Sunteți pe pagina 1din 197

ROYAUME DU MAROC

Direction des Entreprises


Publiques et de la Privatisation

Réforme de la Réglementation
des Marchés Publics
Présenté par :
M. Driss BRECH
Chef de la Division des Etudes

Février 2014
Plan

3
Première partie

Réforme de la règlementation
des marchés publics
I- Généralités
I- Généralités
 Contenu et paysage règlementaire
 définit les règles générales applicables aussi
bien aux maîtres d’ouvrages qu’aux
concurrents.
 se caractérise par la cœxistance d’un décret
régissant les marchés de l’Etat, des collectivités
territoriales et de certains EP (sur la base d’une
liste à fixer par le MEF) avec des règlements
propres aux EEP.
 Les règlements propres des EEP se basent sur
les dispositions de la réglementation des
marchés publics, notamment, celles revêtant un
caractère général.
I- Généralités

Contenu et paysage règlementaire


L’objectif de cette pratique est d’assouplir la
participation des partenaires dans le processus
de la commande publique.
Les similitudes avec la réglementation des
marchés de l’Etat, se traduisent au niveau de la
quasi-totalité de ses dispositions, telles celles
relatives aux principes généraux, aux formes et
types de marchés, aux modes et procédures de
passation des marchés ainsi qu’aux modalités de
leur gestion, contrôle et audit.
II- Référentiels légal et règlementaire
II- Référentiels légal et règlementaire
 Constitution de 2011
Consacre les principes de bonne gouvernance et de
la corrélation entre la responsabilité et la reddition
des comptes (art 1).
 Proscrit les infractions relatives aux conflits
d'intérêts, aux délits d'initié et toutes infractions
d'ordre financier (art 36).
 Fait obligation aux pouvoirs publics de prévenir et
réprimer toutes formes de délinquance liées, entre
autres, à la passation et à la gestion des marchés
publics (art 36).
 Fait obligation à toute personne assumant une
charge publique de faire une déclaration du
patrimoine (art 158).
II- Référentiels légal et règlementaire
 Loi n° 53-05 amendant le DOC relative à
l’échange électronique des données
Stipule que la voie électronique peut être utilisée
pour mettre à disposition du public des offres
contractuelles ou des informations sur des biens
ou services en vue de la conclusion d'un contrat.
 Accorde la même force probante, que celle d’un
acte dont la signature est légalisée, à tout acte
sur lequel est apposée une signature
électronique sécurisée.
II- Référentiels légal et règlementaire
 Loi n° 53-05 amendant le DOC relative à
l’échange électronique des données
 Exige l’utilisation d’un procédé fiable pour la
signature électronique.
 Précise qu’un procédé de signature électronique
est présumée fiable lorsque ce procédé met en
œuvre une signature électronique sécurisée.
 Considère une signature électronique comme étant
sécurisée lorsqu'elle est créée conformément à la
législation et la réglementation en vigueur en la
matière.
II- Référentiels légal et règlementaire
 Loi n° 65-99 relative au Code du travail
Définit l’intermédiation en matière d’emploi
comme étant toute opération ayant pour objet le
rapprochement de l'offre et de la demande ainsi
que tous services offerts aux demandeurs
d'emploi et à leurs employeurs.
Précise que cette intermédiation est assurée, à
titre gratuit, par l'autorité gouvernementale
chargée du travail.
II- Référentiels légal et règlementaire
 Loi n° 65-99 relative au Code du travail
 Accorde la possibilité, après autorisation
accordée par l'autorité gouvernementale chargée
de l’emploi, aux agences privées pour participer à
l'intermédiation en matière d’emploi.
 Précise que le cautionnement déposé par les
sociétés étrangères attributaires des marchés ne
peut leur être restitué que sur production d'une
attestation délivrée par l’autorité de l’emploi
certifiant le paiement des frais de retour des
salariés étrangers ainsi que des sommes dues à
ses salariés.
II- Référentiels légal et règlementaire
 La loi n° 08-05 relative à l’arbitrage et à la
médiation conventionnelle
 Définit l’arbitrage comme étant une procédure
conventionnelle visant à trancher un litige.
 Stipule qu’en cas d’un litige, soumis à
l'arbitrage, porté devant une juridiction, celle-
ci doit prononcer l'irrecevabilité jusqu'à
épuisement de la procédure d’arbitrage.
 Précise que la convention d'arbitrage ne fait
pas obstacle aux recours au juge des référés
en vue de prendre toute mesure provisoire ou
conservatoire.
II- Référentiels légal et règlementaire
 Loi n° 32-10 Complétant la loi n° 15-95 formant
code de commerce sur les délais de paiement
Exige la fixation d’un délai de paiement pour la
rémunération des transactions entre commerçants.
Fixe ce délai à 60 jour à compter de la date de
réception des marchandises ou d’exécution de la
prestation demandée.
Précise que le délai de paiement, convenu entre les
parties, ne peut pas dépasser 90 jours.
Exige que les conditions de paiement doivent
préciser la pénalité de retard exigible et le taux de
cette pénalité ne peut être inférieur au taux
déterminé par voie réglementaire.
II- Référentiels légal et règlementaire
 Loi n° 32-10 Complétant la loi n° 15-95 formant
code de commerce sur les délais de paiement
 Fait obligation de paiement des pénalités de
retard même si elles ne sont pas prévues parmi
les conditions de paiement.
 Précise que la pénalité de retard est exigible
sans formalité préalable et le commerçant ne
renoncer à son droit de réclamer la pénalité de
retard.
II- Référentiels légal et règlementaire
 Loi n° 69-00
Notamment ses articles :
7 qui accorde le pouvoir de décision, en
matière de fixation des règles et modes de
passation des marchés, aux organes
délibérants des EEP.
13 qui prévoit l’obligation pour les
organismes soumis au contrôle
d'accompagnement de se doter des
instruments de gestion dûment approuvés
par le conseil d'administration ou l'organe
délibérant. 16
II- Référentiels légal et règlementaire
 Loi n° 69-00 (suite)

 17 qui prévoit l’obligation pour les organismes


soumis au contrôle d'accompagnement en
substitution au contrôle préalable, de mettre en
œuvre un système d'information, de gestion et
de contrôle interne, comportant, notamment,
des instruments, dûment approuvés par le
conseil d'administration ou l'organe délibérant, 
qui comportent, entre autres, un règlement des
marchés.  17
II- Référentiels légal et règlementaire
 Loi n° 69-00 (suite)

 19 qui consacre le principe de la concurrence


pour l'exécution des dépenses des EEP ainsi
que pour la réalisation de leurs produits, en
vue d'assurer la transparence dans les choix
du maître d'ouvrage, l'égalité d'accès à leurs
commandes de l'organisme ainsi que
l'efficacité de leurs dépenses et l'optimisation
de leurs recettes.
18
II- Référentiels légal et règlementaire

 Loi n° 61-99 et 62-99

Ces texte édictent les cas de responsabilités, à


l’égard du respect de la réglementation relative
aux marchés publics, des ordonnateurs, des
contrôleurs des comptables publics des EP.
II- Référentiels légal et règlementaire
 Dahir sur le nantissements
 Définit le nantissement comme étant un contrat de
mise en gage d’une créance au titre d’un marchés
pour la garantie des sommes dues à organisme
financier.
 Traite des conditions de nantissement des
marchés, notamment, celles relatives aux
règlement, désignation du comptable,
subrogation, confiscation, antériorité et main
levée.
 Prévoit la notification du nantissement, par le
créancier, au comptable qui lui règle directement
les sommes dues pour l’exécution du marché. 
II- Référentiels légal et règlementaire
 Dahir sur les cautions bancaires
 Définit la nature des cautionnements, la partie
qui se charge de leur réception, les conditions
de leur confiscation ou de leur restitution.
 Stipule que le cahier des charges détermine
l’importance du cautionnement définitif et
retenue de garantie.
 Précise les modalités de saisie des
cautionnements provisoires des adjudicataires
qui n’ont pas réalisé leur cautionnements
définitifs dans les délais définis au cahier des
charges et des cautionnement définitifs.
II- Référentiels légal et règlementaire
 Texte de création des EEP

 Les EEP sont des entités dotées de la


personnalité morale et d’autonomie financière.
 Les organes de gouvernance sont au centre de
décision en matière de fixation des procédures
de passation et de gestion de leur commande.
II- Référentiels légal et règlementaire
 Arrêté du Ministre des Finances n°1549-05 du
20 décembre 2005 qui fixe le cadre référence
pour la mise en place des instruments de
gestion des EEP, entre autres le règlement des
marchés.
 Circulaires du Ministre des Finances n°2-2733
du 25 mai 2007 qui invite les EEP à se doter
d’un règlement des marchés et à titre
transitoire à faire adopter par leurs organes
délibérants une résolution visant à prendre
comme cadre réglementaire de référence, les
textes fixant les conditions et formes de
passation des marchés de l’Etat. 23
II- Référentiels légal et règlementaire
 Circulaires du Ministre des Finances n°2-789
du 4 mars 2008 qui invite les EEP à publier
leurs dossiers d’appels d’offres au portail
national des marchés publics domicilié à la
TGR.
 Circulaires du Ministre des Finances n°2-3600
du 28 août 2008 qui prescrit la désignation du
Contrôleur d’Etat en qualité de membre de droit
représentant le Ministre des Finances au sein
des commission d’appels d’offres et en cas
d’empêchement, ce dernier peut, sous sa
responsabilité et en accord avec le Trésorier
Payeur, se faire représenter par ce dernier24ou
par le Fondé de Pouvoirs.
II- Référentiels légal et règlementaire
 Circulaires du Ministre des Finances n°2-2727
du 14 juillet 2009 qui invite les EEP à procéder
à l’harmonisation, dans les meilleurs délais,
desdits règlements avec les nouvelles
dispositions régissant les marchés publics,
notamment, en ce qui concerne l’introduction
des clauses relatives à la dématérialisation
des procédures aux jugements des offres, aux
délais de publicité ainsi qu’aux voies de
recours.
25
II- Référentiels légal et règlementaire

