Sunteți pe pagina 1din 54

ACTIVITE AMONT Division Sécurité

DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

SH - DP- DIRECTION REGIONALE


HASSI R’MEL

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

LA DIVISION SECURITE

VOUS SOUHAITE
LA BIENVENUE

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

LUTTE CONTRE L’INCENDIE


INITIATION

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

INTRODUCTION

L’Industrie du pétrole et du gaz reste toujours une


source de danger permanent (incendie, explosion), et
peut être l’origine d’un accident technologiques
majeurs, vue la nature physico-chimique des produits
traités, stockés ou transportés , l’état des installations
(vieillissement) et le degré de maitrise de la technologie.

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

HASSI R’MEL étant principalement un pôle gazier,


présente donc des risques MAJEURS:

 D’INCENDIE

 EXPLOSION
( Exp : BLEVE,
UVCE)

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

ACCIDENTS TECHNOLOGIQUES CAUSES PAR LES


INCENDIES ET LES EXPLOSIONS - SONATRACH

-Eruption non contrôlé puits HR64, 18 janvier 2000 à 01:20min (pas de


dégâts humains)- SH/P/HRM (puits abandonné)

- Incendie s’est déclaré suite une forte explosion de gaz au niveau de


complexe liquéfaction de GN de Skikda, le 19 janvier 2004 bilan: 27 morts,
plusieurs blessés et importants dégâts matériels

- Un incendie s’est déclaré sur le bac de stockage de pétrole brut S106 au


terminal de Skikda – Direction RTE, le 04 octobre 2005 à 10:00, bilan : 02
morts, 02 bacs de stockage furent totalement détruits (S105, S106)

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

GENERALITES SUR LES INCENDIES

• Définitions :
L’incendie est une combustion qui se
développe sans contrôle dans le temps et
dans l’espace. Le processus de combustion
est une réaction chimique d’oxydation d’un
combustible par un comburant cette
réaction nécessite une source d’énergie.

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

Combustible et comburant

• Combustible : matière capable de se consumer.


• Il y a trois sortes de combustibles : solides (bois,
charbon, papiers…), liquides (essence, pétrole
brut, condensât, solvants…), et gaz (méthane,
éthane, propane, butane.).
• Comburant : Corps qui, en se combinant avec un
autre permet la combustion. Exp. : Oxygène, air,
….

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

Energie d’activation

• Energie d’activation : énergie nécessaire au


démarrage de la réaction chimique de combustion
et apportée par une source de chaleur, une
étincelle…

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

Triangle de feu
• La présence simultanée de ces trois éléments
formants ce qu’on appel ‘’ Triangle de feu ‘’.
• La surpression de l’un de ces éléments arrête le
processus de combustion, c’est la règle de base
des procédés d’extinction des incendies.

SOURCE DE CHALEUR
Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL L’explosion

• L’explosion est due à la présence d’un combustible (gaz)


mélangé à un comburant (oxygène de l’air) dans des
proportions données, qui en présence d’une source
d’ignition ou de chaleur, va se consumer très
rapidement .

EXPLOSION

SOURCE DE CHALEUR

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL Caractéristiques d’explosivité d’un mélange
gazeux
 LIE = Limite Inférieure d’Explosivité
Elle correspond à la concentration minimale de gaz ou de vapeur
inflammable dans l’air au dessous de laquelle il n’y a pas
d’explosion possible.
 LSE = Limite Supérieure d’Explosivité
Elle correspond à la concentration maximale de gaz ou de
vapeur inflammable dans l’air au-delà de laquelle il n’y à pas
de risque d’explosion.

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité

Processus de l’explosion
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

On distingue 2 régimes d’explosion : la déflagration et la détonation.


La déflagration n’est pas forcément suivie d’une détonation.
La détonation est toujours précédée d’une déflagration:
Quelques chiffres :
Déflagration
Détonation

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

L.I.E. – L.S.E.
Graduation LIE LSE
0% air
100% gaz

ZONE DE MESURE
DE L’EXPLOSIMETRE
Zone 2
Zone 3
Zone 1

100% air
0% gaz Pas de risque d’explosion ATTENTION DANGER ! Risque écarté momentanément

0 20 50 100% LIE

2,5%
5% 15% méthane

0,95%
1,9% 8,5 % butane

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

La Sécurité incendie
• La sécurité incendie c’est l’ensemble des
mesures d’ordres techniques, humaines,
matérielles et organisationnelles dans le but de
prévenir et lutter contre les incendies.

