Sunteți pe pagina 1din 28

c Droit privé


I. DROIT DES BIENS ................................ ................................ ................................ ........................ 4
1. Meubles et immeubles ................................ ................................ ................................ ........... 4
a) Définition................................ ................................ ................................ ............................ 4
b) Droits patrimoniaux ................................ ................................ ................................ ............ 4
c Droits de créance ................................ ................................ ................................ ............ 4
c Droits réels ................................ ................................ ................................ ..................... 4
x Principaux : ................................ ................................ ................................ ................. 5
x Accessoires : ................................ ................................ ................................ ............... 5
c Nuances TUYAU ................................ ................................ ................................ .............. 6
c) Biens meubles ʹ biens immeubles................................. ................................ ...................... 6
c Immeuble par nature ................................ ................................ ................................ ...... 6
c Immeubles par destination (art. 524 et 525 cc) ................................ ............................... 6
Œ Immeuble par destination économique : ................................ ................................ ..... 6
Œ Meubles non nécessaires mais attachés à perpétuité demeure è immeuble. ............... 6
2. Domanialité publique ................................ ................................ ................................ ............. 7
ΠDomaine public naturel :................................ ................................ ................................ ..... 7
ΠDomaine public artificiel : ................................ ................................ ................................ ... 7
3. Servitudes ................................ ................................ ................................ .............................. 8
a) Définitions ................................ ................................ ................................ .......................... 8
b) Les caractères de droit de servitudes ................................ ................................ .................. 8
c) Les différents types de servitudes ................................ ................................ ....................... 8
c Apparente................................ ................................ ................................ ....................... 8
c Non- apparent ................................ ................................ ................................ ................ 8
c Continue ................................ ................................ ................................ ......................... 8
c Non ʹ continue ................................ ................................ ................................ ............... 8
d) Origine des servitudes................................ ................................ ................................ ......... 9
c Naturelles : ................................ ................................ ................................ ..................... 9
Bornage : ................................ ................................ ................................ ............................ 9
Droit de clôture :................................ ................................ ................................ ................. 9
c Légales ................................ ................................ ................................ ............................ 9
c Du fait de l͛homme ................................ ................................ ................................ ....... 10
4. La mitoyenneté ................................ ................................ ................................ .................... 10
a) Originaire................................ ................................ ................................ .......................... 10
b) Mitoyenneté acquise ................................ ................................ ................................ ........ 11
c Vente forcée de la mitoyenneté (art. 661 cc) : TUYAU ................................ ................... 11
c Acquisition forcée de la mitoyenneté : ................................ ................................ .......... 11
c) Preuve de mitoyenneté................................ ................................ ................................ ..... 11
d) Droit des copropriétaires mitoyens ................................ ................................ ................... 12
e) Charges de la mitoyenneté ................................ ................................ ............................... 12
f) Fin de mitoyenneté................................ ................................ ................................ ........... 12
II. DROITS DE CONTRAT. ................................ ................................ ................................ ............... 12
A. Principes généraux. ................................ ................................ ................................ .............. 12
1) Faits et actes juridiques / sources des obligations ................................ ............................. 12
2) Formation ................................ ................................ ................................ ......................... 14
a) Consentement ................................ ................................ ................................ .............. 15
b) Capacité................................ ................................ ................................ ........................ 16
c) Objet ................................ ................................ ................................ ............................ 16
d) Cause ................................ ................................ ................................ ............................ 16
3) Contenu des conventions................................ ................................ ................................ .. 16
a) Lois supplétives : ................................ ................................ ................................ ........... 16
b) Lois d͛ordre public :................................ ................................ ................................ ....... 16
c) Lois impératives : ................................ ................................ ................................ .......... 16
4) Étendue des obligations................................ ................................ ................................ .... 17
a) Obligations de moyen : ................................ ................................ ................................ . 17
b) Obligation de résultat :................................ ................................ ................................ .. 17
5) Contrats qui emportent une obligation de dare ................................ ................................ 17
6) Principe d͛exécution de bonne foi des conventions................................ ........................... 18
x Devoir de loyauté : ................................ ................................ ................................ ........ 18
x Devoir de modération : ................................ ................................ ................................ . 18
x Devoir de collaboration : ................................ ................................ ............................... 18
x Devoir de sécurité : ................................ ................................ ................................ ....... 18
7) Les bouleversements de l͛économie contractuelle................................. ........................... 18
8) Inexécution des obligations nées d͛un contrat. ................................ ................................ . 18
9) Sanction de l͛inexécution contractuelle................................. ................................ ............ 18
10) Close d͛exonération (limitative) des responsabilités................................ ...................... 19
11) Exceptions d͛inexécution ................................ ................................ .............................. 20
12) L͛action de résolution................................ ................................ ................................ .... 20
B. Le contrat d͛entreprise ................................ ................................ ................................ ......... 20
1) Introduction................................ ................................ ................................ ...................... 20
2) Définition et caractéristiques ................................ ................................ ............................ 21
3) Formation ................................ ................................ ................................ ......................... 22
a) Le consentement : ................................ ................................ ................................ ........ 22
b) La capacité : ................................ ................................ ................................ .................. 22
c) L͛objet : TUYAU ................................ ................................ ................................ ............. 22
4) Exécution du contrat................................ ................................ ................................ ......... 23
a) Obligation des entrepreneurs :................................ ................................ ...................... 23
b) Obligations du maitre d͛ouvrage : ................................ ................................ ................. 24
5) Extinction du contrat (chapitre 6 dans le syllabus)................................ ............................. 24
C. Le contrat d͛architecture. ................................ ................................ ................................ ..... 25
1) L͛architecte. ................................ ................................ ................................ ...................... 25
a) Règles applicables à la profession :................................ ................................ ................ 25
b) Les statuts de l͛architecte :................................ ................................ ............................ 25
c) Monopole de l͛architecte : ................................ ................................ ............................ 25
d) Indépendance de l͛architecte : ................................ ................................ ...................... 26
2) Le contrat d͛architecte. ................................ ................................ ................................ ..... 26
a) Obligation du maitre d͛ouvrage : ................................ ................................ ................... 26
b) Obligation de l͛architecte : ................................ ................................ ............................ 26
x Conception :................................ ................................ ................................ .............. 27
x Contrôle ................................ ................................ ................................ .................... 27
c) Responsabilité in solidum des architectes : TUYAU ................................ ........................ 28
3) Fin du contrat d͛architecte................................. ................................ ............................... 28
Les architectes ont une DEVOIR de conseil juridique à leurs clients.
Un droit = ensemble de règles.
Droit public : rapport entre une personne et l͛autorité publique + fonctionnement autorité publique.
Ex : Pour construire comme particulier sur un terrain, il faut demander une autorisation.
Droit privé : toutes les normes qui régissent les relations entre les personnes. Ex : droit à la famille,
biens, droit commercial.