Circulaires du Ministre des Finances n°2-3673


du 28 novembre 2013 qui invite les EEP à
procéder à l’harmonisation, dans les meilleurs
délais, desdits règlements avec les nouvelles
dispositions régissant les marchés publics,
notamment, en ce qui concerne l’introduction des
clauses relatives à la dématérialisation des
procédures aux jugements des offres, aux délais
de publicité ainsi qu’aux voies de recours.
27

III- Principe et objectifs de la règlementation des


marchés publics
A - Principe
• Faire jouer la concurrence par :
La procédure d’appel d’offres comme règle
générale
L’instauration de critères d’évaluation
objectifs
L’interdiction de faire référence aux marques
commerciales dans la définition des
spécifications techniques
28

III- Principe et objectifs de la règlementation des


marchés publics
B - Objectifs
• Réglementer la passation des marchés des
organismes concernés dans le cadre procédures
codifiées et adaptées aux spécificités de l’activité de
ces organismes ;
• Assurer la transparence par :
 La publication du programme pour permettre aux entreprises
de s’informer à l’avance sur les projets prévus
 L’institution d’un règlement de consultation qui est remis aux
membres de la commission et aux soumissionnaires
29

III- Principe et objectifs de la règlementation des


marchés publics
B - Objectifs
L’affichage des résultats d’examen des offres
La généralisation de la procédure d’appel
d’offre
Le renforcement des prérogatives de la
commission d’appel d’offres
L’obligation faite au maître d’ouvrage de
motiver la décision d’élimination d’un
concurrent
30

III- Principe et objectifs de la règlementation des


marchés publics
B - Objectifs
• Rechercher la performance par:
La détermination des spécifications
techniques par référence aux normes
L’estimation des besoins aussi exacte que
possible
Le remplacement de la règle du moins disant
par celle du mieux disant pour un meilleur
rapport qualité /prix
L’introduction de mesures pour le suivi des
marchés
31

III- Principe et objectifs de la règlementation des


marchés publics
B - Objectifs
• Garantir le droit des entreprises par:
La possibilité d’obtenir auprès du maître
d’ouvrage toute clarification sur l’appel
d’offres
La possibilité de révision des prix si le délai
dépasse 4 mois
L’instauration de délais au niveau de la
procédure de passation et d’attribution des
marchés
IV - Réforme de la réglementation des marchés
publics
IV - Réforme de la réglementation des marchés
publics
A- Principes Directeurs
IV - Réforme de la réglementation des marchés
publics
IV - Réforme de la réglementation des marchés
publics
IV - Réforme de la réglementation des marchés
publics
D- Éléments de la Réforme
IV - Réforme de la réglementation des marchés
publics
D- Éléments de la Réforme
IV - Réforme de la réglementation des marchés
publics
D- Éléments de la Réforme
IV - Réforme de la réglementation des marchés
publics
D- Éléments de la Réforme
IV - Réforme de la réglementation des marchés
publics
D- Éléments de la Réforme
IV - Réforme de la réglementation des marchés
publics
D- Éléments de la Réforme
IV - Réforme de la réglementation des marchés
publics
D- Éléments de la Réforme
IV - Réforme de la réglementation des marchés
publics
D- Éléments de la Réforme
IV - Réforme de la réglementation des marchés
publics
D- Éléments de la Réforme
IV - Réforme de la réglementation des marchés
publics
D- Éléments de la Réforme
10- Renforcement des Voies de Recours
IV - Réforme de la réglementation des marchés
publics
Deuxième partie

Étape de contractualisation
1- Définition

Le marché est un contrat, à titre onéreux


conclu entre, d'une part, un maître d’ouvrage
et, d'autre part, une personne physique ou
morale appelée entrepreneur, fournisseur ou
prestataire de services, ayant pour objet
l'exécution de travaux, la livraison de
fournitures ou la réalisation de prestation de
services.

48
2- Objectifs des marchés

Répondre exclusivement à la nature et à


l'étendue des besoins à satisfaire.
Déterminer aussi exactement que possible les
besoins à satisfaire, les spécifications
techniques et la consistance des prestations
par référence à des normes marocaines
homologuées ou, à défaut, à des normes
internationales sans mention de marque, sinon
l'appellation doit être suivie des termes “ou son
équivalent ”. 49
2- Objectifs des marchés (suite)

Prévoir l’obligation pour le maître d’ouvrage


d’établir une estimation des coûts des
prestations sur la base de la définition et de la
consistance des prestations objet du marché et
des prix pratiqués sur le marché en tenant
compte de toutes les considérations et
sujétions concernant notamment les conditions
et le délai d'exécution.
3- Types de marchés
 Marchés – cadre
Passés lorsque la quantification et le rythme
d'exécution d'une prestation ne peuvent pas
être déterminés à l'avance.
Ne portent que sur le minimum et le maximum
des prestations, susceptibles d'être
commandés et fixés avant tout appel à la
concurrence ou toute négociation.
Le maximum des prestations ne peut être
supérieur à deux fois le minimum.
51
3- Types de marchés (suite)
 Marchés reconductibles
 Passés lorsque les quantités présentent un
caractère prévisible, répétitif et permanent et
peuvent être déterminées, à l'avance par le
maître d'ouvrage.
 Doivent déterminer notamment les
spécifications, la consistance, les modalités
d'exécution et le prix des prestations
susceptibles d'être réalisées au cours d'une
période n'excédant pas l'année en cours de leur
passation.
3- Types de marchés (suite)
 Marchés à tranches conditionnelles
Ces marchés prévoient :
Une tranche ferme couverte par les crédits
disponibles.
Une ou plusieurs tranches conditionnelles dont
l'exécution est subordonnée à la disponibilité des
crédits et à la notification d‘un ou plusieurs
ordres de service.
La tranche ferme et les tranches conditionnelles
constituent chacune un ensemble de prestations
cohérent, autonome et fonctionnel. 53
3- Types de marchés (suite)
 Marchés allotis
Motifs : Raisons économiques, financières ou
techniques
On entend par lot :
Pour les fournitures : un article, un ensemble
d'articles, de même nature et présentant un
caractère homogène ou complémentaire.
Pour les travaux et les services : groupe de
prestations présentant des caractéristiques
techniques semblables ou complémentaires.
3- Types de marchés ( suite)
 Marchés de conception – réalisation
Passé avec un prestataire ou un groupement
de prestataires.
Porte sur des prestations particulières
nécessitant des procédés spéciaux et des
processus de fabrication étroitement intégrés
et exigeant dès le départ l'association du
concepteur et du réalisateur de la prestation.
Passés par voie de concours.
4- Forme et caractère des prix
5- Cahiers des charges

Les cahiers des charges précisent les


conditions dans lesquelles les marchés sont
passés et exécutés. Ils comprennent les
cahiers des clauses administratives générales
(CCAG), les cahiers des prescriptions
communes (CPC) et les cahiers des
prescriptions spéciales (CPS).

57
6- Procédures de passation des marches

L'appel d'offres ouvert ou restreint (y compris


les prestations architecturales)
Le concours (y compris les prestations
architecturales)
La procédure négociée (y compris les
prestations architecturales)
L’Appel à manifestation d’intérêt
Les enchères électroniques inversées.

