que la seconde deux mois après.

Autres méthodes utilisées pour l’obtention de données :

- Consultation des données bibliographiques sur le Site de Beni Snassen.


- Collecte de l‟information auprès les habitants locaux pour la présence ou l‟absence des frayères du
barbeau par exemple.
.
Etablissement des listes des espèces
Des listes des différents taxons présents sur chaque site seront dressées. Les espèces sont classées selon qu‟elles
seraient rares, endémiques, remarquables ou menacées.

Cartographie
Une carte de distribution des espèces et des frayères (à partir des coordonnées GPS des stations prises sur le
terrain) sera préparée avec le consultant de la cartographie pour chaque espèce et pour les habitats abritant des
espèces ou des groupes d‟espèces à intérêt particulier dans chacune des zones à étudier.

HERPETOLOGIE
Etant donné la considérable richesse des types de milieux utilisés par les amphibiens et les reptiles, la combinaison
de plusieurs techniques d‟échantillonnage s‟avère nécessaire pour la prospection de la totalité de l‟habitat.

Transect linéaire de bande fixe


C'est une approche appropriée pour la prospection d‟espèces aquatiques. Il s‟agit de réaliser des transects
linéaires de longueur connue le long de la rive d‟un cours d‟eau ou de celle d‟une masse d‟eau. Un total de 10
itinéraires de 100 m, séparés par au moins 50 m, sont sélectionnés.
Durant le recensement, l‟observateur parcourt chacun des 10 itinéraires à pied et comptabilise tous les animaux
rencontrés dans une bande de 10 m (10 m vers l‟intérieur de la surface d‟eau et 10 m dans la marge terrestre. Les 10
transects se réalisent en une seule journée et de préférence durant les meilleures heures d‟insolation.

Méthode de la parcelle. Cette méthode permet de compter les individus présents dans une parcelle dont la taille est
connue. L‟observateur parcourant la parcelle note tous les individus enregistrés lors du recensement.
Echantillonnage systématique, prospectant des pierres Dans ce cas, nous recenserons la présence de reptiles
habitant en dessous de structures adéquates (Pierres de tailles moyennes, troncs d‟arbres, etc.) dans différents points
du terrain choisi, selon une trame de 25 m de côté. Comme résultat, un total de 16 échantillonnages/ha sera réalisé ;
le nombre de points s‟ajuste à celui de la parcelle (ex : 8 si la surface est la moitié d‟un ha). La personne qui réalise
l‟échantillonnage se place à l‟une des extrémités de la parcelle et marque ce premier point de prospection par un
petit drapeau enfoncé dans le sol. A partir de ce point les structures susceptibles d‟abriter des reptiles sont soulevées
à des rayons de 10 m.

Périodes de prospection sur le terrain: Les prospections sur le terrain se réaliseront en général aux cours des
périodes de maximum d‟activité de l'herpetofaunes: fin-printemps et été.

Autres méthodes utilisées pour l’obtention de données

Chaîne de collaborateurs
Une chaîne de collaborateurs (personnel du Ministère des Eaux et Forêts) collectent pour nous depuis 1990 tous les
cadavres de reptiles rencontrés dans leurs zones de travail. Des cruches contenant du formol et des étiquettes ont été
distribuées pour la conservation des animaux.
Consultation d‟animaux déposés dans divers Muséum et collections
Tous les spécimens provenant de l‟une des 5 zones à étudier déposés dans divers Muséum et collections sont
consultés.
- Département de Biologie, Faculté des Sciences. Université Abdelmalek Essaâdi, Tétouan (DBT)

83
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

- « Estación Biologica de Doñana, Consejo Superior de Investigaciones Cientificas », Séville (EBD)


- « Museo Nacional de Ciencias Naturales, Consejo Superior de Investigaciones Cientificas », Madrid (MNCN)
- Institut Scientifique, Rabat (IS)
- « Muséum National d'Histoire Naturelle », Paris (MNHN)

Collecte de l‟information et de la documentation existante*


Toutes les données disponibles dans la bibliographie seront utilisées.
*Voir rapport bibliographique.
Traitement des données
Toutes les données obtenues seront introduites dans une base de données et les traitements statistiques se feront au
moyen du programme « Statistica ».
Etablissement des listes des espèces
Des listes des différents taxons présents sur chaque site seront dressées. Les espèces seront classées selon qu‟elles
seraient rares, endémiques, remarquables ou menacées.
Cartographie
Cf. partie « Cartographie ».

ORNITHOLOGIE
La méthodologie proposée pour le diagnostic ornithologique des sites a été focalisée sur des opérations de collecte,
compilation et analyse de données bibliographiques complétées par des prospections et recherches sur le terrain.
Concernant les prospections de terrain, l‟approche pour l‟identification des oiseaux terrestres des Beni Snassen, des
points d‟écoute et des itinéraires échantillons ont ete effectués. Pour le groupe des Rapaces, des prospections ont ete
egalement effectuees.

Le travail a ete realis en quatre phases :


Phase 1 : Collecte des données bibliographiques publiées et de littérature grise non publiée.
Phase 2 : Actualiser et compléter les données par des campagnes de terrain.
Phase 3 : Analyse et synthèse des données rassemblées.
Phase 4 : Analyse écosystémique, proposition d‟actions de gestion conservatoire accompagnées de
programmes de suivis.
Les produits recherchés à travers la collecte puis synthèse de toutes ces données étant la détermination des valeurs
ornithologiques des sites et de leurs habitats par :
(1) la détermination des statuts phénologiques de leurs espèces,
(2) la précision de la qualité de leurs peuplements en terme d‟espèces endémiques, rares, menacées ou
remarquables,
(3) le calcul des moyennes actualisées (sur les données des cinq dernières années) des effectifs des espèces et
leurs tendances durant les dix dernières années (décroissants, croissants, stables),
(4) la précision du degré d‟importance (nationale ou internationale) des sites après application des critères de
sélection nationaux et internationaux.
(5) l‟identification des habitats présentant des valeurs ornithologiques indéniables.

84
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

MAMMALOGIE
Les phases de la methodologie de travail concernant les mammiferes sont :
EXPLOITATION DE LA BIBLIOGRAPHIE
La méthodologie d‟approche de l'etude des mammiferes s‟appuie essentiellement sur l‟exploitation de l‟ensemble
des publications en rapport avec la thématique de cette étude.

EXPLORATION DU TERRAIN
Les données d‟exploration du terrain, nous renseignent sur la localisation et la validation de l‟aire de répartition des
animaux qui habitent dans les régions d‟étude. Le choix des techniques à mettre en œuvre, tient compte de la
biologie et de l‟écologie des animaux. La présence des espèces sera déterminée par enquête sur les lieux d‟étude
(témoignages et indications fiables), par recherche directe des animaux (contact visuel ou auditif avec les animaux),
et par recherche indirecte en relevant des indices fiables pouvant témoigner de l‟existence de l‟animal dans les sites
prospectés.
ENQUETE SUR LE TERRAIN
Les travaux d‟enquête ont ete menes auprès des agents de l‟administration des Eaux et Forêts, ainsi que des
habitants de la région, notamment, les chasseurs, les pêcheurs ou enfin, toute autre personne qui exploite ou qui
connaît bien ces milieux. Pour mieux faciliter la communication et la compréhension avec les personnes abordées, le
dialogue doit être appuyé par un ensemble de moyens à caractère démonstratif comme, photos ou dessins d‟animaux
supposés présents dans la région.