I. DROIT DES BIENS

1.  Meubles et immeubles

a) Définition
Patrimoine : ensemble de biens et de dettes d͛une personne appréciable en argent.

biens corporels,
matériels choses
atrimoine Biens
droits (créance,
immatériels réels,
intellectuels)

b) Droits patrimoniaux

c Droits de créance

C͛est le rapport entre deux personnes déterminées è le créancier (A) et le débiteur (B).
Le créancier peut exiger du débiteur l͛accomplissement d͛un fait.
ExІ : Le maitre d͛ouvrage (A) et l͛architecte (B) ont un double rapport.
P 
 
 ExЇ : le bail : l͛objet du contrat est une chose (bien immobilier). Proprio (A) et locataire (B).
C͛est le proprio qui a tous les droits sur l͛immeuble.

c Droits réels

Rapport entre une sujet de droit et une chose è on exerce son droit direct sur la chose, pas
d͛intermédiaire par un droit personnel.
Catégories :

x Principaux :
= droits de propriété.
Rien ne peut se mettre entre la chose et la personne en théorie mais il y a des contraintes (limites
administratives).
Éléments consécutifs :
USUS = droit d͛utiliser le bien comme on veut.
FRUCTUS = droit de retirer les fruits du bien. Ex : un proprio a le droit de retirer le loyer.
ABUSUS = droit de disposer (vie et mort) de la chose.
Remarque : copropriété è partage. Ex : immeuble à appartements multiples, on ne peut plus
réellement faire ce qu͛on veut de la propriété (même si on a toujours les 3 attributs) on a que 50%
des droits sur la totalité de l͛immeuble. è on peut vendre sa propre cote part.
Droits réels démembrés :
USUFRUIT = ex : dans un couple marié, si l͛un meurt, l͛autre a droit à la moitié de la propriété
!!! la personne possédant l͛usufruit ne peut pas vendre le bien même si elle peut vivre dedans et en
obtenir les fruits.
Servitude :

2 1

Le terrain 1 n͛est pas à moi.


Le fond dominant = 2 et le fond servant = 1 è la servitude est à la charge du fond servant et au profit
du fond dominant. 2 devra payer une indemnité à 1.
Droit de superficie :
Tout ce qui est construit sur le terrain du propriétaire lui appartient.

x Accessoires :
Pas d͛existence autonome è garantie de créance.
Suretés réelles
Ex : gage, hypothèque = (droit réel en garantie d͛une créance) pour le remboursement d͛un prêt, on
met en garantie la maison en hypothèque è elle appartient à la banque jusqu͛au remboursement du
prêt. Pour cela, il faut inscrire le bien au registre des hypothèques.
Attributs des droits réels :

x Droit de suite : faculté de suivre la chose en quelque main qu͛elle passe et quelque soit le
détenteur de celle-ci.
x Droit de préférence : permet d͛éviter la concurrence d͛autres droits. Ex : si faillite les
créanciers souhaitent être payés. On va suivre un ordre de préférence : d͛abord, les
créanciers privilégiés (hypothécaires) qui disposent d͛un droit réel comme garantie de sa
créance et puis les créanciers chirographaires (aucun droit ne leur permet de passer devant
d͛autres créanciers).
c Nuances TUYAU

x Le droit de créance préexiste au droit réel


x Art. 2279 cc : en fait de meubles, possession vaut titre (propriété).

c) Biens meubles ʹ biens immeubles.

Est meuble tout ce qui n͛est pas immeuble.

c Immeuble par nature


x Fond de terre : sol, tréfonds (sous sol)
x Bâtiments : incorporés au sol. Tout ce qui est accroché à l͛immeuble fait partie de celui-ci
(tuyauterie, radiateurs, ͙)
x Végétaux ancrés au sol (vaut aussi pour les fruites attachés à l͛arbre).

c Immeubles par destination (art. 524 et 525 cc)


Déf : choses meubles que la loi va réputer immeuble en raison de l͛usage auquel elle sont affectées
par le propriétaire de l͛immeuble par nature.
! il doit y avoir identité du propriétaire sur les meubles et immeubles.

Œ Immeuble par destination économique :


x Unité du patrimoine
x Exploitation économique
x Aménagements : signes permettant de comprendre qu͛il s͛agit d͛une exploitation
x Mise en service. Ex : hotel et ses meubles.

Œ Meubles non nécessaires mais attachés à perpétuité demeure è immeuble.


! attachés.
Ex : statue pour laquelle une niche a été faite è immeuble.
!!! Pour tous ces meubles devenus fictivement immeubles, le vendeur doit spécifier que le meuble ne
sera pas vendu.

Publicité : opposabilité au tiers è démonstration à un tiers que je suis bien propriétaire d͛un tel bien.
Ex : bien meuble : X ʹloueè Y ʹvendè Z
Y agit de mauvaise foi.
x L͛art. 2279 n͛est pas applicable pour des personnes de mauvaise foi.
x Z est de bonne foi donc il devient propriétaire du bien.
x X peut aller demander à Y de lui rembourser le bien.
x X dépossession volontaire. Si dépossession involontaire, X a encore son droit de suite
pendant 3 ans.

TRANSCRIPTION au registre de la conservation des hypothèques è permet l͛opposabilité de ma


propriété au tiers.
Ce qui va compter, c͛est la date de transcription et pas la date à laquelle on achète le bien. Le
propriétaire effectif sera le premier à avoir fait la transcription.
L͛acte doit être authentique pour être transcrit è transcrit par un notaire.

USUCAPION = prescription acquisitive


= le fait de posséder un bien 30 ans nous en fait propriétaire. è au départ on est
possesseur.
4 conditions :
x Corpus : possession matérielle
x Animus : intention, volonté.
x Publique : manifester publiquement sa possession
x Non équivoque : possession ne peut être interprétée autrement.

2.  Domanialité publique


p ysiue
patrimoine
privé propre

personne patrimoine
droit privé
privé
morale domaine
privé
droit public
domaine
public

Domaine public : inaliénable, insaisissable, imprescriptible (hors commerce).


Domaine privé jouit aussi de l͛insaisissabilité.
Exceptions : obligation pour une personne morale de droit public de choisir les biens sur lesquels la
saisie peut être portée. Sinon le juge décidera à sa place.

Critères :
x Chose commune non susceptible d͛une appropriation individuelle (eau, air,͙)
x Cour de cassation : sert indistinctement à l͛usage de tous
x Controverse : toutes les choses qui vont servir à l͛usage du service public.

ΠDomaine public naturel :


Celui qui appartient au domaine public par nature des choses

ΠDomaine public artificiel :


Décision d͛affectation de la personne de droit public concernée.
Si pas de décision de désaffectation è le bien concerné restera dans le domaine public.

Aliénation : usufruit, droit d͛accession, droit d͛usage, ͙


Utilisation privative du domaine public autorisées è conditions :
x Utilisation du domaine public compatible avec la destination domaniale
x Droit pour cette utilisation toujours de nature précaire
Ex : sur la voierie = kiosques, marchés, ͙
Concessions domaniales = autorisations données à une personne physique par une personne morale.
è peuvent être rompues à tout moment par l͛autorité publique mais celle-ci devra payer des
indemnités.

3.  Servitudes

a) Définitions

Types (origines) :
x Naturelles è nature des choses
x Légales è loi les impose
x Du fait de l͛homme è création par l͛homme par convention essentielle.

Déf : charge imposée sur un héritage pour l͛usage ou l͛utilité d͛un héritage appartenant à un autre
propriétaire.