58
7- Passation des marchés
A- Appel d’offres ouvert
 Appel à la concurrence
 Dossier d’appel d’offres (DA, DT, D additif et
OF)
 Délai de publication : 21 ou 40 jours au moins
selon le cas
 Support de publicité : 2 journaux et dans le
portail des marchés publics
 Le délai court à compter du lendemain de la
publication dans le journal paru le deuxième.
7- Passation des marchés (suite)
A- Appel d’offres ouverts (suite)
 Dépôt des dossiers
Déposés contre récépissé
Envoyés par courrier recommandé avec accusé
de réception
Remis au président au début de la séance et
avant l'ouverture des plis
Les plis doivent être cachetés et sous
enveloppes celées
7- Passation des marchés (suite)
A- Appel d’offres ouverts (suite)
 Examen des offres
 Commission d’AO :
 Le directeur ou la personne nommément
désignée par lui à cet effet, président
 Un représentant du maître d'ouvrage, relevant du
service concerné par la prestation objet du
marché
 Le représentant du ministre chargé des finances
 Le responsable de la fonction achats
 Le responsable de la fonction financière
7- Passation des marchés (suite)
A- Appel d’offres ouverts (suite)
 Examen des offres (suite)
 Commission d’AO (suite)
Le maître d'ouvrage peut faire appel, à titre
consultatif, à toute autre personne, expert ou
technicien, dont la participation est jugée utile.
En cas d'absence de l'un des membres et après
avoir accompli les formalités, le président invite
les membres présents à parapher les plis reçus
qui doivent rester fermés et mis en lieu sûr
jusqu'à leur ouverture.
7- Passation des marchés (suite)
A- Appel d’offres ouverts (suite)
 Examen des offres (suite)
Le président reporte la séance d'ouverture des
plis de 48 heures et informe les concurrents et
les membres de la commission du lieu, la date
et l'heure pour la reprise de la séance publique.
Il demande au maître d'ouvrage de convoquer,
par écrit, le membre (s) absent (s), en précisant
le lieu, la date et l'heure de la reprise de la
séance.
7- Passation des marchés (suite)
A- Appel d’offres ouverts (suite)
 Examen des offres (suite)
Convocation des membres de la commission
par le maître d’ouvrage.
Communication de la convocation et du
dossier d’AO, aux membres de la commission
d’appel d’offres dans un délai de 7 jours francs
au moins avant la date fixée pour la séance
d’ouverture des plis.
7- Passation des marchés (suite)
A- Appel d’offres ouverts (suite)
 Déroulement des séances de la commission
a) Phase publique :
Le Président invite les concurrents présents qui
n'auraient pas déposé leurs plis à les remettre
séance tenante et ceux dont les dossiers sont
incomplets, à produire les pièces manquantes
sous enveloppe fermée précisant la nature des
pièces manquantes.
Il arrête définitivement la liste des plis reçus
(Aucun dépôt ou retrait de pli ou de complément
de pièces n'est accepté après l'accomplissement
de cette formalité).
7- Passation des marchés (suite)
A - Appel d’offres ouverts (suite)
 Déroulement des séances de la commission
a) Phase publique :
 Il remet aux membres de la commission du support
écrit contenant l'estimation du coût des prestations.
Les membres de la commission paraphent toutes les
pages dudit support. Ce support doit être conservé par
le président avec le dossier d'appel d'offres.
 Il ouvre les plis reçus et annonce, à haute voix, les
pièces contenues dans chaque dossier.
 Il dresse un état des pièces fournies par chaque
concurrent.
7- Passation des marchés (suite)
A - Appel d’offres ouverts (suite)
 Déroulement des séances de la commission
(suite) :
b) Phase non publique :
Examen des justifications produites par chaque
concurrent.
Élimination des concurrents qui n'ont pas
présenté les pièces exigées, qui sont
représentés par la même personne ou dont les
capacités financières et techniques sont jugées
insuffisantes.
Arrêt de la liste des concurrents admissibles.
7- Passation des marchés (suite)
A- Appel d’offres ouverts (suite)
 Déroulement des séances de la commission
(suite) :
c) Séance publique :
Lecture de la liste des concurrents admissibles,
sans faire connaître les motifs des éliminations
des concurrents non retenus.
Restitution aux candidats éliminés de leurs
dossiers sans ouvrir les offres techniques et
financières et sans donner de motif .
7- Passation des marchés (suite)
A- Appel d’offres ouverts (suite)
 Déroulement des séances de la commission
(suite) :
c) Séance publique (suite) :
 Ouverture des enveloppes portant la mention
« Offre financière ».
 Lecture, à haute voix, du montant des actes
d'engagement et des détails estimatifs.
 Paraphe des actes d’engagement et des
bordereaux – détail estimatif des prix.
7- Passation des marchés (suite)
A- Appel d’offres ouverts (suite)
 Déroulement des séances de la commission
(suite) :
d) Séance non publique à huis clos :
 Évaluation des offres financières :
Contrôle des actes d’engagement avec
vérification des calculs et rectification des
erreurs confirmée par le soumissionnaire ;
 Proposition de l’offre la plus avantageuse
(offre moins cher ou offre résultant d’un
combinaison rapport qualité/prix).
7- Passation des marchés (suite)
A- Appel d’offres ouverts (suite)
 Déroulement des séances de la commission :
e) Procès-verbal d’ouverture des plis :
Établi suivant modèle annexé à la
règlementation des marchés.
Enregistre les observations présentées lors de
l’examen des offres.
Indique les motifs d'élimination des concurrents
évincés, les éléments ayant servi pour retenir
l'offre qu'elle juge la plus avantageuse.
7- Passation des marchés (suite)
A- Appel d’offres ouverts (suite)
 Déroulement des séances de la commission
(suite) :
e) Procès-verbal d’ouverture des plis (suite) :
 Signé, séance tenante, par le président et tous
les membres de la commission.
 Il lui est joint éventuellement le rapport des
sous commission.
7- Passation des marchés (suite)
A- Appel d’offres ouverts (suite)
 Déroulement des séances de la commission
(suite) :
f) Résultat définitif :
Affichage du résultat dans les 24 heures
suivant la date d’achèvement des travaux de la
commission, dans les locaux du maître
d’ouvrage et sur le portail des MP sous forme
d’extrait de P-V.
7- Passation des marchés (suite)
B- Appel d’ offres restreint

Passé en deçà du plafond de 2 MDH TTC.


