Sunteți pe pagina 1din 36

Thèse Professionnelle

Alain MOURLON

pour le Mastère Spécialisé du

Management de la Qualité, de la Sécurité et de


Environnement.
l’
Sujet
Hier Qualité,
aujourd’hui QSE,
demain RSE :
Comment organiser la fonction
autour de ce nouveau périmètre que sera
la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise
de l’ISO 26000 ?
Quelques définitions
RSE :

C’est l’application du Equitable


SOCIAL
Développement Durable ECONOMI
E Durable
par les entreprises. Viable Vivable
(déf. De la Commission Européenne)
ENVIRON
NEMENT
Les 3 ‘‘P’’ : People-Planet-Profit
 l'équité sociale ( People)
 la préservation de l'environnement (Planet) 
 l'efficacité économique (Profit)

Certains parlent de Responsabilité Sociale et


Environnementale (RSE), le
profit étant la raison d’être de l’entreprise.
Le risque est d’oublier la dimension sociétale.
…et pour lever la confusion
QSE :
QUALITE SECURIT
SECURIT
QUALITE
Contrairement à la RSE SMI EE
qui est un concept à part entière, HSE
HSE

ENVIRON
ENVIRON
QSE est un système qui s’est intégré NEMENT
NEMENT
ENVIRON
peu à peu pour donner NEMENT
- une idée de recherche de la performance
- par la maîtrise des risques :
Certains parleront de SMI,
d’autres d’un service ‘‘Qualité-Risques’’.
Pourquoi la RSE,
aujourd’hui ?
► La croissance et la consommation
 La production industrielle a doublé depuis 1975, alors que
la population a augmenté  de 50 %. (Source : Banque Mondiale)
► L’urbanisation, la mobilité, la mondialisation
 accroissement des opportunités / intensification de la
concurrence.
► La dépendance au pétrole
 40 % de l'énergie consommée
 matières plastiques, médicaments…

été 2008 : plus de 140$ le baril


► l’intérêt écologique rejoint l’intérêt économique.
Au-delà de l’Environnement,
une question de

Société
Travail des enfants, souvent dans des conditions dangereuses
(mines,manipulation de produits chimiques et de pesticides,…).

► Plus de 50 % de la population mondiale ne dispose d’aucune forme de


protection sociale.

► En France, un tiers des personnes sans domicile travaillent,

► Pour les pays de l’OCDE, le taux d’activité des femmes est inférieur de 20 % à
celui des hommes, et leur salaire jusqu’à 40 % moins important.

► La prospérité des pays développés ne garantit pas le bonheur des


individus :
discriminations, stress, précarité, sont les signes d'une société qui
peut aussi être génératrice de mal-être.
Le mal-être au Nord,
(sujet au cœur de la RSE et à la frontière
de la SST, des RH et du Management)
► Aux États-Unis, la dépression est désormais l'une des maladies les plus
courantes. Elle touche chaque année plus d'un adulte en âge de travailler
sur 10, ce qui représente une perte annuelle d'environ 200 millions de
journées de travail.
► Le Japon a le plus haut taux de suicide du monde industrialisé
(avec 24 pour 100 000 habitants en 2006).

► En Europe,
Les Français en sont les plus gros consommateurs d'antidépresseurs.
le nombre prescrits est passé de 26 millions en 1998 à 36 millions en
2002. (*dernières données connues)

► Selon l’INRS, en 2008 environ 20 % des salariés


européens estiment que leur santé est affectée par
des problèmes de stress au travail.
Les causes du stress :
Notion de tension-régulation

► © ANACT
De la menace à l’opportunité
► La valeur d’une entreprise est immatérielle à plus de 50 % !

Valeur de l’Ets = Valeur Comptable + Estimation de la capacité à


créer de la valeur future
► C’est le capital immatériel, dont les 9 types d’actifs principaux sont :
 Le capital client
 Le capital humain
 Le capital organisationnel Valeur
 Le système d’information
3. Management du capital de réputation
 Le capital de savoir (R&D,
secrets de fabrication, brevets)
2. Management des risques
 Les marques
 Le capital partenaires
(fournisseurs, banques,…) 1. Conformité

 Le capital actionnaire Qualité QSE RSE

 Le capital environnemental

Intégration dans l’entreprise


Du ‘‘pourquoi’’ au ‘‘comment’’ :
Les plans d'actions DD
Les entreprises s'engagent progressivement dans des démarches de RSE
- en réponse aux enjeux globaux de la planète,
- elles répondent surtout aux nouvelles attentes de leurs « parties prenantes »
(salariés, actionnaires, clients et fournisseurs, partenaires industriels, pouvoirs publics…).