Conditions :
x Servitude d͛usage / d͛utilité = fond servant et fond dominant è on parle bien d͛un FOND è
pas de rapport entre personnes.
x Différence de propriétaires.

b) Les caractères de droit de servitudes

Œ Droit réel
Œ Droit immobilier è héritage
Œ Droit accessoire (l͛un n͛existe pas sans l͛autre)
ΠDroit indivisible
Œ Droit perpétuel
ΠDistinctions
!!! Le titulaire du fond dominant n͛a pas le droit de propriété sur le passage.

c) Les différents types de servitudes

c Apparente
è existe en s͛annonçant par des ouvrages extérieurs
c Non- apparent
è ne présente pas de signe extérieur
c Continue
è qui existe sans nécessiter le fait de l͛homme
c Non ʹ continue
ènécessite le fait actuel et répété de l͛homme.

USUCAPION è continue et apparente.


Ex : continue : droit de vue
Apparente : on sait voir qu͛il existe une servitude
Non apparente : on peut vendre un bien en spécifiant une zone sur laquelle on ne peut
construire.

d) Origine des servitudes

c Naturelles :

Servitudes qui tiennent essentiellement à l͛écoulement des eaux.


Écoulement des eaux : eaux qui suivent naturellement la pente è on va laisser s͛écouler les eaux avec
tout ce qu͛elle transporte.
Le fond du dessous ne pourra pas demander de dédommagement au fond du dessus.

Bornage :
Opération contradictoire qui consiste à fixer la limite séparative de deux terrains contigus et à la
marquée de signes matériels.
= droit è on peut contraindre son voisinage au bornage. (à l͛amiable ou judiciaire)
Pour effectuer le bornage, il faut désigner un géomètre.

Il faut éviter le bornage si : Le bornage a déjà été fait et si les bâtiments sont contigus è impossibilité
matérielle de poser des bornes.

Droit de clôture :
Droit de chacun de clôturer son propre fond è acte unilatérale, peut se faire seul.

c Légales

Caractéristiques :
x On ne peut pas prescrire une servitude légale
x Pas besoin de les transcrire
x On ne peut y renoncer
x Le vendeur ne doit pas garantir l͛acquéreur contre leur existence.

Cas connus :
x Servitude de tour d͛échelle
x Servitude des jours et des vues : jour = fenêtre qui ne s͛ouvre pas et qui ne laisse passer que
la lumière (ex : brique de verre. 2,60 m au dessus du sol pour le rez, 1,90 m min pour les
chambres aux étages.)/ vue = laisse passer la vue, on peut voir et elle s͛ouvre (vue droite =
1,90 m de dist, vue oblique = 0,60m à partir du fond voisin)
Si pas distances suffisantes : combler à l͛aide d͛une barrière visuelle.
Tout ce qui ne pose pas de problème de vue dommageable (ex : vélux).

Droit de passage :
Seulement s͛il y a un fond enclavé.
Enclave è absence totale d͛accès.
èIl existe un accès ms il est jugé comme insuffisant è paramètres économiques ou matériels.
Tout dépend de la destination du fond.
Ne comprend pas le droit de se clore.
Même si c͛est une servitude légale, c͛est embêtant pour le fond servant donc cela ne se fait que
moyennant indemnités.

c Du fait de l͛homme

Œ Acte juridique : écrit. Ex : contrat, testament (acte unilatéral) ètransicription.


Œ Usucapion è prescription acquisitive. Seulement pour servitudes continues et apparentes.
Œ Destination du père de famille.

Comment s͛éteignent les servitudes ?


ΠAbandon
ΠConfusion
Œ Impossibilité d͛exercice
Œ Perte d͛utilité de la servitude.

4.  La mitoyenneté

Définition : copropriété d͛une clôture séparant deux fonds qui appartiennent à des propriétaires
distincts.
Copropriété sur la totalité.
Copropriété forcée è on ne peut pas sortir de la copropriété.
Copropriété accessoire è ex : si hypothétique, cela fait partie du fond.

a) Originaire

Art. 663 cc.


Deux personnes décident de construire le mitoyen.
Dans les villes, chacun peut contraindre son voisin à contribuer aux constructions et réparations d͛un
mur mitoyen.

Limites :
On ne peut pas imposer n͛importe quelle construction (rapport de proportionnalité)
On ne peut pas faire échec à l͛existence d͛une servitude préexistante
On ne peut pas commencer les travaux sans demander l͛avis de son voisin.
Pas d͛ordre public è on peut y renoncer

3 hypothèses :
Usucapion ;
Vente forcée è contraindre le vendeur ;
Acquisition forcée è contraindre l͛acheteur.
b) Mitoyenneté acquise

Pas décidée par les deux propriétaires au départ è demande de l͛un d͛eux.
Il faut faire une démarche.

c Vente forcée de la mitoyenneté (art. 661 cc) : TUYAU


« Tout propriétaire joignant un mur à la faculté de le rendre mitoyen en tout ou en partie en
remboursant au maître du mur la moitié de sa valeur ou moitié de la valeur de la portion qu͛il peut
rendre mitoyenne et moitié de la valeur du sol sur lequel le mur est bâti. »

1 2

Si 1 ne veut pas céder une partie de son mitoyen, 2 va la contraindre à la vente forcée de la partie du
mitoyen. (Loi, jurisprudence, doctrine)
2 conditions :
Il doit être un mur
Il faut qu͛il y ait un mur joignant.

c Acquisition forcée de la mitoyenneté :


Si 1 construit un mur et que 2 demande la destruction après. 1 refuse d͛acheter la mitoyenneté et 2
va le forcer à acheter.

c) Preuve de mitoyenneté

1ère preuve : acte (titre de la mitoyenneté).


2ème preuve : les présomptions.
è Signes qui font présumer qu͛on est ou pas dans le cas d͛une mitoyenneté.
Murs : règle par art. 653 cc.
« Dans les villes et les campagnes, tout mur servant de séparation entre bâtiments jusque
l͛héberge ou entre cour et jardin et même entre enclos dans les champs est présumé mitoyen. S͛il n͛y
a titre ou marque du contraire. »
Réfragable = la présomption peut être renversée par l͛apport d͛éléments qui démontrent le
contraire.
Héberge = hauteur commune entre deux bâtiments.

Mitoyen
!!! non mitoyen parce
entre bâtiment et jardin

Art. 644 cc : si un élément dépasse d͛un côté du mur et pas de l͛autre è non mitoyenneté.
d) Droit des copropriétaires mitoyens

x Pas de percements.
x Chacun peut utiliser le mur mitoyen pour une construction éventuelle.
x Droit d͛appuis contre le mur mitoyen è le mur d͛appuis doit pouvoir continuer si on détruit la
construction.
x Tout ce qui est construit au dessus du mur mitoyen = privatif.

e) Charges de la mitoyenneté

Contribuer aux dépenses : conservation et entretien de la mitoyenneté.


è Sauf si les frais sont dus à une faute (fait exclusif d͛un propriétaire qui a engendré la
situation). C͛est alors le responsable qui paie.
Frais en fonction de la proportion de leurs droits dans la mitoyenneté.

1 2
Si le mitoyen s͛effondre, 2 ne devra payer que son mur.

f) Fin de mitoyenneté

x On la cède ;
x Usucapion ;
x Expropriation par les autorités publiques ;
x Réunion de la propriété des deux fonds ;
x Faculté d͛abandon è on ne veut pas supporter les frais.