Consultation d’au moins trois(3) candidats.
Envoi d’une lettre circulaire recommandée
avec accusé de réception, le même jour à tous
les concurrents à consulter.
Établissement d'un certificat administratif
explicitant les raisons qui ont conduit au choix
de cette procédure.
7- Passation des marchés (suite)
B- Appel d’ offres restreint (suite)
Ne doit être utilisé que pour des prestations
ne pouvant être utilisées que par un nombre
limité d’entreprises en raison de leur nature, de
leur particularité, de leur complexité, ou
l’importance des compétences et des
ressources à mobiliser, des moyens et de
l’outillage à utiliser.
Envoi de lettres circulaires au moins 15 jours
avant la date prévue pour l’ouverture des plis.
7- Passation des marchés (suite)
C- Appel d’offres avec présélection
 Appliqué pour les prestations complexes et
particulières nécessitant une sélection préalable
des concurrents avant d'inviter ceux retenus à
déposer des offres dans une deuxième étape.
 Publié dans les mêmes conditions que celles
prescrites pour l'appel d'offres ouvert.
 Toutefois, la publication de cet avis doit
intervenir dans 15 jours au moins avant la date
fixée pour réception des dossiers d’admission.
7- Passation des marchés (suite)
C- Appel d’offres avec présélection (suite)
 Dossier de l’appel d’offres avec présélection
 Etape d’admission
Une copie de l'avis de présélection.
Une note de présentation du projet indiquant
notamment l'objet, le lieu d’exécution, la nature et
la description sommaire de la prestation.
Le modèle de la demande d'admission.
Le modèle de la déclaration sur l'honneur.
Le règlement de consultation.
7- Passation des marchés (suite)
C- Appel d’offres avec présélection (suite)
 Dossier de l’appel d’offres avec présélection
(Suite)
 Etape d’évaluation des offres :
 le cahier des prescriptions spéciales.
 les plans et les documents techniques.
 le modèle de l'acte d'engagement.
 les modèles du bordereau des prix le
modèle du cadre du sous-détail des prix.
 Communiqué aux membres de la CAO au moins 8
jours avant l’envoi de l’avis pour publication.
7- Passation des marchés (suite)
C- Appel d’offres avec présélection (suite)
Conditions requises des concurrents
Etape d’admission
 Dossier administratif :
 Déclaration sur l’honneur
 Demande d’admission 
 Copie légalisée de la convention
constitutive du groupement
 Copie du texte l'habilitant l’EP à exécuter
les prestations objet du marché
7- Passation des marchés (suite)
C- Appel d’offres avec présélection (suite)
Conditions requises des concurrents (suite)
Etape d’admission
 Dossier technique
 Une note indiquant le lieu, la date, la nature et
l’importance des prestations à l’exécution
desquelles le concurrent a participé et la qualité
de sa participation.
 Attestations de références
 Attestation de classification et de qualification
(ou d’agrément)
 Dossier additif
7- Passation des marchés (suite)
C- Appel d’offres avec présélection (suite)
Conditions requises des concurrents (suite)
Etape d’évaluation des offres :
 Cautionnement provisoire
Etape d’attribution du marché :
 Le complément du dossier administratif
7- Passation des marchés (suite)
C- Appel d’offres avec présélection (suite)
 Commission d’appel d’offres avec
présélection (Idem que pour l’AO)
 Séances d’admission et d’évaluation des
offres et (Idem que pour l’AO)
 Procès-verbal de ces séances (Idem que
pour l’AO)
 Résultats définitifs de ces séances (Idem que
pour l’AO)
7- Passation des marchés (suite)
C- Appel d’offres avec présélection (suite)
 Information des concurrents suite aux résultats
d’amission
Le maître d'ouvrage informe Dans le même délai de
5 jours et 30 jours au moins avant la date fixée pour la
séance d'ouverture des plis, les candidats admis, par
tout moyen de communication pouvant donner date
certaine.
Il indique le lieu de réception des offres et la date et
le lieu de la réunion de la commission ou la visite des
lieux, ainsi que l'estimation des coûts des
prestations.
7- Passation des marchés (suite)
C- Appel d’offres avec présélection (suite)
 Information des concurrents suite aux
résultats d’amission (suite)
 Il invite ces concurrents à retirer ou à
télécharger le dossier d'appel d'offres avec
présélection, à déposer leurs offres
accompagnées, le cas échéant, de l'original du
récépissé du cautionnement provisoire et de
rectifier éventuellement, les discordances
constatées dans les pièces du dossier
administratif.
7- Passation des marchés (suite)
D- Le concours
Concerne les domaines de l’aménagement du
territoire, de l’urbanisme, de l’ingénierie et des
prestations qui font l’objet de marché
conception-réalisation.
La mise en concurrence est établie sur la
base d’un programme préparé par le maître
d’ouvrage.
7- Passation des marchés (suite)
D- Le concours (suite)
 Le concours concerne :
 Soit sur la conception d’un projet.
 Soit à la fois sur la conception d’un projet et la
réalisation de l’étude y afférente.
 Soit à la fois sur la conception et la réalisation
de l’étude y afférente et le suivi et le contrôle
de sa réalisation.
 Soit sur la conception et la réalisation du projet
en cas d’un marché de conception-réalisation.
7- Passation des marchés (suite)
D- Le concours (suite)
 Programme du concours
 Indique les besoins et la consistance
prévisionnels auxquels doit répondre la
prestation et fixe le maximum de la dépense
prévue pour l'exécution de ladite prestation.
 Indique également :
 Un énoncé de l'objectif recherché par le
concours et l'exposé des aspects principaux.
 Une définition des composantes du projet et
de sa consistance.
7- Passation des marchés (suite)
D- Le concours (suite)
 Programme du concours (suite)
 Une allocation de primes aux 5 projets les
mieux classés.
 Le montant de la prime allouée à l'attributaire
du marché est déduit des sommes qui lui sont
dues. Cette disposition s'applique également à
l'attributaire du marché de conception
réalisation.
7- Passation des marchés (suite)
D- Le concours (suite)
 L'avis du concours est publié dans les
mêmes conditions que celles prescrites aux
appels d’offres ouverts.
 Toutefois, la publication de cet avis doit
intervenir 15 jours au moins avant la date fixée
pour la séance d'admission.
7- Passation des marchés (suite)
D- Le concours (suite)
 Règlement du concours
 Il indique notamment :
 La liste des pièces à fournir par les
concurrents.
 Les critères de sélection des concurrents
(les garanties et capacités juridiques,
techniques et financières, les références
professionnelles des concurrents).
7- Passation des marchés (suite)
D- Le concours (suite)
 Règlement du concours (suite)
 Les critères d'évaluation :
 Le coût prévisionnel.
 Le caractère innovant du projet.
 Le degré de transfert de compétences.
 Les qualités esthétiques et fonctionnelles.
 Les performances liées à la protection de
l'environnement.
 La méthodologie proposée.
7- Passation des marchés (suite)
D- Le concours (suite)
 Règlement du concours (suite)
 Les critères d'évaluation (suite) :
 Le développement des énergies renouvelables et
de l'efficacité énergétique.
 Les moyens humains et matériels à mettre en
œuvre pour la prestation à réaliser.
 Le chronogramme d'affectation des ressources
humaines.
 La qualité de l'assistance technique, les
garanties,…).
Une note est attribuée à chaque critère.
7- Passation des marchés (suite)
D- Le concours (suite)
 Règlement du concours (suite)
 Le règlement du concours est signé par le
maître d'ouvrage avant le lancement du
concours.
 Cette signature prend la forme d'une
signature scannée ou électronique en ce qui
concerne le règlement du concours publié
dans le portail des marchés publics.
7- Passation des marchés (suite)
D- Le concours (suite)
 Jury du concours
 Le jury du concours (Idem que l’AO).
 Le maître d'ouvrage convoque un
représentant du département ministériel
concerné par le domaine objet du concours.
 Toutefois en cas d'absence de ce dernier, la
séance se tient valablement.
7- Passation des marchés (suite)
D- Le concours (suite)
 Séance d'admission et PV (Idem AO).
 Information des concurrents éliminés
Se fait par tout moyen de communication
pouvant donner date certaine.
Ne peut dépasser un délai de 5 jours à
compter de la date d'achèvement de la séance
d'admission
7- Passation des marchés (suite)
D- Le concours (suite)
 Information des concurrents admis
 Informés au moins 40 jours avant la date fixée
pour la séance d'ouverture des plis.

 La correspondance indique le lieu de réception


des projets et éventuellement des offres des
concurrents ainsi que la date, l'heure et le lieu
de la réunion du jury de concours.
7- Passation des marchés (suite)
D- Le concours (suite)
 Information des concurrents admis (suite)
Ils sont invités à retirer le dossier de concours
et à déposer :
Les projets appuyés d'une estimation du coût
global desdits projets.
Les offres financières, lorsque le concours porte
sur la conception d'un projet et la réalisation de
l'étude y afférente et / ou sur le suivi ou le contrôle
de la réalisation dudit projet ou sur un marché
conception-réalisation.
7- Passation des marchés (suite)
D- Le concours (suite)
 Demandes des concurrents
 Lorsqu'un concurrent estime que le délai prévu
par la lettre d'admission n'est pas suffisant,
compte tenu de la complexité des prestations,
il peut, au cours de la première moitié dudit
délai, demander au maître d'ouvrage, le report
de la date de la séance d'ouverture des plis.
 La lettre du concurrent doit comporter tous les
éléments permettant au maître d'ouvrage
d'apprécier sa demande.
7- Passation des marchés (suite)
D- Le concours (suite)
 Demandes des concurrents (suite)
 Si le maître d'ouvrage reconnaît le bienfondé de cette
demande, il peut reporter la date de l'ouverture des
plis.
 Le report, dont la durée appréciée par le maître
d'ouvrage, fait l'objet d'une lettre indiquant la date de
la séance d'ouverture des plis et ne peut intervenir
qu'une seule fois quel que soit le concurrent qui le
demande.
 Ce report est communiqué aux concurrents admis.
7- Passation des marchés (suite)
D- Le concours (suite)
 Documents et informations à fournir aux
concurrents admis
Lorsque le concours porte uniquement sur la
conception du projet, le maître d’ouvrage met à
la disposition de concurrents admis un dossier
contenant tous documents, plans et schémas et
toute autre donnée jugée utile pour
l'établissement du projet objet du concours.
7- Passation des marchés (suite)
D- Le concours (suite)
 Documents et informations à fournir aux
concurrents admis (suite)
 Lorsque le concours porte sur la conception,
réalisation du projet, un dossier comportant les pièces
suivantes :
 Un exemplaire du projet du marché à conclure.
 Les plans, schémas et les documents techniques.
 Le modèle de l'acte d'engagement.
 Les modèles, selon le cas, du bordereau des prix, du
détail estimatif, du bordereau des prix-détail estimatif,
du bordereau du prix global et de la décomposition du
montant global.
7- Passation des marchés (suite)
D- Le concours (suite)
 Évaluation des projets proposés par les
concurrents à huis clos
Evaluation et classement des projets sur la
base des critères du règlement du concours
(valeur tech, esthétique et du coût du projet, des
conditions de son exécution éventuelle)
Notation du projet en fonction des critères fixés
par le règlement du concours en attribuant une
note sur cent (100) à chaque critère.
7- Passation des marchés (suite)
D- Le concours (suite)
 Évaluation des projets proposés par les
concurrents à huis clos
 Notation de l'estimation du coût du projet en
attribuant une note de 100 points à celle la moins-
disante et des notes inversement proportionnelles
à leur montant aux autres estimations, lorsque le
concours porte sur la conception d'un projet et la
réalisation de l'étude y afférente et / ou sur le suivi
ou le contrôle de la réalisation dudit projet.
7- Passation des marchés (suite)
D- Le concours (suite)
 Évaluation des projets proposés par les
concurrents à huis clos
 En vue de classer les offres et de choisir les
concurrents à primer, le jury procède à la
pondération des notes obtenues par chaque
concurrent en fonction du projet proposé et de
l'estimation du coût global du projet.
7- Passation des marchés (suite)
D- Le concours (suite)
 Évaluation des projets proposés par les
concurrents à huis clos (suite)
 La note globale sera obtenue par l'addition de la
note technique et de la note de l'estimation du
coût global du projet, hors taxes après
introduction d'une pondération.
 La pondération appliquée est de :
 80 % pour le projet proposé.
 20 % pour le coût global proposé du projet, hors
taxes.
7- Passation des marchés (suite)
D- Le concours (suite)
 Évaluation des projets proposés par les
concurrents à huis clos (suite)
 Le jury écarte les projets qu'il juge inacceptables
eu égard aux critères fixés par le règlement du
concours et arrête les projets retenus.
 Le jury de concours finalise, le cas échéant, avec
les concurrents retenus, les termes du projet de
marché à remettre au maître d'ouvrage et négocie
les répercussions éventuelles des modifications
citées ci-dessus sur le coût du projet.
7- Passation des marchés (suite)
D- Le concours (suite)
 Concours infructueux
 Aucune offre n'a été présentée ou déposée.
 Aucun concurrent n'a été retenu à l'issue de la
séance d'admission.
 Si le coût global proposé pour chaque projet
excède le maximum de la dépense prévue pour
l'exécution de la prestation.
7- Passation des marchés (suite)
D- Le concours (suite)
 Concours infructueux (suite)
 Toutes les offres financières excèdent le
maximum de la dépense prévue pour la
prestation, lorsqu'il s'agit d'un concours portant
sur un marché de conception- réalisation.
 Aucun projet n'est jugé acceptable eu égard aux
critères fixés par le règlement du concours.
 La déclaration du concours infructueux ne
justifie pas le recours à la procédure négociée.
7- Passation des marchés (suite)
D- Le concours (suite)
 Annulation du concours
 L'autorité compétente peut annuler le
concours dans les cas suivants :
a) lorsque les données économiques ou
techniques des prestations objet du concours
ont été fondamentalement modifiées ;
b) lorsque des circonstances exceptionnelles ne
permettent pas d'assurer l'exécution normale
du marché ;
c) lorsqu'un vice de procédure a été décelé ;
d) en cas de réclamation fondée d'un concurrent.
7- Passation des marchés (suite)
D- Le concours (suite)
 Annulation du concours (suite)
 L'annulation du concours fait l'objet d'une
décision signée par l'autorité compétente
mentionnant les motifs de ladite annulation. La
décision d'annulation est publiée dans le portail
des marchés publics.
 Le maître d'ouvrage informe par écrit, les
concurrents et l'attributaire du marché en
précisant le ou les motifs d'annulation du
concours et communique une copie de la
décision d'annulation aux membres du jury de
concours.
7- Passation des marchés (suite)
D- Le concours (suite)
 Annulation du concours( suite)
 L'annulation du concours ne justifie pas le
recours à la procédure négociée.

