Sunteți pe pagina 1din 21

LA DÉPRESSION

Introduction :

• La dépression est le trouble psychiatrique le


plus fréquent en population générale (20%).
• Chez l’enfant, la dépression a été longtemps
contestée
• Chez l’adulte, elle cause une perte importante
en termes de travail et de vie personnelle
Données épidémiologiques
• La fréquence varie selon les études et l’outil
diagnostique utilisé
• La dépression majeure: 17 – 29%
• Prévalence chez l’enfant entre 0.5 et 2 à 3% de la
population (Mouren-Simeoni, 1997)
Etude clinique
Sémiologie de la dépression de
l’enfant
• survient généralement après un évènement ayant
valeur de perte: décès d’un membre de la famille
(GP), séparation des parents…
• Parfois, évènement plus anodin: déménagement,
changement d’école, départ d’un ami, décès d’un
animal de compagnie…
• Parfois, aucun évènement déclenchant n’est
retrouvé.
• L’installation de la dépression est
généralement progressive mais le
changement du comportement de l’enfant
par rapport à la situation antérieure est
évident.
1- Les signes thymiques
L’humeur
• Peut être franchement triste
• Généralement, la tristesse est remplacée par
de l’irritabilité:
• Pleurs faciles et parfois inexpliqués
• Une perte d’intérêt et de plaisir
• sentiment d’ennui : « je m’ennuie », « j’en ai
marre »…
• Perte de l’estime de soi: « je suis nul », « je suis bon
à rien »
• La dévalorisation : « je sais pas », « je suis pas sur d’y
arriver », « je sais que j’y arriverais pas », « c’est de
ma faute », « je suis méchant »…
• Sentiment de perte d’amour: « mes parents ne
m’aiment pas »,« personne ne m’aime »
2- Les signes moteurs

• Le ralentissement psychomoteur peut se voir


mais il est souvent remplacé par
• Instabilité psychomotrice voire de l’agitation:
l’enfant bouge beaucoup, ne tient pas en
place, touche à tout, parfois se met en
danger…
• L’instabilité peut contraster avec des
moments de repli et d’inertie
3- Les signes cognitifs

• difficultés de concentration, d’attention et de


mémoire aboutissant généralement à un
fléchissement scolaire
• Les difficultés scolaires ou l’échec scolaire
peuvent être le motif de consultation
4- Les signes somatiques
• Des troubles de l’appétit : perte d’appétit
chez le petit enfant, grignotage et
hyperphagie chez le grand enfant et le
préadolescent
• Les troubles de sommeil rares, et sont à type
de refus de coucher, cauchemars, réveils
anxieux…
• Les plaintes somatiques très fréquentes :
céphalées, douleurs abdominales..
5- Les idées noires et les idées
suicidaires
• Des idées de mort peuvent se voir: « ça serait mieux
si je mourrais », « la vie ne vaut rien »
• Les idées suicidaires sont rarement verbalisées
• Des passages à l’acte sous forme de tentative de
suicides sont rares chez l’enfant, mais peuvent se
voir chez le préadolescent
• Assez souvent, la TS constitue un appel à l’aide fait
par l’enfant
Chez l’adolescent et l’adulte

Le forme typique: épisode dépressif


majeur
EPISODE DEPRESSIF MAJEUR
• Au moins 5 pendant 2 semaines avec (1) ou (2)
• (1) humeur dépressive
• (2) diminution marquée de l'intérêt ou du plaisir
• (3) perte ou gain de poids ou diminution ou augmentation de
l'appétit
• (4) insomnie ou hypersomnie
• (5) agitation ou ralentissement psychomoteur
• (6) fatigue ou perte d'énergie
• (7) sentiments de dévalorisation ou de culpabilité
• (8) diminution de l'aptitude à penser ou à se concentrer ou
indécision
• (9) pensées de mort, idées suicidaires, tentative de suicide
EPISODE DEPRESSIF MAJEUR
Types
Léger, moyen, sévère sans caractéristiques
psychotiques
Sévère avec caractéristiques psychotiques
- congruentes/non congruentes à l’humeur
Isolé/récurrent
Chronique
Avec caractéristiques catatoniques
CARACTERISTIQUES CATATONIQUES

Au moins 2 :

(1) immobilité motrice ou stupeur


(2) activité motrice excessive
(3) négativisme extrême ou mutisme
(4) mouvements volontaires bizarres
(5) écholalie ou échopraxie
Diagnostic différentiel
• Maladies physiques: hypothyroidie
• Effet d’une substance (medicament ou
drogue)
• Maladie mentale: anxiété, psychose, démence
PRISE EN CHARGE
prise en charge préventive:
dépistage précoce

Hygiène de vie
Prise en charge curative
• La reconnaissance diagnostique
• La Psychothérapie
• Les interventions sur l’environnement
• Le traitement médicamenteux
Conclusion
• La dépression est une pathologie assez
fréquente.
• Le tableau clinique est dominé par les troubles
de l’humeur et du comportement, les plaintes
somatiques et les troubles cognitifs (difficultés
scolaires)