Sunteți pe pagina 1din 73

PLAN

LES CONSTITUANTS DU BETON

LA FABRICATION

LA MISE EN OEUVRE

MATERIEL SPECIFIQUE DE MISE EN OEUVRE


LES CONSTITUANTS
BETON

CIMENT EAU GRANULATS ADJUVANTS


LE CIMENT

Liant hydraulique qui durcit au contact de l’eau et qui,


après durcissement, conservent leur résistance et leur
stabilité

DIFFERENTS TYPES :

CEM I Ciment portland artificiel

CEM II Ciment portland composé

CEM III Ciment de hauts fourneaux

CEM IV Ciment pouzzolanique

CEM V Ciment composé


LE CIMENT

Les ciments sont classés par rapport à leur résistance à la


compression (MPA) à 28 jours.

CEM II 42,5 Résistance à 28 jours de 42,5 MPA

Trois classes : 32,5 / 42,5 / 52,5

Il existe des classes de résistance à court terme :


2 jours et 7 jours

N ordinaire
32,5 N / 32,5 R
R élevée
LE CIMENT

D’autres informations sont indiqués sur le sacs de ciment :

Les classes de composition : les lettres A, B ou C qui précisent la


teneur en Clinker
La nature des constituants :
S laitier granulé de haut fourneau
V cendre volante silicieuse
LL calcaire dont le TOC<0,20% etc ……

Les caractéristiques complémentaires :


PM ciments pour travaux à la mer
ES ciments pour travaux en eaux à haute teneur en sulfates
CP1 ou CP2 ciments pour béton précontraint

CEM II /A -LL 32,5 R CE CP2 NF


LE CIMENT

Prise du ciment

La pâte de ciment passe par trois phases


successives :

La phase dormante Démarrage des premières réactions

Début et fin de prise Après 1 à 2 H augmentation brusque de la viscosité


Dégagement de chaleur

La pâte cesse d’être déformable et devient rigide

Le durcissement La résistance mécanique croit durant plusieurs mois


L’EAU DE GACHAGE

Permet au ciment de faire sa prise

De son dosage dépend l’ouvrabilité du béton

Ouvrabilité qui est contrôlé par le « cône d’abrams »


REMPLISSAGE D’UN MOULE TRONCONIQUE
AVEC DU BÉTON FRAIS

APRÈS DÉMOULAGE LA DIFFÉRENCE


DE HAUTEUR DE LA PARTIE
SUPÉRIEUR EST LA VALEUR
D’AFFAISSEMENT
UN CÔNE
UNE RÉHAUSSE
UNE TIGE DE PIQUETAGE
UN PORTIQUE DE MESURE
UNE PLAQUE DE BASE
INTRODUIRE LE BETON EN
TROIS COUCHES
PIQUETER CHAQUE COUCHE
25 FOIS
DÉMOULER EN SOULEVANT LE
MOULE LENTEMENT A LA
VERTICALE ET SANS SECOUSSE
PROCÉDER, DANS LA MINUTE, A
LA LECTURE DE L’AFFAISSEMENT

30 cm 25 cm

MESURE EFFECTUER AU cm PRÉS ( nombre entier )


AFFAISSEMENT AU CONSISTANCE BÉTON
CÔNE

0à4 FERME

5à9 PLASTIQUE

10 à 15 TRÈS PLASTIQUE

 16 FLUIDE
L’EAU DE GACHAGE

EAU Propre, sans matières en suspension


L’eau potable convient toujours

10 litres d’eau en plus = chute de 6% de la résistance du béton


LES GRANULATS

SABLE :

Un sable de bonne granulométrie doit contenir à la fois


des grains fins, moyens et gros

Éviter les sable de dunes ou marins

Classe granulaires : 0/5


LES GRANULATS

GRAVILLON :

ROULĖS (béton + maniable et + résistant )

SEMI CONCASSĖS
CONCASSĖS

Classe granulaires : 5 / 16 ou 5 / 20

Ces granulats doivent être :

RESISTANTS
PROPRES ( teneur en fines argileuses < 2 à 5 % )
NON GELIFS
LES ADJUVANTS

Produit qui ajoutés au moment du gâchage ou étendus à la surface du


béton, modifient ces caractéristiques.

Quelques produits et leur action :

PLASTIFIANT = meilleur maniabilité


ENTRAINEUR D’AIR = moins d’eau, moins de
vibrations, meilleur
résistance et tenue au gel.