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

Modes de propagation des incendies :


• L’extension du feu s’effectue par transfert d’énergie du :
– rayonnement : La transmission se fait par émission des
radiations, en ligne et en dehors de tout support matériel
– convection : C’est le transfert de chaleur par mouvement
ascendant d’air réchauffé
– conduction : transfert de chaleur au sein d’un même
matériau
– déplacement :de substance déjà en combustion : (ex : par
transmission du feu dans les systèmes de ventilation)

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

Causes et origines des incendies :

Dans un établissement industriel, commercial, les


incendies sont dus :
• -à l’utilisation des flammes nues, aux travaux par
points chauds (soudage à l’arc, découpage au
chalumeau. .etc.)
• - aux appareils de chauffage
• - aux causes naturels (foudre, action de soleil)
• - aux installations électriques

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

Causes et origines des incendies …suite

• - à l’électricité statique
• - au phénomène d’inflammation spontanée
• - aux imprudences des fumeurs
• - au réaction chimique
• - à la présence des matières inflammables (fuite..)
• - à la malveillance …..
• ………Etc

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

Extinction et lutte contre l’incendie

• Pour attaquer efficacement un début


d’incendie, il faut disposer de l’agent
extincteur le mieux approprié à la nature
du feu, et sa qu’après une définition des
différentes classes de feu a été établi.

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

Classes des feux :


• la norme AFNOR NF EN 2, distingue quatre
classes de feu :
• Classe A : (dits feux secs) Feux de matériaux
solides, généralement de nature
organique(papiers , bois..)
• Classe B : (dits feux gras) Feux de liquides
(pétroles, huiles , condensat,)
• Classe C : Feux de gaz, on ne doit éteindre un feu
de gaz que si l’on peut aussitôt en couper
l’alimentation (méthane, éthane, propane….)
• Classe D : Feux de métaux (sodium, magnésium,
aluminium…)

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

Les agents extincteurs :


1-L’Eau : L’eau est le plus utilisée des agents
extincteurs car on peut toujours, s’en
procurer. Elle agit doublement :
• - par action direct en étouffant le foyer (à
l’aide de l’eau et de la vapeur formée)
• - par action indirect en refroidissant les
matériaux en combustion et en limitant les
effets thermiques.

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

Les agents extincteurs :


2-La mousse : Les mousses utilisées pour la lutte
contre l’incendie sont produites mécaniquement
par brassage d’un émulseur avec l’eau puis
introduction d’air, la concentration d’émulseur est
comprise entre 3% à 6%.
• Le foisonnement de la mousse est le rapport de
volume de la mousse à celui de l’eau additionner
d’émulseur.
• Les mousses agissent de plusieurs façons sur les
feux :
• - par étouffement
• - par refroidissement
Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

Les agents extincteurs :

3-Les poudres : Sont des sels, l’élément de base des


poudres modernes est le bicarbonate de sodium.
L’action extinctrice principale des poudres sur les
feux est l’inhibition de la propagation de la
flamme (inhiber la réaction de combustion).
4-Les gaz inertes : L’extinction avec les gaz inertes
(dioxyde de carbone CO2, azote, argon, leurs
mélanges…) est obtenue par diminution de la
teneur en oxygène dans l’atmosphère.

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

Les agents extincteurs :

Le gaz carbonique agit sur les feux par :


- étouffement (diminution de la teneur en
oxygène)
- refroidissement au moment de sa détente (-78°C)
- effet mécanique (souffle)
Il est très bon agent extincteur contre les feux sur
appareillage électrique.

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

Les agents extincteurs :

5-Les halogènes : Ces hydrocarbures, obtenus par la


substitution des atomes d’hydrogène par des
atomes d’halogènes (chlore, brome, fluore, iode)
agissent par inhibition contre un débit d’incendie.
Les plus connus sont les Halons
(1301 : Bromotrifluorométhane et 1211 : Bromochlorodifluorométhane),
Ils sont substitués par d’autres agents citant (FM200 :
Heptafluoropropane, FE13 : Trifluorométhane et le CEA410 :
Perfluorobutane) puisqu’ils contribuent à la destruction de la couche
d’ozone, aussi présentent des dangers pour les personnes (toxicité des
produits de décomposition).