 En cas d'annulation du concours, le maître


d'ouvrage attribue les primes prévues par
le programme du concours aux
concurrents les mieux classés.
7- Passation des marchés (suite)
E - Marché négocié
 Commission de négociation
 Désignée par l'autorité compétente.
 Composée du président et de deux
représentants du maître d'ouvrage.
 Toute autre personne, expert ou technicien,
dont il juge utile la participation aux travaux de
la commission.
 Etablissement d'un certificat administratif
visant le chef d'exception qui justifie la
passation du marché négocié.
7- Passation des marchés (suite)
E - Marché négocié (suite)
 Cas de recours aux marchés négociés
 Avec publicité préalable et mise en
concurrence :

 Les prestations qui, ayant fait l'objet d'une


procédure d'appel d'offres déclarée
infructueuse ;
Les prestations à exécuter à la suite de la
défaillance de son titulaire.
7- Passation des marchés (suite)
E - Marché négocié (suite)
 Cas de recours aux marchés négociés (suite)
Sans publicité préalable et sans mise en
concurrence:
 Les prestations dont l'exécution ne peut être
confiée qu'à un prestataire déterminé.
Les prestations que les nécessités de la
défense nationale ou de la sécurité publique
exigent qu'elles soient tenues secrètes.
7- Passation des marchés (suite)
E - Marché négocié (suite)
 Cas de recours aux marchés négociés (suite)
 Sans publicité préalable et sans mise en
concurrence (suite):

Les objets dont la fabrication est exclusivement


réservée à des porteurs de brevets d'invention.

Les prestations à réaliser d'une extrême


urgence suite à la survenance d’événement
exceptionnel ou de catastrophes naturelles.
7- Passation des marchés (suite)
E - Marché négocié (suite)
 Cas de recours aux marchés négociés(suite)
 Sans publicité préalable et sans mise en
concurrence (suite) :
 Les prestations urgentes qui intéressent la
défense du territoire, la sécurité de la
population, des circulations routières,
aériennes ou maritimes, dont l'exécution doit
commencer avant que toutes les conditions du
marché n'aient pu être déterminées
7- Passation des marchés (suite)
E - Marché négocié (suite)
 Cas de recours aux marchés négociés (suite)
 Sans publicité préalable et sans mise en
concurrence (suite):
Les prestations relatives à l'organisation de
cérémonies ou visites officielles revêtant un
caractère urgent et imprévisible, et qui ne sont
pas compatibles avec les délais exigés pour la
publicité et la mise en concurrence préalables.
7- Passation des marchés (suite)
E - Marché négocié (suite)
 Cas de recours aux marchés négociés(suite)
 Sans publicité préalable et sans mise en
concurrence (suite):

les prestations supplémentaires accessoires au


marché et ne dépassent pas 10% de son
montant. En ce qui concerne les travaux, cela
suppose un matériel déjà installé ou utilisé sur
place par l'entrepreneur.
établis sous forme d'avenants.
7- Passation des marchés (suite)
E - Marché négocié (suite)
 Formes des marchés négociés
 Soit sur l'acte d'engagement souscrit par celui
qui se propose de traiter et sur le cahier des
prescriptions spéciales.
 Soit exceptionnellement par échange de lettres
ou convention spéciale, pour les prestations
urgentes dont la réalisation est incompatible
avec la préparation des documents constitutifs
du marché.
7- Passation des marchés (suite)
E - Marché négocié (suite)
 Procédure négociée avec publicité préalable et
mise en concurrence

Publication d'un avis d'appel à la concurrence


dans au moins un journal à diffusion nationale,
dans le portail des marchés publics ou par tout
autre moyen de publicité.

Le délai est de 10 jours au moins.


7- Passation des marchés (suite)
E- Marché négocié (suite)
 Procédure négociée avec publicité préalable et
mise en concurrence (suite)
 Le dossier comprend : une copie de l'avis de
publicité, le cahier de prescriptions spéciales
les plans et les documents techniques le
modèle de l'acte d'engagement, le modèle de
bordereau des prix et détail estimatif, le modèle
de la décomposition des prix pour les marchés
à prix globaux les éléments composant l'offre
technique,
 Ce dossier est affiché au portail des marchés publics.
7- Passation des marchés (suite)
E- Marché négocié (suite)
 Procédure négociée avec publicité préalable et
mise en concurrence (suite)
 La commission de négociation examine les
candidatures reçues et arrête la liste des
concurrents dont les capacités juridiques,
techniques et financières sont jugées
suffisantes à présenter des offres.
Le nombre de concurrents admis à négocier ne
peut être inférieur à trois (3), sauf si le nombre
des concurrents qui ont répondu favorablement
n'est pas suffisant.
7- Passation des marchés (suite)
E- Marché négocié (suite)
 Procédure négociée avec publicité préalable et
mise en concurrence (suite)
Le maître d'ouvrage adresse aux concurrents
admis une lettre de consultation en leur fixant
une date limite de dépôt des offres.
Il adresse également une lettre aux concurrents
évincés indiquant les motifs de leur éviction
Après réception des offres, la commission
engage concomitamment les négociations avec
les concurrents admis.
7- Passation des marchés (suite)
E- Marché négocié (suite)
 Procédure négociée avec publicité préalable et
mise en concurrence (suite)
Au terme des négociations, la commission
propose à l'autorité compétente d'attribuer un
marché au concurrent ayant présenté l'offre la
plus avantageuse.
Les négociations font l'objet d'un rapport signé
par le président et les membres de la
commission de négociation à annexer au
dossier du marché.
7- Passation des marchés (suite)
E- Marché négocié (suite)
 Procédure négociée avec publicité préalable
et mise en concurrence (suite)
 Ce rapport doit comporter notamment :
 La référence de la publication de l'avis
 La liste des concurrents qui se sont manifestés
suite à la publication de l'avis.
 La liste de ceux invités à négocier le marché.
 le contenu des négociations, les montants de
leurs offres et les motifs ayant présidé au choix
du concurrent retenu.
7- Passation des marchés (suite)
F- Prestations architecturales
 Contrat d’architecte
Les prestations architecturales sont conclues
sur la base d'un contrat d'architecte qui fixe les
clauses administratives, techniques et financières
applicables à la prestation à exécuter.
Le contrat d'architecte est établi sur la base
d’un modèle de contrat type fixé par le MEF.
Il fixe la décomposition des honoraires de
l'architecte et les modalités de leur règlement.
7- Passation des marchés (suite)
F- Prestations architecturales (suite)
 Contrat d’architecte (suite)

 Il prévoit également un seuil de tolérance par


rapport à l'estimation sommaire ayant été à la
base de l'attribution du contrat ainsi que les
conséquences pour celui-ci en cas de
dépassement dudit seuil de tolérance.
7- Passation des marchés (suite)
F- Prestations architecturales (suite)
 Rémunération de l’architecte :

 Entre 4% et 5% du montant estimé des


travaux pour les prestations de construction
ou d’aménagement et de restauration des
ouvrages ;

 Entre 3% et 4% pour les prestations


d’entretien et de réparation de bâtiments ;

 Forfait à l’hectare fixé dans le contrat


d’architecte pour les opérations de
lotissements.
7- Passation des marchés (suite)
F - Prestations architecturales (suite)
 Rémunération de l’architecte (suite) :
Calcul des honoraires de l'architecte sur la
base des travaux réellement exécutés non
compris, la TVA, la révision des prix, les
indemnités accordées au titulaire du marché et
les pénalités appliquées éventuellement au
titulaire du marché.