Leurs plans d'actions portent sur les dimensions du Développement Durable :

► L'environnement : réduction de la consommation d’énergie et de ressources naturelles,


préservation de la biodiversité, éco-conception des produits, certification environnementale
des sites, gestion des déchets, des rejets, des nuisances.

► Le social : gestion de l’emploi, SST, diversité et égalité des chances, dialogue social, et le
sociétal : achats responsables, mécénat, actions solidaires, fondations…

► Les plans d’actions portent également sur les pratiques de bonne gouvernance et de
management : identification des parties prenantes et dialogue, analyse des risques et
opportunités, participation des salariés, éthique des affaires, politique de communication
responsable…
La question de la Fonction
RSE :

(Les 7 questions centrales de l’ISO 26000)


La multiplicité des actions montre bien la
diversité des compétences à mettre en
7 compétences ou fonctions
clés

► Le Spécialiste RSE, en soutien du Management devra


avoir
une double compétence : R(H+Q)SE = RSE …(+QH)
Exemple Bouygues

100 correspondants DD 


initiation à la construction
durable de près de 1 000
techniciens et commerciaux.
(effectif 2008 = 53000 salariés)
Retour sur le DD :
levier d’amélioration
et de performance des entreprises.
► aide à renforcer les fondamentaux de l’entreprise et à assurer sa
pérennité, en revisitant les acquis de la démarche qualité et en lui
redonnant un second souffle :

 moteur de croissance, de compétitivité,


 attractivité / fidélisation / motivation / productivité des salariés,
 terrain favorable à l’innovation, à la créativité,
 meilleure maîtrise des risques et des coûts,
 clés d’un progrès partagé et d’un enrichissement mutuel entre l’entreprise
et l’ensemble de ses parties prenantes (qu’il faut impliquer).

► L’investissement initial (souvent immatériel), qui représente un frein


pour certaines entreprises, est très rapidement amorti au regard de la
valeur ajoutée engendrée par de telles démarches.
ex 1 : La chasse au gaspillage des ressources a un impact économique immédiat.
ex 2 : Le reporting sociétal met en valeur des actifs peu lisibles sous l’angle comptable-financier.
Mesure de performance :
► Des labels au-delà des certifications

► Des notations extra-financières (l’agence VIGEO)


Cas DCNS : déjà engagée
En 2007, DCNS a progressivement mis en place une
organisation RSE.

► Un chargé de mission dédié a été nommé, et depuis :

► Un Comité Managérial Éthique et RSE (CM.ERSE) de


DCNS a été créé début janvier 2009 pour faciliter et
préparer la réflexion du Groupe dans les différents
domaines que regroupe la RSE.
Il rassemble des personnes qui connaissent
l’entreprise sous ses diverses dimensions : métiers et
technique, commercial, achats et management/RH.
Les actions déjà menées :
état des lieux
► L’ « engagement citoyen » de DCNS
avec la volonté de résultats mesurables

► une orientation marché vers les énergies renouvelables


► et des vraies actions en interne, des projets collaboratifs…
Des produits éco-
responsables
Une Analyse du Cycle de Vie
Les 3 sphères selon DCNS
BU Propulsion : DQP + HSE +
DRH
QUALITE SECURIT
E
HSE

ENVIRON
NEMENT

Environmt
DQP
DQP Social
RSE

Qualité
Qualité -- Risques
Risques
HSE
HSE
La notation VIGEO

► En 2007, un diagnostic RSE réalisé par VIGEO a permis d’identifier les


forces et les faiblesses du système managérial de DCNS,
► Tout au long de l’année 2008, des « actions RSE » ont été menées
dans les différents centres du Groupe.
► Depuis février 2009, l’agence indépendante VIGEO réalise un
deuxième diagnostic pour permettre à DCNS de mieux mesurer les
résultats obtenus.
Un grand principe de la RSE :
‘‘Penser global, agir local’’
► La politique, elle, peut être décidée et menée
au plus haut niveau, et sur du long terme.
► une vision stratégique avec un engagement sur la durée.