RECHERCHE DES ANIMAUX (METHODES DIRECTES)


Il convient ici de noter toutes les espèces rencontrées (contact visuel ou auditif) au moment des prospections dans
les différentes unités représentatives du milieu d‟étude. Pour augmenter la chance de rencontrer le maximum
d‟animaux, il faut accorder plus d‟importance aux lieux de concentration des animaux, en l‟occurrence, les lieux de
gagnage, les lieux calmes peu fréquentés par l‟homme ou ceux à accès difficile. Cette méthode concerne surtout les
macro-mammifères et de moindre importance les micro-mammifères. Les animaux qui sont difficiles à observer par
le fait d‟avoir une activité nocturne ou bien, ils sont rares ou mènent une vie cachée dans la végétation ou en
profondeur dans les terriers, sont diagnostiquées par des méthodes qui leur sont appropriées.
Observation à l‟affût : sont concernées dans ce cas, surtout les espèces de Mammifères de taille importante,
comme le sanglier la loutre, le chacal, le renard, le lièvre et le lapin etc.
Ecoute des cris des animaux aux moments crépusculaires, et pendant les premières heures de la nuit.
Piégeage des animaux avec des moyens appropriés. Cette technique concerne essentiellement les micro-
mammifères, notamment les rongeurs. Ces animaux représentent le groupe le plus prépondérant des micro-
mammifères. Le piégeage reste par excellence la technique d‟échantillonnage la plus adéquate pour
approcher la composition spécifique de ces animaux et suivre leur évolution qualitative et quantitative.
Pour ne pas affecter la biodiversité des mieux étudiés, il est important de souligner la nécessité d‟utiliser
des pièges non destructifs et de relâcher surplace les animaux capturés.
RECHERCHE D’INDICES DE PRESENCE (METHODES INDIRECTES)
Il s‟agit de relever ici toutes traces d‟activité décelant l‟existence de l‟animal, comme, la présence de sentiers, de
terriers, des restes alimentaires, des crottes ou présence de cadavres ou des parties du corps comme os, poils, dents,
griffes, etc…

CARTOGRAPHIE
Pour l‟étude de la répartition des espèces, on s‟est basé sur l‟observation des animaux les relevés de leurs traces,
mais surtout sur l‟aide des personnes ressources ayant de bonnes connaissances du terrain, comme les agents
forestiers, les chasseurs ou des habitants du SIBE

85
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

ZONE HUMIDE
La méthodologie présentée dans l'offre relative à cette expertise a été suivie tout en respectant les lignes directrices
proposées par la coordination du projet et les suggestions et issues des discussions de la visite de reconnaissance des
sites et de l'atelier de terrain organisés du 23 au 25 janvier 2002. Cette méthodologie est commune aux cinq sites,
bien que chacun d'entre eux soit présenté dans un document indépendant ; elle est résumée dans les points suivants.
Le diagnostic débute par une présentation du bassin versant, comportant une description du cadre naturel
(topographie, hydrographie, géologie, géomorphologie, genèse des sites, climat, sols…). Ce chapitre ne donne pas
des analyses spécialisées, mais un minimum nécessaire à la compréhension des diagnostics par site. Dans les SIBEs
du Gourougou et du Cap des Trois Fourches, les zones humides appartiennent à plusieurs bassins versants.
Vu que les bassins versants de différents sites se chevauchent parfois, certaines informations sont redites dans
différents documents moyennant une adaptation au contexte de chaque site.

Les zones humides sont décrites à l'aide des informations nécessaires pour la compréhension de la répartition et du
fonctionnement des habitats (parfois du site entier), l'identification des valeurs liées à ces zones humides et des
dysfonctionnements qu'ils subissent et la conception de mesures de conservation et d'aménagement. Ces chapitres
ont été structurés selon le plan usuel ci-dessous.
- Données hydrologiques et sédimentologiques : origines et rythmes d'alimentation en eau des zones humides,
pertes en eaux, courants, bathymétrie, qualité physico-chimique et bactériologique. Les informations fournies
sont synthétisées à partir de la bibliographie et de nos observations de terrain.
- Habitats : notre rôle est d'inventorier les types d'habitats, de les décrire et d'aider à les cartographier (ce travail
relevant du rôle de l'expert en cartographie engagé dans le projet).
Dans cette étude, la classification des habitats humides utilisée est celle établie par le programme MedWet I
(Farinha et al., 1996) ; cette classification est basée sur un modèle hiérarchique plus ou moins universel, qui fut
appliqué aux Etats-Unis (Cowardin et al., 1979). Elle combine des critères relatifs à l'hydrologie (salinité
comprise), à la végétation et à la granulométrie des sédiments.
Le schéma général (Annexe 1) comporte quatre principaux niveaux hiérarchiques (systèmes, sous-systèmes,
classes et sous-classes), auxquels sont ajoutés trois niveaux de détail utilisant successivement le régime de
submersion, la salinité et l'artificialisation. Dans cette description, comme en cartographie, les trois ou quatre
premiers niveaux de la classification MedWet sont utilisés, mais des niveaux plus précis ont été indiqués chaque
fois qu'il fut possible de détailler les caractéristiques hydrologiques. Les limites entre ces habitats ont été
étudiées en parallèle avec la présente description, lors d'une étude cartographique (Benhoussa et al. 2002).
Pour chaque site, les habitats sont présentés dans l'ordre hiérarchique usuel, tout en évitant d'utiliser les codes
MedWet, lesquels sont plus utiles pour la cartographie.
Rappelons que l'inventaire des habitats établi dans ce document est basé davantage sur des prospections de
terrain (printemps-été 2002) que sur des mesures hydrologiques actuelles chiffrées. L'utilisation des
photographies aériennes de 1988 a été d'un grand secours pour comprendre l'évolution de l'hydrologie et des
habitats du site.
Par ailleurs, nous avons utilisé les résultats inédits des nombreuses visites effectuées dans les deux sites côtiers
de la Moulouya et de Bou Areg dans le cadre des recensements hivernaux d'oiseaux d'eau. Ces visites
consistaient en des prospections exhaustives, avec prise de notes sur la répartition et l'évolution des habitats ainsi
que des impacts, lesquelles notes avaient pour objectif de permettre une synthèse sur les zones humides du pays
(voir Dakki & El Hamzaoui, 1998), d'enrichir l'inventaire national des zones humides (en cours de réalisation) et
de comprendre la distribution hivernale et la tendance des populations d'oiseaux d'eau.
- Flore et faune : il ne s'agit pas d'établir un inventaire ni de reprendre les inventaires qui sont élaborés dans les
autres travaux du diagnostic, mais d'essayer de caractériser les peuplements et de les interpréter eu égard aux
habitats disponibles. L'analyse de la diversité biologique reposera surtout sur la richesse spécifique et
l'abondance (quand ces données existent et sont fiables).
Cette partie repose essentiellement sur les rapports relatifs à la végétation (Haloui et al., 2002 et Hamada et al.
2002), à la faune aquatique (Zine et al. 2002) et aux oiseaux (El Agbani et al. 2002). Les informations tirées des
rapports sur l'herpétofaune (Fahd 2002), les mammifères (Sehhar 2002) et la socio-économie (Khattabi 2002)
sont relativement ponctuelles.
- Valeurs/qualités des zones humides du site : cette partie reprend de façon partielle le diagnostic établi dans le
Plan Directeur des Aires Protégées du Maroc (AEFCS 1996), en l'étayant par des données plus approfondies.
Les quatre types de valeurs classiques seront considérés, à savoir les valeurs écologiques (habitats, espèces et

86
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

communautés rares ou représentatifs), esthétiques (paysages), culturelles (savoir-faire, monuments …) et socio-