II. DROITS DE CONTRAT.

A. Principes généraux.

1) Faits et actes juridiques / sources des obligations

Faits т actes.
Actes = voulus par les parties.
Faits = matériels (je bois mon coca)
= faits juridiques è comportements (͙) pas accomplis dans le but de créer des obligations mais
qui ont des effets juridiques.

a) Effets juridiques :


x actes juridiques (AJ) : actes accomplis volontairement dans le but de faire naitre, de modifier,
de transmettre ou d͛éteindre des droits et des obligations. Ex : contrat = acte (entre deux
personnes), contrat de vente,͙, testament = une seule personne veut créer un effet
juridique.

x Faits juridiques (FJ, т faits matériels) : fait personnel :


Œ délictuelle responsabilité è délit civil, pas pénal.
Ex : dans un accident de voiture è victime préjudice à vie è je n͛ai pas la volonté de créer un acte
juridique pour l͛indemnisation. Effet juridique = découle de ce fait personnel è entre deux personnes
è délit. è pas fondé sur un contrat mais sur une faute qui cause un dommage. Il y a obligation de
réparer la faute.
« quasi » = pas volontaire è négligence.
Œ quasi contrat è responsabilité contractuelle.
Gestion d͛affaire : je regarde la tv chez moi et le toit de mon voisin prend feu è on le voit donc je
peux prendre les choses en main. Je tente de l͛aider comme je peux, sans contrat qui m͛y oblige.
Je brule mes affaires è acte utile pour le voisin sur biens matériels è frais, actes utiles pour lui :
quasi contrat. On suppose que mon voisin m͛aurait autorisé de faire ça donc une fois rentré, il
devra honorer mes frais.
Paiement indu( ?) : fin du mois mon compte est a zéro et je reçois 2500Φ de quelqu͛un qui s͛est
trompé. Je n͛aurais pas du recevoir cet argent è pas de contrat è je dois restituer l͛argent si on
me le redemande.
Enrichissement sans cause : au départ, je signe un contrat ac M. X. (entrepreneur avec maitre
d͛ouvrage). Si les travaux ont beaucoup de mal façon è avocat. On se rend compte qu͛il y a des
choses dans le contrat qui peuvent entrainer la nullité de celui-ci, comme s͛il n͛avait pas existé. è
il faut remettre les choses comme elles existaient avant le contrat è prestinétat ( ?)
L͛entrepreneur doit rendre les sous au maitre d͛ouvrage mais les travaux existent è le maitre
d͛ouvrage s͛enrichit sans cause parce que le contrat n͛existe plus et il a toujours la propriété de
ce qui a été construit en plus. Mais l͛entrepreneur peut demander que le maitre d͛ouvrage paie
la valeur des travaux du mur.

b) Contrat

C͛est une convention par laquelle une ou plusieurs personnes s͛obligent envers une ou plusieurs
autres personnes à donner, à faire ou à ne pas faire quelque chose. ! il faut au moins être deux !
Donner = céder matériellement = transfert, vente de voiture en échange d͛un prix.
Faire = contrat de service. Ex : l͛architecte doit concevoir une maison = service.
Ne pas faire = mon voisin s͛engage à ne pas construire pour libérer ma vue è je paie !

r    r 


 
X vers Y X vers Y et Y vers X
Une personne s͛oblige envers l͛autre. Chaque partie a son obligation vis-à-vis de
Ex : contrat donation = X s͛engage à donner sa l͛autre.
voiture à 65 ans à Y. Ex : contrat de vente.

r    r  


Contrat où il y a obligation d͛écrit. Le contrat existe parle simple échange de
Exceptions = contrat d͛hypothèque. consentement.
Ex : vente d͛un paquet de cigarette dans une
librairie.
La question de la preuve est différente.

Contrat = seul échange de consentement (pas besoin d͛un écrit).


! ne pas confondre le contrat et la preuve !
Negotium = échange des consentements.
Instrumentum = instrument de preuve de consentement.

r     r    


La contrepartie du contrat est connue par Inconnue è il y a un aléa.
l͛homme. Ex : contrat d͛assurance = je ne sais pas si j͛aurai
Ex : contrat de vente = je sais ce que j͛achète et un accident. L͛inconnue est le moment.
combien je paie.
O 
   
L͛objet, la contrepartie n͛est pas onéreuse è don Vente.
S    
Dont toutes les closes du contrat sont
prédéterminées, ne sont pas soumises à
négociations.
Le contenu est pré écrit. (99% des contrats)
Ex : contrat de travail, conditions générales, ͙
Je ne changerai pas les conditions et souvent,
l͛une des parties a plus de pouvoir. Des lois
peuvent protéger les plus faibles
(consommateurs).

Loi de 2002 sur la profession libérale de l͛architecte : ne devrait pas être d͛adhésion è chaque chose
doit être séparée et en avoir la preuve (protection, sinon nullité).

Mettre mention : « le maitre d͛ouvrage reconnait avoir négocié chaque close du contrat» etc.

2) Formation

Tient compte de loi entre les partis (créé par un engagement).


Conditions de validité de formation d͛un contrat) :
x J  entre personnes
x J  qui ont défini ensemble un
x 
 et une
x J .
Si un seul de ces éléments fait défaut è nullité.

a) Consentement

Il faut une offre contractée et une acceptation.

Acceptation :
x Expresse : parole
x Tacite : plus de nuances.
Ex : vente aux enchèresè acceptation = je lève ma main.
Le silence ne vaut pas acceptation. Ex : je reçois une collection de livre chez moi alors que je n͛ai
rien envoyé. Si je ne les renvoie pas dans les 10 jours je dois payer une telle somme. On ne peut
pas déduire de ma non réaction que j͛ai commandé ces livres. Il y a une loi qui condamne ce
genre de pratique.
Le silence vaut acceptation. Ex : entre commerçants. Lors d͛une livraison, si le commerçant ne
conteste pas la facture, il ne pourra plus le faire par après.

Consentement vicié :
x Erreur : J . Je me suis trompé sur la nature du contrat.
   Porte sur un élément substantiel du contrat, déterminant à ma volonté de
contracter èsi on avait su, on n͛aurait pas contracté. Ex : achat d͛une antiquité qui n͛en est pas une.
Pour que l͛erreur soit considérée comme involontaire, elle doit être excusable. L͛antiquaire ne peut
être excusé vu ses compétences.
Sera substantiel tout ce qui semble essentiel à mon consentement è indiquer dans une
close.

x Dol :  J  : une des parties fait erreur sur la substance de la chose.


Peut être utilisé se manière frauduleuse pour emporter le consentement de l͛autre partie. Ex: vente
d͛une antiquité avec un faux certificat d͛authenticité.
 J  : on est au courant de l͛arnaque mais on propose des négociations (par ex sur le
prix).
Bon dol = publicité mensongère mais on le sait. Ex : dash plus blanc que blanc è pas possible.
x Erreur de droit, solvabilité du contractant : pas pris pour la nullité.
x Violence : contrainte physique ou morale exercée sur une partie ou sur l͛autre en vue de
remporter ce dernier. Conditions : doit être d͛une certaine gravité, injuste.
x Lésion : ne concerne que des lois. Contrat souscrit par des parties dont l͛une d͛elles n͛est
vraiment pas avantagée è déséquilibre. Ex : lésion en matière de vente immobilière è vente d͛un
immeuble avec une lésion de plus de 7/10 de sa valeur contractuelle.
loi 2002 des professions libérales : relative à la publicité trompeuse et à la publicité
comparative, aux closes abusives et aux contrats à distance en ce qui concerne les professions
libérales.
Art. 7 : toute close abusive rend le contrat nul. Ce sont des closes et conditions n͛ayant pas fait
l͛objet d͛une négociation individuelle et qui créent au détriment du client un déséquilibre
significatif entre les droits et les obligations des parties.
b) Capacité

x De jouissance : quelqu͛un qui n͛a pas le droit de s͛engager dans un contrat. Ex : interdiction
professionnelle.
x D͛exercice : la personne a le droit de s͛engager mais ne peut pas exercer ce droit. Impossibilité
pour une personne de donner son consentement. Ex : mineurs, interdits, prodigues, sous
administration provisoire è système de représentation.

c) Objet

Ex : contrat de vente d͛une voiture. Objet = transférer la propriété de la voiture.


x Déterminé : ex = alfa.
Déterminable : ex = 1000L de mazout.
Ex : prix voiture déterminé = 10 000Φ / déterminable au moment de la signature du contrat.
x Possible
x Licite.

d) Cause

Théorie classique : qu͛est ce qui cause un contrat ?


