Sunteți pe pagina 1din 3

TCC des TROUBLES ANXIEUX

Atelier SALKOVSKY / COTTRAUX

Trouble anxieux : interprétation des situations comme plus dangereuses qu’elles ne le sont réellement.

 Proposer des explications alternatives :


- doivent coller aux expériences passées du sujet
- doivent avoir un effet quand on les expérimente

La thérapie est considérée comme l’affaire de deux experts :


- le sujet comme expert dans le ressenti de ses Ŝ
- le thérapeute comme expert dans l’explication de ces Ŝ

 arriver ensemble à une nouvelle compréhension du problème selon le


modèle cognitif : Evènement  Interprétation  Emotion

Utilisation des métaphores :


- Dépression : perte personnelle
- Anxiété : menace ou danger pour soi
- Colère : attaque externe de nos règles personnelles
- Culpabilité : attaquer soi-même nos propres règles

Utilisation de l’histoire aux 5 personnages : Les 5 vivent la même situation, et chacun va


l’interpréter selon son propre fonctionnement (voir les 4 ci-dessus).
(ex : 4 d’entre eux marchent dans une crotte de chien…
 « il n’y a qu’à moi que cela peut arriver »
 « j’aurai pu glisser, me casser la jambe… »
 « Ils le font exprès » Pb : ils n’ont qu’une seule façon de voir !
 « C’est de ma faute, j’aurais du regarder »
Le 5ème dit : « heureusement que je n’ai pas mis de sandales ce matin !! »).

 Le patient doit explorer lui-même chaque situation


Le but de la TCC est de donner le pouvoir, la liberté de penser autrement. Susciter leur engagement et
les encourager à faire le choix du changement.

Utiliser la dimension émotionnelle pour accéder aux interprétations clef (affect lié à la représentation)

Anxiété : pourquoi est elle aussi sévère ?, pourquoi elle persiste ? Pourquoi moi ?...

L’anxiété est proportionnelle à la perception du danger :

Probabilité perçue de l’occurrence de


l’évènement x Degré d’horreur perçue de cet évènement

Capacité perçue à faire face à cet


+ Facteur de secours perçus
évènement
Travail sur les interprétations erronées.

Ex : une patiente fait un trouble panique. « Peur de mourir, tachypnée +++et accélération de tous les
rythmes. Cela se passe à chaque fois mais « elle n’est jamais morte car elle s’est mise à respirer très
vite pour ne pas suffoquer… »

 Faire décrire l’évènement (la crise) avec le maximum de détails.


 Faire appel aux souvenirs et non à son analyse de la situation.
 Résumer tous les Ŝ et questionner le ressenti à ce moment précis
- je ne voulais pas sortir…
- Et maintenant, si vous sortiez, que se serait-il passé ?
- Je me serais évanouie…
- Et ensuite ?
- Je serais morte…
 2 niveaux d’enjeux identifiés autour de l’appréhension « si je sors dans la rue je risque de
mourir » : 1. que deviendront les enfants qu’elle accompagne à l’école ?
2. qui s’en occupera ensuite ?

Retour sur les évènements du passé.


Le sujet est vulnérable à cause des évènements de son passé :
- les personnes développent des règles qui donnent un sens à leur monde et à leur
expérience.
- Ces postulats sont utiles lorsqu’ils se forment
- Si les règles sont trop rigides elles deviennent plus tard un carcan car les
circonstances changent dans le temps.
 Les problèmes surviennent lorsque les règles courantes sont :
- trop négatives
- trop exigeantes Rigidité
- trop inflexibles

 Travailler sur les postulats

Croyances
Evènement inconditionnelles Croyances
conditionnelles

Comportements
(évitement) Règles

Pensées
Emotions automatiques

Travail sur les schémas


Le schéma correspond à un trait, le mode à un état. C’est une stratégie d’adaptation inappropriée
s’appuyant sur des modes infantiles et parentaux.
Les 3 stratégies d’adaptation dysfonctionnelle:
- soumission au schéma
- évitement du schéma
- compensation du schéma