Sunteți pe pagina 1din 3

Conception architecturale d’une unité de dessalement de l’eau à compression mécanique de vapeur d'eau

A. Arbaoui 1 , M. Asbik 2

1 Equipe de Mécanique et Ingénierie Intégrée- ENSAM – BP 4024, Meknès, Maroc. 2 Equipe de Thermodynamique Energétique – BP 509, Boutalamine, Errachidia, Maroc.

1. Introduction

Le dessalement de l’eau de mer et des eaux saumâtres est devenu, sans doute, une alternative incontournable pour satisfaire la demande en eau potable qui ne cesse d’augmenter suite à l’accroissement de la population et aux changements climatiques. Les techniques de dessalement basées sur l’osmose inverse (OI) et l’évaporation multi-flash (EMF) détiennent, actuellement, 90% du marché mondial des systèmes de dessalement. Le reste de ce marché est assuré par les techniques utilisant l’évaporation multi-effets (EME) et la compression mécanique de vapeur (CMV) [1]. Chaque technique à des avantages et des inconvénients fonction du besoin en eau douce et des spécificités du site. La technique de dessalement utilisant l’osmose inverse et l’évaporation multi-flash est généralement destinée aux applications à grandes échelles tandis que l'autre est plus appropriée pour des besoins en eau limités dans des sites isolés [2]. L’objectif de ce travail est de concevoir l’architecture d’une unité de dessalement à compression de vapeur. Pour y parvenir, nous avons mis en œuvre une démarche de conception architecturale (Embodiment Design) basée sur trois étapes: analyse et structuration du problème de conception, modélisation et formulation par contraintes et traitement numérique du problème de satisfaction de contraintes (solveur CSP numérique, basé sur l’arithmétique des intervalles) [3]. Dans cette démarche, le processus de conception de l’unité consiste à identifier, formuler et à satisfaire un ensemble de contraintes qui définissent le modèle global.

2. Présentation et formulation du problème

2.1 Description succincte de l’unité de dessalement Le schéma de principe d’une unité de dessalement à compression de vapeur est présenté sur la figure 1. Afin d’être préchauffée, l’eau de mer passe par deux échangeurs de chaleur à plaques (Ec1 et Ec2) montés en parallèles qui servent à la récupération de la chaleur des flux de concentrât et de distillat. L’eau arrive, en suite,

9 ième Congrès de Mécanique, FS Semlalia, Marrakech

dans l’unité combinée évaporateur /condensateur et où elle est vaporisée puis filtrée par un antibuée. La vapeur produite est conduite en passant par le compresseur à température plus élevée au travers des tubes. Cette vapeur se condense et la chaleur de condensation libérée est utilisée pour l’évaporation de l’eau de mer.

est utilisée pour l’évaporation de l’eau de mer. Figure 1 : Unité de dessalement à compression

Figure 1 : Unité de dessalement à compression de vapeur

2.2 Hypothèses Le modèle global est basé sur les équations de

conservation de la masse, de l’énergie et sur des relations empiriques de la littérature. Pour sa conception, nous avons retenu les hypothèses principales suivantes:

- Le régime permanent.

- Dans l’évaporateur, les échangeurs, les conduites et

dans le système du pompage, la dissipation de l’énergie est négligeable.

- L’eau produite est pure.

- La salinité de l’eau de mer est comprise entre 36000

ppm et 70000 ppm.

- La température du distillat et celle du concentrât sont

égales.

- Les propriétés thermo physiques du mélange liquide-

vapeur à l’intérieur d’évaporateur ne dépendent que de la

température.

- Les propriétés thermo physiques de l’eau de mer et du

concentrât dépendent de la température et de salinité.

- La température au long des tubes est constante.

2.3 Formulation du modèle global

Les débits massiques de l'eau de

(M b )

sont

obtenus

à

mer (M f ) et

du

du

système

concentrât

d’équations suivant:

partir

M

f

= M

d

+ M

b

M

b

=

x f

x b

M

f

(1-2)

Le bilan énergétique pour les différents constituants

(l’eau de mer, le distillat et le concentrât) s’exprime par:

M

f

C

pf

(

T

f

T

cw

)

= M

d

C

pd

(

T

d

T

o

)

+ M

b

C

pb

(

T

b

T

o

)

(3)

Dans l’évaporateur le transfert de la chaleur est régit par l'équation suivante :

M

f

C

pf

(

T

b

T

f

)

+ M

d

vp

= M

d

C

pv

(

T

s

T

d

)

+ M

d

d

(4)

283

La température de la vapeur d'eau au dessous du filtre est inférieure à celle du concentrât (T b ) de par

la conception du système.