Avantages, contrepartie que je peux tirer.
Théorie moderne : mobile(s) déterminant(s) des parties.

x Licéité
x Formalités éventuelles.

3) Contenu des conventions

Possibilité de déroger ou pas aux dispositions légales


Conventions = lois des parties.
Que peut-on faire avec une convention ?
è Respect des dispositions légales.

a) Lois supplétives :


On peut toujours y déroger.
Ex : dans un contrat de vente, dès l͛échange des consentements il y a transfert de propriété.

b) Lois d͛ordre public :


On ne peut jamais y déroger è protection des intérêts essentiels de l͛Etat, de la société, d͛intérêts
essentiels à la propriété. Ex : loi fiscale.

c) Lois impératives :


On peut y déroger à certains moments.
Lois qui protègent des catégories de personnes.
Protection de l͛intérêt privé d͛une catégorie de citoyens pour des motifs d͛intérêt général.
Ex : droit de travail, consommateurs,͙
On peut déroger à une disposition légale impérative lorsqu͛on aura rempli son obligation. Ex : on
peut rompre un contrat de travail seulement après avoir presté son préavis.

Il n͛est pas indiqué si la disposition légale est supplétive, d͛ordre public ou impérative.

4) Étendue des obligations

Dans un contrat d͛architecte, on s͛engage à exécuter une série de choses (esquisse, avant projet,
projet, ͙) è obligations qui définissent la mission de l͛architecte.

a) Obligations de moyen :


Le débiteur de l͛obligation doit tout mettre en œuvre pour son bon accomplissement.

b) Obligation de résultat :


Le débiteur doit arriver au résultat.

Ex : un avocat ne peut pas signer un contrat qui assure que le client gagnera le procès è moyen
Si le procès est perdu, le client devra prouver que l͛avocat n͛a pas tout mis en œuvre
raisonnablement.
L͛architecte a un devoir de conception et de contrôle de la réalisation. S͛il y a une malfaçon quelques
mois après la construction, on détermine son origine. S͛il s͛agit d͛une erreur sur les plans, l͛architecte
n͛a pas répondu à son obligation è résultat. S͛il s͛agit d͛une erreur de contrôle du chantier è moyen
Si les plans sont bien exécutés, l͛entrepreneur peut accuser l͛architecte d͛une faute de contrôle è
moyen.

Charge de la preuve : c͛est celui qui doit prouver quelque chose qui porte le fait qu͛il n͛y arrive pas.
Ex : c͛est à l͛architecte de prouver qu͛il n͛a pas fait de fautes. è porte sur le débiteur de l͛obligation
de résultat.

5) Contrats qui emportent une obligation de dare

Ex type : contrat de vente è transfert de droit réel, contrat de consentement (seul échange de
consentements = transfert de propriété).

Close de réserve de propriété :


La plus courante = il y a bien contrat de vente ms la close spécifie que le transfert de la propriété sera
fait seulement lorsqu͛elle sera payée. è décaler, suspendre le transfert de propriété.
Disposition de loi supplétive.
On peut parfois convertir la disposition supplétive en impérative : pas de close de propriété dans un
contrat de vente è ex : maison Thomas et Piron. Arrivé à la fin, la société fait faillite. J͛ai payé la
maison à 90% mais elle n͛est pas à moi. Il est donc préférable de ne pas avoir de close de réserve de
propriété.
S͛il n͛y a pas de close de réserve de propriété, après échange de consentements, la personne est
propriétaire du bien.
6) Principe d͛exécution de bonne foi des conventions

= principe majeur.
Permet d͛apprécier la portée des obligations des parties et de compléter.
Fonction interprétative et completative.

x Devoir de loyauté :
Obligation d͛information è il faut donner assez d͛infos pour l͛utilisation du contrat.
Obligation de non aggravation.

x Devoir de modération :
Interdiction d͛exiger l͛exécution scrupuleuse du contrat. On ne peut pas demander la nullité pour des
faits qui ne sont pas fautes majeurs.

x Devoir de collaboration :
Ex : dans un contrat d͛architecte, il est difficile de le réaliser sans collaboration avec le client. On
décide de la date de démarrage des travaux, ͙

x Devoir de sécurité :
Ne pas porter atteinte à la sécurité è assurance technique.

7) Les bouleversements de l͛économie contractuelle.

Théorie de l͛imprévision.
Le contrat fait la loi des parties ! è pas de modifications.
Ex : Suite à des imprévisions économiques, on ne doit pas respecter le contrat.
Mécanisme de révision de contrat (légaux).
Mécanismes contractuels è dans telle hypothèse, on décide d͛une révision.

8) Inexécution des obligations nées d͛un contrat.

Souscription d͛obligation = manquement. Ex : commande de 1000L de mazout et livraison de 500L.


Obligation de résultat ou de moyen.
Cause étrangère libératoire : faute d͛un tiers, fait de l͛autorité elle-même, fait naturel. Je ne peux pas
être fautif pour invoquer cette cause. Ex : livraison de marchandises dans mon hangar. Lors d͛un
incendie, la moitié des marchandises flambent. On peut invoquer une cause étrangère libératoire.

9) Sanction de l͛inexécution contractuelle.


TUYAU
a. Lorsqu͛on manque à ses obligations, le principe de réparation en nature (de l͛exécution
forcée en nature) est un principe et un DROIT (pour la partie fautive).
Pas de réparation par dommages et intérêts (principe de l͛équivalent).
è Pour réparer les dommages que j͛ai causés, je dois exécuter mes obligations !
Ex : si l͛entrepreneur a mal exécuté ce qui était demandé par le maître d͛ouvrage, celui-ci peut
décider de réaliser ce qu͛il devait faire au lieu de payer des dommages et intérêts.

Nuances :

- L͛exécution en nature n͛est matériellement plus possible. Ex : livraison d͛une pièce unique
qui est détruite sur la route.
- Impossibilité juridique. Ex : retard.