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

Les agents extincteurs :

6- Le sable : C’est un agent extincteur utile pour


attaquer des feux de flaques (épandage des
hydrocarbures liquides sur le sol), il agit par
étouffement.

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

Prévention des incendies


Pour cela il faut Identifier les sources d’incendie
présentent dans les installations, et calculer le pouvoir
calorifique
• Ces deux éléments vont permettre de déterminer :
- Le type et la quantité d’agent extincteur à retenir
- la nécessité ou non d’une installation de détection
extinction automatique
- détermination des cloisonnements nécessaires

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

Prévention des incendies


La prévention incendie est basée sur :
• - la prévention intégrée :
- Lors de la conception des locaux, installations (résistance au
feu, réaction au feu, ignifugeage …etc.).
- dans le choix de leur destination
- avant et pendant l’exécution des travaux (identification des
dangers et évaluation des risques), permis de feu
- dans les procédures de travail
- dans la formation et entraînement du personnel

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

La prévention incendie est basée sur :


• - la prévention intégrée : Suite…
• dans les moyens de protection :
- organisation de la sécurité incendie
- moyens matériels anti-incendie (entretien, maintenance,
essais périodiques)
- les moyens de protection individuelle (vêtements, casques
de protection, appareils respiratoires.. etc.)
• étiquetage des produits inflammables et explosifs
• respect des consignes de sécurité incendie

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

Prévention des incendies

• En conclusion, les mesures de prévention


seront basées sur les deux règles
principales suivantes :
• - ne pas permettre le mélange d’air et de
combustibles à l’état gazeux de se former
• - éviter/éloigner les sources d’ignition

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

La protection incendie :

Elle est basée sur la quantité, qualité et fiabilité


des moyens matériels mis en œuvre,
l’organisation de la sécurité incendie
(stratégie et techniques d’attaque,
d’évacuation. etc.), et la qualification du
personnel intervenant.

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

La protection incendie :

Un système de sécurité incendie


• Un système de sécurité incendie est très efficace
pour la protection des équipements stratégiques
présentant des risques majeurs pour les
personnes, les installations et l’environnement
(incendie, explosion, fuite accidentelle des gaz non
enflammés). La norme AFNOR NF S 61931
précise la constitution d’un système de sécurité
incendie (SSI), celui est constitué de deux parties :

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

La protection incendie :

SSI (système de sécurité incendie) = SDI (système


de détection incendie) + SMSI (système de mise
en sécurité incendie).
• 1- Le SDI : a pour objet de détecter un début
d’incendie et de le localiser, il comprend :
Les détecteurs : un appareil conçu de façon à
fonctionne lorsqu’il est influencé par certains
phénomènes physiques, chimiques ou ioniques
procédant ou accompagnant un début d’incendie.
On distingue plusieurs types de détecteurs :
détecteurs de gaz combustibles (explosimètres), de
fumée, de température, de flamme…
Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

La protection incendie :

Tableau de signalisation : est un ensemble conçu


pour transformer le fonctionnement d’un détecteur
en un avertissement sonore et lumineuse
(visuelle), signaler la zone ou le boucle à laquelle
appartient ce détecteurs et donner les alarmes
d’extinction.
Source d’alimentation et circuits électriques.

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

La protection incendie :

• 2- Le SMSI : Il comporte l’ensemble des


équipements qui assurent les fonctions nécessaires
à la mise en sécurité de l’installation en cas
d’incendie, Citant :
- l’extinction automatique (installation fixe
couplée à un système de détection automatique)
- la mise à l’arrêt de certaines installations
techniques
- désenfumage
- systèmes de temporisation pour l’évacuation
des personnes…etc.
Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

Différents matériels de lutte contre l’incendie :

1-Matériels de première intervention :


Dans l’entreprise, les moyens de lutte contre l’incendie, lors de la première intervention (début
d’incendie),sont principalement les extincteurs mobiles (portatifs et sur roues) et des
robinets incendie armés)
a - Les extincteurs : L’extincteur est un appareil étanche qui permet de
projeter et de diriger un produit extincteur sous l’effet d’un pression
intérieure, ils sont classées et désignés en fonction de:
• L’agent extincteurs qu’ils contiennent : Extincteurs à eau pulvérisée avec
ou sans additifs, extincteurs à poudre , extincteur à dioxyde de carbone)
• Leur masse et leur équipement :
Extincteur portatif : masse totale égale ou inférieure à 20 kg
Extincteur sur roues : tractable à bras ou remorquable

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

B - Les robinets d’incendie armés (RIA)


c- Autres moyens : Seaux d’eaux, bacs à sable, couvertures anti-feu…etc.