économiques (surtout les aspects concernant les potentialités touristiques, en tant que moyen d'exploitation
rationnelle des sites).
Toutefois, un intérêt particulier est accordé au critère de représentativité des sites (en tant que type de zone
humide) et des types d'habitats, à l'échelle du Maroc et du Sud de la Méditerranée.
- Menaces/Dysfonctionnements : un inventaire des principaux dysfonctionnements subis par les zones humides
de chaque site est établi, en précisant leurs origines, ainsi que les compartiments de l'écosystème et les types
d'habitats qui les subissent.
La terminologie utilisée et assez usuelle, mais nous avons choisi de classer les impacts selon l'ordre de gravité
décroissant ; un plan général a été adopté pour cela : (1) pertes d'habitats humides, (2) transformations d'habitats
(en d'autres habitats humides), (3) Modifications du fonctionnement hydrologique et/ou de la qualité du milieu,
(4) perte des valeurs esthétiques des zones humides.
- Propositions de conservation, d'aménagement et de mise en valeur rationnelle du site : ces propositions
seront basées sur la confrontation des valeurs aux menaces, en insistant sur la conservation des habitats,
l'amélioration des qualités écologiques et paysagères des sites et sur l'exploitation éducative et écotouristique de
ces qualités.
La liste des propositions de style académique qu'on pourrait faire, ne serait-ce en synthétisant celles faites à
l'issue des études écologiques, est relativement longue ; mais celles qui sont faisables, compte tenu du contexte
juridico-institutionnel national et local, sont peu nombreuses. Nos propositions ont été choisies en fonction de
leur urgence, mais aussi de leur faisabilité (dans le cadre de plans d'aménagement prévus) ; toutefois, certaines
solutions incontournables sont proposées, malgré qu'elles puissent apparaître peu réalistes dans le contexte
actuel.
Ces propositions s'intéressent aux sources de dégradation des habitats, considérés à la fois en tant que support
biologique et que valeur esthétique ; les propositions relatives à la conservation des espèces et des valeurs socio-
économiques sont en principe traitées en détail dans les autres études du projet.
Les solutions sont classées en fonction de la difficulté des impacts qu'ils concernent, lequel classement serait à
priori l'inverse de celui utilisé pour exposer les impacts, tout en traitant les solutions relatives aux aspects
paysagers et culturels en dernier. Ainsi les solutions seront formulées sous six catégories d'objectifs
opérationnels classés comme suit : (1) améliorer la qualité des milieux, (2) arrêter les transformations
d'habitats, (3) arrêter les pertes d'habitats humides, (4) améliorer les qualités esthétiques des habitats, (5) mise
en valeur écotouristique et/ou éducative du site, (6) études complémentaires. Notons que les listes de suggestions
sont parfois abrégées, notamment dans les sites où les zones humides présentent de faibles valeurs.

En ce qui concerne les visites de terrain, trois missions ont été organisées durant l'année 2002 (fin janvier, fin avril-
début mai, début juin) ; les prospections ont été réalisées en compagnie des experts chargés des diagnostics relatifs à
la végétation des zones humides, à la faune aquatique et aux oiseaux, avec des discussions ponctuelles avec les
autres experts. Ces prospections avaient pour principal objectif de décrire et délimiter les habitats humides,
d'observer leur flore et leur faune (en concertation avec les experts concernés) et de préciser les menaces subies par
le site, plus particulièrement par les zones humides. Les ateliers de terrain (qui ont accompagné ces missions) ont été
très bénéfiques dans l'échange d'informations et d'opinions et ont permis de vérifier sur le terrain même les
informations échangées.
Rappelons qu'en ce qui concerne les zones humides, notre connaissance de base de certains sites a été acquise lors
des visites de recensement d'oiseaux d'eau (Embouchure de la Moulouya et Sbkha Bou Areg) et/ou lors d'une
expertise sur les zones humides réalisée pour le projet de Plan Directeur des Aires Protégées du Maroc
(AEFCS, 1996).

SOCIO-ECONOMIE
Avant que nous ayons procédé à la collecte de l‟information socio-économique, on a d‟abord essayé
d‟identifier les enjeux majeurs en procédant à une tournée prospective des sites. En plus de cette
identification des enjeux majeurs, on a essayé de prendre contact avec les différents intervenants dans les
sites, et en premier lieu la population locale et les autorités locales, pour les informer à l‟avance des
objectifs de l‟enquête et afin de les impliquer dans l‟identification des besoins et dans la programmation
de la collecte des données. Ensuite, l‟identification des acteurs sociaux aussi bien au niveau central

87
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

(Rabat) qu‟au niveau régional a été réalisée. Un certain nombre d‟administrations, d‟organismes et
d‟organisations gouvernementales et non gouvernementales ont été contactées.

Pour identifier les différents enjeux démographiques, sociaux, écologiques et économiques, nous avons
soulevé lors de la collecte de données, des questions qui concernent la disponibilité des ressources,
l‟accès à ces ressources, les pouvoirs de décision, les conflits d‟usages, les conflits d‟intérêt, les
législations, les règles et les coutumes, les droits de propriété, etc.

Les données exploitées en premier lieu sont celles du recensement général de la population et de l‟habitat de 1982,
1994 et le recensement agricole de 1996. Les données disponibles et accessibles sont les données relatives aux
communes. Ces données ont été instruites pour mener une analyse au niveau bassin versant. Pour l‟analyse plus fine
au niveau espace concerné par le sibe, nous avons traité les informations individuelles existant pour chaque douar et
nous les avons regroupées pour avoir des données de synthèse pour les communautés de douars qui nous intéressent.

La cartographie du la Direction de la Statistique a été utilisée pour identifier les agglomérations d‟habitations qui se
trouvent à l‟intérieur ou qui sont limitrophes aux limites provisoires des différents sibes. Ensuite ces douars ont été
regroupés pour constituer des blocs pour lesquels l‟information socio-agro-économique a été synthétisée.

L‟information collectée sur le terrain par questionnaire concerne les pêcheurs. Des interviews semi-structurées ont
été aussi adoptées pour collecter de l‟information auprès des services techniques au niveau central et régional et
aussi auprès des groupes cibles de la population locale.

Des ateliers participatifs ont ete a utilisés pour collecter de l‟information auprès de la population locale.

Les tâches qui seront étudiées lors de la présente étude ainsi que quelques exemples d‟outils de collecte de données
susceptibles d‟être utilisés sont portés sur le tableau, ci-dessus :

Tâches Quelques outils

Démographie et répartition de la population


Estimation actuelle Q
Mouvements migratoires Q, DDF.
Structuration de l‟habitat O, CT, Q,
Sociologie et
Organisation sociale et développement
population
Morphologie ethnologique O, Q, CS, ISS
Organisation sociale CS, PH, DV, ISS
Equipements sociaux O, ISS, Q, CT
Valeurs et besoins de la population ISS, CMD, CPP, COP
Espaces et gestion des ressources
Statut juridique des terres ISS, CR, T
Gestion de l‟eau ISS, CR
Nature des espaces d‟exploitation CR, PH, MC, ISS, T
Economies de prélèvement Q, ISS, CR, PH
Activités de production
Utilisation Economies d‟exploitation d‟une R.N. CR, PH, ISS, CSA
de Artisanat
l’espace et Petite industrie
économie
Activités de valorisation
locale
Exploitation touristique Q, O, ISS, CR, CSA
Exploitation pédagogique
Exploitation ludique
Développement local
Revenu annuel des populations locales Q, ISS, PH, CRI, CS
Contexte de l‟emploi et perspectives COP, CS, ETJ; CSA

88
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

Planification de l’espace
Organismes décisionnels DV, PH, ISS
Urbanisme
Plans de développement

CT: carte du terroir; CS: carte sociale; CR: carte des ressources;
CMD: classification matricielle directe; CPP: classification par paires; COP: classification par ordre de préférence;
CRI: classification par richesse; CSA: calendrier saisonnier; DDF: diagramme de flux; DV: diagramme de Venn;
ETJ: emploi du temps journalier; ISS: interview semi-structurée; MC: matrice de conflits; O: observation; PH: profil
historique; Q: questionnaire; T: transect.