RETARDATEUR DE PRISE = permet le bétonnage par


temps chaud

PRODUIT DE CURE = empêche la dessiccation du


béton frais
FORMULATION

Selon l’épaisseur de l’ouvrage


Classe granulaire Selon l’épaisseur d’enrobage des
armatures requise

Granulats G/S = 2 Gravillons = G / Sable = S

Ciment Déterminé par la résistance souhaité

Ouvrage peu chargé : 250 kg par m3


bâtiment : 350 kg par m3
Ouvrage d’art : 400 kg par m3

Eau E = C/2 Eau = E / Ciment = C


BETON PRÊT A L’EMPLOI (BPE)

Norme NF EN 206-1 de 2005 qui remplace la XP P 18-305 de 1996

Définit 2 types de bétons :

Les Bétons à Propriétés Spécifiées (BPS)

Bétons dont les performances sont garanties par le fournisseur de BPE

Les Bétons à Composition Prescrite (BCP)

Bétons pour lesquels la composition est spécifiée au producteur par le client


BETON PRÊT A L’EMPLOI (BPE)

Commande d’un BPS : la classe de résistance


la classe d’exposition
la classe de consistance
le Dmax des granulats
la classe de chlorures

Classe de résistance : exprimée sous la forme C X/Y ou X = mesure sur cylindre


et Y mesure sur cube

Classe exposition : suivant le type d’agression que le béton peut subir


- corrosion induite par carbonatation XC1 – XC2 – XC3 – XC4
- corrosion induite par les chlorures non marine XD1 – XD2 – XD3
- corrosion induite par les chlorures marine XS1 – XS2 – XS3
- cycle gel/dégel avec ou sans sels XF1 – XF2 – XF3 – XF4
BETON PRÊT A L’EMPLOI (BPE)

Classe de consistance : par rapport au cône d’abrams


S1 = 1 à 4 S2 = 5 à 9 S3 = 10 à 15 S4 = 15 à 21 S5 = 22

Classe de chlorure : quantité totale en ion chlorure admissible dans le béton en


fonction de la présence ou non d’armatures
armatures précontrainte CI 0,20
armatures ou pièces métalliques noyées CI 0,40
idem CI 0,40 avec CEM III CI 0,65
non armé CI 1,0

Exemple BPS : Manuvia C25/30 330 XF2 S2

XF2 CI 0,40 C25/30 S2 20


LA FABRICATION
Sur site : Approvisionnement et stockage des
constituants à l’abri de l’humidité

Dosage volumétrique

Bétonnières :
Silos ciment En centrale :

Bascule eau-ciment

Malaxeur
Cabine de commande

prédoseur

Container pompes adjuvants et eau

Cuve à eau tampon


Livré par camion toupie ( 4 à 8 m3 )

Temps de transport limité à 1h30


Rajout d’eau interdit

Pompe
Tapis Mixo-pompe
MISE EN OEUVRE
COFFRAGE

Une propriété essentielle du béton est son aptitude à


épouser la forme dans laquelle on le coule.

Sur le chantier ces formes sont les coffrages .

Ces l’outil essentiel en matière de réalisation d’ouvrage


béton.
Voile de béton à couler
Raidisseurs
Peau

Etais
Calage

Etais
COFFRAGE

Conception :

Un coffrage doit être, suffisamment rigides pour supporter la


poussée du béton, la vibration, et stables .

Pression statique du béton = 2 à 6 T/m²


COFFRAGE

Un coffrage est constitué par la juxtaposition d’éléments,


l’absence d’étanchéité aux joints à pour effet de laisser passer
l’eau ou la laitance.

Il faut donc soignée l’étanchéité des coffrages


COFFRAGE

Un coffrage est le négatif de l’ouvrage, tout défaut de surface se


retrouvera sur le parement de l’ouvrage.

Il faut donc être vigilant sur l’état de surface en


contact avec le béton
COFFRAGE

Différents types :

Présente de nombreux avantages pour les bétons


Coffrages bois apparents et les ouvrages de formes complexe et
non répétitifs.

Utiliser : Des planches suffisamment épaisse ( 27 à 40 mm ).

Des essences de bois exempts de tanin et secs

Pour les surfaces importantes et planes on peut utilisé des


panneaux de contreplaqué ( marine ) de 16 à 19 mm
d’épaisseur.
COFFRAGE

Coffrages métalliques

Utilisé principalement dans le bâtiment.

Possibilité de réemploi appréciables.

Utilisés avec des raidisseurs ils permettent la


réalisation d’élément de grandes surfaces.

La nature imperméable de l’acier donne au béton


une surface lisse.

Coffrage bien adapté à la vibration externe.


COFFRAGE

COFFRAGES METALLIQUES
COFFRAGE

Préparation des coffrages :

Le mettre à niveau et assurés sa stabilité par


des étais.

Assemblé correctement les différents éléments


pour assuré l’étanchéité.

Vérifier la surface en contact avec le béton et


éliminer toutes aspérité ( boulons, clous,…) et
l’eau stagnante.

Appliquer un produit de démoulage de façon


régulière, sans excès.
ARMATURE

Pourquoi armer le béton ?

Pour accroître sa résistance à la traction

Compression

Neutre

Traction
Pour s’opposer à la fissuration

Liaison entre différents éléments


ARMATURE

Où placer les armatures ?

Les fers seront disposés dans


la zone de traction.
Types d’acier utilisés pour les armatures.