► Il faut que la fonction soit incarnée en local


► Pour la mise en application terrain
► Pour avoir des remontées d’information (des parties prenantes
locales et en particulier des salariés et clients)
► Pour un engagement au quotidien avec une vigilance de
chaque instant : réussir à insuffler une culture de
Responsabilité.

La Responsabilité doit rester l’affaire de chacun, et


non l’affaire de tous !
mais forcément avec l'appui d’une Direction engagée.
Guide des fonctions
► Toutes les fonctions de l’entreprise sont concernées,
j’ai retenu 7 groupes de fonctions :
►Management (DG, management intermédiaire, chef d’équipe)
►RH,
►Marketing (et fonctions Commerciales / Communication),
►Achats (et Logistique),
►Qualité et Risques (Sécurité-Environnement),
►Technique (Production, Etudes et Maintenance) Spécialistes ‘‘métier’’
►Informatique, (et Moyens généraux)
 Autres : Comptabilité, Finances, Gestion, (ISR…)
 Fonctions Administratives… (conso. papier, voyages…)
Compétences Management
► en prenant en considération la RSE dans la
stratégie de l’entreprise ;
Compétences Ressources
Humaines
► sur le plan du recrutement, de la gestion et du
développement des ressources humaines ;
► la GPEC vers une forme de Gestion RH Durable ?

Le marketing RH s’empare
du durable et promets une
carrière évolutive :
un ‘‘engagement durable’’
de la part de l’employeur.
Compétences Marketing,
Commerciales / Communication
► en communiquant l’engagement de l’entreprise
vers l’extérieur.

► mais par une communication


vraie et transparente
(attention au ‘‘GreenWashing’’)

… et au retour de boomerang.
Compétences Achats
► dans la sélection des fournisseurs et sous-traitants en choisissant des
partenaires commerciaux qui respectent des standards sociaux,
écologiques et économiques dans leurs filières d'approvisionnement ;

► ainsi que dans le mode de collaboration avec ceux-ci ;


► en instaurant et en entretenant avec ses fournisseurs et sous-traitants
des relations mutuellement bénéfiques ;
► en affinant ses critères de décision et en ayant une attitude éthique dans
une mise en concurrence équitable.
(hors dumping social ou environnemental)
Compétences Qualité et QSE
► la qualité : dans le choix et le suivi des normes
existantes (en fixant des indicateurs de pilotage
qui n'existent pas encore réellement)

► et son extension QSE : Sécurité et Environnement


ne peuvent pas prendre en charge à eux seuls la
responsabilité sociétale de l'entreprise mais y
contribuent dans quelques composantes
essentielles.
Compétences techniques
Production / Etudes
► la production : en étant conscient de l’impact de
l’activité de l’entreprise sur l’environnement et la
société,
 en contrôlant la gestion des déchets,
 en investissant dans les énergies renouvelables ;
 en contrôlant sa chaîne de production et
 en impliquant ses partenaires/fournisseurs dans les
phases de production.
► Les études :
 vers l’éco-conception
 et vers l’ergo-conception
Compétences Informatiques
► Les TIC font bien partie des évolutions majeures de la
société au même titre que les enjeux
environnementaux, la mondialisation et que les
nouvelles techniques managériales.
► En effet, l’accès direct au système d’information à
tous les salariés de l’entreprise impacte leur espace
de travail quotidiennement :
 - conséquences sur la santé au travail avec un stress accru dû à
l’inflation du flux de données et à la nécessité de travailler en
temps réel, TMS, troubles visuels…
 - La bureautique s’est transformé en outil de pilotage et s’est
chargé de décisionnel avec un reporting à court terme qui génère
lui aussi un stress permanent.
 - Le travail est aussi plus collaboratif et favorise un fonctionnement
matriciel donc un management plus horizontal, d’où la mise en
avant de la faculté à communiquer, à échanger et donc d’une
nouvelle rupture générationnelle (selon le degré d’appropriation de
l’outil et de la logique, par exemple du Web 2.0).
en vous remerciant
pour votre écoute

Quest
ions ?

Vous pourrez retrouver la thèse et cette présentation dans le fichier :


X:\Departements\DQP\Stagiaires\MOURLON Alain\Thèse professionnelle