89
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

ANNEXE 4

– REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES –

90
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

ANNEXE 4 – BIBLIOGRAPHIE

PHYTOECOLOGIE
BENABID A. & FENNANE M., 1994 - Connaissance sur la végétation du Maroc : phytoécologie, phytosociologie
et séries de végétation. Lazaroa 14 :21-97 (1994).
BENELMOSTAFA S., 1992- Etude phytoécologique dans les Beni-snassen centraux (Tafouralt,Maroc oriental).
C.E.A Univ.Mohammed Ier. Fac.Sc. Oujda.
DAHMANI M., 1998 – Recherches biogéographiques en la rive droite de la basse Moulouya, (Maroc du Nord-Est),
végétation-bioclimat et anthropisation. Thèse Doct. Univ. Mohammed Ier. Fac. Lett. Et Sc. hum.
Oujda.
EMBERGER L.,1939 – Aperçu général sur la végétation du Maroc.Commentaire de la carte au 1/500 000. Verôff,
géobot, int, Rubel in Zûrich, 14 :40-157 et Mém. h. s. Sci. Nat., Maroc.
FENNANE M., 1987- Etude phytoécologique des Tetraclinaies marocaines. Thèse Doct.Univ. Aix-Marseille III.
FENNANE M. & IBN TATOU M., 1998.- Catalogue des plantes vasculaires rares, menacées ou endémiques du
Maroc. Bocconea 8 :5-243, 1998-ISSN 1120-4060.
HALOUI B., 1991- La végétation du Maroc oriental : phytoécolgie, phytomasse, minéralomasse et productivité des
principaux écosystèmes forestiers. Thèse Doct. Univ. Mohammed Ier. Fac. Sc. Oujda. 180p.
KAHOUADJI A., 1983- Introduction à létude des plantes endémiques du Maroc orental. D.E.A. Univ. Sc. et Tech.,
Languedoc Montepellier, 30p.
KAHOUADJI A., 1986- Recherches floristiques sur le massif montagneux des Beni-snassen, (Maroc oriental).
Thèse de 3ème cycle, Univ. Sc. et Tech., Languedoc Montepellier, 235p.
KAHOUADJI M., 1995- Contribution à une étude ethnobotanique des plantes médicinales dans le Maroc oriental.
Thèse de 3ème cycle,Univ. Mohammed Ier. Fac. Sc. Oujda.
KHATTABI A., 1995- Etude phytoécologique et phytosociologique des matorrals du massif des Bensnssen, de la
chaîne des Horsts et des Monts de Debdou. (Maroc oriental). Thèse de 3ème cycle,Univ.
Mohammed Ier. Fac. Sc. Oujda.
LAOUINA A., 1990 – Le Maroc Nord-Oriental : reliefs, modelés et dynamique du calcaire. Pub. Rect. Univ.
Mohmmed Ier, Oujda N°1.
SERVICE GEOLOGIQUE – Notes et mémoires : Ressources en eau du Rif et du Maroc oriental. Serv. Geolog. du
Maroc, Rabat N°231 Tome 1.
QUEZEL P., BARBERO M.,BENABID A., LOISEL R., RIVAS-MARTINEZ S., 1992 a - Contribution à l‟étude
des groupements forestiers et pré-forestiers du Maroc oriental. Sud. Bot.(Salamanca) : p57-90.
QUÉZEL P., BARBÉRO M.,BENABID A., LOISEL R., RIVAS-MARTINEZ S., 1992 b - Contribution à la
connaissance des matorrals du Maroc oriental. Phytocoenologia 21(1-2) p :117-174, Berlin,
Stuttgart.
TREGUBOV V., 1963- Étude des groupements végétaux du Maroc oriental méditérranéen. Bull. Museu.Hist. Nat.
de Marseille Tome XXIII.
ZIRI R., 2000 - Contribution à l‟étude phytosociologique des peuplements de Thuya (Tetraclinis articulata) du Rif et
des Beni-snassen et à leur biodiversité floristique. Thèse Doct.Univ. Ibn. Tofail. Fac. Sc. Kenitra.

91
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

ENTOMOLOGIE
ANTOINE M. (1955 à 1963): Coléoptères carabiques du Maroc. Mém. Soc. Sc. Nat. Phys. Maroc, N.S. Zool. n° 1-
3-6-8 et 9, 692 p.
BARAUD J. (1985): Coléoptères Scarabaeoidea: faune du Nord de l'Afrique, du Maroc au Sinaï. Encyclopédie
Entomologique -XLVI, Lechevalier Ed. Paris.
CHAVANON G. (1988): Note sur deux Lépidoptères récoltés dans le nord-est du Maroc: Charaxes jasius L. et
Lemonia philopalus rungsi Rougeot (Lep. Nymphalidae et Lemoniidae). Alexanor, 15 (8), 486).
CHAVANON G. (1989): Contribution à la connaissance des Cerambycidae du Maroc nord-oriental, de leur biologie
et de leur écologie. L'Entomologiste, 45 (4/5): 261-271.
CHAVANON G. (1990): Note sur les Scarabaeoidea du Maroc Oriental. Quelques localités ou espèces nouvelles
pour la région. L'Entomologiste, 46 (6): 283-286.
CHAVANON G. (1999): Deuxième contribution à la connaissance des Cerambycidae du Maroc Oriental.
L'Entomologiste, 55 (4): 167-174.
CHAVANON G., BOURAADA K. (1995): 2ième Note sur les Scarabaeoidea du Maroc Oriental: addenda et
corrigenda. L'Entomologiste, 51 (6), 257-262.
CHAVANON G., RAHHOU I., CHAVANON L. (1995): Etudes sur la Basse Moulouya (Maroc Oriental). 4: Les
carabiques des berges de l'oued Zeghzel. Bull. mens. Soc. linn. Lyon, 64 (4): 188-192.
CHAVANON G., ZITOUNI N. (1997): Quelques coléoptères Caraboidea nouveaux ou intéressants de l'est du
Maroc. L'Entomologiste, 53 (2), 81-86.
COBOS A. (1963): Ensayo sobre las Asida Latr. de Marruecos (Col. Tenebr.). Arch. Inst. aclimatacion, Almeria,
1963: 9-37 et 6 planches.
KOCHER L. (1953): Localisations nouvelles ou intéressantes de coléoptères marocains. Trav. Inst. Sci. chérif. n° 3,
137 p.
KOCHER L. (1958 a): Catalogue commenté des coléoptères du Maroc. Fasc. VI: Ténébrionides. Trav. Inst. Sci.
chérif., sér. Zool. n° 12, 185 p.
KOCHER L. (1958 b): Catalogue commenté des coléoptères du Maroc. Fasc. VII: Lamellicornes. Trav. Inst. Sci.
chérif., sér. Zool. n° 16, 83 p.
KOCHER L. (1958 c): Catalogue commenté des coléoptères du Maroc. Fasc. VIII: Phytophages. Trav. Inst. Sci.
chérif., sér. Zool. n° 19, 172 p.
KOCHER L. (1963): Catalogue commenté des coléoptères du Maroc. Fasc. I: Carabiques. Trav. Inst. Sci. chérif.,
sér. Zool. n° 27, 170 p.
LABRIQUE H. (1999): Systématique, Distribution, Ecologie et Phylogénie des Espèces appartenant au genre
Scaurus Fabricius (Coleoptera, Tenebrionidae). Thèse Doc. Univ., Univ. Montpellier III, 385 p.
MACHARD P. (1997): Catalogue des coléoptères carabiques du Maroc. Ronéo. 54 p.
RAHHOU I. (1993): Etude quantitative des coléoptères carabiques ripicoles et impact de la pollution sur leurs
répartitions. C.E.A., Univ. Med I. Fac. Sci. Oujda : 182 p.
RUNGS C. E. E. (1979, 1981): Catalogue raisonné des Lépidoptères du Maroc. Inventaire faunistique et
observations écologiques. (Tomes I et II). Trav. Inst. Sci. Rabat, Série Zool. n° 39 et 40, 588 p. et 2
cartes.
VILLIERS A. (1946): Faune de l'Empire Français: V. Coléoptères Cérambycides de l'Afrique du Nord. Office de la
Recherche Scientifique Coloniale. Ed. du Muséum, Paris. 153 p.
ZIRARI A. (1998): Etude biogéographique des Coléoptères Scarabaeoidea phytophages du Maroc oriental.
Implications biologiques et écologiques. Thèse du M.N.H.N. Paris, 302 p.