3 éléments de la responsabilité :
- Faute
- Dommage
- Lien causal : théorie de l͛équivalence des conditions è sans la faute telle qu͛elle a été
commise, le dommage n͛aurait pas eu lieu.
Ex : budget de l͛architecte = 100 000Φ. À la fin des travaux, il a été dépassé de 150% =
dommage è l͛architecte n͛a pas géré son chantier. Peut-on demander 150 000Φ comme
responsabilité ? NON parce que le maitre d͛ouvrage a une contre partie pour des 250 000Φ,
les travaux sont réalisés.

b. Réparation par équivalent

c. Remplacement judiciaire


Variante du principe de réparation en nature.
Ex : un promoteur immobilier fait construire des appartements pour les vendre. Il n͛est pas possible
d͛avoir du retard sur le chantier. Suite à un problème avec son entrepreneur il demande au juge de
changer d͛entrepreneur.
è On ne rompt pas le contrat avec l͛entrepreneur 1 : les travaux seront effectués par
l͛entrepreneur 2 sous les frais de l͛entrepreneur 1.
Il faut prouver au juge qu͛il ya un certain degré de gravité pour pouvoir changer d͛entrepreneur.
La faculté de remplacement est faite à mes risques et périls è si on se rend compte par après que
l͛entrepreneur 1 n͛était pas responsable des fautes, les surcouts ne seront pas à sa charge.
Le remplacement peut être organisé par convention è dispense de recourir à un juge. ! indiquer dans
le contrat !

10) Close d͛exonération (limitative) des responsabilités

Définition : vont limiter ou exclure la responsabilité du cocontractant dans l͛hypothèse où il viendrait


faillir à son obligation.
Limite : ex : si un architecte est engagé à livrer son projet à une telle date et qu͛il est en retard, il
s͛engage à payer XΦ.

- Vices apparents : couverts par la réception provisoire


- Vices cachés : solidité, stabilité du bâtiment è on ne peut déroger ! garantie décennale =
limitée à 10 ans. Véniels = légers è tous ceux qui ne rentrent pas dans la garantie décennale.
Garantie d͛un an.
/!\ ne pas dénaturer la nature même du contrat.

11) Exceptions d͛inexécution

Seulement si contrat synallagmatique (parties réciproques, chaque partie est débiteur et créancier).
« Si tu ne réalises pas ton obligation, je ne réaliserai pas la mienne. »
= arme redoutable pour régler les difficultés en termes de responsabilités.
But = contraindre l͛autre à exécuter correctement son obligation.
= modalité de réparation en nature.
Ex : lors d͛une faillite, le maitre d͛ouvrage (débiteur) est privilégié par rapport aux autres créanciers
de la faillite.

12) L͛action de résolution

Art. 1184 cc : action en résolution judiciaire du contrat.


Action de la victime en justice pour que le juge désigne l͛action en tort du responsable.
La responsabilité du cocontractant ne compte pas tant qu͛il n͛y a pas rupture du contrat.
On peut aussi demander la réparation en nature.
Conditions pour la justice :
- Faute du débiteur
- Faute suffisamment grave. Ex : l͛entrepreneur à 100 jours ouvrables pour exécuter les
travaux. Si au 100ème jour seulement 99% des travaux ont été exécutés et qu͛il faut encore 4
jours pour finir, on ne peut pas demander la rupture du contrat.
- Dommage.

/!\ la résolution est différente que la résiliation !!!


Effet rétroactif (replacer à la situation des parties juste avant le contrat) et effets pour l͛avenir (qd on
ne peut pas revenir en arrière).

Aménager contractuellement la résolution judiciaire è closes résolutoires express (pactes


commissaires express) : prévoient la possibilité d͛obtenir la rupture du contrat sans le juge.
Il faut se mettre d͛accord sur les hypothèses sur lesquelles agirait cette close.

Urgence : rompre unilatéralement le contrat.

B. Le contrat d͛entreprise

1) Introduction
Louage d͛entreprise, louage d͛ouvrage.
Art. 1782-1786 + 2270
Art. 1787-1799.

2) Définition et caractéristiques

a) Définition : convention par laquelle une personne (entrepreneur) s͛engage vers une autre
(maitre d͛ouvrage) à effectuer majoritairement le paiement d͛un prix, un travail déterminé
sans aliéner son indépendance dans l͛exécution matérielle de ses engagements ni disposer
d͛un pouvoir de représentation.

b) Caractéristiques :

- Contrat consensuel :
Obligation de l͛architecte à faire un contrat écrit. Loi de 2002 : prouver que chaque close du contrat a
été négociée. Communication du n° de notre police d͛assurance.
- Contrat synallagmatique
Soumis au principe d͛exception d͛inexécution.
- Contrat à titre onéreux.
- Contrat prestation instantanée ou successive.
- Contrat in tuitu personnee : la personne avec qui je contracte ne m͛est pas indifférente.
Si le maitre d͛ouvrage meurt, le contrat n͛est pas rompu (ce sont ses héritiers qui devront
payer)è l͛intention tient dans la personne.
Ceci n͛est pas valable pour l͛architecte.
Il faut faire un contrat in tuitu personnee sur le chef de l͛architecte et du maitre d͛ouvrage.

c) Distinction du contrat d͛entreprise avec d͛autres contrats :

x Contrat de vente

ex : promotion immobilière è réalisation d͛un travail particulier (entreprise)


achat d͛un objet réalisé par un artisan spécial pour lequel on paie le prix è achat d͛un objet
(vente)
Le régime juridique est différent.
Critère = quelle est la volonté des partis sur le produit ou le travail réalisé en lui-même ?
è Livraison d͛un bien ou réalisation d͛un travail ?
Ex : achat d͛un bijou sur le marché = contrat de vente. Le vendeur a du demander à son fournisseur
de réaliser un travail spécial = contrat d͛entreprise.

x Contrat de travail
Celui qui réalise un travail en toute indépendance.
Contrat de travail : l͛ouvrier qui réalise un travail moyennant rémunération réalise ses prestations
dans un état de subordination.
Contrat d͛entreprise : on réalise le travail en toute indépendance vis-à-vis du maitre d͛ouvrage.
Ex : l͛entrepreneur réalise les travaux indépendamment de l͛architecte. S͛il fait appel à des sous
traitants è contrat d͛entreprise. S͛il fait appel à ses propres ouvriers è contrat de travail.

3) Formation

a) Le consentement :
Sur les parties essentielles è ouvrage à réaliser et le prix.
Accessoires è matériaux, délais, cahier de charges,͙

On demande des devis avant de signer un contrat avec un entrepreneur. Même si on ne signe pas, un
travail a été fourni par l͛entrepreneur qui lui a couté de l͛argent. Cependant, comme il s͛agit d͛un
commerçant, il prend le risque de ne pas être choisi, le maitre d͛ouvrage ne doit donc pas payer
l͛entrepreneur.
Celui-ci peut quand même conclure un contrat pour facturer son devis.

Pour un architecte : il ne faut pas signer directement un contrat d͛architecte. Il faut d͛abord vérifier
que tout convient (style architectural, budget, programme, ͙). Les deux parties doivent apprendre à
se connaître.
L͛architecte a le droit d͛être payé par le maitre d͛ouvrage pour le travail accompli avant la signature
du contrat définitif.
è Contrat de pré-étude : conclure les grandes lignes préparatoires.
Objectif = arriver à un avant projet qui peut convenir en étant payé.
Intérêt du client : il ne s͛engage qu͛à payer le travail de l͛architecte sous ce contrat et il possède
une couverture juridique.

b) La capacité :
Les deux parties du contrat doivent être juridiquement capables.

c) L͛objet : TUYAU


2 éléments essentiels = prestation elle-même et le prix

Forme du contrat d͛entreprise :


x Forfait absolu :
Choisis par les partis.
Le prix offert par l͛entrepreneur est global et définitif pour les travaux décrits. Il ne peut pas facturer
plus pour la réalisation des travaux.
Ex : le prix de la main d͛œuvre ou le prix du métal (ou autre) augmente : cette augmentation sera à
charge de l͛entrepreneur, même s͛il se trompe dans les calculs.