2-Matériels de deuxième intervention :


a- Bouches et poteaux incendie
b- Tuyaux : semi-rigides pour l’aspiration avec une motopompe,
et de refoulement souples raccordés sur les bouches et
poteaux…etc.
c- Les lances (à eau et mixte)
d- les colonnes sèches et humides ….etc.

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

3- Installation fixe d’extinction :


• Les installations fixes ne seront installées qu’après une
identification priori des dangers et évaluation des risques
de l’endroit à protéger. Elles sont conçues pour la
protection contre des risques bien définis. Elles peuvent
être à commande manuelle, à distance ou automatique.
Une installation fixe comprend généralement, cinq
parties principales : source ou réserve de l’agent
extincteur, le réseau de distribution, les diffuseurs, le
dispositif de mise en œuvre et le dispositif d’alarme.

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

• Ces installations font appel à toute la gamme des produits


extincteurs. Dans notre région SH/DP/HR, on distingue les
installations suivantes en fonction de l’agent extincteur
utilisé :
• 3-1-Extinction par l’eau pulvérisée :
• a- Installation de détection extinction automatique :
-Système automatique de pulvérisation d’eau (déluge) de protection
des pompes de transfert de GPL et de condensât, de pétrole brut.
- Systèmes de rideaux d’eau pour les bâtiments compresseurs.
• b- Installation de pulvérisation d’eau de commande à distance :
-Couronnes de refroidissement des bacs de condensat
3-2-Extinction par mousse : Elle est plus particulièrement pour les stockage
des hydrocarbures liquides. On cite :
- Système de commande à distance d’extinction par mousse (déversoirs à
mousse pour protection des cuvettes de rétention et chambres à mousse pour
protection des bacs de stockage de condensât et brut.).

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

• 3-3-Extinction par CO2 :


• - Installation de détection extinction automatique au CO2 pour les sous-
stations électriques et les compartiments turbines.
• 3-4-Extinction par poudre :
• - Installation de détection extinction automatique à poudre pour les unités
de compression (coté compresseurs)
• 3-5-Extinction au FM200 :
• - Installation de détection extinction automatique au FM200 au niveau des
salles de contrôle, tableaux de commande et salles des racks.

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

4- Réseau d’eau incendie : Dès que l’incendie atteint certain


ampleur, les extincteurs mobiles ou installation fixe ne peuvent
suffire et il est indispensable d’employer nécessairement l’eau
comme moyens le plus puissant en capacité d’extinction et en
durée d’action. Le réseau d’eau incendie est un moyen de
protection contre les incendies et ses conséquences. Est un
système de tuyauterie arrangée dans une propriété publique ou
industrielle, ce réseau doit être rempli d’eau sous pression
d’une façon permanente (généralement entre 8 et 13 bars). Il est
composé de :

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

4- Réseau d’eau incendie :….Suite


• - une réserve d’eau (selon la réglementation en vigueur)
• - un système de pompage (pomperie)
• - systèmes de tuyauterie, accessoires, connexions d’annexes
(piquages)
• - poteaux, bouches…etc.
En conclusion, les mesures de protection incendie seront basées sur les
trois règles principales suivantes :
• - priver le feu d’air comburant
• - refroidir les corps enflammés au-dessous de la température
d’inflammation du combustible
• - arrêter la formation et le mélange avec l’air des vapeurs
inflammables

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

Organisation de secours :

• La conception et la mise en place de


l’organisation de la défense contre l’incendie
constituent une obligation dans l’entreprise.
• Le matériel nécessaire à la lutte contre l’incendie
doit faire l’objet d’un choix judicieux, d’une
disponibilité permanente, d’un entretien et de
visite qui garantissent la sûreté et l’efficacité de
son utilisation, ainsi la formation du personnel sur
la protection incendie est indispensable.