Les honoraires de l’architecte sont majorés du


taux de la TVA.
7- Passation des marchés (suite)
F - Prestations architecturales (suite)
 Modes de passation :
 Consultations architecturales pour les projets
dont le budget global des travaux est inférieur à
20 MDH HT et pour les opérations de
lotissements.
 Concours architectural obligatoire pour les
projets dont le budget global des travaux est
supérieur ou égal à 20 MDH HT.
 Toutefois, le maître d'ouvrage peut recourir à
cette procédure même pour les projets dont le
montant est inférieur à cette limite.
7- Passation des marchés (suite)
F- Prestations architecturales (suite)
 Modes de passation (suite) :

Consultations architecturales négociées


prévues dans les mêmes conditions que les
marchés négociés en ajoutant le cas des
contrats portant sur l’entretien et réparation de
bâtiments.
7- Passation des marchés (suite)
F - Prestations architecturales (suite)

 Notation:
La pondération appliquée est de :

70 % pour la proposition technique ;


20 % pour l'estimation sommaire du coût global
des travaux, du calendrier d'établissement des
études ;
10% pour la proposition d'honoraires.
8- Bons de commande
Pour les prestations à réaliser immédiatement
dans la limite d’un seuil.
Limite à considérer dans le cadre d’une année
budgétaire par type de budget, en fonction de
chaque ordonnateur et sous ordonnateur et selon
des prestations de même nature et des crédits de
paiement disponibles.
Limite à apprécier par service habilité et par
prestations de même nature.
La liste des prestations de même nature est
annexée au règlement des marchés.
8- Bons de commande (suite)
Soumis à la concurrence dans la mesure du
possible, les prestations à effectuer par le biais
de bons de commande doivent faire l’objet d’une
concurrence préalable sauf pour le cas ou celle-ci
n’est pas possible ou est incompatible avec la
prestation.
Pour les EP, la limite peut être relevée par
décision du directeur de l’EP concerné après
accord du CA et visa du MEF, lorsque ce visa est
requis, sans toutefois dépasser 500.000 DH TTC.
9- Procédure des enchères électroniques
inversées
Une enchère électronique inversée est une
procédure de choix des offres réalisée par voie
électronique et permettant aux concurrents de
réviser les prix qu'ils proposent à la baisse, au
fur et à mesure du déroulement de l'enchère et
ce dans la limite de l'horaire fixé pour l'enchère.

Le maître d'ouvrage retient au terme de


l'enchère l'offre du concurrent le moins disant
qui est désigné attributaire du marché à
conclure.
9- Procédure des enchères électroniques
inversées (suite)
La conclusion du marché issue de la procédure
d'enchère électronique inversée obéit aux règles
et aux conditions prévues par le présent décret.

Le maître d'ouvrage ne peut recourir à l'enchère


électronique inversée que pour les marchés de
fournitures courantes portant sur l'acquisition
des produits existant dans le commerce et qui
ne nécessitent pas des spécifications
particulières. Ces produits doivent être décrits
préalablement de manière précise.
9- Procédure des enchères électroniques
inversées (suite)
 Le recours aux enchères électroniques
inversées doit respecter les règles de publicité
préalable. Le maître d'ouvrage doit publier un
avis d'enchère électronique inversée dans le
portail des marchés publics pendant un délai
d'au moins 10 jours. Cet avis doit faire connaître
notamment l'objet de l'enchère, les conditions
requises des concurrents et les modalités de
participation à l'enchère et le nombre minimum
de concurrents qui devront s'inscrire pour
participer à l'enchère.
9- Procédure des enchères électroniques
inversées (suite)

Les modalités et les conditions de recours et


de mise en œuvre des enchères électroniques
inversées sont fixées par arrêté du ministre
chargé des finances après avis de la
commission des marchés.
10 - Collectif d'achats

Les maîtres d'ouvrages peuvent coordonner


leurs achats de fournitures de même nature,
dans le cadre de " collectif d'achats ".
Le collectif d'achats est constitué de deux ou
plusieurs maîtres d'ouvrages qui se regroupent
pour lancer un seul appel à la concurrence
donnant lieu à la conclusion d'autant de
marchés que de maîtres d'ouvrages membres du
collectif.
Les marchés passés par les collectifs d'achats
obéissent aux règles prévues par le présent
décret.
10 - Collectif d'achats (suite)

Une convention constitutive, définissant les


modalités de fonctionnement du collectif
d'achats, est signée par tous les membres du
collectif.
Elle désigne un coordonnateur parmi les
membres du collectif.
Une copie de la convention constitutive du
collectif d'achats doit faire partie du dossier du
marché.
11. Commission d'appel d'offres

Pour les marches des EP :


La commission est composée de l’autorité
compétente de l’organisme (Président), du
représentant du Ministère des Finances (pour
les EP soumis au contrôle préalable), du
responsable des achats, du responsable
financier et d’un représentant de deux
représentants dont un au moins relève du
service concerné .
12. Approbation des marches
Les marchés de travaux, fournitures ou
services ne sont valables et définitifs qu'après
leur  signature par l’autorité compétente et leur
visa par le CE lorsque ce visa est requis.
L'approbation des marchés ne doit être
apposée par l'autorité compétente qu'après
expiration d'un délai de 15 premiers jours à
compter de la date d'achèvement des travaux
de la commission ou du jury ou de la date de
signature du marché par l'attributaire lorsqu'il
est négocié après publicité et mise 142 en
concurrence.
13. Notification des marchés

La notification des marchés doit intervenir


avant tout commencement d'exécution des
prestations objet desdits marchés ;

Le marché doit être notifié à l'attributaire dans


un délai maximum de soixante quinze (75) jours
à compter de la date fixée pour l'ouverture des
plis ou de la date de la signature du marché par
l'attributaire, lorsqu'il est négocié.
143
14. Suivi de l'exécution du marché
 L’organisme peut confier à l’un de ses agents
dit «personne chargée du suivi de l'exécution
du marché» la mission du suivi de l'exécution
dudit marché lorsque son importance et sa
complexité le justifient.
 Dans ce cas, le cahier des prescriptions
spéciales doit définir expressément les tâches
dévolues à la personne chargée du suivi de
l'exécution du marché ainsi que les actes à
prendre pour assurer sa mission sans
préjudice des attributions dévolues à l’autorité
144

compétente.
15. Rapport de présentation du marché
Le marché doit faire l'objet d'un rapport de
présentation établi par le maître d’ouvrage,
faisant ressortir notamment :
La nature et l'étendue des besoins à satisfaire;
L'exposé de l'économie générale du marché
ainsi que le montant de son estimation ;
Les motifs ayant déterminé le choix du mode
de passation;
La justification du choix des critères de
sélection des candidatures et de jugement des
offres ;
La justification du choix de l'attributaire. 145
15. Rapport de présentation du marché (suite)

 Pour les marchés négociés, ce rapport de


présentation mentionne, également, les
justifications des prix proposés par rapport aux
prix normalement pratiqués dans la profession.

146
16. Rapport d'achèvement de l'exécution du
marché
 Tout marché dont le montant est supérieur à
1 MDH TTC fait l'objet d'un rapport
d'achèvement;
 Établi dans un délai maximum de 3 mois après
réception définitive des prestations
 il mentionne, entre autres :
 l'objet du marché ;
 les parties contractantes ;
 la nature des prestations sous‑traitées et
l'identité des sous‑traitants; 147
16. Rapport d'achèvement de l'exécution du
marché (suite):

 Le délai d'exécution;
 Le (ou les) lieu (x) de réalisation ;
 Le bilan physique et financier;
 Ce rapport est établi par le maître d’ouvrage
dès l'achèvement de l'exécution des
prestations et adressé ou au président de
l’organe délibérant de l’EP concerné.