Il ne peut pas revenir sur le prix ;


Le maitre d͛ouvrage s͛interdit d͛imposer toute modification du projet initial convenu sans l͛accord de
l͛entrepreneur.

Théorie de l͛imprévision :
Ex : bouleversements économiques de chacune des parties. On ne peut imposer la révision des
conditions è introduction de closes dans le contrat.

Théorie des suggestions imprévues : on n͛est pas dans la réalisation du contrat mais dans la
formation.
Ex : rénovation d͛un bâtiment : lors des fondations, un élément vient perturber l͛hypothèse des
semelles et il faut faire un voile de béton plus cher è élément qui existait au moment du contrat mais
qui n͛était pas encore connu = suggestion imprévue.
L͛entrepreneur ne doit pas supporter ce surcout parce qu͛il ignorait cet élément qui était
imprévisible par n͛importe quel entrepreneur.

! ne pas confondre avec des travaux qui sont le prolongement nécessaire et évident de ce à quoi il
s͛est engagé ! ex : s͛il oublie de compter les fondations dans le prix total, le surcout sera à sa charge.

è Savoir si l͛élément était prévu ou pas et à quel moment (pendant la formation ou la


réalisation du contrat).

x Forfait relatif
Idem.
Mais le maitre d͛ouvrage se réserve la possibilité des modifications unilatérales à l͛entrepreneur.
On adapte la forme du forfait en prévoyant un détail des prix unitaires et la mise en œuvre è
référence pour le prix des modifications envisagées. Le forfait peut donc être ajusté.
Forfait = prix unitaire x quantité forfaitaire.

x Devis
Prix unitaire x quantité présumée.
Celui qui supporte un delta sur la quantité des matériaux mis en œuvre est le maitre d͛œuvre.
L͛entrepreneur supporte le delta sur le prix des matériaux et de la mise en œuvre.

x Marché en régie
Sur base d͛un taux horaire pour la réalisation des travaux, prestation et prix unitaire des matériaux.
Il est difficile d͛envisager le prix final.
Ex : il ne faut pas construire une maison sous forme de régie !!!
Application pour de petits travaux.

4) Exécution du contrat

a) Obligation des entrepreneurs :


- Bien exécuter l͛ouvrage (plan, métré, cahier de charges,͙) + règles de l͛art + normes sur
techniques + normes des matériaux.
- Devoir de conseil dans l͛exécution de l ͚ouvrage réalisé : information sur les différentes
contraintes et informer le client pour qu͛il puisse faire des choix.
Récolte d͛informations minimales !
Pour conseiller un client, il faut connaitre ses limites et ses compétences.
Choix de l͛entrepreneur : conseiller le client (il doit être solvable, actif, en ordre, accès à la
profession,͙)

b) Obligations du maitre d͛ouvrage :


- Permettre l͛exécution des travaux : budget, éviter toute immixtion dans la conception et
l͛exécution de l͛entreprise elle-même, ingérence du maitre d͛ouvrage (s͛il demande des
choses à l͛entrepreneur sans en avertir l͛architecte).
- Recevoir les travaux :
Définition = acte juridique UNILATERAL par lequel le maitre d͛ouvrage constate l͛achèvement des
travaux ainsi que leur conformité par rapport à la commande et reconnait après vérification que
l͛exécution des travaux a été apparemment réalisée correctement.
Ne nécessite pas les corps de l͛architecte ou de l͛entrepreneur.
Non contradictoire : pas d͛accord entre le maitre d͛ouvrage et l͛architecte ou le maitre d͛ouvrage et
l͛entrepreneur.
Le maitre d͛ouvrage décide seul de la réception des travaux et il peut émettre des réserves.
L͛architecte a intérêt à recevoir la réception.
Rôle de l͛architecte dans la réception pour l͛entrepreneur = conseil du maitre d͛ouvrage.

Réception provisoire tacite : la réception peut se déduire d͛un nombre d͛éléments.


Il n͛existe qu͛une seule réception è réception d͛agrégation. Si on couvre tous les vices apparents, on
ne peut plus réclamer des changements par après.

Dans la pratique, on déroge dans 99% des cas aux principes de la double réception (provisoire et
définitive) è il faut la prévoir dans le contrat.

Réception d͛agrégation = achèvement et conformité des travaux.

Pour les vices cachés, le maitre d͛ouvrage pourra toujours demander à l͛entrepreneur de réparer.
Vices véniels et graves.
Garantie décennale : suivant le droit commun, ce recourt est ouvert pendant 10 ans à partir de la
date de la réception d͛agrégation.

Ex : si un maitre contracte avec un ingénieur qui réalise une étude de stabilité défectueuse, est ce
que l͛architecte sera exonéré de la responsabilité ?
è Non, parce que pas responsable de l͛étude de stabilité.
MAIS c͛est lui organise l͛ensemble des études pour le chantier
Il le devoir de conseil
Il aurait du se rendre compte de la faute commise par l͛ingénieur.

5) Extinction du contrat (chapitre 6 dans le syllabus)

Art. 1794 cc : Résiliation sans motif du contrat d͛entreprise par le maitre d͛ouvrage.
Selon le droit commun, il n͛est pas possible de mettre fin à un contrat sans motif.
Dans ce cas, le maitre d͛ouvrage devra indemniser l͛entrepreneur et l͛architecte pour les frais
engagés et le manque à gagner engendré par la rupture du contrat. Ex : mes marges bénéficiaires
que l͛architecte n͛aura jamais.

C. Le contrat d͛architecture.

1) L͛architecte.

a) Règles applicables à la profession :


Loi du 20/02/1939
Indépendance de l͛architecte ;
Incompatibilité entre le métier d͛architecte et d͛entrepreneur ;
Monopole à l͛égard du métier.

Obligation de souscrire une assurance RC professionnelle.

b) Les statuts de l͛architecte :

x L͛architecte indépendant.
En société ou en association.
Avantage : responsabilité limitée è engagement de la société et pas de la personne de l͛architecte. Le
patrimoine personnel de l͛architecte ne peut être débité.
Conditions pour la création d͛une société d͛architectes :
- Société administrée par un architecte qui a le titre ;
- Action de la société : 60% détenus par l͛architecte ;
- Société assurée RC professionnelle ;
- Inscription au tableau de l͛ordre des architectes.

x L͛architecte fonctionnaire.
Engagé au sein d͛un servie public, l͛architecte ne peut exercer sa profession en dehors de ses
fonctions.
Sauf : pour construire sa propre maison et pour être professeur.

x Architecte engagé dans un bureau (pas service public).


Il peut exercer le métier en dehors de la société mais en demandant la permission à l͛ordre.

c) Monopole de l͛architecte :


Pour ceux qui ont le diplôme !
Ils disposent du monopole pour faire des plans et contrôler les travaux d͛un bâtiment qui a été
soumis à un permis d͛urbanisme.

Mission légale : le maitre d͛ouvrage à l͛obligation de recourir à un architecte.