En considérant l'élévation de la température du point d'ébullition (BPE) et la différence entre la température du concentrât et celle qui correspond à son équilibre thermodynamique (NEA), la température de la vapeur saturée au dessous du

filtre est déduite de l'expression suivante [2 , 4]:

T = T BPE NEA (5) vp p Les températures de la vapeur au dessus
T
=
T
BPE
NEA
(5)
vp
p
Les températures de la vapeur au dessus ( T ) et au
v
dessous ( T
) du filtre vérifient :
vp
T
:
T
= T
T
(6)
p
v
vp
p
La température isentropique de surchauffe de la
vapeur compressée est exprimée en fonction de
T
v
et du rapport de compression [2]:
(
1 /
)
T
= (
T
+ 273.15
)
d
  P
273.15
(7)
is
v
P
v
L’enthalpie de la vapeur surchauffée compressée est
H est exprimée en fonction de l’enthalpie de
s
saturation de la vapeur comprimée
H
la
d ,
température isentropique
T
et l’enthalpie de la
is
vapeur
H
selon l’équation suivante [2]:
v
1
 P
d
1
P
(8)
[
]
v
H
=
H
+
C
(
T
T
)
H
+ H
s
d
pv
is
d
v
v
1
 
  P
d
1
P
 
v
A la sortie du compresseur, la température de la
vapeur compressée et surchauffée
T
peut être
s

obtenue en fonction de l’enthalpie de la vapeur

surchauffée comprimée

saturation de la vapeur comprimée

et de l’enthalpie de

H

s

H

d :

T

s

=

(

H

s

H

) d C
)
d
C

pv

+ T

d

(9)

Finalement, la puissance spécifique du compresseur (W) peut être exprimée par la différence entre

l’enthalpie de la vapeur surchauffée comprimée

et l’enthalpie de la vapeur

H

s

H

v :

( 1000 )( W = H H 3600 s v
(
1000
)(
W =
H
H
3600
s
v

) (10)

La surface d'échange spécifique de l’évaporateur est calculée à partir de la relation suivante:

A

ev

[

= 0.012 M C

d

pv

(

T

s

T

d

)

+ M

d

d

][

/ U

ev

(

T

d

T

b

)]

(11)

3 Résultats et discussions

L’unité de dessalement est principalement définie par sa consommation énergétique, son rapport de compression et la surface d'échange de son évaporateur. Le modèle global est un problème de satisfaction de contraintes qui est résolu en utilisant le solveur ‘’Constraint Explorer’’ [3]. Les

et

calculs ont été effectués pour

70

C

T

b

100

C

9 ième Congrès de Mécanique, FS Semlalia, Marrakech

1C T 4C T représente l’écart entre la température de saturation de la vapeur comprimée et celle du concentrât. Le modèle global est exploité pour répondre au besoin exprimé par les variables d’entrée qui sont regroupées dans le tableau 1.

M

d

T

cw

x

f

M d T c w x f x b U ev s  

x

b

Uev

s

 

50

35

 

0,7

 

3,37

0,045

0,6

Tableau 1 : Variables d’entrée du modèle global

Les résultats obtenus sont exposés sur les figures 2, 3,

4 et 5. Ainsi, la figure 2 montre que la température de la vapeur comprimée et surchauffée augmente avec le température du concentrât. Il est évident que l’augmentation de T entraîne un accroissement monotone de Ts pour le domaine de fonctionnement

étudié. Nous remarquons qu’une faible surchauffe est obtenue pour des températures du concentrât relativement

élevées. Ceci s’explique par la faible valeur de la chaleur

latente pour ces températures. L'évolution du rapport de compression en fonction de la température du concentrât est illustrée sur la figure 3. Celle-ci montre que pour des températures relativement

élevées du concentrât et des faibles écarts de

températures T , le rapport de compression est réduit, ce qui implique une réduction de sa taille donc de son coût

et de sa consommation énergétique. Ce dernier résultat

est confirmé par la figure 4 qui présente l'évolution de la

puissance spécifique consommée par le compresseur en

fonction de la température du concentrât. Cette puissance

est revue en baisse car le volume spécifique de la vapeur

est faible pour des températures élevées.