Barres ou filants :
Lisse
ARMATURE

Haute Adhérence HA

6, 8, 10, 12, 14, 16, 20, 25, 32, 40 mm

Liaisons entre filants successifs :


Recouvrement de 10 fois le Ø
Ligatures
recouvrement

ligatures
ARMATURE
Treillis soudés :
Quadrillage de barre définissant un sens porteur et un sens de
répartition des effets de traction
Fils porteurs Ø

Fils répartiteurs
ø
L’enrobage ( E ) par le béton dépend du milieu :

E
ARMATURE

Milieu agressif E > 4 cm

Risque d’agression E > 3 cm

Intempéries E > 2 cm

Milieu protégé E > 1 cm

Espaces entre armatures  Ø du plus gros granulats


ARMATURE

Armatures pour poutres

Treillis soudés
VIBRATION

Rôle : Faciliter le remplissage des coffrages et


l’enrobage des armatures.

Augmenter la compacité du béton en supprimant


les vides d’air.

Effets sur béton frais :


Expulsion de l’air

Amélioration de la maniabilité
VIBRATION

Ces effets sur le béton frais se traduise une fois celui-ci durci, par :

Une porosité réduite


Une homogénéité améliorée
Un retrait diminué
Un enrobage efficace des armatures

Matériels de vibration :
Vibrateurs internes ou pervibrateurs

Tube métallique dans lequel une


masselotte excentrée procure la vibration
VIBRATION

Couramment utilisés sur les chantiers


Énergie de fonctionnement : pneumatique
électrique
thermique
VIBRATION

Ø de 25 à 70 mm pour un volume < 10 m3

Ø de 70 à 100 mm pour un volume > 10 m3

Ø aiguilles (mm) Rayon action (cm)

25 10

50 25

75 40

100 50
VIBRATION

Durée : Temps où l’aiguille est laissée au même emplacement

5 secondes pour les béton mous

20 secondes pour les béton plastiques

1 minutes pour les béton fermes

Déplacer l’aiguille d’un rayon d’action à chaque fois


VIBRATION

Vibrateurs externes

Fixées sur les coffrages Impose des coffrages lourds et rigides

Réservé à des pièces d’épaisseur moyenne Murs, poutres, etc.


VIBRATION

Vibrateurs de surface

Permet de transmettre la vibration à partir d’une règle déplacée à


la surface du béton

Réservés à la réalisation de dalle de faible épaisseur


(15 à 20 cm maxi)
VIBRATION

Règles pratiques :

Vibrer par couches successive < 40 à 50 cm

Faire pénétrer l’aiguille sur 10 cm

Éviter d’approcher des armatures et du coffrage

Arrêter de vibrer lorsqu’il n’y a plus de


dégagement de bulles d’air et que la laitance
apparaît

La vibration doit être appliquée à la totalité du


volume de béton et de manière uniforme
MISE EN PLACE DU BETON

Préambule :

Éviter les chocs ou manœuvre brutales lors de


l’approvisionnement du béton : SĖGRĖGATION.

Attention au temps de transport : OUVRABILITĖ.

Nettoyer fréquemment les matériels de transport


pour éviter tous risque de pollution.
MISE EN PLACE DU BETON

Règles a respecter :

HAUTEUR DE DEVERSEMENT < 1 M

REPARTITION REGULIERE

VITESSE DE BETONNAGE CONSTANTE

VERIFIER LE BON ENROBAGE DES


ARMATURES

PROSCRIRE LA MISE EN PLACE PAR


FORTE PLUIE
Hauteur de chute
inférieure à
1 mètre
Régalage grossier au croc à béton
SURFACAGE

Destiné à : Fermer la surface


Avoir une bonne planéité

Avoir un aspect lisse

Réalisé avec : taloches

Lisseuse rotative
SURFACAGE

Le surfaçage peut être compléter par d’autres traitement :

Le striage ( adhérence )

Le dénudage des granulats ( esthétique )


INFLUENCE DES CONDITIONS METEO

Éviter tous travaux de bétonnage si :

T° < 5° C

T° > 30° C
Pluie importante

Par temps froid Allongement du temps de prise et durcissement

Utiliser un accélérateur de prise

Employer obligatoirement un produit de cure


INFLUENCE DES CONDITIONS METEO

Par temps chaud Dessiccation importante, fissuration

Utiliser un retardateur de prise

Appliquer un produit de cure

Par temps de pluie Lessivage surface du béton

Arrêter le chantier

Couvrir la dalle
LES JOINTS

Le béton se fissure naturellement durant sa prise

Ces fissures sont anarchiques et irrégulières

Afin de palier à cet inconvénient on pratique :

Sur béton frais La mise en place de joints préfabriqués en plastique

Des découpe au couteau à joint


LES JOINTS
Sur béton en prise

Des découpe à la scie à sol avec


lame au diamant

CARACTERISTIQUES DU JOINT

5 m à 7,5 m ( 25m²)

1/5
MATERIEL SPECIFIQUE
Le SLIP-FORM

Finisseur à béton à coffrage glissant


SF 250 Caterpillar