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

Organisation de secours :

• 1- Formation et information du personnel : Ils constituent un maillon


essentiel de la chaîne de sécurité incendie. La formation doivent
apporter a tous la connaissance sur le mécanisme du feu, la
prévention, les agents extincteurs, la maîtrise des différentes classes
des feux .Elles permettre en particulier au personnel d’agir avec
calme, précision et rapidité. Cette formation doit être complétée par
des exercices pratiques.
• 2- L’alerte : L’alerte à pour objet de prévenir dans les plus brefs
délais les équipes d’intervention spécialisées.
• 3- Intervention : Toute personne apercevant d’un débit d’incendie doit
donner l’alarme et mettre en œuvre les moyens de premiers secours,
sans attendre l’arrive du personnel spécialisé , sans mettre en danger
sa vie. Pour ça on distingue trois équipes d’intervention :

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

- Equipe de première intervention (EPI) : leur rôle est d’avertir et


d’intervenir immédiatement dans leur zone de travail avec les moyens
disponibles sur place.
- Equipe de seconde intervention (ESI) : leur rôle consiste, en attendant
l’arrivée des secours extérieurs, à compléter l’action de l’équipe EPI,
en apportant et en utilisant les moyens additionnels.
- Equipe de troisième intervention (ETI) : est celle des sapeurs pompiers,
chaque fois que l’équipe spécialisée ESI est appelée à intervenir.

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

Les plans de mesures d’urgence :

• ce sont des plans officiels approuvés par les autorités locales et les
chefs d’entreprises, ces plans sont constitués en plusieurs modules
citant : modules secours et sauvetage, soins médicaux et évacuation,
transports, Matériels et équipements divers, communication et
information. etc.
• Ils sont basés sur les éléments suivants :
• - identification des danger et évaluation des risques de l’endroit à
protéger
• - organisation, méthodes et technique d’intervention
• - estimation des moyens humains et matériels à mettre en œuvre

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

Face à un incendie
• Appel d’urgence : ligne de feu 4444 et 7777 (Centrale
SE)
• Sur unité
– Appeler la SECURITE en utilisant les PTE, PTI ou
interphone
– Alerter la SALLE DE CONTROLE

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

Essayer d’éteindre un début


incendie en utilisant les moyens
d’extinction sur place si on sait
faire sans risquer sa propre vie

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

Première intervention sur un début d’incendie

• A titre indicatif un extincteur portatif de 6 à 10kg utilisé par


une personne bien entraînée peut éteindre un feu de 6m²
maximum. Si le feu prend de l’importance, on devra utiliser
d’autres moyens plus appropriés
• L’attaque doit se faire vent arrière, horizontalement, par la
base des flammes, dans le sens de la longueur de la
flaque, en avançant avec beaucoup de précautions, au fur et
à mesure du recul des flammes en balayant la surface

La fin de l’intervention
Surveillance de l’installation sinistrée.
Risque de réallumage
points chauds
feux de câbles, etc.

Fuites possibles de produit

Risques de débordement

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

En cas d’alerte
• Arrêter de travailler
• Éteindre les engins, les véhicules, groupe de
soudure .…

• Dirigez vous directement au


point de rassemblement
Conformez vous aux consignes de Sécurité.

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

Code d’Alerte Sirène


 03 COUPS LONGS SINISTRE SUR UNITES

 02 COUPS LONGS SINISTRE SUR PUITS

 01 COUP LONG AUTRES (Ex : Bases de vie……)

 01 COUP COURT FIN D’ALERTE

Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

- 

* * 
. : 3 
* 7777– 4444 . : 2
5117 – . : 1
. - . : 1
*
-
. , *
. .
. -
. *
. - . *
* *
. * . *
* ....................................
- .
. .
. --
-

( ( - . -
.) .) – -
. - .) (
. - .
. -
- -
. -
-. .
. - -
.
- ( - . . -
( - . -
.) / 20 . 15 -
.) . - .
-
. ... . - . -
Février 2006
ACTIVITE AMONT Division Sécurité
DIVISION PRODUCTION
DIRECTION REGIONALE
HASSI – R’MEL

Merci pour votre attention

Février 2006