92
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

FAUNE AQUATIQUE
AEFCS/BCEOM/SECA., 1996- Plan directeur des aires protégées du Maroc. Vol. 1-5. Rapport inédit. Adm. Gén.
Eaux et Forêts et Cons. Sols/ BCEOM- SECA
MENIOUI M., 2001- Biodiversité des zones humides Stratégie/Plan d‟action. Rapport, Min. Envir.-PNUE., 66 p
(atelier Marrakech 2 au 5 Octobre)
MENIOUI M., 2001- Indicateurs de Surveillance. Stratégie/Plan d‟action. Rapport, Min. Envir.-PNUE., 80 p (atelier
Marrakech 2 au 5 Octobre)
Manuel de formation à la gestion des zones humides tropicales
Biologia marina Mediterranea Vol. 7 – Fasc. 3- 2000 211 p ISSN 1123-4245
LEGSSYER B.,1993- Evolution de l‟activité des micro-organismes et des invertébrés durant la décomposition des
feuilles du saule dans le réseau de la basse Moulouya. Uni. Mohammed 1er Fac. Sciences Oujda.
Diplôme d‟Etudes Supérieures de 3 ème cycle. 129 p
MMAMRI A.; 1994- Flux, rétention et incorporation des apports allochtones végétaux dans le réseaux trophiques
des eaux douces de la basse Moulouya. Thèse de 3 ème cycle. Uni Mohamed premier. fac Des
sciences Oujda 133 p.
BERRAHOU A, 1995 ; Recherches sur la distribution longitudinales des macroinvertébrés benthiques : cas du
Rhône français et des Cours d‟eau Marocains Thèse D‟Etat 211 p Fac des sciences Oulda
DAKKI M ; 1986- Recherches hydrobiologiques sur le haut Sebou (Moyen atlas) ; une contribution à la
connaissance Faunistique, Ecologique et Historique des eaux courantes Sud-méditerranéens
DAKKI M ; 1979- Recherches hydrobiologiques sur un cours d‟eau du Moyen Atlas (Maroc). Thèse de 3 ème
Cycle, Aix-Marseille III, 126 p s
EL ALAMI M ; 2002- Taxonomie, Ecologie et Biologie des Ephéméroptères du Rif (Nord du Maroc)
EL AGHBANI A ; 1984- Le réseau hydrographique du bassin versant de l‟oued Bou Regreg (plateau central
Marocain). Thése de 3 éme cycle Uni Claude Bernard Lyon I 147p
AZEROUAL A.; CRIVELLI A,J, YAHYAOUI A., Dakki M.,2000- L‟ichyofaune des eaux continentales du Maroc
Cybium 200, 24 (3) Supp : 17-22

HERPETOLOGIE
AELLEN V., 1951. Contribution à l‟herpétologie du Maroc. Bull. Soc. Sci. nat. Maroc, 31: 153-199.
ANTUNEZ A. & MENDOZA M. 1992. Factores que determinan el area de distribucion geografica de las especies :
conceptos, modelos y métodos de analisis. Monogr. Herpetol. 2 : 51-72.
BONS J., 1960. Aperçu sur le peuplement herpétologique du Maroc Oriental. Bull. Soc. Sci. Nat. Phys. Maroc, 40:
53-75.
BONS, J. 1967. Recherches sur la Biogéographie et la Biologie des amphibiens et des reptiles du Maroc. Thèse
Doct. Sci. Nat., Montpellier, CNRS AO 2345, 321 pp.
BONS, J. & GENIEZ, PH. 1996. Amphibiens et Reptiles du Maroc (Sahara Occidental compris). Atlas
biogéographique. AHE, Barcelona. 320 pp.
BONS J. & SAINT GIRONS H. 1963. Ecologie et cycle sexuel des amphisbéniens du Maroc. Bull. Soc. Sci. Nat. Phys.
Maroc, 43:117-170.

93
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

BONS J. & SAINT-GIRONS H., 1982. Le cycle sexuel des reptiles mâles au Maroc et ses rapports avec la répartition
géographique et le climat. Bull. Soc. Zool. Fr., 107 (1): 71-86.
BUSACK, S.D. & MCCOY, C.J. (1990): Distribution, variation and biology of Macroprotodon cucullatus (Reptilia,
Colubridae, B oiginae). Ann. Car. Mus., 59: 261-286.
CARLIER PH., 1971c. La chaîne des Beni Bou Yahi- Beni Snassen. In: Ressources en Eau du Maroc, Tome 1:
Domaines du Rif et du Maroc Oriental. Notes et Mém. Ser. Géol., n° 231, Rabat, pp. 291-300.
CARRANZA S., données inédites.
CHEYLAN M., BONS J. & SAINT GIRONS H. 1981. Existence d‟un cycle spermatogénétique vernal et prénuptial chez
un serpent méditerranéen, la Couleuvre de Montpellier, Malpolon monspessulanus (Hermann)
(Reptilia, Colubridae).
DONAIRE D., Données inédites
GENIEZ PH., GENIEZ M., BOISSINOT S., BEAUBRUN P. C. & BONS J. 1991. Nouvelles observations sur l‟herpétofaune
marocaine, 2. Bull.Soc. Herp. Fr., 59: 19-27.
HAMMER M. & ARLETTAZ R., 1998. A case of predation upon bats in northern Morocco: some implications for
designing bat grilles. J. Zool. Londres, 245: 211-212.
JOGER U. & STEINFARTZ S. 1994. Electrophoretic investigations in the evolutionary history of the west
mediterranean Salamandra. Mertensiella, 4:241-254.
KRIJGSMAN W., LANGEREIS C.G., ZACHARIASSE W.J., BOCALETTI M., MORATTI M., GELATI R., IACCARINO S.,
PAPANI G. & VILLA G. 1999.Late Neogene evolution of the taza-Guercif basin (Rifian corridor,
Morocco) and implications for the Messinian salinity crisis. Marine Geology 153: 147-160.
LAMBERT M. R. K. (1983). Some factors influencing the moroccan distribution of the western mediterranean spur-
thighed tortoise, Testudo graeca L., and those precluding its survical in NW Europe. Zoological
Journal of the linnean society 79: 149-179.
LANZA B. 1957. Su alcuni “Chalcides” del Marocco (Reptilia, Scincidae). Monit. Zool. Ital., 65 (3): 85-9.
LIZANA M &BARBADILLO L.J. 1997. Legislacion, proteccion y estado de conservacion de los anfibios y reptiles
españoles.. In: Reptiles. Salvador, A. (Coordinador), 1997. Fauna Ibérica, vol. 10 Ramos et al.
(Eds.). Mus. Nac. Cien. Nat. C. S. I. C. Madrid, 477-516.
MATEO, J.A., LOPEZ-JURADO, L.F. & GUILLAUME, C.P. (1996): Variabilité électrophorétique des lézards ocellés
(Lacertidae): un complexe d'espèces de part et d'autre du détroit de Gibraltar. C.R. Acad. Sci.
París. Sc. Vie., 319: 737-746.
MATEO J.A., PLEGUEZUELOS J.M., FAHD S., GENIEZ PH. & MARTINEZ J. (sous-presse). Anfibios y Reptiles de Ceuta
y su entorno. Instituto de estudios Ceuties. Ceuta : 000pp.
MELHAOUI M. & CHAVANON 1989. Note sur la présence de la Salamandre tachetée Salamandra salamandra algira
Bedriaga, 1883 (Urodèle, Salamandridae) dans le Maroc Nord-Oriental - Bull. Inst. Sci., Rabat, 13:
135.
MELLADO, J. & MATEO, J.A. 1992. New records of Moroccan herpetofauna. Herpetol. J., 2(2): 58-61.
NILSON, G. & ANDREN, C. (1988): Vipera lebetina transmediterranea, a new subspecies of viper from North Africa,
with remarks on the taxonomy of Vipera lebetina and Vipera mauritanica (Reptilia : Viperidae).
Bonn. zool. Beitr., 39(4): 371-379
PLEGUEZUELOS J.M., Données inédites
PLEGUEZUELOS J.M., HONRUBIA S. & CASTILLO S., 1994. Diet of the false smooth snake, Macroprotodon cucullatus
(Serpentes, Colubridae) in the Western Mediterranean area. Herp. J., 4(3): 98-105.
RAMIREZJ.M. & VARGAS J.M. 1992. Contribucion de la biogeografia a la gestion del medio ambiente y a la
conservacion de las especies. Monogr. Herpetol., 2: 95-106.
REAL R. 1992. Las tendencias geograficas de la riqueza especifica. Monogr. Herpetol. 2: 85-94.
REAL R., VARGAS J.M & GUERRERO J.C. 1992. Analisis biogeografico de clasificacion de areas y de especies.
Monogr. Herpetol. 2: 73-84.