148
17. Contrôle et audit interne
 Les marchés et leurs avenants sont soumis,
en dehors des contrôles institués par la
réglementation, à des contrôles et audits
internes. Ces contrôles et audits internes
peuvent porter sur la préparation, la passation
et l'exécution des marchés;

 Les organismes publics sont tenus de mettre


en place un dispositif de contrôle interne des
achats, des approvisionnements, des stocks
et des immobilisations, et élaborer un manuel
de procédures en la matière.
149
17. Contrôle et audit interne (suite)

 Les contrôles et audits sont obligatoires :

 pour les marchés dont les montants excèdent


5MDH TTC;
 pour les marchés négociés dont les montants
excèdent 1 MDH TTC,

 Ces audits doivent faire l'objet de rapports


dont un exemplaire est au Directeur de l’EP
concerné.
18. Moralisation des marchés des EEP

Les membres des commissions d'ouverture


des plis, sont tenus de garder le secret
professionnel pour tout ce qui concerne les
éléments portés à leur connaissance à
l'occasion du déroulement des procédures
prévues par le présent règlement.
 Il en est de même pour toute personne,
fonctionnaire, expert ou technicien, appelée à
participer aux travaux de ces commissions.
151
18. Moralisation des marchés des EEP (suite)

 Les intervenants dans les procédures de


passation des marchés doivent tenir une
indépendance vis à vis des concurrents et
n'accepter de leur part aucun avantage ni
gratification

 Ils doivent s'abstenir d'entretenir avec eux


toute relation de nature à compromettre leur
objectivité et leur impartialité.
19. Dématérialisations des procédures
 Les EEP doivent publier leur dossiers d’appels
d’offres dans le portail des marchés publics,
notamment, les programmes prévisionnels des
achats et leur mise à jour, le cas échéant, les
avis des appels d'offres, les résultats des
appels d'offres, les extraits des procès verbaux
des séances d'examen des offres, les rapports
d'achèvement de l'exécution des marchés ;
 La domiciliation du portail des marchés
publics et la gestion du portail des MP est
confié à la TGR ;
153
19. Dématérialisations des procédures (suite)

 Les dossiers d’appel d’offre et les


renseignements complémentaires peuvent être
mis à la disposition des concurrents par voie
électronique ;

 Le dépôt et le retrait des plis et des offres des


concurrents peuvent être affichées par voie
électronique dans le portail des MP.
20- Voies de recours
Tout concurrent qui conteste les résultats d'un
appel d'offres ou d'un concours pour vice de
procédure et qui n'est pas satisfait de la réponse
de l’autorité compétente, peut adresser une
requête circonstanciée au Président de l’organe
délibérant qui doit effectuer toutes les diligences
nécessaires pour le traitement de cette requête
et peut, le cas échéant, saisir la commission des
marchés pour examiner cette requête.
Le concurrent peut, également, adresser sa
requête directement à la commission 155 des
marchés.
Troisième partie
Phase Post Contractuelle

156
A- Proposition d’engagement
 L’engagement :

Est l’acte par lequel un organisme public crée


ou constate une obligation de nature à entraîner
une charge ;
Il peut être pris par l’ordonnateur agissant en
vertu de ses pouvoirs;
Il doit rester dans la limite des autorisations
budgétaires.
A- Proposition d’engagement (suite)
 L’engagement (suite):

Pour les marchés passés par les entités


publiques soumises au contrôle préalable, les
engagements doivent être soumis au visa
préalable des instances de contrôle.
 Exception pour les cas des marchés négociés
dont l’exécution peut commencer avant la
conclusion du marchés.
A- Proposition d’engagement (suite)
 L’engagement (suite) :

L’intervention du CE se matérialise par :

Un visa ;
Ou par un refus de visa motivé

Le délai de visa est de 7 jours ouvrables pour


les marchés.
B- Sommes à valoir
 Doivent être prévues au moment de
l’engagement des marchés :
1. La SAV pour hausse éventuelle des prix pour
les marchés et leurs avenants ;
Si au cours de l’exécution du marché cette SAV
s’avère insuffisante, il peut être procédé à un
engagement complémentaire.
2. Intérêts moratoires payés pour tout retard de
paiement
Loi 32-10: A compter de 2011, tout retard dépassant les
délais qui varient de 60 jours à 90 jours, est sujet à
majoration de retard de 10%.
C- Documents postérieurs à l’approbation
des marchés

Les ordres de services ;

Les avenants ;

La décision prévue par les CCAG EMO et


CCAGT concernant l’augmentation dans la masse
des travaux.
C- Documents postérieurs à l’approbation
des marchés (suite)
1. Ordres de service sont :
Écrits, signés, datés numérotés et enregistrés
par le maître d’ouvrage;
 Établis en deux exemplaires;
 Notifiés à l’entrepreneur, qui renvoie au maître
de l’ouvrage l’un des deux exemplaires signé et
daté;
 Exécutoires par l’entrepreneur ou mandataire;
En cas de refus, un PV de carence est dressé par le
maître d’ouvrage et les réclamations sont faites dans un
délais de 10 jours.
C- Documents postérieurs à l’approbation
des marchés ( suite)
2. Avenants :
 Contrat additifs à un marché pour modifier ou
compléter une ou plusieurs dispositions de
l’accord antérieur (CCAGT et CCAG EMO) dont :

La personne du maître d’ouvrage ;


La raison sociale ou la dénomination du titulaire
du marché ;
La domiciliation bancaire.
C- Documents postérieurs à l’approbation
des marchés ( suite)
3. Cession du marché :
Pour contractualiser l’autorisation de l’autorité
compétente à l’occasion d’une fusion ou d’une
scission de l’entreprise;
Cas de force majeure: pour modifier le délai
d’exécution;
Décès du titulaire: Pour continuation du marché
soit par les survivants, soit par les ayants droit.
C- Documents postérieurs à l’approbation
des marchés (suite)

4. Prix des travaux ou ouvrages supplémentaires :

Travaux qui ne sont pas prévus dans le


bordereau des prix détail estimatif ;

L’avenant peut éventuellement augmenter le


délai d’exécution.
D- Commencement des travaux

1. Obligation du maître d’ouvrage :

A compter de la date de notification de


l’approbation du marché, l’ordre de service doit
être donné dans un délai de 60 jours ;

L’entrepreneur doit commencer les travaux


dans le délai fixé dans l’ordre de service.
D- Commencement des travaux ( suite)

2- Obligations de l’entrepreneur :
 L’entrepreneur doit remplir un certain nombre
d’obligations :
Exécuter les prestations selon les conditions
prévues par le marché ;
Se conformer aux prescriptions du CPS ;
Établir le calendrier d’exécution des travaux,
dessins des ouvrages et autres documents, s’ils
sont à sa charge ;
D- Commencement des travaux (suite)
2. Obligations de l’entrepreneur (suite) :
recruter de la main d’œuvre ;
respecter la réglementation sociale ;
 prendre en charge les mesures de sécurité et
d’hygiène ;
 respecter l’organisation de police de chantier ;
 contracter les polices d’assurances ;
 respecter les règles d’établissement des
étrangers au Maroc ;
 se conformer aux règles qui régissent la
propriété industrielle ou commerciale.
E - Pouvoir du maître d’ouvrage

 Le maître d’ouvrage peut imposer


unilatéralement certaines modifications au
marché.

 L’entrepreneur doit se conformer aux ordres de


service (donnés par le maître d’ouvrage, les
ordres de service rythment la vie d’un marché,
les réclamations ne suspendent pas
l’exécution).
E- Pouvoir du maître d’ouvrage (suite)
1.Augmentation dans la masse des travaux :
La masse des travaux est évaluée à partir des
prix initiaux du marché;
Tant que l’augmentation dans la masse des
travaux n’excède 10% de la masse initiale des
travaux, l’entrepreneur est tenu de réaliser les
travaux;
Le maître d’ouvrage est avisé par l’entrepreneur
30 jours au mois à l’avance de la date probable à
laquelle la masse des travaux atteindra la masse
initiale.
E- Pouvoir du maître d’ouvrage (suite)

1 - Augmentation dans la masse des travaux


(suite)

10 jours au moins avant la date probable, le


maître d’ouvrage doit donner l’ordre de service
notifiant à l’entrepreneur la poursuite des travaux ;
Dans les 15 jours qui suivent l’ordre de service,
le maître d’ouvrage doit faire parvenir à
l’entrepreneur l’estimation prévisionnelle de la
modification.
E- Pouvoir du maître d’ouvrage (suite)

1- Augmentation dans la masse des travaux


(suite) :
 Lorsque le montant initial du marché est atteint,
l’entrepreneur doit arrêter les travaux, s’il n’a
pas reçu l’ordre de service de les poursuivre.
 A défaut, les travaux exécutés au-delà de la
masse initiale ne sont pas payés à
l’entrepreneur.
E- Pouvoir du maître d’ouvrage ( suite)

2. Diminution dans la masse des travaux:


L’entrepreneur a droit à être indemnisé, si la
diminution dans la masse des travaux est
supérieure à 25% de la masse initiale.
Si le fait générateur de la diminution est connu
avant le commencement des travaux, le marché
peut être résilié, à moins de l’établissement d’un
avenant fixant le nouveau montant du marché, et
éventuellement modifiant le délai d’exécution.
E- Pouvoir du maître d’ouvrage (suite)

3. Changement dans les diverses natures


d’ouvrages :

 l’entrepreneur a droit à être indemniser, en cas


de circonstances qui ne sont ni de la faute ni du
fait de l’entrepreneur, les quantités sont
modifiées de plus de 30% en plus ou de 25% en
moins,
E- Pouvoir du maître d’ouvrage (suite)
4. Ajournement des prestations :

Pour les travaux :

 Inférieur à une année, l’entrepreneur ne peut


prétendre à la résiliation du marché, mais il a droit
à être indemnisé ;

 supérieur à une année, ou dans le cas des


ajournements successifs dépassant une année,
l’entrepreneur a droit à la résiliation.
E- Pouvoir du maître d’ouvrage (suite)

4. Ajournement des prestations (suite) :


 Pour les marchés de services:

dépasse 6 mois, le titulaire du marché a droit à


la résiliation s’il la demande dans les délais

ajournement successifs dépassant 6 mois le


titulaire du marché a droit à la résiliation.
E- Pouvoir du maître d’ouvrage (suite)