Mission de l͛architecte : faire les plans et contrôle.
Ex : mission classique = faire les plans, métré, cahier de charges,͙
Toutes les missions accessoires ne font pas partie de la mission légale.
è Il faut les mentionner dans le contrat parce que ne font pas partie du monopole et ne sont
donc pas imposées au maitre d͛ouvrage.
Cependant, le règlement déontologique définit ce genre d͛obligations.

Le maitre d͛ouvrage est obligé de laisser l͛architecte accomplir la mission légale.


Ex : Il ne peut pas demander à l͛architecte de ne pas faire le contrôle. Un autre architecte peut faire
le contrôle. Si pas de contrôle è annulation du contrat avec toutes ses conséquences.
Si le maitre d͛ouvrage demande à ne pas avoir de contrôle, l͛architecte doit avertir les autorités
(commune et conseil de l͛ordre) è mission partielle.

d) Indépendance de l͛architecte :


Incompatibilité du métier d͛architecte et d͛entrepreneur. Celui qui contrôle ne peut pas être celui qui
exécute les travaux.
Le maitre d͛ouvrage peut être l͛entrepreneur.

Promotion vente : le promoteur qui construit un immeuble à ses frais et le vend après. è il construit à
son propre compte comme maitre d͛ouvrage.

Promotion construction :
- Contrat d͛architecte entre l͛architecte et le candidat constructeur. Rapport archi/ client, pas
de problème.
Sauf si architecte féodé è lien entre l͛archi et le promoteur mais le contrat reste entre
l͛architecte et le client.
Il faut qu͛il apparaisse une réelle indépendance !
Ex : si un architecte qui construit toujours pour le même promoteur, il y a un doute sur
l͛indépendance de l͛un avec l͛autre.
- Contrat entre l͛architecte et le promoteur : !!! non !!!

2) Le contrat d͛architecte.

! Toujours un contrat écrit !


Contrat d͛entreprise (contrat de louage d͛entreprise).

a) Obligation du maitre d͛ouvrage :

Payer l͛architecte pour le travail qu͛il a effectué.


Honoraires : norme déontologique n°2 = barème è tel pourcentage pour des tranches de sommes.
Empêchait la concurrence è interdiction de brader les honoraires, pas de déséquilibre d͛après la loi
du 2 aout 2002.
Actuellement, on peut toujours se baser sur le barème. Pour cela, il faut faire signer la feuille
reprenant ce barème au client.

b) Obligation de l͛architecte :

Conception et contrôle des travaux.


x Conception :
Conception artistique et technique, tenir compte des desideratas du client et du budget, régler les
actes administratifs.

Budget :
Faire une estimation du budget è fait dépendre le programme.
Selon la jurisprudence : le budget n͛est pas un élément essentiel du contrat d͛architecte. Si celui-ci le
dépasse, il n͛est pas vraiment responsable.
è Le maitre d͛ouvrage peut demander d͛inscrire dans le contrat que le budget est un élément
essentiel.
!!! cependant, le dépassement du budget peut constituer une faute de l͛architecte et entrainer
l͛annulation du contrat !!! è il a le devoir de se renseigner sur les possibilités budgétaires de son
client.
Seuil des 10% = l͛architecte a le droit de se tromper d͛une marge de 10% sur l͛estimation des travaux.
! Toujours indiquer dans le contrat qu͛il s͛agit d͛une estimation approximative à titre indicatif !

Conditions d͛exigences des plans : ils doivent être assez aboutis pour permettre d͛obtenir un permis
d͛urbanisme. ! règles de l͛art et respect des contraintes (techniques, juridiques, administratives).

Spécialistes supplémentaires :
Ils peuvent être engagés comme sous-traitants de l͛architecte ou comme contractant du maitre
d͛ouvrage. Il est préférable qu͛ils soient contractants du maitre d͛ouvrage pour ne pas être sous la
responsabilité de l͛architecte.
Etude de sol : il faut indiquer dans le contrat que c͛est le maitre d͛ouvrage qui est responsable de
trouver quelqu͛un pour l͛étude de sol afin de se dégager de touteresponsabilité si celui-ci ne le fait
pas.

Ingénieur : son intervention ne dispense pas de notre responsabilité.


L͛architecte reste chargé de la coordination et responsable du choix inopportun d͛un ingénieur
incompétent.

Choix des matériaux : l͛architecte doit se renseigner sur les matériaux qu͛il utilise pour éviter des
problèmes et dégager sa responsabilité en cas de problème.

x Contrôle
Déf. : Obligation de vérifier la conformité des travaux exécutés aux plans qu͛il a conçu et aux
directives qu͛il a donné, contrôle exécuté non pas nécessairement à intervalles réguliers mais lorsque
les travaux importants ou délicats sont exécutés.

- Conformité : correspondance conception et exécution.


- Conformité par rapport aux directives : directives à l͛entrepreneur. Indépendance totale
entre l͛entrepreneur et l͛architecte è pas de pouvoir de direction de l͛architecte vers
l͛entrepreneur !
- Distinguer le devoir de contrôle du devoir de surveillance !
è Pas de surveillance !
L͛architecte doit être là à chaque étape importante è stabilité.
Contrôle de ce qui a été fait et pas de ce qui se fait au fur et à mesure.
Le maitre d͛ouvrage peut demander un devoir de surveillance, mais il devrait payer beaucoup plus.

Pratique : bien rédiger des PV sur le déroulement du chantier pour se protéger. Preuve que le devoir
de contrôle a été bien réalisé.

c) Responsabilité in solidum des architectes : TUYAU

Responsabilité solidaire entre les deux intervenants (entrepreneur et architecte).

Déf : hypothèse de responsabilité où il est démontré que pour l͛architecte et l͛entrepreneur que pour
chaque manquement ou malfaçon constatés, leurs fautes ont contribuées ensemble à provoquer le
dommage de tel sorte que, sans la faute de chacun d͛eux, le dommage ne se serait pas produit dès
qu͛il s͛est produit.

ExІ : si l͛architecte fait une mauvaise conception. Il n͛est pas demandé à l͛entrepreneur de réaliser ce
qui n͛est pas dessiné sur les plans donc celui-ci ne place pas l͛élément manquant (étanchéité,͙).
Cependant, il aurait du le mentionner.
L͛expert déclare l͛architecte responsable. Pour l͛entrepreneur, il s͛agit d͛un viol des règles de l͛art. il
doit savoir que cet élément est indispensable. è fautes concurrentes qui ont causés les dommages.
ExЇ : si un dommage de 50000Φ apparait, chacun est responsable pour le tout (IN TOTUM) !
Si le maitre d͛ouvrage décide d͛aller voir l͛architecte, il devra payer les 50000Φ et pas la moitié.
Il faudra reconnaitre la part de leur responsabilité.

Close d͛exclusion de l͛in solidum :


Le maitre d͛ouvrage s͛engage à réclamer à l͛architecte la part de sa responsabilité (50%) et à ne pas
reprendre la dette de l͛entrepreneur.

3) Fin du contrat d͛architecte.

- Réception agréation è l͛architecte a fait son boulot.


- Résiliation unilatérale pour le maitre d͛ouvrage (art. 1794)
Si le maitre d͛ouvrage a choisi d͛utiliser cet article, il renonce à se prévaloir d͛une faute de
l͛architecte.
- Résiliation d͛un commun accord
- Remplacement d͛un architecte : on ne met pas fin au contrat è substitution d͛un autre
architecte. Il faut faire un état des lieux avant de procéder au remplacement.
- Résolution judiciaire
- Annulation du contrat