94
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

SAINT-GIRONS H. 1982. Reproductive cycles of males snakes and their relationships with climate and female
reproductive cycles. Herpetologica: 38: 5-16.
SAINT-GIRONS H., 1992. Caractères biogéographiques des faunes méditerranéennes de reptiles. Bull. Soc. Herp. Fr.,
64 : 15-19.
SALVADOR A.. 1996. Amphibians of Northwest Africa. Smithsonian Herpetological Information Service, 109. 43 pp.
SCHLEICH, H.H. (1996): Beitrag zur Systematick des Formenkreises von Mauremys leprosa (Schweigger) in
Marokko. Teil I. Spixiana, 22: 29-59.
SCHLEICH, H.H., KÄSTLE, W. & KABISCH, K. (1996): Amphibians and Reptiles of North Africa. Koeltz Scientific
Books, Koenigstein. 630 pp.
VEITH M., STEINFARTZ S., ZARDOYA R., SEITZ A. & MEYER A. 1998. A molecular phylogeny of « true »
salamanders (family Salamandridae) and the evolution of terrestriality of reproductive modes. J.
Zool. Syst. Evol. Research 36 : 7-16.
WADE, E. 1988. Intraspecific variation in the colubrid snake genus Macroprotodon. Herpetol. J., 12: 237-245.
WADE, E. 2001. Review of the false smooth snake genus Macroprotodon (Serpentes, Colubridae) in Algeria with a
description of a new species. Bull. Nat. Hist. Mus. Lond (Zool.) 67 (1): 85-107.

ORNITHOLOGIE
BROSSET A. (1953) - Oenanthe oenanthe seebohmi dans le Maroc oriental. - Alauda 21:248-250.
BROSSET A. (1956a) - Evolution actuelle de l'avifaune au Maroc oriental. - Bull. Soc. Sci. nat. Maroc 36 (3):299-
306.
BROSSET A. (1956b) - Les Oiseaux du Maroc oriental de la Méditerranée à Berguent. - Alauda 24 (3):161-205.
BROSSET A. (1961) - Ecologie des oiseaux du Maroc oriental. - Trav. Inst. Sci. Chérifien ser. Zool. 22:1-150.
BROSSET A. (1990) - L'évolution récente de l'avifaune du nord-est marocain : pertes et gains depuis 35 ans. - Rev.
Ecol. Terre Vie 45:237-245.
BROSSET A. & PETTER J.-J. (1966) - Dynamique des populations d'Oiseaux au Maroc oriental. - Bull. Soc. Sci.
nat. phys. Maroc 46 (3-4):399-405.
DESTRE, R. (2001).- Compte-rendu de voyage au Maroc. 31 mars 2001 – 16 avril 2001. Rapport inédit.
EL AGBANI, M.A. & M. DAKKI (1999) – Recensement de la population de la Cigogne blanche (Ciconia ciconia
L.) au Maroc durant le printemps-été 1995. In Schulz, H. (ed.) – White Storks on the up?-
Proceedings, Internat. Symp. on the White Stork, Hamburg 1996. NABU, Bonn : 69-87.
FRANCHIMONT J. (1989) - Chronique ornithologique 1989/1 - Janvier à mars. - Porphyrio 1 (1-2):9-22.
HAMIDI, S. (2000). – Contribution à l’étude des oiseaux passérifiormes du Maroc Nord-Oriental. Thèse Doctorat
ès-Sciences, Faculté des Sciences Oujda, 212 pp.
HAMIDI S., MAAMRI A., BOUARICHE B., CHAVANON G., & BERRAHOU A., (1997) - Evolution récente des
populations de rapaces diurnes de la région d'Oujda Jerrada-Berkane (NE du Maroc) pour la
période 92-95. Porphyrio, vol.9 (1/2), 13-27.
MAYAUD N. (1965) - Contribution à l'ornithologie du nord-ouest de l'Afrique. - Alauda 33 (1):34-50.
MAYAUD, N. (1988).- Les oiseaux du Nord-Ouest de l‟Afrique. Notes complémentaires. Alauda, 56 (2) : 113-125.
MINISTERE DE L‟AGRICULTURE ET DE LA MISE EN VALEUR AGRICOLE / Direction des Eaux et Forêts et
e la Conservation des Sols (1996). – Plan Directeur des Aires Protégées du Maroc. Groupement
BCEOM-SECA Montpellier France. Volume n°2 : Les Sites d‟Intérêt Biologique et Ecologique du
Domaine Continental Terrestre.
SCHOLLAERT V. & FRANCHIMONT J.. (1995).- Chronique ornithologique du Gomac pour l‟année 1994.
Porphyrio, 7 (1/2) : 99-146.
SCHOLLAERT V., FRANCHIMONT J.. (1996).- Chronique ornithologique du Gomac pour l‟année 1995.
Porphyrio, 8 (?) : ?- ?.

95
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

SCHOLLAERT V., MOUMNI T., FAREH M., GAMBROTTA C., PASCON J. & FRANCHIMONT, J. (1994).-
Chronique ornithologique du Gomac pour l‟année 1993. Porphyrio, 6 (2) : 1-108.
SMITH, K.D. (1965).- On the Birds of Morocco. Ibis, 107 : 493-526.
THEVENOT M. – La série “Moroccan Ornithological News”. Rapports inédits rédigés régulièrement depuis 1985.
THEVENOT, M. ; BERGIER, P. & BEAUBRUN, P.C. (1980).- Compte-Rendu d'Ornithologie Marocaine, année
1979. Doc. Inst. Sci., 5, 68 p.
THEVENOT, M. ; BEAUBRUN, P.C. & BERGIER, P. (1981a). - Compte-Rendu d‟Ornithologie Marocaine, année
1980. Doc. Inst. Sci., 6, 95 p.
THEVENOT, M. ; BERGIER, P. & BEAUBRUN, P.C. (1982).- Répartition actuelle et statut des Rapaces diurnes
au Maroc. Conférence sur les Rapaces, ICBP, Thessalonik, Grèce, 25-29 avril 1982.
THEVENOT, M. ; BERGIER, P. & BEAUBRUN, P.C. (1983).- Répartition actuelle et statut des Rapaces nocturnes
au Maroc. Bièvre, 5 (1) : 27-39.
THEVENOT, M. ; BERGIER, P. & BEAUBRUN, P.C. (1985).- Present distribution and status of Raptors in
Morocco. ICBP Technical Publication, n° 5 : 83-101.
THEVENOT, M. ; BEAUBRUN, P.C. ; BAOUAB, R.E. & BERGIER, P. (1982). - Compte-Rendu d‟Ornithologie
Marocaine, année 1981. Doc. Inst. Sci., 7, 118 p.