Quant à la figure 5, elle montre que la surface d'échange de l’évaporateur dépend principalement de

T . Nous observons qu'elle est légèrement influencée

par la variation de la température du concentrât. Les résultats obtenus sont en bon accord avec ceux de la

référence [2].

4. Conclusion

Nous avons utilisé une nouvelle méthode pour la

conception préliminaire d’une unité du dessalement à compression mécanique de vapeur d'eau. Cette méthode fait appel à des modèles utilisés basés sur les équations de conservation de la masse, de l’énergie et des relations empiriques de la littérature. Dans ces modèles, l’unité de dessalement est définie, principalement, par sa consommation énergétique, son rapport de compression et la surface de son évaporateur. Ces trois variables dépendent fortement des conditions de fonctionnement et du besoin en eau. Le fonctionnement avec des écarts de température entre la température de saturation de la vapeur comprimée et celle du concentrât relativement élevées permet de réduire la consommation d’énergie et le coût du compresseur. Un fonctionnement avec de faibles écart de température permet de réduire la taille et donc le coût de l’évaporateur.

Références

284

[1] A.M. Helal, S.A. Al-Malek “Design of a solar- assisted mechanical vapor compression (MVC) desalination unit for remote areas in the UAE” Desalination 197 (2006) 273-300. [2] H. Ettouney “Design of single-effect mechanical vapor compression” Desalination 190 (2006) 1–15. [3] Scaravetti D, Pailhès J, Nadeau J-P, Sébastian P “Aided decision-making for an embodiment design problem. Advances in Integrated Design and Manufacturing in Mechanical Engineering”, Springer, Dordrecht, (2005) 159-172.

Rizzuti

[4] A. Cipollina, G. Micale

‘’Investigation of flashing phenomena in MSF chambers’’ Desalination 216 (2007) 273-300.

and

L.

Nomenclature

Cp

Chaleur massique, kJ.kg -1 .°C -1

M

Débit massique, kg.s -1

P

Pression, kPa

s

Salinité, g.kg -1

T

Température, °C

T

d

Température de saturation de la vapeur

Coefficient d’échange thermique

U

comprimée, °C

x

global, kW.m -2 .°C -1 Titre

Facteur de compressibilité

Efficacité du compresseur

λ

Chaleur latente, kJ.kg -1

Indices

b

Concentrât

cw

Eau de mer à l’entrée des échangeurs

d

Distillat

ev

Evaporateur

f

Eau de mer

o

Sortie des échangeurs

s

Vapeur compressée et surchauffée

v

Vapeur saturée au dessus du filtre

vp

Vapeur saturée au dessous du filtre

120 T = 1°C 115 T = 2°C T = 3°C 110 T = 4°C
120
T = 1°C
115
T = 2°C
T = 3°C
110
T = 4°C
105
100
95
90
85
80
60
65
70
75
80
85
90
Ts(°C)

Tb(°C)

Figure 2 : Evolution de la température de surchauffe de la vapeur comprimée (Ts )en fonction de la température de concentrât.

9 ième Congrès de Mécanique, FS Semlalia, Marrakech

1,50 T = 1°C T = 2°C T = 3°C T = 4°C 1,45 1,40
1,50
T = 1°C
T = 2°C
T = 3°C
T = 4°C
1,45
1,40
1,35
1,30
1,25
1,20
60
70
80
90
100
Pd/Pv

Tb(°C)

Figure 3 : Evolution du rapport de compression en fonction de la température de concentrât.

22 T = 1°C T = 2°C T = 3°C T = 4°C 20 18
22
T = 1°C
T = 2°C
T = 3°C
T = 4°C
20
18
16
14
12
10
60
70
80
90
100
W(kWh/m 2 )

Tb(°C)

Figure 4 : Evolution de la puissance spécifique consommée par le compresseur en fonction de
Figure 4 : Evolution de la puissance spécifique consommée
par le compresseur en fonction de la température de concentrât.
450
400
350
T = 1°C
T = 2°C
300
T = 3°C
T = 4°C
250
200
150
100
50
60
70
80
90
100
Aev(m 2 )

Tb(°C)

Figure 5 : Evolution de la surface de d'échange spécifique de l'évaporateur en fonction de la température du concentrât

285