5. Cessation, ou arrêt de l’exécution des travaux :


Pour les travaux: lorsque le maitre d’ouvrage
prescrit par ordre de service la cessation des
travaux, le marché est immédiatement résilié et
une indemnité peut être allouée à l’entrepreneur
s’il en fait la demande dans les délais ;
Pour les services pour lesquels le CCAG EMO
est applicable.
E- Pouvoir du maître d’ouvrage ( suite)
5. Cessation, ou arrêt de l’exécution des travaux :
 possibilité d’arrêter l’étude :
Soit à l’issue d’un délai déterminé
Soit lorsque les dépenses atteignent un montant
fixé.
Le CPS peut prévoir l’arrêt de l’exécution au
terme de chacune des phases, lorsque les
prestations sont scindées en phases.
Dans tous les cas le marché est résilié
immédiatement sans indemnité.
E- Pouvoir du maître d’ouvrage (suite)
6. Résiliation du marché :
 L’entrepreneur peut obtenir la résiliation :
Si la force majeure persiste au moins 60 jours
pour les travaux. Pour les services régis, il suffit
de justifier l’impossibilité d’exécuter le marché;
Diminution dans la masse des travaux:
Supérieur à 25%;
Révision des prix: dépassant le seuil de 50%
des travaux;
Ajournement de plus d’une année pour les
travaux et 6 mois pour les services.
F- Règlement et réception des marchés

Le règlement se fait sur la base de la situation:


 des attachements;
 des décomptes provisoires et définitifs.
Les attachements sont dressés et constituent
un constat contradictoire en vu de préparer
l’établissement des décomptes et qui visent la
réalisation des travaux, les modifications des
travaux.
Les situations établies par l’entrepreneur pour
vérification par le maître d’ouvrage.
F- Règlement et réception des marchés (suite)
Les décomptes provisoires sont établis à partir des
attachements ou des situations admis par le maître
d’ouvrage ;
Le décompte provisoire vaut procès verbal de
service fait et sert de base au règlement d’acompte à
l’entrepreneur ;
Les décomptes définitifs partiels et généraux ;
En cours d’entreprise, l’administration peut prendre
possession de certaines parties d’ouvrage, ce qui
nécessite une réception provisoire partielle.
F- Règlement et réception des marchés (suite)

 Décompte général et définitif :


Il fixe le montant du marché après achèvement
des prestations;
Il constitue un relevé d’ensemble des opérations
effectuées en exécution du marché;
Il est signé pour acceptation par l’entrepreneur
après y être invité par ordre de service;
Il doit être approuvé par l’autorité compétente.
F- Règlement et réception des marchés (suite)
 Les réceptions :
La réception provisoire est l’opération qui vise :
De constater la bonne et entière exécution des
travaux, la conformité des travaux aux
spécifications du marché;
De constituer le point de départ du délai de
garantie;
Il est procédé aux opérations de réception, dans
un délai de 20 jours à compter de la demande de
l’entrepreneur;
Un procès verbal est établi et signé.
G- Règlement et réception des marchés (suite)
Les réceptions (suite) :
Dans le délai de 15 jours suivant la date du
procès verbal, le maître d’ouvrage fait connaître à
l’entrepreneur par ordre de service sa décision de
prononcer la réception provisoire.
Dans le cas ou le CPS prévoit des délais partiels
d’achèvement des ouvrages auxquels des
réceptions provisoires sont prononcées, la
dernière réception partielle vaut réception
provisoire du marché.
F- Règlement et réception des marchés (suite)
 Le délai de garantie :
Le CPS peut prévoir un délai de garantie d’une
année après la date de réception provisoire.
L’entrepreneur doit maintenir en parfait état
l’ouvrage exécuté.
Les travaux supplémentaires, engagés en vu de
remédier aux déficiences constatées, sont à la
charge de l’entrepreneur, pour certains ouvrages
des garanties supplémentaires sont prévues.
F- Règlement et réception des marchés (suite)
 La réception définitive :
La réception définitive est prononcée à
l’expiration du délai de garantie et met fin à
l’exécution du marché.
Elle dégage le titulaire de ses obligations
contractuelles. A l’exception de la responsabilité
décennale prévue par le code des obligations et
contrats, qui prend effet à partir de la réception
définitive.
Le procès verbal de la réception définitive
constitue la pièce justificative pour paiement de la
retenue de garantie.
G- Mesures coercitives

l’autorité compétente met en demeure


l’entrepreneur, dans un délai qui n’est pas
inférieur à quinze (15) jours, lorsqu’il ne se
conforme pas soit aux stipulations du marché,
soit aux ordres de service qui lui sont donnés par
le maître d’ouvrage,
G- Mesures coercitives (suite)
Si l’entrepreneur n’a pas exécuté les dispositions
prescrites, l’autorité compétente peut :
soit ordonner l’établissement d’une régie aux
frais de l’entrepreneur, cette régie peut être
partielle ;
soit résilier le marché et passer un nouveau
marché pour l’achèvement des travaux ;
soit prononcer la résiliation pure et simple du
marché, avec ou sans confiscation du
cautionnement et de la retenue de garantie.
G- Mesures coercitives (suite)

Il est procédé immédiatement, en présence de


l’entrepreneur dûment convoqué, à la
constatation des ouvrages exécutés et des
matériaux approvisionnés.
En cas de régie, il est en outre procédé à
l’établissement de l’inventaire descriptif du
matériel de l’entrepreneur et à la remise entre les
mains de celui-ci de la partie de ce matériel qui
n’est pas utilisée par le maître d’ouvrage pour
l’achèvement des travaux.
G- Mesures coercitives (suite)
Pendant la durée de la régie, l’entrepreneur est
autorisé à suivre les opérations sans qu’il puisse
toutefois entraver l’exécution des ordres du
maître d’ouvrage.
la régie peut arrêtée s’il justifie des moyens
nécessaires pour reprendre les travaux.
Les excédents de dépenses qui résultent de la
régie ou du nouveau marché sont prélevés sur les
sommes dues ou, à défaut, sur le cautionnement
et/ou la retenue de garantie, sans préjudice des
droits à exercer contre lui en cas d’insuffisance.
G- Mesures coercitives (suite)
 Si la régie ou le nouveau marché entraîne, au
contraire, une diminution dans les dépenses,
l’entrepreneur ne peut réclamer aucune part de
ce bénéfice qui reste acquis au maître
d’ouvrage.

 Dans la cas d’un marché passé avec un


groupement, si le mandataire ne se conforme
pas aux obligations qui lui incombent, il est mis
en demeure d’y satisfaire sous peine de se voir
appliquer les mesures prévues aux paragraphes
précédent.
G- Mesures coercitives (suite)
Si cette mise en demeure reste sans effet,
l’autorité compétente invite les autres membres
du groupement à désigner un autre mandataire
dans le délai d’un mois
Le nouveau mandataire, une fois désigné,
substitue à l’ancien dans tous ses droits et
obligations
Faute de cette désignation, l’autorité compétente
choisit une personne physique ou morale pour
coordonner l’action des divers membres du
groupement aux frais et risques dudit groupement
H - Intervention de l’autorité compétente
Si au cours de l’exécution du marché, des
difficultés s’élèvent avec l’entrepreneur (en ce
qui concerne l’origine, la qualité et la mise en
œuvre des matériaux et produits, le changement
aux dispositions techniques prévues par le
marché, l’enlèvement du matériel et des
matériaux sans emploi ou des vices de
construction) celui-ci adresse à l’autorité
compétente un mémoire de réclamations
présentant ses griefs.
L’autorité compétente fait connaître sa réponse
dans le délai de deux mois.
H- Intervention de l’autorité compétente (suite)
Dans ce cas si l’entrepreneur conteste les faits, il est
dressé un procès-verbal de circonstances de la
contestation. Celui-ci est notifié à l’entrepreneur qui
doit présenter ses observations dans un délai de cinq
(5) jours. Le procès verbal est transmis à l’autorité
compétente pour qu’il y soit donné suite que de droit.
 En cas de contestation avec l’autorité compétente,
l’entrepreneur peut, dans un délai de trois (3) mois à
partir de la notification de la réponse de l’autorité
compétente, faire parvenir à celle-ci par lettre
recommandée avec accusé de réception pour être
transmis avec son avis au ministre, un mémoire où il
indique les motifs et le montant de ses réclamations.
I- Intervention du Ministre
 l’entrepreneur peut dans un délai de 3 mois, en
cas de contestation de la décision de l’autorité
compétente, faire parvenir à celle-ci, un
mémoire à transmettre au ministre où il indique
les motifs et le montant de ses réclamations.
La réponse du ministre doit intervenir dans un
délai de 3 mois à partir de la remise du mémoire
à l’autorité compétente.
Passé ce délai, les réclamations sont réputées
irrecevables.
J- Recours juridictionnel
 Au cas où les réclamations du prestataire ne
sont pas satisfaites, il peut saisir la juridiction
compétente.

 Il n’est admis à porter devant cette juridiction


que les griefs énoncés dans le mémoire remis
à l’autorité compétente.