MAMMALOGIE
AULAGNIER S. & THEVENOT M. 1986. Les Ongulés du Maroc constat d‟une régression alarmante. Le Courrier
de la Nature n° 104.
ANLAGNIER S. & THEVENOT M. 1986. Catalogue des Mammifères sauvages du Maroc. Travaux de l‟Intitut
Scientifique, Série Zoologie n° 41 Rabat.
AULAGNIER S., 1987. Les crocidures (Insectivora) du Maroc septentrional : biométrie, systématique. Bull. Inst.
Sci., n°11, p. 193-204.
AULAGNIER S., 1991. Zoogéographie des Rongeurs du Maroc : Gerbillidae et Muridae. Le Rongeur et l‟espace
Resp. M. le Berre & R. CHABAUD Paris.
BADDOURI K. et HILALI M., 1986. Energy metabolism and thermal sensitivity of Kidney cells from a Hibernator
Jaculus orientalis. Bultin de l‟Institut Scientifique, Rabat, n° 10, p. 201-206
BAYED A. et BEAUBRUN P. Ch, 1987. Les Mammifères marins du Maroc : inventaire préliminaires. Mammalia,
t.51, n°3.
BENAZZOU T. & ZYADI F., 1990. Présence d‟une variabilité biométrique chez (Gerbelus campestris) au Maroc
(Rongeur Gerbillidés) Mammalia t. 54, n°2
BENAZZOU T. 1998. Etude National sur la Biodiversité : Mammifères. Département de l‟Environnement.
Direction de l‟Observatoire des Etudes et de la coordination.
BROYER J., AULAGNIER S. & DESTRE R. 1988. La loutre lutra lutra angustifrons. Mammalia, t. 32, n°3.
BROYER J., AULAGNIER, DESTRE R. et GASCHINAR O. La loutre Lutra lutra splendida dans le sud du Maroc
(sans références).
CARPENTIER C.J., 1932 – Mes mammifères du Pays Zaîan. Bull. Soc. Sc. Nat. Phy. Maroc, 12, 11-12.
CHASTEL C., LANAY G., BAILLY-CHOUMARA H., BACH HAMBA D. et BEAUCOURNU J.U. Petit
Mammifères sauvage et arbovirus dans la région du bassin méditerranéen occidental. Cah.
ORSTOM, Ser. Ent. Et Parasitol., Vol. XXIV, n°1, 1986 : 69-76 ;
CHRIS O.L., THEVENOT M. et AULANIER S., 1992. Status and distribution of Moroccan wild ungulates.
Biological Conservation 59, 9-18.
CUZIN F., 1996. Répartition actuelle est statut des grands Mammifères sauvages au Maroc (Primate, carnivores,
Artiodactyle).
DEAG J.M., 1974 – a study of the social behavior and ecology of the Wild Barbary Macaque Ph. D.., Bristol.
DUDUY A.R. 1986. La conservation de la nature au Maroc Le Courrier de la Nature n° 104. Département de
l‟Environnement, 1998. Etude nationale sur la biodiversité, rapport de synthèse, Direction de
l‟Observatoire des Etudes et de la coordination
Eaux et Forêts 1995a. Plan directeur des aires protégées au Maroc. Volume 1. Les écosystèmes marocains et la
situation de la Flore et de la Faune. BCEOM/SECA.BAD, EPHE, ISR, IB, 1346pp.

96
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

Eaux et Forêts, 1995b. Plan directeur des aires protégées. Volume 2. Les sites d‟intérêt biologique et écologique du
domaine continental BCEOM/SECA, BAK EPHE. ISR. IB166pp.
Eaux et Forêt, 1995c. Plan des aires protégée. Volume 3. Les sites à l‟intérêt biologique et écologique du domaine
littoral. BCEOM/SECH, BAD, EPHE, ISR, IB. 128pp.
EL AMRANI M., IDELHAJ A. & RAMDANI M. Le Phoque moine (Monachus monachus) au Maroc : distribution
et situation actuelle des populations (sans références).
HARICH N. & BENAZZOU T. 1990. Contribution à l‟étude du Mulot (Apodemus sylvatiqus) de la plaine côtière du
Maroc. Mammalia t. 54 n°1.

HEIM DE BALSAC H., 1936 – Biogéographie des mammifères et des oiseaux de l‟Afrique du Nord. Bull. biol.
France/Belgique, 21, 1-446.
MORINO S. & DELIBESS 1982. Notes on the gaden Dormouse (Eliomys ; Rotentia, Gliridae) of Northern
Morocco.
BCV Vertagigesellichaft mbh München 40,30. Jhg 3, Scite 212-215. IUCN, 1994 – IUCN Red List Categories.
IUCN, Gland.
PANOUSE J.B., 1951. Les chauves souris du Maroc. Travaux de l‟Institut Scientifique Chérifien. Publié par la
Société des Sciences Naturelles du Maroc. Edition international.
PETTER F., SAINT GIRONS M.C., 1965 – Les rongeurs du Maroc. Trav. Inst. Sci. Chrif., ser. Zool., 31, 1-58.
PETTER F., SAINT GIRONS M.C., 1972 – Les lagomorphes du Maroc. Bull. Soc. Sc. Nat. Phy. Maroc, 52, 121-
129.
THEVENOT M. 1984. Les vertébrés sauvages du Maroc et leur environnement. Actes Inst. Agro. Vét., 4 (1) Spécial
Zoologie

ZONE HUMIDE
AEFCS (1996).- Plan Directeur des Aires Protégées du Maroc. Rapport inédit, Administration des Eaux et Forêts et
de la Conservation des Sols/BCEOM/SECA/ISR/EPHE.
Barathon J.J. (1978).- Quelques aspects de l'évolution géomorphologique récente du Rif du Nord-Est. Travaux de la
R. C. P., CNRS, 249, 4, pp.1-23.
Barathon J.J. (1989).- Bassins et littoraux du Rif oriental (Maroc) : Evolution morphoclimatique et tectonique depuis
le néogène supérieur. Centre Interuniv. d'Etudes Médit., Univ. de Poitiers, 531pp.
Carlier, P. (1971).- La chaîne des Béni Bou Yahi – Béni Snassene. In : Ressources en eau du Maroc : 1. domaines
du Rif et du Maroc oriental. Notes & Mém. Serv. Géol. Maroc, 231, pp. 291-300.
Chergui N. & Pattee E. (1992).- Processing of fresh and dry Salix leaves in a Moroccan river system. Acta Oecol.,
13, 3, 291-298.
Chergui N. & Pattee E. (1992).- Processing of fresh and dry Salix leaves in a Moroccan river system. Acta Oecol.,
13, 3, 291-298.
Cowardin L.M., Carter V., Golet F.C. & Laroe E.T. (1979). Classification of wetlands and deep water habitats of
the United States. US Fish and Wildlife Service., 131 pp.
Dakki M. & EL HAMZAOUI M. (1998).- Les zones humides (Maroc) : Rapport national. Rapp. Inédit,
AEFCS/MedWet 2/Bur. Conv. Ramsar, 36 pp., 4 photos coul., 2 cartes.
Dakki M. (1986).- Biotypologie et gradient thermique spatiotemporels ; étude sur un cours d'eau du Moyen Atlas
(Maroc). Bull. Ecol., 17, 2, 79-85.
Dakki M. (1987).- Ecosystèmes d'eau courante du haut Sebou (Moyen Atlas) : études typologiques et analyses
écologique et biogéographique des principaux peuplements entomologiques. Trav. Inst. Sci.,
Rabat, série zool., 42, 1-99.
Dakki M. (1997). Etude Nationale sur la Biodiversité : Faune aquatique continentale. Rapp. inédit, PNUE &
Min. Envir. Maroc, 117 p. (avec la collaboration de O. Himmi, A. Qninba, A. Benhoussa & M. El
Alami El Moutaouakil).

97
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

Farinha J.C., Costa L.T., Zalidis G.C., Mantzavelas A.L., Fitoka E.N., Hecker N. & Tomàs Vives P. (1996).-
Mediterranean wetland inventory : Habitat Description System. MedWet/EKBY/ICN/WI.
Publication, Volume N° IV.
Gaussen H., Roux G. & Bagnouls M.F. (1959).- Carte des précipitations du Maroc. Dir. Agricult. Forêts, Rabat,
feuille 2 (en dépôt à l'Institut Scientifique de Rabat).
Kahouadji A. (1986).- Recherches floristiques sur le massif montagneux des Béni Snassen (Maroc Oriental). Thèse
Doct. 3ème cycle, Univ. Sci. Tech. Languedoc, Montpellier, 235 pp.
Khattabi A. (1995).- Etude phytoécologique et phytosociologique des matorrals du massif des Béni Snassen, de la
chaîne des Horsts et des Monts de Debdou. Thèse DES, Fac. Sci. Oujda, 201 pp.+annexes.
Laaouina A. (1990).- Le Maroc nord-oriental : reliefs, modelés et dynamique du calcaire. Publ. Rectorat Univ.
Mohammed Ier, Oujda, 1, 605 pp.
Legssyer B. (1993).- Evolution de l'activité des micro-organismes et des inverterbrés durant la décomposition des
feuilles du saule dans le réseau de la basse Moulouya. Thèse 3ème cycle, Univ. Mohamed 1er,
Fac. Sci., Oujda, pp.1-129.
Maamri A. (1994).- Flux, rétention et incorporation des apports allochtones végétaux dans les réseaux trophiques
des eaux douces de la basse Moulouya. Thèse 3ème cycle, Uni. Mohamed 1er, Fac Sci., Oujda,
pp.1-133.
Melhaoui M. & Chavanon G. (1989).- Note sur la présence der la Salamandre tachetée Salamandra algira Bedriaga,
1883 (Urodèle, Slamandridae) dans le Maroc Nord-Oriental. Bull. Inst. Sci., Rabat, 13, p. 135.
MTP/SOGREAH/SAEM/SAFEGE (1992).- Etude du plan directeur d’aménagement des eaux du bassin de la
moulouya. Mission d’étude 2-3. Rapp. Inédit., 85 pp.
Sauvage C. (1963).- Etages bioclimatiques. In : Atlas du Maroc. Section II (Phys. Globe & Météorologie), 6b, Com.
Natl Géogr. Maroc, 30 pp.+annexes.

SOCIO-ECONOMIE
P.A.I.D.A.R.-Med, Programme d‟Action pour le Développement et l‟Aménagement de la Région Méditerranéenne
Marocaine – rapport de synthèse Diagnostic-Prospective et Programme d‟actions, Juillet 1996
Schéma de Développement d‟Aménagement Régional de la Région de l‟Oriental, Analyse-Diagnostic, 1996
Schéma de Développement d‟Aménagement Régional de la Région de l‟Oriental, Prospective, 2000
Schéma de Développement d‟Aménagement Régional de la région de l‟Oriental, Programme d‟Actions, document
provisoire, 2002
Dynamique et évolution morphologique du littoral entre les Kebdana et Saidia. T. Boumeaza, séminaire sur le
littoral méditerranéen marocain, diagnostic et choix de développement et d‟aménagement, 12 et 13
février, 2002, Faculté des Lettres, Oujda.
Evolution géomorphologique et dynamique Récente de la Plaine Littorale de Saidia. Abdelkader Sbai et
Abderrahmane Bouazza, séminaire sur le littoral méditerranéen marocain, diagnostic et choix de
développement et d‟aménagement, 12 et 13 février, 2002, Faculté des Lettres, Oujda.
Pour un droit protecteur de l‟environnement littoral méditerranéen. Maarouf Rahhal, séminaire sur le littoral
méditerranéen marocain, diagnostic et choix de développement et d‟aménagement, 12 et 13
février, 2002, Faculté des Lettres, Oujda.
La protection juridique du littoral : vers l‟élaboration d‟une loi sur le littoral. Mohammed Bedhri, séminaire sur le
littoral méditerranéen marocain, diagnostic et choix de développement et d‟aménagement, 12 et 13
février, 2002, Faculté des Lettres, Oujda.
Le littoral méditerranéen de la région orientale du Maroc : environnement et cadre juridique. Mohamed Melhaoui,
séminaire sur le littoral méditerranéen marocain, diagnostic et choix de développement et
d‟aménagement, 12 et 13 février, 2002, Faculté des Lettres, Oujda.
Les caractéristiques démographiques de la population du littoral méditerranéen oriental. Miloud Naji, séminaire sur
le littoral méditerranéen marocain, diagnostic et choix de développement et d‟aménagement, 12 et
13 février, 2002, Faculté des Lettres, Oujda.

98
Projet de Conservation des écosystèmes des zones humides et côtières de la Région méditerranéenne au Maroc
MOR/97/G33/A/1G/99

La pêche artisanale dans le littoral méditerranéen marocain. Mohamed Choukri, séminaire sur le littoral
méditerranéen marocain, diagnostic et choix de développement et d‟aménagement, 12 et 13
février, 2002, Faculté des Lettres, Oujda.
Tourisme de masse et tourisme de luxe dans le littoral méditerranéen marocain. Hrou Azzi, séminaire sur le littoral
méditerranéen marocain, diagnostic et choix de développement et d‟aménagement, 12 et 13
février, 2002, Faculté des Lettres, Oujda.
La nouvelle politique du tourisme. Aziz Dahna, séminaire sur le littoral méditerranéen marocain, diagnostic et choix
de développement et d‟aménagement, 12 et 13 février, 2002, Faculté des Lettres, Oujda.
L‟aménagement touristique au Maroc : de la planification à la programmation, Cas de Saidia-Cap de l‟Eau. El
Hassan Hafsi, séminaire sur le littoral méditerranéen marocain, diagnostic et choix de
développement et d‟aménagement, 12 et 13 février, 2002, Faculté des Lettres, Oujda.
SDAU du littoral méditerranéen : objectifs et limites d‟un document de planification urbaine. Ahmed Iraqi,
séminaire sur le littoral méditerranéen marocain, diagnostic et choix de développement et
d‟aménagement, 12 et 13 février, 2002, Faculté des Lettres, Oujda.

Schéma d‟Aménagement de l‟aire urbaine de Nador 1985-2005. Ministère de l‟Intérieur, Direction de l‟Urbanisme,
de l‟Aménagement du Territoire et de l‟Environnement, 189.
Législation relative aux navires de pêche et à l‟exercice de pêche maritime. Ministère des Pêches Maritimes,
direction de la Coopération et des Affaires Juridiques, 1997
Plan de Développement Economique et Social 1993-2003 : Commission spécialisée « environnement », Etat des
lieux et Bilan des réalisations. Secrétariat d‟Etat chargé de l‟Environnement, Janvier 1999.
Axes stratégiques de Développement Economique et Social des Préfectures et Provinces du Nord du Royaume
Journée de réflexion tourisme et culture, 9 novembre 2001, Musée des Oudayas. Ministère de la culture et de la
communication, 2001.
Plan d‟Action National Pour l‟Environnement. Département de l‟Environnement, 2001.

99